Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Première partie. Les mutations de l’espace alpin : développement urbain et occupation des campagnes

Chapitre III. L’occupation des campagnes : établissements ruraux et villae

Texte intégral

1De même que le développement urbain introduit des changements majeurs dans l’organisation du territoire, l’apparition de nombreux établissements ruraux témoigne d’évolutions dans les modes d’exploitation des campagnes. Avec toutes ses nuances (dimensions, plans, choix d’implantation, matériaux utilisés), l’habitat rural est un témoin privilégié de la force de pénétration du modèle de vie romain dans les vallées mais également les montagnes. Il ne s’agit pas ici de traiter cette question dans son ensemble et de façon exhaustive. L’inégale qualité de la documentation rend d’ailleurs impossible toute tentative de typologie, en dehors peut-être d’une distinction des plus importants de ces établissements, les villae. Il est en revanche possible de montrer l’importance de l’occupation des campagnes, et de la comprendre comme un témoignage sur les formes de la mise en valeur des territoires alpins.

2Pour beaucoup, les sites connus ont été repérés lors de découvertes anciennes ou de prospections au sol, et peu sont connus par des fouilles récentes. Le versant français se révèle assez riche, grâce en particulier à l’activité des sociétés savantes depuis le XIXe s. Les découvertes sont inventoriées et décrites dans les volumes de la Carte Archéologique de la Gaule, auxquels ne manquent aujourd’hui que les départements des Alpes-Maritimes et de la Drôme. L’examen de ces ouvrages met en avant la rareté des programmes de prospections, à l’échelle micro-régionale, qui permettent une compréhension précise de l’organisation du territoire. Le travail réalisé par P. Broise il y a plus de trente ans reste ainsi l’un des rares essai de synthèse sur l’occupation du sol associant au dépouillement bibliographique un très important travail de terrain (Broise 1974). Il faut cependant rappeler l’existence d’inventaires communaux pilotés par les Services Régionaux de l’Archéologie (notamment dans les Hautes-Alpes), mais également de prospections diachroniques et thématiques réalisées dans plusieurs secteurs des Alpes françaises. Rarement publiés, ces travaux se sont principalement tournés vers la recherche de gisements miniers et lithiques, ou sur les marges du massif, par exemple dans la plaine du Rhône. Ils soulignent la difficulté de mettre en œuvre des prospections systématiques dans un paysage dominé par la forêt et les prairies ; les importantes campagnes de prospections et de sondages réalisées dans le secteur du Petit-Saint-Bernard sont l’illustration de ces difficultés rencontrées pour appréhender la montagne (Rey 2006). La mise en œuvre de méthodes adaptées aux différents milieux (prospections intensives en plaine, de prospections extensives et de sondages en montagne) associée à un travail de dépouillement systématique de la bibliographique montre cependant qu’il est possible de faire une archéologie de la montagne. C’est ce que révèle les inventaires très riches et complets du volume de la Carte Archéologique dédié aux Alpes-de-Haute-Provence, mais également les travaux entrepris dans la vallée de l’Ubaye depuis plusieurs années (Garcia 2001).

3En Suisse comme en Italie, il n’existe pas de tels inventaires systématiques, qui recensent à la fois les découvertes archéologiques et l’ensemble de la documentation qui leur est attachée. Pour la Suisse, on possède néanmoins l’ouvrage Die Römer in der Schweiz, qui présente à la fois une synthèse thématique et un inventaire détaillé des principaux sites d’époque romaine (Drack, Fellmann 1988). Pour le Valais, qui nous intéresse plus précisément, on bénéficie des recherches menées depuis quelques années, en grande partie grâce au développement de l’archéologie préventive, qui ont conduit à un profond renouvellement des connaissances sur l’habitat rural (Paccolat 2004). En Italie enfin, la documentation est abondante mais dispersée. Pour la région actuelle du Piémont, on peut s’appuyer sur un ouvrage consacré aux campagnes de Turin, et sur une synthèse récente qui s’appuie sur de nombreux exemples pour analyser le peuplement rural (Cresci Marrone, Culasso Gastaldi 1988 ; Spagnolo Garzoli 1998). Les exemples qui y sont développés n’ont cependant pas été publiés dans leur intégralité et concernent principalement la plaine du Pô. On peut en particulier citer les découvertes réalisées à proximité de Turin à Almese, Caselette ou Rivoli, publiées brièvement dans les Quaderni della Soprintendenza Archeologica del Piemonte. Les sites alpins les mieux connus sont ceux de la Vallée d’Aoste, qui a fait l’objet d’une importante synthèse sur l’implantation rurale, depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen Âge (Armirotti 2003). L’examen de ces inventaires met en avant le nombre finalement réduit de sites bien documentés. Les lacunes de la documentation rendent évidemment délicate une approche globale de l’occupation des campagnes alpines. Ces découvertes montrent de toute évidence un territoire densément peuplé, mais il est délicat de préciser les modalités de cette occupation. L’approche toponymique telle qu’elle a été réalisée pour les campagnes voconces n’apporte guère de détails, d’autant plus qu’elle se double rarement d’une enquête archéologique approfondie (Desaye 2003, 209-210). En l’absence de travaux spécifiques (prospections systématiques à l’échelle micro-régionale en particulier), on peut cependant tenter, à travers les exemples les mieux connus, d’esquisser les spécificités de l’habitat rural alpin, notamment pour comprendre les rythmes de son implantation et sa fonction dans l’organisation du territoire.

1. Une occupation dense des zones basses

4Sans surprise, les secteurs les plus densément occupés sont les fonds de vallées. Cette réalité correspond évidemment à un état de la recherche, celle-ci s’étant concentrée dans les zones basses. C’est ce qu’illustre parfaitement la carte des densités des découvertes d’époque romaine, réalisée à partir des volumes existants de la Carte Archéologique de la Gaule (fig. 56). Cette carte a évidemment un défaut, qui est sa dépendance aux inventaires disponibles, qui exclut toute comparaison avec le versant italien ou le Valais. Le second écueil est évidemment l’inégale valeur des volumes de la Carte Archéologique. On ne s’étonnera qu’à moitié de l’étonnante concentration d’inscriptions latines en Savoie et Haute-Savoie ; si elle révèle surtout l’importance de cette région à l’époque romaine, elle reflète également l’importance des recherches sur la société allobroge depuis les années 1970, que la parution récente des Inscriptions Latines de Vienne est venue couronner (Rémy 2004-2005). La découverte régulière dans la partie voconce des Alpes d’inscriptions jamais référencées montre ainsi que des déséquilibres flagrants entre différentes régions doivent d’abord être discutés en termes d’avancée de la recherche (Rémy, Desaye, Segard 2006).

Fig. 56. Carte de densité de l’occupation du versant français des Alpes à l’époque romaine

Fig. 56. Carte de densité de l’occupation du versant français des Alpes à l’époque romaine

(M. Segard)

5Ces réserves mises à part, cette carte a finalement le mérite de montrer de façon claire ce qu’on pouvait soupçonner. Certains secteurs apparaissent privilégiés, d’autres sont beaucoup plus pauvres. On a d’abord la confirmation des lacunes de la documentation pour les secteurs de moyenne et de haute montagne. La plupart des massifs sont vides de toute découverte, et seules quelques monnaies isolées viennent rappeler que ces espaces étaient parcourus et occupés. Ce constat était le même dans le Valais jusqu’à ce que la moyenne montagne soit l’objet d’opérations d’archéologie préventive. Mais surtout, on perçoit parmi les secteurs de plaine et de vallées certaines zones présentant des densités d’occupation très forte. Se distinguent ainsi la vallée du Buëch, mais également la région des lacs d’Annecy, Léman et du Bourget ou encore la vallée de l’Isère, de Grenoble à Albertville et autour d’Aime. C’est dans ces mêmes secteurs que se concentrent également les inscriptions, découvertes fortuitement ou lors de fouilles. Elles témoignent, au même titre que les grandes villae, de l’intérêt de l’aristocratie alpine pour les ressources de la terre. À côté de ces secteurs densément occupés, ceux également où se trouvent la plupart des villes et des agglomérations secondaires, quelques vallées se distinguent par une occupation peu dense. La haute vallée de la Durance présente ainsi des densités faibles, de même que les vallées de la Romanche et de la Guisane. Toutes trois sont des axes empruntés par de grandes voies transalpines, mais on n’y reconnaît pas une occupation aussi dense que dans la vallée de l’Isère.

6Assez logiquement, l’occupation la plus dense se retrouve dans les secteurs les plus favorables, c’est-à-dire les fonds de vallées, les bassins ouverts, voire les plateaux. La seconde caractéristique est la concentration dans certains secteurs de villes, d’agglomérations secondaires et de grandes villae. Le secteur compris entre Chambéry et Annecy, qu’on peut même prolonger jusqu’à Genève, est celui où on trouve les vici d’Aix, Albens, Annecy et Genève ; c’est également là que des personnages importants, connus le plus souvent par leur épitaphe ou par des actes d’évergétisme, avaient des domaines. Cette succession de bassins ouverts, perpendiculaires aux voies alpines, constituait en cela le vrai point d’arrivée de ces voies, bien davantage que la plaine du Dauphiné et la vallée du Rhône. La densité des découvertes, la concentration des richesses et le grand nombre de notables témoignent de la prospérité de ce secteur. D’autres vallées ont connu une occupation dense, sans qu’on y relève une densité aussi forte de villae. C’est le cas de la vallée du Buëch, entre sa confluence avec la Durance à Sisteron et La Bâtie-Montsaléon. Le grand nombre d’établissements y témoigne d’une mise en valeur importante des territoires de vallée et de moyenne montagne. On n’y observe cependant pas la même omniprésence de l’aristocratie que dans les Alpes du Nord. Ces différences nettes montrent l’importance qu’a pu avoir, dans certains secteurs, l’investissement foncier, lié à la mise en place d’une économie fondée sur le profit.

2. L’émergence de l’économie domaniale : aspects chronologiques

7Les aspects chronologiques sont évidemment déterminants, car ils permettent de percevoir la mise en place de l’économie domaniale. Dans la majorité des cas, le mobilier atteste une occupation à partir du Ier s. ap. J.-C., mais les indices d’époque augustéenne ou plus anciens sont très rares. À Gilly comme à Faverges, le début de l’occupation est même assez tardive (vers le milieu du Ier s. ap. J.-C.). Ces deux sites font partie des rares pour lesquels on dispose de données stratigraphiques. Évaluer dans ces conditions l’émergence des premières villae est donc une gageure, surtout si on y ajoute les établissements connus uniquement par leur plan (par les photographies aériennes). D’autres sites ayant livré des séquences stratigraphiques complètes mettent en évidence la précocité, dans certains secteurs, de l’apparition de grandes villae. Le premier est la villa du Parc de La Grange, en périphérie du vicus de Genève (Haldimann, André, Broillet-Ramjoué et al. 2001). Il s’agit de l’une des rares villae alpines dont l’occupation est parfaitement connue, depuis les premières fréquentations jusqu’à l’édification d’une grande demeure. Une vaste villa respectant le plan d’une domus succède dans les années 10-30 ap. J.-C. à une demeure aristocratique occupée dès la fin du IIe s. av. J.-C. L’implantation de la villa n’est pas un hasard. À la somptuosité de la résidence, au luxe et au confort qu’elle propose s’ajoute le cadre grandiose du site : une vue directe sur le lac, mais également sur le Jura qui s’étend au-delà du plateau. La présence de bâtiments agricoles et artisanaux rappelle qu’il ne s’agit pas uniquement d’une résidence de villégiature, mais également d’un lieu de production dont son propriétaire tirait profit. On devine derrière cette villa des notables puissants, dont la place dans la société était déjà assurée à l’époque de la conquête. Il est d’ailleurs fort probable que la fidélité des Allobroges leur aie valu de recevoir, pour les plus importants d’entre eux, des terres leur permettant d’accroître leur puissance foncière (Tarpin 2002a, 94-95). Par leur fortune et leurs relations, ces personnages ont naturellement intégré la vie politique locale. On peut rappeler à ce propos que L. Blondel, qui avait entrepris les premières fouilles au Parc de la Grange, avait suggéré que la villa était la propriété de Titus Riccius Fronto, duumvir du trésor de la cité de Vienne, connu par une inscription de Genève (ILN, Vienne, 851). Bien que s’appuyant exclusivement sur la toponymie (la parcelle où se trouve le site porte le nom de Frontenoy), cette hypothèse met particulièrement bien en avant l’importance que devait avoir le propriétaire de la villa, à Genève mais également à Vienne.

8La situation était peu différente chez les Voconces. La fidélité à Rome a sans doute conduit de la même façon à des récompenses : la citoyenneté romaine, mais également des facilités pour constituer de grands domaines. Bien que l’exemple de Vaison sorte du cadre des Alpes, on perçoit des évolutions finalement peu différentes de celles entrevues à Genève. Les établissements ruraux qui apparaissent dès les années 40-30 av. J.-C. deviennent en l’espace de quelques décennies de vastes demeures urbaines luxueuses, dont la Maison au Dauphin est l’exemple le plus connu. On retrouve cette précocité dans d’autres secteurs du territoire voconce, notamment dans le bassin du Buëch. C’est ce qu’a montré l’examen de la documentation ancienne, du mobilier découvert lors de fouilles au XIXe s. et le relevé des vestiges encore visibles au Serre-la-Croix, sur un petit col qui sépare les vallées du Buëch et du Petit-Buëch (fig. 57-58 ; Segard 2005). Cette villa aux dimensions considérables déployait un luxe d’autant plus intéressant qu’il est précoce. On sait par le mobilier que le site était occupé dès la fin du Ier s. av. J.-C. (sigillée italique, verre syro-libanais, fibule). L’étude des peintures murales provenant des thermes confirme une datation haute, d’époque augustéenne au plus tard. Il existait donc dès cette époque un établissement équipé de thermes, à proximité de la voie entre l’Italie et la vallée du Rhône, dont les propriétaires, de riches Voconces, ont peut-être profité pour exercer des fonctions d’accueil. Cette précocité se retrouve sur l’autre versant des Alpes, principalement dans la plaine du Pô. Aucune villa n’est en effet documentée de façon précise dans la vallée de la Doire Ripaire (vallée de Suse) ou dans les vallées situées au sud. Deux établissements situés à l’ouest de Turin montrent le développement d’une grande propriété dans les deux dernières décennies du Ier s. av. J.-C. Situées à quelques kilomètres d’écart, à proximité d’Avigliana, les deux villae d’Almese et de Caselette témoignent des différents modes d’exploitation qui se mettent en place de façon parallèle dans les années 30-20 av. J.-C., à l’époque de la déduction coloniale de Turin. Elles doivent être comprises dans le cadre de l’arrivée de colons et de la mise en valeur du territoire de Turin. C’est à cette époque qu’est construite la villa d’Almese, dont seule la partie résidentielle est connue (Brecciaroli Taborelli, Quercia, Ratto et al. 2000). La demeure, construite en une fois, présente un confort et une recherche architecturale évidente renforcés par un plan d’ensemble symétrique (fig. 59). À Caselette au contraire, l’établissement présente un plan qui ne dénote aucune recherche architecturale (fig. 60). Mais surtout, les pièces d’habitat (certaines avec des sols en marbre) et les pièces destinées au travail et au stockage sont situées dans le même corps de bâtiments, ce qui accentue l’aspect rural et destiné à la production de la villa (Cantino Wataghin, Lanza, Crosetto 1980). Le site évoque l’enrichissement de populations locales, au contraire d’Almese où on perçoit plutôt (malgré l’absence d’inscription l’attestant) l’implantation d’une population de colons. La situation dans la vallée d’Aoste n’est pas très éloignée, puisque la création de la colonie a donné lieu à des attributions de terres et à la mise en place d’une économie domaniale forte, au moins dans le fond de la vallée (Cavallaro 2004). La villa suburbaine de Notre-Dame de la Consolation, sur les hauteurs qui dominent Aoste, témoigne également de cette dynamique dès la création de la ville. Comme celle mise au jour en périphérie occidentale, à Saint-Martin-de-Corléans, elle était liée à l’exploitation d’un domaine constitué à l’époque de la déduction coloniale. Dans les provinces alpines enfin, on constate la même relation entre développement urbain et apparition des villae. C’est manifeste dans le Valais, où plusieurs villae sont connues, principalement entre le lac Léman et Loèche. Leur apparition intervient vers le milieu du Ier s. ap. J.-C., à l’époque de la création de Martigny, et l’absence systématique d’occupation antérieure accrédite l’idée de véritables créations ex nihilo.

Fig. 57. Plan des vestiges de la villa d’Aspres-sur-Buëch « Serre-la-Croix »

Fig. 57. Plan des vestiges de la villa d’Aspres-sur-Buëch « Serre-la-Croix »

(M. Segard)

Fig. 58. Villa du Serre-la-Croix, mur en remploi

Fig. 58. Villa du Serre-la-Croix, mur en remploi

(M. Segard)

Fig. 59. Vue aérienne de la villa d’Almese

Fig. 59. Vue aérienne de la villa d’Almese

(Brecciaroli Taborelli et al. 2000).

Fig. 60. Plan de la villa de Caselette

Fig. 60. Plan de la villa de Caselette

(Cantino Wataghin et al. 1980).

9Ces différents cas bien documentés montrent l’existence d’une grande propriété dès les dernières décennies du Ier s. av. J.-C., qui se matérialise par le développement en certains endroits d’un habitat dans lequel on perçoit fortement le modèle romain. Cette grande propriété se juxtaposait à des modes d’exploitation qui avaient peu évolué. C’est progressivement, au cours du Ier s. ap. J.-C., que se met en place un réseau souvent dense d’établissements de dimensions variables et qui témoignent de fortunes très inégales. On manque cruellement de données sur ces établissements les plus modestes, mais également les plus nombreux. L’exemple de la région d’Aix-les-Bains, développé dans le paragraphe suivant, permet de décrire un paysage où les villae et les agglomérations sont au cœur d’un territoire où on retrouve un maillage de petits sites mal identifiés, qui correspondent à des petites fermes, des ateliers artisanaux et d’autres bâtiments aux fonctions mal établies. On peut espérer des recherches futures qu’elles se concentrent sur une approche micro-régionale, qui offre l’opportunité de mieux appréhender l’organisation du territoire, en tenant compte des formes variées d’occupation en même temps que des différents terroirs de plaine et de montagne. On perçoit en effet aujourd’hui trop peu la place de sites tels que l’habitat paysan des Présidentes à Aubignosc (Bérard 1997), ou celui de Creys-Mépieu (Isère), où la fouille a montré l’existence d’une petite ferme où se juxtaposent sur un espace limité quelques pièces d’habitat et des pièces de production et de stockage (fig. 61 ; Jospin, Poupon 2002). Moins spectaculaires que les villae, plus modestes par leur taille et leur confort, ces établissements sont le reflet d’une catégorie d’exploitants dont le statut nous échappe, mais qui assurait une partie importante de la production dans les campagnes.

Fig. 61. Restitution de la ferme de Creys-Mépieu

Fig. 61. Restitution de la ferme de Creys-Mépieu

(Jospin et Poupon 2002)

3. Les villae alpines

10Le dossier des villae alpines serait à reprendre dans son intégralité, en entreprenant une enquête approfondie fondée sur une mise en série de la documentation existante, mais également des fouilles ciblées sur les établissements les plus prometteurs.

11On dispose pour certains sites d’un plan (complet ou partiel) ou de suffisamment d’autres éléments (mobilier, inscriptions) permettant de bien les caractériser. Le nord des Alpes est particulièrement riche, avec les villae d’Arbin, de Cognin et des Ilettes pour ne citer que les mieux connues. Les nombreux indices dont on dispose autour du lac du Bourget constituent également un élément de réflexion précieux. Ces exemples gaulois peuvent être confrontés à leurs homologues italiens, même si ceux-ci sont davantage des sites de plaine. Les villae du Valais en revanche, situées sur des terrasses de la vallée du Rhône, s’intègrent parfaitement à une réflexion sur l’exploitation des campagnes alpines.

12Comment aborder ces villae, sinon pour en faire l’illustration d’un attachement des élites alpines à leurs terres d’origine ? Car l’un des enseignements des inscriptions, dans la cité de Vienne au moins, est la rareté des immigrants italiens, et la prépondérance des indigènes (Barthélemy, Mermet, Rémy 1997, 169). L’épigraphie permet de suivre clairement l’intégration de ces populations à travers l’adoption des noms latins, mais également leur inscription dans la tribu Voltinia. C’est ce qui distingue cette cité, mais également celle des Voconces, de la vallée du Rhône et de la Provence, où la déduction de colonies et l’attribution de terres ont conduit à l’installation de colons italiens. Chez les Allobroges, seul T. Pompeius Albinus est très probablement le descendant d’une famille d’Italiens, ce que révèle son inscription dans la tribu Tromentina, qu’on ne rencontre pas en Gaule mais seulement en Italie (Rémy, Pernon, Segard 2002, 279). Chez les Voconces, on sait par le Pro Quinctio de Cicéron (III, 12 et XXV, 79-80) que les élites italiennes investissaient en Gaule, mais également qu’elles ne s’y installaient pas nécessairement. Dans les campagnes, la présence des élites se traduit d’abord par les nombreuses inscriptions, dont la plupart est à caractère funéraire. Les personnages, pour la plupart citoyens romains d’origine indigène, ont fait édifier leur mausolée sur leur domaine.

13Outre les informations sur l’onomastique, la filiation et le cursus des personnages défunts, ces épitaphes, même hors de tout contexte archéologique, témoignent donc de l’existence de grands domaines, les aristocrates ayant pour habitude de faire bâtir leur mausolée sur les terres de leur propriété. C’est ce qu’on constate de façon claire autour du lac du Bourget (fig. 62 ; Leveau, Rémy, Canal et al. 2005-2006, 97-99). Ainsi à la Tour de Grésy se trouve le mausolée des Aprii (ILN, Vienne, 699). À La Biolle et à Viviers-du-Lac, les inscriptions mentionnent deux personnages importants que leur carrière a emmenés dans d’autres provinces. L’un a atteint la charge de préfet de Corse, l’autre a d’abord fait carrière à Vienne, est devenu sénateur, puis a exercé les fonctions d’édile curule et de préteur à Rome, avant de devenir légat adjoint du proconsul de la province d’Asie (ILN, Vienne, 644-645, 707). Profondément attachés aux terres familiales, ces hauts personnages s’y faisaient enterrer, mais surtout y investissaient de façon privilégiée.

Fig. 62. Carte de l’occupation du sol dans le secteur d’Aix-les-Bains

Fig. 62. Carte de l’occupation du sol dans le secteur d’Aix-les-Bains

(M. Segard)

14C’est sur cette dernière réalité qu’il faut insister : le domaine était d’abord une source de revenus, et la fortune nécessaire à garantir le rang social provenait de son exploitation. Dans le cas du secteur d’Aix-les-Bains, aucune villa n’est connue par la fouille. Mais si on se reporte à l’exemple de la villa d’Arbin dans la vallée de l’Isère, on prend la pleine mesure des dimensions considérables qu’elles pouvaient prendre, et du luxe qui y était déployé.

15On rappellera enfin le cas des grandes villae suburbaines, dont plusieurs sont connues par des fouilles dans différentes villes alpines. L’exemple de la villa de Notre-Dame de la Consolation (Aoste) a été évoqué plus haut. De même celle du Parc de la Grange à Genève constitue un exemple très bien documenté. Les structures situées sous l’église de Martigny, au nord de la ville, sont également interprétées comme appartenant à une villa suburbaine (Paccolat 2004, 285).

16Ces établissements étaient les résidences de riches propriétaires dont on peut supposer qu’ils avaient également une demeure en ville. Mais comme le montrent les bâtiments d’exploitation de la villa du Parc de la Grange, elles étaient aussi les centres de domaines qui bénéficiaient de la proximité du marché urbain. La villa des Ilettes à Annecy reflète ces relations entre production rurale et débouché urbain.

17L’établissement appartenait à un riche propriétaire qui trouvait à Annecy le débouché pour ses productions, notamment les volailles (Olive, Deschler-Erb 1999, 36-37 ; Olive 2003, 232-233). Cette villa pose en termes concrets la question des ressources à l’origine de la fortune de grands propriétaires. Pour un exemple où les activités sont bien identifiées, on est confronté à de nombreux exemples pour lesquels on ne dispose d’aucun indice.

4. Villae et établissements ruraux : la prospérité des campagnes alpines

18Les villae des régions de montagne bénéficiaient d’un milieu aux ressources diversifiées, offrant terres arables, prairies, forêts et pâturages, l’ensemble juxtaposé sur des espaces parfois limités. L’hypothèse de domaines homogènes, centrés sur une vallée ou sur un bassin, et dont la villa serait le centre ne doit cependant pas être retenue de façon systématique. Ce constat n’est pas valable uniquement pour les secteurs de montagne, mais il trouve un écho favorable dans la facilité qu’offre le relief à délimiter des micro-régions qui seraient autant de domaines. L’achat de terres se faisait en fonction des opportunités et de leur rentabilité, et avoir un domaine homogène était secondaire. Cette situation est décrite par Frontin (Grom., 38 = Thulin, 6) qui, à travers un exemple italien (la Campanie), montre que les grands propriétaires possédaient des forêts sur des montagnes, « au-delà du quatrième ou du cinquième voisin ».

19Rien n’exclut une situation similaire dans les Alpes, où des forêts particulièrement bien situées (près de débouchés urbains, de rivières navigables), des pâturages ou même des terres agricoles pouvaient être dispersés dans une vallée, un massif et appartenir au même propriétaire. On sait en tout cas que certains territoires de montagne, loin d’être à l’écart de l’investissement foncier, pouvait être l’objet de convoitises que reflète le bornage de certains secteurs du massif de la Chartreuse (ILN, Vienne, 452 et infra, deuxième partie, chapitre 2).

20Les grandes villae alpines pouvaient donc profiter de la complémentarité offerte par le milieu montagnard. Les activités artisanales doivent également être considérées, même si elles sont davantage documentées en milieu urbain. Un cas bien connu est celui des abords du lac du Bourget. D’importants ateliers de céramique luisante s’y sont développés à partir du IIIe s. et jusqu’au Ve s., dans l’anse nord du lac.

21Le mieux connu, identifié par un dépotoir, est situé à Portout, au bord du canal de Savière, exutoire du lac vers le Rhône. La présence à proximité d’un habitat luxueux (sols en mosaïque, tubuli d’hypocauste) suggère que ces ateliers étaient la propriété de notables allobroges, et qu’ils avaient pleinement leur place dans l’économie domaniale. L’emplacement en bordure du lac n’était certainement pas anodin, notamment compte tenu des besoins en eau. Il est en outre certain que les ateliers de céramique du lac du Bourget ont bénéficié de la communication entre le lac et le Rhône par la Savière pour faciliter l’exportation de leurs productions, commercialisées en Provence, en Languedoc et dans la vallée du Rhône. L’inscription de Saint-Jean-de-la-Porte (Combe de Savoie) mentionnant des ratiari (ILN, Vienne, 520) témoigne de ce trafic qui reliait la vallée de l’Isère au Rhône par la cluse de Chambéry puis le lac du Bourget. Elle rappelle ce qui a été dit plus haut à propos des sites routiers, c’est-à-dire tout le bénéfice que pouvait retirer un établissement, même voué principalement à des activités agro-pastorales ou artisanales, de sa proximité à une voie.

Table des illustrations

Titre Fig. 56. Carte de densité de l’occupation du versant français des Alpes à l’époque romaine
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/121/img-1.png
Fichier image/png, 132k
Titre Fig. 57. Plan des vestiges de la villa d’Aspres-sur-Buëch « Serre-la-Croix »
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/121/img-2.png
Fichier image/png, 83k
Titre Fig. 58. Villa du Serre-la-Croix, mur en remploi
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/121/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 59. Vue aérienne de la villa d’Almese
Crédits (Brecciaroli Taborelli et al. 2000).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/121/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 60. Plan de la villa de Caselette
Crédits (Cantino Wataghin et al. 1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/121/img-5.png
Fichier image/png, 72k
Titre Fig. 61. Restitution de la ferme de Creys-Mépieu
Crédits (Jospin et Poupon 2002)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/121/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 62. Carte de l’occupation du sol dans le secteur d’Aix-les-Bains
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/121/img-7.png
Fichier image/png, 207k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search