Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Première partie. Les mutations de l’espace alpin : développement urbain et occupation des campagnes

Chapitre II. Les villes alpines : centres des changements socio-économiques des populations alpines

Texte intégral

  • 2 RAN, 38-39, 2005-2006 et Cahiers du CRHIPA à paraître.

1Évolution la plus manifeste de l’époque romaine, le développement urbain marque l’apparition de modes d’occupation jusque là inexistants. Il renvoie à des questionnements sur les fonctions exercées par les villes qui apparaissent alors. Qu’il s’agisse de la gestion administrative de la cité ou de la province, de leur rôle dans l’intégration des populations, de leur insertion dans l’économie locale ou de leur place dans le trafic transalpin, les villes jouissaient d’une position centrale qu’il s’agit de déterminer. Derrière cette interrogation se cache le problème de définition de la ville alpine. Loin d’être seulement rhétorique, cette question s’impose dans des territoires de montagne qui, pour la plupart, étaient dirigés depuis la plaine : Vienne et Turin en sont les exemples sont les marquants. Cette réalité justifie qu’on s’interroge sur les relations entre ces villes de plaine et leur territoire de montagne, mais également sur la place des villes qui se sont développées au cœur des massifs. Ces questions ont été au cœur des discussions lors des colloques tenus à Grenoble en 2002 et en 2006, qui ont montré qu’il était vain de chercher une définition unique et consensuelle de la ville alpine, et surtout que la réflexion devait avant tout s’appuyer sur un examen de la diversité des formes que recouvre cette expression2.

Fig. 10. Carte des villes et agglomérations romaines des Alpes occidentales

Fig. 10. Carte des villes et agglomérations romaines des Alpes occidentales

(M. Segard)

2Dresser un panorama du développement urbain doit amener à une meilleure compréhension des raisons de l’implantation et du développement de ces villes, à évaluer leur place dans l’intégration des populations et dans la structuration de la vie économique. Cette démarche demande d’accorder une attention soutenue à la géographie des Alpes occidentales et aux aspects chronologiques, qui éclairent sur les rythmes de création et de développement. Les choix d’implantation, la lecture de l’urbanisme ou encore la structuration par rapport au réseau routier sont autant d’éléments susceptibles d’évaluer l’importance des villes alpines et leur place dans leur territoire. Cette approche, qui demande d’examiner les caractéristiques des villes - au sens large - insiste sur la fonction sociale et économique de la ville, foyer de romanisation, centre de consommation et débouché pour les productions des campagnes. Il s’agit donc ici de présenter un inventaire des sites connus, fondé sur les connaissances anciennes, les fouilles publiées et sur une reprise des travaux sur certains sites spécifiques (fig. 10 et Annexe 1). Cette démarche se veut résolument transfrontalière, car elle seule permet de s’affranchir de traditions de recherche nationales et régionales, et de sortir de leur isolement certains sites dont la spécificité ne peut ressortir qu’au travers de comparaisons. Ce catalogue raisonné s’intéresse non seulement aux capitales de province et chef-lieux de cité, mais également aux nombreuses agglomérations qui jalonnaient le territoire alpin. Longtemps délaissées au profit des villae, considérées comme le principal mode d’occupation de l’espace rural, elles s’intègrent dans des séries bien étudiées depuis plus d’une décennie, qui ont contribué à les caractériser et à identifier leur place dans la vie économique des campagnes et dans les processus d’intégration. C’est sans doute l’un des apports majeurs du colloque de Bliesbrück, point de départ de ces recherches en France, qui a montré la variété, en termes de dimensions, d’organisation ou encore de monuments qu’elles comportent, que recouvre le terme commun d’agglomération secondaire, dont la définition insiste principalement sur leur infériorité juridique par rapport au chef-lieu de cité (Petit, Mangin 1994). Pour le secteur qui nous intéresse ici, on notera en particulier des contributions sur la Gaule Narbonnaise, l’Italie du Nord et la Suisse (Leveau 1994 ; Maggi, Zaccaria 1994 ; Paunier 1994). Un dossier récent consacré à la Gaule du Sud (RAN, 35, 2002) a montré, à travers une réflexion sur le thème du vicus et de la villa, que les problématiques autour des agglomérations avaient depuis beaucoup évolué, notamment grâce à la multiplication des découvertes et des recherches qui leur ont été consacrées. Deux articles y concernaient des exemples alpins, La Bâtie-Montsaléon et Arbin (Leveau, Segard, Barbier et al. 2002 ; Rémy, Pernon, Segard 2002). Le premier faisait écho à un bilan sur les Alpes du Sud réalisé quelques années plus tôt, qui pointait du doigt la rareté des recherches sur les agglomérations dans cette région (Barruol 1998). Depuis, les deux colloques de Grenoble consacrés aux agglomérations de la cité de Vienne puis aux villes des autres cités et provinces alpines ont témoigné d’un dynamisme de la recherche dans les Alpes. Leur publication fait d’ailleurs écho à deux colloques tenus quelques années auparavant, et en grande partie ignorés par la recherche française. L’un concernait de façon générale les villes et les agglomérations secondaires des régions de la frange septentrionale des Alpes (Hanel, Schucany 1999). Le second, centré sur les régions alpines centrales et orientales, illustrait l’ancienneté et l’abondance des travaux menés en Italie du Nord (Santoro Bianchi 1999). Consacré aux « insediamenti minori », il mettait en avant la même difficulté à qualifier les agglomérations autrement qu’en termes de hiérarchie juridique. S’agissant des Alpes occidentales, il s’agit d’une question importante ; des petites villes telles que Caraglio et Cavour présentent des dimensions et des caractères peu éloignés des agglomérations de Narbonnaise ou des provinces alpines, et elles doivent leur statut municipal à leur intégration dans le territoire italien, à une époque où beaucoup de petits centres devenaient municipes. Qu’elles aient eu une fonction dans l’organisation administrative du territoire ne peut être négligé, mais sont-elles pour autant, davantage que leurs homologues privées d’autonomie juridique, des lieux privilégiés de rayonnement économique et de vie collective pour les populations rurales ? Cette question de la hiérarchie juridique, si elle ne doit pas être écartée, doit cependant inciter à caractériser les agglomérations sur d’autres critères, qui permettent d’évaluer leur place dans l’économie des régions alpines.

3C’est l’objectif principal de l’inventaire des agglomérations, présenté par commodité par grandes régions (Transpadane, Gaule Narbonnaise et provinces alpines), et qui doit justement exposer la diversité des dimensions et des formes pour comprendre ce qui a favorisé leur apparition et leur développement. Cette démarche doit accorder une attention particulière à la question du passage et du rôle structurant des voies (Leveau 2002a et 2004a). Il est évident que dans les régions alpines, la localisation de la plupart des villes dans les vallées ou à leur débouché demande qu’on s’interroge sur l’importance du passage et des voies dans cette implantation. Cette question en appelle d’ailleurs une seconde, qui concerne le problème d’identification des sites indiqués sur les itinéraires routiers, trop souvent considérés comme des agglomérations, et qui en réalité recouvrent des réalités très variées (Leveau 2002b). Elle justifie que l’ensemble des sites indiqués sur les itinéraires soient inclus dans la réflexion, sans présumer pour autant qu’ils correspondent tous à des agglomérations.

1. À la croisée de deux dynamiques : les villes d’Italie, entre organisation de la Cisalpine et conquête des Alpes occidentales

4Le versant oriental est à partir de l’époque augustéenne intégré à l’Italie (Ligurie et Transpadane) et en partie dans des districts alpins qui deviennent plus tard des provinces (Alpes Cottiennes et Maritimes). La Ligurie (neuvième région augustéenne), qui comprend l’extrémité de la chaîne appennine et le littoral ne sera pas présentée ici. Il faut cependant signaler, comme c’est le cas de Cimiez dans les Alpes Maritimes, l’existence de villes littorales dont l’arrière-pays est entièrement montagneux, tels Albenga/Albingaunum et Vintimille/Albintimilium. Cette particularité bien décrite par Strabon (IV, 6, 2) rappelle la configuration du littoral entre la partie occidentale de la Ligurie et les Alpes Maritimes, où les derniers reliefs alpins, très abrupts, plongent littéralement dans la Méditerranée. On renverra pour l’ensemble de région au travail exhaustif de L. Gambaro, qui offre un panorama très détaillé présentant les étapes de la conquête et de l’intégration, mais également une synthèse sur le développement urbain et la vie économique (Gambaro 1999).

5L’urbanisation de la partie occidentale du bassin du Pô (globalement la Transpadane), suit étroitement les étapes de l’intégration de ces régions. Le long processus de conquête et d’intégration de la Cisalpine, très bien documenté pour les régions orientales et centrales de la vallée du Pô, l’est beaucoup moins à l’ouest d’une ligne qui rejoint Milan à Gênes (Peyre 1979, 119-128). En dehors de l’opération de 143 av. J.-C. contre les Salasses, on ignore presque tout des évènements qui ont conduit à la soumission des peuples qui occupent les régions qui bordent l’arc alpin. La fondation d’une colonie en 100 av. J.-C. à l’entrée de cette vallée (Ivrée) marque avant tout les intérêts stratégiques liés au passage, et peut-être la volonté de contrôle d’un territoire riche en or (gisements de La Bessa). Strabon (IV, 6, 4) rappelle bien cette situation d’avant-poste quand il indique que les habitants n’avaient pu résister aux Salasses jusqu’à ce que ceux-ci soient soumis lors des campagnes augustéennes. La création de grandes voies et la dynamique de création urbaine, dès la fin du IIe s. av. J.-C., ne concerne pas la bordure occidentale de la plaine du Pô. Jusqu’à l’époque augustéenne ces secteurs sont sans doute régis par un foedus qui leur garantit une certaine autonomie, mais qui exige en retour leur fidélité attestée par leur loyalisme lors des Guerres Sociales. La conquête définitive par Auguste des régions alpines à partir de 25 av. J.-C. est une étape décisive dans l’intégration du versant oriental des Alpes et dans le développement urbain. La déduction d’une colonie romaine à Aoste suite à la soumission des Salasses, jusqu’alors maîtres de la vallée, en est l’illustration la plus connue.

6Le choix des sites présentés ici prend en compte la particularité de la Transpadane, centrée sur la plaine du Pô, mais qui comprend également les versants qui la bordent. Il ne s’agit pas ici de considérer la Transpadane dans son ensemble, mais seulement de sa partie occidentale, qui borde le massif alpin. On discutera ici des villes d’Aoste/Augusta Praetoria, Turin/Augusta Taurinorum et Ivrée/Eporedia, toutes trois colonies de fond de vallée ou en bordure du massif alpin. Les motifs de leur création et les étapes de leur développement, ainsi que les caractères de leur urbanisme sont exposés dans une thèse récemment publiée consacrée aux villes de Transpadane, qui comprend une bibliographie exhaustive sur ces questions (Chrzanovski 2006). Il faut ajouter quatre agglomérations au contact des premiers contreforts alpins : San Lorenzo di Caraglio/Forum Germa[---], Cavour/Forum Vibii, Avigliana/Ad Fines et Valperga, les trois premières ayant livré des inscriptions attestant leur rang de municipe. Ces sites, peu documentés, ont fait l’objet d’une synthèse qui, bien qu’elle ne fournisse aucun document synthétique (plan en particulier), renvoie aux nombreuses publications et découvertes sur l’ensemble des villes romaines du Piémont actuel (Panero 2000). C’est l’examen de tous ces sites, et leur mise en série qui doit permettre de discuter le caractère alpin de villes qui, bien que pour la plupart localisées au débouché de vallées alpines, sont situées en plaine.

1.1. Aoste/Augusta Praetoria

  • 3 César, Bellum Gallicum, III, 1 ; Strabon, IV, 6, 7.
  • 4 AE, 1989, 0334.

7Considérée comme modèle de la ville romaine de fondation, Aoste a été implantée en 25 av. J.-C. au fond de la vallée de la Doire, dans un secteur encadré par de hauts massifs. Sa localisation au débouché des itinéraires empruntant les cols du Petit et du Grand-Saint-Bernard rappelle l’enjeu stratégique que représentait la conquête de cette vallée, notamment par rapport aux difficultés que posaient auparavant les populations indigènes aux armées et aux voyageurs3. Ville de passage, Aoste accueillait d’ailleurs une station du Quarantième des Gaules qui confirme l’importance du trafic qui empruntaient les deux grandes voies transalpines empruntant la vallée4.

  • 5 Pline (III, 123-124) précise seulement qu’Aoste était sur l’ancien territoire des Salasses.

8La ville antique est connue par les découvertes anciennes et par les opérations d’archéologie préventive (Collectif 1985 ; Mollo Mezzena 1990 ; Cavallaro 2001 ; Chrzanovski 2006, 15-48). Les fouilles indiquent l’absence de toute occupation antérieure et confirment l’hypothèse d’une fondation ex nihilo de la ville dont le nom Augusta Praetoria rappelle l’envoi de vétérans pour la peupler. A la différence de Turin, elle ne porte pas l’épithète ethnique, contrairement à ce qui est parfois affirmé5. L’organisation de la ville est conditionnée par son enceinte et par le réseau de rues, même s’il faut rappeler que le plan de la ville restitue arbitrairement un découpage en îlots identiques de 75 m sur 57,50 m. Il s’agit d’une réalité qui n’a été que ponctuellement vérifiée et qui accentue artificiellement le caractère parfaitement géométrique d’Aoste (Gros et Torelli 1988, 214). Il faut par ailleurs rappeler que la ville s’est développée en dehors de l’enceinte (fig. 11). On trouve en particulier, à la sortie orientale, l’arc d’Auguste édifié en 25 av. J.-C. pour commémore la victoire sur les Salasses. Avec le pont qui le précède et la porte ouverte dans l’enceinte, il marque nettement la rupture entre la ville et son territoire. C’est une réalité forte aux origines de la ville, alors qu’il existe encore une différence de statut entre les citoyens romains et les Salasses, qui ne sont qu’incolae. Outre ces édifices, l’aménagement de la périphérie de la ville est connu par plusieurs nécropoles, un pont sur la Doire, plusieurs tronçons d’un aqueduc et quelques établissements dispersés (Porossan, ND de la Consolation, St-Martin-de-Corléans).

Fig. 11. Plan de la ville d’Aoste et de ses alentours

Fig. 11. Plan de la ville d’Aoste et de ses alentours

(Mollo Mezzena 1992)

9La ville intra-muros, étendue sur 42 hectares, est délimitée par l’enceinte quadrangulaire édifiée rapidement après la fondation. Réalisée en gros blocs de travertin, elle est renforcée par un agger délimité par un important mur de soutien. Ce dispositif confirme la fonction militaire déterminante lors de sa construction, afin de prévenir d’éventuels heurts avec une population tout juste soumise. Elle entre également dans une série d’enceintes à fonction symbolique qui marquent l’abolition en Italie du Nord du statut provincial et l’accession à la pleine citoyenneté grâce aux mesures des années 49-42 av. J.-C. (Bonetto 1998, 163-166). L’intérieur de l’enceinte est régi par un réseau hiérarchisé de rues orthogonales qui délimitent des îlots (fig. 12). La ville est structurée par deux axes majeurs perpendiculaires qui constituent le prolongement des deux grandes voies transalpines qui se rejoignent à Aoste. Ces deux rues donnaient sur l’extérieur par des portes, dont la Porta Praetoria (à l’Est), encore entièrement conservée. À leur croisement a été placé le forum, dont l’aire publique et l’aire sacrée ont été reconnues (Mollo Mezzena 1995). La place et le temple, surélevé grâce à un vaste cryptoportique, occupent la surface de huit îlots (presque 3,5 hectares). La configuration générale, typique des fora de la fin de la République et du début de l’Empire, renvoie au modèle tripartite qu’on observe à la même époque dans de nombreuses villes d’Italie du nord (Brescia, Bene Vagienna ou Zuglio), bien que rien n’atteste à Aoste l’existence d’une basilique qui ferme la place, en bordure du Decumanus Maximus. La forme du temple (proche de la Maison Carrée de Nîmes ou du temple d’Auguste et Livie à Vienne) et les conditions de fondation de la ville suggèrent qu’il était dédié à Auguste et Rome.

Fig. 12. Plan d’Aoste intra-muros au Haut-Empire

Fig. 12. Plan d’Aoste intra-muros au Haut-Empire

(Mollo Mezzena 1985)

10Les autres édifices publics connus sont les deux édifices de spectacle et les thermes. Le théâtre et l’amphithéâtre présentent la particularité d’être tous deux intégrés à l’intérieur de l’enceinte. La construction du théâtre remonte au début du Ier s. ap. J.-C. Il est probable que l’amphithéâtre, situé immédiatement au nord, lui a été relié par un portique, formant ainsi un bloc homogène. Les thermes publics sont localisés dans l’îlot qui jouxte le forum à l’est. Les structures connues occupent une grande partie de la moitié orientale de l’îlot (55 m sur 51 m). Elles permettent de situer la construction des thermes au cours du Ier s. ap. J.-C. L’habitat des populations aisées est principalement situé dans des quartiers proches du Decumanus Maximus. Certaines maisons dotées de péristyle et d’espaces de vie richement décorés témoignent de l’émergence d’un habitat luxueux dès l’époque augustéenne (insulae 33 et 35). Elles révèlent l’installation à Aoste de riches propriétaires peu de temps après la déduction de la colonie. C’est ce que confirme la fouille de la villa suburbaine de Notre-Dame-de-la-Consolation, sur le sommet du cône alluvial qui surplombe la ville au nord, dont la partie résidentielle a été édifiée à l’époque de la fondation d’Aoste. D’autres fouilles témoignent du développement progressif de la ville, à l’exemple de la maison à péristyle de l’insula 39, bâtie à la fin du Ier s. ap. J.-C, dans un terrain qui n’avait jamais été occupé.

1.2. Turin/Iulia Augusta Taurinorum

11Turin est située dans la plaine du Pô, dans un paysage au relief très peu prononcé. Quoique discuté, son statut de ville alpine est justifié, notamment par sa place de carrefour entre la plaine du Pô et la grande route alpine du Montgenèvre. Le nom suggère que la ville a bénéficié du statut de municipe à la suite de la loi de 49 av. J.-C., puis qu’elle a été l’objet d’une fondation coloniale augustéenne, peut-être en 27 av. J.-C., associée à l’arrivée de colons (Roda, Cantino Wataghin 1997, 191-196). La déduction d’une colonie témoigne de l’importance de la ville, avant-poste au pied des Alpes et des terres de Cottius avant sa soumission, point de contrôle de la route transalpine la plus empruntée à cette époque, et au cœur d’un territoire riche où pouvaient être installés de nombreux vétérans. La ville, souvent comparée à Aoste pour son plan orthogonal, est nettement moins bien documentée, malgré la multiplication des fouilles de sauvetage (fig. 13 ; Panero 2000, 170-186 ; Chrzanovsi 2006, 51-73). Du point de vue chronologique, on dispose de peu de détails sur les occupations les plus anciennes, en particulier sur l’urbanisme pré-augustéen. Deux synthèses consacrées à la ville présentent les connaissances sur l’histoire institutionnelle et sur l’occupation de Turin depuis ses origines (Sergi 1997 ; Mercando 2003).

Fig. 13. Plan de la ville de Turin

Fig. 13. Plan de la ville de Turin

(d’après Chrzanovski 2006)

12La ville est inscrite dans une enceinte quadrangulaire qui englobe une surface de presque 55 hectares (760 m sur 720 m). Datée de l’époque augustéenne, la courtine en opus vittatum est scandée par des tours et par quatre portes, dont la seule conservée est la Porta Palatina. L’intérieur de la ville est découpé en îlots de taille irrégulière par un réseau de rues : le développement urbain qui a suivi la création de la colonie a dû concilier un plan « idéal » avec des édifices déjà existants. En dehors du théâtre, les édifices publics de la ville sont très mal connus, en particulièrement le centre civique. Jamais réellement identifié, le forum est placé par hypothèse au croisement des deux axes majeurs, le long du prolongement urbain de la voie vers les Gaules. Le théâtre est situé au nord-est de la ville, à l’intérieur de l’enceinte et près d’une porte. La construction à l’époque augusto-tibérienne a été suivie d’un agrandissement dans la seconde moitié du IIe ou au IIIe s. La présence d’un amphithéâtre n’est qu’hypothétique, certaines cartes anciennes plaçant une structure elliptique en position suburbaine, au sud de la ville romaine (Panero 2000 : 183-194). L’habitat enfin, est documenté par des découvertes ponctuelles, principalement de maisons luxueuses à proximité des rues principales. Le mobilier et quelques sols en opus signinum indiquent l’installation de populations aisées dès l’époque augustéenne.

1.3. Ivrée/Eporedia

  • 6 voir infra, Deuxième partie, Chapitre 3.

13La ville romaine est située à l’emplacement de la ville actuelle, sur une terrasse de la Doire Baltée. Localisée en rive gauche de la rivière, au carrefour de la plaine du Pô et de la Vallée d’Aoste, elle a dû s’adapter à un relief en légère pente. La déduction d’une colonie romaine en 100 av. J.-C. a été réalisée au cœur d’un territoire confisqué une quarantaine d’années plus tôt aux Salasses (Pline, III, 123). L’hypothèse d’une occupation antérieure, fondée sur l’origine celtique du nom Eporedia, n’a jamais été démontrée par les fouilles archéologiques. À l’origine, la ville a une double vocation. Elle constitue d’abord un avant-poste militaire aux frontières de régions non soumises, alors que Rome vient de percevoir, à la suite de la victoire sur les Cimbres, le danger de possibles incursions par les Alpes et la plaine du Pô. En même temps, il est possible que la colonie ait joué un rôle dans l’administration et le contrôle des gisements aurifères confisqués aux Salasses quelques décennies auparavant6.

14La topographie urbaine d’Eporedia est particulièrement mal connue, à l’exception de portions du réseau viaire, et de quelques édifices (fig. 14 ; Brecciaroli Taborelli 1987 ; Panero 2000, 186-199 ; Chrzanovski 2006, 119-134). Étendue sur une vingtaine d’hectares au moins, la ville était bordée au sud par la Doire, où d’importants aménagements des berges ont été repérés (Finocchi 1980). Les tronçons de courtine, mal datés, indiquent que la colonie était dotée d’une enceinte, sans doute dès son origine. Traversée par un decumanus maximus est-ouest qui prolonge la voie provenant de Verceil/Vercellae, elle était aménagée en terrasses. Un axe perpendiculaire, se dirigeant vers la vallée d’Aoste, est localisé par hypothèse à hauteur de la cathédrale. Les quelques tronçons de rues reconnues ponctuellement ne permettent pas, en tout cas, de restituer une organisation générale orthogonale. Le forum est localisé de façon hypothétique dans le secteur de la cathédrale, où pouvaient se recouper les axes majeurs et d’où proviennent plusieurs inscriptions sacrées et honoraires. C’est là aussi qu’a été repéré le théâtre, sur une légère pente le long du decumanus maximus. Sa construction est datée de la fin du Ier s. ap. J.-C., comme l’amphithéâtre. Celui-ci était revanche en dehors de la ville, le long de la voie et à l’emplacement d’une villa suburbaine occupée dès l’époque augustéenne. Parmi les autres édifices connus, ils faut signaler un édifice sans doute public dans la partie orientale de la ville (Piazza Balla). Ce grand bâtiment bordant le decumanus maximus est interprété comme des horrea. Dans d’autres secteurs de la ville, la découverte ponctuelle de sols en mosaïque ou en opus signinum indique la présence d’un habitat luxueux, mais aucune habitation n’a été fouillée en intégralité. Toutes ces découvertes témoignent d’un développement tardif d’Eporedia, à l’époque augustéenne au plus tôt. Les vestiges de l’occupation du Ier s. av. J.-C. n’ont été que ponctuellement observés. Il faut enfin évoquer un site suburbain important situé à 2 km à l’est de l’amphithéâtre (Donna d’Oldenico 1980). Les vestiges, qui s’étendent sur au moins 1,5 hectares, correspondent à de nombreux tronçons de murs en petit appareil encore en élévation. Le site est considéré comme un établissement lié au passage, doté d’écuries ou d’étables. Cette interprétation s’appuie en partie sur la toponymie (lieu-dit Stallabia) et sur l’origine gauloise du nom de la colonie qui signifierait qu’il existait là une station, une halte pour les chariots. Un passage de Pline (III, 123) explique d’ailleurs, lorsqu’il évoque Ivrée, qu’on appelait à son époque éporédies les bons dresseurs de chevaux. Le site, qui mériterait une reprise des recherches, incite en tout cas à réfléchir sur la place d’Ivrée dans le trafic transalpin, et sur l’importance des activités d’accueil et de ravitaillement que devaient assurer les villes alpines.

Fig. 14. Plan de la ville d’Ivrée

Fig. 14. Plan de la ville d’Ivrée

(d’après Chrzanovski 2006)

1.4. San Lorenzo di Caraglio/Forum Germa[---]

  • 7 CIL, V, 7832 et 7836 ; Suppl.Ital. 13, n°9.
  • 8 Molli Boffa 1980 ; QSAP, 16, 1999, 233 ; 19,2002, 130-132.
  • 9 QSAP 13, 1995, 343-344 ; 19,2002, 130-132.
  • 10 QSAP, 8 1989, 181-182 ; 10, 1991, 151-154 ; 11,1993, 256-257.

15Cette petite ville est située dans la plaine du Pô, au débouché du Val Grana. Elle est identifiée au Forum Germa[---] connu par plusieurs inscriptions7. La reprise du dossier épigraphique suggère une fondation dans les dernières décennies du IIe s. av. J.-C. (Culasso Gastaldi, Mennella 1996a, 261). Le nom de « forum » indique une agglomération créée ex nihilo dans un contexte de peuplement dispersé faisant en partie appel à des assignations viritanes (Ruoff-Väänänen 1978, 14-15). Ce modèle induit une intégration progressive des populations locales que la plupart des auteurs situent tardivement, sans doute à l’époque d’Auguste ou même de Tibère. L’inscription la plus ancienne remonte d’ailleurs au milieu du Ier s. ap. J.-C., et les données archéologiques confirment un développement durant le Ier s. Elles permettent d’identifier une zone d’environ deux hectares centrée sur l’église, où est placé par hypothèse le centre civique du municipe (fig. 15 ; Lamboglia 1976). Une nécropole utilisée du Ier au IIIe-IVe s. marque la limite orientale de l’agglomération8. Les autres édifices sont partiellement connus et le plus souvent mal conservés. Les thermes constituent l’ensemble le plus important (Pellegrino 1989). Les différents espaces, alignés sur un axe, s’étendent sur 45 m environ d’est en ouest et sur 7-9 m maximum du nord au sud (la partie septentrionale n’est pas connue). Les fouilles ont permis d’y reconnaître les pièces tiède, froide et chaude, dotées pour ces deux dernières d’un bassin. Il faut également signaler un édifice probablement public, à 40 m au sud-est de l’église9. Il correspond à un grand portique de 8 m de large qui s’appuie sur des pilastres maçonnés de grandes dimensions (3,5 m de côté). Plusieurs autres murs, dont l’un, en arc de cercle, est accolé au portique appartiennent à un bâtiment beaucoup plus vaste daté du Ier-IIe s. et de fonction indéterminée. Les rares vestiges d’habitat ont été mis au jour au sud-ouest de l’église10. Ils correspondent à des bâtiments de qualité moyenne, bâtis en galets liés au mortier et dotés de sols en dur ou en terre battue.

Fig. 15. Plan de l’agglomération de San Lorenzo di Caraglio

Fig. 15. Plan de l’agglomération de San Lorenzo di Caraglio

(M. Segard)

16À l’image d’autres agglomérations modestes, celle de San Lorenzo correspond à un noyau de dimensions limitées où se distinguent deux édifices publics. Les vestiges confirment l’hypothèse d’un petit centre de vie au cœur de régions rurales, qui devait à son statut municipal et à la présence de notables d’être doté de quelques monuments importants. La nature des structures d’habitat suggère en revanche une population peu aisée et rurale, les élites résidant plutôt dans leur demeure aux alentours. Plusieurs éléments permettent enfin d’évaluer la place de San Lorenzo dans le trafic transalpin. Cette question avait été évoquée à propos des thermes, comparés pour leur importance à ceux de stations routières (Pellegrino 1989, 36-40). La présence d’un pont romain à San Maria di Valgrana, en amont dans la vallée de la Grana, suggère en tout cas que cette vallée constituait un axe de passage secondaire. Par ailleurs, une inscription découverte à San Lorenzo di Caraglio mentionne un muletier (CIL, V, 7837). Cette inscription comporte également une représentation du muletier et d’un chariot à quatre roues tirés par deux mules ; elle peut être rapprochée de celle d’Aix-les-Bains (ILN, Vienne, 667-668), et suggère les services offerts aux commerçants et voyageurs qui passaient par Forum Germa[---] et désiraient rejoindre la Gaule par le Valgrana ou par Pedo(na) et le col de Larche.

1.5. Cavour/Forum Vibii

  • 11 QSAP, 2, 1983, 177-178 ; 4, 1985, 33-34.
  • 12 QSAP, 4, 1985, 43 ; 6, 1987, 159-180 ; 12, 1994, 193-210.

17Citée par Pline (III, 123) qui évoque l’oppidum Vibi Forum, cette agglomération est située en bordure de la plaine du Pô, près des premiers contreforts des Alpes. Ce paysage de plaine est dominé par La Rocca, colline qui domine la ville actuelle au sud (fig. 16). L’occupation du secteur de Cavour est connue par quelques découvertes archéologiques peu importantes, qui permettent d’estimer l’étendue de l’agglomération à une trentaine d’hectares (Panero 2000, 258-260 ; Chrzanovski 2006, 137-145). Les découvertes fortuites de murs et de mobilier permettent de la localiser au sud-est de la ville actuelle, et à l’est de la colline. C’est sans doute à l’époque césarienne que l’habitat préromain reçoit le titre de municipe, à une époque de fondation urbaine et de réorganisation administrative de la Cisalpine (Cresci Marrone, Filippi 1998, 369-396). Jusqu’au début du Ier s. ap. J.-C., cet habitat était concentré sur le sommet et le versant nord de La Rocca, où les fonds de cabane en pierre sèche et le mobilier datés des IIe-Ier s. av. J.-C. indiquent l’existence d’une occupation antérieure au développement de l’agglomération au pied de la colline11. Identifiée à l’oppidum des Caburriates, cette occupation durant les deux derniers siècles av. J.-C. est également attestée par les tombes découvertes dans la nécropole qui constitue au Haut-Empire la limite septentrionale de l’agglomération. Les tombes, de typologie variée (sarcophages, sous tuiles, incinérations, en pleine terre et en amphore), permettent de définir une fréquentation longue12. Les plus anciennes remontent au VIe-Ve s. av. J.-C., les plus récentes datent du IIIe-IVe s. Utilisée de façon continue depuis le Ier s. av. J.-C., la nécropole s’étend lorsque l’agglomération se développe dans la plaine, entre le milieu du Ier s. ap. J.-C. et la fin du IIe s. ap. J.-C. Cette fourchette chronologique est définie par le mobilier en surface, car l’absence de fouille est un obstacle à la restitution de l’organisation de Cavour et à la connaissance des édifices qui la composent. Seul un habitat est signalé, mais non décrit, immédiatement au nord de la nécropole, dans une zone qu’on imagine donc plutôt en périphérie de l’agglomération. Aucun édifice public n’est par ailleurs connu, sinon des thermes documentés par une inscription qui rappelle le don d’une piscina et d’un balineum (CIL, V, 7345).

Fig. 16. Plan de l’agglomération de Cavour

Fig. 16. Plan de l’agglomération de Cavour

(M. Segard)

1.6. Avigliana/Ad Fines, Fines Cotti

  • 13 César, Bellum Gallicum, I, 10 ; Strabon, IV, 1, 3.
  • 14 QSAP, 10, 1991, 185-187 ; 13, 1995, 370-371 ; 17, 2000, 208-212.

18L’agglomération est située à l’emplacement du hameau de Malano, dans un secteur vallonné au contact des premiers reliefs alpins. Les inscriptions y placent la station Fines Cotti du Quarantième des Gaules, également indiquée sur les Gobelets de Vicarello (ad Fines XXXX) et sur l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem qui y place une mansio (France 2000, 81-90). Comme l’indique son nom, la station était à la limite des Alpes Cottiennes, à peu de distance d’Ocelum, bourg non localisé précisément, mentionné par César et Strabon13. Située à 25 km à l’ouest de Turin, elle est également connue par quelques découvertes archéologiques qui permettent d’estimer à environ 5 hectares l’étendue de l’agglomération14. Vers le sud, l’agglomération était bordée par une zone périodiquement inondée par la Doire, et qui a été l’objet de drainages dès l’Antiquité.

19Deux édifices se distinguent : d’abord un vaste bâtiment (80 m sur 40 m) fouillé au XIXe s. à proximité de la route Turin-Suse, mais pas précisément localisé (Betori, Mennella 2002, 15-19). De forme quadrangulaire et divisé en cinq grands pièces, il a livré du mobilier qui confirme son importance et son caractère public : deux inscriptions qui ont conduit à l’interpréter comme temple dédié aux Mères (CIL, V, 7210-7211), mais également des fragments de sculpture (tête de Cybèle, groupe de prisonniers barbares) qui orientent plutôt vers un monument dédié à un empereur ou à un membre de la famille impériale. L’autre édifice est partiellement connu par une fouille préventive. De plan quadrangulaire (13 m sur 5,5 m), il est formé d’une grande pièce centrale dotée d’une petite exèdre et encadrée par deux pièces. Il est possible que ce bâtiment de fonction indéterminée, occupé au Haut-Empire, soit celui en partie fouillé au XIXe s. et dont provient un autel dédié à Jupiter Optimus Maximus par un affranchi impérial (CIL, V, 7209). Tous les autres vestiges ont été observés ponctuellement, à l’exception d’un petit bâtiment modeste organisé autour d’une cour, qui évoque davantage une ferme qu’un édifice urbain. Avigliana évoque un noyau peu étendu, doté d’édifices publics, et où devait se trouver la station douanière. Mentionnée sur les itinéraires routiers, l’agglomération a également prospéré grâce au passage, et cela dès la création du système de la Quadragesima Galliarum, que J. France place entre 20 et 5 av. J.-C. Avigliana en était sans doute une station importante : elle abritait vraisemblablement un tabularius impérial affecté pour contrôler les comptes des sociétés de publicains qui y avaient peut-être un bureau central (France 2001, 84-85).

1.7. Valperga

  • 15 QSAP, 8, 1988, 228-229 ; 10, 1991, 190-193 ; 11, 1993, 286-287 ; 12, 1994, 334-335.

20Situé dans Haut Canavese, zone de collines entre Turin et Ivrée, ce bourg rural dominé par les premiers reliefs alpins est connu par les fouilles préventives. Sa caractéristique principale est son articulation autour d’une voie qui vient de l’Est, qui bifurque un peu avant le site pour prendre une direction Nord-Est/Sud-Ouest15. Les bâtiments, mis au jour sur environ 1500 m2, sont disposés des deux côtés de cette voie large de 6 m (fig. 17). Dans une première phase d’occupation, durant la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., plusieurs bâtiments en matériaux mixtes (galets, terre, bois) sont disposés le long de la voie, sans organisation particulière. Ils évoquent un hameau composé de plusieurs habitations et bâtiments d’exploitation, et le mobilier céramique se distingue par l’absence d’importations et la prédominance de la vaisselle de tradition indigène. Au tournant entre le Ier et le IIe s. ap. J.-C., l’ensemble connaît une restructuration profonde. Les bâtiments sont désormais alignés suivant la direction de la voie, qui sert d’axe directeur. De longs murs communs à différents bâtiments longent la voie des deux côtés et évoquent une organisation collective du bâti. Les habitations présentent une même organisation autour d’une petite cour située à l’arrière. Comme auparavant, les murs sont systématiquement construits en galets liés à la terre ou à l’aide d’un mortier de mauvaise qualité. La maçonnerie n’est employée que pour les fondations et le bas des murs, l’élévation étant réalisée en matériaux périssables. Durant toute l’occupation du site, les tuiles sont employées pour la couverture des bâtiments.

Fig. 17. Photographie aérienne du site de Valperga, Piémont

Fig. 17. Photographie aérienne du site de Valperga, Piémont

(Brecciaroli Taborelli 1994)

  • 16 CIL, V, 6917 : duumvir ; 6918 : décurion ; 6919 : curateur de la res publica Valen[…].

21Les différents vestiges font de Valperga un petit noyau d’habitat marqué dès son origine par la présence de la voie, qui correspond sans doute à l’itinéraire qui reliait Turin et Ivrée. Les modes de construction et le mobilier évoquent une communauté rurale modeste dont témoignent d’ailleurs plusieurs inscriptions découvertes dans une nécropole à Valperga et dans le même secteur (Cresci Marrone 1991). Seules quelques unes sont les épitaphes de personnages importants, gravées sur des blocs de marbre16. La plupart ont un texte peu développé, grossièrement inscrit sur des blocs de taille inégale et rarement travaillés. Elles correspondent à ce qui est qualifié « d’épigraphie pauvre ». Si l’expression elle-même demande à être nuancée, elle met en avant la juxtaposition, dans un même espace, de populations très distinctes. D’abord une catégorie aisée, locale et romanisée ou correspondant aux nouveaux colons, qui a souvent un rôle dirigeant. Les inscriptions qui comportent des noms indigènes ou seulement latinisés sont représentatives d’une catégorie composée « des membres ou des descendants du substrat indigène préromain, attirés dans l’orbite de la romanisation, mais attachés à des situations subalternes ». L’installation de ces populations peut être mise en relation avec la réorganisation du territoire de Turin et la première opération de cadastration du territoire de Turin, qui concerne justement ce secteur. C’est la centuriation dite « de Caselette », dont la mise en place remonte aux dernières décennies du Ier s. av. J.-C. (Zanda 1998, 58-59). Elle a conduit au développement de petites bourgades qui, tout en profitant de la proximité de la voie, abritaient avant tout une population à forte économie agricole et vivrière.

1.8. Les villes de Transpadane, des villes alpines ?

22L’examen des villes qui bordent le versant oriental des Alpes pose la question de leur place dans l’organisation et l’exploitation des territoires alpins. Considérer cette question nécessitait de prendre en compte les conditions de l’apparition de ces villes, les évolutions qu’elles ont connues, le choix de l’implantation et les formes qu’elles ont prises. La première remarque concerne le développement de ces villes qui, en dehors d’Aoste et Suse, s’est concentré sur la bordure de la plaine du Pô. Cette implantation particulière relève d’évidences topographiques : cette région est caractérisée par des vallées étroites et de longueur peu importante, qui débouchent de façon abrupte dans la plaine du Pô. Contrairement au versant français, le Piémont et la Ligurie actuels possèdent peu de longues vallées favorables au développement urbain, en dehors de celles de la Doire Ripaire et de la Doire Baltée. La seconde remarque est d’ordre chronologique. L’examen des villes de la partie occidentale de la plaine du Pô montre un développement urbain rarement antérieur à l’époque augustéenne, y compris pour les petits centres créés dès la fin du IIe s. av. J.-C. Le terme forum que comporte le nom de deux d’entre eux (Forum Vibii et Forum Germa[---]) évoque un centre rural, dont la fonction est de diffuser le droit et la culture politique romaine et de structurer la communauté des citoyens romains installés dans le cadre d’assignations individuelles, dans des secteurs privés de villes. La création de ces petits centres, « type le plus rudimentaire de res publica » (Humbert 1978, 202, n. 181), n’a pas immédiatement conduit au développement d’une agglomération. Elle est avant tout associée à une appropriation de la terre et à la mise en place d’une grande propriété par le biais d’assignations viritanes et d’investissements privés, dans un secteur qui a précocement fait figure de véritable Eldorado, de surcroît dans un contexte de récurrence des conflits agraires (Gabba 1994, 240-241). Au Ier s. av. J.-C. devaient donc se côtoyer une population indigène peu romanisée et des propriétaires installés par l’État romain ou venus investir, dans un paysage en tout cas très peu urbanisé.

23Jusqu’à l’époque d’Auguste, les régions alpines elles-mêmes sont à peine concernées, ou seulement ponctuellement, en relation avec des enjeux précis, comme c’est le cas lors de la fondation d’Eporedia. Le territoire géré par ces petits centres, mais également par Turin et Ivrée est majoritairement situé en plaine, où on peut penser que les attributions de terres ont eu lieu en priorité (Zanda 1998, 56). La création des trois « Augusta » (Aoste, Turin et Bene Vagienna) témoigne de l’achèvement de l’intégration de la Cisalpine et des premières opérations militaires dans les Alpes, mais s’inscrit également dans un contexte social difficile, qui impose d’attribuer des terres aux nombreux vétérans après les guerres civiles. L’émergence à partir de cette époque de véritables agglomérations à Caraglio et Cavour et des preuves de leur autonomie municipale témoigne de l’achèvement de l’organisation administrative de la Transpadane. Et si Turin bénéficie d’une déduction coloniale et surtout d’un développement beaucoup plus important, c’est de toute évidence à sa position au débouché d’une voie transalpine majeure qu’elle le doit. Cette ville dont le caractère alpin est encore aujourd’hui discuté (De Rossi, Ferrero 2004) était le cœur administratif et économique d’un territoire de plaine, mais qui profitait de la mise en place d’un réseau de voies officielles vers la Gaule. À ce titre, son caractère alpin ne fait aucun doute, de même qu’il est évident à Caraglio et Cavour. Au-delà de leur fonction administrative, ces sites sont des centres au cœur d’un territoire exploité, où se concentrent les activités économiques, et qui constituaient en particulier un débouché important pour les populations montagnardes. Les inscriptions qui rappellent des actes d’évergétisme montrent que ces agglomérations sont désormais le lieu où les élites locales peuvent affirmer leur puissance. Nulle trace cependant d’un habitat luxueux, qu’il faut peut-être chercher dans les grandes villae des campagnes environnantes (Filippi 1987, 162). Ces grands centres de domaines sont connus par des inscriptions, dont certaines indiquent l’appartenance du propriétaire à l’ordo decurionum ou l’exercice de charges municipales. Ces agglomérations au contact des Alpes bénéficiaient en outre, comme Turin, de la soumission de tout le massif, et l’absence dans ce secteur de voie transalpine indiquée par les itinéraires antique ne signifie pas que les vallées latérales n’étaient pas empruntées. Même si Borgo San Dalmazzo est vraisemblablement dans les Alpes Maritimes, l’implantation d’une station du Quarantième des Gaules y révèle, comme à Avigliana, l’importance du trafic vers la Gaule et la prospérité qu’il a amenée. Dans ce tableau, seules Suse et Aoste se sont développées au cœur du massif, dans des conditions bien distinctes cependant. Toutes deux étaient au cœur d’un territoire de montagne dans lequel elles assuraient des fonctions administratives et économiques. Elles bénéficiaient de ressources variées liées à l’exploitation des zones basses, sans doute attribuées en priorité aux colons dans le cas d’Aoste, et des espaces de montagne. Alpines par leur implantation, elles l’étaient davantage encore par leur position sur des axes transalpins majeurs qui ont justifié le caractère alpin de plusieurs villes de la plaine du Pô.

2. Les Alpes en Gaule Narbonnaise : entre plaine et montagne

24À l’époque préromaine, deux grands peuples se partageaient une grande partie des massifs du versant oriental : les Allobroges et les Voconces. Dès cette période, leur spécificité, qui n’est pas remise en question jusqu’au Bas Empire, est d’associer dans un même ensemble des régions de plaine et de montagne. Si on considère le massif alpin stricto sensu, il faudrait bien entendu inclure à cette réflexion les territoires qui incluent les reliefs périphériques, c’est-à-dire les cités de Riez, d’Apt, et Carpentras, et même celles de Valence, Aix, Fréjus et Antibes. On se limitera ici aux deux principaux peuples alpins dont le territoire a justement la caractéristique de s’étendre depuis les massifs internes jusqu’aux derniers reliefs et même jusqu’à la plaine du Rhône.

  • 17 Salluste, Histoires, II, 98 ; Cic, Pomp., 11, 30.
  • 18 Justin, XLIII, 5, 11.
  • 19 Dion Cassius, Histoire romaine, XXXVII, 47-48.

25Vaincus lors des opérations militaires de la fin du IIe s. av. J.-C., Voconces et Allobroges ont été intégrés à la province de Transalpine dont ils constituent alors la limite orientale. La littérature est très discrète sur les décennies qui suivent et sur l’organisation de ces territoires (Rémy 2004-2005, vol. 1, 37-38). On ignore en particulier si les Voconces et les Allobroges faisaient partie des peuples qui se sont opposés à Pompée en 77 av. J.-C.17, mais il est en revanche certain que Rome a pu compter sur l’existence d’un parti pro-romain. Certains chefs allobroges ont ainsi reçu de Pompée la citoyenneté romaine pour leur soutien (Tarpin 2002a, 92-93). On connaît également le cas de Trogue Pompée, historien à l’époque d’Auguste, dont le grand-père a reçu la citoyenneté romaine pour avoir combattu contre Sertorius18. Les relations avec Rome devaient catalyser une série de conflits internes, renforcés par les prérogatives larges et les abus des gouverneurs que rappellent l’épisode de Fonteius et les révoltes allobroges menées par Catugnatus19.

  • 20 Strabon, IV, 6, 4 ; Pline, III, 4, 37.

26De façon parallèle aux opérations militaires destinées à réprimer les soulèvements, l’action diplomatique dans les années 70-60 av. J.-C. a été décisive dans le processus d’intégration. À une date sans doute comprise entre 70 et 59 av. J.-C., les Voconces signent avec Rome un foedus qui leur garantit le statut de cité fédérée20 (Goudineau 1979, 262). Ce statut confère avant tout un certain prestige aux Voconces, plutôt qu’une réelle autonomie. Les décennies qui suivent sont marquées par l’octroi du droit latin et l’émergence de deux capitales : Vasio (Vaison-la-Romaine) dans la plaine du Rhône et Lucus (Luc-en-Diois) dans la partie montagneuse de la cité. Cette particularité est associée à des fonctions distinctes attribuées aux deux villes. Luc (puis Die à partir du IIe s.) aurait été la capitale religieuse des Voconces, Vaison la capitale abritant les fonctions administratives (Goudineau 1979, 296, 301-302 ; Wolff 1989 ; Desaye 1998). Cette hypothèse ne fait cependant pas l’unanimité, et l’importance de la partie septentrionale des Voconces demande à être discutée (Planchon 2004a ; Segard à paraître).

27Chez les Allobroges, le soutien à César lors de ses opérations en Gaule témoigne d’une intégration avancée, mais c’est seulement avec la fondation d’une colonie latine à Vienne que se met en place un processus qui permet à toute l’élite allobroge d’acquérir la citoyenneté romaine en exerçant une charge de la cité. Les modalités et la date de la déduction coloniale sont très discutées, mais la colonie latine n’est sans doute pas d’époque césarienne (Rémy 2004-2005, vol. 1, 38-39). C’est sous le règne de Caligula que Vienne accède au rang de colonie romaine. La dualité du territoire de la cité est plus flagrante encore : le chef-lieu, hérité de la capitale des Allobroges, est sur le Rhône et administre un territoire qui s’étend depuis la plaine jusqu’aux hautes montagnes. Son caractère excentré a favorisé le développement de villes et d’agglomérations nombreuses où se manifeste l’évergétisme des notables de la cité, dans lequel il ne faut pas voir une volonté de décentraliser l’administration, mais bien un attachement pour leur terre d’origine et à une source majeure de leur prospérité (Rémy 2002a, 177). Dans les deux cités, l’existence d’un territoire en plaine et en montagne pose en tout cas, comme en Transpadane, la question du caractère alpin de villes telles que Vaison ou Vienne qui, si elles étaient en plaine, contrôlaient un territoire dans lequel la montagne avait une place importante. Cette question ne concerne pas l’ensemble de la période romaine, puisque ces territoires connaissent une partition au Bas-Empire, qui donne naissance à des cités dominées par la montagne (Grenoble et Genève, Gap, Sisteron et Die).

2.1. Les agglomérations alpines de la cité de Vienne

28Dans cette cité, l’une des plus vastes de Gaule Narbonnaise, on compte de nombreuses agglomérations localisées depuis le Rhône jusqu’aux massifs de Belledonne, des Aravis et du Mont-Blanc (Leveau 2005-2006, 164 ; Leveau et Rémy 2005-2006, 8). Le chef-lieu de cité lui-même est situé à cheval sur le Rhône. Au contraire de Turin, Vienne n’était pas au débouché immédiat des voies provenant des Alpes, et cet éloignement explique en partie le grand nombre d’agglomérations secondaires sur le territoire allobroge, qui ont bénéficié de façon privilégiée de leur position au cœur des vallées alpines ou à leur débouché. Si Vienne était bien le cœur politique de la cité, elle ne devait sans doute sa prospérité que de façon secondaire à son territoire de montagne.

29Le territoire alpin de la cité est organisé en deux grands ensembles : les hauts massifs organisés autour de grandes vallées Est-Ouest (Romanche, Arc, Isère, Arve), et la ceinture préalpine qui la borde à l’ouest (Vercors, Chartreuse, Bauges, Bornes et Chablais). Ces massifs calcaires moins élevés surplombent les régions vallonnées du Bas-Dauphiné qui assurent la transition avec la plaine du Rhône. Ce territoire alpin est documenté par des découvertes anciennes alimentées par de nouvelles fouilles depuis les années 1970 (Châteauneuf, Gilly, Faverges) ainsi que par le développement de l’archéologie préventive (Annecy, Aix, Thonon, Thyez). Une vingtaine d’agglomérations y est aujourd’hui connue. Plusieurs de ces agglomérations ont fait l’objet de synthèses à l’occasion du colloque de Grenoble qui leur a été consacré (Leveau, Rémy 2005-2006). D’autres sont à peine documentées (Détrier, La Mure), parfois simplement connues par les itinéraires, leur identification à une agglomération étant même douteuse. Globalement, les agglomérations se concentrent dans la vallée de l’Isère, le long de la grande voie rejoignant l’Italie à Vienne par le col du Petit-Saint-Bernard. On retrouve sur cet axe Moirans, Grenoble, Détrier, Châteauneuf et Gilly puis, dans les Alpes Grées, Moûtiers et Aime. Six autres sont situées dans le vaste bassin qui s’étend depuis le lac Léman jusqu’à la vallée de l’Isère : Thonon, Genève, Annecy, Seyssel, Albens et Aix-les-Bains. On peut également signaler l’existence de la station Lemincum, sans doute dans le secteur de Chambéry. Deux de ces villes se distinguent par leurs dimensions et par leur organisation urbaine (Genève et Annecy). La vallée de l’Arve, parcourue par une voie attestée par plusieurs milliaires, est documentée par deux agglomérations modestes, Annemasse et Thyez, l’identification des vestiges de Passy prêtant à discussions. Il faut enfin ajouter les sites d’Aoste (Dauphiné), au débouché des grandes voies transalpines, Thonon en bordure du lac Léman, Faverges sur la voie joignant Annecy à la Tarentaise, et La Mure et Varces sur l’itinéraire entre Grenoble et la Provence.

2.1.1. Genève/Genava

  • 21 Voir en dernier lieu la synthèse de F. Wiblé dans les ILN, Vienne (Rémy 2004-2005, vol. 1, 200-205)

30Genève est, après Vienne, l’une des villes les plus importantes de la cité. Située à proximité du Rhône et de l’Arve, sur une colline en bordure du Lac Léman, son existence est connue dès le Ier s. av. J.-C. par César (BG, I, 6, 3) qui évoque l’oppidum de Genua. Les nombreuses observations archéologiques réalisées depuis le début du XXe s. n’ont pas fait l’objet de synthèse et de plan d’ensemble21. L’organisation générale des vestiges du Haut-Empire est pour cette raison difficile à établir. La ville du Bas-Empire a été davantage étudiée, notamment l’enceinte et les monuments publics édifiés suite à la promotion de Genève au rang de chef-lieu de cité, sans doute sous la Tétrarchie (Drack, Fellmann 1988, 398-406 ; Gauthier, Picard 1986b, 37-48).

31La structuration de l’oppidum remonte au milieu du IIe s. av. J.-C. C’est alors que se met en place un réseau d’habitations et d’espaces artisanaux autour de rues. C’est à la même époque que la colline Saint-Pierre est dotée d’un système fortifié (fossé-palissade). Au Ier s. av. J.-C. l’oppidum couvre une dizaine d’hectares ; il est doté d’un port connu par des digues, des pontons et des bâtiments sur la rive (Bonnet, Zoller, Broillet et al. 1989). Le pont sur le Rhône évoqué par César et un second sur l’Arve (daté du début du Ier s. av. J.-C.) à Carouge, attestent une position de carrefour qui, avec le port, ont fondé la prospérité de Genève dès cette période. La ville connaît dès la fin du Ier s. av. J.-C. un développement majeur illustré par la présence au Haut-Empire de nautes, de ratiarii et d’une station du Quarantième des Gaules (ILN, Vienne, 850, 838 et 870). Elle est alors au croisement de grands axes vers le Plateau suisse, la vallée du Rhône et le massif alpin, et constitue le pendant méridional de Lausanne sur le lac Léman. L’habitat s’étend alors le long des rives du lac, mais s’étend également sur le Plateau des Tranchées, à l’est et au sud-est de la colline (fig. 18). Le vicus, qui s’étend sur 35-40 hectares, s’organise autour des axes existants, prolongés et complétés par d’autres rues. L’organisation orthogonale du Plateau des Tranchées, telle qu’elle a été abusivement restituée par P. Broise, relève d’une volonté de voir dans ce quartier une « ville neuve » structurée autour des voies vers Thonon (qui longe le lac) et vers Annecy. Au Bas-Empire, la ville se rétracte dans l’emprise de l’enceinte. Celle-ci, édifiée vers la fin du IIIe s., réemploie de nombreux blocs provenant de Nyon. Elle délimite un espace de 5-6 hectares, qui comprend la colline et la zone portuaire. Tout ce secteur témoigne d’une vitalité inchangée, tandis que le Plateau des Tranchées est abandonné.

Fig. 18. Plan de la ville de Genève au Haut-Empire

Fig. 18. Plan de la ville de Genève au Haut-Empire

(d’après Bonnet et al. 1989)

32La ville, alimentée par un aqueduc venant de la vallée de l’Arve, n’a livré que ponctuellement les vestiges d’espaces publics. Une place est signalée à Bourg-de-Four, dans la petite dépression qui sépare la colline et le Plateau des Tranchées. Elle était bordée d’un portique, de boutiques et peut-être de thermes publics. Un second ensemble correspond au secteur de la cathédrale, sur la colline. L’ensemble de ce quartier de 3500-4000 m2 est difficile à interpréter car les plans superposent les vestiges depuis le Haut-Empire jusqu’à la fin de l’Antiquité (Broise 1974, pl. XXXIII). On y trouve au moins deux temples édifiés au Ier s. ap. J.-C., ainsi qu’un édifice considéré comme marché. C’est dans ce secteur que la première cathédrale a été édifiée au IVe s. (Bonnet 1977 et 1991). Dans le quartier du port enfin, on trouve une petite basilique (18 m sur 9,50 m) rectangulaire, peut-être le lieu de réunion des nautes. Dans ce même secteur ont été mis au jour un sanctuaire à Maia ainsi que des entrepôts et des bâtiments moins bien caractérisés. En dehors de ces édifices, les vestiges identifiés à Genève correspondent aux structures portuaires et à des habitations. Le port était structuré par une puissante digue de grosses pierres reconnue sur une longueur de 200 m, et par des pontons et des estacades perpendiculaires permettant aux bateaux d’accoster. Différents bâtiments en bois ou maçonnés situés en bordure de la rive correspondent à des bâtiments utilitaires. L’habitat est connu ponctuellement, sur toute la colline et sur le Plateau des Tranchées. Il est en général modeste, construit en matériaux périssables ou mixtes. Quelques habitations seulement témoignent d’une population aisée dont atteste également la présence de magistrats de Vienne (ILN, Vienne, 843-845, 848-851, 854). Ces habitations luxueuses se trouvent sur la colline (Haldimann, Rossi 1994), mais également sur le Plateau des Tranchées. La mieux connue est celle de l’ancienne prison Saint-Antoine, vaste domus en terrasse, organisée autour d’un péristyle dès les années 20-40 ap. J.-C. et dotée de fresques (Haldimann, Ramjoué, Simon 1991).

  • 22 Ce lieu proche de Genève est celui où Sigismond a été couronné roi des Burgondes.

33On signalera enfin la richesse des alentours de la ville. Vers le sud, la voie traversait l’Arve à Carouge, où de nombreux vestiges ont été identifiés (habitat, un sanctuaire et un atelier de métallurgie en particulier). Ils ont conduit à faire de Carouge un site routier de carrefour assimilé à la « villa Quadrivio » du VIe s. (Broise 1974, 77)22. On trouve enfin à environ 1 km au nord-est de la ville romaine le site du Parc de la Grange (Haldimann, André, Broillet-Ramjoué et al. 2001). Bien connu par des fouilles récentes, il a livré les vestiges d’une grande demeure aristocratique du IIe-Ier av. J.-C. marquée par une influence précoce aux influences italiennes (mobilier d’importation). Cet établissement, propriété de riches Allobroges, a été profondément restructuré à l’époque augustéenne et surtout dans les années 10-30 ap. J.-C. (fig. 19). La résidence prend alors l’apparence des demeures urbaines italiennes : organisée de façon parfaitement symétrique autour d’un axe atrium-jardin à péristyle, elle est bâtie en dur et richement décorée (peintures, mosaïques). Restructurée et réhabilitée dans le courant du Ier s., elle est occupée jusqu’au Bas-Empire. Elle est associée à une vaste pars rustica qui s’étend vers le lac, clôturée sur environ huit hectares et dotée de petits bâtiments d’exploitation.

Fig. 19. Plan de la villa suburbaine du Parc de la Grange

Fig. 19. Plan de la villa suburbaine du Parc de la Grange

(Haldimann et al. 2001)

2.1.2. Annecy/Boutae

34Également connue comme vicus (ILN, Vienne, 752, 776), l’agglomération de Boutae/Annecy était probablement située dans le pagus Apollin(is ou aris) de la cité de Vienne. Localisée par l’itinéraire Antonin entre Genève et Casuaria/Viuz, elle a fait l’objet de nombreuses recherches depuis la fin du XIXe s. (Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999, 105-106). Située dans le bassin encadré par le massif des Bornes et par les Bauges, la ville romaine est à environ 1 km de la rive du lac, en périphérie de la ville médiévale et moderne. Elle a été précédée au Ier s. av. J.-C. par une occupation à l’étendue mal définie et mal caractérisée. L’émergence d’une agglomération remonte à l’époque augustéenne, le développement majeur, marqué par l’extension du bâti et la monumentalisation, remontant au milieu du Ier ap. J.-C. (fig. 20). Certains indices suggèrent une destruction lors des invasions du milieu du IIIe s., qui conduisent au déclin progressif - mais pas à l’abandon - d’Annecy.

Fig. 20. Plan de la ville d’Annecy

Fig. 20. Plan de la ville d’Annecy

(M. Segard 2005, d’après Broise 1984 et Serralongue 2002a, page 111)

Une agglomération structurée par les voies

35Couvrant 30-35 hectares au Haut-Empire, la ville est au carrefour de trois voies (vers Aix-les-Bains, Genève et Viuz) autour desquelles une grande partie du bâti s’est organisée dès l’époque augustéenne (Serralongue 2002a, 111). Comme à Genève, cette structuration a conduit à une terminologie abusive (cardo, decumanus). Elle relève d’une volonté de conformer les découvertes aux canons de la ville romaine de fondation, alors que le développement d’Annecy est spontané, largement conditionné par les axes routiers. Ceux-ci partagent la ville en deux ensembles dès l’époque augustéenne : la partie septentrionale et occidentale qui s’aligne sur la voie d’Aix (place, thermes, habitat, artisanat et nécropole), et la partie orientale autour de la voie de Genève (théâtre, sanctuaire, habitat). De nombreux édifices échappent cependant à ce cadre et présentent des orientations différentes. C’est ce que montrent régulièrement les fouilles préventives, notamment celles réalisées récemment en périphérie orientale de l’agglomération (Gabayet 2005-2006).

Le forum

  • 23 L’appellation forum est adoptée par P. Gros pour Lausanne, vicus de Germanie (Gros 1996, 221).
  • 24 Cette appellation est reprise dans le volume de la Carte Archéologique (Bertrandy, Chevrier, Serral (...)

36Dans le quartier situé au nord-ouest de la ville se succèdent, entre deux rues et sur une longueur de 200 m, une basilique, une grande place, des entrepôts et des thermes publics. La place de 130 m sur 80 m, aménagée à l’époque de Tibère, est dotée en son centre d’un bâtiment rectangulaire (20 m sur 14 m) aux murs en petit appareil, sans doute un temple. Les installations métallurgiques qui la bordaient au sud au Ier s. ont été remplacées à l’époque antonine par un grand bâtiment (75 m sur 15 m) interprété comme des entrepôts. Accolés à cet édifice se trouvaient les thermes publics, construits dans les années 80-100 puis abandonnés et partiellement réoccupés comme boulangerie à la fin du IIIe s. (Serralongue 2002b ; Bouet 2003, 29-30). De l’autre côté de la place, le long de son petit côté nord, se trouve une basilique dont la construction est datée de la seconde moitié du IIe s. (Broise 1968). L’ensemble qu’elle constitue avec la place a été l’objet de discussions depuis que P. Broise a attribué une autonomie administrative au vicus en se fondant sur l’interprétation de l’exèdre centrale comme une curie (Broise 1968, 41 ; Balty 1991, 412-415 ; Gros 1998, 20-24 ; Cavalieri 2002 : 123-128). L’exèdre n’est évidemment pas destinée aux réunions d’un ordo local dont Annecy n’était pas dotée. La place et la basilique ne constituaient donc pas l’espace d’une dignité municipale qui n’existait pas, mais le fait qu’elles représentaient un espace collectif dévolu aux rassemblements et aux activités commerciales suffit sans doute à la définition du forum, contestée par J.-C. Balty23. Il est en revanche parfaitement légitime de réfuter l’appellation de « forum nord » employée pour le distinguer de la place accolée au théâtre24.

Habitat et activités économiques

37L’espace compris entre les différentes rues est occupé par des quartiers où se mêlent habitations et ateliers, la plupart observés ponctuellement au cours du XXe s. Le secteur d’habitat le mieux connu est celui qui borde la voie d’Aix, à l’ouest du forum et sur une longueur de 250 m. On y trouve des habitations mitoyennes, composées d’une boutique en façade donnant sur une pièce centrale avec un grand pilier central et un foyer dans un angle. Quelques habitations luxueuses (colonnes, chapiteaux, marbre, peintures murales, mosaïques) ont également été observées, le plus souvent organisées autour d’une cour, à l’image de la maison « à la fresque à l’oiseau ». Les îlots situés à l’est et au sud du forum sont également densément occupés, mais les découvertes anciennes sont très mal documentées. On y trouve un atelier et une échoppe de potiers, mais également les vestiges, au sud de la ville, d’ateliers de métallurgie (scories, enclumes, outils). Le travail du métal est par ailleurs attesté dans le quartier des thermes au Ier s. ap. J.-C. (culots de fonte, puits perdus, foyers), et à l’angle nord-est du forum (battitures de fer).

Théâtre, sanctuaire et occupation suburbaine

  • 25 CIL, XII, 2531 et CIL, XII, 2537a, 2551, 2552a et b.
  • 26 Revue Savoisienne, 139, 1999, 27-100.
  • 27 AE, 2000, 911 ; Bertrandy 2000.

38En dehors du cœur de la ville, autour du forum et des axes alignés sur la voie d’Aix, le bâti apparaît moins dense. La ville est délimitée à l’ouest par une grande nécropole ; elle se prolonge au nord au moins jusqu’à la jonction des voies d’Aix et de Genève. La partie sud-est est caractérisée par un second ensemble public, qui associe un théâtre, une place et un grand sanctuaire. Le théâtre, en construction mixte (maçonnerie et gradins en bois), s’appuyait sur des fondations sur pieux (Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999, 120). L’entrée principale, située à l’arrière de la cavea, en position axiale, donnait sur la place qualifiée abusivement de forum. À une trentaine de mètres au nord, trois longs murs parallèles, de même orientation que le théâtre, ménagent deux espaces allongés larges de 8 m et 15 m. Des éléments d’architecture en marbre (colonnes, pilastres) en proviennent, de même qu’une dédicace à Mercure et plusieurs autres fragments d’inscription25. L’hypothèse faisant de ce vaste secteur de 7500 m2 un sanctuaire, avancée à l’époque des découvertes et considérée par la suite avec prudence (Broise 1984, 27 ; Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999, 122), a été confirmée par les découvertes réalisées lors de fouilles récentes26. Il s’agit d’abord, à 15 m au nord de l’édifice « tripartite » des descriptions anciennes, d’un soubassement maçonné, sans doute le podium d’un temple ou un escalier monumental bâti au Ier s. ap. J.-C. De nombreux fragments architectoniques y ont également été découverts dans le comblement d’un puits. La seconde zone fouillée se situe à environ 50 m au nord-est. L’ensemble qui se met en place à partir du début du Ier s. ap. J.-C. évoque un portique (29 m de long et 3 m de large) bordé de chapelles. C’est à proximité de ces petits bâtiments quadrangulaires (2 à 4 m de côté) qu’a été découverte une dédicace à Mars du tout début du Ier s. ap. J.-C.27 Bien que l’organisation générale de tout ce quartier de Boutae nous échappe encore, de même que la fonction de la plupart des édifices, il est certain qu’il regroupe lieux de culte et de spectacle, association courante en Gaule, et qu’on retrouve dans les Alpes à Châteauneuf, voire à Martigny.

  • 28 L’interprétation est discutée plus loin, deuxième partie, chapitre 2.
  • 29 BSR Rhône-Alpes 2004, 217-218 et Motte 2005.

39Parmi les édifices en périphérie, il faut également signaler, outre plusieurs bâtiments dont un possible entrepôt (Gabayet 2005-2006), un grand fumoir à viande à 40 m au nord-est du sanctuaire fouillé en 1999. Situé à l’époque romaine dans un secteur au bâti peu dense, ce bâtiment de 14 m sur 7,30 m était enfumé par un canal souterrain maçonné alimenté par un foyer extérieur (fig. 21). Ce bâtiment qui a fonctionné entre la fin du Ier s. ap. J.-C. au plus tôt et le IIIe-IVe s. a livré de nombreux ossements de volaille, dans le comblement du canal. Cette particularité a été rapprochée de l’élevage de basse-cour mis en évidence dans le site des Ilettes28 (Olive, Deschler-Erb 1999, 36-37 ; Serralongue 2004). Cet établissement fait partie d’une série de demeures luxueuses situées dans un rayon de 2-3 km autour de Boutae (Les Romains et Beauregard à Cran Gevrier, et Annecy-le-Vieux, sur la colline qui domine le vicus). Connu par des fouilles préventives, il est composé de quatre ensembles dispersés. Deux grands édifices occupés entre la fin du Ier s. ap. J.-C. et le IVe s. ont été reconnus lors de fouilles entre 1978 et 1984 : l’un est une habitation confortable (hypocauste, peintures murales) qui présente un aspect arrondi lié à l’adaptation à la topographie ; l’autre associe un secteur d’habitat et des espaces destinés au travail et peut-être des étables (fig. 22). Des fouilles récentes ont montré l’existence, à 70 m au nord, d’une voie et d’un grand bâtiment du Ier-IIIe s. organisé autour d’une cour et de fonction indéterminée, mais dont la réoccupation au IVe s. a livré de nombreux éléments de meule en basalte (fabrique de meule ? meunerie ?)29. Deux autres petits bâtiments découverts à 70 m au nord-est ont livré pour leur part les témoignages d’activités métallurgiques au IIe-IVe s. L’ensemble formé par tous ces édifices, malgré la difficulté d’interprétation introduit par les nouvelles découvertes (villa ? hameau ?), montre l’existence en périphérie immédiate d’Annecy d’établissements dont les activités participaient à l’économie du vicus.

Fig. 21. Annecy : canal d’enfumage du fumoir à viande

Fig. 21. Annecy : canal d’enfumage du fumoir à viande

(Bertrandy et al. 1999)

Fig. 22. Annecy : plan du site des Ilettes

Fig. 22. Annecy : plan du site des Ilettes

(Bertrandy et al. 1999)

2.1.3. Grenoble/Cularo, Gratianopolis

  • 30 Cicéron, Epistulae ad familiares, X, 23, en 43 av. J.-C.

40Située sous la vieille ville actuelle, la ville antique est connue par de nombreux vestiges et un important dossier épigraphique (Rémy 2002c ; Jospin 2005-2006b ; Rémy, Jospin 2006). Au Haut-Empire, elle s’étendait sur une quinzaine d’hectares, et a succédé à une occupation du Ier voire du IIe s. av. J.-C. (Baucheron, Gabayet, Montjoye 1998, 27-38). Reconnue ponctuellement, cette occupation d’époque républicaine est attestée par une lettre de Munatius Plancus qui évoque son passage à Cularo30. Sans doute chef-lieu du pagus Ati[---] au Haut-Empire, Grenoble est une ville importante de la cité, où séjournaient de nombreux magistrats de Vienne. Comme Genève, elle accède au rang de chef-lieu de cité (sous Dioclétien), puis prend le nom de Gratianopolis à partir de la fin du IVe s. (Gauthier, Picard 1986b, 49-54).

41La ville s’étend et se développe à partir de l’époque augustéenne (fig. 23). Elle doit en partie sa prospérité à sa position de carrefour : c’est le Y grenoblois, ouvert vers l’Italie et les Alpes du Nord (vallée de la Romanche et haute vallée de l’Isère), les Alpes du Sud (par la vallée du Drac ou le Trièves) et la vallée du Rhône (vallée de l’Isère). Cette position explique qu’une station de la Quadragesima Galliarum y a été implantée (ILN, Vienne, 367 et 388). Localisée en rive gauche de l’Isère, la ville romaine était également à la confluence du Drac, qui se jetait alors dans l’Isère beaucoup plus à l’est (Peiry, Féougier 1997, 173). Les observations géomorphologiques infirment par ailleurs l’hypothèse selon laquelle la ville romaine était sur un léger point haut. Celui-ci résulte en réalité de l’exhaussement dû à l’accumulation des remblais urbains. La ville était dans la plaine d’inondation de l’Isère et du Drac et était sujette à leur débordement. La ville du Haut-Empire occupait l’espace enserré plus tard par l’enceinte, mais s’étendait également au-delà, vers le sud et le sud-ouest principalement. Une extension en rive droite est parfois présumée, mais rien ne permet de l’affirmer. L’organisation générale du bâti et même sa caractérisation sont difficiles à restituer. Le réseau de rue en particulier est très mal connu, et les hypothèses qui restituent un réseau orthonormé de rues et d’îlots ne peuvent être validées. Les édifices publics dont devait être pourvue la ville ne sont pas davantage documentés. On en suppose l’existence dans le secteur de la place Notre-Dame, où ont été découverts des éléments architecturaux et des inscriptions. On présume par ailleurs un port en bordure de l’Isère, associé à des entrepôts (constructions et amphores), et peut-être des thermes (constructions en opus vittatum dotéee d’une abside) près de la partie méridionale de l’enceinte du Bas-Empire. Quelques découvertes montrent l’existence d’un habitat luxueux (mosaïques, peintures murales) qui rappelle la présence à Grenoble de personnages aisés (magistrats de Vienne, fonctionnaires du Quarantième des Gaules, préfet du pagus). Cet habitat côtoyait des constructions plus modestes, à l’image de celles observées lors des fouilles du groupe épiscopal (Baucheron, Gabayet, Montjoye 1998, 27-38).

Fig. 23. Plan de la ville de Grenoble

Fig. 23. Plan de la ville de Grenoble

(Jospin 2005-2006)

42Comme Genève, la ville est dotée d’une enceinte à la fin du IIIe s. Elle enserre un espace plus réduit, d’environ 9 hectares pour un périmètre de 1 500 m. On en connaît en particulier les portes Jovienne (sud-ouest) et Herculéenne (nord-est) grâce à la copie d’inscriptions perdues qui les surmontaient, qui indiquent la construction de l’enceinte par Dioclétien et Maximien (ILN, Vienne, 366). On peut supposer qu’à cette époque, un axe traversait la ville du nord-est vers le sud-ouest et joignait les deux portes. Les mêmes inscriptions mentionnent la construction d’autres édifices dont on en ignore tout, mais il faut supposer qu’il s’agissait d’édifices publics dont le nouveau chef-lieu de cité devait être doté.

2.1.4. Aix-les-Bains/Aquae

43Principalement connu pour ses monuments urbains, le vicus d’Aquae a fait l’objet d’un bilan récent qui a été l’occasion d’une relecture de l’ensemble des vestiges (Leveau, Rémy, Canal et al. 2005-2006). Situé sous la ville actuelle, le vicus occupait un cône de déjection abrité par le massif des Bauges qui surplombe le lac du Bourget. Malgré la découverte régulière depuis l’époque moderne d’inscriptions et de vestiges, la topographie urbaine de l’agglomération est mal connue. L’objet du bilan réalisé dans la Revue Archéologique de Narbonnaise était non seulement de réunir cette documentation, mais également de discuter la réalité urbaine d’un site caractérisé avant tout par des thermes importants, un temple et un arc.

44Découvertes anciennes et vestiges observés lors de fouilles préventives permettent d’estimer l’étendue de l’agglomération à 15-20 hectares (fig. 24). Une importante zone de nécropole (tombes, épitaphes) a été observée à différentes reprises à environ 300 m au nord du temple. Au sud, des comptes rendus de fouilles du XIXe s. signalent de nombreux bâtiments, peut-être un quartier d’habitation à peine décrit, mais construit avec soin (mosaïque, colonnes, chapiteaux). Deux zones d’habitat bien identifiées par les fouilles sont situées rue du Casino, à environ 100 m à l’ouest du temple, et rue du Puits-l’Enfer, à 400 m à l’est des thermes. Le vicus se distingue surtout par l’existence, sur une surface d’environ 6000 m2, de monuments qui ont laissé penser qu’ils appartenaient à un centre monumental témoignant du caractère urbain du vicus (fig. 25). Le premier de ces édifices est l’ensemble thermal, aujourd’hui partiellement conservé dans les Thermes Nationaux. La partie connue représente environ 1000 m2, mais l’organisation générale des espaces dédiés au bain est difficile à restituer (Bouet 2003, 17-19). Une série de murs parallèles observés au XIXe s. et la cote des niveaux de circulation antiques évoquent un aménagement en terrasses. Les rares données stratigraphiques et la statuaire permettent de leur côté de suggérer une construction au Ier s., des réhabilitations au IIe s. et une occupation qui se prolonge jusqu’au IVe s. Les vestiges du Ier s. av. J.-C. découverts au nord (enclos, constructions légères), autour d’une source montrent par ailleurs l’importance de l’eau avant même la construction des thermes.

Fig. 24. Plan de la ville d’Aix-les-Bains

Fig. 24. Plan de la ville d’Aix-les-Bains

(M. Segard)

Fig. 25. Aix-les-Bains : plan des édifices du centre

Fig. 25. Aix-les-Bains : plan des édifices du centre

(Canal et Tarpin 2002)

45Le second monument important est le temple appelé improprement « temple de Diane » remployé dans la construction d’un château au XVIe s., la mairie actuelle. Il s’agit de l’un des temples classiques les mieux conservés de France avec la Maison Carrée et le temple d’Auguste et Livie. Une description détaillée en est donnée dans le catalogue d’exposition sur les Allobroges (Canal, Tarpin 2002). À l’origine, le temple avait une longueur de 17,20 m pour une largeur de 13,65 m. Bâti en grand appareil, il avait une hauteur de 13 m entre le sol antique (reconnu en fouille) et l’entablement. Les fouilles récentes ont montré qu’il devait exister un portique ou d’autres édifices autour du temple, et que celui-ci n’était donc pas isolé. Daté du IIe s., son attribution a longtemps posé problème, mais la relecture de l’ensemble des vestiges suggère aujourd’hui d’en faire un tombeau-temple (Leveau 2007a). Cette interprétation est confortée par la copie d’une statue féminine de Perséphore dont l’originale est à Corinthe, et qui a été trouvée à proximité (Slavazzi 1996, 75). De très grande qualité et donc de très grande valeur, elle correspond sans doute à une statue funéraire

  • 31 ILN, Vienne, 669 pour l’interprétation générale des inscriptions que comporte l’arc.

46L’arc de Campanus enfin, a été décrit en détail et comparé à ses homologues alpins (Suse et Aoste) ou dans le cadre plus large de la Narbonnaise (Prieur 1982, 460-468 ; Küpper-Böhm 1996, 129-135). Haut de 9,15 m et large de 7,10 m, il s’agit d’un monument en grand appareil mais peu épais (75 cm). Ses deux côtés sont face aux thermes et au temple. Huit niches sont situées sur l’entablement du côté occidental, associées chacune à une inscription (fig. 26). L’attique au sommet de l’édifice en comporte six autres, tandis qu’une dernière inscription correspond à la dédicace de l’arc par L. Pompeius Campanus31. Les propositions de datation placent sa construction au IIe s., à l’époque de l’édification du temple et de l’embellissement des thermes. Le débat porte sur sa fonction. La formule vivus fecit et la probabilité que les niches aient accueilli les effigies des défunts ont conduit à y voir un arc funéraire (Prieur 1982, 467). A. Küpper-Böhm est récemment revenu sur cette hypothèse en avançant d’abord l’interdit religieux et l’impossibilité qu’un monument funéraire ait été au cœur de la ville. Selon elle, l’alternance de niches à fond plat et en cul-de-four peut par ailleurs évoquer une représentation de fenêtres dans les parties hautes des portes de villes. Sur cette base, elle propose que l’arc n’était pas funéraire, mais qu’il marquait une rupture entre les thermes et l’agglomération. Cette hypothèse est d’une grande importance dans l’interprétation du site, non seulement parce qu’elle remet en cause la fonction funéraire que semblait imposer la formule vivus fecit, mais également parce qu’elle applique un modèle d’organisation à un site dont le caractère urbain mérite d’être discuté.

Fig. 26. Aix-les-Bains : arc de Campanus

Fig. 26. Aix-les-Bains : arc de Campanus

(M. Segard)

47Ces trois édifices sont traditionnellement considérés comme les témoignages de l’existence d’un centre monumental à Aix, où l’on retrouverait tous les monuments qui définissent l’urbanité. Une certitude est l’importance des thermes qui révèlent deux aspects importants du vicus. Le plus évident est le rôle curatif des sources, attesté par deux inscriptions dédiées à Bormo/Borvo (ILN, Vienne, 660-661), le second est leur fonction de villégiature. La réputation de l’eau (et donc des thermes) leur valait d’être fréquentés par l’élite de la cité. Ils étaient pour cela une source de revenus importante dont Plutarque (Cato Major, 21, 5 = 349b) se fait l’écho pour l’Italie. Pour cette raison, ils étaient l’objet d’une attention particulière de ceux qui en tiraient bénéfice. La monumentalisation des thermes, mais également la construction d’un temple apparaissent dans ce cadre autant comme un investissement que comme des actes d’évergétisme. Les revenus issus du thermalisme permettaient d’équiper le vicus en monuments importants, ou en statues d’un très grand prix. M. Tarpin rappelle ainsi, à propos de Wiesbaden et de Baden (Aquae Helvetiorum), l’importance qu’ont eue les activités thermales et leur exploitation dans le développement urbain (Tarpin 2002b, 263). C’est sans doute de mêmes investissements que sont nés les édifices thermaux de Menthon (sur la rive orientale du lac d’Annecy) et ceux d’Uriage dans un petit vallon qui surplombe le bassin de Grenoble (Pelletier, Dory, Meyer et al. 1994, 63-65 ; Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999, 268-270 ; Bouet 2003, vol. 2, 173-175). Ces deux sites sont des exemples de vastes et luxueux établissements thermaux dont la prospérité était liée à la venue de curistes. D’autres exemples parfois invoqués pour montrer une exploitation romaine des sources sont le plus souvent fondés sur une activité thermale moderne et contemporaine, rarement vérifiée par les découvertes archéologiques (Digne, Le Monêtier-les-Bains, Salins-les-Thermes).

48L’examen de ces différents éléments a conduit à différentes hypothèses qui ont toutes insisté sur l’importance de la fonction thermale du vicus, à laquelle celui-ci devait une grande partie de ses ressources. Leur relecture récente suggère en outre une interprétation nouvelle qui rapproche les trois monuments et qui réaffirme la fonction funéraire de l’arc : le temple est un monument funéraire sur le modèle des « temples-tombeaux » qui apparaissent en Italie à la fin du Ier s. ap. J.-C., et forme un ensemble cohérent avec l’arc, qui rappelle les liens forts entre la colonie de Vienne et certaines grandes familles qui avaient leur mausolée à proximité d’un vicus (Tarpin 2002b, 266). À côté de ce secteur marqué par sa monumentalité s’est développée une agglomération qui, si elle est très mal documentée par les découvertes archéologiques, trouve dans le dossier épigraphique quelques éléments de caractérisation. La présence de possessores d’abord, atteste l’existence d’une classe de propriétaires terriens de condition moyenne, dont les représentants (decemlecti) sont connus pour avoir donné aux vicani un atelier de potier, un lacus, mais également un bois sacré avec son vignoble (ILN, Vienne, 665-666). On ignore où se trouve l’atelier, mais il est bien entendu tentant de le rapprocher de ceux connus dans l’anse nord du lac, à Conjux et Portout, qui ont cependant produit des céramiques seulement à partir du IIIe-IVe s. Une autre inscription donne de précieuses indications sur les activités du vicus (ILN, Vienne, 667-668). Il s’agit d’un règlement qui mentionne la tenue de nundinae à Aix, et qui interdit le stationnement des animaux sur la voie publique. Le campus pecuarius dont il est fait mention est le seul connu (Chioffi 1999, 109-111 ; Leveau à paraître). Il ne doit pas être comparé aux marchés au bestiaux italiens, mais plutôt à un enclos destiné à parquer le bétail durant les marchés. Ce texte fait en tout cas état de l’importance de l’agglomération dans la commercialisation des produits des campagnes environnantes, et qui devait également sa prospérité aux activités agricoles et artisanales. Le vicus, bien qu’il ne figure sur aucune voie indiquée par les itinéraires antiques, n’était pas à l’écart des courants commerciaux : il était au contact des grandes voies alpines, dans une région d’une grande richesse, et disposant grâce au lac d’un accès vers le Rhône.

2.1.5. Faverges/Casuaria

49La Casuaria de l’Itinéraire Antonin, documentée par des découvertes et des fouilles régulières, a fait l’objet d’une importante synthèse à l’occasion du dossier sur les agglomérations allobroges (Piccamiglio, Segard 2005-2006). Située entre Annecy et Moûtiers, sur un itinéraire joignant la vallée de l’Isère à Genève, elle occupe le fond de la cluse d’Annecy, en amont du lac. L’agglomération, qui s’est développée à partir du Ier s. ap. J.-C. sous le hameau de Viuz, a été précédée par une occupation mal caractérisée durant le siècle précédent. Au Haut-Empire, elle s’étendait sur 6-7 hectares, limitée au Nord par une falaise. Au sud, une vaste opération archéologique a montré l’absence de tout vestige en dehors d’une petite nécropole du Haut-Empire (Rev. Savoisienne, 2003, 65-73). Le site de Faverges se distingue par ailleurs par la villa du Thovey, située à un km au sud.

  • 32 AE, 1927, 00006 ; 1929, 00012 ; 1939, 00305.

50L’agglomération elle-même est documentée par quelques édifices, mais son organisation est difficile à restituer, et aucune donnée ne concerne la voie qui devait passer dans l’agglomération ou à proximité (fig. 27). L’élément majeur est le vaste sanctuaire, reconnu sur 6000 m2 lors de fouilles préventives (Serralongue 1995-1996 et 2002c). Il correspond à un vaste enclos dans lequel un long portique dessert un fanum et plusieurs petites chapelles. La partie orientale est surtout marquée par un grand bâtiment (32,40 m sur 9,75 m) allongé à nef unique. Largement ouvert (trois grandes portes, de larges baies), il était richement décoré (peintures murales) et doté de trois niches aménagées dans le mur occidental. Elles abritaient des statues en marbre de grandeur réelle dont seuls quelques fragments ont été découverts. Un fragment d’autel en marbre dans l’axe central du bâtiment est interprété comme trône jupitérien. L’importance supposée de Jupiter trouve écho dans la découverte, dans d’autres bâtiments du sanctuaire, de plaquettes votives en or et en argent qui rappellent celles provenant col du Grand-Saint-Bernard, dédiées à Jupiter Poeninus (CIL, V, 6865 à 6888). Outre ce grand bâtiment, le sanctuaire comprend de nombreuses petites chapelles, dont plusieurs ont livré des petits dépôts composés de monnaies, de vases et dans un cas de deux jambes miniatures en bronze. Le secteur central, très mal conservé, était occupé par deux bâtiments, dont un grand bâtiment à abside, et par un bassin semi-circulaire qui évoque un petit ensemble thermal. Le mobilier atteste une fréquentation longue du sanctuaire, depuis le Ier s. ap. J.-C. jusqu’au Ve s. (Amandry, Rémy 1995-1996 : 75-96). Sa configuration est proche de celle qu’on observe à Studen/Petinesca (Suisse) et Liberchies (Belgique), deux agglomérations de bord de voie associées à un sanctuaire à chapelles multiples destiné aux voyageurs (Drack, Fellmann 1988, 519-523 ; rulet 1994, 126). On peut supposer une même fonction à Casuaria, où un Jupiter associé à la montagne et peut-être d’autres divinités topiques pouvaient être invoquées pendant la traversée des montagnes. Cette piste renvoie également à l’exemple du sanctuaire de Thun-Allmendingen (Alpes suisses), un vaste sanctuaire sur une route secondaire composé de plusieurs temples et chapelles où est attesté un culte à Jupiter et aux dieux Alpes (Martin-Kilcher 1995)32.

Fig. 27. Plan de l’agglomération de Viuz-Faverges

Fig. 27. Plan de l’agglomération de Viuz-Faverges

(M. Segard)

51Les autres édifices de l’agglomération sont dispersés et partiellement documentés. Plusieurs bâtiments repérés lors de la sécheresse de 1976 possèdent une même orientation que les édifices du sanctuaire ; ils appartiennent de toute évidence à celui-ci dont ils forment l’extension méridionale. À 50 m au sud-ouest, les fouilles ont montré l’existence d’un atelier de métallurgie du fer du IIe-IIIe s. Il a succédé à une occupation du Ier s. mal caractérisée, mais qui a livré une petite fibule en or. En dehors de ces vestiges, dont la relation avec le sanctuaire est probable, trois édifices ont été observés à Viuz. Il s’agit d’abord d’un grand bâtiment situé sous l’église (Colardelle 1982). Édifié à l’emplacement d’une occupation d’époque augustéenne, il est documenté par plusieurs murs orthogonaux qui appartiennent sans doute à une habitation abandonnée au IVe s. Deux autres habitations ont été partiellement fouillées à Viuz. La première est située à environ 50 m au nord-est de l’église. Quelques pièces avec des sols en terre battue et en terrazzo ont été observées sur environ 100 m2. Qualifiée de maison « au trésor », elle a livré un vase contenant plus de 2000 monnaies en argent, probablement caché dans un meuble et enfoui sous les niveaux de destruction lors de l’incendie de la maison au milieu du IIIe s. L’autre habitation, découverte à 80 m à l’est, correspond à une phase tardive de l’occupation du site. Datée du IVe s., elle s’appuie cependant sur le mur d’un édifice antérieur (Ier-IIe s.) dont un angle avec des peintures murales a été observé. Dégagée sur environ 30 m2, l’habitation possède des murs maçonnés de qualité médiocre et un sol en terre battue. La pièce occidentale a livré les vestiges d’un foyer en tegulae et d’un métier à tisser (fosse rectangulaire et pesons).

52En dehors du sanctuaire, l’ensemble le mieux documenté est la villa du Thovey (fig. 28). Organisée autour d’une grande cour de 65 m sur 45 m bordée par un portique en bois, elle s’étend sur au moins 6000 m2, davantage si on y ajoute les tronçons de murs de même orientation observés à l’est. La partie résidentielle est accolée à la cour au nord, tandis qu’une aile a été partiellement fouillée au sud. L’aile nord, reconnue sur 1800 m2, est constituée d’une partie résidentielle autour d’une cour à péristyle et d’une partie thermale séparées par un corridor. Cette disposition correspond aux restructurations de la villa du début du IIe s. La petite cour à péristyle permet alors d’accéder à deux pièces situées au sud. La fonction domestique de celle située dans l’angle sud est attestée par les nombreux objets en place (table, amphore, vases, billot, céréales) scellés lors de l’incendie qui a détruit la villa à la fin du IIIe s. Quelques murs indiquent qu’une troisième voire une quatrième pièce prolongeaient cet ensemble vers l’est. À l’ouest, la partie thermale se développe dès le milieu du Ier s., et connaît ensuite plusieurs restructurations (Bouet 2003, 95-98). Étendue sur 500 m2, elle englobe la vaste pièce couverte qui prolonge le portique de la grande cour de la villa, sans doute une palestre. De dimension important, l’ensemble thermal est également caractérisé par une recherche évidente de confort et de luxe : peintures murales, opus sectile, revêtements et placage en marbre de Villette et de Carrare. De l’autre côté de la cour, quelques sondages ont permis de reconnaître une vaste pièce (33 m sur 6 m) bordée au sud, à l’est et à l’ouest d’espaces construits (tronçons de murs, sols en mortier de chaux), sur une surface totale de 650 m2. Ces espaces ont livré très peu de mobilier, à l’exception de nombreux fragments de peintures murales et de pilettes et de tubuli d’hypocauste. Par ses dimensions et par l’ampleur de sa partie thermale, la villa du Thovey pose la question de sa place et de l’ensemble qu’elle forme avec l’agglomération. Cette particularité évoque évidemment le site de Bliesbruck-Reinheim (Moselle), agglomération structurée autour d’une voie à côté de laquelle s’est développée une vaste villa organisée autour d’une grande cour de 300 m sur 150 m (Petit 1994, 24-25). À Faverges, cette grande villa est interprétée comme un établissement qui, tout en assurant l’exploitation d’un domaine, devait en partie sa prospérité aux activités liées au passage de la voie. Dotée d’un grand édifice thermal dont est dénuée l’agglomération, elle a pu ainsi profiter de l’attraction que générait le passage sur cet axe joignant le bassin lémanique à la voie vers l’Italie.

Fig. 28. Plan de la villa du Thovey

Fig. 28. Plan de la villa du Thovey

(d’après Bouet 2003)

2.1.6. Gilly/Ad Publicanos ?

53Cette agglomération est connue grâce aux découvertes répétées depuis le XIXe s. et surtout à travers les observations et les fouilles réalisées depuis les années 1970 (Barthélémy 1986 et 2005-2006). Localisé dans la vallée de l’Isère, un peu à l’aval d’Albertville (2 km) où la rivière fait un coude, le site pose la question de l’identification de la station Ad Publicanos de la Table de Peutinger, mais également de la station Ad Tur[---] du Quarantième des Gaules. Les vestiges s’étendent sur environ 20-25 hectares sur le cône de déjection du Chiriac, en rive droite de l’Isère (fig. 29). Plusieurs concentrations ont été identifiées, séparées par des espaces non bâtis qui témoignent d’une organisation lâche de l’agglomération.

Fig. 29. Plan de l’agglomération de Gilly

Fig. 29. Plan de l’agglomération de Gilly

(Barthélémy 2005-2006).

54Une première concentration de vestiges s’étend sur environ 9000 m2 à l’emplacement du village. Les deux ensembles observés ont livré très peu d’éléments permettant d’établir précisément les phases de leur occupation. Il s’agit d’abord, au nord-est, d’un édifice de 47 m sur 26 m organisé autour d’une cour ; aucune galerie n’a été identifiée, mais plusieurs fragments de colonnes suggèrent l’existence d’un portique. La fonction des dix autres pièces situées autour de la cour ne peut être déterminée, en dehors d’un petit secteur thermal (deux petites pièces sur hypocauste, dont l’une avec un praefurnium attenant). Quelques tesselles de mosaïque blanche confirment le soin apporté à la construction d’un ensemble qui, qualifié de villa, correspond de toute évidence à un secteur d’habitat. Une seconde construction est localisée à 50-75 m à l’ouest, sur un terrain en légère pente qui a nécessité un aménagement sur plusieurs niveaux. De même orientation et dégagée sur 850 m2, elle présente un plan allongé avec plusieurs espaces distincts de fonction indéterminée. D’autres tronçons de murs et un égout maçonné complètent ces vestiges dont l’interprétation n’est pas assurée.

55L’édifice le mieux documenté est la villa du Grand Verger, à 300 m au sud-ouest du village. Cet établissement de 1600 m2 est bâti durant la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. et détruit vers le milieu du IIIe s. De plan presque carré, il est structuré autour d’une cour à péristyle ouverte au sud. Les pièces disposées autour de la galerie sont pour certaines assez grandes (jusqu’à 100 m2), toutes dotées de peintures murales et de sol en mortier de chaux. Trois ont des pavements en mosaïque et une en opus sectile du IIe-IIIe s. dont les décors dénotent de fortes influences italiques (Lavagne 1986). Les pièces thermales adjointes à l’aile nord-est complètent ces espaces résidentiels. Quelques espaces de travail ont également été reconnus, notamment des structures de stockage sur poteaux et des amas de graines (légumineuses) dans deux pièces. Une grande balance en fer permettant des pesées estimées à 150-200 kg provient également de la villa. Elle atteste une activité qu’il est difficile de préciser (domestique, commerciale ?). Le secteur du Chapitre/La Rachy enfin se distingue par l’importance des vestiges qui s’étendent sur environ 3 hectares, connus par des photographies aériennes et quelques fouilles. Le principal édifice est un vaste quadrilatère orienté nord-sud de 70 m sur environ 60 m. La vaste cour centrale est bordée sur ses quatre côtés par une galerie bétonnée. Cet édifice, couramment interprété comme sanctuaire-marché sur le modèle du grand ensemble suburbain du « Caravansérail » à Martigny, s’apparente aux sanctuaires de La Bâtie-Montsaléon et de Vaugrenier (Arnaud 2001b, 83). Il appartient à un ensemble d’édifices de fonction indéterminée ; certains évoquent des petites chapelles qui renforcent l’hypothèse d’un vaste complexe cultuel. Le vaste espace en arc de cercle délimité par deux murs et doté d’une toiture, parfois interprété comme un théâtre, correspond plutôt à une galerie couverte, comme celle des sanctuaires des Bolards (Côtes d’Or) ou de Lusignan (Sanxay, Vienne).

  • 33 BSR Rhône-Alpes, 2002, 223 ; 2003, 189-190.
  • 34 ILN, Vienne, 542 ; France 2001, 33-36.

56L’interprétation générale du site souffre évidemment du caractère fragmentaire des vestiges et de la rareté des données stratigraphiques, qui incitent à la prudence dans la mesure où on ignore comment s’articulaient les différents édifices et s’ils sont tous contemporains. Quelques fouilles préventives récentes plaident cependant pour placer un noyau important non pas sous le village, mais dans le secteur du Chapitre/La Rachy : outre le sanctuaire ont été partiellement observées des habitations, des installations artisanales et un bâtiment thermal. Deux fouilles récentes ont également mis en évidence plusieurs bâtiments à l’est et au nord-ouest du sanctuaire33. Ils témoignent d’une occupation dès le début du Ier s. et durant le Haut-Empire. Avec la villa du Grand Verger et les vestiges du village, l’ensemble évoque une organisation lâche attestée par les nombreux sondages négatifs réalisés entre les édifices connus, même si les réalités paléoenvironnementales (les débordements du Chiriac en particulier, observés lors de plusieurs fouilles) mériteraient d’être réexaminées. Parmi les inconnues, reste également celle du tracé de la voie qui devait passer à proximité, et le plus souvent assimilé à celui la route sarde d’époque moderne. Cette question renvoie à celle de la relation entre Gilly et les stations d’Ad Publicanos et Ad Tur[---]. Cette dernière est connue par une inscription en remploi à Allondaz, à 5 km au nord de Gilly34. Elle était dans un secteur de carrefour, où la voie se séparait en deux tronçons, l’un empruntant la vallée de l’Isère et l’autre vers Annecy. Sans autre argument que la toponymie, la station a été placée à Tours-en-Savoie ou à Tournon. On préférera l’hypothèse d’Albertville, à la confluence entre l’Isère et l’Arly, où d’importants vestiges sont signalés à Saint-Sigismond et Conflans (fig. 30). L’importance des vestiges impose de placer à Gilly la station d’Ad Publicanos, dont le nom ne marquait pas l’emplacement de la station douanière elle-même, mais rappelait seulement aux voyageurs sa proximité. C’est une situation similaire qu’on observe dans le Valais, à Massongex/Saint-Maurice.

Fig. 30. Vue du secteur d’Albertville-Gilly depuis le Nord

Fig. 30. Vue du secteur d’Albertville-Gilly depuis le Nord

(M. Segard)

2.1.7. Châteauneuf/Mantala ?

57Située en rive gauche de l’Isère, à 4 km de la confluence avec l’Arc, cette agglomération est connue par des prospections et des fouilles dont les résultats ont fait l’objet d’une synthèse principalement consacrée au sanctuaire (Mermet 1993). Les vestiges observés s’étendent sur environ 4 hectares, dans une petite cuvette en pente douce (fig. 31). Le théâtre, le fanum, les thermes et une habitation constituent les ensembles reconnus d’une agglomération identifiée par hypothèse à la station Mantala de l’itinéraire Antonin. La partie méridionale du vallon est connue uniquement à travers la fouille d’une habitation et de thermes. Les pièces d’habitat, dégagées sur environ 300 m2 appartiennent à un édifice dont l’occupation s’étend depuis la fin du Ier s. av. J.-C. jusqu’au IIIe s. Les thermes, situés à environ 100 m au sud-est, respectent une même orientation nord-sud. Bâti plus tardivement (fin du Ier s. ou début du IIe s.), l’édifice comporte d’est en ouest, une entrée, un caldarium, un tepidarium et un petit frigidarium. Ce dernier ouvrait au nord sur une pièce de 4 m de côté, peut-être un apodyterium. On ignore si les thermes se prolongeaient vers le Nord, mais les pièces sont en tout cas de dimensions modestes (85-90 m2 au total). L’ensemble qui se distingue est composé d’un fanum et d’un théâtre (fig. 32). Le fanum, édifié à l’époque augusto-tibérienne, présente deux cellae entourées d’un péribole de 20 m sur 10 m. Plusieurs dizaines de graffitis ont été découverts, certains sur tuile et la majorité sur des fragments des peintures murales qui recouvraient les murs des cellae. Ils se partagent entre témoignages du culte impérial et vœux adressés à Mercure, Maia, et Limetus (Rémy 1999). Abandonné à l’époque flavienne, le fanum est en ruine lorsqu’au IVe s. un édifice à abside semi-circulaire de fonction indéterminée est bâti immédiatement au sud-est. À 10 m au nord-est du fanum se trouve un théâtre adossé à la colline qui borde le vallon au nord. Respectant une orientation distincte de celle du fanum, il a un diamètre estimé à 54 m et une profondeur de 39-40 m. Bâti au début du Ier s., le théâtre est utilisé jusqu’au IVe s. Les incertitudes concernant ce site concernent principalement son extension et son organisation. Estimée à 4 hectares, Chateauneuf est la plus modeste des agglomérations allobroges connues. Nul doute pourtant que cette réalité mériterait d’être confrontée à une réflexion sur les processus de recouvrement qui, comme à Gilly, ont pu conduire à oblitérer une partie des vestiges. En dehors de la présence d’un secteur d’habitat et de thermes, ce qui caractérise Chateauneuf est l’association fanum-théâtre, même si elle est assez éphémère, le temple étant abandonné vers la fin du Ier s. Les deux édifices constituent un complexe religieux dans lequel le théâtre (un des trois de la cité) avait toute sa place. Cette spécificité rapproche Chateauneuf du modèle mis en évidence en Aquitaine, et de façon générale dans toute la Gaule (Bouley 1992 ; Finker, Tassaux 1992 ; Van Andringa 2002, 114-115).

Fig. 31. Plan de l’agglomération de Châteauneuf

Fig. 31. Plan de l’agglomération de Châteauneuf

(Mermet 1993)

Fig. 32. Châteauneuf : secteur du fanum et du théâtre

Fig. 32. Châteauneuf : secteur du fanum et du théâtre

(d’après Mermet 1993)

2.1.8. Aoste/Augustum, vicus Augus [---]

58La localisation de l’agglomération dans la partie orientale du Bas Dauphiné, dans une zone de collines, exclut a priori de faire d’Aoste une ville alpine. Principalement connu pour ses nombreuses installations artisanales, ce vicus de la cité de Vienne, peut-être la principale agglomération du pagus Oct[---] (ILN, Vienne, 602-603), s’est développé dès la fin du Ier s. av. J.-C. à l’endroit où la voie provenant de Vienne se séparait en deux tronçons (vers Genève et vers la vallée de l’Isère). Aoste avait donc une place importante dans le trafic transalpin, ce qui est, comme l’a montré l’exemple de Turin, un élément majeur pour définir le caractère alpin d’une ville. L’agglomération a été traditionnellement localisée à l’emplacement du bourg, sur la base des nombreux vestiges découverts depuis l’époque moderne (Rougier 1988 ; Jospin, Laroche 2001 ; Jospin 2005-2006a). Des recherches récentes (prospections et géomorphologie) entreprises dans la plaine du Rhône ont pourtant conduit à discuter cette localisation (BSR Rhône-Alpes 2002, 122). Elles ont montré que le Rhône, à l’endroit de sa confluence avec le Guiers (à environ 4 km au nord d’Aoste), marquait à l’époque romaine un coude beaucoup moins fort (Salvador, Berger, Gauthier et al. 2004). De plus, la découverte de grandes concentrations de vestiges au sud du cours antique du fleuve a conduit à remettre en cause la localisation de l’agglomération à l’emplacement du village : les nombreuses installations artisanales et les nécropoles seraient représentatives des zones périphériques, et le cœur de l’agglomération elle-même serait à rechercher davantage au nord, à proximité du cours antique du Rhône et en relation avec le potentiel commercial du fleuve (fig. 33). Les vestiges découverts dans le village témoignent en effet d’activités artisanales importantes, principalement orientées vers la production de céramique (Laroche 1987). De nombreux indices signalent également une activité métallurgique (fer, bronze et plomb), même si les structures de production ne sont pas aussi bien connues. La présence de zones funéraires à proximité de village est également une réalité. Mais il faut également signaler l’existence probable, près de l’église, d’un ou plusieurs édifices publics (grande plate-forme, éléments architecturaux, inscriptions). Quelques vestiges rappellent enfin la présence d’habitations, dont une maison à portique.

Fig. 33. Plan de l’agglomération d’Aoste

Fig. 33. Plan de l’agglomération d’Aoste

(Jospin et Laroche 2001).

59Ces différents éléments montrent qu’il n’y a pas lieu de remettre en cause l’hypothèse d’une localisation de l’agglomération antique sous le village. Ils mettent également en avant l’intérêt des travaux récents pour mieux appréhender l’organisation du vicus et ses relations avec un paysage qui a beaucoup évolué depuis la période romaine. Le dossier montre également le danger d’appliquer sur ces bases un modèle urbain (un centre avec ses monuments et l’habitat, une périphérie funéraire et artisanale) qu’il ne faut pas nécessairement rechercher à Aoste (Leveau 2005-2006, 165). Au contraire, l’agglomération témoigne de la diversité des modèles de développement illustrée par les différents exemples présentés lors du colloque de Grenoble. D’autres cas d’agglomérations à forte vocation artisanale rendent d’ailleurs compte d’une même juxtaposition, parfois sur un espace vaste, des structures de production, d’habitat, de monuments publics et de grandes villae périphériques : cette organisation lâche, qualifiée de « vicus éclaté » par J.-P. Jospin et C. Laroche, se retrouve par exemple à Lezoux ou à Thonon.

2.1.9. Thonon

60Cette agglomération modeste (4-5 hectares), en bordure du lac Léman et du Chablais, se distingue par l’importance des activités artisanales qui y étaient pratiquées. Principalement observées lors de fouilles depuis les années 1960, elles ont fait l’objet d’un bilan sous formes de notices dans la Carte Archéologique de la Gaule. Le seul secteur bien connu est au cœur de la ville actuelle (fig. 34). Des murs y ont été dégagés sur environ 500 m2, mais on ignore s’ils appartenaient à un habitat. Dans le même secteur et en différents endroits de la ville, des fours de potiers et différents espaces associés à cette activité ont été mis au jour. Ils attestent une importante production de céramique qui s’étend du IIe au IIIe s. (céramiques communes, luisantes, à vernis argileux). En dehors de l’occupation repérée sous le village actuel, il faut signaler la découverte, en bordure du lac, d’un habitat important, avec un portique et des pièces sur hypocauste. D’autres découvertes dans le même secteur suggèrent que l’agglomération s’étendait jusqu’aux rives, ou qu’un quartier s’est développé en relation avec les possibilités commerciales qu’offrait le lac.

Fig. 34. Plan de l’agglomération de Thonon

Fig. 34. Plan de l’agglomération de Thonon

(Bertrandy et al. 1999)

  • 35 ILN, Vienne, 811 et BSR Rhône-Alpes, 2004, 227.

61Les installations artisanales témoignent de la place importante de la production de céramique dans l’économie de l’agglomération. C’est dans cette perspective qu’il faut relire les vestiges de Concise et de Ripaille, à respectivement un et deux km au nord de Thonon. Dans les deux cas, les découvertes suggèrent l’existence de grandes villae périphériques : vestiges mal caractérisés ainsi qu’une inscription mentionnant un préteur de Pont et Bithynie à Concise35, et surtout vestiges d’un édifice considérable à Ripaille repérés lors de fouilles en 1902. Les matériaux de construction (placages de marbre, de porphyre, enduits peints), la surface bâtie et la présence d’un tombeau contenant un mobilier très riche suggèrent de placer là une villa suburbaine. Celle-ci évoque une aristocratie qui pouvait tirer une partie de sa fortune des activités artisanales. Une configuration identique existe à Lezoux (Massif Central), centre majeur de production de céramique sigillée au Haut-Empire. Les ateliers de production, centrés autour de la ville actuelle, sont associés à de grandes villae, parmi les plus importantes du territoire arverne (Dousteyssier, Segard, Trément 2004, 131-133).

2.1.10. Albens/Albinum

62Située dans un bassin vallonné entre Annecy et Aix, Albens est connue par quelques vestiges et par un dossier épigraphique conséquent, dont les inscriptions remployées à Marigny-Saint-Marcel (ILN, Vienne, 721, 722 et 724). Celles-ci, qui rappellent un acte d’évergétisme de C. Sennius Sabinus, précisent le nom de l’agglomération et qu’il s’agit d’un vicus. Localisé sur une petite hauteur qui domine le marais de la Deysse, il s’étendait sur une vingtaine d’hectares (Rémy, Ballet, Ferber 1996, 113-116). Son organisation générale n’est pas définie, une seule fouille récente ayant été menée sur le site. Les édifices et équipements publics (thermes et aqueduc) donnés au vicus par C. Sennius Sabinus n’ont pas été reconnus sur le terrain. Seul un tronçon long de 40 m d’un aqueduc souterrain maçonné et un réservoir ont été repérés anciennement plus au sud. Les éléments architectoniques (chapiteaux, colonnes, bases de colonnes et dalles) découverts à l’emplacement du cimetière peuvent provenir autant d’une habitation luxueuse que d’un édifice public. Le reste de l’agglomération est connu seulement par des découvertes ponctuelles (habitations, peut-être installations artisanales). Une seule fouille réalisée aux Chaudannes, à environ 500 m au sud, a permis de dégager une portion de voie empierrée bordée par une nécropole sur deux côtés, et qui traverse également une zone bâtie sur laquelle on ne possède aucune précision (BSR Rhône-Alpes 1997, 169). Les éléments chronologiques, principalement issus de découvertes anciennes et privées de tout contexte archéologique, plaident pour une occupation à partir du règne de Tibère au plus tôt.

2.1.11. Annemasse/Namasce

  • 36 CIL, XVII-2, 2106-2107 ; Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999, 179-189.

63Cette petite agglomération (8-10 hectares) de la basse vallée de l’Arve est située sur le bord d’une terrasse de la rivière et à cheval sur les rives d’un ruisseau, sur une voie documentée par deux milliaires36. Bien qu’elle ne soit mentionnée dans aucun itinéraire, son nom Namasce est connu par un document de la fin de l’Antiquité qui précise qu’elle est alors dans la cité de Genève, et qu’une basilique y a été édifiée sur les ruines d’un temple païen. Le secteur le mieux connu est celui de l’église, où une fouille de sauvetage a mis en évidence une séquence d’occupation depuis l’époque augustéenne jusqu’à la fin de l’Antiquité (BSR Rhône-Alpes, 1993, 178-179). À un habitat détruit au milieu du Ier s. ap. J.-C. succède une vaste construction interprétée comme des entrepôts ou l’enceinte d’un sanctuaire. Cette dernière hypothèse est étayée par un mur qui appartient à l’église consacrée au début du VIe s., et par la découverte au XIXe s. d’une dédicace à Mars datée de 5 ap. J.-C. (ILN, Vienne, 800). Ces éléments confortent la localisation du temple évoqué par Saint-Avit près de l’église. La partie nord de l’agglomération est connue par des découvertes fortuites lors de travaux : systèmes de drainage par des amphores en deux endroits, bâtiments où se succèdent construction en terre et bois et maçonneries, et une rue bordée de caniveaux. Ces découvertes suggèrent une occupation assez lâche, privée d’un habitat luxueux, et dont l’élément principal est le vaste sanctuaire.

2.1.12. Thyez

  • 37 La dendrochronologie donne un intervalle entre 90 av. J.-C. et 125 ap. J.-C.

64Mal documentée, cette petite agglomération (environ 6 hectares) s’étendait en rive droite de l’Arve, entre la rivière et des marais (Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999, 348-352). L’organisation générale du site, qui s’étire sur environ 600 m d’est en ouest et sur 100 m du nord vers le sud, suggère un lien étroit avec la voie qui empruntait la vallée. Ce secteur était également un lieu de passage de l’Arve, comme en témoignent une voie se dirigeant vers la rivière, mais surtout les vestiges d’un pont en bois repérés à environ 300 m à l’est de l’agglomération37. Les observations archéologiques plaident pour l’absence de tout édifice public, et même d’un habitat luxueux. Seules deux inscriptions découvertes au XIXe s. permettent de supposer l’existence près de l’église d’un sanctuaire à Mars dont on ignore tout (ILHS n° 132 et 133). La modestie de Thyez est illustrée par la fouillée réalisée en 1994, qui a également montré que l’agglomération était sujette aux crues de l’Arve. Les premières constructions, en matériaux périssables, remontent à l’époque de Tibère. Plusieurs fois reconstruites en matériaux mixtes (sols en dur, solins en galets, élévations en bois), elles associent espaces d’habitat et artisanaux, et sont rasées vers le début du IIe s. C’est à cette période qu’est aménagée la voie vers l’Arve, bordée sur ses deux côtés de nouvelles habitations, dont l’une à galerie de façade supportée par des poteaux en bois. L’abandon définitif intervient dans le premier quart du IIIe s.

2.1.13. Les autres agglomérations alpines de la cité de Vienne

65Parmi les autres sites connus, très peu sont suffisamment bien documentés pour qu’on puisse définir une étendue approximative ou caractériser leur organisation. Il faut en particulier citer Détrier, La Mure, Moirans et même Varces, pour lequels seuls quelques vestiges sont connus. D’autres sites, tels Passy, Menthon et Saint-Jean-de-Maurienne, sont parfois interprétés comme des agglomérations. Dans le premier cas, un sanctuaire à Mars et quelques bâtiments, ainsi que plusieurs aménagements hydrauliques suggèrent une occupation importante, sans toutefois qu’une agglomération soit attestée. De même, les thermes monumentaux de Menthon, en bordure du lac d’Annecy, peuvent appartenir à un établissement isolé, à l’image des sites d’Uriage ou d’Aix-en-Diois. À Saint-Jean-de-Maurienne, une occupation antique est attestée à l’emplacement du bourg, mais très mal caractérisée ; on connaît en revanche l’importance que prend le site à l’époque mérovingienne, siège d’un évêché et qui abritait un atelier monétaire.

66Détrier, l’une des rares agglomérations alpines à ne pas être implantée en fond de vallée, est située dans un petit vallon qui constitue l’extrémité septentrionale du massif de Belledonne et qui surplombe la vallée de l’Isère. Le site est très mal documenté, principalement par des découvertes anciennes (Jospin 1991 ; Rémy, Ballet, Ferber 1996, 154-156). Située sous le hameau des Granges, l’agglomération s’étend sur 4-5 hectares. Connue par quelques vestiges observés lors de travaux (BSR Rhône-Alpes, 2004, 194), elle est occupée dès l’époque augustéenne. Elle était bordée au sud par une vaste nécropole d’environ 2000 m2, utilisée entre le Ier s. ap. J.-C. et le IIIe-IVe s. Il faut enfin signaler deux inscriptions découvertes à proximité, sur une hauteur qui domine le village (Le Barré). L’une est un autel funéraire et l’autre un ex-voto (ILN, Vienne, 456-457).

67L’agglomération de La Mure est située à 890 m d’altitude dans la Mathéysine, petite dépression suspendue qui constitue le prolongement méridional de la chaîne de Belledone. Elle n’est connue que par quelques fouilles réalisées dans les années 1980 à l’occasion de travaux (Pelletier, Dory, Meyer et al. 1994, 103-104). Installée en contrebas d’une colline, l’agglomération était aménagée sur plusieurs niveaux. Les deux terrasses mises en évidence étaient séparées par une rue est-ouest. Celle du bas supportait un grand bâtiment rectangulaire, la terrasse supérieure des habitations. Construites dès la fin du Ier s. av. J.-C., celles-ci étaient composées de grandes pièces dotées de sols en terre battue et de murs enduits parfois peints. Après un réaménagement à la fin du Ier s. ap. J.-C., ce quartier d’habitation a été abandonné dans le troisième quart du IIIe s. Très mal caractérisée, l’agglomération de La Mure était, au même titre que celle de Varces, sur un itinéraire qui reliait Grenoble à la Provence par le bassin du Drac. L’agglomération de Varces justement, renvoie à l’idée d’un habitat polynucléaire, développé et structuré autour d’une voie (Helly 2002 ; Leveau 2005-2006, 165-166). Plusieurs sites échelonnés sur environ deux kilomètres, dont un sanctuaire, évoquent la force d’attraction d’un axe qui, s’il n’est pas connu des itinéraires antiques, avait une grande importance puisqu’il reliait les Alpes du Nord à la Provence. Il a en partie conditionné une organisation linéaire de l’habitat, qui rappelle ce qu’on observe, chez les Voconces, dans la vallée de la Chauranne où est identifiée la mutatio de Cambonum.

  • 38 BSR Rhône-Alpes 1996, 103-104 ; 1997, 110-111.

68Le site de Varces rappelle la difficulté de caractériser les sites routiers et les nombreuses formes qu’ils peuvent prendre. Cette difficulté concerne bien entendu les stations des itinéraires antiques, dont beaucoup ne sont pas identifiées formellement. Cette question sera discutée plus loin à partir d’exemples de la plupart des régions des Alpes occidentales. Pour rester dans la cité de Vienne, on peut évoquer le cas de Moirans/Morginnum, station connue par la Table de Peutinger et par quelques découvertes lors de fouilles préventives38. Une portion de la voie qui joignait Vienne à l’Italie y a été dégagée, ainsi que plusieurs tombes du III-IVe s. à proximité, au quartier Saintt-Jacques-Champlong. Un bâtiment très mal conservé, de même que plusieurs inscriptions remployées dans l’église St-Pierre suggèrent d’y placer la station, sans toutefois qu’il soit possible de la caractériser davantage. L’incertitude est plus forte encore pour les sites d’Etanna et Labisco, qui ont fait l’objet d’une synthèse récente qui insiste sur la rareté et la dispersion des indices, mais également sur les problèmes de caractérisation de ces sites (Bertrandy 2005-2006). En témoignent les autres stations de la cité, seulement localisées par hypothèse et le plus souvent sur des bases peu fiables tels que la toponymie ou la topographie (Fines, Catorissium, Mellosedum, Lemincum, Mantala).

2.2. Les villes de la partie alpine des Voconces

  • 39 Resp. J. Planchon, Conservateur du Musée de Die.

69Comme dans la cité de Vienne, le territoire de la cité voconce recouvre deux grands ensembles : l’un alpin, l’autre davantage tourné vers la plaine du Rhône. Cette particularité, plus flagrante encore dans la cité de Vienne ou en Transpadane, est plus souvent associée aux Voconces car elle est confortée par l’existence de deux capitales, Vaison dans la plaine du Rhône, et Luc puis Die. Les deux capitales successives de la partie septentrionale de la cité sont au cœur d’un territoire de montagne au carrefour du bassin rhodanien, de la Provence et de l’Italie, qui comprend globalement les massifs préalpins du Diois, du Vercors et du Dévoluy. Cet espace était parcouru par deux grands itinéraires transalpins qui se rejoignaient dans le Gapençais : l’un empruntait les vallées de la Drôme puis du Petit-Buëch, l’autre constituait le prolongement de la via Domitia qui remontait la vallée de la Durance depuis la Provence. Les sites examinés ici sont pour la plupart situés le long de ces axes. Ils sont souvent connus par des découvertes anciennes, parfois spectaculaires comme à La Bâtie-Montsaléon. Luc et Die, connues par les sources écrites, le sont également par la découverte régulière de vestiges de l’occupation antique et parce qu’ils font l’objet d’un intérêt spécifique. On peut ainsi beaucoup attendre, pour ces deux villes et de façon plus générale pour le département de la Drôme, des travaux en cours dans le cadre de la Carte Archéologique de la Gaule et de l’Atlas Topographique des villes de Gaule méridionale39.

2.2.1. Die/Dea Augusta Vocontiorum

70Étendue sur environ 35 hectares au Haut-Empire, la ville était alors la plus importante de la cité avec Vaison. Située sur plusieurs petits plateaux qui dominent le lit majeur de la Drôme, elle était sur un axe transalpin majeur. Les découvertes anciennes, inventoriées et cartographiées dans le cadre de la Forma Orbis (Sautel 1957, 44-71), ont été largement enrichies à l’occasion de fouilles préventives récentes. Connue sous le nom de Dea Augusta Vocontiorum dès la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C., la ville est connue comme colonie par un sarcophage d’Arles daté de la fin du IIIe s. (CIL, XII, 690). La question du statut de Die renvoie à celle de la bicéphalité de la cité, et de la façon dont la ville s’est substituée à Luc comme capitale de la partie septentrionale des Voconces. Discuté à de nombreuses reprises (Goudineau 1979, 296-302 ; Desaye 1998), ce problème a fait l’objet d’un bilan et de nouvelles hypothèses à l’occasion du colloque sur les capitales éphémères (Planchon 2004a). Le transfert de capitale de Luc à Die serait intervenu au IIe s., sans doute entre 120 et 160. La ville bénéficie de l’octroi honorifique du titre de colonie latine, sans doute pas à l’époque augustéenne, mais avant la fin du IIIe s., terminus ante quem donné par le sarcophage d’Arles. Nommée Civitas Deensium dans la Notitia Galliarum, elle devient chef-lieu d’une cité autonome à une époque indéterminée.

71L’extension de la ville au Haut-Empire est connue par ses nécropoles qui la délimitent au nord-ouest et au sud-est (fig. 35-36). La ville, qui se développe dès l’époque augustéenne, s’étend sur les deux rives du torrent de Meyrosse, et dépasse largement le cadre de l’enceinte dont elle est ensuite dotée au Bas-Empire. Les vestiges bien caractérisés et localisés ne permettent pas de restituer l’organisation du bâti. L’existence d’une trame urbaine, organisée autour d’un réseau de rues est hypothétique : seule une rue qui prolongeait du nord-ouest vers le sud-est la voie joignant la vallée du Rhône et l’Italie est connue. Les édifices se rattachent principalement à de l’habitat, en particulier deux domus du Haut-Empire dans le secteur de la cathédrale. Les seuls monuments publics connus sont des thermes, reconnus en deux endroits : sous la vieille ville actuelle (dégagés sur 400 m2), et en rive gauche de la Meyrosse, près de la nécropole orientale. On sait par plusieurs inscriptions qu’il y avait à Die des jeux, donc sans doute un édifice de spectacle, mais l’hypothèse d’un amphithéâtre au nord-ouest de la ville n’est pas sérieusement étayée. De ce côté de la ville (nord-ouest) une porte devait marquer au Bas-Empire l’entrée de la ville, mais elle n’a pas été identifiée. Au sud-est se trouvait un arc colonial marquant l’entrée dans la ville, et peut-être érigé quand la ville a reçu le titre de colonie (Küpper-Böhm 1996, 136-145). Cet arc a été réemployé lors de l’érection de l’enceinte à la fin du IIIe s., afin d’en faire l’une des portes de la ville. Cette porte (porte Saint-Marcel), ainsi que plusieurs tronçons de la courtine sont encore en élévation.

Fig. 35. Extension de Die au IIe s. ap. J.-C.

Fig. 35. Extension de Die au IIe s. ap. J.-C.

(Planchon 2004a)

Fig. 36. Plan de la ville de Die intra-muros

Fig. 36. Plan de la ville de Die intra-muros

(Desaye 2004)

2.2.2. Luc-en-Diois/Lucus Augusti, Lucus Vocontiorum

72Qualifiée de mansio par l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, la ville est connue par Pline (III, 37) qui la cite parmi les oppida latina de Narbonnaise, et qui la place à égalité avec Vaison comme capitale des Voconces. Située dans un secteur où la vallée de la Drôme s’élargit, la ville est cernée par trois montagnes, et s’étend sur leurs premières pentes, en rive droite de la rivière. Le fort colluvionnement dû au substrat marneux explique l’enfouissement profond des vestiges (3 m en moyenne) et la mauvaise connaissance de la ville antique. Les différentes découvertes permettent au moins d’estimer l’étendue de la ville (20-25 hectares au Haut-Empire) et de localiser quelques vestiges (fig. 37 ; Planchon 2004a et b). Parmi ceux-ci, une mosaïque partiellement dégagée en 1892 mérite d’être signalée (Lavagne 2000, 117-123). Datée des années 40-30 av. J.-C., elle est l’œuvre d’un artisan de Bologne (fig. 38). Elle présente un décor de bucranes qui évoque le caractère officiel de l’édifice (entrée du forum, temple, demeure d’un fonctionnaire ?). Cette mosaïque révèle en tout cas l’importance de Luc à une époque où Vaison, que Pomponius Méla (II, 5, 74-75) qualifie un siècle plus tard d’une des plus opulentes de Gaule, ne présente aucun caractère urbain, aucun monument public et seulement quelques établissements ruraux qui se transforment plus tard en grandes résidences urbaines. L’appel à un artisan italien témoigne de l’attirance forte des élites voconces pour le modèle romain, qu’on retrouve à la même époque chez les Éduens, autre peuple fédéré (Goudineau, Peyre 1993, 54-74). Il met également en avant la puissance des Voconces du nord, qui ont très tôt marqué leur fidélité à Rome, et on ne peut exclure que Luc était, aux origines de la cité fédérée, la principale ville où étaient concentrées les fonctions administratives, jusqu’à ce que Vaison prenne davantage d’importance. Les autres découvertes sont ponctuelles ou mal documentées. Il s’agit pour la plupart d’inscriptions ou de monnaies dont on ignore le contexte. Seules deux opérations récentes documentent de façon plus précise la ville. Aux Tourettes, le suivi de travaux depuis les années 1970 a montré l’existence d’une villa suburbaine avec des sols en mosaïque, d’installations artisanales (fours de tuiliers et de bronzier) et d’un tronçon d’aqueduc. Une autre habitation luxueuse occupée entre le Ier s. ap. J.-C. et au moins le IVe s. a été découverte aux Champs du Clos (BSR Rhône-Alpes, 1999, 78). Elle a livré des éléments de décor en marbre, des peintures murales et de nombreux fragments architectoniques, mais également une statue d’orateur en marbre. Elle conforte l’image d’une ville qui, si elle demeure presque inconnue, livre les témoignages d’une population aisée dont la présence doit être reliée à l’importance de Luc jusqu’au IIe s.

Fig. 37. Extension hypothétique de Luc au Haut-Empire

Fig. 37. Extension hypothétique de Luc au Haut-Empire

(Planchon 2004a)

Fig. 38. Mosaïque découverte à Luc

Fig. 38. Mosaïque découverte à Luc

(Lavagne 2004)

2.2.3. La Bâtie-Montsaléon/Mons Seleucus

73Cette agglomération en partie fouillée au XIXe s. a bénéficié d’un renouveau de la recherche depuis la fin des années 1990 (Leveau, Segard, Barbier et al. 2002 ; Segard 2005, vol. 3, 71-105). Situé au croisement d’itinéraires vers l’Italie, la vallée du Rhône, la Provence mais également Grenoble, le site est identifié à la station Mons Seleucus, également connue pour sa bataille entre Constance II et l’usurpateur Magnence. L’occupation antique s’étend dans la plaine de Lachau (720 m), surplombée au nord-est par un petit plateau. La surface de l’agglomération est estimée à 12-15 hectares (environ 370 m sur 330 m). S’y ajoutent quelques édifices périphériques, en particulier un ou plusieurs mausolées sur la petite éminence de La Madeleine, à 1 km au nord de l’agglomération (fig. 39). L’organisation générale de la ville est connue à travers les nombreux édifices fouillés ou observés grâce aux prospections. On peut y distinguer un noyau densément occupé, organisé autour de rues, et un grand sanctuaire périphérique (fig. 40). Tous les édifices connus présentant une même orientation, mais rien n’atteste une trame régulière parfois évoquée lors des fouilles ancienne.

Fig. 39. L’agglomération de la Bâtie-Montsaléon dans son contexte

Fig. 39. L’agglomération de la Bâtie-Montsaléon dans son contexte

(M. Segard)

Fig. 40. Plan de l’agglomération de la Bâtie-Montsaléon

Fig. 40. Plan de l’agglomération de la Bâtie-Montsaléon

(M. Segard)

Le noyau urbain

74Le noyau urbain s’étend sur environ 6 hectares (secteur 1 et 2). Il a été en grande partie fouillé au XIXe s., et c’est à cette occasion qu’ont été mis au jour les deux principaux édifices : la domus et les thermes. Les autres édifices sont à peine décrits et localisés. Dans l’ensemble, les comptes rendus signalent des constructions très soignées, en petit appareil, le plus souvent recouvertes de peintures murales. La découverte de mosaïques, d’éléments architecturaux en marbre et en porphyre et la qualité du mobilier confirment l’existence d’édifices luxueux qualifiés le plus souvent de maisons. Au cœur de cet ensemble se trouve une grande place d’où proviennent un aigle en bronze et un autel avec une inscription dédiée à Mars (ILN, Die, 250). La place est bordée au nord-ouest par un quartier d’habitat du Haut-Empire qui marque la limite de l’agglomération (BSR PACA, 2005, 53). Tout le secteur situé à l’est (secteur 1), entre le chemin du Brieu et de Maraize, n’est connu que par des descriptions et des plans sommaires. A l’est de la place ont été fouillées des habitations richement décorées dont on ignore le plan. C’est de l’un de ces édifices que provient le bas-relief en marbre représentant le dieu Mithra, aujourd’hui perdu (ILN, Die, 251).

75Quelques découvertes fortuites plus récentes (murs, mobilier) confirment l’extension de l’agglomération dans tout ce secteur, et même jusqu’en contrebas du chemin de Maraize, à Champ l’Arène. Le quartier qui y a été récemment fouillé éclaire surtout les origines de Mons Seleucus, que le mobilier provenant des fouilles anciennes plaçait plutôt dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C. Cette fouille a mis en évidence une implantation de type urbain dès le dernier quart du Ier s. av. J.-C., et confirme l’observation ponctuelle de niveaux d’occupation contemporains dans à 75 m à l’ouest (propriété Jourdanne). Au nord-est, les fouilles anciennes ont également été nombreuses, mais seul un bâtiment a été décrit (secteur 3). Il s’agit d’une installation viticole de dimensions inconnues, divisée en trois parties (Brun 2001, 73).

La partie méridionale de l’agglomération

76La limite méridionale (secteur 4) de Mons Seleucus est la mieux connue, notamment par la découverte d’une grande domus entièrement dégagée en 1804-1805. Les photographies aériennes ont permis de localiser précisément cet édifice et de confirmer la justesse des observations reportées sur le plan réalisé au XIXe s. Les vestiges dégagés à l’époque s’étendent sur plus de 8000 m2 (110 sur 75 m) dont 1700 m2 sont visibles sur les photographies aériennes (fig. 41). On y reconnaît sans peine le plan d’une domus où se succèdent, sur un même axe, une entrée, un vaste vestibule (17 m sur 8,50 m), un atrium à impluvium et une cour à péristyle. Il faut souligner la monumentalité de l’ensemble, et imaginer l’effet de profondeur généré par cet alignement d’espaces sur une longueur de 75 m.

Fig. 41. La Bâtie-Montsaléon : plan de la domus

Fig. 41. La Bâtie-Montsaléon : plan de la domus

(M. Segard)

77La grande cour est dotée d’un double couloir d’interprétation délicate, mais qu’on peut attribuer, en l’absence d’autres exemples présentant une telle solution architecturale, à plusieurs aménagements successifs. Les pièces disposées autour de l’atrium, par leur localisation, leur dimension et le mobilier qui en provient, correspondent à des pièces d’habitation. Les espaces plus grands situés à l’est sont interprétés comme cours ou jardins. Les pièces en façade qui encadrent l’entrée sont considérées comme des boutiques. Au total, la partie centrale de l’édifice représente une surface d’environ 3000 m2 (de l’entrée au fond de la cour, et sur la largeur de la cour et des deux « couloirs »), et presque 4500 m2 si on y inclut les espaces situés à l’est. On y retrouve le modèle de la maison urbaine, avec un respect scrupuleux de l’axialité auquel s’ajoute une recherche de monumentalité qu’on retrouve habituellement dans les grandes villes de Gaule. L’attribution de tous les espaces situés à l’ouest est moins évidente. Très peu décrits lors de leur fouille, ils s’étendent sur environ 3400 m2 (45 m sur 75 m). L’ensemble de l’angle nord, par la richesse des décors (colonnes, marbre, peintures) et le mobilier (vases et lampes en bronze, bijoux, objets en argent et en or) correspond à des pièces d’habitat. À l’arrière, on reconnaît des cours et des jardins.

78On doit retenir de l’ensemble de ce quartier sa monumentalité, puisqu’il offrait une façade d’une centaine de mètres sur la place. L’homogénéité du plan suggère d’y voir une seule domus de 7500-8000 m2. L’absence de données stratigraphiques est cependant un obstacle à une lecture plus précise de son évolution et des réaménagements qu’elle a connus. Le rare mobilier conservé oriente vers une occupation qui début dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C. En l’état, les données mettent en évidence une habitation dans laquelle il faut dégager cinq points : ses dimensions exceptionnelles, son plan, le luxe qui y a été déployé, son emplacement privilégié (face à la place), et enfin son caractère unique dans l’agglomération. Cette immense demeure était par ailleurs située à proximité des thermes, dégagés à la même époque. Ceux-ci ont fait l’objet d’un plan, mais ne sont pas localisés précisément. Dégagés sur 400 m2, ils présentent un plan symétrique où on retrouve toutes les pièces destinées au bain (Bouet 2003, vol. 2, 49-50). Une inscription qui rappelle un acte d’évergétisme de L. Attius Tertullus, sans doute une distribution d’huile pour le bain, doit être reliée aux thermes (ILN, Die, 256). Les comptes rendus de fouilles font également état, dans ce secteur, d’habitations et d’installations artisanales. Des fours, des bassins, des cuves maçonnées et le mobilier évoquent des espaces destinés à la production de céramique et à la métallurgie. La mention d’instruments de métallurgie (pinces, ringardes, tenailles, masses), ainsi que de scories de cuivre et de fer a été confirmée par la découverte fortuite de lingots de plomb dans les années 1990. Même si aucune installation n’a été observée, les fouilles préventives réalisées en 2006 à Champ l’Arène attestent également l’existence de la métallurgie du fer dans cette partie de l’agglomération.

Le sanctuaire

79Les prospections aériennes puis géophysique ont permis d’identifier un grand sanctuaire au nord de l’agglomération, dans un secteur jusqu’alors peu documenté (secteur 5). Il était séparé du noyau urbain par un espace non bâti. Ce vaste ensemble quadrangulaire long de 55 m et large de 44 m respecte une orientation identique à celle de la domus et des autres quartiers urbains. Le plan et la prospection géophysique suggèrent deux phases de construction. Dans un premier temps, le sanctuaire correspond à une galerie quadrangulaire qui enserre un espace central de presque 850 m2. La galerie, plus large au nord-ouest, est précédée d’un espace quadrangulaire qui fait saillie, sans doute un porche. Cet ensemble rappelle le sanctuaire du Chastelard du Lardiers, et plus encore celui de Gilly et de Vaugrenier (Barruol 2004 ; Arnaud 2001b). On peut penser que les structures situées dans l’axe du porche et qui empiètent sur la cour centrale correspondent à un aménagement postérieur. On ne dispose d’aucune donnée chronologique pour cet édifice. Seul un plan des vestiges dressé en 1805 fait figurer dans ce secteur un temple non décrit. Le mobilier qui en provient confirme en tout cas l’hypothèse d’un sanctuaire : un chapiteau corinthien, une statuette représentant un dieu, un bas-relief en bronze, l’avant-bras d’une statue colossale en marbre et un fragment d’autel comportant un vœu à une divinité inconnue (ILN, Die, 254).

80Occupé de la fin du Ier s. av. J.-C. jusqu’au IIIe s., le site de La Bâtie-Montsaléon offre une configuration qui renvoie à la catégorie bien connue des agglomérations dotées d’un vaste sanctuaire périphérique. Comme à Gilly ou Châteauneuf, celui-ci est un lieu de rencontre pour les populations rurales, dans un contexte urbain peu développé. Son importance témoigne également de la place des agglomérations secondaires comme lieux privilégiés pour les grands propriétaires qui y trouvaient un terrain favorable à l’autoreprésentation. Véritable petite ville dotée d’une place, d’équipements publics (thermes, aqueduc, canalisation), d’un mithraeum, et d’installations artisanales, Mons Seleucus se distingue d’ailleurs par l’existence d’habitations luxueuses. Par ses dimensions démesurées, la grande domus égale et dépasse même les plus grandes maisons de Vaison, et on ne trouve d’équivalent que dans les grandes villes de l’Empire. Dans le cadre d’une modeste agglomération, elle évoque l’existence, dans les campagnes voconces, d’une aristocratie fortunée ayant su profiter d’opportunités économiques dès la fin du Ier s. av. J.-C. La présence du gentilice Attius dans la domus comme dans la villa proche du Serre-la-Croix (ILN, Die, 245), trouve ici toute sa cohérence (Leveau et al. 2002). On peut y voir la double opportunité que représentait l’agglomération pour les notables : elle était un lieu propice à l’évergétisme, mais surtout un centre prospère permettant de s’enrichir davantage.

2.2.4. Le Monêtier-Allemont/Alabons

81La station Alabons (ou Alamons) des itinéraires routiers est localisée entre Sisteron et Gap, et occupe le fond de la vallée de la Durance, à proximité d’un rétrécissement de celle-ci. Les vestiges, repérés en plusieurs points distincts, évoquent un noyau de faibles dimensions entouré d’établissements ruraux. Les principales découvertes anciennes se concentrent à l’emplacement du village actuel, sur une petite éminence qui domine d’une dizaine de mètre le fond de la vallée (Ganet 1995, 127-130). Bien que rarement décrites, elles permettent d’estimer l’étendue des vestiges à environ 4-5 hectares. Une inscription indique qu’Alabons était vraisemblablement le centre du pagus Epotius, dont Q. Caetronius Titullus a été préfet avant de finir sa carrière à Die comme flamine d’Auguste et intendant des jeux publics (CIL, XII, 1529). Malgré une superficie modeste, l’agglomération devait abriter quelques édifices publics, et peut-être le préfet y résidait-il. C’est également là qu’il faut de toute évidence placer le macellum, édifié grâce à la générosité d’un donateur inconnu, remercié par les habitants du pagus (ILGN, 226 ; AE, 1908, 63). Bien que peu étendue, l’agglomération était dans un secteur densément occupé, et bénéficiait du passage de la voie qui rejoignait l’Italie. Cette question a d’ailleurs été discutée à l’occasion de la fouille de Saint-Ariès, à 1,5 km au sud du village. Ce site en grande partie fouillé présente toutes les caractéristiques d’un établissement agricole (Guillaume 2004). Cependant, l’étude archéozoologique a montré la proportion importante de bœufs de réforme, qui suggère que cet établissement ait également eu une fonction d’accueil (Columeau 2002b, 100-101). L’existence d’autres établissements peu éloignés, autour du noyau central, a conduit à évoquer l’idée d’un « bourg éclaté », qui renvoie à la question, comme à Gilly ou Faverges, de la fonction de villae situées en périphérie proche des agglomérations (Leveau 2002b, 66-68).

2.2.5. Gap/Vapincum

  • 40 La Notitia Galliarum mentionne la civitas Vappincensium en Narbonnaise Seconde.

82Station mentionnée sur tous les itinéraires, Vapincum est située sous la ville actuelle de Gap, dans un vaste bassin encadré par le Dévoluy et le Champsaur. Qualifiée de mansio puis chef-lieu de cité dans la Notitia Galliarum, elle était à l’intersection de deux voies qui convergeaient vers le col du Montgenèvre (Gauthier, Picard 1986a, 49-52). Les vestiges les plus importants correspondent aux tronçons de l’enceinte du Bas-Empire régulièrement mis au jour. L’espace réduit qu’elle enserre (2 hectares) montre l’ampleur très limitée de la ville à la fin de l’Empire, malgré l’accession au rang de chef-lieu de cité40. L’occupation du Haut-Empire est presque inconnue. En l’état, rien ne permet d’évaluer l’importance de Gap à cette période. Le seul édifice bien documenté est un fanum dont la construction remonte à l’extrême fin du Ier s. av. J.-C. Il est composé d’une cella de 7 m sur 8 m entouré d’une galerie. Sa fréquentation ne dépasse pas la fin du Ier s. ap. J.-C.

2.2.6. Sisteron/Segustero

83Sisteron partage avec Gap son accession au rang de chef-lieu de cité au Bas-Empire, même si une inscription découverte à Saint-Romain-en-Gal (ILN, Vienne, 123), mentionnant un décurion de la civitas Sogiontiorum, est interprétée par G. Barruol comme le témoignage de l’existence d’une cité dès le IIe s. (Barruol 1969, 284-285 ; Gauthier, Picard 1986a, 53-55). Le site, à l’emplacement de la ville médiévale, est caractérisé par sa position stratégique, puisqu’il surplombe la cluse qui réduit la vallée de la Durance à un passage étroit, immédiatement au sud de sa confluence avec le Buëch. Comme à Gap, le site antique est masqué par les occupations postérieures, et documenté principalement par des découvertes anciennes (Bérard 1997, 458-476). En l’état des connaissances, il est impossible d’évaluer son extension, et on sait uniquement que les vestiges se concentrent principalement dans le secteur de la cathédrale. La mise au jour au couvent de la Visitation d’une rue bordée de bâtiments (boutiques ou habitations), occupés à partir du IIe s. ap. J.-C. jusqu’à l’Antiquité tardive, indique en tout cas une certaine organisation du bâti. D’autres vestiges signalent une occupation plus ancienne, dès le milieu du Ier s. ap. J.-C. Quelques tombes au sud signalent sans doute la limite de l’agglomération. Plus au sud encore, il faut signaler un important mausolée connu par des fouilles réalisées dans les années 1940. Daté du IIe s., il a livré de nombreux éléments architectoniques en marbre ainsi que des masques funéraires, des urnes en marbre et un fragment d’épitaphe. Il doit être mis en relation avec un riche habitat périphérique, occupé durant le Haut-Empire. Tous deux devaient être à proximité de la voie vers l’Italie. Les observations, quoique peu nombreuses, suggèrent comme à Gap et au Monêtier-Allemont, l’existence d’une agglomération peu importante, sans monument public attesté, mais où demeuraient certaines familles de notables voconces.

2.2.7. Les autres agglomérations voconces

84Parmi les autres sites de la partie alpine de la cité voconce, il faut signaler les deux agglomérations d’Aouste-sur-Sye et de Saillans dans la vallée de la Drôme, identifiées aux stations d’Augustum et Darentiaca, sur lesquelles il n’existe aucune synthèse des découvertes (Sautel 1957, 75-76). On connaît seulement à Saillans un important mausolée daté du dernier tiers du Ier s. av. J.-C. situé à proximité de la voie, d’un pont et sans doute d’autres édifices, dont l’un a été interprété comme arc ou porte et l’autre comme villa à La Mure (Planchon, Charpentier 2006). On n’en sait pas davantage sur l’étendue et la nature des vestiges identifiés à la mutatio de l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem. Il existe la même incertitude sur la caractérisation de l’agglomération d’Aouste, connue par des vestiges et des inscriptions découverts fortuitement. Les autres stations du territoire voconce sont localisées seulement approximativement grâce aux distances indiquées par les itinéraires, mais ces sites n’ont jamais été identifiés sur le terrain, et ne peuvent être rapprochés d’aucune découverte significative, malgré l’intérêt qu’ils ont suscité depuis le XIXe s. Le site de La Beaume/Cambonum, qui sera exposé plus loin, montre les difficultés rencontrées pour caractériser ces sites qu’on ne peut interpréter systématiquement comme des agglomérations.

  • 41 Porcher (E.), Le site romain du Bourguet à l’Escale (Alpes-de-Haute-Provence) : topographie et urba (...)

85Il faut enfin ajouter au dossier des Voconces trois sites qui ne sont pas mentionnés sur les itinéraires : l’agglomération du Bourguet à L’Escale, ainsi que deux agglomérations probables à à Pontaix, à l’ouest de Die, et à Ribiers, dans la vallée du Buëch. La première, située en bordure de la Durance à une vingtaine de kilomètres au sud de Sisteron, a été observée lors de travaux et est aujourd’hui sous les eaux d’un barrage. Elle a fait l’objet d’un bilan dans le cadre d’un travail universitaire présenté lors d’une table ronde41. Cette agglomération de bord de rivière, à laquelle des fonctions portuaires sont d’ailleurs attribuées, s’est développée à partir de la fin du Ier s. av. J.-C., et des espaces d’habitat, des édifices publics y ont été reconnus. À Pontaix et à Ribiers enfin, c’est la concentration des vestiges observés lors de travaux, de découvertes fortuites ou de prospections au sol qui suggère l’existence d’un habitat groupé dont l’organisation ne peut être établie (Sautel 1957, 72-73 ; Ganet 1995, 138-142). À Ribiers, c’est la forte densité des établissements repérés en prospection par S. Bleu qui conduit à évoquer l’hypothèse d’une agglomération « éclatée » dénuée de toute organisation générale et de tout espace public. On terminera sur les sites connus par les itinéraires antiques, mais dont la localisation est incertaine, et qui ne correspondent pas nécessairement à des agglomérations : Vologatae, Davianum, Ad Finem, Ictodurus, Geminae voire Geminas si ce doublon ne provient pas d’une erreur de copie dans la Table de Peutinger.

3. L’urbanisation des provinces alpines

86L’histoire des territoires situés à cheval sur la ligne de crête, et l’histoire de leurs villes sont étroitement liées au caractère montagneux de ces régions. Soumis en dernier, en même temps que ceux de l’ensemble de l’arc alpin par Auguste, ces peuples rarement mentionnés dans les sources écrites sont surtout connus parce qu’ils contrôlaient la traversée du massif, imposaient des péages ou empêchaient même le passage. En témoignent les heurts entre César et les Ceutrons, les Graiocèles et les Caturiges, et plus encore l’échec de l’expédition de Galba dans le Valais, destinée à faciliter le passage des armées et des commerçants qui venaient d’Italie par le col du Grand Saint-Bernard (César, BG, I, 10 et III, 1-6). Jusqu’à leur soumission, la rareté des affrontements avec ces peuples suggère des accords, dont les termes ne sont pas connus, qui garantissaient la sécurité pour ceux qui traversaient les Alpes. Ces relations et la très large autonomie des peuples alpins perdurent jusqu’aux opérations militaires décidées par Auguste. Les motivations de celles-ci, discutées à de nombreuses reprises, relèvent de la nécessité de relier entre eux les différents territoires séparés par le massif, et de faciliter ainsi le passage des armées, des fonctionnaires et des commerçants (France 2001, 221-225 et 292-293). En 13 av. J.-C., l’ensemble des peuples des Alpes occidentales est soumis au terme de campagnes militaires menées sur plusieurs fronts. Ces territoires bordés par la Narbonnaise et l’Italie sont alors transformés, suivant des rythmes différents, en districts puis en provinces des Alpes Pennines, Grées, Cottiennes et Maritimes. Le développement urbain répond en partie à la nécessité de les pourvoir d’un centre administratif et économique. C’est ce que montre le nom Forum Claudii que portent Aime et Martigny, qui rappelle les petits centres implantés en Cisalpine dans un même contexte de territoires ruraux aux populations isolées et dispersées (Forum Germa[---], Forum Vibii, Forum Fulvii). La création d’une ville nouvelle se fait dans les deux cas dans la continuité et à proximité d’une occupation antérieure, et près de la voie. Elle rappelle l’exemple du bourg indigène du Magdalensberg, dans le Regnum Noricum : capitale et siège de l’administration jusqu’au règne de Claude, cette petite ville implantée sur une montagne a alors été supplantée par la ville nouvelle de Virunum, fondée dans la plaine à quelques kilomètres, le long d’un axe important (Piccottini 2003, 191). Le cas de Suse illustre la spécificité des Alpes Cottiennes et des relations que devaient entretenir ce district avec Rome. Déjà pourvu de bourgs (Embrun, Briançon, Ocelum), il ne connaît pas de création urbaine, et Suse conserve son statut de capitale en même temps que son nom indigène. Son développement dès l’époque augustéenne s’inscrit dans une dynamique normale d’imitation de la part d’une population depuis longtemps sensible au modèle romain. L’abondance d’inscriptions attestant son statut municipal et celui de Briançon et Embrun confirme que les populations des Alpes Cottiennes présentaient des garanties suffisantes en termes d’intégration. Cette situation renvoie encore au cas du Norique, où les contacts commerciaux anciens (liés ici au commerce du minerai) ont facilité l’implantation dès la conquête des organes du pouvoir dans la capitale du Magdalensberg. Suse, par son développement et les notables qui y résidaient, a constitué rapidement un centre urbain apte à diriger la province.

3.1. Les Alpes Cottiennes et Maritimes

  • 42 Tacite, Annales, XV, 32, évoque uniquement la province des Alpes Maritimes.

87Les deux provinces qui occupent la partie méridionale des Alpes occidentales, depuis le littoral méditerranéen jusqu’à la Maurienne, sont créées dans les années 60 ap. J.-C., à la même époque que l’octroi du droit latin, attesté pour les Alpes Maritimes et supposé pour les Alpes Cottiennes42 (Chastagnol 1994, 37). Elles sont alors chacune gouvernées par un procurateur et dirigées depuis leur capitale Cimez/Cemenelum et Suse/Segusium, deux villes qui existaient déjà depuis l’époque d’Auguste. Cette organisation en province fait suite à une période d’administration militaire ou indirecte mise en place après les campagnes militaires de la fin du Ier s. av. J.-C. Au nord, le royaume de Cottius, malgré une certaine résistance rapportée par Ammien Marcellin (XV, 10, 2), est devenu une préfecture, système d’administration qui permet d’intégrer progressivement des territoires par le biais des chefs indigènes (Braund 1988). Cottius marque sa fidélité en faisant aménager des voies de passage afin de les rendre plus accessibles et sûres. L’organisation des Alpes Cottiennes à cette époque et dans les décennies qui suivent est délicate à restituer, ce dont rendent compte la difficile confrontation des peuples mentionnés sur l’arc de Suse et sur le Trophée de la Turbie, ou encore le texte de l’inscription des Escoyères (Letta 2001). Dans les Alpes Maritimes, les peuples qui occupaient le littoral et l’arrière-pays ont été soumis en plusieurs fois, à l’occasion d’opérations destinées dès le IIe s. av. J.-C. à faciliter le passage vers la péninsule ibérique. Strabon (IV, 6, 3) rappelle d’ailleurs que Rome a obtenu que le passage soit autorisé sur une bande littorale de douze stades à l’occasion des opérations des années 120 av. J.-C., les Ligures figurant d’ailleurs aux côtés des Salyens et des Voconces parmi les peuples vaincus. Les peuples des montagnes sont quant à eux soumis en même temps que la plupart des autres peuples alpins, lors des opérations d’Auguste. C’est alors que sont créées la via Iulia Augusta reliant l’Italie et l’Espagne, et la ville de Cimiez, sur le plateau qui domine la baie de Nice.

88L’histoire des deux provinces est liée par le remaniement à plusieurs reprises de leur territoire. Certains peuples, d’abord attribués à Cottius, rejoignent ensuite la province des Alpes Maritimes ; sans doute sous Dioclétien, les Alpes Maritimes s’étendent vers le Nord, et Embrun en devient la capitale. Il faut également évoquer la question très débattue du statut de Digne et des Bodiontici, sans doute dépendants de cette province mais rattachés dès 69 ap. J.-C. à la Narbonnaise, puis peut-être dès le règne d’Hadrien de nouveau aux Alpes Maritimes (Chastagnol 1992, 263-269 ; Roth-Congès 1993-1994, 95-100). Les deux provinces se distinguent, par rapport aux Alpes Grées et Pennines, par un morcellement en nombreuses cités, très manifeste dans les Alpes Maritimes au Bas-Empire (Beaujard 2006, 22-23). De façon générale, les villes des Alpes Cottiennes sont concentrées le long de la voie transalpine, dans le bassin de la Durance et de la Doire. Dans les Alpes Maritimes, elles occupent plus souvent des petits bassins en moyenne montagne et illustrent bien le cloisonnement du relief de la partie méridionale du massif. Il ne s’agit pas de traiter ici l’ensemble des villes et agglomérations des deux provinces, d’autant plus qu’en dehors de Suse, elles sont très mal documentées. Par ailleurs, le cas de Cimiez ne sera pas détaillé, même s’il pose, comme Vienne ou Turin, la question du caractère alpin de cette ville proche du littoral, considérée par F. Benoit comme une ville de montagne, par opposition à Nice, résolument tournée vers la Méditerranée (Benoit 1977, 5 ; Ardisson 2004). Plusieurs de ces villes ont fait l’objet de notices dans le colloque sur les capitales éphémères (Ferdière 2004). On peut en outre se reporter aux travaux en cours sur certaines cités (Vence et Briançonnet) et sur les agglomérations secondaires des Alpes méridionales (Barruol 1998 ; Arnaud 2001c ; Lautier en cours).

3.1.1. Suse/Segusium

89La capitale des Alpes Cottiennes occupe un emplacement important, sur la voie provenant de Turin, au pied de la vallée qui conduit au col du Montgenèvre et de celle qui rejoint vers le nord le col du Mont-Cenis. Connue pour quelques monuments remarquables encore conservés, elle a livré en réalité assez peu d’éléments permettant de restituer son organisation (Crosetto, Donzelli, Wataghin 1981 ; Brecciaroli Taborelli 1990 ; Lanza, Monzeglio 2001 ; Chrzanovski 2006, 269-289). Son développement majeur s’amorce à partir de l’époque augustéenne et se prolonge durant le Ier s. C’est à cette période que la ville s’étend en contrebas du Castello, la petite hauteur où est placée par hypothèse la capitale du royaume avant la conquête par Auguste. Très peu de vestiges documentent en réalité une occupation de la période de l’indépendance. À partir de l’époque augustéenne, la ville s’étend progressivement pour atteindre au maximum 30 hectares (500 m sur 600 m). Elle est alors globalement délimitée par la Doire au nord et à l’est, et par les reliefs à l’ouest (fig. 42). Au sud l’amphithéâtre était en position suburbaine. La place de la voie des Gaules dans la structuration de la ville est certaine. Elle devait arriver du col du Montgenèvre et passer sous l’arc d’Auguste. Daté de 9-8 av. J.-C., il a été érigé à l’issue de la conquête et rappelle le titre de préfet de cités accordé à Cottius. Il mentionne également les peuples qui lui sont attribués (CIL, V, 7231). La voie a été repérée à environ 150 m au nord, où elle a été dégagée sur 35 m. Elle est bordée à l’ouest par un petit temple de plan classique auquel est accolé un petit bâtiment dans lequel a été découverte une base quadrangulaire surmontée par une urne cinéraire en pierre. Cet édifice est interprété comme le tombeau de Cottius cité par Ammien Marcellin (XV, 10, 7), et localisé selon cet auteur à proximité de l’enceinte. Le même passage, qui indique qu’un culte aux Mânes de Cottius existait à l’emplacement de son tombeau, est fréquemment utilisé pour faire du temple un hérôon dédié au roi. La voie se séparait sans doute dans ce secteur, un tronçon continuant vers le nord, pour traverser la Doire et rejoindre le col du Mont-Cenis puis la haute vallée de la Maurienne. La voie vers Turin bifurquait vers le sud-est, et c’est autour d’elle que s’est organisée la ville (actuelle via Rolando). C’est au croisement de ces deux axes que se trouvait de toute évidence le forum (Piazza Italia actuelle). La place était bordée par un portique et des boutiques, partiellement observés en face du petit temple. Cette localisation est confirmée par la découverte dans ce secteur de fragments de statues en marbre et en bronze, dont une tête d’Agrippa, d’une dédicace au même Agrippa par des membres de la dynastie de Cottius, ainsi que de diverses inscriptions. La majorité est l’œuvre de magistrats du municipe, l’une d’entre elle mentionnant également les vikani Segusinis (CIL, V, 7261). Ces inscriptions rappellent l’importance de la ville, où devaient résider par ailleurs les procurateurs (puis praesides) de la province. Quelques découvertes sur la pente sud du Castello montrent d’ailleurs l’existence d’un habitat aisé lié à l’établissement des notables à Suse dès le début du Ier s. Des demeures du même type ont également été observées le long de la via Rolando et en périphérie, au nord-ouest de l’arc et au-delà de la Doire. Parmi les vestiges bien identifiés, il faut enfin signaler des thermes partiellement observés au cœur de la ville romaine (via Rolando), et un ou plusieurs édifices publics sur le Castello, datés de la phase de monumentalisation julio-claudienne de Suse. La ville est également connue pour son enceinte du Bas-Empire, qui englobe principalement le quartier oriental de la ville du Haut-Empire. L’enceinte, reconnue sur une grande partie de son tracé et par plusieurs tours, représentait alors un espace de 7-8 hectares. Les différents tronçons d’aqueduc encore visibles sur le Castello, et improprement appelés « Terme Graziane », appartiennent également à un aménagement du Bas-Empire.

Fig. 42. Plan de la ville de Suse

Fig. 42. Plan de la ville de Suse

(Brecciaroli Taborelli 1990)

3.1.2. Briançon/Brigantium

90Bourg cité par Strabon (IV, 1, 3), Briançon est le pendant de Suse sur le versant occidental du col du Montgenèvre. Seuls quelques vestiges de la fin de l’âge du Fer rappellent l’existence d’une bourgade préromaine qui n’est pas ailleurs pas précisément localisée. Municipe des Alpes Cottiennes sans doute dès le Ier s. ap. J.-C., la ville occupe une position stratégique à la croisée des voies transalpines provenant de Grenoble et de Provence. Elle est installée à 1350 m d’altitude, sur le flanc de la montagne qui domine au nord la confluence de la Durance et de la Guisane, et peut-être en contrebas, à proximité des deux rivières. Le relief a nécessité l’aménagement de replats artificiels, dont certains ont été observés. Un mur de soutènement haut de plus de 6 m, repéré sur une longueur de 600 m, témoigne des aménagements colossaux destinés à la construction de la ville sur des terrasses. Les vestiges connus ne permettent en revanche pas d’évaluer l’étendue de la ville (Ganet 1995, 85-92 ; Jourdain-Annequin 2004, 140-141 et 189). Ils permettent uniquement de localiser quelques tronçons d’aqueduc, des canaux voûtés destinés au drainage des terrasses, ou encore des thermes sous le cimetière actuel. Le qualificatif de castellum donné à la ville par Ammien Marcellin (XV, 10, 6) est par ailleurs confirmé par la découverte de différents éléments d’une enceinte du Bas-Empire. Enfin, les photographies aériennes et la découverte de murs courbes et de gros blocs lors de travaux indiquent la présence d’un amphithéâtre aujourd’hui détruit, implanté en bas de pente, dans le secteur de la confluence entre la Durance et la Guisane. L’hypothèse d’un quartier qui se serait développé un peu au sud, à proximité de la voie venant de Provence, n’est pas vérifiée.

3.1.3. Embrun/Eburodunum

  • 43 Les Caturiges sont cités comme administrés par Cottius sur l’inscription de l’arc de Suse.
  • 44 Mansio Ebreduno sur l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem.

91Qualifiée, comme Briançon, de bourgade par Strabon, Embrun partage également le statut de municipe attesté par une inscription du Ier s. (CIL, V, 7259). Mentionnée sur les gobelets de Vicarello, la ville située chez les Caturiges marque l’entrée sur les terres de Cottius43. C’est sans doute sous Dioclétien que la province des Alpes Maritimes est étendue jusqu’à l’Embrunais, et qu’Embrun en devient capitale à la place de Cemelenum/Cimiez (Gauthier, Picard 1986a, 69-72 ; Arnaud 1999, 47-48). La ville, qui abritait des fonctions publiques et religieuses (un évêché y a son siège dès la fin du IVe s.), est à l’emplacement de la ville actuelle, sur une terrasse qui domine de 50 m le lit de la Durance. Située sur la voie vers l’Italie44, elle n’a livré aucun vestige du Ier s. av. J.-C. à l’exception de deux monnaies au cavalier (légende Ambil/Eburo). La ville romaine n’est pas davantage connue. Elle n’est documentée que par quelques vestiges observés lors de travaux dans le secteur de la cathédrale et en bordure de la falaise.

3.1.4. Chorges/Caturigum, Caturigomagus

92Connue par les itinéraires et les inscriptions, Chorges est documentée par de très rares découvertes archéologiques. Celles-ci suggèrent seulement une localisation sous le village actuel, sur une petite colline, même si G. Barruol évoque l’hypothèse de la succession d’un habitat préromain sur la hauteur et d’une agglomération romaine dans la plaine (Ganet 1995, 101-102). Celle-ci serait ainsi en connexion directe avec la voie qui empruntait ce bassin qui relie le Gapençais à la vallée de la Durance. Mentionnée sur les gobelets de Vicarello, Chorges était une station citée par la plupart des itinéraires (Caturigomagus ou mansio Catorigas). Située chez les Caturiges et donc dans les Alpes Cottiennes, elle dépendait d’Embrun après la conquête. Les inscriptions qui mentionnent la civitas Catur(igum) et un ordo Cat(urigum) sont datées de Maximien et de Dioclétien (CIL, XII, 78 et 5707). Elles renvoient à la situation d’Embrun et à l’intégration de tout ce secteur dans la province des Alpes Maritimes sous Dioclétien. C’est peut-être dès cette époque que Chorges devient le chef-lieu d’une cité indépendante d’Embrun.

3.1.5. Les autres villes des Alpes Maritimes

93En dehors de Cimiez, il faut citer d’autres petites villes qui ont pour la plupart fait l’objet d’une synthèse par P. Arnaud à l’occasion du colloque de Grenoble sur les villes alpines et de notices dans le colloque sur les capitales éphémères (Ferdière 2004) : Digne/Dinia, Entrevaux/Glanate, Castellane/Salinae, Rigomagus/Faucon, Sanitiensium/Senez, Eturamina/Thorame, Briançonnet, Vence/Vintium, Valdeblore et Borgo San Dalmazzo/Pedo(na). Pour plusieurs d’entre elles, on connaît uniquement par les sources écrites l’existence d’une cité, parfois dès le Haut-Empire, d’autre fois à partir du Bas-Empire. C’est le cas de Rigomagus de la Notitia Galliarum, placée par hypothèse et en raison de l’existence d’importants vestiges à Faucon, dans la vallée de l’Ubaye. Une même incertitude pèse sur la localisation du chef-lieu de la civitas Sanitiensium et de la civitas Eturamina. Malgré la rareté des découvertes archéologiques, elles sont habituellement placées à Senez, sur la voie qui joignait le littoral à Digne, et dans le secteur de Thorame (Haut-Verdon).

  • 45 QSAP, 12, 1994, 303-304 ; 19, 2002, 130.
  • 46 QSAP, 2, 1983, 157-158 ; 14, 1996, 247-248.

94Parmi les villes mieux connues, Glanate, chef-lieu d’une cité dès le Haut-Empire et siège d’un évêché au VIe s., est située à Entrevaux, dans un petit bassin bordé par des montagnes, à proximité de l’ancienne cathédrale et du Var. On ignore cependant tout de son étendue (9-10 ha selon G. Barruol) et des détails de sa topographie urbaine (Bérard 1997, 176-180). Il en est de même pour Castellane/Salinae, localisée en bordure du Verdon, dont on sait seulement qu’elle s’étendait sur environ 10 hectares et que des monuments importants y ont été observés lors de fouilles anciennes (ibid., 116-125). À Digne, on ignore également l’étendue de la ville romaine, mais les fouilles de la cathédrale ont montré l’existence d’édifices importants, peut-être le centre civique, et de quartiers d’habitat (ibid., 149-170). On terminera par Borgo San Dalmazzo, la seule ville des Alpes Maritimes connue sur le versant oriental des Alpes. L’agglomération, qui abrite une station du Quarantième des Gaules (CIL., V, 7852), est localisée dans la partie méridionale de la plaine du Pô, au contact entre les Alpes et les Apennins. Elle contrôlait le trafic qui empruntait la vallée de la Stura et le col de Larche, pour rejoindre le bassin de la Durance par la vallée de l’Ubaye. Son nom est connu par plusieurs inscriptions qui attestent également son statut de municipe (Culasso Gastaldi, Mennella 1996b). Les données archéologiques suggèrent de placer là une agglomération de 15-20 hectares à l’organisation assez lâche, organisée autour d’un noyau plus densément occupé. Elle est dotée de quelques monuments publics tels que des thermes et un temple. Ce dernier n’a pas été localisé, mais il est attesté par une inscription (CIL, V, 7851) qui mentionne un édifice sacré (Mennella 1990, 27-28). Les thermes ont été partiellement observés lors de travaux45. Situées en bordure d’une voie, les pièces dégagées, très soigneusement bâties (placages de marbre, opus signinum) appartiennent à un édifice sans doute public. Les autres découvertes concernent presque toutes des nécropoles ou des tombes isolées en différents lieux46. Quelques découvertes ponctuelles de murs et de sols signalent la présence d’habitations qui, comme les nécropoles, attestent une occupation à partir des premières décennies du Ier s. ap. J.-C. (Panero 2000, 227-231).

3.2. Les Alpes Pennines et les Alpes Grées

  • 47 Pline, III, 20, 13 ; Rémy à paraître.

95Au nord des Alpes Cottiennes, seules les campagnes contre les peuples du Valais sont connues (Van Berchem 1982, 83). Il faut penser que les Ceutrons, qui s’étaient opposés à César en 58 av. J.-C., ont été soumis avec moins de heurts dont témoigne leur absence sur l’inscription du Trophée de la Turbie. Dans les deux cas, l’organisation des régions nouvellement conquises est mal connue. Les quatre peuples du Valais constituent une confédération connue par une inscription datée de 23 ap. J.-C. (CIL, XII, 147) qui mentionne les « civitates IIII vallis Poeninae ». Vraisemblablement associé à la Rhétie et à la Vindélicie dans une vaste circonscription alpine, le territoire de ces quatre peuples est fusionné à l’époque de Claude et transformé en province des Alpes Pennines. C’est sans doute à la même époque que le territoire ceutron, placé sous le contrôle de préfets depuis la conquête, est également transformé en province procuratorienne des Alpes Grées puis Atréctiennes. On ignore si le droit latin a été octroyé à cette période aux populations des deux provinces, ou si elles en bénéficiaient déjà depuis l’époque d’Auguste47. L’histoire de ces deux provinces, d’abord parfois distinctes puis réunies, a été souvent discutée et fait l’objet d’hypothèses divergentes (Wiblé 1998a, 186-190 ; Bérard 1995, 353-358).

96Contrairement aux provinces des Alpes méridionales, les Alpes Grées et Pennines sont peu étendues et centrées chacune sur une vallée principale : la haute vallée de l’Isère et la haute vallée du Rhône. Le développement urbain s’est concentré sur ces deux axes majeurs, et a été marqué par la création d’une capitale et l’absence de division en plusieurs cités. C’est ce qui explique le nombre moins important d’agglomérations dans ces provinces. On n’évoquera pas ici la question des agglomérations du Haut-Valais qui a été développée plus haut.

3.2.1. Martigny/Forum Claudii Vallensium

97Martigny est l’une des villes alpines les mieux connues, grâce aux découvertes anciennes et plus encore grâce à une politique d’archéologie préventive et de conservation des vestiges mise en place dès les années 1970. Les résultats des fouilles sont présentés chaque année dans les revues Annales Valaisannes (jusqu’en 1988) puis Vallesia, et ont fait l’œuvre de nombreuses publications. Créée par Claude, la capitale de la nouvelle province des Alpes Pennines succède à une bourgade nommée Octodurus évoquée par César (BG, III, 1) lors de la campagne de Galba dans le Valais. Qualifiée de vicus, son nom gaulois est celui que porte à nouveau la ville à la fin de l’Empire, comme l’attestent les itinéraires routiers et la Notitia Galliarum. Le bourg antérieur à la création de la ville nouvelle n’est pas localisé précisément, même si la découverte de mobilier du Ier s. av. J.-C. et de l’époque augustéenne suggère de le placer dans le secteur de l’amphithéâtre. Les fouilles montrent en tout cas l’absence totale d’occupation antérieure à l’emplacement de la ville, à l’exception de traces de labour. Créée ex nihilo, elle occupe un terrain plat à l’abri des crues du Rhône. Elle n’était en revanche pas protégée des débordements de la Dranse, petit torrent provenant du sud, qui ont plusieurs fois affecté la ville romaine. Fondée dans une vallée privée de tout centre urbain, Martigny occupe en outre une position stratégique, au pied de la vallée qui mène vers le col du Grand Saint-Bernard. Étendue sur 30-35 hectares, elle est organisée par un réseau de rues qui délimitent des îlots de l’ordre de 80 m sur 70 m, autour desquels gravitent de nombreux édifices suburbains (fig. 43 ; Wiblé 1998b). Le cœur de la ville (trois rangées de cinq îlots) est occupé par des édifices publics et des habitations de tous types. Le forum, qui occupe un îlot, est particulièrement bien documenté. L’ensemble place-basilique est mis en place dès la fondation de la ville. Il a dès cette époque une forme stable, avec une place bordée par des portiques sur deux côtés et par un mur doté d’une grande entrée au sud. Lors d’un réaménagement mal daté, la basilique est agrandie et empiète sur la rue qui borde le forum (Balty 1991, 344-348). L’hypothèse d’un temple dans le même axe, dans l’îlot situé de l’autre côté de la rue située au sud, a été infirmée par les fouilles. Ces terrains, trop humides, ont été laissés à l’abandon jusqu’au début du IIe s. avant d’être remblayés puis occupés par une domus. L’aire sacrée du forum peut en revanche correspondre au temple situé immédiatement à l’est, fouillé au XIXe s. et dont on ignore à quelle divinité il était consacré. Dans l’îlot voisin du forum, mais à l’ouest, se trouvent les thermes publics, construits au plus tard à l’époque flavienne. Dégagés sur 1200 m2, ils constituent l’ensemble thermal le plus ancien de Martigny. Ils sont en effet abandonnés dans la seconde moitié du IIe s., à l’époque où un autre complexe thermal est construit. Beaucoup plus important (2500 m2, 15 m de hauteur), ils est situé en dehors de la ville (à l’ouest) sans doute pour des raisons de disponibilité des terrains. Les autres découvertes à l’intérieur des îlots appartiennent à des habitations. Plusieurs domus ont été partiellement observées, à l’exemple de la « maison du Génie Domestique » de l’îlot 8 ou des maisons des îlots 4, 7 et 12. Toutes présentent un plan organisé autour d’une cour ou d’un jardin bordé d’un portique. Elles possèdent des pièces résidentielles soigneusement décorées qui révèlent la présence à Martigny d’une population romanisée aisée. En dehors de ces habitations vastes et luxueuses, les fouilles ont également livré les vestiges d’un quartier d’habitat modeste, où les espaces de vie sont plus réduits et dont la construction a fait appel en grande partie aux matériaux périssables (Paccolat 1996).

Fig. 43. Plan de la ville de Martigny

Fig. 43. Plan de la ville de Martigny

(Wiblé 2004)

98Martigny se caractérise également par un développement suburbain important, qui dépasse largement le cadre orthogonal fixé aux origines (Wiblé 1998b). Les édifices les mieux connus sont l’amphithéâtre, le vaste complexe appelé « Caravansérail », le mithraeum, deux temples et les thermes. Il faut y ajouter une villa suburbaine située sous l’actuelle église de Martigny. Le mithraeum, aujourd’hui conservé dans un parking, est en périphérie occidentale de la ville, près des thermes (Wiblé 1995). Construit au IIe s. à l’emplacement d’une habitation suburbaine, il a livré un important mobilier lié au culte (statues, inscriptions, monnaies). Cet édifice est abandonné vers la fin du IVe s., puis détruit avec violence, peut-être à l’époque de la christianisation de cette région. Deux autres petits temples ont été partiellement observés en périphérie nord de la ville, en bordure de l’îlot 14 et près de l’église actuelle. La partie méridionale de la ville est occupée par l’amphithéâtre, au pied des contreforts du Mont Chemin (Wiblé, Lugon, Olive 1991). Construit dans le dernier tiers du Ier s. ap. J.-C., il pouvait contenir 4000 à 5000 personnes. Il est accolé à un grand bâtiment bâti dès l’origine de la ville. De fonction indéterminée, il présente trois espaces allongés parallèles reconnus sur plus de 20 m. Orienté comme l’amphithéâtre, cet édifice est occupé jusqu’au IVe s. Toute la partie orientale a été détruite après l’époque romaine par une crue de la Dranse. La voie menant au col du Grand-Saint-Bernard passait à proximité de cet édifice, et le long de l’imposant complexe situé à l’ouest (fig. 44). Désigné sous l’appellation « Caravansérail », il s’étend sur au moins un hectare. Ce secteur comprend des structures contemporaines de la ville elle-même, mais également antérieures (Wiblé 1983). Celles-ci correspondent à deux podiums parallèles en pierre sèche, larges de 5 m, qui matérialisaient peut-être un vaste enclos sacré. Datés du Ier s. av. J.-C., ils sont contemporains d’un temple sur podium aujourd’hui conservé dans la fondation Gianadda. Reconstruit à l’époque de Claude puis réaménagé à plusieurs reprises, ce petit temple est fréquenté jusqu’au IVe s. En proviennent une stèle dédiée à Mercure, près de 100 fibules et presque 1000 monnaies. La reconstruction du temple s’inscrit dans une restructuration complète de ce secteur : il est désormais intégré dans un nouvel enclos d’orientation différente et de grandes dimensions dont la limite nord n’est pas connue (plus de 135 m sur 83,80 m). Délimité par deux murs maçonnés, l’enclos est divisé en deux parties. Celle du nord comprend le temple et peut-être d’autres édifices religieux aujourd’hui non reconnus. La partie méridionale (83 m sur 70 m environ) est organisée autour d’une vaste cour. L’aile orientale est composée de pièces au plan symétrique interprétées comme des entrepôts. L’aile nord, qui assure la séparation de l’enclos, a été reconnue sur une longueur d’environ 50 m. Plusieurs salles thermales y ont été identifiées. Au sud enfin, l’enclos est bordé par la voie dallée. La façade est constituée par un monumental portique double dans lequel a été ménagée une entrée. Aménagées avec soin, les pièces qui forment l’angle sud sont interprétées comme des pièces d’habitat. L’ensemble de ce secteur indique la cohabitation, dans un même ensemble, de fonctions religieuses et résidentielles dont les relations avec la voie sont évidentes. C’est ce qui a justifié le surnom de Caravansérail de ce complexe, qui assurait la fonction d’accueil en périphérie de la ville, en bordure de la grande voie transalpine vers Aoste.

Fig. 44. Martigny : plan de l’édifice suburbain dit « Caravansérail »

Fig. 44. Martigny : plan de l’édifice suburbain dit « Caravansérail »

(fondation Pro Octoduro, plaquette de présentation du site)

3.2.2. Massongex/Tarnaiae et Saint-Maurice / Acaunum

99Ces deux sites éloignés de 3 km sont situés de part et d’autre de la cluse de Saint-Maurice, point de passage obligé à une vingtaine de kilomètres à l’aval de Martigny. Leur proximité pose la question de la caractérisation d’un secteur où cohabitait une agglomération et une station aux fonctions douanières et militaires. Massongex d’abord, est située en rive gauche du Rhône, et est le premier point de franchissement du fleuve à l’aval de Martigny (Wiblé 1994). Son nom, connu par les itinéraires, a été rapproché de Taranis, dieu gaulois assimilé à Jupiter Optimus Maximus dont le culte est attesté dans l’agglomération (AE, 1945, 122, Van Berchem 1944). Selon le même auteur, Massongex abritait un sanctuaire fédéral réunissant les quatre cités du Valais et aurait perdu sa place prédominante lors de la création de la province. Il est en tout cas certain que Massongex était déjà occupé par une bourgade dès le Ier s., voire le IIe s. av. J.-C. Les aménagements de berge datés de cette période rappellent par ailleurs l’importance de la divagation du Rhône et les inondations régulières qui ont affecté l’agglomération jusqu’à son abandon au IIIe s. A l’époque romaine, Massongex s’étend sur environ quatre hectares (200-250 m d’est en ouest pour environ 150 m du nord au sud). Elle est bordée à l’est par le Rhône qui pouvait être franchi par un pont, et au nord par un méandre identifié lors de fouilles. L’organisation du bâti a dû s’adapter à ces deux cours d’eau, mais a également été structurée par le passage de la voie venant de Genève, dont le tracé est-ouest a été reconnu dans la partie occidentale de Massongex (fig. 45). Parmi les édifices connus, il faut signaler des thermes partiellement dégagés, dont l’apodyterium était revêtu d’une mosaïque, la seule connue dans le Valais. Aucun autre monument public n’est attesté, et si quelques découvertes (colonnes, chapiteau, inscriptions) au cœur de l’agglomération peuvent suggérer l’existence de tels édifices, elles peuvent tout autant provenir d’habitations.

Fig. 45. Plan de l’agglomération de Massongex

Fig. 45. Plan de l’agglomération de Massongex

En grisé, chantier de la « la Loénaz ». Les points du plan non indiqués dans la légende ne sont pas décrits dans les publications traitant de Massongex.

(Paccolat 1998)

100Des quartiers d’habitat justement, ont été identifiés en trois endroits. A l’ouest, la voie est bordée d’habitations ouvertes vers l’extérieur par un portique. Au sud-ouest des thermes, le quartier de La Loenaz correspond également à des habitations dégagées sur 1000 m2. Bâties en matériaux périssables à l’époque julio-claudienne, elles sont en partie remplacées par un édifice maçonné interprété comme un entrepôt à la fin du Ier s. Le troisième secteur d’habitat est situé au nord de l’agglomération, en bordure du méandre du Rhône. Les habitations, datées de la fin du Ier s. av. J.-C., sont associées dès l’époque de Tibère à une vaste esplanade où les fonctions artisanales (métallurgie) semblent prédominantes. Comme à la Loénaz, la fin du Ier s. marque un réaménagement profond et la construction d’un édifice monumental de fonction inconnue.Dans l’ensemble, ces quartiers d’habitation indiquent une population modeste, et on constate l’absence de domus luxueuse.

101Saint-Maurice, de l’autre côté du défilé, s’étend sur une surface identique, mais aucun plan ni aucune description des vestiges n’ont été publiés (Drack, Fellmann 1988, 495-496). Les inscriptions permettent d’y placer la station Acaunum du Quarantième des Gaules (France 2001, 92-96). La découverte à Massongex d’une dédicace à la maison impériale et au Génie de la station par un soldat de la 22e légion, a conduit à faire d’Acaunum un poste fiscal et militaire dont l’implantation a été décidée par le pouvoir romain pour le contrôle et la surveillance de la route (Van Berchem 1982, 182). La position stratégique du poste douanier peut correspondre à l’emplacement d’un endroit où les Gaulois percevaient les péages, pratique dont César (BG, III, 1) se fait l’écho lorsqu’il rappelle les droits de passage payés aux peuples du Valais par les marchands italiens. Connaissant l’importance stratégique (militaire et économique) de l’axe Aoste-Martigny, on peut supposer que cette station a été mise en place peu de temps après la création du Quarantième des Gaules, dans les deux dernières décennies du Ier s. av. J.-C. (France 2001, 303-305).

102À cette époque, Martigny n’existait pas, et Massongex était la principale bourgade du Valais. Ce contexte général a conduit à la juxtaposition de deux centres, l’un d’entre eux abritant principalement des fonctions douanières et militaires. Cette situation rappelle celle observée dans la vallée de l’Isère, où une importante agglomération (Gilly) s’est développée à proximité d’un carrefour de voies où était implantée une station du Quarantième des Gaules.

3.2.3. Sion et Sierre

103Ces deux agglomérations de la vallée du Rhône, située à l’amont de Martigny, sont très mal documentées. Sion, à laquelle on attribue parfois le nom de Drousomagos ou de Sedunum (attesté seulement au IXe s.), est connue par la découverte régulière d’inscriptions, de vestiges d’habitat et de tombes à l’emplacement de la ville actuelle (Wiblé 1998c). Ancienne capitale des Sédunes, l’agglomération est également connue par des thermes publics édifiés au Haut-Empire. Son étendue et son organisation ne sont pas connues, mais les vestiges attestent une occupation importante sur les pentes qui surplombent le Rhône. Concernant Sierre, les vestiges suggèrent une « agglomération éclatée » sur un vaste espace, sans aucun noyau urbain, où ont été découverts en de nombreux points des édifices d’habitat, des tombes et des inscriptions, peut-être même de petits thermes publics (Wiblé 1998d). Comme à Sion, l’épigraphie atteste l’importance de ces lieux pour les élites de la province, puisqu’on trouve trace dans ce secteur du Valais de personnages importants, duumvirs ou même de rang sénatorial.

3.2.4. Aime/Axima, Forum Claudii (Ceutronum)

  • 48 BSR Rhône-Alpes 2001, 173-174 ; 2002, 217 ; 2003, 185.

104Capitale de province, Aime est installée dans la vallée de l’Isère, entre Bourg-Saint-Maurice et Moûtiers. Le site antique est situé sur un versant en pente douce, en rive gauche de la rivière. La localisation sur le cône de déjection de l’Ormente a par ailleurs valu à la ville d’être périodiquement menacée par les débordements du torrent48. Cette hypothèse est fondée sur la mise en évidence, lors des fouilles préventives, de destructions violentes et de recouvrements sédimentaires typiques de l’alluvionnement des crues. Elle trouve écho dans la fameuse inscription de Bourg-Saint-Maurice (CIL, XII, 107) rappelant les réparations financées par Lucius Vérus à la suite de la destruction d’édifices publics, de voies et de ponts par des cours d’eau. Connue par de nombreuses découvertes, la ville romaine est également documentée par un important corpus épigraphique (Rémy, Bertrandy 1998). Les inscriptions donnent le nom de la ville, Forum Claudii, auquel est très souvent accolé l’ethnique Ceutronum, sur le modèle de Martigny/Forum Claudii Vallensium, même si cette nomenclature n’est indiquée sur aucune inscription. Il est possible que comme la capitale des Alpes Pennines, Aime ait repris au Bas-Empire le nom qu’elle portait avant la conquête, Axima. Bien qu’il soit peu aisé de restituer l’organisation générale de la ville, il est possible d’évaluer son étendue (10-15 hectares au moins) et de localiser quelques édifices (fig. 46 ; Rémy, Ballet, Ferber 1996, 84-101 ; Barthélemy, Mermet, Rémy 1997, 150-168). Seuls quelques indices ténus (mobilier laténien, hypothétique rempart) permettent en revanche de localiser une occupation de la fin de l’âge du Fer sur la colline Saint-Sigismond, qui domine la ville actuelle. Cette hauteur, parfois identifiée par hypothèse à l’oppidum des Ceutrons, est occupée avec certitude depuis l’époque augustéenne jusqu’au Ve s., le mobilier (tubuli d’hypocauste, éléments d’architecture en marbre, enduits peints) attestant l’existence de plusieurs édifices importants. L’un d’entre eux, situé sous la chapelle, est considéré comme public sur la foi de six dédicaces des Ceutrons à l’empereur, qui peuvent cependant être des réemplois.

Fig. 46. Plan de la ville d’Aime

Fig. 46. Plan de la ville d’Aime

(Barthélémy et al. 1997)

105C’est seulement à partir du milieu du Ier s. que se développe une véritable ville en contrebas, au sud de la colline. Elle est traversée d’est en ouest par la voie per alpis Graie. Les différents vestiges, qui présentent des orientations très variées, suggèrent une organisation de la ville dans un plan d’urbanisme peu régulier. Les différences observées correspondent à des situations relatives à la pente : au sud de la colline Saint-Sigismond, les édifices (forum, domus) ont des orientations globalement est-ouest, tangente à la pente. Sur le versant oriental de la colline, l’établissement du Pré de Foire est également adossé à la pente et orienté nord-est/sud-ouest. Le forum, élément majeur de la ville, est au pied de la colline. Vaste aire dallée en marbre bordée par un portique, il était doté au nord d’une entrée encadrée par des socles de statues dont l’un, encore en place, comporte une inscription en l’honneur d’un procurateur des Alpes Atrectiennes et de la Vallée Pennine (AE, 1995, 1021, Bérard 1995). L’autre secteur ayant vraisemblablement comporté des édifices publics est situé au sud, autour de l’actuelle basilique Saint-Martin. Les fouilles anciennes et les observations ponctuelles lors de travaux suggèrent d’y placer des thermes publics. L’habitat enfin, est connu par des découvertes ponctuelles et par les fouilles menées au Pré de Foire, sur la bordure orientale de la colline Saint-Sigismond. Durant la première moitié du Ier s., le site est occupé par des installations dédiées au travail du fer. La maison qui est bâtie vers 40-50 doit s’adapter à un relief assez prononcé. Elle est organisée autour d’une cour bordée d’un portique. Une pièce avec un sol en opus signinum était vraisemblablement sur hypocauste. Après plusieurs réaménagements, cette maison est abandonnée, sans doute vers la fin du IIIe s. Les vestiges observés à l’est de la basilique Saint-Martin confirment l’existence d’un habitat aisé, dans une ville où résidait non seulement le procurateur, mais également les magistrats et les notables de la province.

3.2.5. Moûtiers/Darentasia

106On sait peu de choses de Moûtiers, qui supplante pourtant Aime comme capitale de province au Bas-Empire. L’agglomération devient également le siège d’un évêché dès le Ve s. et plusieurs édifices paléochrétiens sont connus par les textes (Gauthier, Picard 1986b, 141-144). Située en bordure de l’Isère, là où la rivière fait un coude, elle s’est principalement développée en rive droite (Rémy, Ballet, Ferber 1996, 182-184 ; Barthélemy, Mermet, Rémy 1997, 167). Quelques tombes et les vestiges de bâtiments permettent d’y placer un noyau habité d’environ 5-6 hectares (fig. 47). Son organisation, et même les aspects chronologiques de son développement peuvent à peine être discutés. Tout juste peut-on penser qu’il existait un ou plusieurs édifices publics dans le secteur de la cathédrale, grâce à la découverte dans ce secteur d’inscriptions, mais également des vestiges d’un arc ou d’une porte. Ces monuments peuvent appartenir au centre civique dont était dotée l’agglomération lorsqu’elle est devenue capitale de province. C’est dans ce secteur également qu’a été dégagé, au XIXe s., un édifice circulaire au nord du chevet de la cathédrale. Formé de deux murs concentriques en petit appareil (diamètre total de 13,40 m), il évoque un mausolée. Non daté précisément, il a été réutilisé au Ve-VIe s. dans la construction de l’un des premiers édifices chrétiens du nouvel évêché. Quelques découvertes indiquent que la rive gauche de l’Isère était également occupée, mais de façon plus lâche. Il s’agit en particulier d’une riche habitation (pièce sur hypocauste, colonnes) et d’un grand dépotoir témoignant de la présence proche d’un habitat, mais également d’activités métallurgiques (travail du fer). Cette configuration suggère la juxtaposition d’un petit centre et d’habitats périphériques, comme par exemple au Mônetier-Allemont. Cette hypothèse mériterait cependant, comme à Aime, d’être considérée en prenant en compte les capacités de destruction et de recouvrement de l’Isère et de son affluent de rive gauche, le Doron. Il faut par ailleurs émettre une réserve quant à la chronologie du site. Le mobilier récolté lors des différentes découvertes exclut une occupation dès l’époque augustéenne, mais évoque plutôt une implantation dans le courant du Ier s. ap. J.-C. L’existence d’une petite ville au Bas-Empire est certaine, mais on ignore en revanche l’importance de Darentasia au Haut-Empire.

Fig. 47. Plan des vestiges connus à Moûtiers

Fig. 47. Plan des vestiges connus à Moûtiers

(M. Segard d’après Rémy et al. 1996 et http://nunch.free.fr).

4. La question des stations routières

107Dans une région telle que les Alpes, le passage avait une importance capitale, car le trafic était concentré le long de quelques axes majeurs qui permettaient de joindre l’Italie aux provinces occidentales. On ne reprendra pas ici les discussions sur la question des péages, rançons et autres bénéfices que tiraient les peuples alpins de leur position stratégique avant la conquête, ni sur les ressources que l’État romain et les populations alpines tiraient du contrôle du passage. On peut se reporter en revanche aux travaux fondateurs de D. Van Berchem sur cette question, et à la thèse de J. France sur le Quarantième des Gaules qui soulignent tous deux l’importance du massif alpin dans les échanges commerciaux (Van Berchem 1982 ; France 2001). Il s’agit plutôt ici d’exposer, à travers quelques exemples, les problèmes posés à l’archéologue par les sites connus par les itinéraires routiers, dont l’identification sur le terrain est le plus souvent difficile. Pour certains d’entre eux, la localisation est assurée et ils correspondent de façon certaine à des agglomérations plus ou moins bien caractérisées (La Bâtie-Montsaléon, Le Monêtier-Allemont, Annecy par exemple). Aucun d’entre eux n’est cependant attesté par l’épigraphie, en dehors des capitales de province, des chefs-lieux de cité et des vici connus par les inscriptions. Les deux exceptions sont Gilly et Avigliana, mais dans les deux cas, c’est la station de douane qui est au même endroit ou à proximité que signalent les inscriptions.

108Si les problématiques autour de la question des stations routières et de leur caractérisation se sont renouvelées, force est de constater que, parmi les localisations proposées par G. Barruol il y a plus de trente ans, certaines d’entre elles ont été vérifiées, mais la majorité n’a pas été éclaircie. Les méthodes traditionnellement employées l’expliquent en grande partie. Les innombrables discussions fondées sur les distances indiquées par les itinéraires, les tracés les plus « logiques » et la toponymie, et cela dès le XIXe s. montrent la nécessité d’un examen archéologique précis, qui s’attache d’abord à caractériser les sites afin de déterminer leur fonction (Leveau 2002b). Quatre exemples seront présentés ici, d’abord parce qu’ils font partie des rares qui soient bien documentés, et parce qu’ils illustrent bien toutes les difficultés pour identifier et caractériser ces sites.

4.1. Col du Petit Saint-Bernard/in Alpe Graia

109Station routière marquant le passage entre l’Italie et les Alpes Grées, le site a fait l’objet de fouilles anciennes et de recherches récentes destinées à caractériser ce type d’établissement (Cavallaro, Girardi 2006 ; Crogiez-Pétrequin 2006). Située sur un vaste replat à 2190 m, la station est bâtie vers le début du Ier s. ap. J.-C. Les bâtiments s’étirent sur une longueur de 350 m environ et constituent deux ensembles distincts qui ont été régulièrement - et abusivement - qualifiés de « mansio ouest » et « mansio est » (fig. 48-49). Entre ces édifices ont également mis en évidence des vestiges mal caractérisés de l’Antiquité tardive, peut-être un grand bâtiment sur poteaux. Les bâtiments orientaux couvrent une surface supérieure à 2000 m2 et s’organisent autour d’une cour rectangulaire bordée de pièces résidentielles. La fonction de l’ensemble accolé au sud n’est pas déterminée. Une entrée ouvre sur la voie, située par les fouilles anciennes au nord-ouest. Un bâtiment de 18 m sur 8 m est localisé de l’autre côté de la route. Il était doté d’une succession de piliers centraux destinés à soutenir la toiture ou un étage. Il faut enfin signaler un fanum de 15 m de côté, partiellement détruit par la route actuelle. Les bâtiments occidentaux occupent une surface d’au moins 1500 m2 (50 m sur 30 m). De plan atypique « en croix », ils présentent une même disposition autour d’une cour. À l’ouest et à l’est, la cour est bordée par deux longs espaces de 15-20 m de long, dont l’un (à l’ouest) a longtemps été interprété de façon erroné comme dolichenum car un buste de Jupiter identifié à Jupiter Dolichenus y a été trouvé au début du XXe s.

Fig. 48. Vue du col du Petit-Saint-Bernard depuis le Sud

Fig. 48. Vue du col du Petit-Saint-Bernard depuis le Sud

(M. Segard)

Fig. 49. Plan des vestiges du col du Petit-Saint-Bernard

Fig. 49. Plan des vestiges du col du Petit-Saint-Bernard

(d’après Cavallaro et Girardi 2006 et Crogiez-Pétrequin 2006).

110Du point de vue typologique, les deux ensembles se distinguent par une même organisation autour d’une cour. Les pièces et bâtiments disposés autour devaient avoir fonction d’accueil. Il faut également imaginer des espaces de stockage, des étables ou écuries qui ne sont pas identifiées formellement. Les nombreuses destructions lors des épisodes militaires qu’a connus le col depuis l’époque moderne, de même que les vestiges oblitérés par des structures militaires (blockhaus, barrière anti-char) constituent en outre des obstacles importants à la compréhension du col dans son ensemble. On ignore par exemple la raison de l’existence de deux ensembles distincts, et certaines hypothèses distinguent un relais public et des structures d’accueil qui seraient venues s’installer pour profiter de l’important passage. Les fouilles récentes permettent en revanche de dater la fréquentation dès la première moitié du Ier s. ap. J.-C. et jusqu’au IVe s. au moins.

4.2. Col du Grand-Saint-Bernard/in Summo Poenino

111Située sur un col de haute montagne (2470 m), la station in Summo Poenino était une étape sur la voie entre Aoste et Martigny. Connue par des fouilles et découvertes anciennes, elle a fait l’objet de recherches récentes qui ont concerné le col et son environnement (Walser 1984 ; Hunt 1998). Les vestiges dégagés au XIXe s. permettent d’identifier cinq édifices distincts, en plus de plusieurs sections de la voie taillée dans le rocher (fig. 50). Le bâtiment le plus à l’est (bâtiment 1) est un temple de plan classique d’où proviennent les nombreuses tablettes en bronze dédiées à Jupiter Poeninus, (Walser 1983a et 1983b). Les deux ensembles partiellement dégagés immédiatement à l’ouest sont interprétés comme les auberges qui avaient pour vocation l’hébergement des fonctionnaires et des voyageurs (bâtiments 2-3). Les plans dont on dispose permettent de distinguer deux édifices au plan assez similaire : une vaste cour centrale bordée d’un portique et de pièces. Les deux édifices situés à l’ouest sont de fonction indéterminée. L’un d’entre eux pourrait correspondre à une petite tour de gué. L’ensemble des vestiges, sur une surface de presque deux hectares, indique une juxtaposition, comme sur le col du Petit-Saint-Bernard, d’édifices destinés au passage, à l’accueil, au ravitaillement et peut-être à l’entretien des chariots, et d’un sanctuaire associé à la protection contre les dangers de la haute montagne.

Fig. 50. Plan des vestiges du col du Grand-Saint-Bernard et hypothèse de restitution

Fig. 50. Plan des vestiges du col du Grand-Saint-Bernard et hypothèse de restitution

(d’après Denti 1991 et Hunt 1998)

4.3. La Beaume, Saint-Pierre-d’Argençon/Cambonum

112La localisation de la mutatio Cambonum a fait l’objet de nombreuses hypothèses, renouvelées grâce aux découvertes récentes (Segard 2005, vol. 3, p. 106-109). Les vestiges sont dispersés dans la partie haute de la vallée de la Chauranne, et se concentrent en deux secteurs principaux : le fond de la vallée et le secteur du Villard (fig. 51). La découverte régulière de mobilier tout autour du hameau suggère d’y placer un établissement important, peut-être une petite agglomération comme au Monêtier-Allemont ou à Faverges. Au fond de la vallée, deux sites se distinguent. A Font Vineuse d’abord, où des travaux réalisés au XIXe s. ont mis au jour de nombreux murs, un aqueduc, deux fragments de chapiteaux en marbre et des enduits peints. Mais c’est surtout à La Bégüe qu’est localisé un établissement important connu par des photographies aériennes (fig. 52). Elles montrent le plan d’une vaste villa dont la partie visible représente environ 4000 m2. Les pièces sont organisées autour d’une cour centrale d’environ 1000 m2 (35 m sur 28 m). Une des ailes de la villa, plus large que les autres, paraît être bordée par un portique. Située au sud-est, elle présente un vaste espace central encadré par deux couloirs peu larges. Cette pièce évoque une grande entrée ou la salle centrale de la partie résidentielle. Le long de l’aile sud, plusieurs pièces forment un ensemble thermal d’environ 150 m2. Les autres ailes sont plus difficiles à caractériser, mais on y distingue une enfilade de pièces de fonction indéterminée.

Fig. 51. Carte des vestiges de la vallée de la Chauranne

Fig. 51. Carte des vestiges de la vallée de la Chauranne

(M. Segard)

Fig. 52. Plan de l’établissement de la Bégüe

Fig. 52. Plan de l’établissement de la Bégüe

(M. Segard et B. Dousteyssier)

113Les vestiges observés en différents points de la vallée de la Chauranne renvoient à l’idée d’une implantation polynucléaire, lâche et en même temps assez concentrée pour être remarquable. Cette hypothèse est confortée par la découverte de plusieurs tombes là où la vallée se rétrécit et où devait passer la voie (à La Beaume et Champ des Bayles), et de deux inscriptions (une épitaphe, une dédicace aux Mères, ILN, Die, 243-244) à la ferme de Marot, au sud-est du Villard (Desaye 2002, 83-87). Comme à Rama et Faverges, l’élément principal est un vaste établissement dont le plan évoque celui d’une villa. Cette configuration générale met en avant la place de la voie qui passait dans la vallée et le rôle d’attraction qu’elle a joué. L’existence d’un relais, qu’on ne peut identifier formellement, a favorisé l’émergence d’une « zone de développement », catalyseur du peuplement et des activités générées par le passage. L’établissement de La Bégüe, comme les villae du Thovey à Faverges et de Saint-Ariès à Ventavon, pouvaient assurer des fonctions d’accueil et de ravitaillement tout en conservant leur place dans l’exploitation agro-pastorale de la vallée.

4.4. Champcella/Rama

114Localisée par la toponymie et par quelques découvertes anciennes, la mutatio située entre Embrun et Briançon a été caractérisée de façon précise grâce à des photographies prises de la falaise qui surplombe le site (fig. 53). Situé sur une terrasse de la Durance qui surplombe la rivière, le site est l’objet d’un programme de recherches destiné à le caractériser et à étudier son environnement (BSR PACA, 2005, 54-56). Les vestiges visibles sont ceux d’un vaste établissement qui s’étend sur 3500-4000 m2 et dont la partie nord n’est pas visible sur les photographies. La partie méridionale est composée d’une petite cour d’environ 200 m2 (20 m sur 10 m) entourée d’une galerie. Plusieurs pièces bordent cet ensemble à l’est. Au sud, un espace quadrangulaire doté d’une abside à l’est évoque un édifice de construction plus tardive (paléochrétien ?). Au nord, on distingue d’autres pièces et un vaste espace (35-40 m visibles), sans doute une cour, bordée au sud et à l’est d’une large galerie. Le plan d’ensemble évoque un établissement organisé autour d’une grande cour, et doté, comme la villa du Thovey à Faverges, d’une partie résidentielle disposée autour d’une petite cour d’agrément (partie méridionale).

Fig. 53. Photographie du site de Champcella « Rama »

Fig. 53. Photographie du site de Champcella « Rama »

(M. Segard)

4.5. Stations routières, sites routiers

  • 49 S. Crogiez (Univ. Rouen), Habilitation à diriger des recherches, en cours.

115Ces exemples confirment d’abord qu’il est vain de chercher une agglomération derrière chaque station connue par les itinéraires (Leveau 2002b, 89). C’est sans doute ce qui explique que beaucoup d’entre elles ne sont pas bien identifiées, ainsi que le montre une synthèse récente sur deux autres stations alpines, Labisco et Etanna (Bertrandy 2005-2006). Ces exemples posent en outre la question de l’identification des bâtiments officiels du cursus publicus, que ce soit dans une agglomération ou non. On ne discutera pas de cette question ni celle de la terminologie (mansio, mutatio, statio, etc.), qui fait l’objet d’un travail spécifique dédié aux stations de la poste impériale49. Il faut uniquement insister sur la difficulté d’exploitation des documents tels que les itinéraires, dont on sait qu’ils compilent plusieurs siècles d’informations parfois encore d’actualité lors de leur rédaction, d’autres fois désuètes.

116Les sites des cols du Petit et du Grand-Saint-Bernard, par leur localisation en haute montagne, constituent deux exemples d’un grand intérêt, car on peut douter que d’autres bâtiments que ceux liés aux fonctions officielles y aient été implantés. Malgré les travaux récents qui s’y sont intéressés, la plupart des espaces connus demeurent difficiles à interpréter, et leurs seuls points communs sont la présence d’un sanctuaire et d’établissements à grande cour centrale. C’est également ce qui attire l’attention dans les sites de La Beaume et de Rama où, en l’absence de station connue par les itinéraires, le plan serait attribué sans aucune hésitation à une villa. Cette réalité renvoie aux interrogations sur les villae de Gilly et de Faverges, où il est tentant de placer les bâtiments officiels, faute d’autres édifices candidats à cette identification dans l’agglomération, mais également parce qu’ils correspondent à ce qu’on peut attendre d’un relais de poste : pièces d’habitat, thermes, espaces de travail. Cette hypothèse est également celle avancée pour le site d’Albisola, entre Gênes et Albenga, et interprété comme la station d’Alba Docilia de la Table de Peutinger (Mezzolani 1992, 106-107). Cette grande « villa » à cour centrale présente un plan dont les dimensions et l’organisation rappellent l’établissement de La Bégüe (fig. 54). Dans ces différents exemples, rien n’atteste formellement une fonction officielle ; ils renvoient cependant à des réalités décrites, à plusieurs siècles d’écart, par Horace et Ammien Marcellin. Le premier (Satires, I, V, 45), avant même la création du cursus publicus, évoque un épisode durant lequel on apprend que des magistrats en voyage étaient accueillis par les parochi, fonctionnaires qui assuraient l’accueil, dans un petit établissement qualifié de villula. Quatre siècles plus tard, Ammien Marcellin (XXIX, 6) évoque la villa publica de Pistrense dans laquelle la fille de Constance II s’était arrêtée.

Fig. 54. Plan de la villa d’Albisola

Fig. 54. Plan de la villa d’Albisola

(Mezzolani 1992)

117Ces différents exemples et les questions qu’ils posent rappellent la nécessité d’inclure dans la réflexion sur les stations routières des réalités archéologiques qu’on associe plus volontiers à des établissements consacrés exclusivement à l’exploitation d’un domaine. Ils renvoient en même temps à l’attrait qu’ont représenté les voies, à leur rôle de catalyseur de l’habitat parfois, et donc à la question beaucoup plus large du développement économique généré par le passage. L’examen des agglomérations alpines, qu’elles soient ou non indiquées sur les documents routiers antiques, a montré que la plupart étaient sur un axe transalpin majeur, et que leur prospérité devait beaucoup à cette situation. Il faut également évoquer la question des sites routiers, ceux qui ne sont pas mentionnés sur les itinéraires, mais dont la proximité à une voie ou certaines caractéristiques laissent présumer de forts liens avec le passage. Le cas de la villa d’Arbin, dans la Combe de Savoie, s’inscrit dans ces questionnements (fig. 55). Les vestiges dégagés à plusieurs occasions depuis le XIXe s. s’étendent sur presque 300 m, et on y reconnaît de nombreuses pièces dotées de mosaïque et des thermes (Rémy, Pernon, Segard 2002, 276-278). Les discussions autour de ce site ont conduit dès le XIXe s. à en faire soit une grande villa, soit une agglomération organisée le long de la voie qui rejoignait Italie. La reprise du dossier, fondé sur la confrontation de l’ensemble des découvertes archéologiques et épigraphiques, suggère qu’il s’agit d’une villa, peut-être la propriété de T. Pompeius Albinus, chevalier et duumvir de Vienne connu par son épitaphe conservée dans la commune voisine de Montmélian (ILN, Vienne, 515). Probablement issu d’une famille d’Italiens installée dans cette vallée, ce personnage devait y posséder un vaste domaine rural. La proximité de la voie (repérée au XIXe s. à une cinquantaine de mètres au nord) suggère que la fonction de centre d’exploitation a pu se doubler de fonctions commerciales et d’accueil liées au passage. Cette hypothèse rappelle que des établissements ruraux pouvaient proposer, en dehors du cadre du cursus publicus, un accueil confortable aux marchands et aux voyageurs en général, mais également leur approvisionnement. C’est ce qu’indique Varron (R., I, 2, 23) qui recommande, lorsqu’un domaine possède des terres en bordure de la route, de construire une auberge qui peut être source de bénéfices importants. Ces fonctions sont bien entendu très difficiles à établir, et sont souvent suggérées par la proximité d’une voie ou d’un carrefour, ou parfois par certaines particularités du mobilier découvert lors de fouilles. C’est ce que montrent différents sites interprétés comme auberges ou comme établissements ayant en partie pratiqué l’accueil, tels La Brune (plaine de la Crau), Bourbousson (vallée du Rhône), ou encore de La Croix de Fenouillé dans le Languedoc (Badan, Brun, Congès 1997 ; Bastard, Stephenson 2002 ; Buffat 2004, 179 et 405). De nombreux établissements alpins, pas forcément aussi importants que celui d’Arbin, mériteraient sans doute d’être réexaminés dans ce sens. C’est une hypothèse qu’on peut avancer pour la villa du Serre-la-Croix, située dans la vallée du Petit-Buëch, à proximité de la voie qui rejoignait la vallée du Rhône (Segard 2005, vol. 3, 289-309). Dotée de thermes dès l’époque augustéenne, elle pouvait constituer un lieu d’accueil privilégié, d’autant plus à une période où l’agglomération de La Bâtie-Montsaléon commence tout juste à se développer. On pense également à la Vallée d’Aoste ou au Valais, autres axes majeurs pour les communications transalpines, et où le passage devait générer des bénéfices non négligeables.

Fig. 55. Plan d’ensemble de la villa d’Arbin - fouilles du XIXe et du XXe s.

Fig. 55. Plan d’ensemble de la villa d’Arbin - fouilles du XIXe et du XXe s.

(M. Segard)

118C’est d’ailleurs dans le Valais que la place de l’aristocratie dans l’économie de service liée au passage est également supposée à travers les inscriptions. G. Walser s’est en effet interrogé sur l’émergence de grandes familles sénatoriales dans les Alpes Pennines à partir du IIIe s. (Walser 1989). Cette particularité (on ne connaît quasiment aucune ascension à un tel rang dans des régions proches telles que la Vallée d’Aoste, la Tarentaise ou même le Plateau suisse) ne provient selon lui pas uniquement de l’exploitation de domaines et des ressources agro-pastorales voire minières. G. Walser propose plutôt de mettre en rapport la fortune de ces familles avec le commerce transalpin, en particulier organisé autour d’une corporation, le nobilissimum corpus mercatorum Cisalpinorum et Transalpinorum. On peut en effet penser que les notables de la province ont profité de leur implantation sur un axe majeur et de la connaissance qu’avaient les populations d’itinéraires réputés difficiles pour développer des activités liées au passage. On peut en particulier évoquer la question du portage et de l’accompagnement des voyageurs ; il faut aussi rappeler la nécessité d’entretenir les routes et les stations du cursus publicus, mais également l’approvisionnement de ces dernières. Que ces activités incombent à l’Etat ou à la cité n’empêchait pas qu’elles puissent avoir été assurées par des sociétés privées ou des particuliers. Un parallèle d’époque moderne montre tous les bénéfices que pouvait générer l’entretien d’une route. À Brigue dans le Haut-Valais, la fortune d’une famille, les Stockalper, a été fondée à partir du XVIIe s. sur la maîtrise de l’ensemble d’un passage, celui du col du Simplon. Cette même famille avait mis en place un système de poste entre Genève et Milan, et elle en assurait le fonctionnement dans son intégralité, depuis le transport lui-même jusqu’à l’entretien des routes et des structures d’accueil, aujourd’hui encore conservées.

Notes

2 RAN, 38-39, 2005-2006 et Cahiers du CRHIPA à paraître.

3 César, Bellum Gallicum, III, 1 ; Strabon, IV, 6, 7.

4 AE, 1989, 0334.

5 Pline (III, 123-124) précise seulement qu’Aoste était sur l’ancien territoire des Salasses.

6 voir infra, Deuxième partie, Chapitre 3.

7 CIL, V, 7832 et 7836 ; Suppl.Ital. 13, n°9.

8 Molli Boffa 1980 ; QSAP, 16, 1999, 233 ; 19,2002, 130-132.

9 QSAP 13, 1995, 343-344 ; 19,2002, 130-132.

10 QSAP, 8 1989, 181-182 ; 10, 1991, 151-154 ; 11,1993, 256-257.

11 QSAP, 2, 1983, 177-178 ; 4, 1985, 33-34.

12 QSAP, 4, 1985, 43 ; 6, 1987, 159-180 ; 12, 1994, 193-210.

13 César, Bellum Gallicum, I, 10 ; Strabon, IV, 1, 3.

14 QSAP, 10, 1991, 185-187 ; 13, 1995, 370-371 ; 17, 2000, 208-212.

15 QSAP, 8, 1988, 228-229 ; 10, 1991, 190-193 ; 11, 1993, 286-287 ; 12, 1994, 334-335.

16 CIL, V, 6917 : duumvir ; 6918 : décurion ; 6919 : curateur de la res publica Valen[…].

17 Salluste, Histoires, II, 98 ; Cic, Pomp., 11, 30.

18 Justin, XLIII, 5, 11.

19 Dion Cassius, Histoire romaine, XXXVII, 47-48.

20 Strabon, IV, 6, 4 ; Pline, III, 4, 37.

21 Voir en dernier lieu la synthèse de F. Wiblé dans les ILN, Vienne (Rémy 2004-2005, vol. 1, 200-205).

22 Ce lieu proche de Genève est celui où Sigismond a été couronné roi des Burgondes.

23 L’appellation forum est adoptée par P. Gros pour Lausanne, vicus de Germanie (Gros 1996, 221).

24 Cette appellation est reprise dans le volume de la Carte Archéologique (Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999, 115).

25 CIL, XII, 2531 et CIL, XII, 2537a, 2551, 2552a et b.

26 Revue Savoisienne, 139, 1999, 27-100.

27 AE, 2000, 911 ; Bertrandy 2000.

28 L’interprétation est discutée plus loin, deuxième partie, chapitre 2.

29 BSR Rhône-Alpes 2004, 217-218 et Motte 2005.

30 Cicéron, Epistulae ad familiares, X, 23, en 43 av. J.-C.

31 ILN, Vienne, 669 pour l’interprétation générale des inscriptions que comporte l’arc.

32 AE, 1927, 00006 ; 1929, 00012 ; 1939, 00305.

33 BSR Rhône-Alpes, 2002, 223 ; 2003, 189-190.

34 ILN, Vienne, 542 ; France 2001, 33-36.

35 ILN, Vienne, 811 et BSR Rhône-Alpes, 2004, 227.

36 CIL, XVII-2, 2106-2107 ; Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999, 179-189.

37 La dendrochronologie donne un intervalle entre 90 av. J.-C. et 125 ap. J.-C.

38 BSR Rhône-Alpes 1996, 103-104 ; 1997, 110-111.

39 Resp. J. Planchon, Conservateur du Musée de Die.

40 La Notitia Galliarum mentionne la civitas Vappincensium en Narbonnaise Seconde.

41 Porcher (E.), Le site romain du Bourguet à l’Escale (Alpes-de-Haute-Provence) : topographie et urbanisme (http://www.mmsh.univ-aix.fr/ecoledoctorale/trjca/aporcher.htm).

42 Tacite, Annales, XV, 32, évoque uniquement la province des Alpes Maritimes.

43 Les Caturiges sont cités comme administrés par Cottius sur l’inscription de l’arc de Suse.

44 Mansio Ebreduno sur l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem.

45 QSAP, 12, 1994, 303-304 ; 19, 2002, 130.

46 QSAP, 2, 1983, 157-158 ; 14, 1996, 247-248.

47 Pline, III, 20, 13 ; Rémy à paraître.

48 BSR Rhône-Alpes 2001, 173-174 ; 2002, 217 ; 2003, 185.

49 S. Crogiez (Univ. Rouen), Habilitation à diriger des recherches, en cours.

Table des illustrations

Titre Fig. 10. Carte des villes et agglomérations romaines des Alpes occidentales
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-1.png
Fichier image/png, 222k
Titre Fig. 11. Plan de la ville d’Aoste et de ses alentours
Crédits (Mollo Mezzena 1992)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-2.png
Fichier image/png, 250k
Titre Fig. 12. Plan d’Aoste intra-muros au Haut-Empire
Crédits (Mollo Mezzena 1985)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 13. Plan de la ville de Turin
Crédits (d’après Chrzanovski 2006)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-4.png
Fichier image/png, 99k
Titre Fig. 14. Plan de la ville d’Ivrée
Crédits (d’après Chrzanovski 2006)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-5.png
Fichier image/png, 551k
Titre Fig. 15. Plan de l’agglomération de San Lorenzo di Caraglio
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-6.png
Fichier image/png, 21k
Titre Fig. 16. Plan de l’agglomération de Cavour
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-7.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 17. Photographie aérienne du site de Valperga, Piémont
Crédits (Brecciaroli Taborelli 1994)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 18. Plan de la ville de Genève au Haut-Empire
Crédits (d’après Bonnet et al. 1989)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-9.png
Fichier image/png, 303k
Titre Fig. 19. Plan de la villa suburbaine du Parc de la Grange
Crédits (Haldimann et al. 2001)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 20. Plan de la ville d’Annecy
Crédits (M. Segard 2005, d’après Broise 1984 et Serralongue 2002a, page 111)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-11.png
Fichier image/png, 79k
Titre Fig. 21. Annecy : canal d’enfumage du fumoir à viande
Crédits (Bertrandy et al. 1999)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 22. Annecy : plan du site des Ilettes
Crédits (Bertrandy et al. 1999)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-13.png
Fichier image/png, 70k
Titre Fig. 23. Plan de la ville de Grenoble
Crédits (Jospin 2005-2006)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-14.png
Fichier image/png, 38k
Titre Fig. 24. Plan de la ville d’Aix-les-Bains
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-15.png
Fichier image/png, 127k
Titre Fig. 25. Aix-les-Bains : plan des édifices du centre
Crédits (Canal et Tarpin 2002)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-16.png
Fichier image/png, 188k
Titre Fig. 26. Aix-les-Bains : arc de Campanus
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 27. Plan de l’agglomération de Viuz-Faverges
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-18.png
Fichier image/png, 46k
Titre Fig. 28. Plan de la villa du Thovey
Crédits (d’après Bouet 2003)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-19.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 29. Plan de l’agglomération de Gilly
Crédits (Barthélémy 2005-2006).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-20.png
Fichier image/png, 158k
Titre Fig. 30. Vue du secteur d’Albertville-Gilly depuis le Nord
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 31. Plan de l’agglomération de Châteauneuf
Crédits (Mermet 1993)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-22.png
Fichier image/png, 462k
Titre Fig. 32. Châteauneuf : secteur du fanum et du théâtre
Crédits (d’après Mermet 1993)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-23.png
Fichier image/png, 74k
Titre Fig. 33. Plan de l’agglomération d’Aoste
Crédits (Jospin et Laroche 2001).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-24.png
Fichier image/png, 56k
Titre Fig. 34. Plan de l’agglomération de Thonon
Crédits (Bertrandy et al. 1999)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-25.png
Fichier image/png, 110k
Titre Fig. 35. Extension de Die au IIe s. ap. J.-C.
Crédits (Planchon 2004a)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-26.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 36. Plan de la ville de Die intra-muros
Crédits (Desaye 2004)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-27.png
Fichier image/png, 36k
Titre Fig. 37. Extension hypothétique de Luc au Haut-Empire
Crédits (Planchon 2004a)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-28.png
Fichier image/png, 296k
Titre Fig. 38. Mosaïque découverte à Luc
Crédits (Lavagne 2004)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-29.png
Fichier image/png, 345k
Titre Fig. 39. L’agglomération de la Bâtie-Montsaléon dans son contexte
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 40. Plan de l’agglomération de la Bâtie-Montsaléon
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-31.png
Fichier image/png, 78k
Titre Fig. 41. La Bâtie-Montsaléon : plan de la domus
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-32.png
Fichier image/png, 27k
Titre Fig. 42. Plan de la ville de Suse
Crédits (Brecciaroli Taborelli 1990)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-33.png
Fichier image/png, 581k
Titre Fig. 43. Plan de la ville de Martigny
Crédits (Wiblé 2004)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-34.png
Fichier image/png, 455k
Titre Fig. 44. Martigny : plan de l’édifice suburbain dit « Caravansérail »
Crédits (fondation Pro Octoduro, plaquette de présentation du site)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-35.png
Fichier image/png, 267k
Titre Fig. 45. Plan de l’agglomération de Massongex
Légende En grisé, chantier de la « la Loénaz ». Les points du plan non indiqués dans la légende ne sont pas décrits dans les publications traitant de Massongex.
Crédits (Paccolat 1998)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-36.png
Fichier image/png, 316k
Titre Fig. 46. Plan de la ville d’Aime
Crédits (Barthélémy et al. 1997)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-37.png
Fichier image/png, 424k
Titre Fig. 47. Plan des vestiges connus à Moûtiers
Crédits (M. Segard d’après Rémy et al. 1996 et http://nunch.free.fr).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 48. Vue du col du Petit-Saint-Bernard depuis le Sud
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 49. Plan des vestiges du col du Petit-Saint-Bernard
Crédits (d’après Cavallaro et Girardi 2006 et Crogiez-Pétrequin 2006).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-40.png
Fichier image/png, 5,5k
Titre Fig. 50. Plan des vestiges du col du Grand-Saint-Bernard et hypothèse de restitution
Crédits (d’après Denti 1991 et Hunt 1998)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-41.png
Fichier image/png, 915k
Titre Fig. 51. Carte des vestiges de la vallée de la Chauranne
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 52. Plan de l’établissement de la Bégüe
Crédits (M. Segard et B. Dousteyssier)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-43.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 53. Photographie du site de Champcella « Rama »
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 54. Plan de la villa d’Albisola
Crédits (Mezzolani 1992)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-45.png
Fichier image/png, 119k
Titre Fig. 55. Plan d’ensemble de la villa d’Arbin - fouilles du XIXe et du XXe s.
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/120/img-46.png
Fichier image/png, 41k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search