Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville et campagne de Fréjus romaine

 | 
Pierre Excoffon

Deuxième partie : analyses et études

Chapitre 1. Les vestiges de navires antiques : études architecturale et dendrologique

Giulia Boetto, Sandra Greck et Frédéric Guibal

Texte intégral

  • 1  Le réseau de mortaisage est de type « évolué » (Pomey, Rieth 2005).

1Les cuvelages des puits SB1262 et BS3339 de Villeneuve se composent, pour l’essentiel, d’ensembles de fragments de bordés appartenant, probablement, à trois navires antiques. Ces bordages sont assemblés, à intervalles réguliers, par des tenons bloqués au moyen de chevilles enfoncées dans l’épaisseur de chaque planche, selon un système d’assemblage commun dans la construction navale méditerranéenne d’époque gréco-romaine1. Des fragments de bordages isolés, mais toujours munis d’assemblages à tenons chevillés, ainsi que des planches sans aucune trace de liaisons internes complètent l’aménagement des parois de ces puits. Ces dernières, n’étant pas issues de la réutilisation de navires, ne seront pas prises en compte dans ce texte.

2Tous ces bordages ont été étudiés après démontage. Dans la plupart des cas, les deux faces, correspondant aux côtés interne et externe du navire d’origine, ont pu être analysées.

3Pour la détermination des essences ligneuses, les échantillons de bois (prélevés systématiquement) ont fait l’objet d’une observation macroscopique préalable à la loupe binoculaire suivie d’un examen au microscope à transmission de coupes minces selon les trois plans traditionnels d’observation. L’analyse anatomique du bois a été menée à l’aide d’atlas d’anatomie des bois européens (Jacquiot 1955 ; Jacquiot et al. 1973 ; Schweingruber 1982, 1990 et Vernet et al. 2001).

4La documentation dendromorphologique (Guibal, Pomey 1998) a été rassemblée sur la base d’un relevé métrologique d’observations relatives à la structure et à la forme du bois (moelle, écorce, aubier, forme de la tige), à son traitement technique (débit, traces d’outils) ainsi que d’autres éléments intéressant l’étude dendrologique (traces d’insectes xylophages, de carbonisation, etc.).

5L’étude dendrochronologique n’a été réalisée que sur les bois les plus appropriés à la pratique de cette méthode. Les chronologies individuelles d’épaisseur de cernes ont été calculées sur la base d’une moyenne d’une à trois séries numériques enregistrées par échantillon (précision : 1/1000 mm). L’interdatation des chronologies réalisée sur les séries numériques brutes ou transformées en valeurs indicées a été menée à l’aide de tests paramétriques appliqués au coefficient de corrélation intersériel et de tests non paramétriques appliqués aux courbes des variations interannuelles de l’épaisseur des cernes. Afin de procéder à leur validation, les propositions de synchronisme ont été vérifiées par comparaison visuelle et graphique (Langouët, Giot 1992 ; Lambert 1998 ; Lambert, Lavier 2002 et Lambert et al. 1988).

Tab. 4. Dimensions et caractéristiques des bordages du puits SB1262.

Tab. 4. Dimensions et caractéristiques des bordages du puits SB1262.

Tab. 5. Dimensions et caractéristiques des assemblages des bordages du puits SB1262.

Tab. 5. Dimensions et caractéristiques des assemblages des bordages du puits SB1262.

Fig. 237. Le fragment de bordage n° 51 de l’épave Fréjus‐Villeneuve 1, réutilisé dans la paroi MR1263 du puits SB1262 (G. Boetto - cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 237. Le fragment de bordage n° 51 de l’épave Fréjus‐Villeneuve 1, réutilisé dans la paroi MR1263 du puits SB1262 (G. Boetto - cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 238. Les fragments de bordages de l’épave Fréjus‐Villeneuve 2, réutilisés dans les parois puits SB1262 (G. Boetto et S. Greck).

Fig. 238. Les fragments de bordages de l’épave Fréjus‐Villeneuve 2, réutilisés dans les parois puits SB1262 (G. Boetto et S. Greck).

Fig. 239. Section shématique d’un assemblage par tenon de réparation (G. Boetto).

Fig. 239. Section shématique d’un assemblage par tenon de réparation (G. Boetto).

1. Les bordés réutilisés dans le puits SB1262

1.1. Caractéristiques architecturales

6Quatre portions de bordés et sept bordages isolés ont été utilisés pour la construction du puits SB1262 (tab. 4). En règle générale, ces planches conservent leur largeur maximale d’origine, comprise entre 20 cm (nos 39 et 50) et 30 cm (n° 28), tandis que leurs extrémités ont été retaillées pour s’adapter à la nouvelle construction. Parmi tous ces éléments, nous avons pu identifier deux ensembles aux caractéristiques architecturales homogènes.

7Le premier groupe est constitué par les bordages employés dans la construction de la paroi MR1263 (nos 38, 51 et 52) et la planche n° 40 utilisée dans la paroi MR1280 (fig. 237).

8Le deuxième ensemble regroupe tous les autres bordages qui composent les parois MR1264 et MR1265, ainsi que les planches isolées (nos 26, 37 et 39) de la paroi MR1280 (fig. 238).

  • 2  Nous pouvons calculer, pour le premier groupe, un rapport inférieur à 1 (0,7) contre un rapport su (...)
  • 3  On peut en effet considérer qu’un rapport écartement/largeur des mortaises inférieur ou égal à 1 e (...)

9Le premier ensemble présente des bordages plus épais et des éléments d’assemblage plus larges et plus profonds que le deuxième (tab. 4 et 5). Le rapport de l’écartement moyen à la largeur moyenne des mortaises révèle que le réseau de mortaisage du premier groupe est plus dense que celui du deuxième2. Ce dernier est néanmoins relativement serré puisque son rapport varie de 1 à 23.

10Le bordage MR1280-37, appartenant au deuxième groupe, présente une extrémité en biseau (fig. 238) qui identifie un assemblage oblique du bordé. Ce biseau conserve un clou métallique à tête carrée (côté : 2,4 cm), chassé horizontalement dans l’épaisseur du bordage et qui assurait la fermeture du biseau sur la planche adjacente.

  • 4  Les tenons de réparation ont été observés, pour la première fois, sur l’épave Kyrenia découverte à (...)

11Le deuxième ensemble se distingue par plusieurs bordages de réparation (MR1264, nos 28 et 55, MR1265-53 et MR1280, nos 26 et 37) caractérisés par la présence de tenons (tab. 4 et 5) insérés dans des mortaises pratiquées à partir de la face interne ou externe du bateau. Leur extrémité est ensuite rabotée afin de boucher l’encoche (ou lumière) quadrangulaire ouverte à la surface du bordage (fig. 239 à 241).
Deux traits parallèles tracés à la pointe sèche indiquent l’emplacement des lumières (fig. 242). Des chevilles verrouillent l’assemblage et une couche de poix est appliquée pour garantir l’étanchéité des joints4.

12Enfin, ces assemblages sont plus espacés que les assemblages d’origine comme le montre l’écart moyen des petites chevilles de verrouillage, respectivement 14 cm et 21,3 cm (tab. 5).

  • 5  Des encoches tétraédriques ou triangulaires ont aussi été observées sur l’épave Fiumicino 1 (IVe/V(...)

13Dans les deux ensembles de bordés, des gournables en bois (diamètre moyen : 1,6 cm et 1,4 cm) assuraient l’assemblage entre les bordages et la charpente transversale du navire dont aucun élément n’est conservé (tab. 6). Dans le deuxième ensemble, des clous métalliques (en cuivre et en fer) ont été observés (fig. 243). L’extrémité du bordage de réparation MR1264‑55 était bloquée sur la membrure par un couple de clous, probablement en fer. Parfois, les têtes de ces clous étaient chassées dans des encoches triangulaires (côté : 2/2,5 cm) aménagées dans la face qui correspond au côté externe de la coque du navire d’origine (fig. 244 et 245)5. Les deux ensembles de bordés conservent, sur une ou sur les deux faces, une couche de poix, témoignage d’une ancienne protection interne et externe de la coque (fig. 238 et tab. 4). Cette couche est épaisse de 0,8 à 1 cm (fig. 246). Elle a aussi été observée sur le can (tranche) de certains bordages (fig. 247).

14Dans le deuxième ensemble de bordés, la trace des empreintes laissées par les pieds des membrures est rendue apparente par l’absence, à l’emplacement des couples, de la poix de protection (fig. 248 et 249). La largeur de ces couples (moyenne : 6,2 cm) et leur maille ou espacement (moyenne : 17 cm) ont pu être restituées (tab. 6).

15Sur la planche MR1264‑28, l’emplacement des membrures était marqué par des lignes parallèles tracées à la pointe sèche.

16L’espacement entre couples est obtenu par la distance moyenne entre les assemblages membrure/bordé. L’espacement est plus important (27,5 cm) dans le premier ensemble que dans le deuxième (20,8 cm) (tab. 6) sur lequel des traces d’outillage (scie et herminette) sont également visibles.

17Pour conclure, ces deux ensembles de bordés semblent bien appartenir à deux embarcations différentes.

Fig. 240. Le fragment de bordés MR1264-1261, 55, 34 et 56 correspondant à la face extérieure du bateau (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 240. Le fragment de bordés MR1264-1261, 55, 34 et 56 correspondant à la face extérieure du bateau (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 241. Détail des tenons de réparation du bordage MR1264‐55 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 241. Détail des tenons de réparation du bordage MR1264‐55 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 242. Détail des tenons de réparation du bordage MR1264‐55 : deux traits tracés à la pointe sèche indiquent l’emplacement des lumières (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 242. Détail des tenons de réparation du bordage MR1264‐55 : deux traits tracés à la pointe sèche indiquent l’emplacement des lumières (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Tab. 6. Dimensions et caractéristiques de la membrure et de ses assemblages avec les bordages du puits SB1262.

Tab. 6. Dimensions et caractéristiques de la membrure et de ses assemblages avec les bordages du puits SB1262.

Tab. 7. Résultats des analyses dendrologiques des bordages du puits SB1262.

Tab. 7. Résultats des analyses dendrologiques des bordages du puits SB1262.

Fig. 243. Détail de la tête de deux clous en fer, utilisés pour fixer le bordage MR1264‐56 à la membrure (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 243. Détail de la tête de deux clous en fer, utilisés pour fixer le bordage MR1264‐56 à la membrure (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 244. Détail de la tête d’un clou en cuivre chassé dans une encoche triangulaire dans le bordage MR1264‐55 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 244. Détail de la tête d’un clou en cuivre chassé dans une encoche triangulaire dans le bordage MR1264‐55 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 245. Détail d’une encoche triangulaire (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 245. Détail d’une encoche triangulaire (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 246. Le fragment de bordés MR1265‐35, 53 et 54, enduit d’une couche de poix de protection et correspondant à la face extérieure du bateau (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 246. Le fragment de bordés MR1265‐35, 53 et 54, enduit d’une couche de poix de protection et correspondant à la face extérieure du bateau (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 247. Détail de la poix de calfatage, observée sur le candes bordés MR1265‐35, 53 et 54 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 247. Détail de la poix de calfatage, observée sur le candes bordés MR1265‐35, 53 et 54 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 248. Le fragment de bordés MR1264‐61, 55, 34 et 56, correspondant à la face intérieure du bateau. Les empreintes laissées par les membrures non conservées sont visibles (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 248. Le fragment de bordés MR1264‐61, 55, 34 et 56, correspondant à la face intérieure du bateau. Les empreintes laissées par les membrures non conservées sont visibles (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 249. Le fragment de bordés MR1265‐35, 53 et 54, correspondant à la face intérieure du bateau. Les empreintes laissées par les membrures non conservées sont visibles (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 249. Le fragment de bordés MR1265‐35, 53 et 54, correspondant à la face intérieure du bateau. Les empreintes laissées par les membrures non conservées sont visibles (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

1.2. Identification xylologique

  • 6  Ces planches appartiennent au deuxième ensemble identifié grâce à l’analyse des caractéristiques a (...)
  • 7  Ces planches appartiennent au premier ensemble identifié grâce à l’analyse des caractéristiques ar (...)

18L’analyse anatomique réalisée sur l’ensemble des bordages a révélé que ceux-ci étaient débités dans deux types d’essences résineuses : le pin de type pin d’Alep et le pin de type pin sylvestre. Du point de vue xylologique, les bordages se répartissent en deux groupes. Les portions de bordés matérialisées par les parois MR1264 et MR1265, y compris les fragments se situant au-dessus de celles-ci, ainsi que trois planches de la paroi MR1280 (nos 26, 37 et 39) ont été réalisées en bois de type pin d’Alep6. Le fragment de bordage MR1280-40 et les bordés de la paroi MR1263 ont été réalisés en bois du type pin sylvestre (tab. 7)7.

19L’appellation pin de type « pin d’Alep » désigne deux taxons dont la distinction par l’anatomie de leur bois est particulièrement difficile : le pin d’Alep (Pinus halepensis Mill.) et le pin brutia (Pinus brutia Ten.). Ces deux taxons qui dominent la végétation forestière du littoral méditerranéen de basse altitude se répartissent de part et d’autre du bassin méditerranéen : le pin d’Alep, dans la partie occidentale (en France, il est particulièrement répandu en Provence) et le pin brutia, dans sa partie orientale (Quézel, Médail 2003).

20Le pin de type « pin sylvestre » désigne trois taxons tout aussi impossibles à discriminer sur la base de l’analyse de leur bois : le pin sylvestre (Pinus sylvestris L.), le pin à crochets (Pinus uncinata Ram.) et le pin noir (Pinus nigra Arn.). Si le pin sylvestre peuple les collines et les montagnes de la majeure partie de l’Europe, de la Sierra Nevada à la Sibérie, le pin à crochets se localise davantage dans les hautes montagnes des Alpes et des Pyrénées, tandis que le pin noir occupe de préférence les plaines et les basses montagnes de l’aire circumméditerranéenne et l’étage montagnard des Alpes Centrales (Lieutaghi 2004 et Rameau et al.1989).

  • 8  La résine abondante, par exemple, peut entraîner des difficultés de sciage (Giordano 1980, 186-187 (...)

21Le pin d’Alep figure parmi les essences le plus souvent identifiées sur les épaves antiques de Méditerranée. Citons, par exemple, le bordé des embarcations Jules-Verne 7 (525-510 av. J.-C.) (Pomey 1998, 151, n° 6), Kyrenia (fin IVe siècle av. J.-C.) (Steffy 1994, 43), Nemi 1 et 2 (Ier siècle apr. J.-C.) (Ucelli 1950, 152), Barthélemy B (second quart du Ier siècle apr. J.-C.) (Wicha 2003, 72), en association avec d’autres résineux sur les épaves Jules-Verne 9 (525-510 av. J.-C.) (Pomey 1998, 150, n° 3), Chrétienne A (second quart du Ier siècle apr. J.-C.), Jeaume-Garde B (début Ier siècle apr. J.-C.), Saint-Gervais 3 (148-150 apr. J.-C.), Laurons 1 (IVe siècle apr. J.-C.), Laurons 2 (fin IIe siècle apr. J.-C.) (Guibal, Pomey 1999, 20, tableau 2) et Dramont E (début Ve siècle apr. J.-C.) (Guibal 1995, 181-187). Bien que les qualités physiques et mécaniques de ce type de pin soient modestes8, le pin d’Alep a probablement été largement utilisé dans la construction navale en raison de la proximité des pinèdes littorales et des chantiers navals (Rival 1991, 28, 31).

22Le bois de pin de type pin sylvestre a été identifié sur le bordé des navires Napoli A et Napoli C (fin Ier siècle apr. J.-C.) (Allevato et al. 2009 et 2010), Chrétienne A, Jaume-Garde B, Pointe de Pomègues et Cap de l’Esterel (Ier siècle av. J.-C.), Dramont A et Plane I (vers 50 av. J.-C.), Tradelière (15-10 av. J.-C.) et Saint-Gervais 3 (Guibal, Pomey 2003).

  • 9  Les identifications ont été effectuées à l’œil nu sur les planches des parois MR1264 et 1265.
  • 10  Angiosperme dicotylédone, essences feuillues non identifiées à ce jour.
  • 11  Le chêne de type chêne vert comprend deux taxons impossibles à distinguer sur la base d’une analys (...)
  • 12  Gymnosperme. Les essences résineuses n’ont pas été identifiées à ce jour.

23Pour ce qui relève des éléments d’assemblage des bordages9, les chevilles de blocage des tenons ont été confectionnées dans différents bois de feuillus10 et les tenons ont été débités dans du bois de chêne de type chêne vert (Quercus ilex/coccifera L.)11, un taxon très largement rencontré pour ce type de pièce sur les épaves antiques de Méditerranée (Guibal 1991, tableau 1 ; Rival 1991, tableaux 7, 10 et 11 et Guibal, Pomey 1999, 21, tableau 5), tandis que quelques gournables ont été réalisés dans des essences résineuses12.

Tab. 8. Dimensions et caractéristiques des bordages du puits BS3339.

Tab. 8. Dimensions et caractéristiques des bordages du puits BS3339.

1.3. Analyse dendrochronologique

24Une analyse dendrochronologique a été conduite sur quatre planches en pin de type pin sylvestre et neuf planches en pin de type pin d’Alep.

25Des synchronismes visuels et statistiques significatifs ont permis de distinguer deux groupes (Fréjus 1 et Fréjus 2) constitués des séries individuelles suivantes :

26- MR1280-40, MR1263-52 (type « pin sylvestre ») ;

27- MR1264-34, MR1264-55, MR1265-36, MR1265-53, MR1280-26, MR1280-37, MR1280-39 (type « pin d’Alep »).

28Les deux chronologies moyennes calculées à partir de ces séries individuelles sont respectivement longues de 82 et 78 années. Les années terminales des séries individuelles qui les composent diffèrent de 51 années pour Fréjus 1 et de 34 années, au plus, pour Fréjus 2 du fait du débit des planches, réalisé tantôt sur dosse tantôt sur quartier, de l’usure et de l’état de conservation après son enfouissement (fig. 250 et 251). Aucun synchronisme n’a pu être mis en évidence entre ces deux chronologies moyennes. Cela peut confirmer que les bordages en pin de type sylvestre et ceux de type pin d’Alep n’appartiennent pas à la même embarcation. Mais l’absence de synchronisme peut tout aussi refléter la différence taxonomique entre les deux essences ou bien la faible représentativité des chronologies moyennes liée au faible nombre d’échantillons analysés et à la faible longueur des séries individuelles. Les deux chronologies moyennes ont ensuite été comparées, en l’absence de chronologies de référence de pins disponibles pour la région méditerranéenne, à d’autres chronologies moyennes locales de pin de type sylvestre et de pin d’Alep, issues, notamment, de l’étude d’épaves antiques (Guibal, Pomey 1998, 2003 et 2004). Malheureusement, aucune corrélation satisfaisante n’a été dégagée et les chronologies moyennes demeurent donc flottantes.

Fig. 250. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 1.

Fig. 250. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 1.

Fig. 251. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 2.

Fig. 251. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 2.

Fig. 252. Les fragments de bordages de l’épave Fréjus‐Villeneuve 3 (G. Boetto).

Fig. 252. Les fragments de bordages de l’épave Fréjus‐Villeneuve 3 (G. Boetto).

Fig. 253. Le fragment de bordés MR3/13 correspondant à la face intérieure du bateau. L’épaisse couche de poix et les empreintes laissées par les membrures non conservées sont visibles (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 253. Le fragment de bordés MR3/13 correspondant à la face intérieure du bateau. L’épaisse couche de poix et les empreintes laissées par les membrures non conservées sont visibles (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Tab. 9. Dimensions et caractéristiques des assemblages des bordages du puits BS3339.

Tab. 9. Dimensions et caractéristiques des assemblages des bordages du puits BS3339.

Fig. 254. Détail en coupe d’un tenon d’assemblage entre les deux planches de la paroi MR6/14 du puits BS3339 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 254. Détail en coupe d’un tenon d’assemblage entre les deux planches de la paroi MR6/14 du puits BS3339 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 255. (a) Shéma du réseau de mortaisage de l’épave Fréjus‐Villeneuve 3 (G. Boetto).

Fig. 255. (a) Shéma du réseau de mortaisage de l’épave Fréjus‐Villeneuve 3 (G. Boetto).

Fig. 255. (b) Détails du mortaisage (recto-verso) de l’épave Fréjus‐Villeneuve 3 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 255. (b) Détails du mortaisage (recto-verso) de l’épave Fréjus‐Villeneuve 3 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Tab. 10. Dimensions et caractéristiques de la membrure et de ses assemblages avec les bordages du puits BS3339.

Tab. 10. Dimensions et caractéristiques de la membrure et de ses assemblages avec les bordages du puits BS3339.

Fig. 256. Les lignes droites tracées à la pointe sèche indiquent l’emplacement des membrures sur les bordés MR4/12 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 256. Les lignes droites tracées à la pointe sèche indiquent l’emplacement des membrures sur les bordés MR4/12 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 257. Détail des bordés MR3/13 montrant la ligne de repère pour l’emplacement de la membrure et le signe X (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Fig. 257. Détail des bordés MR3/13 montrant la ligne de repère pour l’emplacement de la membrure et le signe X (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).

Tab. 11. Résultats des analyses dendrologiques des bordages du puits BS3339.

Tab. 11. Résultats des analyses dendrologiques des bordages du puits BS3339.

Fig. 258. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 3.

Fig. 258. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 3.

2. Les bordés réutilisés dans le puits BS3339

2.1. Caractéristiques architecturales

  • 13  Rapport entre écart moyen et largeur moyenne des tenons égal à 0,77. 
  • 14  Pour une définition, voir Pomey, Rieth 2005, 30‑31.

29Les fragments de bordés réutilisés pour construire le cuvelage de trois des parois du puits BS3339 (MR4/12, MR3/13 et MR6/14) présentent des caractéristiques architecturales très proches et appartiennent probablement à la coque d’un même navire antique (tab. 8). Ces fragments se limitent à deux bordages assemblés par des tenons chevillés qui ne conservent ni leur longueur ni leur largeur d’origine (fig. 252 et 253) ; leur épaisseur varie de 8 à 8,5 cm. Au niveau des assemblages (tab. 9), les tenons sont d’une largeur moyenne égale à 7,8 cm, d’une épaisseur moyenne de 1,2 cm et d’une longueur moyenne de 24 cm (fig. 254 et 255a et b). Leur extrémité est légèrement chanfreinée. Ils sont espacés d’environ 6 cm et disposés sur le can de la planche, légèrement en quinconce. Ces assemblages internes sont donc très serrés (tab. 9)13. Les chevilles, tronconiques, ont une section prismatique et ont été insérées depuis la face interne de la coque (diamètre interne : 1,9 cm, diamètre externe : 1,44 cm). Elles sont en moyenne espacées de 14 cm. Sur le bord de contact des planches de la portion de bordé MR4/12, la présence d’une mince couche de poix a été décelée ; un fragment du matériau d’étanchéité (ou calfatage), peut-être du tissu, a été prélevé. La face interne de ces trois bordés est enduite d’une couche de poix dont l’épaisseur peut atteindre 1 cm. Des zones dépourvues de calfatage indiquent le passage des couples du navire. Ces empreintes, larges en moyenne de 7,6 cm (entre 5,5 et 9 cm), sont espacées de bord à bord de 22,8 cm (de 19,5 à 29 cm). Cette valeur fournit une indication sur l’espacement des couples du navire d’origine (tab. 10). Les couples étaient assemblés au bordé à l’aide de clous métalliques, aujourd’hui complètement oxydés, et par des gournables en bois. Les trous circulaires pratiqués pour ces assemblages ont un diamètre de 1,4/1,5 cm. La maille entre ces éléments d’assemblage mesure en moyenne 30,5 cm (entre 25,5 et 35 cm). Toutes les portions de bordé présentent sur leur face interne des marques de charpentier tracées à la pointe sèche. Des lignes droites indiquent l’emplacement des membrures (fig. 256). Il s’agit soit de deux lignes parallèles, soit d’une ligne unique placée le long de l’axe central des couples. Ces marques, tracées avant la pose de la membrure, indiquent que le bateau d’origine a été construit « sur bordé premier »14. La portion MR3/13 conserve aussi le signe X (largeur : 13 cm) tracé à la pointe sèche et situé dans la maille (fig. 257).

2.2. Identification xylologique

30Toutes les planches de bateau réutilisées ont été confectionnées dans du pin de type pin sylvestre (Pinus sylvestris L./Pinus uncinata Ram./Pinus nigra Arn.) (tab. 11). Les éléments d’assemblage n’ont fait l’objet, jusqu’à présent, que d’une prédétermination à l’oeil nu. Il semblerait que les tenons soient confectionnés dans du bois de type chêne vert (Quercus ilex/coccifera L.), les chevilles dans diverses essences feuillues et résineuses, et les gournables dans du bois de chêne caducifolié (Quercus sp.).

2.3. Analyse dendrochronologique

  • 15  Le fragment de bordé MR6/14 n’a pas été analysé car conservé intégralement pour une éventuelle res (...)
  • 16  Indices issus des tests supérieurs à 5.
  • 17  Indices TVBP et TVH du test de Student supérieurs à 8 et confirmés visuellement.

31Quatre planches en pin de type pin sylvestre ont été analysées (nos 3, 4, 12 et 13)15. Les quatre séries qui en résultent synchronisent, autant statistiquement que visuellement16. Elles ont été réunies dans une chronologie moyenne (Fréjus 3) longue de 256 ans (fig. 258). Les écarts entre les années terminales des chronologies individuelles vont de 12 à 69 ans, mais ni le cambium ni l’écorce ne se sont conservés du fait du débit des pièces de bois. Les planches nos 3 et 4 ont été débitées dans le même arbre17. Bien qu’utilisés dans deux parois différentes du puits, ces deux fragments de bordés appartiennent probablement au même navire. La probabilité que les bordages non analysés (MR6/14) appartiennent aussi au même ensemble d’origine est élevée (même essence utilisée et longueur similaire des séries).

  • 18  La datation radiocarbone donne une fourchette large mais antérieure à la fin du IIe siécle av. J.- (...)

32La chronologie moyenne Fréjus 3 a été comparée à la chronologie Fréjus 1 (supra), mais aucun synchronisme n’a été relevé. Aucune corrélation satisfaisante n’a été trouvée avec les chronologies locales de pins antiques (Guibal, Pomey 1998, 2003 et 2004). La faible représentativité de la moyenne, liée au faible nombre d’échantillons qui la composent et à la présence de deux planches issues du même arbre en est probablement la cause18.

3. Deux ou trois navires ?

33Parmi les fragments de bordés réutilisés dans le puits SB1262 nous avons pu distinguer deux ensembles sur la base des caractéristiques architecturales (épaisseur du bordé, dimensions des assemblages, maille de la membrure, essences utilisées, présence ou absence d’encoches triangulaires et de réparations) qui pourraient appartenir à deux embarcations différentes.

34Fréjus-Villeneuve 1 se caractériserait par un bordé simple, assemblé à franc bord et d’une épaisseur moyenne de 3,75 cm. La maille de la membrure, mesurée entre gournables, est de 27,8 cm. Les bordages conservés ont été débités dans du pin de type pin sylvestre.

  • 19   On admet, normalement, que les navires antiques assemblés par la technique « à tenons et mortaise (...)

35Fréjus-Villeneuve 2 présenterait aussi un bordé simple, assemblé à franc-bord, mais moins épais que celui de Fréjus-Villeneuve 1 (moyenne : 2,6 cm). L’espacement des gournables est plus serré (moyenne : 22,5 cm) et la membrure large de 6,3 cm. En plus, des gournables en bois assurant la liaison entre bordé et membrure, cette embarcation présente des clous métalliques dont certains ont été enfoncés dans des encoches de forme triangulaire. Tous les bordages conservés sont en pin de type pin d’Alep. Fréjus-Villeneuve 2 présente des tenons de réparation. La présence de poix de calfatage sur les bords des bordages pourrait être liée à ces opérations de réparation19. La vétusté de cette embarcation pourrait être la raison de son abandon, du démontage de ses structures et de leur réutilisation partielle pour le cuvelage du puits. La datation radiocarbone effectuée sur une planche de cette embarcation (#634 SB1262, MR1264-55) révèle que l’abattage des arbres ayant servi à la construction date du deuxième tiers du Ier siècle apr. J.-C.

36Si l’on considère l’épaisseur moyenne du bordé de ces deux navires, ils devaient, à l’origine, probablement mesurer entre 15 et 20 m de longueur. En revanche, l’identification du type et de la fonction de ces bateaux est plus problématique car les données dont nous disposons sont trop limitées.

  • 20   Par exemple sur les épaves Tour Fondue, IIIe siècle av. J.-C. (Dangreaux 1997, 90), Madrague de G (...)
  • 21  Comme sur les bateaux-drague de Marseille, IIIe siècle apr. J.-C. (Pomey 1999) ou sur les embarcat (...)

37L’utilisation de tenons de réparation est assez commune, durant l’époque romaine, tant sur les navires de commerce20 que sur les bateaux de servitude portuaire ou de pêche.21. La seule embarcation de guerre, découverte à Marsala en Sicile et datée du IIIe siècle av. J.-C., ne portait aucune réparation du bordé (Frost 1978). Mais il s’agit d’un exemple unique et nos connaissances archéologiques des flottes militaires sont trop limitées pour pouvoir exclure cette technique de réparation des navires militaires. Pour l’instant, et en l’absence de comparaisons, nous préférons attribuer ces fragments de bordé à des navires de commerce ou bien de servitude portuaire de taille moyenne.

  • 22  Cette hypothèse peut être confirmée par les analyses dendrochronologiques.
  • 23  Pour une discussion de la relation entre longueur des navires et épaisseur du bordé : Fitzgerald 1 (...)

38Les fragments de bordages du puits BS3339 appartiennent à un autre navire que nous avons dénommé Fréjus-Villeneuve 322. Celui-ci se caractérise par un bordé simple en pin de type pin sylvestre, très épais (8,5 cm), assemblé par des tenons de grandes dimensions. La membrure, large de 7,6 cm, était plutôt espacée (23 cm). Les dimensions du bordé de Frejus-Villeneuve 3 sont comparables à celles des préceintes de l’épave Planier III (milieu du Ier siècle av. J.-C.). Ce navire, d’une longueur estimée à 30 m, présentait un bordé épais de 6 cm et un renfort longitudinal constitué d’une première préceinte (largeur : 32 cm ; épaisseur : 10 cm) et d’une seconde (largeur : 52,5 cm, épaisseur : 19 cm) (Pomey 2006, 76). Une autre comparaison peut être faite avec une épave découverte dans le port de Césarée Maritime sur la côte israélienne (Ier siècle apr. J.-C.). Le bordé, de type simple, a une épaisseur de 9 cm mais la membrure est beaucoup plus serrée et massive que celle de Fréjus-Villeneuve 3. L’épave de Césarée a été classée parmi les navires de grande taille, sa longueur étant probablement voisine de 40 m23. L’épave Madrague de Giens (70-65 av. J.-C.) présentait un bordé intérieur très épais (de 12 m au niveau du galbord à 6 cm à partir du 3e bordage) doublé d’un bordé extérieur d’une épaisseur moyenne de 4 cm. Les tenons d’assemblage du bordé intérieur de cette épave présentaient des dimensions très proches de celles mesurées sur le navire Fréjus-Villeneuve 3 (Pomey 1978, 78-80). Patrice Pomey a restitué une longueur de 40 m et un port en lourd de 350/400 tonnes pour l’épave Madrague de Giens. Ce navire utilisé pour le transport du vin de Campanie au début du Ier siècle av. J.-C. faisait partie des plus gros navires de commerce maritime d’usage courant à cette époque (Pomey, Tchernia 1978, 234 et Pomey 1982). Le navire Fréjus-Villeneuve 3, bien que sa fonction de commerce ne soit pas certaine, pourrait avoir été de dimensions proches de celles qui ont été restituées pour les épaves de Césarée, Planier III et Madrague de Giens, soit environ 30/40 m.

4. Conclusion

39Les fragments de muraille récemment découverts et récupérés peuvent être attribués à, au moins, trois navires. Bien que la fonction de ces embarcations soit incertaine, nous pouvons affirmer qu’il s’agit de deux bateaux de dimension moyenne, longs de 15 à 20 m (Fréjus-Villeneuve 1 et 2), et d’un navire de grande dimension, long de 30 à 40 m (Fréjus-Villeneuve 3). Dans la mesure où nous ne connaissons pas l’origine des navires bâtis à l’aide de ces bordages, leur espace de navigation demeure inconnu. Par ailleurs, compte tenu de la discrimination taxonomique qui est – dans le cas présent – limitée, aucune hypothèse ne peut être avancée sur l’origine géographique des arbres utilisés pour la fabrication de ces navires ni sur la détermination de leur éventuelle aire de construction.

  • 24  La réutilisation d’éléments de bateaux est bien attestée à proximité des zones portuaires antiques (...)

40Ces fragments de bordés, bien que de réutilisation, représentent une découverte exceptionnelle pour la ville de Fréjus et attestent l’importance de son port au Ier siècle apr. J.-C. Avant la découverte de vestiges d’embarcations antiques dans le quartier de Villeneuve, la seule épave connue dans la zone de Fréjus était celle qui fut mise au jour dans les années 1950-60, dans l’étang de Villepey (épave de La Clavelède) (Boyer, Février 1971). Cette découverte témoigne de la disponibilité dans la zone de Villeneuve, proche de la plage antique et du port, de bois provenant de navires désarmés et de leur réutilisation pour des constructions non navales24.

Notes

1  Le réseau de mortaisage est de type « évolué » (Pomey, Rieth 2005).

2  Nous pouvons calculer, pour le premier groupe, un rapport inférieur à 1 (0,7) contre un rapport supérieur à 1 (1,33) pour le second groupe. Les résultats signifient que, dans l’espace laissé entre deux mortaises des planches du premier groupe, moins d’une mortaise peut loger (exactement 0,7) tandis que dans l’espace laissé entre deux mortaises sur le reste des bordés, un peu plus d’une mortaise peut venir s’y insérer (exactement 1,15).

3  On peut en effet considérer qu’un rapport écartement/largeur des mortaises inférieur ou égal à 1 est très serré ; un rapport compris entre 1 et 2 est serré et un rapport supérieur ou égal à 2 est moyennement serré (Marlier 2008, 156, n° 16).

4  Les tenons de réparation ont été observés, pour la première fois, sur l’épave Kyrenia découverte à Chypre et datée du IVe siècle av. J.-C. (Steffy 1985 et 1999). Ce type de réparation est commun également à l’époque romaine : voir, par exemple, les réparations des épaves découvertes à Naples (Boetto 2005 et 2009).

5  Des encoches tétraédriques ou triangulaires ont aussi été observées sur l’épave Fiumicino 1 (IVe/Ve siècles apr. J.-C.) sur laquelle la plupart des évidements est associée à un assemblage par clous obliques (Boetto 2000 et 2008). Pour les comparaisons et une discussion générale:  Boetto 2006 et 2010.

6  Ces planches appartiennent au deuxième ensemble identifié grâce à l’analyse des caractéristiques architecturales.

7  Ces planches appartiennent au premier ensemble identifié grâce à l’analyse des caractéristiques architecturales.

8  La résine abondante, par exemple, peut entraîner des difficultés de sciage (Giordano 1980, 186-187  et Vernet, Keller 1986, 214).

9  Les identifications ont été effectuées à l’œil nu sur les planches des parois MR1264 et 1265.

10  Angiosperme dicotylédone, essences feuillues non identifiées à ce jour.

11  Le chêne de type chêne vert comprend deux taxons impossibles à distinguer sur la base d’une analyse anatomique de leur bois : le chêne vert (Quercus ilex L.) et le chêne kermès (Quercus coccifera L.).

12  Gymnosperme. Les essences résineuses n’ont pas été identifiées à ce jour.

13  Rapport entre écart moyen et largeur moyenne des tenons égal à 0,77. 

14  Pour une définition, voir Pomey, Rieth 2005, 30‑31.

15  Le fragment de bordé MR6/14 n’a pas été analysé car conservé intégralement pour une éventuelle restauration en vue d’une présentation muséographique.

16  Indices issus des tests supérieurs à 5.

17  Indices TVBP et TVH du test de Student supérieurs à 8 et confirmés visuellement.

18  La datation radiocarbone donne une fourchette large mais antérieure à la fin du IIe siécle av. J.-C. (FR06 #635 BS3339-3 : 2160+/- 30BP. 68.2% probability 360BC (34.1%) 290BC ; 230BC (2.4%) 220BC ; 210BC (31.6%) 160BC ; 95.4% probability 360BC (40.3%) 270BC ; 260BC (55,1%) 100BC

19   On admet, normalement, que les navires antiques assemblés par la technique « à tenons et mortaises » ne nécessitaient aucun type de calfatage entre les planches du bordé (Gianfrotta, Pomey 1981).

20   Par exemple sur les épaves Tour Fondue, IIIe siècle av. J.-C. (Dangreaux 1997, 90), Madrague de Giens, 70-65 av. J.-C. (P. Pomey comunication personnelle ; pour l’épave Pomey 1978 et 1982), Bathélémy B, milieu du Ier siècle apr. J.-C. (Joncheray, Joncheray 1997), Napoli A, fin Ier siècle apr. J.-C. (Boetto 2005), Grado, milieu du IIe siècle apr. J.-C. (Beltrame, Gaddi 2007).

21  Comme sur les bateaux-drague de Marseille, IIIe siècle apr. J.-C. (Pomey 1999) ou sur les embarcations de type horeia de Naples et de Toulon, Ier siècle apr. J.-C. (Boetto 2009) ou, encore, sur les barques à propulsion mixte comme celle d’Herculanum, Ier siècle apr. J.-C. (Steffy 1999, 398).

22  Cette hypothèse peut être confirmée par les analyses dendrochronologiques.

23  Pour une discussion de la relation entre longueur des navires et épaisseur du bordé : Fitzgerald 1994, 178-185.

24  La réutilisation d’éléments de bateaux est bien attestée à proximité des zones portuaires antiques, par exemple à Portus (Boetto 2006, 286-288) et à Marseille (Hesnard 2004, 183, fig. 6).

Table des illustrations

Titre Tab. 4. Dimensions et caractéristiques des bordages du puits SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-1.png
Fichier image/png, 44k
Titre Tab. 5. Dimensions et caractéristiques des assemblages des bordages du puits SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 237. Le fragment de bordage n° 51 de l’épave Fréjus‐Villeneuve 1, réutilisé dans la paroi MR1263 du puits SB1262 (G. Boetto - cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-3.png
Fichier image/png, 239k
Titre Fig. 238. Les fragments de bordages de l’épave Fréjus‐Villeneuve 2, réutilisés dans les parois puits SB1262 (G. Boetto et S. Greck).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-4.png
Fichier image/png, 272k
Titre Fig. 239. Section shématique d’un assemblage par tenon de réparation (G. Boetto).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-5.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Fig. 240. Le fragment de bordés MR1264-1261, 55, 34 et 56 correspondant à la face extérieure du bateau (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 241. Détail des tenons de réparation du bordage MR1264‐55 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 242. Détail des tenons de réparation du bordage MR1264‐55 : deux traits tracés à la pointe sèche indiquent l’emplacement des lumières (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tab. 6. Dimensions et caractéristiques de la membrure et de ses assemblages avec les bordages du puits SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-9.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tab. 7. Résultats des analyses dendrologiques des bordages du puits SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-10.png
Fichier image/png, 33k
Titre Fig. 243. Détail de la tête de deux clous en fer, utilisés pour fixer le bordage MR1264‐56 à la membrure (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 244. Détail de la tête d’un clou en cuivre chassé dans une encoche triangulaire dans le bordage MR1264‐55 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 245. Détail d’une encoche triangulaire (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 246. Le fragment de bordés MR1265‐35, 53 et 54, enduit d’une couche de poix de protection et correspondant à la face extérieure du bateau (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 247. Détail de la poix de calfatage, observée sur le candes bordés MR1265‐35, 53 et 54 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 248. Le fragment de bordés MR1264‐61, 55, 34 et 56, correspondant à la face intérieure du bateau. Les empreintes laissées par les membrures non conservées sont visibles (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 249. Le fragment de bordés MR1265‐35, 53 et 54, correspondant à la face intérieure du bateau. Les empreintes laissées par les membrures non conservées sont visibles (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tab. 8. Dimensions et caractéristiques des bordages du puits BS3339.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-18.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 250. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-19.png
Fichier image/png, 28k
Titre Fig. 251. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 2.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-20.png
Fichier image/png, 58k
Titre Fig. 252. Les fragments de bordages de l’épave Fréjus‐Villeneuve 3 (G. Boetto).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-21.png
Fichier image/png, 249k
Titre Fig. 253. Le fragment de bordés MR3/13 correspondant à la face intérieure du bateau. L’épaisse couche de poix et les empreintes laissées par les membrures non conservées sont visibles (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-22.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Tab. 9. Dimensions et caractéristiques des assemblages des bordages du puits BS3339.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-23.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 254. Détail en coupe d’un tenon d’assemblage entre les deux planches de la paroi MR6/14 du puits BS3339 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 255. (a) Shéma du réseau de mortaisage de l’épave Fréjus‐Villeneuve 3 (G. Boetto).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-25.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre Fig. 255. (b) Détails du mortaisage (recto-verso) de l’épave Fréjus‐Villeneuve 3 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-26.png
Fichier image/png, 197k
Titre Tab. 10. Dimensions et caractéristiques de la membrure et de ses assemblages avec les bordages du puits BS3339.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-27.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 256. Les lignes droites tracées à la pointe sèche indiquent l’emplacement des membrures sur les bordés MR4/12 (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 257. Détail des bordés MR3/13 montrant la ligne de repère pour l’emplacement de la membrure et le signe X (cl. Chr. Durand ‐ CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tab. 11. Résultats des analyses dendrologiques des bordages du puits BS3339.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-30.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 258. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 3.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1199/img-31.png
Fichier image/png, 90k

Auteurs

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access