Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Introduction

Vassiliki Gaggadis-Robin et Pascale Picard

Texte intégral

1Cet ouvrage réunit les résultats de deux manifestations complémentaires : d’une part la table ronde intitulée « Rendre à César », organisée le mercredi 20 juin 2012, à Paris, au musée de Louvre et d’autre part les « Rencontres autour de la sculpture romaine conservée en France » qui ont eu lieu du 18 au 20 octobre 2012 au musée départemental Arles antique.

  • 1 Ces manifestations intervenaient dans le cadre d’un partenariat noué depuis 2006 entre le musée d (...)

2C’est dans le cadre de l’exposition « César le Rhône pour mémoire » dans sa nouvelle édition présentée au Louvre du 9 au 25 juin 2012, avec la collaboration exceptionnelle du musée départemental de l’Arles antique, qu’une première table ronde abordait la question de l’identification du buste découvert et reconnu par Luc Long, en 2007, comme une effigie de Jules César1. Sous la conduite de Jean-Luc Martinez, alors directeur du département des antiquités grecques étrusques et romaines (AGER), six spécialistes ont abordé le sujet et ce volume rendra les analyses de quatre d’entre eux, Flemming Johansen, ancien directeur de la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague, et Paul Zanker de la Scuola Normale Superiore de Pise, n’ayant pu donner suite à cette publication. La synthèse de l’ensemble des communications trouvera néanmoins trace écrite dans l’analyse qu’en donnera, à Arles, Daniel Roger, conservateur au département des AGER du Louvre.

3Les rencontres autour de la sculpture romaine d’Arles, conçues à la fois comme un espace d’échange, mais également de valorisation de la recherche dans le domaine de la sculpture romaine, ont été organisées dans le cadre d’un accord de collaboration signé entre le Centre Camille Jullian, où est mené un programme de recherche sur la sculpture romaine, et le Musée départemental Arles antique, doté de l’une des plus riches collections de sculptures en France, et qui a motivé des recherches actives sur la restauration des marbres et des bronzes antiques. Elles ont eu pour but de réunir la communauté scientifique qui travaille sur la sculpture romaine en France : archéologues, conservateurs de musées, chercheurs, restaurateurs, mais également étudiants, autour de trois thèmes, que l’on retrouve dans l’articulation de l’ouvrage.

4La richesse des interventions lors de deux manifestations évoquées précédemment permet de restituer un ouvrage composé de trente-huit articles, répartis en trois parties et une conclusion.

5La première partie, constituée de deux chapitres, intitulée « Débats autour du portrait romain » a été le thème central des rencontres de 2012. Le premier chapitre, en écho et en développement de la table ronde du Louvre, porte sur le portrait du « César du Rhône », sujet plus largement motivé par la question de l’identification des portraits romains. Comme le débat autour du célèbre portrait du Rhône divisait la communauté scientifique en deux camps, certains chercheurs l’ayant identifié comme étant celui de Jules César, d’autres argumentant en faveur d’un « portrait d’époque », il semblait important de poursuivre et d’élargir le débat. Les idées avancées et parfois divergentes ont permis de cerner les problèmes qui rendent difficile l’identification de ce portrait du Rhône, sans pour autant trouver de consensus. Ainsi ce volume aura pour vocation de livrer les différentes thèses concernant ce portrait exceptionnel d’Arles, thèses qui constitueront une base solide de réflexion pour la recherche future. Le deuxième chapitre de cette première partie qui concerne « Le portrait romain en Gaule », réunit huit études qui éclairent d’une nouvelle lumière des portraits plutôt méconnus.

6Les parties suivantes publient les travaux présentés dans le cadre de deux autres thèmes des rencontres : « les nouvelles techniques d’investigations scientifiques » et « des découvertes archéologiques récentes, nouvelles recherches ». De ce fait, dans la deuxième partie, intitulée « Les nouvelles techniques d’investigations scientifiques », sont réunies cinq études présentant les recherches en cours et concernant l’analyse des matériaux des sculptures en bronze ou en pierre découvertes dans le Rhône à Arles, ainsi qu’une étude ethnoarchéologique sur les techniques de production du portrait. Les seize études de la troisième partie, « Découvertes archéologiques récentes, nouvelles recherches », concernent des sculptures découvertes récemment (Autun, Vaison-la-Romaine, Nîmes, Metz-Divodurum, Apt), ainsi que des nouvelles considérations portant sur des sculptures méconnues (Plouarzel, Langres, Avignonet-Lauragais, Vernègues, vallée de l’Ubaye, Besançon, Lyon). Robert Turcan signe la conclusion intitulée « La sculpture romaine ».

7C’est un agréable devoir que celui de remercier les institutions partenaires des Rencontres 2012 et tout particulièrement pour leur soutien financier : Aix-Marseille Université, le CNRS, le Ministère de la Culture, le Centre Camille Jullian, le Conseil Général 13, le Musée Départemental Arles Antique, et la Ville d’Arles.

8Sans le soutien de nos responsables respectifs Marie-Brigitte Carre, Directrice du Centre Camille Jullian, et Claude Sintès, Conservateur en Chef, Directeur du Musée Départemental Arles Antique, cette manifestation n’aurait pu voir le jour.

9De nombreuses personnes ont porté un regard attentionné sur notre manifestation parmi lesquelles : Hervé Schiavetti, Maire d’Arles, Xavier Delestre, Conservateur Régional DRAC PACA. Au musée du Louvre, Jean-Luc Martinez, Président-Directeur du Louvre, Daniel Roger, conservateur au département des AGER, Monica Preti-Hamard, responsable de la programmation en histoire de l’art à l’auditorium du Louvre. Au Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), Marie Lavandier, directrice. Nous les remercions très chaleureusement, sans oublier ceux qui ont présidé avec bienveillance les séances de travail : Jean-Charles Balty, François Baratte, Lorenz Baumer, Nathalie de Chaisemartin, Mario Denti, Sophie Descamps-Lequime, Martin Galinier, Renaud Robert, Daniel Roger.

10Nos remerciements s’adressent aussi à Sophie Bouffier qui a accueilli l’ouvrage dans la série Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine (BiAMA) qu’elle dirige, ainsi qu’à Véronique Gémonet qui a assuré le travail difficile de la mise en page des manuscrits avec beaucoup de sérieux et de gentillesse. Concernant toujours l’édition de l’ouvrage : Antoine Hermary y a beaucoup contribué, lors de la révision des manuscrits et Simon Barker (université d’Oxford, post-doc F. Braudel au Centre Camille Jullian) a revu les résumés en anglais.

11Notre gratitude s’adresse enfin à tous nos collègues, qui, d’une manière ou d’une autre, ont participé à l’organisation de ces rencontres, ont joué un rôle éminent dans leur succès et nous ont accompagnées jusqu’à leur publication : Bruno Baudoin, Valérie Clénas, Gracinda Das Neves, Fabrice Denise, Corinne Falaschi, Cristel Lanata, Blandine Nouvel, Jessy Ruiz.

12Nous sommes heureuses de livrer aux lecteurs spécialisés, tout comme au grand public, ce volume intitulé « La sculpture romaine en Occident. Nouveaux regards », qui reflète la variété et l’intérêt des questionnements actuels dans ce domaine.

Notes

1 Ces manifestations intervenaient dans le cadre d’un partenariat noué depuis 2006 entre le musée du Louvre et le musée départemental Arles antique, autour de la complémentarité des collections archéologiques gréco-romaines. Cette table ronde était organisée par la direction de lʼauditorium du Louvre et programmée par Monica Preti-Hamard, assistée de Sophie Beckouche.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search