Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Première partie. Les mutations de l’espace alpin : développement urbain et occupation des campagnes

Chapitre I. Génèse d’un modèle : l’habitat alpin traditionnel

Texte intégral

1Dans la plupart des régions alpines, la connaissance des modes d’occupation a bénéficié des apports de l’archéologie préventive. C’est le cas dans le Valais, où une catégorie importante d’établissements d’époque romaine a récemment été mise en évidence. Qualifiés « d’indigènes » pour le conservatisme dont leur organisation et leurs modes de construction témoignent, ils sont d’une importance majeure pour la compréhension de l’intégration des populations alpines et des formes d’économie montagnarde. C’est d’autant plus vrai qu’on ne connaît pas de sites équivalents dans les Alpes occidentales. En revanche, la recherche archéologique plus ancienne dans le reste des Alpes centrales et orientales a conduit dans ces régions à la découverte de sites très comparables dans leur implantation topographique, leur organisation et leurs modes de construction. Les exemples y sont nombreux et leur étude est largement avancée, à l’image des travaux sur la vallée de l’Adige, qui abordent le cas des habitats romains de tradition indigène (Dal Ri, Leonardi 1974-1975 ; Cavada 1994). Plusieurs contributions lors d’un colloque tenu dans le Frioul abordent également ce sujet (Santoro Bianchi 1999).

2Les sites du Valais et ceux des Alpes centrales et orientales justifient un double questionnement. Le premier concerne le sens qu’il faut leur accorder, en termes d’intégration des populations et de leur adoption des signes les plus évidents de la romanisation que sont les modes de construction ou le mobilier archéologique. De toute évidence, ces sites sont romains par leur chronologie, tous étant occupés après la conquête de ces régions. Mais ils ne correspondent pas au modèle de la construction romaine et demandent qu’on s’interroge sur les modes de vie et de subsistance dont ils témoignent, et sur leur place dans l’exploitation de la montagne. La seconde question intéresse les spécificités de l’habitat alpin. Au-delà de l’ancienneté de la recherche qui a favorisé la découverte de ces occupations, il faut remarquer le caractère presque exclusivement montagneux des régions dans lesquelles ces établissements ont été découverts. Il n’est pas anodin que la plupart se trouvent tous dans de profondes vallées encadrées de hautes montagnes. La ressemblance avec le chalet alpin « traditionnel », mais également l’existence d’exemples similaires dès l’âge du Bronze ont pour cela conduit à l’idée d’immuabilité des modes de construction liée aux conditions naturelles. Dans les Alpes centrales, principalement dans la vallée de l’Adige, cette idée s’est souvent révélée à travers une démarche identitaire faisant de ce type d’habitat une spécificité régionale et surtout culturelle, celle des Rhètes. Cette hypothèse d’un habitat traditionnel, dont les formes auraient peu évolué durant des siècles, voire des millénaires, nécessite d’être examinée car elle remet en question l’homogénéité des changements qui interviennent à l’époque romaine, du point de vue culturel et économique. La documentation sur les Alpes occidentales, peu abondante en dehors du Valais, exige pour cela de se détourner temporairement vers d’autres régions alpines. Elle demande de même un bref retour dans le passé afin de bien identifier les spécificités de l’habitat alpin préromain.

1. La constitution d’un modèle : la casa retica protohistorique aux origines d’un habitat alpin traditionnel ?

3L’abondante bibliographie concernant les Alpes centrales et orientales montre le grand nombre de sites de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer dont les bâtiments sont associés au modèle de la casa retica. Ce « terme quasi consacré » (Adam 2004, 39) fait de la maison rhétique un type d’architecture bien défini, principalement connu dans le bassin de l’Adige, mais également jusqu’à la vallée de la Brenta et sur le versant septentrional suisse et autrichien (fig. 3).

Fig. 3. Localisation des sites de l’âge du Fer de type « casa retica » et des sites « indigènes » d’époque romaine

Fig. 3. Localisation des sites de l’âge du Fer de type « casa retica » et des sites « indigènes » d’époque romaine

(M. Segard)

1.1. La casa retica et les recherches sur l’habitat alpin dans les Alpes centrales et orientales

4Le grand nombre de découvertes et l’intérêt porté à cette forme d’occupation sont en partie liés au caractère montagneux de ces régions, mais surtout à la vitalité générale de la recherche archéologique, qui concerne aussi bien les zones de montagne que les zones de plaine. L’intérêt pour la casa retica et le vaste ensemble culturel rhétique qui s’étend sur les deux versants des Alpes centrales accompagne parfois une recherche identitaire et régionaliste héritée de l’histoire récente du Haut-Adige et du Sud-Tyrol (Buisson 2000). Rattachées à l’Autriche et donc germanophones, ces régions sont redevenues italiennes en 1919 et ont acquis, comme en Vallée d’Aoste, un régime d’autonomie. Pour ces raisons historiques, les recherches autour de l’habitat préromain ont souvent recherché les traces d’une unité culturelle transfrontalière. La place de la montagne et des campagnes dans cette construction est capitale, car la société rurale montagnarde forme « l’ultime bastion de l’identité ; elle est le conservatoire de la langue, de la culture, des traditions régionales » (ibid., 48-52). Dans le Haut-Adige, la spécificité de cette région (autonomie, cohabitation des italophones et des germanophones) ne s’est pas traduite, comme en Vallée d’Aoste, par une opposition d’une identité régionale (les Salasses) à un modèle extérieur (Rome), ni entre les populations italophones et germanophones. Les travaux sur l’habitat protohistorique ont davantage contribué, en se concentrant sur la casa retica et la culture matérielle, à définir un ensemble homogène à cheval sur les deux versants, dont le Haut-Adige et le Tyrol seraient les héritiers.

1.2. Les caractéristiques de la casa retica

5Grâce aux nombreuses recherches entreprises durant les dernières décennies, les connaissances actuelles permettent de caractériser de façon précise ce type d’habitat, les différentes variantes qu’il connaît et son aire de diffusion (Ciurletti et Marzatico 1999 ; Adam 2004). Ces travaux montrent que le modèle d’habitat développé autour d’exemples provenant uniquement du Haut-Adige peut être étendu à d’autres régions alpines : du lac de Côme jusqu’à la vallée de la Brenta, de la vallée du Rhin jusqu’au cours moyen de l’Inn, mais également en Slovénie et en Lombardie (Poggiani Keller 1991 ; Rossi 1999). Les sites fouillés présentent des caractéristiques récurrentes, qui concernent à la fois l’organisation générale (plan et disposition des bâtiments) et les techniques de construction (Dal Ri, Rizzi, Tecchiati 1999).

1.2.1. Des agglomérations et hameaux de montagne

  • 1 2000-6000 m² pour les exemples présentés par A.-M. Adam.

6Dans la plupart des cas, les fouilles ont montré que ces habitations étaient le plus souvent regroupées en hameaux de taille variable, souvent dotés d’équipements collectifs (sanctuaire, citerne, place) mais rarement d’une enceinte (Adam 2004, 41). Les dimensions1 sont principalement conditionnées par la topographie naturelle, qui constitue la seconde caractéristique de ces habitats. Tous sont en effet implantés sur une pente ou un sommet (Migliavacca 1993, 137-142). Pour cette raison, les plans connus révèlent une absence de régularité liée à l’adaptation au relief, les bâtiments apparaissant disposés de façon lâche et irrégulière. Des replats naturels, des terrasses aménagées le long de la pente et des murets constituent l’assise principale des bâtiments.

7Ces constructions témoignent de la mise en place d’un habitat groupé dès l’âge du Bronze, modèle qui se répand largement durant l’âge du Fer. Cette vaste zone ne constitue pourtant pas un ensemble homogène, certains sites au plan régulier témoignant d’une ouverture aux influences méridionales, et d’un phénomène proto-urbain plus précoce (Adam 2004, 44). Ce qui varie en revanche très peu dans l’ensemble de ces habitats, ce sont les techniques de construction employées, régulièrement associées à l’idée d’un habitat alpin traditionnel.

1.2.2. Des techniques de construction stéréotypées

8La casa retica, presque systématiquement construite dans la pente, est un bâtiment à plan régulier, avec des murs à angles droits. Son aspect le plus caractéristique est la présence d’un niveau en partie ou totalement enterré, toujours matérialisé par des murs en pierre sèche ou liés à l’argile. Ces murs de hauteur variable sont destinés à contenir le talus en amont et sur les côtés. La salubrité de cet espace enterré est assurée par plusieurs dispositifs : vide sanitaire entre le talus et le mur, cloison intérieure en planches, rigoles et drains. Cette recherche scrupuleuse de s’abriter des inconforts du froid et de l’humidité est confirmée par la présence dans la pièce enterrée d’un foyer qui atteste sa fonction d’habitat. Cet espace pouvait être surmontée d’un étage en matériaux périssables (bois principalement), ou même en partie en pierre, comme le montrent les tentatives de restitution du site de Capo di Ponte à Pescarzo (fig. 4 ; Rossi 1999, 143 et 158-159). Des piliers en bois soutenaient une toiture en matériaux périssables. Les sols de la partie enterrée, parfois en terre battue, témoignent également de l’emploi courant du bois (plancher sur poutres ou sur des assises en pierres). L’accès à la partie inférieure se faisait par la façade située à l’aval ou éventuellement par le côté. Souvent intégrée dans l’édifice et donc couverte, l’entrée se faisait par une rampe ou des marches en pierre, comme à Pescarzo.

Fig. 4. Restitutions hypothétiques de l’habitation de Capo di Ponte, Lombardie

Fig. 4. Restitutions hypothétiques de l’habitation de Capo di Ponte, Lombardie

(Rossi 1999)

9Ces différentes caractéristiques récurrentes (localisation en montagne, emploi massif du bois, existence presque systématique d’une pièce semi-enterrée) ont conduit à faire de ce type de construction une spécificité régionale, dans laquelle se retrouvent les origines de l’habitat alpin typique, dont le chalet serait le descendant. Cette tendance est d’ailleurs renforcée par les restitutions souvent proposées dans les publications (par exemple pour le site de Capo di Ponte), dans lesquelles les incertitudes (notamment sur la nature des élévations et de la toiture) sont comblées à la lumière de ce qu’on observe dans l’habitat alpin actuel. La découverte de sites similaires dans le Valais a renouvelé la question de la spécificité de ces habitats en contribuant à la sortir du cadre régional et culturel.

2. Brigue/Waldmatte et les habitats indigènes du Haut-Valais et d’Italie à l’époque romaine

10Le site de Brigue/Waldmatte, puis l’intérêt généré par la découverte d’autres sites similaires lors de fouilles préventives ont conduit à une attention soutenue des archéologues du Valais qui les ont fait connaître (Paccolat 2004). Grâce aux fouilles importantes dont il a fait l’objet entre 1987 et 1999, le site de Brigue est celui qui peut servir aujourd’hui de référence pour caractériser ce qui a été qualifié « d’habitat indigène » (Paccolat 1997 ; Paccolat, Wiblé 1999). Entièrement exploré, il offre une connaissance fine de l’organisation interne et des techniques de construction mises en œuvre. Les vestiges découverts sur 3-4 hectares (environ 350-400 m de largeur sur 100 m de la plaine vers le haut de la pente) sont ceux d’une agglomération occupée sans interruption depuis le premier âge du Fer jusqu’au IVe-Ve s. ap. J.-C. au moins (Curdy, Mottet, Nicoud et al. 1993 ; Sidi Maamar, Gillioz 1995 ; Paccolat 1997 ; Benkert, Epiney-Nicoud, Dayer et al. 2004).

11D’autres sites du même type sont connus dans le Haut-Valais. Tous sont situés en amont de Sierre et Loèche, à l’exception du Levron (1200 m), dans la vallée de Bagnes. La majorité est implantée dans des vallées secondaires, à des altitudes comprises entre 800-1000 m et 1600 m : Oberstalden (1050 m), Binn (1400 m), Giessen (1500 m) et Imfeld (1560 m). Le site de Brigue fait exception, puisqu’il est situé à 600 m d’altitude, sur une petite pente qui domine le cours du Rhône. Tous ces sites permettent d’identifier et d’analyser les spécificités de l’habitat du Haut-Valais, notamment les forts éléments de continuité qu’on observe depuis l’âge du Fer jusqu’au haut Moyen Âge.

2.1. Des bâtiments au plan déterminé par la pente

12Tous ces sites partagent d’abord une implantation sur un versant, qui a conditionné l’organisation des constructions en terrasses. Dans les différents cas observés, l’aménagement de replats artificiels répond à une volonté de s’affranchir de l’instabilité des sols et du ruissellement. À Waldmatte, l’organisation en terrasses sur le versant permet également d’échapper aux contraintes de l’humidité des marais du Rhône situés en contrebas. Les dimensions des terrasses sont variables et dépendent du degré de la pente. À Waldmatte, l’habitat s’étage sur quatre à cinq replats de grande envergure, certains ayant jusqu’à 100 m de longueur (Paccolat 2001, 2). Dans l’agglomération de l’âge du Fer, la profondeur des terrasses n’excède à peu près jamais 6-7 m, le talus ayant une hauteur d’environ 1 m (fig. 5). Les replats artificiels sont parfois consolidés par des murets en pierre sèche. La taille limitée des terrasses a déterminé les dimensions et le plan des bâtiments (fig. 6). À l’âge du Fer, ceux-ci ont un plan allongé, le grand axe parallèle à la pente, avec une largeur qui oscille entre 3 et 6 m (Benkert, Epiney-Nicoud, Dayer et al. 2004, 188). Les bâtiments d’époque romaine, également de plan rectangulaire, sont à pièce unique et n’excèdent pas 30-35 m2 (Paccolat 1997, 28). Bien que la fonction des différents bâtiments soit difficile à déterminer, il est possible de distinguer, pour toutes les périodes, des habitations et des bâtiments utilitaires (Benkert, Epiney-Nicoud, Dayer et al. 2004, 179-180). Des bâtiments de stockage ont été identifiés à Brigue grâce à des amas de milliers de graines carbonisées, et les bâtiments surélevés et de forme carrée sont également interprétés comme des greniers ou des entrepôts. Une étable d’époque romaine a également été reconnue grâce aux accumulations de fumiers et de litières liées à la stabulation (Guélat, Paccolat, Rentzel 1998 ; infra, Deuxième partie, Chapitre 2). La présence fréquente de structures de combustion, de déchets de métallurgie et de pesons indique par ailleurs l’existence d’activités domestiques, voire artisanales dans l’agglomération de Brigue.

Fig. 5. Évocation du site de Brigue (Valais) à l’âge du Fer

Fig. 5. Évocation du site de Brigue (Valais) à l’âge du Fer

(Curdy et al. 1993)

Fig. 6. Plan de l’agglomération de Brigue (Valais) à l’époque romaine

Fig. 6. Plan de l’agglomération de Brigue (Valais) à l’époque romaine

(Paccolat 2004)

2.2. Le bois, principal matériau de construction

13Les bâtiments, dont la nature est souvent difficile à établir, témoignent d’une continuité de l’organisation générale et des techniques adoptées pour les édifier. Le matériau de base y est le bois, régulièrement associé à l’argile et à la pierre. L’étude fine des fondations et des rares élévations en bois conservées à Brigue et Oberstalden a permis de restituer différentes techniques de construction. De façon générale, la pierre est peu employée pour les élévations et seulement à l’époque romaine (Paccolat 2001, 3). Elle est en revanche utilisée de façon quasi-systématique dès l’âge du Fer pour caler les sablières basses en bois. Les éléments prépondérants sont le bois (pin essentiellement) et l’argile, qui servent au clayonnage, à l’élévation et aux aménagements internes (parois d’isolation, planchers). Trois modes de construction ont été expérimentés et mis en œuvre dès l’âge du Fer (ibid., 4) : la construction à même le sol, qui repose sur des sablières basses calées par de grosses dalles de pierre ; la construction surélevée structurée autour de poteaux verticaux appuyés sur des pierres de soubassement ; les bâtiments sur poteaux plantés dans le sol, moins nombreux car peu résistants aux dégâts causés par l’humidité. Les parois étaient ensuite élevées suivant deux principaux procédés reconnus partiellement en fouille (fig. 7) : des planches assemblées sur une structure à poteaux corniers verticaux et sablières hautes (Ständerbau), ou des pièces de bois (poutres ou rondins) disposées horizontalement et entrecroisées aux angles du bâtiment (Blockbau). Cette technique est attestée à Brigue et Oberstalden, où dans plusieurs bâtiments de l’âge du Fer, des boudins en argile de section triangulaire utilisés pour colmater les interstices des parois en bois ont été observés. On ignore en revanche si ces techniques étaient adoptées pour l’ensemble de l’élévation ou seulement une partie.

Fig. 7. Types d’élévations en bois observés à Brigue et dans le Haut-Valais

Fig. 7. Types d’élévations en bois observés à Brigue et dans le Haut-Valais

(Paccolat et Wiblé 2001)

2.3. Continuité et innovations de l’époque romaine

14Ces caractéristiques générales demeurent d’actualité pendant plus de dix siècles dans l’édification des bâtiments qui composent l’agglomération. Témoins privilégiés d’une continuité forte des modes de construction, elles connaissent cependant à l’époque romaine des évolutions, parfois peu perceptibles, qui permettent de discuter l’immuabilité de ces habitats et des populations qu’ils abritaient.

15L’agglomération de Brigue, qui s’étend désormais sur 400 m, fait l’objet d’une réorganisation interne dont on ignore les causes, au début du Ier s. ap. J.-C., puis à nouveau vers la fin du Ier s., en relation avec une destruction partielle par des glissements de terrain et des coulées de boue (Paccolat 1997, 28). Les nouvelles terrasses, plus larges, reprennent les replats préexistants, et le réseau de canaux mis en place quelques décennies plus tôt est toujours entretenu. Un chemin en gravier traverse le site d’est en ouest. Cette organisation générale se maintient et les seules modifications sont ponctuelles, et destinées à la reconstruction de terrasses effondrées ou de maisons. De même, les modes de construction courants à l’âge du Fer continuent à être employés, mais connaissent cependant un certain nombre d’évolutions (Paccolat 2001, 5). Dans les bâtiments à même le sol, la sablière basse est désormais posée sur un alignement de pierres ou même dans certains cas un petit muret. L’élévation est en planches ou en clayonnage-torchis, la technique du Blockbau basée sur des élévations en rondins disparaissant à l’époque romaine. Ces modifications techniques, améliorations peu spectaculaires d’un modèle ancien, s’accompagnent de la généralisation des clous en fer pour l’assemblage des pièces de bois, qui témoigne d’une adaptation rapide des modes de construction traditionnels. C’est également à l’époque romaine qu’apparaissent les bâtiments semi-enterrés appuyés sur des murs en pierre (fig. 8). Attesté à partir du IIe s. à Brigue et Oberstalden, ce type de construction qui s’apparente fortement au modèle de la casa retica est également connu au haut Moyen Âge dans les Grisons, et dans le Haut-Valais au Moyen Âge (Paccolat 1997, 30 et note 17 ; Paccolat 2001, 5). Plus modestes que les autres bâtiments (3 x 4 m en moyenne), ces édifices possèdent un niveau semi-enterré aux murs en blocs de schiste équarris et bien appareillés, rarement liés au mortier. Quelques sols composés d’une chape de mortier de chaux de qualité médiocre concurrencent la terre battue. Malgré des indices ténus, l’hypothèse d’une élévation plus haute que la partie enterrée, voire d’un étage en bois, est régulièrement avancée. Une charpente en bois soutenait une toiture en matériaux périssables, la tuile n’étant attestée nulle part dans le Haut-Valais (Paccolat 2001, 4).

Fig. 8. Maison semi-enterrée de l’époque romaine à Brigue, Valais

Fig. 8. Maison semi-enterrée de l’époque romaine à Brigue, Valais

(Paccolat 1997)

16Ce tableau témoigne d’évolutions peu marquées et d’une faible influence de modèles extérieurs. Un seul bâtiment à Brigue offre un contraste saisissant avec les structures contemporaines qui l’entourent. De petite taille (4 m sur 5 m) et seul édifice de la terrasse centrale (2000 m2), le bâtiment 1 a été érigé vers la fin du Ier s. ap. J.-C. Il est le seul du Haut-Valais construit avec des techniques de construction typiquement romaines : murs maçonnés avec un parement soigné et des peintures murales, et sol en béton de tuileau. Son plan carré et deux annexes en construction légères accolées, ainsi que le mobilier découvert à proximité suggèrent d’en faire un petit sanctuaire qui a été l’objet d’une « mise en scène » sur un espace central privilégié, au cœur de l’agglomération et isolé de toute autre construction (Paccolat 1997, 31-32).

2.4. L’évolution de la casa retica à l’époque romaine

17La localisation de l’habitat indigène dans une région très montagneuse, et le contraste avec l’habitat de la basse vallée du Rhône (la ville de Martigny, les villae du Bas-Valais) ont conduit à percevoir ces sites comme le conservatoire d’une identité culturelle propre au Haut-Valais (Paccolat 1997, 34). Cette vision rappelle celle développée autour de la culture rhète, et doit conduire à réexaminer certains sites de ces régions situées à l’est du Valais. Plusieurs sites montrent que la casa retica, largement répandue durant tout l’âge du Fer, ne disparaît pas à l’époque romaine, et qu’elle connaît des évolutions plus ou moins prononcées (Bassi et Cavada 1994 ; Santoro Bianchi 1994 ; Bacchetta 2002). Presque tous sont situés dans des vallées secondaires du bassin de l’Adige : Castello di Fiemme/Doss Zelor (930-970 m) et Cavalese (925 m) dans la vallée du Fiemme, Sanzeno (650-680 m) dans la vallée du Non, ou encore Mezzocorona. Comme à Brigue, l’occupation romaine s’inscrit souvent dans la continuité d’une occupation antérieure. C’est le cas à Sanzeno, d’ailleurs davantage connu pour ses vestiges de l’âge du Fer que pour son occupation romaine. À Doss Zelor au contraire, l’implantation humaine est datée au plus tôt de la fin du Ier s. av. J.-C. et révèle une certaine imperméabilité aux nouveautés techniques. Regroupés en hameaux, les habitations et les bâtiments d’exploitation sont en général situés sur des hauteurs ou des versants, et aménagés en terrasses. La maison semi-enterrée est omniprésente, mais ne constitue pas le modèle unique. Des bâtiments entièrement en bois, assis sur des alignements de pierres ont également été mis au jour à Doss Zelor (Bassi, Cavada 1994, 122). Ils occupent surtout le sommet d’une petite éminence, l’absence de fondation se révélant particulièrement adaptée au sol peu épais. Dans ces hameaux des Alpes centrales, et au contraire du Valais, l’époque romaine correspond à une généralisation du mortier qui permet parfois, malgré la mauvaise qualité des maçonneries, de réduire l’épaisseur des murs. Dans certains cas, la tuile est utilisée pour les toitures, même si les matériaux périssables demeurent majoritaires.

18De façon générale, les Alpes centrales présentent un visage proche de celui du Haut-Valais. L’habitat de montagne y conserve un certain nombre de spécificités et témoigne d’une continuité qui dépasse les techniques de construction, et qu’on observe également à travers le regroupement en hameaux, les choix d’implantation et le plan des édifices.

3. Les habitats indigènes alpins, de précieux témoins de l’occupation de la montagne et de la romanisation

19Dans les années 1970, les fouilles sur le site de Doss Zelor avaient conduit à des interrogations sur les différences observées entre les habitats où l’innovation technique est presque absente, et les nombreuses implantations urbaines et rurales traduisant l’adoption manifeste des modes de vie romains (Dal Ri, Leonardi 1974-1975, 126). Les sites du Valais montrent que ces questionnements méritent d’être posés à nouveau, en insistant sur la place de ces habitats dans l’occupation et l’exploitation de la montagne et sur la compréhension globale de l’intégration des populations alpines, en dehors de toute restriction régionale, culturelle ou ethnique.

20La réflexion peut s’articuler autour de deux questions. Une première concerne l’adaptation des techniques de construction au milieu montagnard : le modèle de la casa retica ou la construction en bois, pour ne citer que les caractères les plus marquants, doivent-ils être considérés comme des invariants de l’habitat de montagne ? La seconde question concerne de façon spécifique l’époque romaine et l’évolution des techniques de construction qui lui est associée. La rareté des caractéristiques qu’on attend habituellement dans un habitat romain doit-elle être considérée comme le reflet de populations restées en marge, peu influencées par le modèle culturel et économique extérieur ?

3.1. Un habitat alpin immuable ?

21L’idée d’un habitat alpin typique, dont les caractéristiques principales auraient traversé les siècles jusqu’à nos jours, est fondée sur les similitudes entre les habitations protohistoriques et le chalet qu’on rencontre aujourd’hui dans tout l’arc alpin, que les travaux des médiévistes font remonter au moins au Moyen Âge (Meyer 2004 ; Remacle 2004). Les découvertes du Valais ont conforté l’idée souvent émise d’une continuité de l’habitat et des modes de vie, en mettant en évidence des édifices similaires à l’époque romaine. Faut-il pour autant en déduire que les procédés et techniques employés sur la longue durée, sans modifications majeures, sont spécifiques aux régions alpines ? Répondre à cette question nécessite de distinguer deux aspects techniques différents : la construction des élévations en bois et l’aménagement de bâtiments semi-enterrés.

22Dans un paragraphe au titre évocateur (« Aux origines du chalet alpin, les constructions sur parois porteuses »), F. Audouze et O. Buchsenschutz signalaient que parmi les nombreux sites de l’âge du Fer utilisant la construction en bois, la majorité est située dans les régions alpines et circum-alpines, suggérant ainsi que ce type de construction est apparu dans les Alpes (Audouze, Buchsenschutz 1989, 81-86). Un ouvrage consacré à l’habitat médiéval en Europe, montrait quelques années plus tôt que les questions posées par les protohistoriens trouvaient leur parallèle chez les médiévistes (Chapelot, Fossier 1980, 259-260). Il évoquait en particulier les habitations aux élévations en troncs empilés horizontalement, selon la technique du Blockbau. Ce type de construction, bien identifié dans le Valais dès l’âge du Fer, est également employé au Moyen Âge dans la plupart des régions d’Europe, même si les exemples connus sont concentrés dans le sud de l’Allemagne, dans les Alpes ou dans les Vosges. Les auteurs l’associent au peuplement pionnier : très consommatrice en bois, cette technique nécessite en outre des arbres particuliers au tronc long, étroit et droit. Ces constructions se sont donc développées dans les régions forestières, et particulièrement celles où les résineux sont majoritaires. Pour cette raison, c’est également la maison « traditionnelle » des trappeurs canadiens ou de certaines régions de Russie. Ce type de construction, et l’emploi du bois en général, sont par ailleurs largement diffusés en Europe centrale et septentrionale (des régions alpines jusqu’à la Scandinavie) car il s’agit d’un matériau assurant une excellente isolation contre le froid.

23L’aménagement de bâtiments semi-enterrés fait la particularité de la casa retica de l’âge du Fer, mais apparaît également comme une innovation dans le Valais à l’époque romaine. C’est également ce modèle qui est adopté dans les chalets depuis le Moyen Âge. Plutôt que lié à une culture spécifique (celle des Rhètes), ce type de construction doit être associé à une nécessité inhérente au milieu alpin ou même montagnard : l’architecture et les matériaux employés font partie intégrante d’une stratégie de lutte contre l’humidité, le ruissellement, le froid, les glissements de terrain et tous les désagréments de la vie en montagne. Ces modes de construction sont avant tout adaptés à leur milieu, et on les retrouve par exemple, dans une autre variante, à Brandes-en-Oisans, où les maisons du village de mineurs, situé à 1750-1800 m d’altitude, sont enterrées dans la pente, mais privées d’étage en bois (fig. 9 ; Bailly-Maître, Bruno-Dupraz 1994, 116-121). Pour autant, la casa retica ou le chalet alpin ne sont pas des formes exclusives, et ont côtoyé d’autres types de construction adaptés à la montagne. L’absence de tels habitats dans les Alpes occidentales avant le Moyen Âge est associée par J. Chapelot et R. Fossier à une opposition entre régions continentales et régions méditerranéennes. Les premières utilisent de façon préférentielle le bois, excellent isolant contre le froid et l’humidité, les secondes sont associées aux constructions en pierre. Bien que cette opposition ne soit pas sans fondement, elle met en avant un particularisme méditerranéen revendiquant une culture de la pierre sèche, qui n’est pas sans rappeler les affirmations sur le caractère purement alpin de la casa retica. Ce sont en réalité des traditions de recherche qui, en insistant sur ces ces types de construction, en font les témoins de techniques immuables. L’examen attentif et élargi de la documentation montre par exemple que la borie, construction emblématique de la Provence, avec sa toiture en encorbellement, se retrouve dans les Alpes du Sud, mais également dans les Alpes suisses, dans des secteurs où le bois est rare (Meyer 2004, 304). Qu’il existe une spécificité de l’habitat alpin, comme il en existe une de l’habitat méditerranéen n’est pas douteux. Mais ce qui prime avant tout est la diversité et l’adaptation des populations aux nombreux paramètres environnementaux et sociaux. La cohabitation de formes d’implantation pose en réalité une autre question, spécifique à l’époque romaine : que signifie le maintien d’un habitat traditionnel dans un contexte de changements perceptibles, souvent à peu de distance, à travers l’urbanisation ?

Fig. 9. Maison semi-enterrée médiévale du site de Brandes-en-Oisans

Fig. 9. Maison semi-enterrée médiévale du site de Brandes-en-Oisans

(Bailly-Maître et Bruno Dupraz 1994)

3.2. Les habitats indigènes et l’intégration des populations montagnardes à l’époque romaine

24Dans tout le Bas-Valais, les modes de construction typiquement romains apparaissent, suivant des rythmes variables, dès le milieu du Ier s. ap. J.-C. (Paccolat 2004). Certaines habitations de Martigny et les villae sur les terrasses qui surplombent le Rhône sont de bons exemples de cette assimilation sans réserves de modèles romains. Leur juxtaposition avec les habitats du Haut-Valais renvoie, comme dans les Alpes centrales et orientales, à la question de l’intégration des populations de ces secteurs.

3.2.1. Des techniques de construction entre tradition et modèle romain

25L’emploi de matériaux périssables n’a rien d’exceptionnel à l’époque romaine. On retrouve ainsi le bois et la terre dans les constructions des régions germaniques, en Grande-Bretagne ou en Gaule septentrionale et centrale, mais également en Narbonnaise et en Italie (Lasfargues 1985). Certains sites bénéficiant d’une conservation privilégiée témoignent de l’importance que pouvait avoir le bois dans la construction, comme à Oberwinterthur (Pauli-Gabi, Ebnöther, Albertin et al. 2002). Mais les fouilles montrent également que si la construction en matériaux légers est courante, elle intègre les nouveautés propres au modèle romain.

26C’est ce qu’on constate de façon évidente à Martigny et Lausanne, où les édifices urbains sont majoritairement édifiés en matériaux périssables à l’origine, jusqu’à la généralisation de la maçonnerie à la fin du Ier s. ap. J.-C. (Berti, May Castella 1992 ; Paccolat 1996). À Brigue au contraire, le modèle romain ne se manifeste que de façon parcimonieuse et isolée, même si on ne peut nier l’ensemble des modifications, pas nécessairement spectaculaires, que connaît le site à l’époque romaine. La différence principale repose sur l’organisation générale et le plan des bâtiments : l’absence de rupture à Brigue tranche avec l’intégration dans un urbanisme romain qu’on observe à Lausanne comme à Martigny. On observe une même palette de nuances dans les Alpes centrales et orientales, où la casa retica, tout en conservant ses spécificités, s’adapte aux nouvelles techniques (murs maçonnés, couverture en tuiles et sol en béton) à des degrés et des époques variables : au plus tôt à la fin du Ier s. av. J.-C. (à Castelraimondo), à l’époque flavienne à Mezzocorona, au IIIe s. ap. J.-C. à Bressanone (Di Stefano 2001, 545-546).

27Dans l’ensemble, les sites « indigènes » alpins témoignent donc d’une adoption seulement partielle de ce qu’on peut considérer comme des signes ostentatoires de romanisation. Dans le Haut-Valais, l’innovation d’époque romaine consiste d’ailleurs plutôt à adopter la construction semi-enterrée, qui tend alors à disparaître ou à se modifier dans les autres vallées alpines. Dans ce paysage, les nouveautés que sont le mortier et la tuile sont employées avec parcimonie ; elles mettent en lumière des communautés pour lesquelles le modèle romain paraît peu attractif.

3.2.2. Des évolutions dans un cadre traditionnel

28On constate en effet, à travers les modes de construction, que les notions de solidité, de confort, voire de luxe associées à l’habitat romain ne se sont pas révélées suffisamment convaincantes pour être adoptées massivement. La culture matérielle appuie d’ailleurs souvent l’idée d’un degré d’adhésion limité au modèle extérieur. Le site de Drei/Canè à Mezzocorona est sur ce plan exemplaire (Cavada 1994). Cet établissement implanté au fond de la vallée de l’Adige n’est pas antérieur à la fin du Ier s. av. J.-C. La construction y est identique à celle d’autres sites contemporains du Trentin : pièce semi-enterrée délimitée par des murs en pierres, élévation et cloisonnement en bois, toiture en matériaux périssables. La céramique grossière, typique du second âge du Fer, est omniprésente, tandis que les céramiques d’importation sont très peu nombreuses. L’absence totale de monnaies jusqu’à la fin de l’époque augustéenne, dans un secteur marqué par le trafic entre la Cisalpine et le Norique et la Rhétie, suggère des formes d’économie fondées sur les ressources agro-pastorales et à caractère commercial peu développé. La rareté du mobilier d’importation est également une caractéristique récurrente des sites du Haut-Valais, tout comme la continuité d’utilisation sans rupture des nécropoles ou la présence de sépultures d’enfants en fondation. Les études de faune montrent un même phénomène de continuité culturelle : alors que la consommation de viande à Martigny s’oriente de façon privilégiée vers les bovins, les populations du Haut-Valais continuent de privilégier largement les ovicaprins, comme durant l’âge du Fer (infra, Deuxième partie, Chapitre 2). L’idée d’une indifférence partielle à la nouveauté se remarque également dans l’absence totale de toute inscription dans le Haut-Valais. Ce constat renvoie aux remarques à propos de l’Engadine, que G. Walser suggère de voir comme « une sorte d’îlot protégé par sa situation alpine » (Walser 1988, 127).

3.2.3. L’habitat de populations montagnardes

29L’explication fondée sur l’isolement présumé de certaines vallées alpines, éloignées des foyers de romanisation et peu au contact des modèles extérieurs, renvoie à l’image de populations montagnardes sauvages, hostiles à toute forme de civilisation. Dans le cas du Haut-Valais, c’est oublier que ce secteur est sur la route du col du Simplon qui, même si elle a pu être délaissée au profit de la voie Aoste-Martigny, a continué à drainer une partie des échanges transalpins. C’est surtout négliger la mobilité de populations qu’il faudrait imaginer soudainement isolées, et qui pourtant durant les siècles qui précédaient étaient largement impliquées dans des courants d’échanges lointains. La diffusion, même limitée, de techniques de construction typiquement romaines montre d’ailleurs que la population n’ignorait pas les nouveautés largement diffusées dans le Bas-Valais. Le fanum de Brigue renvoie justement à l’idée que lors de périodes d’acculturation, l’adoption d’innovations techniques peut concerner uniquement la sphère religieuse (Rapport 1972) : ce qui n’est pas nécessaire au quotidien de la population (ou financièrement accessible) peut en revanche être offert aux dieux. Interprété dans son contexte, ce bâtiment illustre parfaitement le cas d’une communauté qui a subi une romanisation « périphérique », peu aboutie : les contacts avec des populations romanisées ou même romaines (celles de la basse vallée du Rhône, les commerçants provenant de Rhétie et d’Italie) se sont révélés insuffisants, et l’influence du modèle romain pas assez forte pour que les populations montagnardes ressentent la nécessité de l’adopter. C’est également cette interprétation qu’il faut avancer pour l’établissement de Vetan (1700 m), l’un des rares sites de montagne de la Vallée d’Aoste, caractérisé par des modes de construction frustes et un mobilier domestique fortement apparenté aux productions indigènes (Armitotti 2004).

30Ce tableau dressé autour du Haut-Valais et des Alpes centrales conduit à s’interroger sur les modes de vie des populations de montagne. On doit d’abord relativiser leur isolement, chaque vallée représentant davantage une charnière (entre régions de plaine ou entre vallées) qu’une enclave. Ces habitats évoquent d’abord une adaptation aux contraintes de la montagne, dont la construction semi-enterrée et l’emploi du bois sont emblématiques. Pour autant, le développement urbain dans les vallées alpines ou l’adoption de la maçonnerie ou de la toiture en tuiles dans des bâtiments du type casa retica montrent que la vie en montagne s’accommode parfaitement d’autres modes de construction. On distingue plutôt, derrière le maintien de modes de vie traditionnels, « des petites communautés vivant en relative autosubsistance », aux activités principalement agropastorales (Paccolat 2004, 286). À ce titre, ces habitats montagnards évoquent les « établissements de sommets » des Vosges (Flotté, Fuchs 2000, 133-135). Jamais antérieures à l’époque augustéenne, ces agglomérations sont formées de bâtiments bâtis de façon similaire aux sites alpins (murs à pans de bois construits sur un muret ou sur une sablière basse en bois, toiture en matériaux périssables, rarement en tuiles). Comme dans certaines régions alpines, ces habitats sont ceux de populations pour lesquelles certains aspects du modèle romain (les modes de construction, le mobilier, les cultes) étaient secondaires. Un examen attentif de l’habitat dans d’autres régions permettrait sans doute de trouver d’autres exemples peu différents. L’absence de ces sites entre le lac Léman et la Méditerranée peut sans doute être imputée aux lacunes de la recherche, qui s’est peu intéressée aux vallées les plus isolées et à la moyenne montagne. On peut également penser que les populations de ces régions, très tôt ouvertes au contact avec le monde romain (par la plaine du Pô, la vallée du Rhône et la Méditerranée), ont adopté plus largement de nouveaux modes de construction et le mobilier d’importation. La découverte systématique de ces signes les plus manifestes de romanisation conduit à un « lissage » artificiel qui rend difficile la mise en évidence de populations dont les modes de vie peuvent avoir en réalité peu évolué. Des sites tels que Valperga (nord de Turin), La Mure (Matheysine) ou même le Mont-Bastide (Alpes-Maritimes), mériteraient à ce titre d’être réexaminés (Arnaud 2001a). Comme les sites du Haut-Valais, ils mettent en évidence la place importante des populations locales, et constituent une forme spécifique d’occupation de la montagne, complémentaire de celles qui apparaissent à l’époque romaine.

Notes

1 2000-6000 m² pour les exemples présentés par A.-M. Adam.

Table des illustrations

Titre Fig. 3. Localisation des sites de l’âge du Fer de type « casa retica » et des sites « indigènes » d’époque romaine
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/119/img-1.png
Fichier image/png, 232k
Titre Fig. 4. Restitutions hypothétiques de l’habitation de Capo di Ponte, Lombardie
Crédits (Rossi 1999)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 5. Évocation du site de Brigue (Valais) à l’âge du Fer
Crédits (Curdy et al. 1993)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 6. Plan de l’agglomération de Brigue (Valais) à l’époque romaine
Crédits (Paccolat 2004)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/119/img-4.png
Fichier image/png, 112k
Titre Fig. 7. Types d’élévations en bois observés à Brigue et dans le Haut-Valais
Crédits (Paccolat et Wiblé 2001)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/119/img-5.png
Fichier image/png, 219k
Titre Fig. 8. Maison semi-enterrée de l’époque romaine à Brigue, Valais
Crédits (Paccolat 1997)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/119/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 9. Maison semi-enterrée médiévale du site de Brandes-en-Oisans
Crédits (Bailly-Maître et Bruno Dupraz 1994)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/119/img-7.png
Fichier image/png, 201k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search