Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Ville et campagne de Fréjus romaine

 | 
Pierre Excoffon

Première partie : la fouille

Chapitre 4. Une lanière cultivée aux IIe, IIIe et IVe siècles apr. J.‑C.

Pierre Excoffon, Sophie Martin, Jean-François Berger, Sébastien Guillon, Laurent Bouby, Isabel Figueral, Caroline Shaal, Pascal Verdin, Sandra Greck, Frédéric Guibal, Magalie Cullin-Mingaud, Joël Françoise, Emmanuel Pellegrino, Martine Leguilloux, Yvon Lemoine und Philippe Ponel

Volltext

1. La phase 4, état A

1.1. Description

(P. E.)

1.1.1. Les zones 1 et 2

1Les zones 1 et 2 ne présentent pas de traces d’occupation postérieure et semblent avoir été abandonnées sans nouvel aménagement. Les niveaux de recouvrement n’ont pas livré de mobilier significatif de la phase 4A, ni même comme élément résiduel dans les niveaux supérieurs. D’une façon plus générale, on peut rapprocher cette observation de celle faite pour le quartier des Aiguières qui connaît une phase d’abandon vers le milieu du IIe siècle apr. J.‑C., puis une timide réoccupation à la fin de l’Antiquité (Rivet et al. 2000, 330 et Goudineau, Brentchaloff 2009, 59-60). Sur le site de Villa Romana, cette phase d’abandon correspond à notre phase 3B et les réoccupations postérieures du secteur durant les IIIe et IVe siècles concernent exclusivement la zone 3 (fig. 130 et 131).

1.1.2. La zone 3

1.1.2.1. La lanière cultivée (PAA3063)

  • 1  En effet, nous avons situé ces niveaux pour la phase 3 au minimum à une cote située aux alentours (...)
  • 2  Données prises sur une masse volumique apparente moyenne pour le sable de 1500 kg/m3.

2Sur toute la longueur de la parcelle est creusée, dans un sable lité (3138), une tranchée de 10,70 m de large (PAA3063), bordée par deux murets de soutènement : MR3042 au sud-est et MR3040 au nord‑ouest. L’ensemble a été repéré sur 85 m de long mais s’étendait d’avantage de part et d’autre du chantier et délimite un espace de 1062,50 m2 (fig. 132). Le fond de cette lanière est à une cote altimétrique oscillant entre 0,30 et 0,40 m NGF. Bien que les niveaux1 de la phase précédente soient très érodés de part et d’autre de la tranchée, le creusement de cette dernière est au minimum d’une profondeur de 0,60 m. Les travaux de terrassement ont donc nécessité, uniquement dans la partie visible de la fouille, le déplacement d’au moins 300 m3 de sable, soit prés de 500 tonnes2. Pour faciliter l’étude, trois secteurs ont été déterminés.

1.1.2.2. Les murets de soutènement MR3040 et MR3042

3Contrairement aux murs des époques antérieures, situés altimétriquement à une cote supérieure, la quasi-totalité de la base assisée en moellons de chacun des deux murs est conservée. Ceux‑ci sont de construction identique. Larges d’environ 0,50 m, ils ne sont parementés que du côté de la bande excavée (fig. 133). La hauteur conservée atteint au mieux 0,50 m et comprend au maximum quatre assises. Le noyau du mur est fait d’un mortier sableux de teinte jaune, relativement friable. Ce remplissage a été mis en place directement contre les bordures du creusement de la tranchée, sans doute légèrement talutées, puis comblées par un sédiment sablo-limoneux et des gravats après l’édification des murets. Cette dernière opération, tranchée (US3173) et comblement (US3174), a été mise en évidence sur une partie du muret MR3042, les traces étaient moins visibles (US3177) pour le muret MR3040. Les moellons employés sont majoritairement en grès, on retrouve quelques conglomérats et arkoses et, encore plus exceptionnellement, de la rhyolite. Les formes et dimensions sont variables (de 0,50 m x 0,20 m à 0,10 m x 0,15 m). Deux moellons confectionnés à partir d’une roche de teinte jaune à verdâtre et comprenant des inclusions de gros grains sombres ont également été dénombrés. L’aspect rappelle fortement les éléments employés dans les thermes de Villeneuve pour la confection des voûtes (voir supra p. 100) (Excoffon, Ardisson 2008, 53).

4Les deux murets possèdent des assises peu régulières et la disposition des moellons est le plus souvent en panneresse. Le nu du mur est soigné, le parement est vertical et n’a pas été rejointoyé. Le soin apporté à l’agencement de ces éléments, à l’aspect assez disparate, relève tout de même d’une mise en œuvre de qualité. Des résidus du niveau de construction comprenant des éclats de grès sont mêlés à un sédiment sablo‑limoneux gris vert (US3194) mis en évidence le long des parements des deux murets (fig. 134). Leur base a été installée dans une légère dépression (US3302), comblée par ce même niveau. Ces derniers pouvaient être, à l’origine, un peu plus hauts mais leur largeur et leur mode de construction ne permettent pas d’imaginer qu’ils s’élevaient beaucoup plus, d’autant que leur rôle était de retenir la poussée des sables. L’absence de barbacane, ou chantepleure, se justifie par la nature du sol sableux, très perméable, permettant l’infiltration rapide des eaux de pluie. Sans doute faut-il supposer que les deux murets étaient surmontés d’une palissade en bois, ou plus sûrement en terre crue comme pourraient l’indiquer les nombreux agrégats argileux mis en évidence par l’étude micromorphologique des aménagements qu’ils enserrent. La nature des deux murs induit une avancée quasi nulle du corps sableux contrairement aux époques précédentes. Il ne s’agit plus de lutter contre l’ensablement mais de maintenir les abords de la tranchée. En effet, l’éloignement progressif du rivage, allié à d’autres facteurs qui nous échappent encore sur les aménagements situés plus au sud, suppose une stabilisation des sols dans le secteur de Villeneuve à cette époque où le rivage, plus éloigné, n’influe plus de la même manière.

Fig. 130. Plan d’ensemble des vestiges de la phase 4A.

Fig. 130. Plan d’ensemble des vestiges de la phase 4A.

Fig. 131. Diagramme stratigraphique de l’ensemble de la phase 4.

Fig. 131. Diagramme stratigraphique de l’ensemble de la phase 4.

Fig. 132. Vue d’ensemble de la lanière PAA3063, vue de l’est.

Fig. 132. Vue d’ensemble de la lanière PAA3063, vue de l’est.

Fig. 133. Relevé en plan et en élévation d’une section du mur MR3040.

Fig. 133. Relevé en plan et en élévation d’une section du mur MR3040.

1.1.2.3. La lanière secteur A : PAA3063

5À l’intérieur de la lanière délimitée par les deux murets plusieurs fosses et fossés d’orientation nord‑est/sud-ouest ont été découverts, tous raccordés à un long fossé (FO3179) perpendiculaire, suivant la même orientation que les deux murets. Le fossé FO3179 a été reconnu sur 85 m de long, sans interruption. Il se prolongeait au-delà des limites de la fouille. Il s’agit d’un fossé large à l’ouverture d’environ 1 m et de section en cuvette. Il est creusé à même le sable sans aménagement spécifique pour les bordures. Son tracé est relativement rectiligne (fig. 135). Sa profondeur varie faiblement d’un bout à l’autre, entre 0,30 et 0,45 m, mais son sommet a été partiellement recreusé par un autre fossé à l’époque moderne, oblitérant ainsi pour une large part les liens stratigraphiques immédiats. Le long du tracé du fossé se raccorde perpendiculairement une série de huit tranchées d’orientation sud-ouest/nord-est ; trois s’arrêtent sur le fossé, cinq le traversent et se prolongent vers le mur MR3040, cinq sont à peu près similaires et mesurent 6,25 m jusqu’à leur connexion avec le fossé FO3179 : il s’agit des fossés FO3264, 3255, 3223, 3203 et 3192 (fig. 136). Des creusements secondaires ont également été réalisés, à l’image de FO3241 (comblement 3242) (fig. 137) et FO3211 (comblements 3212 et 3213), peu profonds et courbes. Concentrées dans le secteur 1, cinq fosses FS3328, 3226, 3330, 3229 et 3239 ont un premier comblement sombre qui rappelle celui des fossés. Une douzaine de trous de poteaux disséminés sur l’ensemble de la parcelle complètent l’ensemble des structures en creux (fig. 138). Enfin, les seuls sols de fonctionnement nettement conservés concernent une petite surface où se distinguent des traces d’activités artisanales (secteur A3).

Fig. 134. Des éclats de grès sont mêlés au sédiment, il s’agit des résidus du niveau de construction.

Fig. 134. Des éclats de grès sont mêlés au sédiment, il s’agit des résidus du niveau de construction.

Fig. 135. La tranchée FO3179 dont le tracé est relativement rectiligne.

Fig. 135. La tranchée FO3179 dont le tracé est relativement rectiligne.

Fig. 136. Les tranchées et fossés perpendiculaires à FO3179.

Fig. 136. Les tranchées et fossés perpendiculaires à FO3179.

1.1.2.4. La stratigraphie des sols et des fossés

6Le décaissement relatif au creusement de la lanière a été effectué au sein des corps sableux antérieurs (US3138/3074) et c’est donc sur une surface sableuse que la sédimentation s’est mise en place (coupe 2c, fig. 131). Certains niveaux contemporains de la construction des murets y ont été repérés comme une aire de gâchage très localisée de 0,45 m x 0,47 m (US3165), au centre de la lanière dans le secteur 1. Le premier niveau de sédimentation (US3285) contemporain du creusement du réseau de fossés se constitue sur l’ensemble de la tranchée. Il s’agit d’une couche compacte sablo‑limoneuse de couleur brun gris de 5 à 15 cm d’épaisseur. C’est à partir de ce niveau, très imperméable, que l’ensemble du système fossoyé a été mis en place. La surface (3304, 3308, 3309) varie assez fortement d’un endroit à l’autre, notamment en fonction de la présence plus ou moins marquée de charbons ou de tessons. Ainsi, certains amas de tessons (US3206) signalent clairement cette surface. Sur l’ensemble de la tranchée, la surface contemporaine du fonctionnement du réseau de fossés (3285 et SL3308) ne montre pas de pendage net, altimétriquement, l’ensemble se situe entre 0,335 et 0,285 m NGF, soit une variation de l’ordre de5 cm.

7Dans le secteur 3, entre les fossés 3255 et 3264 et autour du bassin (BS3339), une surface d’occupation apparaît plus marquée. En effet, un piétinement important, associé à une activité artisanale sans doute plus importante qu’ailleurs, a produit un sol compact, très charbonneux (SL3308, 3210, 3336 et 3312). Sur ce sol a été découvert, à plat, un sesterce de Faustine divinisée (fig. 139, 140 et 174).

8Des éléments de briques rubéfiées et des résidus de fonte de bronze ont été retrouvés répandus sur ce sol sans pour autant qu’une structure clairement identifiée n’ait été découverte à proximité. La cote altimétrique de ce niveau se situe entre 0,38 et 0,39 m NGF et paraît s’être exhaussée plus rapidement que le reste de la surface 3285. La fouille de ce niveau a montré que la composition de la couche est tout à fait similaire à l’ensemble et que seule la surface présente un aspect assez différent.

9L’ensemble des fossés constituant le réseau PAA3063 est creusé directement dans le sable 3138 (fig. 141). Le comblement résultant du fonctionnement du fossé FO3179 est composé d’un premier niveau sablo-limoneux noir d’une épaisseur variant entre 5 et 10 cm, riche en éléments organiques : 3182, 3189 et 3303.

10Les fossés d’orientation nord-ouest/sud-est présentent une section arrondie et une profondeur moyenne de 30 cm (fig. 142). Chacun d’entre eux comporte un premier comblement riche en matières organiques, notamment des feuilles et brindilles, tapissant le fond sur une dizaine de centimètres (fig. 143). Au sein de cet ensemble étaient disposés de nombreux sarments de vignes comme pour la fosse FO3223 (3225) (fig. 144), parfois même directement sur le sable comme dans FO3264 (fig. 145). Les comblements supérieurs ont pu être observés de façon plus ou moins fine en fonction des conditions de fouille et de leur état de conservation. Là où l’observation a été la plus poussée, au moins trois comblements distincts ont été relevés : le comblement sombre organique, un comblement intermédiaire sablo‑limoneux et argileux gris, induré et caillouteux et, enfin, le comblement sommital sablo-limoneux gris (FO3223 et FO3192). Là où la distinction au sein du comblement supérieur n’a pas été possible, il a été systématiquement noté la présence d’une interface sablo-argileuse grise, souvent enrichie en petit cailloux, graviers ou quelques tessons, souvent assez indurée et distincte du comblement final (FO3264, FO3255, FO3249, FO3211 et FO3203). Les compositions des deux comblements supérieurs sont très proches et la distinction a été difficile lors de la fouille. Le comblement supérieur est à dominante sablo-limoneuse, compacte et de couleur grise. Il ne comble pas entièrement le fossé qui constituait donc toujours, une fois rempli, une légère dépression. Enfin, à partir de certains fossés ont été creusées de plus petites fosses allongées, c’est le cas de FO3223 et FO3203 (FO3239).

Fig. 137. Des tranchées « secondaires » ont également été creusées, à l’image de FO3211.

Fig. 137. Des tranchées « secondaires » ont également été creusées, à l’image de FO3211.

Fig. 138. Ensemble de fosses, fossés et trous de poteaux à l’extrémité ouest du secteur 3.

Fig. 138. Ensemble de fosses, fossés et trous de poteaux à l’extrémité ouest du secteur 3.

Fig. 139. Une activité artisanale, sans doute plus marquée qu’ailleurs, a produit un sol compact, très charbonneux.

Fig. 139. Une activité artisanale, sans doute plus marquée qu’ailleurs, a produit un sol compact, très charbonneux.

Le rectangle sombre au second plan correspond à cet espace.

Fig. 140. Monnaie abandonnée sur le sol SL3308.

Fig. 140. Monnaie abandonnée sur le sol SL3308.

Fig. 141. L’ensemble des fossés constituant le réseau PPA3063 (ici FO3179) est creusé directement dans le sable.

Fig. 141. L’ensemble des fossés constituant le réseau PPA3063 (ici FO3179) est creusé directement dans le sable.

Fig. 142. Caractéristiques des fossés perpendiculaires de PPA3063.

Fig. 142. Caractéristiques des fossés perpendiculaires de PPA3063.

Fig. 143. Comblement inférieur du fossé FO3179.

Fig. 143. Comblement inférieur du fossé FO3179.

Sur le relevé, correspondant à l’extrémité orientale du fossé, les fosses constituent des aménagements plus tardifs.

1.2. Les études micromorphologiques et paléoenvironnementales

11La fonctionnalité de l’assemblage des fossés, fosses et trous de poteau découverts est assez complexe à déterminer. Lors de la fouille, de nombreuses interrogations se sont posées. S’agissait-il de fossés ouverts ? Ont-ils été comblés rapidement ? Étaient-ils en eau ? S’agissait-il de tranchées de défoncement ? De provignage ? Les trous de poteau correspondaient‑ils à des échalas ? Des treilles ? Les données micromorphologiques et paléoenvironnementales apportent une première série d’informations importantes concernant notamment la mise en eau des fossés.

Fig. 144. Au sein de cet ensemble étaient disposés de nombreux sarments de vignes (3225), comme dans FO3223.

Fig. 144. Au sein de cet ensemble étaient disposés de nombreux sarments de vignes (3225), comme dans FO3223.

Fig. 145. On retrouve ces sarments également directement sur le sable et recouverts de compost, comme dans FO3264.

Fig. 145. On retrouve ces sarments également directement sur le sable et recouverts de compost, comme dans FO3264.

1.2.1. Analyse micromorphologique des fossés 3179 et 3255

(J.-Fr. B.)

Matériaux et méthodes

12Les échantillons ont été obtenus par un carottage manuel effectué dans l’axe de chaque fossé. Un tube de PVC de 10 cm de diamètre a été enfoncé par percussion depuis le sommet du niveau de décapage archéologique correspondant à la phase 4A, datée de la fin du IIIe siècle au début du IVe siècle. Les carottes obtenues présentaient une longueur de 50 cm, intégrant l’épaisseur totale de chaque fossé et une dizaine de centimètres du substrat, représenté localement par un niveau de plage émergée fossile attribuable au début de la période antique. Les carottes en PVC ont été ensuite ouvertes dans le laboratoire de sédimentologie du Cépam à Valbonne et divisées en deux parties égales, partagées entre le palynologue et le géoarchéologue. Les deux demi‑carottes ont été envoyées au laboratoire de Géographie de Caen pour être indurées par des résines synthétiques et découpées en plaquettes de 12,5 cm de longueur. Ces plaquettes ont ensuite été collées sur une lame de verre et abrasées jusqu’à une épaisseur moyenne de 50 microns permettant une bonne lecture sous un microscope pétrographique, selon une chaîne opératoire mise au point par P. Guilloré (1985). L’analyse du comblement de chaque fossé repose donc sur 4 lames minces qui ont été observées dans un premier temps sous une binoculaire à lumière naturelle transmise (de x1 à x40) permettant de travailler sur les principaux traits macroscopiques et d’isoler les principales unités sédimentaires, puis dans un second temps sous un microscope pétrographique (de x25 à x400) pour travailler sur les microconstituants du sol, la microstructure et les différents traits pédologiques (en lumière naturelle ou polarisée analysée).

Résultats

13L’étude s’est focalisée sur les deux séquences de comblement de ces fossés, synchrones d’après les contextes archéologique et stratigraphique, et apparemment liées d’un point de vue fonctionnel. La fouille avait permis de formuler l’hypothèse d’un même réseau fossoyé, associant un collecteur principal (FO3179) et plusieurs fossés secondaires perpendiculaires, moins larges et moins profonds (fig. 130). L’objectif de l’étude de lames minces par la méthode de la microscopie optique en lumière transmise, était d’apporter des éléments permettant de discuter de l’origine du comblement (processus sédimentaire, vitesse, origine des matériaux sédimentaires) et de son évolution post-dépositionnelle (processus pédologiques principalement) pour comparer les deux remplissages et éventuellement les associer au sein du même réseau fonctionnel, puis de discuter de la fonction de ces fossés et du niveau de l’aquifère local (fig. 146 et 147).

14L’analyse révèle que les faciès supérieurs apparaissent presque identiques dans les deux fossés, par leur granularité et la composition de leur matrice fine. Ils se caractérisent par l’accumulation de particules fines (limons et argiles de décantation) et de matière organique à l’état amorphe et intégrée à la matrice sédimentaire fine, témoignant ainsi d’une phase de ralentissement des dynamiques sédimentaires dans l’axe du réseau fossoyé. Les fossés n’apparaissent alors plus vraiment fonctionnels d’un point de vue hydraulique, ce qui correspond à l’abandon de leur entretien, associé à leur atterrissement lent et à leur eutrophisation. D’après les traits d’évolution pédologique (forte agrégation granulaire, bioturbation totale), d’oxydation du sédiment et la concentration de carbonates de calcium secondaires (revêtements et hyporevêtements micritiques dans la porosité racinaire fossile et dans les fissures interagrégats, petits nodules) observés dans les 20 cm supérieurs du remplissage des fossés (phase 4A), ces faciès supérieurs témoignent de la disparition des traits d’hydromorphie qui prévalaient dans les sédiments sous-jacents et d’une forte augmentation de l’évapotranspiration. Cette pédogenèse, associée à un changement des conditions stationnelles du milieu, pourrait avoir été favorisée par plusieurs facteurs cumulatifs (arrêt de l’alimentation en eau du réseau hydraulique, légère baisse du niveau marin conditionnant l’aquifère locale, climat plus chaud et sec). Ces conditions réduisent fortement la préservation des matériaux organiques. Les matériaux de colmatage terminaux des fossés de la phase 4B sont constitués de limons argileux brunâtres, aux caractéristiques très proches sur le terrain. L’étude stratigraphique du secteur montre par ailleurs que ces processus de brunification s’appliquent aussi à l’horizon supérieur de la plage dans lequel les fossés hydrauliques ont été creusés (horizonation pédologique). Les plantations associées à cette phase d’occupation (vigne, olivier, prunier…) ont pu profiter de cette période d’évolution pédologique (développement d’un sol de type brun calcaire), favorable à l’enrichissement naturel des sols littoraux (bonnes qualités agrologiques). Le contexte chronostratigraphique du secteur révèle donc que les processus pédologiques prédominent sur le site de Villeneuve, au cours d’un épisode correspondant au IVe et au début du Ve siècle apr. J.‑C. Cette phase pourrait correspondre à une moindre anthropisation (abandon momentané de l’exploitation du secteur, avant le développement arboricole plus tardif ?) d’après les marqueurs polliniques associés (associations végétales témoignant d’un enfrichement). Cette phase de pédogenèse et d’assèchement climatique au cours du Bas-Empire romain a d’ailleurs été largement identifiée dans le Sud de la France dans le cadre d’études géoarchéologiques menées dans les milieux fluviaux des bassins du Rhône (Berger, Brochier 2006) et du Vidourle (Berger et al. 2003).

15Les faciès sédimentaires inférieurs diffèrent par leur granulométrie (nettement plus grossière en FO3179). Ils témoignent d’une compétence des écoulements assez énergique, d’un haut niveau de l’aquifère et d’une concentration de débris végétaux. Les pollens, les microfossiles non polliniques (algues) et les mollusques identifiés dans les mêmes horizons enregistrent également un haut niveau de l’aquifère dans ces premiers niveaux de comblement, associés à la fin du IIIe siècle ou au début du IVe siècle apr. J.‑C. (études de S. Guillon et S. Martin).

16L’étude de la morphologie, de la structure et de la composition sédimentaire des matériaux de comblement de ce réseau hydraulique permet de proposer deux principales hypothèses sur sa fonction. Est-il purement associé à une pratique de drainage permettant de rabattre le niveau de l’aquifère local, comme les indices biologiques discutés ci-dessus semblent le démontrer ou se rattache-t-il à une fonction irriguante ? Des exemples récents ont mis en évidence une fonction double (drainage/irrigation) de certains réseaux hydrauliques dans le haut bassin du Rhône, à proximité de la ville du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Berger et al. 2003 et Royet et al. 2004). Les apports d’eau d’irrigation transiteraient alors par l’intermédiaire d’un canal principal (FO3179).

17Plusieurs indices sédimentaires et polliniques permettent de retenir cette seconde hypothèse. La structure microlitée de la première partie du remplissage du canal ou collecteur FO3179, associée à des sables moyens à grossiers souvent bien classés et lavés, indique des flux hydriques assez continus et une énergie assez soutenue du courant tractif. La présence de nombreuses coiffes et revêtements limoneux peu orientés entre les grains sableux marque des phases d’illuviations brutales, lors de mises en eau sans doute moins terrigènes, intercalées entre deux phases de dépôts sableux. La présence régulière, mais jamais importante, de fragments de travertin au sein du cortège pétrographique des sables lités pourrait signer l’origine des eaux irriguées : des aqueducs ou des canaux dérivant l’eau des rivières de l’arrière-pays calcaire, à charge minérale rhyolitodoléritique, gréseux permien et métamorphique. L’alternance d’horizons fins chargés en matières organiques et de lits sableux grossiers dans les fossés (ou canaux) secondaires, apparaît topographiquement surélevés par rapport à FO3179. Cette structure et cette composition des sédiments alluvionnés en fond de fossé témoigneraient alors d’apports en eau rythmés (annuels, saisonniers ?), qui associeraient des dépôts sableux caractéristiques de la phase d’irrigation et des dépôts de limons fins riches en éléments végétaux, caractéristiques de phénomènes de décantation lors de l’arrêt de cette alimentation. Cette dernière phase serait suivie d’une eutrophisation et d’un assèchement temporaire entre deux apports hydriques. L’originalité du spectre pollinique des fossés 3179 et 3255 montre un écho nettement plus régional que celui des puits et des bassins analysés par ailleurs sur le site [avec 20 à 40 % de pollens exogènes issus des milieux siliceux (bruyère arborescente) ou plus calcicoles (chêne pubescent)]. L’arrivée d’eaux lointaines pourrait être alors une explication à cette variété du spectre pollinique.

18Cette hypothèse n’explique pourtant pas toutes les différences observées entre le fossé principal (3179) et son émissaire (3255) lors du premier remplissage de ce réseau hydraulique. Pourquoi la même rythmicité (dépôt fin organo-minéral, dépôt sableux) ne s’observe‑t-elle pas dans le grand collecteur si les mêmes dynamiques les caractérisent ? Ces différences peuvent en partie s’expliquer par leurs différences hiérarchique et topographique : les flux sont plus concentrés dans le canal d’amenée principal et la charge de fond, très sableuse, ne peut sans doute pas atteindre les fossés secondaires dont le fond est situé topographiquement à une dizaine de centimètres plus haut. La fréquence et la forte énergie des flux liquides et solides transitant dans le collecteur 3179 élimineraient alors saisonnièrement les fins lits organiques qui ont pu se former entre deux phases d’irrigation. Cette explication « taphonomique » pourrait justifier la présence de fragments végétaux et organo-minéraux roulés entre les grains de sable lités du fossé 3179.

19Un dernier point reste à discuter : la présence de nombreux agrégats argileux exogènes d’origine fersiallitique dans le fond du fossé secondaire 3255. Ils sont strictement associés à ce fossé et ne semblent pas arriver avec les eaux d’irrigation. Leur origine apparaît donc locale. Il pourrait s’agir de vestiges roulés depuis un mur ou une construction en terre crue, dont les éléments issus de la désagrégation auraient été transportés jusqu’au fond du fossé lors d’épisodes pluvieux particulièrement concentrés, responsables de ruissellements en périphérie du réseau fossoyé. On pourrait aussi imaginer le remaniement d’apports de terre exogènes accumulés sur le site dans le but de le niveler ou d’enrichir le niveau de plage sableux, peu propice à des cultures ou des jardins décoratifs (création d’un sol de jardin artificiel). Cependant, les sols rouges méditerranéens ne présentent pas une très bonne fertilité ce qui pose le problème de leur utilisation à des fins agricoles.

Fig. 146. Photographies des principaux faciès identifiés en microscopie dans le remplissage du fossé FO3255.

Fig. 146. Photographies des principaux faciès identifiés en microscopie dans le remplissage du fossé FO3255.

Fig. 147. Photographies des principaux faciès identifiés en microscopie dans le remplissage du fossé FO3179.

Fig. 147. Photographies des principaux faciès identifiés en microscopie dans le remplissage du fossé FO3179.

Fig. 148. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour le fossé 3179 (cf. fig. 125).

Fig. 148. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour le fossé 3179 (cf. fig. 125).

1.2.2. La malacologie

(S. M.)

Le fossé FO3179 US3189 #505

20L’assemblage #505 du fossé FO3179 montre des formations herbacées hautes et relativement sèches (Cochlicella acuta, Trochoidea pyramidata et Trochoidea trochoides) (fig. 148).

21Par ailleurs, le développement d’espèces plus hygrophiles (Vallonia pulchella, Succinea oblonga), voire franchement palustres (Oxyloma elegans), semble lié au fonctionnement du fossé. On peut y associer les deux espèces dulcicoles Anisus leucostoma et Gyraulus albus : ce sont deux espèces de milieux aquatiques temporaires d’eau stagnante, peu exigeantes quant à la qualité du milieu.

22Cet assemblage permet de reconstituer un fossé supportant une mise en eau régulière permettant le développement de plantes aquatiques et de végétation de type roselière, au sein d’un milieu largement ouvert et sec de type friche rudérale méditerranéenne.

Fig. 149. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour le fossé 3223 (cf. fig. 125).

Fig. 149. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour le fossé 3223 (cf. fig. 125).

Le fossé FO3223 US3318 #486

23(Fossé 3323, secteur 2, sommet du comblement inférieur du fossé – 10 litres).

24L’assemblage #486 du fossé FO3223 traduit des formations herbacées hautes de type prairiales (Cochlicella acuta, Theba pisana, Cernuella virgata), relativement humides (Vallonia pulchella) (fig. 149).

25La présence de faune plus sciaphile (Xerotricha conspurcata/Microxeromagna armillata, Lauria cylindracea, Vallonia costata et Oxychilus draparnaudi) indique le développement local de litière foliacée.

26Par rapport aux assemblages du fossé précédent, on note la quasi-absence des espèces aquatiques, ce qui suggère l’absence de mise en eau du fossé FO3223.

Le fossé FO3223 US3225 #491

27(Fossé 3323, secteur 2, base du comblement inférieur du fossé – 10 litres).

28Cet assemblage est difficile à interpréter car il comprend très peu de malacofaune : cette rareté peut s’expliquer par un comblement rapide de la structure.

29Les deux espèces terrestres présentes (Cochlicella acuta et Cernuella virgata) indiquent des herbacées hautes de type friche rudérale méditerranéenne.

1.2.3. La palynologie

(S. G.)

Les fossés FO3179 et 3256

30Il s’agit de deux fossés orthonormés associés au bassin BS3339. Étant donné leur contemporanéité et leur fonctionnalité sur le même réseau drainant, ils seront traités ici conjointement.

31L’analyse pollinique a été menée grâce à deux carottages réalisés dans les comblements des fossés. Six échantillons ont été prélevés sur le carottage P.503 pour le fossé FO3179, quatre sur le carottage P.501 pour le fossé FO3256. Contrairement aux autres structures analysées dans cette étude (fosses, puits et bassin) l’image de la végétation enregistrée dans les fossés est moins locale, à l’image de la courbe des taxons arboréens, notamment celle de la pinède et du maquis à bruyères arborescentes (Erica arborea) et chênes (Quercus sp.) de l’arrière-pays siliceux, avec des valeurs oscillant entre 20 et 40 % de l’apport pollinique total à Roquebrune-sur-Argens en basse vallée en amont de Fréjus (Dubar et al. 2004). L’enregistrement du fossé FO3179, globalement mieux conservé que celui du fossé FO3256, met en évidence en dehors de l’écho plus lointain de la pinède, une anticorrélation entre les valeurs du chêne (vert et pubescent) et celles de la bruyère arborescente (Erica arborea). Cette observation montre que les chênes subissent des dégradations (entre 8 et 20 cm et au delà de 33 cm sur P.503) (fig. 263) d’origine anthropique (écobuage, tallis, défrichement, déboisement) et/ou accidentelles (feux...), favorisant le développement de la bruyère, pionnière dans le maquis (Lieutaghi 2006).

32Concernant le fonctionnement des fossés, plus particulièrement le long fossé longitudinal FO3179 qui traverse toute la parcelle fouillée, les courbes de Spirogyra et Zygnema (spores d’algues d’eau douce stagnante, peu profonde et riche en matières organiques) indiquent qu’au-delà de 20 cm de profondeur, le fond du fossé était, temporairement sans doute, sous les eaux de la nappe haute. Une humidité édaphique largement associée à la courbe des Brassicaceae qui venaient coloniser les bords du fossé et qui décroît avec les marqueurs hygrophiles. Le haut de la séquence du fossé FO3179 marque, dans un premier temps, son atterrissement puis son abandon, marqué par un niveau largement sujet aux phénomènes d’oxydation qui a sans doute entraîné une conservation différentielle des grains de pollen mais qui présente une dominance des Cichorieae (herbacées de friche et de prairie). Une des questions à laquelle on voulait tenter de répondre par l’analyse palynologique de ces fossés, était de savoir si l’on pouvait retrouver l’écho pollinique des rameaux de vigne retrouvés au fond de ces traces agraires. Avant tout, afin de vouloir retrouver l’écho pollinique d’un quelconque signal, il convient d’en définir la nature. Ici, le pourquoi de la présence des rameaux de vignes au fond de ces structures reste encore énigmatique. S’agissait-il de pieds cultivés au fond du fossé ? L’absence de grains de pollen de Vitis dans les séquences étudiées et la présence d’eau dormante ne vont pas dans ce sens. S’agissait-il de rameaux disposés de manière à aménager le fond ou les berges des fossés, auquel cas pouvait-il s’agir de restes de taille d’une réelle culture ? L’analyse pollinique ne nous est pas ici d’un grand secours. Les questions sont nombreuses mais les réponses le sont moins.

1.2.4. La phytolithologie

(P. V)

FO3255‑US3257

33Cette unité stratigraphique est caractérisée par la présence abondante de phytolithes de dicotylédones (86,5 %). Les phytolithes provenant spécifiquement de l’épiderme des dicotylédones sont nombreux (20,7 %). Les phytolithes d’urticacées sont présents (1,8 %), ainsi que des concentricystes (algues) (0,9 %).

34La présence conjointe de ces restes peut être le reflet d’un rejet massif de feuilles ou plus largement de restes végétaux qui ont pu pourrir sur place : la présence d’algues concentricystes est indicatrice d’une eutrophisation du milieu.

35Si on interprète la présence d’orties comme ayant poussé sur place sur les déchets, le caractère décomposé de ce niveau est fort probable (l’ortie est une plante nitrophile).

1.2.5. La carpologie

(L. B., I. F., C. S.)

Le fossé FO3223‑US3325

36Selon l’analyse carpologique, la présence occasionnelle d’eau à l’intérieur ou aux abords du fossé est documentée par l’enregistrement de quelques taxons affectionnant les sols humides à périodiquement inondés (Juncus sp., Phragmites communis et Ranunculus sardous). Ce groupe représenterait plus de 29 % du total des effectifs. Toujours d’après les données carpologiques, les ligneux pouvant faire l’objet d’une exploitation fruitière sont composés de cinq taxons, chacun représenté par quelques restes isolés. Il s’agit du noisetier (Corylus avellana), du figuier (Ficus carica), du pin pignon (Pinus pinea), du pommier (Malus sylvestris) et de la vigne (Vitis vinifera). La majeure partie de l’assemblage est constituée de mauvaises herbes des cultures ou des lieux rudéraux (Chenopodietea) : Euphorbia helioscopia, Fumaria offcicinalis, Heliotropium europaeum et Portulaca oleracea.

37Aucun reste de bois gorgé d’eau n’est conservé mais plusieurs charbons de bois semblent renvoyer à la chênaie méditerranéenne et à la garrigue/maquis : Quercus (feuillage persistant) prédomine, accompagné sporadiquement de Cistaceae/Ericaceae, Erica, Juniperus (genévrier) et Pistacia lentiscus (lentisque).

1.2.6. Interprétation

(P. E.)

38Il transparaît donc une mise en eau régulière du long fossé, alors que les fossés perpendiculaires apparaissent eux plus souvent secs et comblés plus rapidement. La fouille a montré pour chaque fosse et fossé que les remplissages n’étaient pas uniformes et la micromorphologie a permis de caractériser les comblements et paraît confirmer l’utilisation du grand collecteur comme un fossé d’irrigation saisonnier ; les creusements perpendiculaires jouant alors un rôle de répartiteur au sein de la parcelle.

39À l’inverse, la disposition du réseau permet également de jouer un rôle drainant lors de fortes précipitations, facilité par le décalage altimétrique entre les petits fossés et le grand, servant de fait d’évacuation principale et évitant ainsi la stagnation des eaux néfastes aux cultures.

1.3. Les autres aménagements

1.3.1. Les traces d’activités dans le secteur A3

(P. E)

40Sur l’ensemble de la parcelle plantée, les traces d’activités artisanales ont été mises en évidence. Comme nous l’avons vu, c’est essentiellement la présence d’un sol (SL3308) compact, « sale » et très localisé, qui a permis dans un premier temps de déterminer la position de ce secteur (fig. 139).

41La surface se situe précisément entre les fossés FO3349 et 3255, sur une superficie d’environ 80 m² se limitant au sud à quelques mètres de MR3042. Sur et dans ce sol ont été découverts plusieurs fragments de briques vitrifiées, ainsi que des scories de bronze, répandus sur l’ensemble du sol. Celui-ci recouvrait une fosse (FS3333) contenant quatorze amphores africaines à huile brisées. Contemporain du sol, un bassin aménagé avec des planches en bois a été creusé dans le sable (BS3339).

1.3.2. Le bassin BS3339

1.3.2.1. Description

(P. E)

42Il s’agit là d’un bassin installé directement dans le sable. De forme rectangulaire (1,72 m x 3,14 m), il est composé de quatre planches de récupération plaquées contre le sable et maintenues par quatre pieux (issus aussi d’une récupération) et plantés à l’intérieur de la structure (fig. 150 à 153).

43Le bassin paraît peu profond, moins d’une quarantaine de centimètres. En replaçant sa partie haute au niveau du sol contemporain SL3308, au niveau duquel la perturbation du bassin est apparue, on peut reconstituer un bassin d’une profondeur minimum de près de 0,80 m.

Fig. 150. Stratigraphie du comblement et relevé du bassin BS3339.

Fig. 150. Stratigraphie du comblement et relevé du bassin BS3339.

1.3.2.2. Cuvelage en bois de récupération

(S. Gr., F. G.)

44BS3339 était, comme le puits SB1262, composé de quatre planches en bois remployées, posées de champ et soutenues à l’intérieur par des pieux. La planche MR5 se distinguait des trois autres issues de bordés de navires antiques et présentées en annexe. Confectionnée dans un tronc de sapin (Abies sp.), elle mesurait 2 m de longueur pour 41 cm de largeur et 8 cm d’épaisseur. Son remploi est attesté par la présence d’aménagements qui demeurent énigmatiques car ils n’ont aucune fonction évidente au sein du cuvelage du bassin. Le premier est formé de deux perforations cylindriques situées au milieu du bord inférieur de la face interne de la planche et la traversant obliquement vers le can inférieur (fig. 154). Le deuxième est formé de deux mortaises profondes de forme ovoïde, disposées à la base de la face interne dans les deux angles inférieurs de la planche ; elles semblent se rejoindre au niveau d’encoches longitudinales profondes partant de ces mortaises, formant deux tranchées de la largeur de celles-ci, dont la profondeur va diminuant vers le centre. Les caractéristiques de cet élément l’apparentent à un seuil de porte en bois avec crapaudine.

  • 3  Guibal, non publié.

45La chronologie individuelle résultant de l’analyse dendrochronologique de cette planche est longue de 70 ans mais ne synchronise à aucune autre chronologie connue3.

46Quatre pieux (3339-7, 8, 9 et 10) découverts dans leur position initiale (fig. 150) maintenaient encore en place les parois lors de leur découverte.

47Parmi ces pieux de dimensions voisines, trois – débités dans un tronc en bois de chêne caducifolié (Quercus sp.) – présentaient des traces de remploi (3339‑7, 8 et 10) (fig. 156 à 158). Des traces de scie relevées sur les faces, sans doute témoins de la confection des pièces d’origine, plus grandes, contrastaient avec des traces d’herminette relevées sur les pointes, prouvant que ces pièces avaient été réduites et appointées pour confectionner des pieux. D’autres éléments confirment le remploi : une mortaise circulaire creusée dans la pointe du pieu 3339-8 ressemblant à un trou de cheville, une autre mortaise rectangulaire aménagée sur une des faces du pieu 3339-10 dans laquelle venaient se loger transversalement une cheville et un clou enfoncé sur la face opposée.

  • 4  Le type anatomique Quercus ilex/coccifera regroupe deux taxons impossibles à distinguer sur la bas (...)

48La fonction initiale de ces pièces est malheureusement difficile à déterminer compte tenu de leur état de conservation et de la transformation qu’elles ont subie. Le quatrième pieu (3339-9), plus classique, se distingue des autres par l’essence de son bois, le chêne vert ou chêne kermès (Quercus ilex / coccifera L.)4 et par son traitement qui n’évoque pas un remploi (fig. 159). Il s’agit d’un pieu fendu d’une longueur de 77 cm pour une largeur de 18 cm et une épaisseur de 7 cm.

49L’analyse dendrochronologique des pièces de chêne à feuillage caduc a permis de bâtir une chronologie moyenne (Fréjus 4) longue de 67 ans basée sur la synchronisation de deux chronologies individuelles issues des pieux 3339-7 et 3339-10 dont les années terminales ne différent que de huit années (fig. 155). Ces résultats nous permettent d’avancer que ces bois étaient probablement associés dans la même structure d’origine qui reste indéterminée. Aucun synchronisme n’a pu être établi avec d’autres chronologies locales de chênes méditerranéens antiques(Guibal 1992 et Guibal, Pomey 2003, 2004) ni avec des chronologies de référence représentatives du chêne dans des régions plus septentrionales (fig. 160).

Fig. 151. Bassin rectangulaire composé de quatre planches de récupération.

Fig. 151. Bassin rectangulaire composé de quatre planches de récupération.

Fig. 152. Les planches sont plaquées contre le sable.

Fig. 152. Les planches sont plaquées contre le sable.

Fig. 153. Le coffrage est maintenu par quatre pieux.

Fig. 153. Le coffrage est maintenu par quatre pieux.

Fig. 154. La paroi MR5 (G. Boetto).

Fig. 154. La paroi MR5 (G. Boetto).

Fig. 155. Paramètres descriptifs des pieux du bassin BS3339.

Fig. 155. Paramètres descriptifs des pieux du bassin BS3339.

1.3.2.3. Stratigraphie du comblement

(P. E)

50Dans le fond, essentiellement concentré dans la moitié ouest et directement au contact du sable (environ -0,40 m NGF), se trouvait un amas de pierres et de fragments de mortier (US3343) (fig. 161). Une couche très organique à dominante argilo-limoneuse de teinte rouge et comprenant de nombreux végétaux (US3341), recouvrait ce niveau sur une dizaine de centimètres (fig. 162 et 163). Il apparaît que ce premier comblement était directement lié à l’utilisation du bassin. Quelques pierres recouvraient ce niveau. Celui-ci était recouvert essentiellement sur les bords du bassin d’un autre niveau organique plus sombre, composé essentiellement de brindilles de bois (US3342). Enfin un dernier comblement (US3340) recouvrait l’ensemble.

1.3.2.4. Les analyses

La malacologie

(S. M.)

BS3339 US3341 #610

51Les espèces récoltées dans l’échantillon #610 du bassin BS3339 indiquent la présence d’herbacées hautes (Cochlicella acuta, Cernuella virgata) relativement humides (Vallonia pulchella) (fig. 164). On note également l’occurrence d’un peu de litière foliacée (X. conspurcata / M. armillata et Toltecia pusilla). Cet assemblage atteste donc de milieux largement ouverts, de type prairies, à proximité du bassin.

52La malacofaune aquatique concernant le fonctionnement du bassin est tout à fait particulière puisqu’elle est monospécifique. Seule l’espèce Aplexa hypnorum est représentée et elle est très abondante. Cette espèce est habituellement plutôt rare dans les sédiments archéologiques (Martin 2004). L’arrivée d’Aplexa hypnorum dans le bassin semble donc accidentelle ; le bassin n’est probablement pas raccordé à un canal ou un fossé, ce qui aurait apporté une malacofaune dulcicole bien plus diversifiée. Aplexa hyponorum a pu ensuite bénéficier de l’absence de compétiteurs pour se développer en populations très abondantes (plusieurs milliers d’individus pour cet échantillon). Dans le milieu naturel, ses habitats de prédilection sont les eaux pures, claires (Germain 1931), stagnantes, alcalines et chargées en matière organique (Yassine-Kassab 1979). La présence d’Aplexa hypnorum dans le bassin BS3339 peut donc être interprétée comme la marque d’un milieu aquatique renouvelé régulièrement et relativement limpide. Yassine-Kassab (1979) indique également qu’il a retrouvé cette espèce, dans les milieux aquatiques actuels de la région lyonnaise, en contexte de cariçaies en sous-bois, le fond du milieu aquatique étant recouvert de feuilles mortes ; ce qui pourrait correspondre ici à l’identification d’une litière foliacée par le cortège malacologique terrestre.

BS3339 US3341 #618

53Cet échantillon #618 du bassin BS3339 est identique à l’échantillon précédent #610 : les légères variations de composition peuvent s’expliquer par un biais méthodologique entre les deux assemblages : #618 concerne un échantillon de faible volume (1 litre), identifié sur le terrain comme une concentration de coquilles, tandis que #610 est un échantillon de volume standard (10 litres), réalisé sans qu’une concentration quelconque de coquilles n’ait été privilégiée lors du prélèvement. Comme pour l’assemblage #610, les formations prairiales sont prédominantes, tandis que Aplexa hypnorum est le seul escargot du cortège aquatique.

BS3339 US3342 #609

54Le bassin 3339 comprenait un comblement concentré vers les angles et les parois. Cet échantillon #609 du bassin BS3339 est très semblable aux deux échantillons précédents #610 et #618, provenant également du comblement du bassin BS3339. Il traduit globalement des formations herbacées assez hautes. Cependant, la présence plus importante de taxons sciaphiles (Oxychilus cellarius, Oxychilus draparnaudi et Toltecia pusilla) suggère le développement local d’une litière, dans une zone plus ombragée que pour les deux autres échantillons provenant du bassin.

Fig. 156. 3339 - 10 (S. Greck).

Fig. 156. 3339 - 10 (S. Greck).
La palynologie

(S. G.)

55Dans le cadre de l’analyse pollinique, un petit carottage de 30 cm réalisé au moyen d’un petit tube PVC nous a permis d’obtenir une séquence des différents faciès sédimentaires de comblement du bassin. La base de la séquence (de 29 à 21 cm), dans laquelle ont été retrouvées des tiges de saules, est très organique et les limons argileux bruns foncés y sont légèrement sableux. Entre 21 et 20 cm, un lit organique noir, très riche en malacofaune, se dépose. Les limons-sableux ou sables-limoneux gris à bruns constituent le sommet de la séquence.

56Cinq échantillons prélevés au sein du carottage ont fait l’objet d’une analyse. À partir de la détermination et du comptage des spores et grains de pollen, trois zones polliniques ont été définies. En zone A, à la base de la séquence, tandis que la courbe de Lemna minor (lentilles d’eau) met en évidence la présence d’eau dormante dans le bassin (sans doute des eaux de la nappe haute), les valeurs du plantain lancéolé (Plantago lanceolata) des Poaceae, Apiaceae et des céréales, en interzone A1 témoignent de l’anthropisation du milieu environnant. Concernant les pratiques anthropiques, les valeurs du saule (Salix) méritent également d’être commentées. Associées dans les mêmes niveaux à des tiges du même arbre et, étant donné la relative absence dans les autres structures du site du signal pollinique de cet arbre (généralement présent dans les formations ripicoles aux bords des cours d’eau), on peut émettre l’hypothèse d’un apport issu de la préparation des branchages de saule aux abords du bassin, lesquels pouvaient être ensuite plongés dans les eaux de ce dernier afin de faciliter leur travail en vannerie.

57Par la suite, la courbe de Lemna minor nous incite à voir dans les zones B et C un atterrissement du bassin associé sans doute à une diminution du niveau de la nappe. Les indices d’anthropisation (céréales, plantes rudérales) se font alors plus discrets, au profit d’une nette augmentation des valeurs des Cyperaceae et des Cichorieae. Le dessèchement du bassin semble entraîner une colonisation de ses fonds, ombragés encore humides, par les Cyperaceae, lesquelles supportent moins bien les sols sableux environnants. Une série d’indices qui fait supposer un abandon du bassin pour la partie supérieure de la séquence.

Fig. 157. 3339 - 8 (S. Greck).

Fig. 157. 3339 - 8 (S. Greck).

Fig. 158. 3339 - 7 (S. Greck).

Fig. 158. 3339 - 7 (S. Greck).

Fig. 159. 3339 - 9 (S. Greck).

Fig. 159. 3339 - 9 (S. Greck).

Fig. 160. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 4.

Fig. 160. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 4.
La phytolithologie

(P. V.)

58L’échantillon provenant de l’unité stratigraphique US3340 est dominé par les phytolithes d’herbacées (graminées/cypéracées). Ces phytolithes se présentent sous forme de squelettes siliceux produits par la décomposition des tiges des plantes (52,2 %). Mais ce phénomène est aussi observé pour les phytolithes de dicotylédones (12,6 % de squelettes siliceux). La décomposition sur place d’un amas de végétaux est très probable, la présence d’algues concentricystes s’ajoutant à l’argumentation précédente. La présence d’un tas de compost composé de végétaux divers, mais dominé par les herbacées est plausible.

La carpologie

(L. B., I. F., C. S.)

59Un seul prélèvement carpologique, assez pauvre (38 restes), a pu être étudié concernant le comblement supérieur du bassin 3339.

60Le milieu aquatique est marqué par la présence de Ceratophyllum demersum. Cette plante pourrait être un indice de la présence d’eau stagnante dans le bassin. Par ailleurs les akènes de Carex sp. seraient un indice de l’humidité édaphique à proximité du bassin.

61Pépins de Vitis vinifera et pignons carbonisés de Pinus pinea évoquent une production fruitière. Les semences de mauvaises herbes sont sporadiques. Le comblement inférieur est mieux connu par l’analyse de deux US et de plusieurs centaines de restes. La discussion se fonde principalement sur un unique prélèvement tamisé à 0,4 mm. Le milieu aquatique est attesté par la présence marquée (15,8 % des effectifs) de lentille d’eau ( Lemna minor). Les plantes des lieux humides représentent de 30 à 40 % du total des effectifs corrigés. Il s’agit de Carex sp., de Cyperus sp. et de Ranunculus sardous.

62Les arbres cultivés (35 à 49 % du total des effectifs) sont en majorité documentés par des restes de Ficus carica, Prunus domestica subsp. insititia et Vitis vinifera. Notons également la présence remarquable d’un arbre planté, le cyprès (Cupressus sempervirens). Les adventices des milieux cultivés et les rudérales sont relativement peu nombreuses : Chenopodium album, Daucus carota, Euphorbia helioscopia, Fumaria officinalis (la plus abondante) et Silene gallica. À ce groupe pourrait être rattachée la ronce (Rubus fruticosus agg.) qui semble témoigner d’un enfrichement un peu plus prononcé mais sa présence est ponctuelle.

Fig. 161. Dans le fond du bassin BS3339 se trouvait un amas de pierres et de fragments de mortier (US3343).

Fig. 161. Dans le fond du bassin BS3339 se trouvait un amas de pierres et de fragments de mortier (US3343).

Fig. 162. Sur une dizaine de centimètres, une couche très organique et à dominante argilo-limoneuse de teinte rouge (US3341).

Fig. 162. Sur une dizaine de centimètres, une couche très organique et à dominante argilo-limoneuse de teinte rouge (US3341).

Fig. 163. Au sein de la couche 3341 subsistaient de nombreux restes végétaux (ici, une concentration de tiges plates).

Fig. 163. Au sein de la couche 3341 subsistaient de nombreux restes végétaux (ici, une concentration de tiges plates).
La xylologie et l’anthracologie

(I. F., L. B., C. S., S. Gr, F. G.)

63Les bois gorgés d’eau sont issus de deux unités stratigraphiques des comblements supérieur et inférieur du bassin BS3339. Deux taxons seulement sont distingués dans le comblement supérieur : le saule et/ou peuplier (Salix/ Populus) et la vigne (Vitis vinifera).

64Dans le premier prélèvement issu du comblement inférieur (#610), plusieurs petites tiges ont été identifiées comme saule ou peuplier ; les éléments anatomiques observés ne permettant pas de trancher entre les deux genres. Cependant, l’identification sûre du saule dans un des spécimens, dont l’anatomie était moins abîmée, permet d’envisager l’hypothèse que toutes les tiges puissent appartenir à cette essence. Ceci d’autant que le deuxième prélèvement (#621-622) concerne uniquement un amas de tiges très aplaties de saule (Salix). Il s’agit vraisemblablement de restes destinés à la vannerie.

65Les autres essences identifiées dans le comblement inférieur incluent la vigne, le chêne liège et le pin sylvestre ou pin noir (Pinus type sylvestris).

66Également au sein du comblement se trouvait une perche de 199 cm, encore pourvue de son écorce, confectionnée dans une jeune tige de bois de genévrier (Juniperus sp.) par un élagage grossier et peu soigné. L’extrémité (diamètre de 1 cm) est composée d’une pointe à six pans de 13 cm de longueur. L’autre extrémité (diamètre de 1 cm) a conservé un embranchement taillé, formant une petite fourche de 1,5 cm de longueur composée de deux brins de 0,8 cm de diamètre.

Fig. 164. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour le bassin 3339 (cf. fig. 125).

Fig. 164. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour le bassin 3339 (cf. fig. 125).

1.3.2.5. Fonctions et hypothèses

(M. C.-M., P. E.)

67Durant la quatrième phase, la nappe phréatique se situe à un niveau relativement proche de la surface de circulation contemporaine du fonctionnement du bassin. L’étude micromorphologique confirme d’ailleurs ce point. En effet, l’ensemble de la structure, au niveau des angles et naturellement du fond, n’est pas étanche. Ainsi, il paraît peu probable qu’il ait été rempli artificiellement ; il pourrait plutôt s’agir là d’un bassin lié directement à l’utilisation de la nappe.

68Les différentes analyses opérées sur les divers comblements permettent de proposer une série d’hypothèses. Avant tout, il convient de reconnaître que la mise en place d’un tel bassin – dans un milieu ouvert et non au sein d’un atelier d’artisan – peut correspondre à une grande variété d’activités, plus ou moins en rapport les unes avec les autres. La notion de multifonctionnalité doit sans doute prévaloir dans ce cas précis.

Un bassin lié au trempage des brins de saule ?

69Le contenu de cette structure a livré, entre autres choses, des rameaux de saule bruts disposés en fagots (fig. 165). L’une des fonctions de ce bassin peut vraisemblablement être liée à une activité de vannerie, comme le mentionnent les agronomes latins. Ceux-ci préconisent en effet l’installation, dans les domaines ruraux, de bassins destinés à des usages divers dont le trempage de l’osier, indispensable pour assouplir les brins préalablement au tressage. Ainsi Varron : « Dans la cour extérieure il faut qu’il y ait un bassin pour faire macérer le lupin et tout ce qui, plongé dans l’eau, devient plus propre à l’usage » (I, 13, 3), repris par Columelle, plus disert : « Les dépendances d’une ferme se composent […] de deux bassins au moins : l’un servira aux oies et au bétail, l’autre à faire macérer les lupins, l’osier, les baguettes et autres choses utiles de ce genre » (I, 6), puis par Palladius : « Car il faudra qu’il y ait à proximité de la ferme deux bassins, soit creusés dans le sol soit taillés dans la pierre. Il est facile de les remplir d’eau de source ou de pluie : l’un sera destiné au bétail et aux oiseaux aquatiques, l’autre servira à faire tremper les baguettes, les cuirs, le lupin, et, d’une façon générale, tout ce qui à la campagne se met communément dans l’eau » (I, 31). Certaines des structures mises au jour lors des fouilles de fermes, en Italie, correspondent aux descriptions des agronomes (Rossiter 1978, 11, 32-33).

70Directement liée aux travaux des champs, la vannerie constitue souvent une activité de complément pratiquée généralement l’hiver, comme le montre notamment la mosaïque du calendrier rustique de Saint-Romain-en-Gal, où deux hommes, l’un fabricant un panier, l’autre portant un fagot d’osier, illustrent la saison hivernale (Coulon 2006, 151 et Leclerc 2004, 27, fig. 12).

Culture et usages du saule

71La culture du saule était avantageuse et offrait à l’agriculteur de multiples possibilités d’exploitation, aussi bien pour l’écorce que pour les rameaux. Les agronomes se montrent plus ou moins prolixes concernant la plantation et l’entretien des saussaies. Parmi eux, Columelle (IV, 30-31) est celui qui livre le plus de détails sur l’osiériculture, dans un long chapitre dédié aux jougs et aux liens destinés à la vigne. Le naturaliste Pline l’Ancien (XVII, 141-143) fournit quant à lui une description plus brève de la culture du saule. En effet, pour les auteurs anciens, planter et entretenir des saussaies (salicta) allait de pair avec la culture de la vigne, car les saules fournissaient de l’écorce pour ligaturer les sarments : « Coupez l’osier en temps voulu, écorcez-le et liez les brins serré ; conservez l’écorce. Quand il en sera besoin dans la vigne, plongez-en dans l’eau, et palissez » (Caton, 33, 5).

72La présence d’une saussaie permettait en outre au personnel du domaine de tresser paniers et corbeilles nécessaires aux récoltes. Caton (33, 5) explique que si l’écorce servait pour la vigne, on n’en conservait pas moins les rameaux décortiqués, utiles en vannerie : « Conservez les brins pour en faire des paniers. » Toujours selon Caton (1, 7), le domaine idéal devait comporter, dans l’ordre : un vignoble, un jardin irrigué, une saussaie, une oliveraie. On notera que l’agronome cite la saussaie en troisième position parmi les cultures qui se doivent de figurer dans tout domaine bien géré.

73Enfin, l’importance accordée à l’entretien de l’oseraie est confortée par un argument que Caton est le seul des agronomes à fournir. Au nombre du personnel indispensable à la bonne marche d’un vignoble, il compte un esclave spécialisé dans l’entretien de la saussaie, le salictarius : « Comment doit être équipé un vignoble de cent jugères : un fermier, une fermière, dix manœuvres, un bouvier, un ânier, un osiériste, un porcher, en tout seize personnes » (Caton, 11). Il existe de nombreuses espèces de saule (famille des Salicacées) mais seulement une dizaine d’entre elles se prêtent à la vannerie en donnant de l’osier. Les plus courantes en France, de nos jours, sont S. viminalis L., Salix alba ssp. vitellina L., S. purpurea L., Salix triandra ssp. amygdalina L., dont le vannier utilise les rejets coupés chaque année.

74Pour l’Antiquité, c’est chez le naturaliste Pline l’Ancien (XVI, 174) que l’on peut lire une énumération de diverses espèces du genre Salix associées aux usages qui leur étaient réservés : « Le saule présente dès l’abord plusieurs espèces : les uns élèvent à une grande hauteur des perches propres à faire les jougs des vignes, et leur écorce en lanières donne des liens ; d’autres fournissent des baguettes souples et flexibles pour attacher ; d’autres très minces, donnent des ouvrages de vannerie d’une finesse remarquable ; d’autres encore, plus solides, des corbeilles et autres ustensiles de paysans ; d’autres, plus blancs, qu’on écorce et qui se laissent facilement manier, donnent des ustensiles dont la souplesse dispense de faire les mêmes en cuir, et sont encore excellents pour les si agréables chaises-longues. » Le naturaliste évoque ensuite les caractéristiques et les emplois des différentes variétés citées : « On refend le saule grec rouge ; le saule d’Amérie est plus blanc, mais un peu plus cassant ; aussi l’emploie-t-on sans le refendre pour les liens. En Asie, on distingue trois espèces d’osiers : le noir, plus propre à la vannerie, le blanc aux besoins des paysans, un troisième très court, nommé hélix. Chez nous aussi, beaucoup de gens ont des noms pour autant d’espèces : l’osier viminal ou purpurin, l’osier vitellin, nommé d’après sa couleur, plus mince, et un troisième, l’osier gaulois, le plus fin » (Pline, XVI, 177).

75Columelle (IV, 30) est plus bref mais ajoute à la confusion concernant l’identification des espèces : « N’importe quelle espèce d’osier on plantera, pourvu qu’il soit très flexible. On estime cependant qu’il y a trois espèces principales de saule : le saule grec, le saule gaulois, et celui du pays des Sabins, que plusieurs appellent saule d’Amérie. Le saule grec est jaune, le gaulois est d’une couleur de pourpre passé et ses baguettes sont très minces ; celui d’Amérie les a grêles et rouges » (Cullin-Mingaud 2010a).

Fig. 165. Le contenu de cette structure a livré des rameaux de saules bruts, disposés en fagots.

Fig. 165. Le contenu de cette structure a livré des rameaux de saules bruts, disposés en fagots.
La préparation du saule aujourd’hui

76C’est après les premières gelées d’hiver, que l’osier est coupé. Il est alors trié, calibré puis mis en bottes. On le place ensuite dans des bassins pour repartir en végétation au printemps. C’est en mai/juin, en pleine montée de la sève, qu’il est alors pelé. Il existe deux types d’osier : l’osier brut et l’osier blanc (Barbier, Pichonnet 2001, 19-20). Pour l’osier blanc, les bottes sont disposées debout dans un bassin nommé routoir, rempli de 15 cm d’eau. Il est coupé au moment de la montée en sève, donc au printemps, et immédiatement débarrassé de son écorce à l’aide d’une machine à décortiquer. Le séchage s’effectue en plein air afin que le soleil blanchisse l’osier. L’osier blanc ainsi obtenu peut être stocké plusieurs années jusqu’à son utilisation. Un trempage de quelques heures suffit à celui-ci pour pouvoir être souple. En revanche, l’osier brut, également appelé osier gris, n’a subi aucun traitement si ce n’est une dessiccation de plusieurs mois. Étant donné que les rameaux ont conservé leur écorce, il nécessite un trempage de plusieurs jours afin de l’assouplir avant utilisation.

Fig. 166. Perche à l’extrémité fourchue.

Fig. 166. Perche à l’extrémité fourchue.

Fig. 167. Une partie du fagot après nettoyage (cl. Chr. Durand / CCJ).

Fig. 167. Une partie du fagot après nettoyage (cl. Chr. Durand / CCJ).

Fig. 168. Banaste pour la récolte des fruits (cl. G. Barbier).

Fig. 168. Banaste pour la récolte des fruits (cl. G. Barbier).
Un bassin de trempage
  • 5  Le nom de métier viminarius, issu de vimen, l’osier, est, pour sa part, attesté une seule fois en (...)

77La nature des végétaux gisant dans le fond du bassin ainsi que leur calibrage et leur disposition ne laissent aucun doute sur un des usages auxquels était destinée la structure : celui du trempage de l’osier. Il n’a pas été possible d’aller plus en avant dans la détermination des éléments de saule découverts au fond du bassin. Les rameaux sont rouges et fins : pourrait-il s’agir de Salix alba ssp. uitellina (saule à pousses jaunes ou osier jaune), une variété à longs rameaux fins, jaune orangé ou rougeâtre, sous-espèce du saule blanc (Lieutaghi 2004, 1127) ? Cette espèce se rapprocherait du saule grec décrit tantôt comme jaune par Columelle, tantôt comme rouge par Pline. Pourrait-il s’agir du saule pourpre (Salix purpurea L.), dont l’osier rouge est employé en vannerie fine ? Ce saule, qui correspondrait à l’osier viminal ou purpurin de Pline, produit au début de sa croissance de jeunes rameaux droits et pourpres, qui deviennent ensuite verdâtres ou gris (ibid., 1122). Il serait pour le moins hasardeux de trancher, à la fois en raison de la difficulté à déterminer avec précision les restes de saule et en raison de celle qui consiste à chercher à rattacher des espèces aux descriptions des auteurs anciens. Pas plus chez Pline que chez Columelle on ne peut savoir si les saules ont été décrits par la couleur de leurs osiers (jeunes pousses dont la couleur de l’écorce diffère de celle de l’arbre adulte) ou par celle de leur bois ou de leurs feuilles… De surcroît, la recension des variétés de saules citées dans les sources n’exclut pas la présence d’autres espèces existant localement. En Gaule, par exemple, l’analyse du matériau composant une nasse découverte à Châlon-sur-Saône a attesté l’utilisation du saule à oreillettes (Salix aurita L.) ou du saule cassant (Salix fragilis L.) (Monthel 2000, 173). Qu’elle qu’ait été l’espèce retrouvée à Fréjus, la présence encore bien conservée d’écorce sur les brins de saule du bassin indique que la macération concernait de l’osier brut. Comme nous l’avons dit, l’osier brut doit être immergé plusieurs jours avant de s’assouplir et d’être utilisé. Il semble que nous soyons précisément en cours de cette dernière opération. Les brins ont été triés, calibrés et disposés en fagots sur les bords du bassin. Ainsi, la perche de 1,99 m à l’extrémité fourchue en bois de genévrier découverte contre la paroi sud, était-elle peut-être employée pour immerger totalement les brins, avant de les caler sous des pierres (fig. 166). Quoiqu’il en soit, il s’agit là, non pas d’un bassin appartenant à un artisan vannier professionnel, un vitor, selon le terme classique latin5, mais à des agriculteurs pratiquant sans doute la vannerie de manière occasionnelle, en fonction des nécessités du moment ou du rythme des saisons (Mingaud 1992 ; Cullin-Mingaud 2010a et 2010b).

78La découverte de Villeneuve est d’autant plus digne d’intérêt que, pour la première fois, un témoignage archéologique sur la pratique de la vannerie en contexte rural est mis en évidence, corroborant ainsi les informations livrées par la littérature technique antique. On connaît peu d’exemples de fagots ou bottes en attente de mise en œuvre. On peut citer l’exemple de Pompéi Regio III, insula 3, n° 2 (via dell’Abbondanza), où ont été découvertes sur les restes d’un balcon, en 1914, des bottes de végétaux carbonisés, identifiés à l’époque à des tiges de diss (Ampelodesma tenax), une espèce méditerranéenne de la famille des graminées.

79Comme à proximité de la découverte une inscription électorale peinte faisait mention de fabricants de nattes, les tegettarii, il est probable que le stock déposé sur le balcon constituait le matériau d’un desdits artisans, déposé à l’air libre pour sécher ; le séchage des végétaux préliminairement à leur stockage à l’abri de la lumière et de l’humidité est toujours indispensable. Le diss est en effet une espèce tout à fait propre à la fabrication de nattes et de sparteries. L’arrêt du dégagement de cette partie de la ville n’a pas permis de compléter cette découverte. Un autre exemple pompéien provient de fouilles plus récentes menées sur la via di Nocera (1992 ; maison réétudiée de 2003 à 2005). Celles-ci sont venues attester de nouveau la présence de fabricants de nattes dans la cité. Un atelier comportant un bassin de trempage peu profond et de forme allongée, astucieusement alimenté par un système de récupération des eaux pluviales lié à une citerne, est remarquablement conservé (Regio I, insula 14, n° 2).

80On y a mis au jour plusieurs fagots de tiges de graminées calcinées, calibrées puis rangées verticalement dans des pièces obscures, en attente d’être mises en œuvre. Cet atelier réoccupe une habitation délaissée par ses habitants, sans doute à la suite d’un des tremblements de terre ayant précédé l’éruption du Vésuve de 79 apr. J.‑C., celui de 62 ou un séisme postérieur. Unique exemple connu d’atelier de vannerie urbain dans les provinces occidentales de l’empire romain, il constitue un modèle précieux en présentant des éléments caractéristiques de cette activité artisanale : bassin et espace de stockage de la matière première à l’abri de la lumière, pourvu d’un plancher destiné à préserver les chaumes de l’humidité du sol (Cullin-Mingaud 2007 et 2010a).

Fonction des brins et hypothèse6
  • 6  Nous devons l’hypothèse de restitution à G. Barbier, artisan vannier.
  • 7  Travail à trois brins en général qui permet de maintenir les montants verticaux en donnant de la s (...)

81Les brins ont été triés, calibrés et préparés en vue d’une fonction précise (fig. 167). Plusieurs sont coupés en biseau et certains sont très effilés. Ces brins étaient peut-être déjà préparés pour la fabrication d’un panier de récolte. Une hypothèse sur l’ensemble peut être avancée, les gros brins servant pour les montants et les poignées ; pour le tressage, les brins étaient peut-être fendus à cause de leur grosseur. Les plus fins étaient utilisés pour le tressage du fond, la torche du bas et du haut7, les plus petits servant peut-être dans une partie haute de la vannerie, voire, par exemple, la banaste pour la récolte des fruits (fig. 168).

Un bassin à compost ?

82Bien que l’on ne puisse supposer que l’activité citée précédemment soit compatible avec la préparation de compost, l’analyse des niveaux supérieurs (3340 et 3342) du comblement permet toutefois d’émettre cette hypothèse. Il s’agit de deux niveaux très organiques, très sombres et comportant de nombreux fragments et brindilles de bois.

83Il semble que ce soit dans un second temps que le bassin trouve cette nouvelle fonction, à moins qu’il ne faille, là aussi, l’attribuer au traitement de brins de saule peu flexibles enfouis dans le fumier comme le mentionne Columelle (XI, 2, 90) : « On peut aussi émonder le saule que l’on a coupé la veille pour le travail de la veillée, et en préparer des liens pour la vigne ; s’il est d’une nature peu flexible, il faut le couper quinze jours d’avance, et quand il est émondé l’enfouir dans le fumier, afin qu’il s’y assouplisse. Si au contraire, coupé depuis longtemps, il s’est desséché, on le fera macérer dans une mare. » Ce type de structures, sûrement fréquentes à l’époque romaine, n’est qu’exceptionnellement conservé. Lorsque le cas se présente tout de même, l’identification de leur fonction est souvent complexe. Ainsi, récemment dans l’Oise, à Longueil-Sainte-Marie, une fosse constituée de planches et de parois de fagots de brindilles sur une ossature de piquets de bois a été interprétée, avec beaucoup de prudence, comme un bac à décanter/tremper ou à rincer la laine (Marinval et al. 2002, 260).

1.3.3. Le dépôt d’amphores FS3333 (3335)

(P. E., E. P.)

84Un dépôt de 14 amphores africaines du type A brisées en plusieurs morceaux était enterré dans une fosse (FS3333), creusée à même le sable (fig. 169, 170 et 171). Celles-ci étaient recouvertes par un niveau de circulation (3210, SL3308) contemporain du réseau de fossés. 2703 fragments de panses ont été dénombrés. Aucun d’entre eux ne portait de trace de poix. Il est désormais bien établi qu’elles contenaient de l’huile. En l’absence des sols contemporains de la phase 3A, il est difficile de situer chronologiquement cet ensemble : soit à la fin de la phase 3A, soit au tout début de la phase 4A. Chronologiquement, les 14 individus se rapprochent de la forme africaine 1A de Cl. Panella (Panella 1973, 575-579 et Bonifay 2004, 107) (fig. 173). Elles présentent toutes un bord dont la face externe est convexe, voire hémicirculaire, et une face interne presque droite. Pour M. Bonifay, ces amphores apparaissent durant la seconde moitié du IIe siècle apr. J.‑C. et perdurent jusqu’au début du siècle suivant (ibid., 107). La datation ne permet donc pas de trancher, puisqu’elle s’accorde aussi bien avec la fin de la phase 3A qu’avec le début de la phase 4A. Le fait que seuls les fragments de ces 14 amphores aient été découverts dans la fosse nous incite à situer ce dépôt après l’excavation de la tranchée PAA3063. En effet, dans le cas où il s’agirait du résidu d’une fosse antérieure constituée de bien plus d’amphores, il serait étonnant de ne retrouver que ces 14 amphores. La présence de ce dépotoir ne trouve pas d’interprétation précise.

Fig. 169. Le dépôt d’amphores FS3333 aménagé dans le sable.

Fig. 169. Le dépôt d’amphores FS3333 aménagé dans le sable.

Fig. 170. Le dépôt d’amphores FS3333.

Fig. 170. Le dépôt d’amphores FS3333.

Fig. 171. Le dépôt d’amphores FS3333.

Fig. 171. Le dépôt d’amphores FS3333.

1.4. Datation de la phase 4A

(P. E., J. F., E. P.)

1.4.1. La céramique

85La phase 4A a fourni un ensemble particulièrement conséquent de céramiques. La prépondérance des amphores s’explique par le dépotoir (US3335) contenant quatorze amphores de type africaine 1A (fig. 173 - nos 1 à 27). Le terminus ante quem semble se situer entre la fin du IIe siècle et le début du IIIe siècle apr. J.‑C., comme le montre la présence de ces amphores. La présence d’un col d’amphore probablement de type Empoli, produite dès le IIIe siècle apr. J.‑C., va dans le même sens (fig. 172). Le reste du mobilier apporte peu d’indications chronologiques. En effet, on retrouve exclusivement du mobilier résiduel dans ce contexte.

1.4.2. La monnaie

86Directement pris dans le sol 3308, une monnaie a été découverte. Il s’agit d’un sesterce dans un état de conservation moyen (fig. 174). La légende au droit est DIVA FAVSTINA et, sur le champ, se trouve un buste féminin à droite avec chignon perlé. Au revers se trouve la légende AUGUSTA et le champ représente, entre les deux lettres SC, Cérès debout à gauche tenant des épis de blé et une torche dans la main gauche. Cette monnaie de 29,04 grammes, a été frappée dans les ateliers de Rome, après la mort de Faustine en 141 apr. J.‑C. (RIC vol. III, 163, n° 1119).

1.4.3. Datation par le radiocarbone

  • 8  Code Villeneuve : # 631, code labo : Poz-20220.
  • 9  1780±30BP / 68.2% probability / 210AD (68.2%) 330AD / 95.4% probability / 130AD (95.4%) 340AD.

87La datation a été effectuée sur un fragment de bois de vigne8 découvert dans le fond du grand fossé FO3179 (US3189). La date fournie est large, entre le milieu du IIe siècle et le début du IVsiècle apr. J.‑C.9

1.4.4. Conclusion sur la datation

88L’ensemble des données exploitables convergent vers une mise en place durant la seconde moitié du IIe siècle apr. J.‑C. Les données du radiocarbone, comme celles des amphores de la fosse 3333 et l’aspect usé de la monnaie vont dans le sens d’une datation à la fin du IIe siècle apr. J.‑C., au plus tôt, voire au début du siècle suivant.

Fig. 172. Amphore d’Empoli .

Fig. 172. Amphore d’Empoli .

1.5. Interprétation générale

(P. E., L. B.)

89La création de cette lanière encaissée offre le double intérêt de protéger les plantations des embruns de la mer proche et de se rapprocher considérablement de la surface de la nappe phréatique et de faciliter ainsi l’irrigation. Les analyses archéobotaniques réalisées dans les différentes structures en creux permettent de restituer au sein de cette lanière une culture majoritairement arboricole, où se côtoient figuiers, pins pignon, pruniers, cyprès (à proximité du bassin BS3339) et, bien sûr, la vigne. Celle-ci pouvait être conduite en taille basse mais vraisemblablement mariée aux arbres. La configuration générale de l’espace cultivé dans du sable de plage au sein d’une bande rectiligne, protégé par des murets et à proximité du rivage n’est pas sans rappeler la culture du vin de sable. En effet, le parallèle avec les vignobles landais de Cap Breton établis à l’embouchure de l’Adour aux XIVe/XVe siècles et proliférant dès le XVIIIe siècle (Taillentou 2005) est tentant (fig. 175), à la nuance prêt que l’on a dans la parcelle de la Villa Romana des cultures plus diversifiées. En restituant au-dessus des deux murets MR3040 et 3042 une palissade végétale solidement arrimée, la similitude avec les récits des observateurs des XVIIIe/XIXe siècles sur les côtes landaises (ibid. 26-31) est encore renforcée. À l’évidence, la topographie et la planimétrie de la bande ne sous-entend pas que celle-ci soit aménagée au revers et sur le flanc d’une dune littorale, comme sur la côte atlantique. À Villeneuve, la protection des cultures contre le sable et les embruns est notamment assurée par le caractère encaissé de la bande cultivée. Mais les agronomes latins sont malheureusement peu prolixes au sujet de ce type de culture viticole. On remarque cependant qu’ils citent comme tuteurs fréquents de la vigne mariée des arbres qui affectionnent les sols frais, comme l’orme notamment, voire humides, comme le peuplier et le saule (Virgile, II, 221 ; Columelle, V, 6-7 ; Pline, XIV, 10-11 et XVII, 200-202), ce qui laisse penser que la culture de la vigne dans des terres basses était chose relativement commune durant l’Antiquité. Pline (XVII, 35) stipule que l’orme est au premier rang des arbres à choisir pour porter la vigne, puis vient le peuplier noir, tous deux étant favorisés de par leur feuillage peu épais. Or, au moins orme et saule sont attestés à la Villa Romana par des bois gorgés d’eau, le saule précisément pour la phase 4A, et la présence du peuplier n’est pas à exclure (Salix / Populus) ; nous avons émis l’hypothèse que ces arbres puissent être utilisés comme tuteurs de la vigne. Columelle (V et VI) signale que l’orme possède l’avantage de produire un feuillage excellent pour nourrir le bétail en même temps que d’être un parfait support pour la vigne, il précise comment en faire des pépinières et comment le planter sur le terrain. L’orme fait notamment partie des arbres complantés avec la vigne en Gaule, de même que le saule, qu’il conseille de réserver aux terrains marécageux où les autres arbres viendraient difficilement car le saule altèrerait le goût du vin produit par les vignes auxquelles il est marié (Columelle, V et VII). Pline (XIV, 7) précise que le Cécube, vin italien réputé, venait autrefois de terrains marécageux plantés de peupliers. Le long fossé FO3179 était ouvert et pouvait servir de fossé de drainage car la surface sablo‑limoneuse recouvrant le sable est assez imperméable.

  • 10  Nous avons estimé pour la seule partie fouillée 318 m², soit 477 tonnes.

90Les travaux de terrassement pour aménager la lanière ont occasionné le déplacement d’un volume important de sable10. Où ce sable a-t-il été transporté et dans quel but ? Aucune trace d’un apport aussi volumineux de sable n’a été perçue sur l’ensemble des fouilles. Lors du diagnostic archéologique réalisé sur le terrain situé de l’autre côté de la rue Jean-Carrara (Michel 2005), un important recouvrement sableux non lité et probablement remanié a été découvert au-dessus des structures romaines mises au jour, contemporaines de la phase 3A de notre fouille. De façon très hypothétique, on peut supposer que cet apport de sable volumineux résulte de ce décaissement. Ainsi, cet apport aurait pu constituer une dune artificielle située au sud de la zone 3 et protégeant la bande cultivée des embruns. Pour cette période, les exemples d’exploitations viticoles sont plus rares que pour les époques antérieures. La fin du IIe siècle et le IIIe siècle apr. J.‑C. correspondent à une période de recul de la viticulture en Narbonnaise et notamment en Provence (Brun, Congés 1996). Aucun vignoble de cette période n’a encore été attesté par l’archéologie (Boissinot, Puig 2006, 21). Doit-on voir dans l’exploitation de Villeneuve une nouvelle forme de viticulture, modifiant ainsi pour partie la conception que l’on pouvait avoir des modèles d’exploitation durant le Haut-Empire ? À moins que la viticulture ne se replie alors sur une forme d’exploitation moins extensive, une viticulture urbaine et péri-urbaine, qui a pu exister au Haut-Empire et qui existait encore au Moyen Âge, comme par exemple autour et dans Paris ce qui constituait la partie centrale du fameux vignoble de France des XIIe/XVe siècles (Dion 1959).

Fig. 173. Amphores de la fosse FS3333.

Fig. 173. Amphores de la fosse FS3333.

Fig. 174. Sesterce de Faustine divinisée.

Fig. 174. Sesterce de Faustine divinisée.

2. La phase 4, état B

2.1. Description

(P. E., L. B., S. Gr)

2.1.1. La zone 3

91Cette nouvelle phase se caractérise par le creusement d’une série de fosses, pouvant atteindre plus d’un mètre de diamètre et venant recouper le long fossé FO3179 (fig. 176). Aucune nouvelle structure bâtie n’est mise en place au cours de cette phase, mais les murets limitant la bande cultivée de l’état antérieur marquent toujours la parcelle. Les relations stratigraphiques entre ces nouvelles fosses et le réseau de fossés de l’état précédent sont difficiles à établir, essentiellement en raison de l’uniformité des sédiments de recouvrement. Il s’agit d’un niveau sablo-limoneux gris qui recouvre l’ensemble de la parcelle, constitué durant toute la phase 4. Durant l’état B, la surface ne s’exhausse que d’un peu plus d’une dizaine de centimètres et les nouvelles fosses sont creusées, alors que le long fossé FO3179 n’est pas totalement comblé par le sédiment sablo-limoneux gris bleuté (US3180). Ce fait laisse entrevoir une période d’abandon entre les deux états. La stratigraphie ne permet pas clairement de mettre en évidence ce point que nous ne pouvons dès lors que supposer. Toutes les fosses sont creusées plus profondément que les fossés antérieurs. Enfin, les trois fosses FS3190, 3195 et 3197 ont été tronquées par le fond d’un canal moderne (FO3020).

Fig. 175. Les vignobles de Cap Breton établis à l’embouchure de l’Adour (Taillentou 2005).

Fig. 175. Les vignobles de Cap Breton établis à l’embouchure de l’Adour (Taillentou 2005).

2.1.2. Les fosses

92La fosse FS3195 est de forme ovale (2,10 m x 2,30 m). Elle est creusée en partie dans le fossé FO3179 qu’elle traverse jusqu’au sable dans lequel son fond est aménagé. Elle est profonde d’une cinquantaine de centimètres et comblée par un sédiment sablo-limoneux gris noir (3196). Au centre se trouve une forte concentration de cailloux et de gros fragments de tuiles et de céramiques dont les plus gros éléments se retrouvent jusqu’au fond de la fosse (fig. 177, 178 et 179).

93La fosse FS3197 est à peu près circulaire de 1,50 m de diamètre, de profil plus tronconique que la précédente, mais de même profondeur. Le sédiment comblant l’ensemble de la fosse jusqu’à l’ouverture (3198) est lui aussi sablo-limoneux gris noir et certains restes de végétaux et d’insectes ont été prélevés. Au fond est aménagé un calage de moellons et de blocs, dont l’un est appuyé contre la paroi de la fosse. Au centre du calage a été mise en évidence une motte lenticulaire (diamètre de 0,75 m et épaisseur de 0,23 m soit 0,13 m3) à dominante argilo-limoneuse très pure, gris noir (3315), comprenant de nombreux restes organiques et quelques pierres (fig. 180).

94La fosse FS3190, de forme vaguement circulaire (1,50 m x 1,60 m), profonde de 0,45 m, est creusée au sein du fossé FO3179. Le comblement (3191) est sablo-limoneux gris noir avec une importante variation granulométrique du haut vers le bas et au centre de la fosse. On retrouve également en son centre une partie plus argilo-limoneuse. On relève la présence de nombreuses brindilles de bois, quelques gros morceaux de bois sans écorce et quelques fragments d’écorces fines. Ce bois est surtout concentré contre la paroi sud de la fosse (fig. 181 et 182). Quelques pierres sont présentes en bordure de fosse dont un fragment de marbre.

95La fosse FS3199 est de forme circulaire d’un diamètre de 1,80 m et de 0,55 m de profondeur. Le comblement supérieur (3301) correspond à l’épandage consécutif à l’abandon de la zone (phase 4C, similaire à 3164B). Le comblement inférieur (3200) est de nature sablo-limoneuse gris noir. Au sommet de la couche, on trouve un limon sableux avec un amas de blocs disposés en cercle de manière organisée et la présence d’os brûlés et de fragments de tuiles. En profondeur, le comblement devient très argileux avec énormément de matière organique. Quelques moellons sont présents. Le fond présente plusieurs niveaux de comblements, dont la présence d’une passe sableuse, puis de nouveau de l’argile avant le sable naturel (US3138).

96Dans ce comblement, deux piquets appointés sont en position verticale, au nord de la fosse, avec, entre les deux, un troisième morceau de bois non taillé et disposé horizontalement (fig. 183). L’ensemble est « calé » par des moellons et des fragments de plaque de mortier, peut-être des restes d’enduit remployés. La disposition des piquets évoque un système de tuteur en « V » permettant d’envisager un pallissage des arbres.

97La fosse FS3214 est de forme ovale (1,40 m x 1,70 m) et profonde de 0,60 m. Son comblement sommital (3215) correspond à la phase d’abandon. En dessous, le comblement est noir et un peu plus sableux que dans les autres fosses (3216). Il s’agit d’un sédiment très organique composé de couches hétérogènes et de poches sableuses ou argileuses. À 5/10 cm de la surface, à l’ouest de la fosse, un ensemble de racines est situé à proximité d’un calage, dont les ramifications suivent les parois de la fosse (fig. 184). Il s’agit de trois essences différentes : la vigne (Vitis vinifera), le saule (Saule) et une autre angiosperme, peut-être du figuier ou du frêne. Également, on relève une concentration de graines au centre-est de la fosse. Il s’agit de 23 graines de gourde calebasse (Lagenaria siceraria).

98Durant l’Antiquité, les fruits de la calebasse étaient utilisés autant pour la confection de récipients ou ustensiles divers que pour être consommés. La plante est originaire d’Afrique tropicale ou subtropicale mais sa culture en zone méditerranéenne est possible. Il a même été proposé, à partir d’exemples récents, que la plante ait pu être cultivée dans des lieux particulièrement favorables du nord de la France à l’époque romaine (Marinval et al. 2002).

99La fosse FS3220 est un ovale de 1,90 m x 2,10 m pour 0,40 m de profondeur. Sous le colmatage final sablo-limoneux (3221) correspondant au recouvrement sédimentaire consécutif à l’abandon de la parcelle, on rencontre un comblement sablo-limoneux gris noir (3222). Cette couche est globalement sableuse avec au centre une zone plus argileuse au contact d’éléments de bois. On y relève moins de brindilles que dans les autres fosses, mais elle contient une grosse branche de 7 cm de diamètre, posée sur le fond (fig. 185).

100La fosse FS3243 est creusée à l’intersection des fossés antérieurs FO3179 et 3223. Elle est de forme plus quadrangulaire et d’une profondeur de 0,60 m. L’ensemble est recouvert par le même niveau sablo-limoneux gris que les autres fosses (fig. 186). Au-dessous, le comblement intermédiaire (3298) est composé essentiellement de sable. Ce niveau apparaît plus argileux en surface, avec la présence d’os d’animaux et de cailloux, et devient ensuite plus sableux. Le comblement inférieur (3245) est sablo-limoneux noir et contient de nombreuses pierres, éléments de faune et céramiques. Quelques gros charbons et une grosse scorie ont été retrouvés dans sa partie nord-ouest. On note également la présence de gros moellons de grès et des fragments de dalles en mortier appuyées contre la paroi ouest.

101La fosse FS3246 est un ovale de 1,50 m x 2 m pour 0,59 m de profondeur. Son comblement uniforme est constitué d’un sédiment sablo-limoneux gris noir (3248).

102La fosse FS3252 est un ovale de 2 m x 2,85 m pour 0,60 m de profondeur (fig. 187A). Le pan nord était calé par de gros fragments de panses d’amphores (fig. 187D). Le comblement inférieur (3254) est sablo-limoneux gris noir. Il comprend de nombreux tessons d’amphores gauloises. Des éléments de mortier de chaux, peut-être des récupérations d’enduit, formaient un coffrage carré de 0,65 m de côté (fig. 187B et C). La partie inférieure de ce comblement devient plus meuble et sableuse.

  • 11  Estimation faite à partir des travaux réalisés sur le chêne sessile et le chêne pédonculé dans l’E (...)

103La grande fosse FS3337 est de forme ovale de 2 m x 2,95 m et profonde de plus de 0,80 m. Contrairement aux autres fosses, elle est déconnectée du fossé ancien FO3179. Le comblement (3338) est sablo-limoneux gris noir et comprend des restes de faune, de la céramique et les morceaux d’une planche de chêne caducifolié (Quercus sp.). Débitée sur quartier, cette planche était d’une longueur minimale de 1,40 m, pour une largeur de 0,16 à 0,18 m et une épaisseur de 0,03 m. Son analyse dendrochronologique a permis d’acquérir une chronologie individuelle longue de 118 ans comprenant 21 cernes d’aubier qui contribuent à proposer une date d’abattage assez proche (le chêne caducifolié présente, en moyenne, environ 25 ± 15 cernes d’aubier)11. Aucune corrélation satisfaisante avec les chronologies moyennes locales du Sud de la France n’a pu être retenue.

104La fosse FS3320 est de forme grossièrement circulaire de 3,50 m de diamètre pour 0,90 m de profondeur. Elle ne se trouve pas directement sur le fossé antérieur FO3179 (fig. 188) et son remplissage sablo‑limoneux gris noir (3321) présente des restes de bois, de la céramique, de la faune et des fragments de tuiles.

105La fosse FS3258 est aménagée au sein du fossé FO3179, tout à côté de FS3320. Elle est de forme grossièrement circulaire de 2,40 m de diamètre pour 0,60 m de profondeur. Son comblement (3260) sablo‑limoneux n’a pas pu être fouillé.

106La fosse FS3261 a été creusée pour moitié au sein de FO3179. Elle est circulaire, de 2,30 m de diamètre, et profonde de 0,65 m. Le comblement inférieur est sombre et compact, de nature sablo-limoneuse (US3263). En son centre le niveau devient plus argileux. On note la présence de fragments de céramique enduits de poix et de trois blocs déposés en vrac au fond, dont l’un était fiché verticalement (fig. 189).

107Une fosse FS3139, complétant cet ensemble, a été découverte au nord du mur MR3040, donc en dehors de la bande cultivée. Située sous le fossé moderne FO3020, sa surface de creusement a été largement tronquée et il est de ce fait impossible de la rattacher stratigraphiquement à un état précis.

108Le mobilier est peu représentatif et ne permet pas non plus de la situer chronologiquement. En revanche, son comblement sablo-limoneux gris noir (US3140) l’apparente aux fosses de l’état B.

Fig. 176. Plan d’ensemble des vestiges de la phase 4B.

Fig. 176. Plan d’ensemble des vestiges de la phase 4B.

Fig. 177. La fosse FS3195 pleine.

Fig. 177. La fosse FS3195 pleine.

Fig. 178. La fosse FS3195 vide.

Fig. 178. La fosse FS3195 vide.

Fig. 179. Comblement de FS3195 en coupe.

Fig. 179. Comblement de FS3195 en coupe.

Fig. 180. La fosse FS3197.

Fig. 180. La fosse FS3197.

Fig. 181. La fosse FS3190.

Fig. 181. La fosse FS3190.

Fig. 182. La fosse FS3190 avec une concentration plus fine au centre.

Fig. 182. La fosse FS3190 avec une concentration plus fine au centre.

Fig. 183. La fosse FS3199.

Fig. 183. La fosse FS3199.

Fig. 184. La fosse FS3214.

Fig. 184. La fosse FS3214.

Fig. 185. La fosse FS3220.

Fig. 185. La fosse FS3220.

Fig. 186. La fosse FS3243.

Fig. 186. La fosse FS3243.

Fig. 187. La fosse FS3252.

Fig. 187. La fosse FS3252.

Fig. 188. La fosse FS3320.

Fig. 188. La fosse FS3320.

Fig. 189. La fosse FS3261.

Fig. 189. La fosse FS3261.

Fig. 190. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour la fosse 3199 (cf. fig. 125).

Fig. 190. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour la fosse 3199 (cf. fig. 125).

2.2. Les analyses

2.2.1. La palynologie

(S. G.)

Les fosses FS3190 et 3220 (fig. 265)

109Les données exploitables sont assez faibles et correspondent à deux échantillons prélevés dans la fosse FS3190 et à un prélèvement isolé réalisé dans la fosse FS3220.

110La palynologie montre, par les taux très faibles du pin et du maquis, qu’il y avait très peu d’apports régionaux et donc que les fosses fonctionnaient indépendamment du fossé FO3179 alors comblé.

111Les valeurs respectives des lentilles d’eau (Lemna minor) et des Brassicaceae marquent la présence temporaire d’eau dormante, ou du moins un haut niveau de la nappe.

112Les valeurs des céréales et des rudérales (rumex acetosa/oseille des prés, Artemisia/armoise, Plantago lanceolata/plantain lancéolé) sont le témoin d’une possible activité agropastorale.

1132.2.2. La malacologie

(S. M.)

FS3199 US3200 #535

114Cet assemblage comprend peu de malacofaune mais elle est relativement bien diversifiée (fig. 190). Elle indique des formations prairiales (Cochlicella acuta) relativement humides (Vallonia pulchella). L’abondance de l’espèce palustre Oxyloma elegans traduit le développement d’une végétation de type roselière à proximité ou à l’intérieur de la fosse ; cette espèce peut être associée à l’espèce aquatique Anisus leucostoma de milieu temporaire et stagnant. Enfin, la présence de Monacha cantiana suggère un certain embroussaillement du milieu local. On peut donc suggérer l’existence d’une prairie saisonnièrement engorgée et comprenant des micro-habitats plus fermés de type broussailles.

2.2.3. L’entomologie

(P. P.)

115Deux échantillons non « stériles » provenant des fosses FS3199 et FS3197 sont extrêmement riches en fragments et en taxons de coléoptères, avec 164 taxons. Les autres ordres d’insectes recueillis sont peu nombreux (hétéroptères en très petit nombre).

2.2.3.1. Habitats aquatiques

116Peu nombreuses, on note seulement sept espèces de Dytiscides – tous des ubiquistes – dont Guignotus pusillus, Agabus bipustulatus et Colymbetes fuscus qui vivent dans tous types de collections d’eau : flaques, étangs, rivières à cours lent… Les groupes d’aquatiques les mieux représentés sont les Hydraenidae et les Dryopidae ; cette dernière famille est particulièrement riche en individus mais ne compte qu’un seul taxon, Dryops sp., vivant dans la boue au bord des cours d’eau et des mares, parfois en très grand nombre. Pas moins de 167 spécimens ont été dénombrés. Quelques espèces d’Hydrophilides vivent exclusivement dans les eaux stagnantes ou les parties les plus calmes des cours d’eau : Helophorus sp., Helochares lividus, Limnoxenus niger, Hydrophilus caraboides.

2.2.3.2. Faune synanthrope, coprophage, coprophile

117Cette catégorie est l’une des plus importantes dans les assemblages. Il faut signaler au premier rang des espèces bien connues le charançon Sitophilus granarius, grand destructeur de céréales entreposées et presque exclusivement synanthrope. Toutefois, un seul spécimen a été identifié. Les autres espèces constantes des habitations humaines où des denrées alimentaires sont stockées dans des conditions de conservation précaires sont totalement absentes, ce qui indique qu’aucun lieu de stockage de denrées alimentaires n’était présent à proximité des points de prélèvement. Aglenus brunneus est une espèce dont le biotope favori est l’accumulation de paille moisie à l’intérieur de bergeries. Enfin, un grand groupe d’espèces est composé d’insectes coprophages (se nourrissant directement d’excréments) ou coprophiles (liés indirectement aux excréments), le passage aux détritiphages liés aux matières animales ou végétales en décomposition se faisant de manière progressive. Dans nos assemblages fossiles, il s’agit des Hydrophilides Cercyon, de Megasternum boletophagum, de tous les Histérides, de beaucoup de Staphylins comme les Oxytelus, les Xantholinus, le Scarabéide Pleurophorus caesus. Les autres Scarabéides Onthophagus et Aphodius sont des coprophages biens caractérisés, alors qu’Aphodius granarius fréquente plus volontiers les matières en décomposition. Cette communauté de coprophages est particulièrement riche, avec de grandes espèces comme le Scarabaeus semipunctatus (proche du scarabée sacré), le Gymnopleurus, le Sisyphus schaeferi, etc. L’abondance du petit coprophage Onthophagus furcatus dans les échantillons analysés est remarquable.

2.2.4. Carpologie, anthracologie et xylologie

(L. B., I. F., C. S.)

2.2.4.1. La carpologie

118Un prélèvement carpologique provenant de la fosse FS3220 a livré seulement quatre carporestes imbibés. Il s’agit de semences de nitrophiles, adventices ou rudérales, Fumaria officinalis et Solanum nigrum, ainsi que d’une plante affectionnant souvent les sols humides (Carex sp.). L’indigence des résultats n’autorise aucune interprétation carpologique de la fosse. La fosse de plantation n’a pas fait l’objet de prélèvement sédimentaire mais de multiples semences non carbonisées ont été recueillies lors de la fouille : il s’agit pour totalité de graines de gourde calebasse (Lagenaria siceraria) (pl. 1, D).

2.2.4.2. La xylologie et l’anthracologie

119L’analyse anatomique de trois fragments de bois provenant de la fosse 3214 a mis en évidence la présence de trois essences différentes : la vigne (Vitis vinifera), le saule (Salix sp.) et une autre angiosperme non identifiée spécifiquement en raison des dommages subis par la structure anatomique. Les éléments observables nous font penser soit au figuier soit au frêne. Enfin, cinq taxons sont distingués parmi les charbons inclus dans le comblement de la fosse 3220 : Fraxinus (frêne), Prunus type avium (rosacée type merisier), Pinus sp. (pin d’Alep ou pin pignon), Quercus (caduc) et Ulmus.

2.3. Les mobiliers et la faune

2.3.1. La céramique

(E. P.)

120L’ensemble du mobilier mis au jour reste modeste. Le terminus ante quem est donné par une petite série de pièces de céramique renvoyant au Bas-Empire, localisée dans le comblement de quatre fosses de culture (US3198, 3200, 3245, 3321, 3338). Il s’agit de deux bords de pots à feu en céramique à pâte brune liguro-provencale tardive (fig. 191 – nos 1 et 2), d’un couvercle africain de type Hayes 196 (fig. 191 – no 3) appartenant à une variante tardive du IVe siècle apr. J.‑C. (Bonifay 2004, fig. 121 n° 8), d’un bord d’amphore de type africaine 3A / Keay 25.1 (fig. 191 – no 4) et d’un bord d’amphore Keay LII (fig. 191 – no 5). Ces deux derniers objets renvoient au IVe siècle apr. J.‑C.

2.3.2. Instrumentum

(Y. L.)

121Épingle à cheveux à tête zoomorphe – Inv. n° 32 – Alliages cuivreux – H. : 51 mm ; long. : 32 mm

122Cette épingle en bronze représente un coq debout au modelé sommaire découvert dans un contexte chronologique daté de la première moitié du IVe siècle apr. J.‑C. (phase 4B).

123L’oiseau présente deux pattes jointives formant le départ d’une longue tige dont les ergots sont confondus et disposés sur une protubérance. En dessous se développe la tige de section ovale dont l’extrémité n’est pas conservée. Les ailes sont légèrement détachées du corps qui est stylisé en forme de croissant. La queue est généreusement développée. La surface originelle a disparu et les seuls témoignages conservés du plumage sont matérialisés par le collier en relief au niveau du cou de l’oiseau et les nombreuses irrégularités de surface qui attestent la présence d’un traitement du plumage sur l’ensemble du corps du gallinacé. La tête est brisée et seul le vestige du début du relief de la caroncule est conservé sur une face (fig. 192).

124De nombreuses représentations de coq sont attestées dans la statuaire en bronze gallo-romaine (Faider-Feytmans 1957, nos 168 à 178 ; Rolland 1965, nos 278 et 278 bis ; Boucher 1971, 107, no 79 ; Boucher, Tassinari 1976, 96-97, n° 97 ; Oggiano-Bitar 1984, nos 298 et 299 ; Feugère 2001) et témoignent de l’importance du culte à Mercure (Faider-Feytmans 1979, n° 31). Dans le département du Var, on connaît un exemplaire de figurine de coq en plomb retrouvé lors des fouilles de Besagne-Dutasta à Toulon en 1985 (inédit). Attribut privilégié du dieu au caducée, le roi de la basse-cour peut également « être associé à Esculape, dont il est la victime sacrificielle par excellence et il figure également parmi les animaux associés aux lares domestiques » (Santrot et al. 1996, 274).

125Le type d’épingle en bronze à tête zoomorphe (Lerat 1962, 524, fig. 14 et 15) est connu durant toute l’époque romaine. Cependant, malgré la rareté des représentations de coq, on pourra signaler quelques comparaisons, malheureusement non datées, avec l’exemplaire de Fréjus à Autun (Autun-Augustodunum 1987, 201, n° 381-f), Rennes (Labaune-Jean 2009, 31) ou encore Mercin-et-Vaux (Aisne) (Pichon 2002, 306).

126Afin d’apporter des indices mieux documentés, notamment en ce qui concerne la datation, il convient de se rapprocher des études réalisées sur les épingles en os travaillé à têtes zoomorphes. Ainsi, certaines épingles en os de type Béal A.XX, 9 et A.XX, 1 peuvent présenter des têtes sculptées en forme d’oiseaux. On retrouve ce type d’objet en Gaule : Nîmes (Béal 1984, n° 242), Vienne (Cat. Dijon 1978, n° 326), Lyon (Béal 1983, n° 741) ou encore Rouen (Rouen 1982, n° 107) mais également à travers l’Empire romain : en Bretagne (Portchester Castle : Cunliffe 1975, n° 97), en Germanie (Mayence : Lindenschmidt 1889, pl. XVIII, n° 29) ou encore en Pannonie (Biró 2003, fig. 8-9 ; 2005, 204). La très grande majorité de ces épingles est datée du IVe siècle apr. J.‑C. et correspond très exactement au contexte de découverte de l’exemplaire de Fréjus.

127Cette analogie entre les épingles en bronze et en os travaillé tend à montrer que la représentation de volatiles, quelle que soit l’espèce représentée, est caractéristique du IVe siècle apr. J.‑C.

Fig. 191. Matériel céramique de la phase 4B.

Fig. 191. Matériel céramique de la phase 4B.

Fig. 192. Épingle à cheveux à tête zoomorphe.

Fig. 192. Épingle à cheveux à tête zoomorphe.

Fig. 193. Comparaison de différents sites urbains de la même période.

Fig. 193. Comparaison de différents sites urbains de la même période.

2.3.3. La faune

(M. L.)

128Les niveaux du Bas-Empire ont livré un plus grand nombre de restes osseux (73 fragments identifiés). Parmi ceux-ci, les restes de bovins forment l’ensemble le plus important : 49,3 % du nombre total de restes déterminés pour les états A et B de la phase 4 (fig. 193). L’âge d’une dizaine individus a pu être établi : la majorité était adulte (sept animaux de plus de 4 ans), seul un petit nombre de jeunes a été identifié (trois individus de moins de 3 ans). Les restes de petits ruminants et de porcs sont en diminution par rapport à la phase 3, les fragments d’ovins/caprins ne représentent qu’un tiers du mobilier (32,8 % du NRD), mais la plus forte baisse concerne les os de porcs qui ne comptent que 1,4 % des fragments osseux déterminés.

  • 12  Ostéométrie : 1er radius GL : 301, Bp : 90, BFp : 82, SD : 45, Bd : 79/2e radius GL : 290, Bp : 83 (...)
  • 13  Ostéométrie : métatarse GL : 227, Bp : 51, SD : 29,1, Bd : 59.
  • 14  Étude à paraître dans Claude (S.), Nin (N.) (dir.) : Les fouilles archéologiques du Palais Monclar (...)
  • 15  Quartiers de Pourtoules et de Saint Florent d’Orange (Columeau 2002, 109).
  • 16  Faune de la phase 4, l’îlot VI (Leguilloux 2006, fig. 1, 425).
  • 17  Ces proportions restent stables quelle que soit la localisation du site, en secteur urbanisé ou en (...)
  • 18  66 % du NRD sur le site de l’Esplanade (Congès, Leguilloux 1991).
  • 19  La villa du Quartier Régine à Puits-Ste-Réparade (Bouches‑du‑Rhône) (Chapon et al. 2007), Les Laur (...)

129Les mesures ostéométriques sont rares, trois mesures de tailles de bovins ont cependant été relevées en fonction des critères établis par A. von Den Driesch (1976) : deux vaches mesurant respectivement 125 et 130 cm12 et un taureau mesurant 136 cm au garrot13. Ces tailles entrent dans la moyenne des animaux évoluant sur les sites urbains du sud de Narbonnaise aux périodes du Bas-Empire (Forest, Rodet-Belarbi 1998). Les proportions de restes par espèces contrastent avec celles des contextes urbains similaires de la province. Dans les villes comme Aix‑en-Provence ou Orange, les mobiliers présents dans les dépotoirs urbains contiennent une forte proportion de restes de porcs. Sur le site aixois de Monclar14, ils représentent plus de la moitié du mobilier osseux (66 % des restes), alors que les bovins (16 % des restes) et les petits ruminants (15 %) sont en faible quantité. À Orange, plusieurs habitations dans la ville antique15 ont livré du matériel du IIIe siècle : les ossements bovins représentent une part non négligeable de celui-ci. Dans le quartier de Pourtoules, ils sont aussi nombreux que les os de porcs (25 % pour les restes de porcs, 22 % pour les restes de bovins), seul le mobilier provenant du site de Saint‑Florent, présente un déséquilibre dans les proportions de restes porcins et bovins, mais ces derniers représentent malgré tout un quart du matériel osseux (respectivement 44 % et 24 % du NRD). Dans ces lots de faune issus des deux sites d’Orange, les ossements d’ovins et de caprins ne sont qu’une faible partie du mobilier (17 % et 12 % du NRD). Sur le site d’Olbia-de-Provence (Hyères, Var), entre le Ier et le IIIe siècle apr. J.‑C., les restes de bovins augmentent progressivement tandis que les ossements de porcs diminuent. En termes de pourcentages de nombre de restes, ces deux espèces se retrouvent à égalité au Bas-Empire, 32 % pour les os de porcs, 34 % pour les os de bovins et 29 % pour les moutons/chèvres16. Sur de nombreux sites urbains, la quantité des ossements d’ovins/caprins dans le matériel faunique n’augmente qu’après le Bas-Empire au détriment des restes de suidés en forte diminution. Le faible taux de fragments osseux de cette espèce dans les niveaux de la phase 4 ne trouve des parallèles sur d’autres sites urbains qu’à partir du Ve siècle apr. J.‑C.C’est le cas en particulier de plusieurs sites marseillais17 ainsi que des sites arlésiens18. Les niveaux de l’Antiquité Tardive dans ces deux grandes villes présentent des taux élevés de restes d’ovins et de caprins, en moyenne 65 % des ossements identifiés. Les caractéristiques du mobilier osseux de cette phase, à l’instar de ce qui avait été observé au cours de la phase précédente, ne trouvent de parallèles que dans le monde rural. De telle composition faunique, à savoir la forte présence d’ossements de moutons/chèvres dans le mobilier se rencontre dans les faunes des villae de la même période19.

130Les exploitations agricoles toujours en activité dans la région pendant cette période de l’Antiquité livrent une faune marquée par d’importants restes osseux d’ovins/caprins (un tiers du mobilier dans la plupart des cas) et de bovins (entre un tiers et la moitié du mobilier selon les cas) traduisant une activité pastorale fortement marquée par les petits ruminants et la multiplication des troupeaux de bovidés.

2.4. Datation de la phase 4B

(P. E.)

  • 20  Vaucluse, Avignon, Musée Calvet – Rolland 1965, nos 278 et 278 bis ; Isère, Vienne – Boucher 1971, (...)
  • 21  FR06 #632 1570±30BP / 68.2% probability / 430AD (68.2%) 540AD / 95.4% probability / 420AD (95.4%) (...)

131De l’étude du mobilier céramique il ressort que la phase 4B se met en place dans le courant du IVe siècle apr. J.‑C. La datation C14 effectuée sur un fragment de bois20 découvert dans le comblement de la fosse FS3220 (3222) permet d’envisager une mise en culture au moins jusqu’à la première moitié du Ve siècle apr. J.‑C.21

2.4.1. Interprétation

(L. B., P. E.)

132L’ensemble des analyses convergent pour définir ces creusements comme des fosses de plantations. Le milieu paraît également moins humide que lors de l’état antérieur et le long fossé de ce même état semble déjà partiellement colmaté et donc hors d’usage.

133La distinction entre l’influence de l’environnement local et les taxons provenant directement des espèces mises en terre dans les fosses permet de supposer un espace complanté. Des arbres cultivés étaient très probablement présents : des figuiers, de la vigne, mais aussi probablement des pins pignon, des pruniers et des saules. La vigne pouvait être conduite en taille basse mais également mariée aux arbres, notamment aux essences précédemment citées. Ce dernier type de culture pourrait être nettement illustré par la fosse FS3214. L’existence de cultures herbacées est également envisageable d’après la carpologie, en particulier la culture du fenouil et de la gourde calebasse. D’autres arbres et herbacées cultivés sont plus ponctuellement attestés (noyer, mûrier, noisetier, aneth, céréales, coriandre…) ; les éléments à l’appui d’une culture sur place sont de fait plus labiles. Un important cortège de mauvaises herbes ou plantes rudérales documenté par la carpologie va dans le sens d’une exploitation horticole de la parcelle. Toutefois, les informations dont nous disposons ne permettent pas de spécifier si cet usage est au maximum de son activité ou si le terrain connaît déjà un début d’abandon, les arbres fruitiers seraient alors dans un milieu en voie d’enfrichement. Un certain embroussaillement du milieu local est notamment illustré par l’étude malacologique qui met en lumière la présence de Monacha cantiana.

134L’existence de cultures de surfaces intercalaires (maraîchage) peut être envisagée entre les cultures de vignes et autres fruitiers. Le comblement sombre, à dominante sablo-limoneuse, emplissant les fosses correspond probablement à un enrichissement du sol à base de fumier et d’apport d’engrais organique, comprenant des excréments et des matières animales et végétales en décomposition comme le laisse supposer la présence de nombreux coprophages et détritiphages.

135La présence de nombreux ossements d’animaux, probables reliefs de repas, peut s’accorder aux prescriptions de nombreux auteurs comme le rappelle Pline (XVII, 2) : « Les autres auteurs s’accordent pour regarder comme le premier des engrais le résidu des repas humains. » Une fois comblées et plantées, les fosses présentaient encore une faible dépression.

136La lecture d’une organisation spécifique au sein de l’ensemble de fosses n’est pas aisée. À l’exception de la fosse FS3139, toutes les autres se trouvent soit sur le tracé de l’ancien fossé FO3179, soit à son contact direct. De fait, elles suivent un alignement cohérent avec la phase précédente, sud-ouest/nord-est.

137Dans le secteur A1, l’espacement entre les 8 fosses (de FS3195 à FS3246) varie de 2,50 m à 5 m, avec une moyenne que l’on situe vers 3,80 m. S’il ne ressort aucune véritable régularité métrologique, l’espacement entre les fosses laisse à l’évidence la place à des arbres pour se développer. Pline (XVII, 17) rappelle l’importance de cet espacement et donne comme seule valeur un minimum de neuf pieds. Il précise également que cet espacement varie en fonction de l’arbre planté, par exemple pour un figuier il doit être plus important que pour un grenadier… La nécessité de conduire au mieux les arbres afin de dégager des espaces non ombragés pour permettre le développement d’autres cultures comme celles des calebasses par exemple, est illustrée par la découverte de piquets obliques signifiant la présence d’un système de tuteur en « V » permettant le pallissage. Enfin, le choix d’espèces affectionnant les milieux humides (saules, frênes, figuiers, calebasses…) est manifeste.

138L’apparence de l’exploitation que nous renvoient la fouille et les analyses botaniques, montre un lieu riche de nombreuses variétés, que celles-ci soient cultivées directement sur la parcelle fouillée ou à proximité. Cette image évoque de façon frappante le domaine idéal décrit par Caton (1) : « Si vous me demandez quel est le meilleur domaine, je vous répondrai : sur un domaine de cent arpents, et bien situé, la vigne est la meilleure récolte, si elle est productive ; je place ensuite un potager arrosable ; au troisième rang une oseraie, en quatrième l’olivier ; en cinquième une prairie ; en sixième, les céréales, en septième un taillis ; puis un verger, et enfin un forêt de chênes. » On notera que sur les deux époques d’exploitation, l’essentiel de ces cultures est attesté.

3. La phase 4, état C

3.1. Description

(P. E.)

139L’état C correspond à l’abandon de la zone cultivée (zone 3) qui se matérialise par le comblement définitif des hauts de fosses de plantation et le dépôt d’un niveau sablo-limoneux gris recouvrant le fond de la bande anciennement en culture (3164B, 3025, 3035, 3060). Cette couche est comprise entre les deux murs MR3040 et 3042 et recouvre leur arase.

140Son épaisseur est variable et sa texture est très hétérogène, elle peut paraître très limoneuse et compacte par endroit, ou bien beaucoup plus sableuse et meuble. L’origine de ce dépôt paraît être une sédimentation naturelle d’origine fluviatile issue des crues du Reyran.

Fig. 194. Matériel céramique de la phase 4C.

Fig. 194. Matériel céramique de la phase 4C.

3.2. Le mobilier céramique

(E. P.)

141L’ensemble du mobilier mis au jour est résiduel. La pièce la plus tardive est le bord d’une amphore africaine 2C (fig. 194) dont les exemplaires les plus récents datent du IVe siècle apr. J.‑C. (Bonifay 2004, 114).

3.3. Datation

(P. E.)

142L’abandon de la parcelle cultivée doit être situé dans le courant du Ve siècle apr. J.‑C. Les niveaux de recouvrement ne sont composés que de matériel résiduel et l’absence de mobilier de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge paraît indiquer un abandon assez rapide et généralisé de la zone.

4. Conclusion générale de la phase 4

(P. E.)

  • 22   Une zone funéraire s’étendait entre le quartier Villeneuve et le Clos Saint-Antoine dès le Ier si (...)
  • 23   Renseignement M. Pasqualini.

143Les traces d’occupation remontant à ces périodes ont été jusque là très ténues dans le quartier de Villeneuve. Jusqu’alors elles étaient surtout représentées par des inhumations22. À 200 m au sud du mausolée de la Tourrache, une tombe en bâtière isolée mentionnée par P.-A. Février en 1950 pourrait, selon L. Rivet (Rivet et al. 2000, 344) dater de l’Antiquité tardive. Les deux tombes, de même type, découvertes à l’occasion du diagnostic archéologique dans la partie nord du terrain (Michel 1999, 14), n’ont malheureusement pas été datées, mais pourraient probablement remonter à l’Antiquité tardive. À Villa Romana, une calotte crânienne découverte dans le fond d’un grand fossé de l’époque moderne dans la partie sud du site (FO3081, US3137) atteste également qu’une zone de nécropole existait anciennement à proximité. Également, lors d’un diagnostic archéologique réalisé sur la parcelle située immédiatement au sud de la rue Jean-Carrara, une sépulture bouleversée a été observée, sans datation précise23. Enfin, lors du diagnostic réalisé sur les thermes de Villeneuve (Excoffon, Ardisson 2008, 35-36) une tombe bâtie en briques bipédales (SP4010) a été découverte le long du mur de clôture MR4012. Repérée dans la nappe phréatique, elle n’a pas été fouillée et sa datation reste discutable, mais nous avons malgré tout proposé de dater cette tombe de la fin de l’Antiquité.

144Bien qu’aucune trace de réoccupation pour ces périodes n’ait jamais été découverte dans les bâtiments thermaux, le fait qu’ils soient restés en élévation jusqu’à nos jours laisse supposer qu’ils aient pu être utilisés et réaménagés durant cette même époque. La découverte de céramiques tardives, dont un pot liguro-provençal dans les sondages réalisés récemment dans le bâtiment (Excoffon, Ardisson 2008) constitue un argument supplémentaire pour envisager l’utilisation de ce bâtiment encore durant la phase 4B de Villa Romana.

145Plus au nord, dans le quartier des Aiguières, une « fréquentation » est attestée jusqu’au IVe siècle apr. J.‑C. sur les décombres d’un monument antique, où 297 monnaies constantiniennes ont été découvertes (Goudineau, Brentchaloff 2009, 24-25 et 59-60).

146Cette réoccupation est qualifiée de campement et d’abri provisoire, bien que la découverte du numéraire pousse les auteurs à relativiser ce caractère temporaire.

147Cette zone ne se trouve qu’à un peu plus de 200 m des thermes de Villeneuve. L’ensemble de ces découvertes et la mise en évidence de terres agricoles sur le site de Villeneuve montrent un aspect bien différent de ce quartier que l’on disait relativement déserté après la fin du IIe siècle apr. J.‑C. Bien sûr, quoique contemporaines, ces diverses découvertes éparses ne relèvent peut-être pas d’un même ensemble mais montrent tout de même que le secteur reste occupé et actif au moins jusqu’au début du Ve siècle apr. J.‑C.

148L’existence d’une zone agricole au-delà des remparts de la ville à partir du IIIe siècle et jusqu’au Ve siècle apr. J.‑C. est un phénomène qui jusque-là n’avait jamais été mis en évidence. En effet, au IIIe siècle apr. J.‑C., Fréjus, comme le reste de la Provence, a connu une période de mutation. Dans la ville, de nombreux secteurs sont abandonnés et l’occupation paraît se disséminer au sein de la ville antique. Les découvertes récentes tendent à donner une image plus contrastée de l’occupation et révèlent une cartographie en « peau de léopard » pour les IVe et Ve siècles apr. J.‑C. (Excoffon 2010c).

149Les découvertes de Villeneuve montrent que si l’occupation en ville tend à se relâcher, l’exploitation des champs directement au contact de la cité n’est absolument pas délaissée. Mais il serait trop optimiste d’employer un tel argument pour atténuer les stigmates d’une crise qui paraît pourtant bien réelle. En effet, ce phénomène pourrait y être directement lié, comme l’effet d’une pression comprimant une espace beaucoup plus vaste que le seul périmètre urbain de Fréjus. Ainsi, si l’on considère le quartier suburbain de Villeneuve comme tel jusqu’à la fin du IIe siècle apr. J.‑C., cela suppose nécessairement que les champs exploités par la ville se trouvent au-delà de cette limite. Le fait que cette zone se transforme en espace agricole au IIIe siècle apr. J.‑C., montre finalement un phénomène de repli. L’espace urbain diminue et les zones de cultures se resserrent autour d’un noyau réduit.

150Quoiqu’il en soit, les données sur l’exploitation agricole autour de Fréjus sont archéologiquement bien trop faibles aujourd’hui pour privilégier un modèle, qu’il soit à tendance expansive ou régressive.

Anmerkungen

1  En effet, nous avons situé ces niveaux pour la phase 3 au minimum à une cote située aux alentours de 1 m NGF.

2  Données prises sur une masse volumique apparente moyenne pour le sable de 1500 kg/m3.

3  Guibal, non publié.

4  Le type anatomique Quercus ilex/coccifera regroupe deux taxons impossibles à distinguer sur la base d’une analyse anatomique de leur bois : le chêne vert (Quercus ilex L.) et le chêne kermès (Quercus coccifera L.) (Schweingruber 1990).

5  Le nom de métier viminarius, issu de vimen, l’osier, est, pour sa part, attesté une seule fois en épigraphie.

6  Nous devons l’hypothèse de restitution à G. Barbier, artisan vannier.

7  Travail à trois brins en général qui permet de maintenir les montants verticaux en donnant de la solidité à la base du panier (Barbier, Pichonet 2001).

8  Code Villeneuve : # 631, code labo : Poz-20220.

9  1780±30BP / 68.2% probability / 210AD (68.2%) 330AD / 95.4% probability / 130AD (95.4%) 340AD.

10  Nous avons estimé pour la seule partie fouillée 318 m², soit 477 tonnes.

11  Estimation faite à partir des travaux réalisés sur le chêne sessile et le chêne pédonculé dans l’Est de la France (Lambert 1998).

12  Ostéométrie : 1er radius GL : 301, Bp : 90, BFp : 82, SD : 45, Bd : 79/2e radius GL : 290, Bp : 83,5, BFp : 77,6, SD : 43,2, Bd : 74,5, BFd : 69,5.

13  Ostéométrie : métatarse GL : 227, Bp : 51, SD : 29,1, Bd : 59.

14  Étude à paraître dans Claude (S.), Nin (N.) (dir.) : Les fouilles archéologiques du Palais Monclar (1992-1996).

15  Quartiers de Pourtoules et de Saint Florent d’Orange (Columeau 2002, 109).

16  Faune de la phase 4, l’îlot VI (Leguilloux 2006, fig. 1, 425).

17  Ces proportions restent stables quelle que soit la localisation du site, en secteur urbanisé ou en zone portuaire (Jourdan 1977, Leguilloux 1995, Leguilloux 1998).

18  66 % du NRD sur le site de l’Esplanade (Congès, Leguilloux 1991).

19  La villa du Quartier Régine à Puits-Ste-Réparade (Bouches‑du‑Rhône) (Chapon et al. 2007), Les Laurons aux Arcs-sur-Argens (Var) (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990), St‑Michel à La Garde (Var) (Columeau 1991) et Les Mesclans à La Crau (Var) (Leguilloux 1996-1997).

20  Vaucluse, Avignon, Musée Calvet – Rolland 1965, nos 278 et 278 bis ; Isère, Vienne – Boucher 1971, n° 79, 107 ; Rhône, Décines-Charpieu – Boucher, Tassinari 1976, 96-97, n° 97 ; Aude, Moussan – Feugère 2001 ; Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence-Marseille – Oggiano-Bitar 1984, nos 298-299 ; Belgique, Grobbendonk – Faider-Feytmans 1979, n° 31 / 1
Code Villeneuve : #632, code labo : Poz-20287.

21  FR06 #632 1570±30BP / 68.2% probability / 430AD (68.2%) 540AD / 95.4% probability / 420AD (95.4%) 560AD.

22   Une zone funéraire s’étendait entre le quartier Villeneuve et le Clos Saint-Antoine dès le Ier siècle apr. J.‑C., comme en témoigne le Mausolée de la Tourache ou encore le fragment d’inscription découvert par J.-F. Girardin à Villeneuve, daté antérieurement au règne de Claude (Gascou, Janon 1985, nos 16-51-52. Le fragment de pulvinus d’autel funéraire découvert dans le puits PT2003 édifié à l’époque moderne (voi infra p. 170-171) remonte à la même période et pourrait donc provenir de ce même secteur.

23   Renseignement M. Pasqualini.

Abbildungsverzeichnis

Titel Fig. 130. Plan d’ensemble des vestiges de la phase 4A.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-1.png
Datei image/png, 142k
Titel Fig. 131. Diagramme stratigraphique de l’ensemble de la phase 4.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-2.png
Datei image/png, 4,1k
Titel Fig. 132. Vue d’ensemble de la lanière PAA3063, vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 148k
Titel Fig. 133. Relevé en plan et en élévation d’une section du mur MR3040.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-4.png
Datei image/png, 116k
Titel Fig. 134. Des éclats de grès sont mêlés au sédiment, il s’agit des résidus du niveau de construction.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 476k
Titel Fig. 135. La tranchée FO3179 dont le tracé est relativement rectiligne.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-6.png
Datei image/png, 576k
Titel Fig. 136. Les tranchées et fossés perpendiculaires à FO3179.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 880k
Titel Fig. 137. Des tranchées « secondaires » ont également été creusées, à l’image de FO3211.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 356k
Titel Fig. 138. Ensemble de fosses, fossés et trous de poteaux à l’extrémité ouest du secteur 3.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 556k
Titel Coupe 2c.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-10.png
Datei image/png, 91k
Titel Fig. 139. Une activité artisanale, sans doute plus marquée qu’ailleurs, a produit un sol compact, très charbonneux.
Bildunterschrift Le rectangle sombre au second plan correspond à cet espace.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 316k
Titel Fig. 140. Monnaie abandonnée sur le sol SL3308.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 172k
Titel Fig. 141. L’ensemble des fossés constituant le réseau PPA3063 (ici FO3179) est creusé directement dans le sable.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-13.png
Datei image/png, 677k
Titel Fig. 142. Caractéristiques des fossés perpendiculaires de PPA3063.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-14.png
Datei image/png, 27k
Titel Fig. 143. Comblement inférieur du fossé FO3179.
Bildunterschrift Sur le relevé, correspondant à l’extrémité orientale du fossé, les fosses constituent des aménagements plus tardifs.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-15.png
Datei image/png, 1,2M
Titel Fig. 144. Au sein de cet ensemble étaient disposés de nombreux sarments de vignes (3225), comme dans FO3223.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 316k
Titel Fig. 145. On retrouve ces sarments également directement sur le sable et recouverts de compost, comme dans FO3264.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 120k
Titel Fig. 146. Photographies des principaux faciès identifiés en microscopie dans le remplissage du fossé FO3255.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-18.png
Datei image/png, 606k
Titel Fig. 147. Photographies des principaux faciès identifiés en microscopie dans le remplissage du fossé FO3179.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-19.png
Datei image/png, 583k
Titel Fig. 148. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour le fossé 3179 (cf. fig. 125).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-20.png
Datei image/png, 15k
Titel Fig. 149. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour le fossé 3223 (cf. fig. 125).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-21.png
Datei image/png, 14k
Titel Fig. 150. Stratigraphie du comblement et relevé du bassin BS3339.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-22.png
Datei image/png, 85k
Titel Fig. 151. Bassin rectangulaire composé de quatre planches de récupération.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 156k
Titel Fig. 152. Les planches sont plaquées contre le sable.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 224k
Titel Fig. 153. Le coffrage est maintenu par quatre pieux.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 200k
Titel Fig. 154. La paroi MR5 (G. Boetto).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-26.png
Datei image/png, 38k
Titel Fig. 155. Paramètres descriptifs des pieux du bassin BS3339.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-27.png
Datei image/png, 16k
Titel Fig. 156. 3339 - 10 (S. Greck).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-28.png
Datei image/png, 206k
Titel Fig. 157. 3339 - 8 (S. Greck).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-29.png
Datei image/png, 46k
Titel Fig. 158. 3339 - 7 (S. Greck).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-30.png
Datei image/png, 115k
Titel Fig. 159. 3339 - 9 (S. Greck).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-31.png
Datei image/png, 52k
Titel Fig. 160. Courbes représentatives des chronologies individuelles constitutives de la chronologie moyenne Fréjus 4.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-32.png
Datei image/png, 57k
Titel Fig. 161. Dans le fond du bassin BS3339 se trouvait un amas de pierres et de fragments de mortier (US3343).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-33.jpg
Datei image/jpeg, 460k
Titel Fig. 162. Sur une dizaine de centimètres, une couche très organique et à dominante argilo-limoneuse de teinte rouge (US3341).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-34.png
Datei image/png, 122k
Titel Fig. 163. Au sein de la couche 3341 subsistaient de nombreux restes végétaux (ici, une concentration de tiges plates).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-35.png
Datei image/png, 128k
Titel Fig. 164. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour le bassin 3339 (cf. fig. 125).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-36.png
Datei image/png, 20k
Titel Fig. 165. Le contenu de cette structure a livré des rameaux de saules bruts, disposés en fagots.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-37.png
Datei image/png, 643k
Titel Fig. 166. Perche à l’extrémité fourchue.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-38.png
Datei image/png, 76k
Titel Fig. 167. Une partie du fagot après nettoyage (cl. Chr. Durand / CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-39.png
Datei image/png, 31k
Titel Fig. 168. Banaste pour la récolte des fruits (cl. G. Barbier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-40.png
Datei image/png, 126k
Titel Fig. 169. Le dépôt d’amphores FS3333 aménagé dans le sable.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-41.jpg
Datei image/jpeg, 340k
Titel Fig. 170. Le dépôt d’amphores FS3333.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-42.jpg
Datei image/jpeg, 560k
Titel Fig. 171. Le dépôt d’amphores FS3333.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-43.png
Datei image/png, 227k
Titel Fig. 172. Amphore d’Empoli .
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-44.png
Datei image/png, 20k
Titel Fig. 173. Amphores de la fosse FS3333.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-45.png
Datei image/png, 152k
Titel Fig. 174. Sesterce de Faustine divinisée.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-46.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Titel Fig. 175. Les vignobles de Cap Breton établis à l’embouchure de l’Adour (Taillentou 2005).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-47.jpg
Datei image/jpeg, 640k
Titel Fig. 176. Plan d’ensemble des vestiges de la phase 4B.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-48.png
Datei image/png, 137k
Titel Fig. 177. La fosse FS3195 pleine.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-49.jpg
Datei image/jpeg, 268k
Titel Fig. 178. La fosse FS3195 vide.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-50.jpg
Datei image/jpeg, 192k
Titel Fig. 179. Comblement de FS3195 en coupe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-51.jpg
Datei image/jpeg, 176k
Titel Fig. 180. La fosse FS3197.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-52.jpg
Datei image/jpeg, 196k
Titel Fig. 181. La fosse FS3190.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-53.jpg
Datei image/jpeg, 292k
Titel Fig. 182. La fosse FS3190 avec une concentration plus fine au centre.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-54.jpg
Datei image/jpeg, 188k
Titel Fig. 183. La fosse FS3199.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-55.jpg
Datei image/jpeg, 320k
Titel Fig. 184. La fosse FS3214.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-56.jpg
Datei image/jpeg, 356k
Titel Fig. 185. La fosse FS3220.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-57.jpg
Datei image/jpeg, 144k
Titel Fig. 186. La fosse FS3243.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-58.jpg
Datei image/jpeg, 276k
Titel Fig. 187. La fosse FS3252.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-59.jpg
Datei image/jpeg, 724k
Titel Fig. 188. La fosse FS3320.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-60.jpg
Datei image/jpeg, 128k
Titel Fig. 189. La fosse FS3261.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-61.jpg
Datei image/jpeg, 352k
Titel Fig. 190. Proportion des estimations d’abondance des taxons malacologiques terrestres pour la fosse 3199 (cf. fig. 125).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-62.png
Datei image/png, 14k
Titel Fig. 191. Matériel céramique de la phase 4B.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-63.png
Datei image/png, 47k
Titel Fig. 192. Épingle à cheveux à tête zoomorphe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-64.png
Datei image/png, 36k
Titel Fig. 193. Comparaison de différents sites urbains de la même période.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-65.png
Datei image/png, 58k
Titel Fig. 194. Matériel céramique de la phase 4C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1189/img-66.png
Datei image/png, 3,4k

Autoren

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access