Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville et campagne de Fréjus romaine

 | 
Pierre Excoffon

Première partie : la fouille

Chapitre 3. Les abords des thermes de Villeneuve durant la deuxième moitié du Ier siècle apr. J.‑C.

Pierre Excoffon, Laurent Bouby, Isabel Figueral, Caroline Shaal, Pascal Verdin, Sandra Greck, Sébastien Guillon, Frédéric Guibal, Mourad El-Amouri, Yvon Lemoine et Emmanuel Pellegrino

Texte intégral

1. La phase 3, état A

1Les vestiges en rapport avec cette phase concernent essentiellement les zones 1 et 3. Comme durant la phase précédente, la bande centrale (zone 2) est un terrain sableux exhaussé, dont les niveaux d’occupation ont totalement disparu. Il en est de même pour une partie de la zone 3, excavée lors des phases suivantes, mais la présence de structures situées sous les sols permet de retrouver la trace de quelques aménagements (fig. 58).

1.1. La zone 1

(P. E.)

1.1.1. Description et stratigraphie

  • 1  Le matériel découvert dans le comblement supérieur remonte au début de l’époque moderne (US1134). (...)

2Au sud-ouest, le mur MR2004 sert toujours de limite avec les niveaux sableux de plage, alors que les murs MR1050 et MR1261 sont totalement épierrés et leurs tranchées recouvertes. La présence uniforme d’un niveau sableux ocre rouge légèrement limoneux (US1010) recouvrant l’ensemble des aménagements de la phase précédente, indique clairement que le jardin est alors totalement transformé et toutes les plantations supprimées (fig. 59 et 60). Au nord, le mur MR1003 est construit et limite le nouveau niveau sableux ocre rouge. La surface de cet apport, d’une épaisseur variant entre 10 et 15 cm, s’établit à une altitude moyenne de 1,10 m NGF, malgré un léger pendage sud-ouest. Il permet ainsi de niveler l’ensemble de la zone, atténuant le décalage antérieur entre les secteurs B et C (cf. coupe 2a). En outre, il apparaît qu’un fort décalage altimétrique existe avec les terrains situés au nord. Bien que ce terrain soit extérieur à la zone fouillée, plusieurs observations faites lors du diagnostic archéologique réalisé en 1999, nous permettent de définir les niveaux de fonctionnement (Michel 1999). De nombreuses structures bâties ont été découvertes dans cette partie, sous une faible épaisseur de terre et les niveaux sableux apparaissent peu en dessous de la surface d’arase des murs. Toutefois, les données altimétriques (NGF) font défaut et ne permettent pas d’aller plus en avant dans cette interprétation. Il n’empêche qu’à la lecture du rapport, l’idée d’une surface de sol plus élevée dans la partie nord apparaît assez évidente. D’autres éléments viennent étayer cette hypothèse, comme le creusement d’une fosse après la fouille qui a permis de visualiser le sommet du corps sableux à une altitude minimale de 1,50 m NGF. Ce point a été confirmé par un carottage manuel. Au vu de ces indices, il semble que l’on puisse affirmer que le mur MR1003 servait de clôture sud et de mur de soutènement. Ce dernier employait des éléments de destruction du mur MR1261, comme des fragments d’enduits peints, dans sa tranchée de fondation. Il a été repéré sur toute la longueur de la parcelle et se prolongeait au-delà. Situé en limite de fouille, seul son parement sud a été dégagé. Il s’agit d’un mur massif, bâti en opus caementicium à double parement, d’une largeur de 1,15 m (fig. 61). La fondation, en tranchée (US1018), marque un léger empâtement. Le cœur du mur est fait d’un mortier compact englobant de nombreux cailloux et moellons anguleux. Le parement est réalisé avec des moellons de grès brun équarris, simplement dressés sur la face visible et de dimensions variables. Les assises sont peu régulières (fig. 62). Là où ils sont conservés, les joints sont regarnis et affleurants. Aucune trace d’enduit n’a été observée. Au-delà d’un mètre de haut, le parement a été entièrement récupéré laissant seulement apparaître le remplissage intérieur. Au plus haut, le mur est conservé sur 1,60 m et ne marque pas de fruit. Dans le mur a été ménagé un passage voûté (CN1132) dont l’arc en plein cintre est ouvert au niveau de l’extrados suite à la récupération des matériaux1 (fig. 63 et 64). L’ouverture est large de 0,50 m pour une hauteur sous l’intrados de 1,10 m et pour une flèche restituable de 0,32 m (corde au sommet de l’intrados). Les voussoirs taillés sont en grès brun de 0,32 m de longueur. Les piédroits ont bénéficié, là où ils n’ont pas été repris, d’un soin particulier, les moellons sont soigneusement taillés, les arêtes vives et les joints réguliers. L’ensemble est très similaire à l’ouverture voûtée découverte lors du diagnostic archéologique de 1999 dans la parcelle voisine située au sud-ouest (Michel 1999, 7) qui semble appartenir à la même phase de construction. La fonction de cette ouverture est difficile à définir sans connaître la nature du terrain situé en arrière. Il pourrait s’agir d’une conduite fermée destinée à évacuer l’eau d’infiltration du terrain situé en arrière, sorte de chantepleure ou barbacane. Cette évacuation est mise en place au niveau de l’ancienne conduite CN1199 condamnée lors de l’édification du mur MR1003.

3Enfin, dans la partie nord apparaît l’angle nord-ouest d’une structure bâtie (MR1136) en moellons et mortier (fig. 65). Compte tenu de la faiblesse des fondations et de la nature de l’appareillage, nous supposons qu’il s’agissait d’une structure relativement légère qui n’a malheureusement laissé que peu de traces et pour laquelle aucune fonction ne peut être identifiée.

Fig. 58. Plan d’ensemble des vestiges de la phase 3.

Fig. 58. Plan d’ensemble des vestiges de la phase 3.

Fig. 59. Vue de l’ouest de la surface du jardin de la phase 3.

Fig. 59. Vue de l’ouest de la surface du jardin de la phase 3.

Fig. 60. Au premier plan, la surface rouge 1010 recouvrant la couche sableuse 1068, visible à l’arrière-plan de la photographie (la bande sombre correspond à une des tranchées de diagnostic).

Fig. 60. Au premier plan, la surface rouge 1010 recouvrant la couche sableuse 1068, visible à l’arrière-plan de la photographie (la bande sombre correspond à une des tranchées de diagnostic).

Fig. 61. Le mur MR1003.

Fig. 61. Le mur MR1003.

Fig. 62. Relevé du mur MR1003 (M. El Amouri).

Fig. 62. Relevé du mur MR1003 (M. El Amouri).

Fig. 63. L’ouverture CN1132.

Fig. 63. L’ouverture CN1132.

Fig. 64. Relevé de l’ouverture CN1132.

Fig. 64. Relevé de l’ouverture CN1132.

Fig. 65. Structure bâtie MR1136.

Fig. 65. Structure bâtie MR1136.

Fig. 66. Coupes des fosses de plantation de la phase 3.

Fig. 66. Coupes des fosses de plantation de la phase 3.

1.1.2. Les fosses de plantation

4Après la mise en place du remblai sableux, de nouvelles fosses sont creusées (fig. 66). Quinze ont été dénombrées. Neuf d’entre elles sont alignées est-ouest. Les comblements sont à dominante limoneuse brun gris et la composition est très proche de celle des fosses de la phase précédente.

5Comme pour la phase antérieure, il s’agit de fosses de plantation réalisées et comblées selon un procédé tout à fait similaire.

  • Fosse FS1104 : forme ovale de 126 cm x 64 cm et profonde de 20 cm, située entre les murs MR2004 et MR1050. Le comblement (US1144) est argilo-sableux, brun gris et homogène.

  • Fosse FS1139 : forme ovale de 172 cm x 165 cm et profonde de 78 cm. Le comblement inférieur (US1152) est une couche indurée argilo-sableuse, brun gris, avec de nombreux charbons reposant sur le sable (fond de fosse). Quelques moellons sont présents.

6Le comblement supérieur (US1140) est argilo sableux brun gris avec taches d’oxydation. On note la présence d’un murex partiellement brûlé.

  • La fosse FS1193 : de forme ovale 97 cm x 130 cm. Au sommet se trouvait une concentration de tuiles.

  • Le comblement de la fosse (US1226) est essentiellement composé de tessons et de fragments de tuiles au sein d’une matrice argilo-sableuse brun gris avec taches d’oxydation.

  • La fosse FS1228 : de forme ovale 108 cm x 87 cm et profonde de 28 cm.

  • Le comblement (US1229) est argilo-sableux brun gris avec traces d’oxydation. 

  • La fosse FS1231 : de forme circulaire (diamètre 130 cm) et profonde de 53 cm.

  • Le comblement (US1232) est argilo-sableux brun gris avec de nombreuses céramiques

  • La fosse FS1234 : de forme ovale 111 cm x 84 cm et profonde de 40 cm.

  • Le comblement (US1235) est argilo-sableux brun gris et comprend de nombreuses céramiques et fragments de tuiles.

  • La fosse FS1270 : de petite dimension, de forme circulaire (diamètre 85 cm) et profonde de 30 cm.

  • Le comblement (US1271) est argilo-sableux brun gris, avec des graviers vers le fond et des tâches d’oxydation.

  • La fosse FS1277 : fosse de moyenne dimension.

7Contre le muret MR2004, une grande fosse (FS1089) de 4,30 m x 2,20 m sur 0,80 m de profondeur a été creusée. Sa fonction reste énigmatique. Les tranchées 1223 et 1172 sont également difficiles à interpréter. Ces deux tranchées n’étaient pas comblées par le même matériau limoneux que les fosses mais par un comblement plus sableux. Il s’agit probablement de tranchées ouvertes, peut-être de canaux de drainage creusés à même le sable.

1.1.3. Les analyses

1.1.3.1. Carpologie

(L. B., I. F., C. S.)

8Une même série d’analyses que pour la phase 2 a été tentée sur l’ensemble de ces fosses. Comme on pouvait le craindre, les fosses de plantations FS1139 et VP1017, situées au dessus de la nappe phréatique, n’ont pas livré de résultats carpologiques significatifs. Le prélèvement de la fosse 1139 contenait seulement quelques fragments attribuables à des pignons (Pinus pinea).

9Devant la faiblesse des résultats obtenus nous avons décidé de ne pas pousser plus avant l’étude de ce type de structures afin de privilégier les différents aménagements présentant des niveaux humides.

1.1.3.2. Les phytolithes

(P. V.)

FS1139, US1140

  • 2  Varron I, 22, 1 et Columelle, XI, 2, 90.

10L’assemblage de phytolithes issus du comblement de la fosse est caractérisé par la présence de phytolithes d’Arecaceae (palmiers) (2,6 %) (Piperno 2006). Cette présence de phytolithes de palmiers peut s’expliquer aussi bien par le contexte archéologique qu’environnemental. En effet, ce taxon est présent dans la végétation méditerranéenne à l’état sauvage (Chamaerops humilis L., le palmier nain) (Flora Europaea, vol. 5, 267). Mais les palmiers fournissent des phytolithes en grande quantité et il est possible que cette présence de phytolithes de ce taxon soit parfaitement intrusive : ils peuvent provenir de régions lointaines, apportés par le vent. Cependant, par la découverte de phytolithes de ce taxon dans le contexte d’une fosse de plantation, nous ne pouvons écarter l’hypothèse de la présence de cet arbre employé pour la vannerie2, son caractère alimentaire, décoratif et symbolique : à Rome, les palmes honoraient les vainqueurs. C’était une plante également à usage religieux, surtout depuis l’introduction des cultes orientaux au Ier siècle apr. J.‑C. (culte d’Isis).

11Cette découverte est donc compatible avec la nature du site de Fréjus-Villeneuve, aussi bien comme témoin de l’environnement que comme partie intégrante d’un jardin botanique (d’agrément, médicinal et potager), du Ier siècle apr. J.‑C. Mais en l’état actuel des connaissances, il n’est pas possible de trancher cette question.

1.1.4. Le puits Sb1262

(P. E., S. Gr., S. G., F. G., M. E. -A.)

12Un puits est aménagé au centre nord de la zone dans le courant de la phase, à l’emplacement de certaines fosses de la phase précédente et sur le tracé de l’ancien mur MR1050. Il s’agit d’un puits de forme rectangulaire creusé jusqu’à la nappe phréatique située à l’époque entre -0,5 et 0 m NGF (fig. 67).

1.1.4.1. Reconstitution et technique de montage

  • 3  Il s’agit de morceaux de bordés de bateaux remployés (171).
  • 4  Long. moyenne 140 cm, max. 166 cm.

13Une large fosse ovale (4,60 m x 6,20 m), profonde de 1,90 m, a d’abord été creusée dans le sable. Afin d’éviter l’effondrement des parois de sable pendant le creusement, les puisatiers ont ensuite monté un coffrage en bois3 maintenu par une trentaine de pieux de bois4 profondément plantés dans le sable à l’intérieur de la structure. Le coffrage a donc été mis en place du haut vers le bas au fur et à mesure qu’ils creusaient à l’intérieur. Pour éviter l’infiltration de sable, l’arrière du coffrage a été comblé avec du matériau tout venant, essentiellement des éléments de récupération (fragments de sols, éléments de colonnes en briques, tuiles, fragments de corniche en pierre…) (chap. 2, 6) (fig. 68). Au final, le puits mesurait 4 m x 1,60 m pour environ 1,90 m de profondeur. Le coffrage ayant servi à sa construction sert donc également de cuvelage. Cette technique de construction, surtout possible lorsque la nappe est peu profonde, trouve des parallèles encore à l’époque actuelle, notamment dans le désert du Sahel (Barouin 2003, 207).

14La position de la nappe phréatique n’a permis la conservation du cuvelage que sur moins de 0,50 m de hauteur.

1.1.4.2. Le cuvelage en bois

15Le cuvelage est composé de fragments de bordés de navire encore maintenus par 33 pieux découverts en place. La paroi nord‑ouest était la seule effondrée vers l’intérieur, les trois autres étaient encore en place malgré la pression exercée par le comblement de pierres extérieur au caisson.

16Les pieux au fût droit sont élagués et présentent des traces d’outils à chaque nœud (fig. 69 et 70). Ils portaient encore leur écorce, très bien conservée pour la plupart mais décomposée pour d’autres. Leur sommet est cassé, sans doute à la suite de l’effondrement de la structure, ou présente un cône d’érosion probablement survenu depuis la phase d’abandon du puits. Certains pieux sont cassés au niveau de la base du comblement ; ils peuvent être associés aux deux parties sommitales des pieux effondrés retrouvées au sein du comblement.

  • 5  Il a été difficile d’extraire toutes les pointes qui n’ont pu être examinées que sur neuf pieux.

17Plusieurs pieux ont pu être extraits et observés dans leur totalité. Leur longueur conservée a été mesurée ou estimée mais leur longueur originale demeure inconnue car tous étaient érodés ou cassés. Les pieux conservés jusqu’au sommet des parois du puits ont une longueur moyenne de 140 cm (long. max. 166 cm) et un diamètre moyen de 11 cm, écorce comprise (tab. 02). Deux pieux (6 et 12), plus courts (long. 90 et 64 cm ; diamètres 9 et 7 cm) disposés contre la paroi MR1280 (fig. 71) semblent installés postérieurement aux autres, sans doute pour soutenir la paroi probablement déjà fragilisée avant l’écroulement de l’ensemble de la structure. La pointe des pieux5 est formée de quatre pans plus ou moins égaux débités sur une longueur de 20 à 37 cm à l’aide d’une herminette à tranchant droit.

  • 6  Après observation à l’oeil nu de l’ensemble des pieux, l’analyse anatomique a été réalisée sur un (...)
  • 7  Pour la distribution géographique du pin d’Alep et du pin brutia voir Quézal, Médail 2003.

18Les pieux, encore pourvus de leur écorce, ont tous été confectionnés dans des pins d’Alep/brutia (Pinus halepensis Mill./Pinus brutia Ten.)6 à peine âgés de 10 à 15 ans. Un approvisionnement sur un perchis de pin local semble probable7. Une sélection délibérée des billes est attestée par l’homogénéité de diamètre, de longueur, de rectitude des fûts et d’essence. Le soin particulier apporté à la réalisation des longues pointes des pieux a permis d’atteindre la profondeur suffisante au bon soutien des murs du caisson dans le substrat de sable grossier.

Fig. 67. Puits SB1262.

Fig. 67. Puits SB1262.

Fig. 68. Paroi nord‐est du puits SB1262 (M. El Amouri).

Fig. 68. Paroi nord‐est du puits SB1262 (M. El Amouri).

Fig. 69. Pieux maintenant le coffrage du cuvelage du puits.

Fig. 69. Pieux maintenant le coffrage du cuvelage du puits.

Fig. 70. Coffrage en bois de SB1262.

Fig. 70. Coffrage en bois de SB1262.

Fig. 71. Localisation des pieux et planches.

Fig. 71. Localisation des pieux et planches.

Tab. 02 : Paramètres descriptifs des pieux du puits SB1264.

Fait

US

Index

Longueur (cm)

Diamètre (cm)

Essence ligneuse

Débit

L pointe (cm)

SB1262

1263

13

+80

10,5

Résineux

brin

-

14

+104

10

Résineux

brin

-

15

129

11,5

Type Pin d’Alep

brin

37

16

124

13

Résineux

brin

28

1264

17

138

10,5

Résineux

brin

-

18

115

12

Résineux

brin

34

19

+75

12

Résineux

brin

-

20

128

12

Résineux

brin

-

21

+142

12

Résineux

brin

-

30

117

11

Résineux

brin

-

31

+130

12

Résineux

brin

-

32

+120

11

Résineux

brin

-

44

95

10

Résineux

brin

27

45

+50

11,5

Type Pin d’Alep

brin

-

49

83

11,5

Résineux

brin

34

60

50

12

Résineux

brin

-

1265

1

166

12,5

Résineux

bri

-

2

161

12,5

Résineux

brin

-

3

+120

12

Résineux

brin

-

4

139

11

Résineux

brin

26

5

+130

11

Résineux

brin

-

42

127

11

Type Pin d’Alep

brin

31

1266

22

+82

11

Résineux

brin

-

48

+39

9

Résineux

brin

-

1280

6

90

9

Résineux

brin

-

7

166

12

Résineux

brin

26

8

-

10,5

Résineux

brin

-

9

+65

12

Résineux

brin

-

10

+90

11,5

Type Pin d’Alep

brin

-

11

+65

10,5

Résineux

brin

-

12

64

7

Résineux

brin

-

33

90

10,5

Résineux

brin

-

47

+40

10,5

Résineux

brin

-

58

64

11

Résineux

brin

20

59

-

12

Résineux

brin

-

1.1.4.3. Stratigraphie des dépôts contemporains du fonctionnement de la structure

19Seul un fin niveau argileux gris foncé lié à l’utilisation du puits a été mis en évidence (1287) sur le fond sableux du bassin (1292). Ce niveau au fond de la structure est composé de matières organiques décomposées accumulées au centre de la structure et d’une concentration de gastéropodes. Ce niveau était toutefois très perturbé par la présence de gros éléments liés à l’affaissement et à l’effondrement des parois (1291). L’analyse pollinique de ce niveau de fonctionnement (#341) met en évidence 90 % de grains de pollen d’herbacées. On observe d’importantes valeurs de Poacées, de Cypéracées, d’Ombéliferes (Apiaceae) et de Rumex sp. Un cortège de plantes que l’on retrouve facilement sur les sols acides, sableux, secs à humides.

1.1.4.4. Hypothèse de fonctionnement

20À l’évidence, la forme du puits trouve sa justification dans son mode de puisage particulier. Vitruve (X, 4) présente différentes machines destinées à puiser de l’eau en l’élevant, notamment pour l’irrigation des jardins.

21À partir de ces données textuelles et de la présence dans le fond du puits de deux blocs taillés (fig. 72 et 73), une hypothèse peut être avancée en rapprochant notre système de celui d’une roue élévatrice. Le bloc le mieux conservé est creusé d’une mortaise, présentant une usure circulaire marquée et d’une encoche (fig. 74). Si l’on restitue le bloc à plat, l’encoche a pu servir à recevoir une des extrémités d’un essieu, la mortaise servant elle à recevoir un axe vertical permettant de faire tourner une roue à engrenage horizontal, actionnant l’engrenage vertical associé à la roue elle-même. En symétrie se trouvait un bloc simplement pourvu d’une encoche destinée à recevoir l’autre extrémité de l’essieu. Celui-ci était ensuite bloqué par une fermeture fichée par deux attaches (fig. 75). Il est ainsi possible de restituer un axe de 1,60 m et une roue d’un diamètre inférieur à 3,80 m que l’on peut déduire de la profondeur et des dimensions du puits. Ce système permettait d’élever l’eau de près d’un mètre au dessus du sol du jardin.

  • 8  L’emploi de roue à chaîne à godets se retrouve surtout lorsque la nappe est profonde : 25 m à Pomp (...)

22Actuellement l’hypothèse retenue est donc une roue de type noria ou saqiya de faible diamètre et à traction humaine ou animale (Al-Hassan, Hill 1986). La faible profondeur de l’ensemble et la configuration générale ne permettent pas de restituer une roue à chaîne à godets, mais plutôt une roue en bois à augets intégrés (fig. 76 et 77), à l’image de la restitution faite de la noria de « l’Oratoire A » de Salone en Croatie (Morvillez et al. 2005)8. La forme rectangulaire du puits de Villeneuve, plaide également en faveur d’une roue à auges, les puits à chaînes à godets étant généralement carrés ou circulaires (Bouet 2005, 25). De ce fait, on se rapproche de la seconde description de Vitruve (X, 4, 3) où l’on trouve une roue montée autour d’un essieu, à laquelle on fixe des caisses étanchéifiées avec de la poix et de la cire, « …ainsi, quand des hommes feront tourner la roue avec leurs pieds, les gets pleins, portés jusqu’au haut puis revenant vers le bas, déverseront d’eux-mêmes, directement, dans le réservoir toute l’eau qu’ils auront élevée. » Les dimensions du puits et de la roue s’approchent de celles constatées sur le site de la villa du Pré Guillemin à Chassey-Lès-Montbozon en Haute-Saône (Bouet 2005, 25). Là, A. Bouet restitue une roue à auges de 4 m de diamètre dans un puits rectangulaire de 4,10 m x 0,65 m. Le système de roue à augets permet de surélever l’eau au mieux à trois quarts du diamètre de la roue (Callebat 2003, 141), soit de 2,85 m pour une roue de 3,80 m à Villeneuve. De fait l’eau était élevée de près d’un mètre au dessus du sol du jardin. Dans d’autres proportions, un parallèle nous est fourni par une mosaïque d’Apamée du Ve siècle montrant l’irrigation d’un jardin à l’aide d’une noria à aubes actionnée par courant d’eau (Dulière 1974). En terme de proportions, l’exemple de Villeneuve évoque l’hypothèse retenue lors des la fouille de la ZAC des Halles à Nîmes, en l’occurrence une roue de 2 m permettant de monter l’eau de 1 m (Monteil 1993, 53-62).

23Enfin, la proximité de l’axe vertical implique nécessairement que l’axe de rotation pour faire tourner la roue devait englober le puits, donc avoir un diamètre d’environ 5 m.

Fig. 72. Premiers comblerments du puits, avec une partie du système de puisage effondré.

Fig. 72. Premiers comblerments du puits, avec une partie du système de puisage effondré.

Fig. 73. Blocs latéraux nord du système de puisage effondrés.

Fig. 73. Blocs latéraux nord du système de puisage effondrés.

1.1.4.5. Caractéristiques de la roue : quelques indices…

  • 9  Comme les éléments de la machinerie en bois mis au jour dans un puits aux thermes de Barzan (Bouet (...)

24Seuls une planche (1266-23) et un piquet (1266-29) mis au jour dans le comblement du puits, différents des pièces de bateau qui forment le cuvelage, peuvent être hypothétiquement attribués à la roue9.

25D’une longueur minimale de 1,42 m pour une largeur de 28,5 cm et une épaisseur de 3,5 cm, la planche 1266‑23, à bords droits, ne présente aucune trace d’assemblage. Une de ses extrémités était légèrement biseautée dans sa largeur, l’autre était cassée. Percée de deux clous situés dans l’axe longitudinal central, espacés de 86 cm l’un de l’autre, elle a été débitée sur fausse dosse dans le tronc d’un sapin (Abies sp.).

26L’analyse des épaisseurs de cernes a livré une chronologie individuelle longue de 112 ans qui ne peut être en relation ni avec les autres chronologies issues du site ni avec d’autres chronologies antiques de sapin (Guibal, Pomey 2003 et 2004), sans doute en raison de l’exemplaire unique de l’échantillon et de sa singularité taxonomique.

27Il pourrait s’agir de l’un des rayons renforçant la structure de la roue, la partie biseautée correspondant alors à la partie fichée dans l’axe. Pour un diamètre de roue maximal de 3,80 m, l’hypothèse est crédible. La position des deux pointes de clous, disposées dans l’axe pourrait indiquer la position de renforts latéraux entre rayons.

28Le piquet 1266-29 a été débité dans une tige d’orme non refendu (Ulmus sp.). D’un diamètre de 5 cm, il était conservé sur une hauteur de 50 cm. Encore en place, il était enfoncé dans le sol au centre du comblement, grâce à son extrémité taillée en pointe à quatre pans. Sa proximité avec la planche 1266-23 qu’il soutenait encore lors de leur découverte peut présager d’une participation possible à l’aménagement de la roue.

Fig. 74. Bloc sud avec système d’ancrage (M. El Amouri).

Fig. 74. Bloc sud avec système d’ancrage (M. El Amouri).

Fig. 75. Bloc nord (M. El Amouri).

Fig. 75. Bloc nord (M. El Amouri).

Fig. 76. Reconstitution hypothétique du puits vue en coupe (M. El‐Amouri).

Fig. 76. Reconstitution hypothétique du puits vue en coupe (M. El‐Amouri).

Fig. 77. Reconstitution hypothétique de la noria (M. El‐Amouri).

Fig. 77. Reconstitution hypothétique de la noria (M. El‐Amouri).

1.1.5. Interprétation

(P. E.)

29La fonction de ce puits paraît donc être directement liée à l’approvisionnement en eau du secteur cultivé, sans doute un jardin, que constitue la zone 1 à cette époque. L’absence de trace d’un dispositif de distribution de l’eau n’est pas contradictoire avec l’image de nombreux exemples contemporains, celui-ci pouvait être en bois et n’aurait donc pas été conservé. Il est plus difficile en revanche de mettre cet aménagement en rapport direct avec l’alimentation en eau des thermes de Villeneuve, bien que cette question reste à élucider (Gébara, Michel 2002, 282-283). L’utilisation d’une noria n’est en aucun cas contradictoire avec l’approvisionnement de thermes, ce type d’alimentation n’a rien d’exceptionnel, rappelons simplement qu’à Pompéi, avant la construction de l’aqueduc, les thermes étaient tous alimentés par des puits équipés de machinerie (Bouet 2005, 12). À Villa Romana, le format et l’aménagement du puits laissent perplexe, d’autant que le puits se situe à une cote altimétrique inférieure à celle des thermes. Quoiqu’il en soit, ce puits permet de confirmer, comme le suggèrent Ch. Gébara et J.-M. Michel, que l’alimentation des thermes directement à partir de la nappe peut être envisagée (Gébara, Michel 2002, 283). En résumé, le puits nous paraît en réalité directement lié à l’irrigation des plantations mises en évidence, donc à l’entretien du jardin.

1.2. La zone 2

(P. E.)

30Lors de cette phase un nouveau grand mur d’orientation sud-ouest/nord-est (MR2002) est édifié à 12 m en avant du premier mur MR2004. Ce mur n’est conservé que dans sa partie nord-est sur une longueur de 17,50 m mais la trace de sa récupération est bien visible sur toute la longueur du chantier (fig. 78 et 079), soit une distance de 66 m. Ainsi on restitue un mur de plus de 73,50 m de longueur minimum. Dans sa partie conservée, le mur est large de 1,35 m. Il est constitué d’un nu appareillé de moellons de grès équarris, uniquement sur sa face sud ; au nord, au contact de la bande sableuse zone 2 (US2010), il n’apparaît qu’en fondation. Il s’agit donc, comme pour le mur MR2004, d’une structure jouant un rôle de mur terrasse. Pour l’essentiel, le cœur du mur, ou remplissage, est constitué de pierrailles, dont certaines atteignent 20 cm, mêlées dans une matrice de mortier très compacte et bien dosée (fig. 80). Il s’agit d’un soubassement ou socle de 0,45 m de haut, dont la surface a été lissée, pour présenter un « lit d’attente » horizontal afin de recevoir le corps du mur. De celui-ci il ne reste rien. Faut-il imaginer une élévation à double parement et blocage interne plus étroite ? Ou encore une colonnade ? Le soin particulier apporté à la surface d’attente du soubassement laisse entrevoir encore d’autres hypothèses, comme celle d’une élévation en terre massive compactée par exemple.

31Le dégagement au nord a permis la mise au jour de creusements horizontaux localisés sous la fondation (US2041) (fig. 81 et 82). Ceux-ci sont espacés irrégulièrement entre 0,40 m et 1,40 m et creusés sur la largeur du mur. Contrairement au mur MR2004, ce mur ne possède pas de fondations rétrécies, le soubassement est directement installé à plat sur le sable. Les empreintes circulaires pourraient correspondre au négatif laissé par des poutres disposées perpendiculairement au mur, permettant d’éviter son enfouissement en assurant une répartition des charges plus homogène au fur et à mesure de sa construction. Leur rôle s’apparente à celui des sablières, bien qu’ici elles ne soient pas disposées dans l’axe du mur il s’agirait donc d’une fondation sur rondins horizontaux d’une vingtaine de centimètres de diamètre.

32Le socle MR2002 est une structure compacte complète, que l’on doit concevoir comme une sorte d’énorme monolithe en mortier dont la charge, une fois sèche, se répartit sur l’ensemble de sa base. La mise en place des rondins perpendiculaires devait permettre essentiellement d’éviter l’enfouissement de certaines sections avant la prise complète du mortier de chaux. De même, le mur ayant été bâti sur une grande longueur – plus de 73,50 m – la volonté de conserver une surface horizontale a sans doute nécessité une préparation du terrain en amont, notamment en disposant des éléments de bois horizontaux, perpendiculairement au tracé du mur. Toutefois, force est de constater nous n’avons encore trouvé aucune comparaison se rapprochant de ce mode de construction pour l’époque antique dans le monde romain.

33L’édification de ce mur MR2002 marque donc la délimitation d’une nouvelle zone (zone 2), qui se matérialise sur le terrain sous la forme d’une bande de sable de 12 m de large (fig. 83 et 84). À l’intérieur des deux murs MR2004 et 2002, le sable apparaît à une cote altimétrique haute d’environ 1,30/1,40 m NGF, et les deux murs marquent la limite avec des terrains plus limoneux. L’analyse de la grande coupe stratigraphique permet de démontrer l’antériorité de ces niveaux sableux (coupe 2b). Il s’agit de sables lités et triés (US2010) tout à fait similaires au niveau 1068 de la zone 1 et au niveau sableux US3138 de la zone 3. C’est donc l’excavation des corps sableux situés au nord et au sud de la zone 2 qui a provoqué l’exhaussement de la bande de sable, seul témoin du haut de plage consécutif à la phase 1. Ainsi les deux murs MR2004 et 2002 ont contenu durant plusieurs siècles une bande de sable naturel.

Fig. 78. Relevé du mur MR2002.

Fig. 78. Relevé du mur MR2002.

Fig. 79. Partie épierrée et partie conservée du mur MR2002.

Fig. 79. Partie épierrée et partie conservée du mur MR2002.

Fig. 80. Vue en coupe du mur MR2002.

Fig. 80. Vue en coupe du mur MR2002.

Fig. 81. Relevé du parement nord en élévation du mur MR2002.

Fig. 81. Relevé du parement nord en élévation du mur MR2002.

Fig. 82. Vue des persements sous la fondation.

Fig. 82. Vue des persements sous la fondation.

Fig. 83. Bande de sable constituant la zone 2.

Fig. 83. Bande de sable constituant la zone 2.

Fig. 84. Vue verticale de basse altitude où apparaît nettement, au centre, la bande de sable constituant la zone 2.

Fig. 84. Vue verticale de basse altitude où apparaît nettement, au centre, la bande de sable constituant la zone 2.

Fig. 85. Restitution des niveaux de la phase 3 conservés sur l’ensemble du chantier.

Fig. 85. Restitution des niveaux de la phase 3 conservés sur l’ensemble du chantier.

1.3. La zone 3

(P. E.)

34C’est au sud-est du mur MR2002 que se place la zone 3, couvrant une surface de 2125 m². Les niveaux contemporains de la phase 3 ne sont présents que sur une portion étroite contre le mur MR2002 et dans le tiers sud de la zone. En effet, le terrain sera profondément remanié et excavé durant les phases suivantes (en particulier phases 4A et 5B), détruisant largement les niveaux antérieurs. Toutefois nous avons pu restituer la stratigraphie de l’ensemble de la zone dans ses grandes lignes (fig. 85).

35Le seul élément structurant de l’ensemble est un long mur (MR3082, TR3294/3083) toujours d’orientation sud-ouest/nord-est, très largement épierré. Le secteur A concerne l’espace situé au nord de ce mur et le secteur B celui du sud.

1.3.1. Le secteur A

36Il s’agit du secteur le plus bouleversé par les réaménagements postérieurs. À son extrémité nord-est, directement au contact du mur MR2002, un niveau de circulation est conservé (US3310) à une altimétrie de 0,65 m NGF. De texture sablo-limoneuse, de teinte brun rouge et d’une dizaine de centimètres d’épaisseur (US3311), il s’appuie contre le parement sud du mur MR2002. Il recouvre le niveau de sable naturel lité (US3138) correspondant au sable de plage (phases 1 et 2). La texture est assez proche de la surface contemporaine de la zone 1 (US1010), située 0,40/0,45 m plus haut. Dans ce niveau est creusé un alignement de quatre trous de poteaux orienté sud-ouest/nord-est (PO3280, 3281, 3282 et 3283) dont on peut supposer, sans trop de doutes, qu’il composait un ensemble bien plus long (fig. 86). Les creusements sont de forme elliptique, d’un diamètre moyen variant de 0,30 à 0,50 m. Les profondeurs sont plus constantes, environ 0,25 m. Les comblements sont de nature sablo-argileuse indurée gris clair mélangés à de la chaux. Quelques petits cailloux complètent le remplissage. Cet ensemble correspond probablement aux traces d’un alignement de poteaux parallèles au mur MR2002 dont la destination finale nous échappe.

  • 10  La partie conservée équivaut à moins de 3 % du mur originel.

37Au sud du secteur, le dérasement du mur MR3082 sur la grande majorité de son parcours, a accentué l’érosion des sols situés au nord qui n’étaient pas atteints par les terrassements postérieurs. C’est uniquement au contact de la partie conservée du mur MR3082 et à l’amorce du corridor CN3010 que des lambeaux de sols attribuables à cette phase ont été observés. Il s’agit d’un mur d’orientation sud-ouest/nord-est repéré sur toute la longueur du chantier soit sur 87,5 m. Presque entièrement épierré (TR3294/3083), il ne subsiste que quelques traces fugaces de sa tranchée d’épierrement (fig. 87). La partie conservée sur 2,50 m de long seulement10 correspond à un niveau de pierrailles mélangées à un mortier sableux sur 0,50 m d’épaisseur (fig. 88). Les parements, constitués d’une seule assise conservée, sont un alignement grossier de moellons de grès brun rouge équarris ou bruts, de dimensions variables. La texture sablo-limoneuse brun rouge comporte de nombreux points communs avec le niveau 3311 décrit précédemment. On le retrouve également au dessus des niveaux sableux US3138. La surface de ce niveau paraît très altérée par les aménagements postérieurs et il est difficile de définir une cote altimétrique précise. La variation altimétrique avec les niveaux conservés au nord-est (US3310) paraît finalement assez faible. Le reste de sol de béton SL3136 conservé à l’amorce du corridor CN3010 est à la cote 0,48 m NGF, mais on ne peut malheureusement pas définir la nature exacte de l’occupation. On peut toutefois supposer l’existence d’une stratigraphie relativement horizontale composée d’un apport sablo-limoneux brun rouge assez similaire au niveau 1010 de la zone 1.

38La faiblesse du matériel récolté dans ces niveaux permet seulement de supposer une occupation moins intense.

Fig. 86. Alignement de trous de poteaux.

Fig. 86. Alignement de trous de poteaux.

Fig. 87. Tranchée d’épierrement du mur MR3082 (TR3294).

Fig. 87. Tranchée d’épierrement du mur MR3082 (TR3294).

Fig. 88. Partie conservée du mur MR3082.

Fig. 88. Partie conservée du mur MR3082.

1.3.2. Le secteur B

1.3.2.1. La stratigraphie

39Le niveau situé directement au sud du mur MR3082 est constitué d’un sable rouge enrichi en limon (US3163), que l’on retrouve contre la tranchée TR3083 (récupération du mur MR3082), et repose sur le niveau de sable lité US3138. Celui-ci s’étendait au sud probablement jusqu’au mur MR3082, mais la connexion entre les deux est très perturbée. La surface de fonctionnement n’a pas été mise en évidence sur l’ensemble du secteur, son altitude actuelle se situe entre 0,95 et 1,05 m NGF. Une prise de vue à basse altitude permet de distinguer nettement la bande conservée de teinte oxydée à dominante rouge (fig. 84).

1.3.2.2. La galerie CN3010

40Il s’agit d’un espace de circulation étroit bâti dans le sable et partiellement enterré, au sein des niveaux US3163 et 3138, que nous avons suivi sur 12,50 m de long jusqu’à l’extrémité sud du chantier (fig. 89 et 90). Au sud, il se prolongeait au-delà de la rue Jean‑Carrara. Il s’agit de l’amorce d’un couloir de 1,30 m de large hors œuvre, orienté nord-est/sud-ouest, conservé sur une hauteur de 0,76 m. Les bordures latérales sont constituées par deux murs de 0,60 m de large (MR3009 et 3032). Les deux murs sont construits de façon similaire avec un unique parement, constituant la paroi interne du corridor. Les moellons sont assez grossièrement assisés et de taille variable (25 cm x 20 cm à 15 cm x 10 cm). Ils présentent surtout leur face la plus plane pour constituer l’intérieur du corridor. Les nombreuses irrégularités sont ensuite entièrement lissées par un rejointoiement au mortier, puis l’application d’un enduit de mortier de chaux et de sable (fig. 91).

41À l’extérieur du couloir, la paroi est en fondation (fig. 92). Le lien entre le long mur MR3082 et la galerie n’a été observé qu’à la jonction avec le mur MR3009 bien que celle-ci ait été perturbée par une fosse moderne. Les deux ne sont pas liés mais ne résultent pas nécessairement de deux phases de construction distinctes. Le fond (US3011) est composé d’un niveau de mortier sableux appliqué directement sur le sable préalablement damé. La surface a été lissée et présente de nombreux gros grains de sable roulés de couleur sombre. L’ensemble est épais de 4 à 5 cm et ne remonte que faiblement sur la base des parements des murs latéraux. Le fond est situé à une cote altimétrique de 0,34 m NGF et ne présente pas de pendage sud-est significatif. Pour simplifier le développement qui suit, nous appellerons cet espace « galerie maçonnée » à défaut d’une définition plus précise.

42L’accès à cette galerie se faisait à partir d’un seuil (SE3135) situé à l’extrémité nord-ouest (fig. 93). Celui-ci est placé juste en avant de l’amorce du conduit, sur un blocage de cailloux, de moellons et de mortier. Il s’agit d’un bloc monolithique d’arkose violet de 1,25 m de long pour 0,20 m de large et haut de 0,12/0,15 m. Toutes les faces sont taillées. Le pas se situait à une cote de 0,48 m NGF. La surface a été finement piquetée et ne présente pas une usure marquée par le piétinement, hors le frottement de la gâche. Les arêtes sont également assez vives. Il s’agit d’un seuil à pas de 0,20 m, sans feuillure. Celui-ci possède deux crapaudines circulaires de 4,6 cm de diamètre (profondeur 0,5 cm), désaxées vers la face avant (0,08 m) et chacune à moins de 0,05 m des faces latérales. Enfin, à 0,50 m de la face latérale gauche et à 0,05 m de la face arrière se trouvait une gâche rectangulaire (0,04 m x 0,02 m x 0,025 m). Il s’agit donc d’une porte à double vantaux mobiles dont un était bloqué par un verrou vertical. La position de la gâche désaxée vers l’est, laisse supposer la présence de deux vantaux non symétriques, le battant gauche étant plus court (0,50 m) que le battant droit (0,65 m). La trace d’impact à l’avant de la gâche (barre de verrou ?) côté extérieur et la présence de pierres en saillis en avant du seuil à l’intérieur du corridor, permettent d’affirmer que les vantaux s’ouvraient vers l’extérieur (fig. 94). Pour accéder à l’intérieur de la galerie, le seuil constituait une marche d’une dizaine de centimètres. En avant, il reste du perron originel un sol de mortier sur radier de pierre (US3134) dont la surface lissée est au même niveau que la surface du seuil, soit 0,48 m NGF.

Fig. 89. Relevé de la galerie CN3010.

Fig. 89. Relevé de la galerie CN3010.

Fig. 90. La galerie CN3010, vue du nord.

Fig. 90. La galerie CN3010, vue du nord.

Fig. 91. Les parements intérieurs de CN3010 sont repris par un rejointement au mortier.

Fig. 91. Les parements intérieurs de CN3010 sont repris par un rejointement au mortier.

Fig. 92. Les parements sont lissés avec un enduit de mortier de chaux.

Fig. 92. Les parements sont lissés avec un enduit de mortier de chaux.

Fig. 93. Le seuil SE3135 en cours de dégagement.

Fig. 93. Le seuil SE3135 en cours de dégagement.

1.3.3. Interprétation

  • 11  Fouille J.-M. Michel arrêtée 2005/3838, dossier INRAP 2005, 200.
  • 12  Elle s’oriente de quelques degrés plus vers le nord.

43En 2005, un diagnostic archéologique réalisé par l’INRAP11 dans la parcelle BK345 située de l’autre côté de la rue Jean-Carrara, avait permis la mise au jour de vestiges situés dans le prolongement de la galerie CN3010, à 72 m en direction du sud-est. Une portion avait déjà été repérée sur 7,20 m de long aboutissant dans un espace limité par de gros murs maçonnés d’organisation complexe (Michel 2005) (fig. 95 et 96). L’orientation du corridor est légèrement différente12, mais le prolongement de la section découverte à Villeneuve s’accorde assez précisément avec la portion anciennement dégagée plus au sud (fig. 97). Les proportions (1,50 m de large) et la nature de la construction permettent d’envisager assez sûrement qu’il s’agit du même ensemble. Il convient ainsi de restituer une galerie de 92 m de long. Le fond de l’extrémité sud se situait à une cote de 0,01 m NGF (Michel 2005, 14, fig. 4), alors que le point haut se situe à 0,36 m NGF du côté de l’ouverture nord sur le terrain de Villa Romana. Ainsi, sur 92 m de long, la pente n’est que de 0,36 m, soit une pente très faible de l’ordre de 0,39 %.

44Lors du diagnostic, l’hypothèse d’un collecteur destiné à conduire de l’eau depuis les thermes de Villeneuve avait été retenue par les auteurs. Plusieurs indices permettent aujourd’hui de réfuter cette hypothèse au profit d’un corridor piétonnier maçonné. Premièrement, la pente est extrêmement faible, moins de 0,40 %, alors que les nombreux collecteurs repérés au sein de la ville antique atteignent en moyenne une pente de 2 % (Clos de la Tour, Mangin…) (Rivet et al. 2000, 385 ; Pasqualini et al. 2006, 50-52). Il en va de même pour les arrivées d’eau, ainsi le canal de l’aqueduc « penche » en moyenne de 1,2 %. Sous la limite des 1 %, l’écoulement des eaux n’est plus assuré et l’eau stagne si elle n’est pas propulsée par une force. La largeur de la galerie est également très différente des collecteurs, qui ne dépassent que très exceptionnellement 1 m de large. L’absence totale de béton hydraulique et la finesse du sol recouvrant le sable ne plaident pas non plus en faveur d’une circulation hydraulique. Enfin, la présence d’un seuil avec crapaudines entérine définitivement l’hypothèse d’un corridor à usage piétonnier. Le comblement US3131 et 3130 ne comportait pas, dans la partie dégagée, d’éléments de maçonnerie pouvant laisser envisager la nature du couvrement. D’ailleurs, il ne s’agissait peut être pas d’une galerie couverte, mais simplement d’un « passage bâti », encaissé dans le sable de plage. Mais alors, un corridor piétonnier dans quel but ? Nous tenterons de répondre à cette question dans le cadre de l’interprétation générale de la phase 3A.

Fig. 94. Relevé du seuil SE3135 et position probable des vantaux.

Fig. 94. Relevé du seuil SE3135 et position probable des vantaux.

Fig. 95. Vue des vestiges dégagés (J.‐M. Michel - INRAP).

Fig. 95. Vue des vestiges dégagés (J.‐M. Michel - INRAP).

Fig. 96. Relevé des structures découvertes lors du diagnostic sur le terrain de M. Bricolage par J.‐M. Michel (DAO F. Guériel - INRAP).

Fig. 96. Relevé des structures découvertes lors du diagnostic sur le terrain de M. Bricolage par J.‐M. Michel (DAO F. Guériel - INRAP).

Fig. 97. Raccordement hypothétique entre les deux zones de fouilles.

Fig. 97. Raccordement hypothétique entre les deux zones de fouilles.

1.4. Les mobiliers

1.4.1. La céramique

(E. P.)

45La phase 3A a fourni un mobilier conséquent, mais très fragmenté. L’ensemble est dominé par les amphores gauloises et les céramiques à pâte claire selon le nombre de restes (NR). Le mobilier s’inscrit dans une fourchette comprise entre le second quart du Ier siècle apr. J.‑C. et le second quart du IIe siècle apr. J.‑C. Le terminus ante quem est donné par un bord de plat en céramique africaine de cuisine de type Hayes 23B (fig. 98 - n° 1) et un bord de coupe en sigillée claire A de type Hayes 14A (fig. 98 - n° 2) qui apparaissent, au plus tôt, dans le second quart du IIe siècle apr. J.‑C. Le mobilier le plus ancien est une assiette en sigillée italique de type Consp. 3.1 (fig. 98 - n° 3) et une coupe Consp. 33.5 (fig. 98 - n° 4) qui renvoient à la première moitié du Ier siècle apr. J.‑C. Le reste du mobilier fin semble majoritairement se situer entre le milieu du Ier et le début du IIe siècle apr. J.‑C. et ne pas être postérieur [Mayet 37/38 (fig. 98 - n° 5), Drag. 18A (fig. 98 - nos 6 et 7), Drag. 35 (fig. 98 - n° 8), Drag. 37A (fig. 98 - n° 9), Hermet 9 (fig. 98 - n° 10), Ritterling 8B (fig. 98 - n° 11), Drag. 18/3 (fig. 98 - n° 12) et Ritterling 12].

46Les amphores donnent des résultats similaires. On compte une majorité de gauloises [deux gauloises 2 dont une provenant probablement de l’atelier de Saint‑Lambert à Fréjus (fig. 99 - n° 1), trois gauloises 4, une gauloise 5 et une gauloise 6] qui nous entraîne dans la seconde moitié du Ier siècle apr. J.‑C. au plus tôt. Elles peuvent être associées à des amphores africaines anciennes dont un bord d’Ostia 59 (fig. 99 - n° 2) et un fond de Tripolitaine 1 ainsi qu’à une amphore de Bétique de type Dressel 20 représentée par une anse et un fond. Le reste semble devoir être rangé dans le mobilier du début du fonctionnement de la phase. On y reconnaît au moins trois amphores de Bétique de type Dressel 7/11, un bord de Dressel 2/4 de Tarraconaise, ainsi que deux encolures d’amphores massaliètes impériales de type Bertucchi 6A et 7A (fig. 99 - n° 3).

47Les céramiques communes sont presque aussi nombreuses que les amphores en terme de quantité (NR). Le NMI des premières est même deux fois plus élevé que celui des secondes. Parmi elles, on compte une grande majorité de céramiques à pâte calcaire.

48On reconnaît des produits caractéristiques de la région Fréjus/Argens aux Ier/IIe siècles apr. J.‑C. (Pasqualini 1998) :

    • 7 coupes de type Pasqualini 1B (fig. 99 - nos 4 à 6),

    • 4 coupes de type Pasqualini 4 (fig. 99 - nos 7 à 10),

    • 3 coupes de type Pasqualini 6 (fig. 99 - nos 11 à 13),

    • un pichet de type Pasqualini B (fig. 99 - n° 14).

49On trouve encore quelques objets un peu moins courants que l’on rencontre à Fréjus dans des contextes du début du Ier siècle apr. J.‑C. en particulier sur le site des Aiguières (Rivet 1983) :

    • 2 grandes coupes lèvres pendantes (fig. 99 - n° 15) et à bord mouluré (fig. 99 - n° 16) que l’on peut rapprocher des types 24 et 32 (ibid., fig. 39 et 41),

    • 1 bord de pot à lèvre aplatie (fig. 99 - n° 17) qui rappelle le type 1 (ibid., fig. 29),

    • 2 bords de vases moulurés (fig. 99 - nos 18 et 19) que l’on peut rapprocher des types 2 et 3 (ibid., fig. 29).

50On dénombre enfin une série de pièces à pâte calcaire auxquelles on ne trouve pas d’équivalent satisfaisant, notamment des cruches ou des pichets (fig. 100 - nos 1 à 6), une bassine à marli massif (fig. 100 - n° 7), trois bords de gobelets à lèvre pendante (fig. 100 - nos 8 à 10), une coupe‑couvercle (fig. 100 - n° 11) et une série de vases de stockage (fig. 100 - nos 12 à 14).

51Les céramiques culinaires sont particulièrement mal représentées. On ne reconnaît qu’une douzaine d’objets appartenant à sept catégories différentes. À côté du plat Hayes 23B rattaché à la fin de la phase, on compte un bord de pot à feu en céramique kaolinitique du Verdon (fig. 100 - n° 15) et trois modelées des Maures de type Bérato 160 (fig. 100 - nos 16 à 18). Le reste semble antérieur au IIe siècle apr. J.‑C., voire renvoyer à la première moitié du Ier siècle apr. J.‑C. C’est le cas d’un bord de cruche kaolinitique de type Goudineau 1, de deux bords de pots à feu en céramique modelée proche du type Bérato 150 (fig. 100 - n° 19), de trois petits pots à feu à pâte grise ou brune de Fréjus (fig. 100 - n° 20) que l’on retrouve au Aiguières dans un contexte du Ier siècle apr. J.‑C. (Rivet 1994, fig. 14), ainsi que deux bords de plats en céramique à vernis rouge pompéien (fig. 100 - nos 21 et 22). Pour terminer, il faut encore noter la découverte de deux bords de dolia (fig. 100 - nos 23 et 24).

Fig. 98. Les céramiques de la phase 3A.

Fig. 98. Les céramiques de la phase 3A.

1.4.2. Instrumentum

(Y. L.)

52Forces (lat. forfex) – Inv. n° 3 – Alliages cuivreux – long. : 82 mm ; larg. : 20 mm ; H. : 7 mm

53Les forces (fig. 101), ciseaux à double lames parallèles réunies par un ressort, n’ont pas connu de transformation typologique depuis leur origine. Elles sont présentes dans des tombes masculines et plus rarement féminines du début du second âge du Fer (Déchelette 1914, 1280 ; Jacobi 1974, 88-89 et Perrin 1990) et de l’époque mérovingienne. Au cours de la période romaine, les forces sont « assez peu fréquentes dans les sépultures gallo-romaines » (Feugère 1989, 190) et sont plus généralement attestées en contexte domestique, artisanal et agricole. La très grande majorité des forces connue est de grande taille (de 150 à plus de 400 mm), réalisée strictement en fer, matériau robuste adapté à l’usure de la tonte ou de la découpe des tissus.

54Le travail de la laine et du tissu employait les forces afin de tondre les moutons mais également pour la découpe des tissus et la teinte des draps après tissage. Ce dernier usage est illustré sur une stèle conservée au musée de Sens (Yonne) (Espérandieu 1911, n° 2768). L’importance du forfex dans ces activités est capitale et se manifeste sur quelques stèles funéraires où le défunt porte son instrument de travail : stèle au musée du Berry à Bourges (Cher) (Espérandieu 1908, n° 1461) et stèle de Saint-Ambroix (Cher) (Espérandieu 1910, n° 2739).

55Dans l’agriculture, les forces permettaient de tailler les petites branches d’arbres, de récolter les fruits et de couper les grains de raisin avariés (Columelle, XII, 43, 10).

56En médecine, le forfex pouvait être utilisé lors d’interventions chirurgicales. Celse, médecin romain du Ier siècle apr. J.‑C., présente les instruments utilisés en médecine et cite le forfex (De la médecine, VII, 16, 27-28 ; Manchia 1998, 45). D’après G. Penso, ce type d’outil a été retrouvé parmi d’autres instruments médicaux à Pompéi (Penso 1984, 396, fig. 206) et à Avenches (ibid., 418, fig. 214).

57Dans le domaine personnel, les forces pouvaient être utilisées comme des instruments de toilette « destinés à la coupe des cheveux, des moustaches et de la barbe » (Perrin 1990). Cet outil, essentiellement masculin, était employé pour la toilette personnelle (Boon 1991 et Eckardt, Crummy 2008, 35-36), mais faisait également partie du trousseau du tonsor, le coiffeur barbier (Martial, VI, LII et VIII, LII) parmi lesquels figuraient la pince à épiler, le peigne, le miroir ou encore le rasoir. Les forces étudiées ici font partie de cette catégorie peu représentée.

58L’exemplaire retrouvé dans les jardins des thermes de Villeneuve (Lemoine 2008) a été découvert dans un niveau daté entre l’époque flavienne et la fin du IIe siècle apr. J.‑C. Ces forces en bronze de petites dimensions (long. : 82 mm ; larg. : 20 mm ; H. : 7 mm) sont munies d’un ressort en U et peuvent être apparentées au type Manning 3 (Manning 1985 et Duvauchelle 2005, 76-77). Cette typologie rassemble les forces d’une longueur inférieure à 150 mm.

59Le forfex de Fréjus présente plusieurs spécificités : il a été découvert dans un contexte archéologique singulier pour ce type d’objet et le matériau employé rend cet instrument original puisque seuls trois exemplaires en bronze nous sont connus en Gaule : l’un découvert sur le site de « Nord-Est Cathédrale » à Fréjus dans un niveau de circulation d’une voie datée du IIIe siècle apr. J.‑C. (Rivet 2010, 116, n° 495), le second, retrouvé en Eure-et-Loire à Terminiers aux Échelles, est conservé au musée de la Société Dunoise (Ollagnier, Joly 1994, 306), et le troisième fait partie du fonds du musée d’Orléans (Besson 2003, 153). Les propriétés mécaniques des alliages cuivreux rendent l’utilisation des forces délicate : la torsion du ressort en U n’assure plus le strict parallélisme des lames et accentue l’usure des lames.

60L’ensemble des autres forces de type Manning 3 attesté à notre connaissance en Gaule est constitué en alliages ferreux. Parmi ces exemplaires on peut citer : Fontaine-Étoupefour (Calvados) (Halbout, Pilet, Vaudour, n° 128 – long. : 107 mm, IIe siècle apr. J.‑C.), Orléans (Loire) (Ferdière 1984 – long. : env. 120 mm), Escolives-Sainte-Camille (Yonne) (long. : 119 mm), nécropole des Sagnes à Pontarion (Creuse) (Lintz 2001, 62, n° 238.10 – long. : env. 100 mm).

61À Lyon (Rhône), deux exemplaires composites (dont un complet d’une longueur de 83 mm) comportent des lames en fer et le ressort en bronze (Boucher, Perdu, Feugère 1980, nos 426 et 427).

62En Germanie, on pourra noter huit forces en fer de ce type (long. min. : 114 mm) conservées au musée romain d’Avenches en Suisse (Duvauchelle 2005). De même, à Cologne, des forces ont été retrouvées dans la tombe d’un barbier datée des IIIe/IVe siècles apr. J.‑C. (Haberey 1932). Enfin, en Bretagne, des forces de petite taille de type Manning 3 (long. : 76 et 86 mm) sont connues (Manning 1985, pl. 14).

63La découverte des forces dans une aire des thermes, pourrait renvoyer à un usage lié aux pratiques des usagers des thermes où le trousseau type, constitué du strigile, de l’aryballe, de la pince à épiler et du rasoir (Pasquinucci 1987, 22) pourrait avoir été complété par des ciseaux destinés, par exemple, à égaliser l’épaisseur de la barbe ou à entretenir la taille des cheveux ou de la moustache (Virgili 1989).

64L’appartenance à un usager des thermes n’est pas l’unique option envisageable. En effet, on peut également imaginer qu’il s’agit de l’outil de travail d’un coiffeur barbier (usage professionnel). Cette possibilité nous permettrait d’enrichir nos connaissances sur l’implantation des tonstrina (échoppes de coiffeur barbier) dans l’enceinte de thermes publics.

65À Fréjus, l’association des forces au contexte chronologique (entre l’époque flavienne et la fin du IIe siècle apr. J.‑C.), pourrait témoigner du phénomène de mode du port de la barbe que l’on retrouve à partir de 120 apr. J.‑C. sous le règne et l’influence de l’empereur Hadrien. Ainsi, au début du IIe siècle apr. J.‑C. « la majorité des Romains se contente donc d’une simple taille [de la barbe] et d’un coup de peigne […] effectuée avec des ciseaux de fer (forfex) » (Carcopino 1939, 188).

Fig. 99. Les céramiques de la phase 3A.

Fig. 99. Les céramiques de la phase 3A.

Fig. 100. Les céramiques de la phase 3A.

Fig. 100. Les céramiques de la phase 3A.

Fig. 101. Ciseaux à barbe (Y. Lemoine).

Fig. 101. Ciseaux à barbe (Y. Lemoine).

1.4.3. La monnaie

(J. F.)

66C’est dans la construction du cuvelage du puits SB1262 (MR1264) qu’a été découverte cette monnaie. Elle permet de fournir un terminus à cette structure. Il s’agit d’un sesterce de Domitien, fait d’un alliage de cuivre et étain (fig. 102). La légende au droit porte l’inscription : IMP(CAESDOMI)TAVGGERM.CAS (XI à XIII CENS PERPP) avec sur le champ le buste de l’empereur nu à droite avec couronne de lauriers. Le champ du revers représente Domitien à cheval tenant un bouclier et faisant chuter un ennemi ainsi que les lettres SC. Il s’agit d’une monnaie de 24,80 g pour 33 mm de diamètre, frappée dans les ateliers de Rome entre 85 et 89 apr. J.‑C. (RIC vol. II, 190 à 199, n° ex. 361).

Fig. 102. Sesterce de Domitien découvert dans le massif de la fondation du puits SB1262.

Fig. 102. Sesterce de Domitien découvert dans le massif de la fondation du puits SB1262.

1.4.4. La faune

(M. L.)

  • 13  Tous les ossements ont été pris en compte, les os du crâne, les vertèbres et les côtes dans la mes (...)

67Le matériel osseux de cette phase constitue un lot peu important de 51 fragments identifiés en fonction de l’espèce et du segment anatomique13. Les ossements de ces niveaux peuvent être classés dans la catégorie des déchets de consommation. Ces dépôts ont été identifiés en fonction d’un ensemble de critères relatifs au dénombrement des restes par espèces, par segments anatomiques présents et par détermination des âges d’abattage.

68En raison de la petite quantité de restes déterminés, le nombre d’espèces relevées dans les lots est limité (sept espèces différentes, terrestres et marines pour chaque état). Celles-ci sont presque uniquement terrestres et domestiques. De même, les restes d’animaux non consommés, comme les équidés et les chiens, sont toujours en nombre restreint (3 % à 15 % du matériel total déterminé). L’origine des dépôts explique la composition particulière de ces ensembles formés par les déchets provenant de l’alimentation carnée.

  • 14  Les âges ont été déterminés en fonction du degré d’épiphysation des articulations (Barone 1986, 76 (...)

69La composition du mobilier de cette phase offre une répartition spécifique : les restes d’ovins et de caprins sont les plus abondants, 60 % du nombre total des ossements déterminés (tab. 03). Parmi ces derniers, les os de deux animaux âgés de 2 à 4 ans ont été identifiés14. Les ossements des porcs et des bovins sont moins nombreux : les restes de suidés ne représentent que 14 % du matériel (dont deux animaux âgés de 18 à 24 mois) et les restes de bovins, 12 % des fragments.

70Les premiers résultats de l’analyse indiquent une consommation prépondérante de la viande d’ovins et de caprins sur le site. Mais il convient néanmoins de rester prudent sur ces résultats en raison du faible nombre de restes répertoriés.

71Ce tableau diffère de celui observé sur les autres sites urbains de la région pour la même période (fig. 103). En effet, au Ier siècle apr. J.‑C., la viande de mouton et de chèvre n’est pas la plus fréquemment consommée, on lui préfère la viande de porc, ce phénomène est observable jusqu’au Bas‑Empire.

  • 15  Étude à paraître dans Claude, Nin (dir.) – Les fouilles archéologiques du Palais Monclar (1992-199 (...)

72Sur le site des Aiguières(Columeau 1991, 61) au tout début du Ier siècle apr. J.‑C., les restes de porcs représentent presque la moitié des ossements identifiés (47 %) ; ils sont deux fois plus nombreux que les ossements d’ovins et de caprins (28 %). Dans le mobilier du IIe siècle(Columeau 1991, 72), les proportions évoluent peu, les restes de porcs représentent toujours la moitié du mobilier récolté (51 %) et les os de petits ruminants environ le quart (29 %). À Aix-en-Provence, les déchets alimentaires du IIe siècle des sites urbains du Palais Monclar et des Thermes15, sont composés pour moitié d’ossements de porcs, respectivement 37 % et 57 % du nombre de restes déterminés pour chacun des sites et d’un quart d’ossements de bovins. Les os de moutons et de chèvres ne dépassent pas 15 % du mobilier dans ces gisements.

  • 16  Fouille de la ZAC des Halles (Gardeisen 1993, 250 et 255).

73Des proportions équivalentes se rencontrent dans d’autres lots issus des villes de la Narbonnaise : à Nîmes, dans le dépotoir d’une domus constitué dans la seconde moitié du Ier siècle apr. J.‑C., les ossements de porcs (45,8 %) et de bovins (46,4 %) se retrouvent à part égale parmi les déchets alimentaires de ce dépôt. Les restes de moutons/chèvres sont en très faible quantité (6,7 %)16.

  • 17  Responsables du chantier : F. Martos et G. Congès. M. Leguilloux – Les Blaïs (Cannet-des-Maures, V (...)
  • 18  Faune de la phase 5, îlot VI (Leguilloux 2006, fig. 1, 425).

74Sur les agglomérations de taille plus modeste, le phénomène reste identique. Sur le site de Forum Voconii (Cannet-des-Maures, Var), la proportion de restes de porcs est élevée dans les niveaux du IIe siècle après J.‑C. Les fragments de suidés dominent très largement dans le matériel (63,7 % des restes identifiés) ; ils témoignent d’une préférence marquée pour la viande de cet animal17. À Olbia (Hyères, Var), les ossements de porcs sont les plus nombreux : entre le Ier et le IIIe siècle : ils représentent 47 % à 33 % des restes identifiés contre seulement 25 % à 29 % pour les ossements de petits ruminants18.

75Pour le Haut-Empire, la composition du spectre faunique sur le site de Villa Romana montre, bien que le nombre de restes soit minime, une différence marquée avec des ensembles contemporains. Elle semble indiquer une préférence pour la viande de petits ruminants par les populations urbaines locales alors qu’elle est en nette diminution au Ier siècle apr. J.‑C. sur de nombreux sites urbains de Narbonnaise. Il reste difficile de déterminer l’origine d’une telle disproportion. Est-elle à chercher dans la localisation du site, à la périphérie de la ville, propice au développement d’un certain type d’élevage ? Des parallèles peuvent en effet être établis entre le mobilier de ce site et celui de gisements ruraux de la même époque sur lesquels les restes d’ovins/caprins représentent plus de la moitié du mobilier osseux (Leguilloux 1989). Mais il est également possible que le constat soit faussé par le petit nombre de restes conservés.

Tab. 03 : Restitution des restes de l’état 3A, par segments anatomiques (NRD).

3 A

Ovins

Porcs

Bovins

Chevaux

Poules

Chiens

Chevilles Os.

 

Têtes

1

1

 

Dents isolées

2

 

1

 

 

 

Cervicales

2

 

Thoraciques

1

2

 

Lombaires

 

Sacrums

 

Caudales

 

Côtes/Stern.

3

1

 

 

 

 

Scapulas

2

1

1

 

Humérus

2

1

 

Radius

1

 

Ulnas

1

 

Pelvis

12

1

1

Fémurs/pat.

 

Tibias/Fib.

4

 

2

 

 

 

Carpes

 

Métacarpes

1

 

Tarses

1

 

Métatarses

2

1

 

Phalanges

1

1

1

 

Autres

 

 

 

 

 

 

Total NRD

31

7

6

3

3

1

Fig. 103. Comparaison de différents sites urbains de la même période.

Fig. 103. Comparaison de différents sites urbains de la même période.

1.5. Datation de la phase 3A

(P. E., E. P.)

76La mise en place de cette phase suit directement la fin de la phase précédente, sans qu’aucune période d’abandon n’ait été décelée. C’est donc le comblement des structures anciennes (comblement du puits...), la constitution des niveaux de construction des murs réorganisant l’ensemble et la mise en place du niveau 1010 qui constituent les faits déclencheurs de la phase 3A et permettent ainsi de la dater. Les aménagements annexes comme le puits SB1262 apparaissent dans le courant de cette phase. La phase 2 s’achève vers le milieu du Ier siècle apr. J.‑C. comme tend à le montrer le comblement du puits PT2001. Le remplissage (1020) de la tranchée de fondation (1018) du mur MR1003 n’a pas livré beaucoup de mobilier (amphore massaliète, pâte claire et sigillée gauloise). Les comblements des fosses sont plus riches en mobilier que pour la phase précédente. L’étude de ce matériel permet d’estimer leur mise en place au moment de la restructuration générale. La fosse 1139, avec son remplissage 1140, est celle qui a fourni le plus de mobilier, soit 34 fragments. On y trouve un plat en vernis rouge pompéien de type Goudineau 15, un pot à feu 160 de la typologie de J. Bérato. À cela s’ajoutent des amphores africaines et italiques, des pâtes claires, d’autres modelées…

77L’urne à encolure en baïonnette constitue le témoin le plus récent, puisque ce modèle n’apparaîtrait pas avant le deuxième quart du Ier siècle apr. J.‑C. (Bérato 1993, 323). La fosse FS1231 (comblement 1232) a fourni aussi plusieurs fragments de modelées, associés à des sigillées sud-gauloises dont une coupe Vertault A et un gobelet de type Hermet 9, ainsi qu’un bord d’amphore africaine type Ostia 59. La coupe à paroi convexe Vertault est produite entre 20 et 40 apr. J.‑C., le fragment de bord identifié comme une forme Hermet 9 ne serait pas produit avant 60 apr. J.‑C. Ces indices confirment les données stratigraphiques, à savoir que ce réseau de fosses (SFO1152) est bien postérieur à ceux de la phase 2. Nous serions, à en croire le comblement de la fosse FS1232, après le milieu du Ier siècle apr. J.‑C.

78La découverte d’une monnaie frappée à l’effigie de l’empereur Domitien entre 85 et 89 apr. J.‑C. dans l’un des murs du puits (MR1264), permet de situer sa mise en place dans le dernier quart du Ier siècle apr. J.‑C. Les fragments de céramique découverts dans ces murs s’accordent avec cette datation.

  • 19  (#634 SB 1262-1264/5) (Code labo : Poz-20222). Les datations proposées après calibrage sont : 68,2 (...)
  • 20  Code Labo Poz-21261
  • 21  68 % de probabilité : 40BC (59.5 %) 30AD et 35AD (8,7 %) 50AD / 95,4 % de probabilité : 60BC (95,4 (...)

79La datation radiocarbonne d’un bordé de la paroi 126419, permet de situer l’abattage des arbres employés dans la construction du bateau remployé, au plus tôt durant le deuxième tiers du Ier siècle apr. J.‑C. Également, une datation C14 réalisée sur un charbon20 provenant de l’épaisseur du sol de la zone 1 (US1010) (#260) confirme cet horizon chronologique en fournissant un terminus en 80 apr. J.‑C.21

80Ainsi, si on superpose ces datations avec les données stratigraphiques et la monnaie de Domitien, on peut conclure que le bateau a été mis en chantier dans le courant du Ier siècle apr. J.‑C. et abandonné durant le même siècle, sans avoir dépassé la soixantaine d’années.

81Nous proposons de situer la mise en place de la phase 3A au début de la seconde moitié du Ier siècle apr. J.‑C.

1.6. Le complexe des thermes de Villeneuve

(S. A.)

82Le complexe thermal de Villeneuve présente un ensemble de bâtiments relativement bien conservés, pour certaines pièces jusqu’à la voûte et ce, vraisemblablement en raison d’une réoccupation précoce d’une partie des édifices (fig. 104 et 105). Connu depuis le XVIIe siècle, ce monument a été étudié de nombreuses fois et les sources iconographiques sont importantes (fig. 106).

83L’état le mieux conservé correspond à la dernière grande phase d’occupation. Celle-ci est en rapport avec la phase 3A de la fouille de Villa Romana. Plusieurs restructurations sont observables et nous ne reviendrons pas ici sur la fonction originelle du bâtiment. Nous nous contenterons de décrire principalement les dernières phases de fonctionnement à partir des données récentes issues du diagnostic réalisé sur le monument en 2008 et permettant de compléter le plan (Excoffon, Ardisson 2008) (fig. 107).

1.6.1. Organisation et fonctionnement des bâtiments

84Le bâtiment thermal reste assez peu connu dans son ensemble et de nombreuses zones d’ombre subsistent malgré un état de conservation exceptionnel. L’emprise totale du complexe, tout comme le choix de son emplacement et de son organisation, restent flous. Néanmoins, les sondages pratiqués lors du diagnostic réalisé en 2008 au nord, à l’est et au sud révèlent une étendue bien plus importante que celle supposée jusque là. Ces derniers ont permis de définir une superficie minimale des bâtiments couverts et des espaces de service (hors zone 11, palestre et jardins) de près de 1250 m². À l’évidence, ce nombre est inférieur à la superficie totale de l’ensemble. En ajoutant le bâtiment oriental (zone 11), la superficie couverte dépasse les 1800 m² ce qui en fait alors un ensemble thermal déjà important si on le compare aux autres complexes de la Gaule.

85Par ailleurs, les salles retrouvées dans les sondages au nord des bâtiments remettent totalement en question l’organisation de l’édifice. La présence d’une salle chauffée jouxtant un frigidarium (au nord) renouvelle les problématiques. C’est en tout cas la preuve que d’autres salles thermales existent et viennent éclairer différemment le plan (zones 3A et C et 7).

86Enfin, si l’évidence de deux états distincts entre le premier bâtiment à abside et le développement de l’ensemble thermal était un fait déjà reconnu, l’existence de plusieurs états postérieurs au sein des thermes a également été clairement mise en évidence. Toutefois la concordance de ces derniers avec la fouille de Villa Romana reste encore non définissable.

  • 22  D’importants niveaux de cendre et de charbons ont d’ailleurs été constatés dans les sondages de la (...)
  • 23  Ces pièces inédites ont été découvertes lors du diagnostic de 2008 et ne sont donc que partielleme (...)

87Le plan n’étant pas connu dans sa totalité, loin s’en faut, la description des salles se fera arbitrairement du nord au sud. La zone 4, close au nord et à l’est, pourrait correspondre à une espace de service22. Le bâtiment proprement dit comprend au nord une pièce rectangulaire de 63 m2 au sol sur hypocauste (zone 3A) jouxtant une autre salle au sol de béton de tuileau (zone 3C) (fig. 108)23.

  • 24  Par un brasero par exemple.
  • 25  La vidange de ce dernier a été vue par J.-A. Aubenas.
  • 26  On peut mettre également à la faveur de cette hypothèse la présence d’un couloir d’accès réduit, a (...)
  • 27  Dans ce cas de figure, on peut alors supposer qu’il s’agissait de baignoires individuelles d’eau c (...)

88Au sud de ces dernières, une pièce de plan circulaire considérée comme un frigidarium (zone 3B) de type campanien avec piscine centrale et alvéoles latérales, est assez proche du frigidarium des thermes de Stabies à Pompéi. Cette pièce d’environ 25 m², dont la couverture est assurée par une coupole, a connu en réalité deux phases distinctes d’utilisation. Dans un premier temps, une série de niches basses (long. 0,54 m, haut. : 1,20 m et prof. 0,60 m) est aménagée. Onze sont conservées sur un total probable de seize, si on les restitue sur l’ensemble de la pièce (fig. 109 à 111). Leur fonction n’a pas encore été définie avec exactitude : s’agissait-il, dans un premier temps de baignoires individuelles d’eau chaude situées dans une pièce chauffée24 ou simplement de niches décoratives ? Dans un second temps, ces niches sont partiellement condamnées par la mise ne place d’un bassin central circulaire de 3,90 m de diamètre et 0,72 m de profondeur25, et au moins quatre niches sont obstruées par l’aménagement de trois bassins circulaires de taille réduite et de plan assez proche (entre 1,5 m et 2 m). A. Bouet interprète ces bassins comme des douches, hypothèse qu’il appuie sur la présence d’une bouche circulaire située en contre-haut (fig. 112). Toutefois la dimension de 0,44 m de diamètre nous fait plutôt pencher pour une fenêtre de type oculus qu’une arrivée d’eau. Enfin, l’accès depuis la grande pièce (zone 8) est condamné peut être à ce moment. Si la transformation de la pièce est évidente, la question de la destination reste en suspens, d’autant que les auteurs divergent sur ce point. Pour Ch. Villeneuve-Bargemont, Ch. Texier et J.‑A. Aubenas, il s’agissait d’une pièce chauffée, pour A. Donnadieu d’une pièce froide, hypothèse également soutenue par A. Bouet. Toutefois, les restructurations mises en évidence par le diagnostic archéologique impliquent de reconsidérer la question, et d’y voir une pièce chauffée26 dans un premier temps (état 1), puis froide dans un second (état 2). L’hypothèse d’un laconicum transformé en frigidarium apparaît donc la plus crédible. En outre, les bases des niches du premier état n’ayant pu être mises en évidence, l’hypothèse de baignoires individuelles ne peut être confirmée, mais, si celle-ci devait se vérifier, nous serions en présence d’un type de pièce chauffée d’inspiration plutôt orientale27. Quoiqu’il en soit, la condamnation du passage vers la grande pièce (zone 8), au profit d’une ouverture vers une zone très probablement ouverte (zone 7), entérine l’idée d’une transformation en frigidarium dans la seconde phase.

  • 28  L’analyse de M. Dubar a conduit à définir cette roche comme une cinérite à ponce (silice bulleuse)

89L’accès à cette salle, depuis la zone 8, se faisait donc initialement par un couloir assez étroit et sinueux (D), véritable « sas thermique ». Cette salle (zone 8) couverte d’une voûte en plein cintre, dont la maçonnerie emploie comme agrégat un matériau de faible densité, inconnu à Fréjus28, pourrait correspondre à un caldarium à grand bassin de nage ou « piscine chauffée » (selon la typologie de A. Bouet) (fig. 113 et 114). Au centre se trouvait une grande piscina de 10 m de long et 7 m de large avec une profondeur relativement importante de 1,65 m. Cette structure, aux parois recouvertes de béton de tuileau peint en rouge, serait chauffée, selon les archéologues antérieurs, par un système d’hypocauste sur pilettes dont quelques briques auraient été retrouvées.

  • 29  En outre, ces sondages ont permis la découverte de fragments de mosaïque qui pouvaient constituer (...)
  • 30  Le fond du bassin se situe à 1,22 m NGF.

90En 2008, lors du diagnostic, les deux sondages effectués dans cette piscine n’ont pas permis de confirmer ce point, ni même si la construction de ce bassin central remontait à l’origine du bâtiment29. L’accès au bassin se faisait par deux escaliers de trois marches disposés aux extrémités est et ouest. Du fait de sa profondeur et de ses dimensions, la natation pouvait y être pratiquée aisément. Il est donc possible d’y voir un bassin d’entraînement destiné à l’exercice physique. Ce bassin était peut-être chauffé (modérément) comme nos actuelles piscines, ce qui en permettait d’autre part l’usage tout au long de l’année. Toutefois, le dispositif technique nécessaire au fonctionnement de ce système n’a pu être retrouvé. En effet, l’existence d’un hypocauste sous le bassin implique une profondeur certaine (espaces de service, praefurnium…)30.

  • 31  Actuellement presque entièrement comblée jusqu’à la voûte.

91La galerie technique souterraine (zone 9B)31 est située à l’ouest du bassin et, même si le niveau de circulation n’est pas précisément connu, il pourrait correspondre à l’entretien et au fonctionnement de l’hypocauste du bassin.

92Cette pièce aurait également disposé de deux bassins latéraux décrits par A. Donnadieu, mais qui n’ont pas été retrouvés lors du diagnostic (fig. 106 - n° 06). De faible profondeur (0,80 m), ils semblent accompagnés d’un troisième situé dans l’abside centrale. Celle-ci, de pratiquement 5 m de diamètre, présente une fenêtre étroite sur l’extérieur.

93Les accès à cette salle se faisaient par le nord depuis la pièce circulaire (3A), par l’est depuis la zone 7 ainsi que par le sud depuis la pièce 10C. Contrairement à ce que pensait A. Donnadieu, aucun accès ne paraît desservir l’ouest, la porte identifiée de ce côté est en fait une fenêtre transformée tardivement.

  • 32  Le laconicum circulaire (3B) pouvant parfaitement jouer ce rôle.

94De par ses installations, la salle aurait pu avoir plusieurs fonctions distinctes : l’échauffement dans la grande piscine centrale par la pratique de la natation et/ou le délassement dans l’un des deux, peut-être trois, bassins latéraux. Cet usage s’effectuant, après s’être échauffé, dans une étuve32 qui reste à localiser au moins pour l’état de fonctionnement le plus tardif. Le baigneur pouvait ensuite procéder au choc thermique en accédant peut-être à une natatio extérieure, par exemple dans la zone 7.

95Concernant les autres salles thermales situées au sud-est du bâtiment (zone 10), les hypothèses sont diverses. La salle la plus à l’est (28 m²) (10A) présente un sol de béton et sa fonction diffère selon les chercheurs précédents (J. Aubenas et A. Donnadieu). Les accès, peut-être deux portes au nord et au sud, et les ouvertures, tantôt deux fenêtres, tantôt niches ou armoires, restent à confirmer. L’observation des élévations révèle en façade sud (fig. 115) la présence d’une porte et en façade nord, celle d’une fenêtre. Par ailleurs, la salle est dotée d’une arrivée d’eau, sans doute pour l’alimentation d’une fontaine ou d’un labrum. Un passage à l’ouest permettait d’entrer dans la pièce suivante (10B) aux dimensions quasi similaires. Selon J.‑A. Aubenas, cette salle disposait d’une ouverture au sud et peut-être d’une porte au nord.

  • 33  L’accès par une des exèdres latérales généralement destinées aux baignoires ou bassins paraît peu (...)

96La salle suivante (10C) (40 m²) semble, compte tenu de son plan, être un caldarium. Cette pièce présente à l’est et à l’ouest une exèdre quadrangulaire pouvant accueillir des bassins ou baignoires. Une abside dotée d’une petite fenêtre est aménagée dans la paroi sud de la pièce, qui devait disposer d’un labrum. Compte tenu du plan de la salle, on peut imaginer que l’accès à cette dernière se faisait uniquement depuis la salle 8 et non par la salle B à l’est33.

97Toute la partie centrale du complexe (zone 7) ne nous livre pour l’instant que peu d’informations. Les récentes recherches ont mis au jour un sol et des enduits en béton de tuileau ainsi qu’un bassin rectangulaire (1,04 m de large) appuyé sur le mur est de la zone 8 et ayant connu au moins deux états différents (fig. 116 et 117). La zone 7 est accessible directement depuis les zones 8 et 3B via le couloir (3D). L’interprétation de cette zone reste difficile.

  • 34  Dont les voûtes d’origine sont encore en place.
  • 35  Les niveaux actuels de circulation ne correspondent pas aux surfaces antiques.

98S’agissait-il d’un espace extérieur type palestre ou d’un intérieur froid (vestibule d’entrée, frigidarium) ? Quoiqu’il en soit, la place centrale de la zone et ses accès en font un espace à part entière dans le parcours du baigneur. Si les zones 7 et 10 paraissent être parties intégrantes du complexe thermal, la zone 11 ne semble pas avoir un lien direct avec le parcours du baigneur. Les investigations menées récemment sur ce bâtiment ne nous renseignent pas non plus sur sa fonction. Les trois salles voûtées34 qui la composent (zone 11A, B et C) devaient donner sur un péristyle à l’est qui a été observé lors des fouilles réalisées par A. Donnadieu en 1927. Ce constat n’a pu jusqu’alors être confirmé. Les sols d’origine ne sont pas observables et leur position altimétrique est inconnue. Il est intéressant de souligner que cet édifice se trouve aujourd’hui légèrement en surplomb par rapport aux autres bâtiments. Le large mur entre les salles A et B paraît doublé et les voûtes ont été retouchées. L’exigüité de ces deux salles, le niveau altimétrique apparent des sols35 de l’ensemble ainsi que la largeur des murs (plus de 1,20 m) pourraient être des éléments plaidant en faveur de l’hypothèse d’au moins deux citernes jumelées dans cette partie. Toutefois, l’enchevêtrement de structures découvertes au sud de la zone 11, ni datées, ni interprétées, incite à la prudence sur l’interprétation de cet ensemble.

  • 36  Déjà largement effectuée par les auteurs antérieurs (Ch. Texier, J.‑A. Aubenas, A. Donnadieu, P.‑A (...)

99Proposer une nouvelle interprétation36 sur l’organisation et le fonctionnement de ces édifices nous paraît, compte tenu du peu d’éléments disponibles, prématuré. De plus, la multiplication apparente des salles chauffées et l’ampleur du complexe posent la question de l’existence éventuelle de deux parcours parallèles. Par ailleurs, l’emplacement et l’orientation fonctionnelle des installations, lient volontiers l’activité de ces thermes au camp militaire dans lequel Chr. Goudineau l’inscrit (Goudineau, Brentchaloff 2009).

100Nous reprenons qu’en partie l’hypothèse d’A. Bouet qui interprète plutôt l’édifice comme des thermes curatifs du fait, principalement, de la présence du caldarium à grand bassin de nage plusieurs fois attesté dans des complexes ayant cette vocation (zone 8), car cet élément typologique, en l’absence de source thermale connue sur le territoire de Fréjus, ne peut à lui seul justifier une telle fonction. Cela n’exclut toutefois pas la possibilité que des soins aux huiles essentielles et à l’eau de mer aient pu y être prodigués. Il paraît de ce fait plus opportun d’y voir un complexe hygiénique ayant pu réaliser, dans un tel contexte (camp militaire), ces trois fonctions : l’hygiène, l’entraînement et les soins des militaires. Seules des opérations de terrain (étude complète du bâti et fouilles), pourraient nous permettre de mieux connaître cet ensemble de bâtiments d’un grand intérêt, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue historique. Par là même, l’ensemble de structures découvertes lors du diagnostic (zone 1), pourrait être ainsi rattaché à l’édifice thermal.

Fig. 104. Photographie verticale de l’ensemble de la Ferme de Villeneuve (cl. Ville de Fréjus - Altivue©).

Fig. 104. Photographie verticale de l’ensemble de la Ferme de Villeneuve (cl. Ville de Fréjus - Altivue©).

Fig. 105. Plan de la Ferme de Villeneuve (ensemble des bâtiments et aménagements actuels).

Fig. 105. Plan de la Ferme de Villeneuve (ensemble des bâtiments et aménagements actuels).

Fig. 106. Plans anciens

Fig. 106. Plans anciens

01. Texier (1849, Pl. 5 fig. 4, 5 et 6) / 02. Fouille Aubenas 1881 (Rivet et al. 2000, fig. 611) / 03. Donnadieu (1928, fig. 31) / 04. Texier (1849, Pl. 5, fig. 3) / 05. Aubenas (1881, Pl. 1, fig. 3) / 06. Aubenas (1881, Pl. 1, fig. 1) / 07. Fabry de Peyresc (Rivet 2000, fig. 602) / 08. Salle à niches, P. Coste (Rivet et al. 2000, fig. 607) / 09. Forma Orbis Romani (1931) / 10. Salle à niches d’après Chr. Villeneuve-Bargemont, 1829 (Rivet et al. 2000, fig. 603).

Fig. 107. Plan des thermes de Villeneuve (d’après Excoffon, Ardisson 2008).

Fig. 107. Plan des thermes de Villeneuve (d’après Excoffon, Ardisson 2008).

Fig. 108. Sol de béton, zone 3C.

Fig. 108. Sol de béton, zone 3C.

Fig. 109. Vue de la pièce circulaire 3B, avec localisation de l’accès bouché.

Fig. 109. Vue de la pièce circulaire 3B, avec localisation de l’accès bouché.

Fig. 110. Reconstitution théorique du premier état de la salle 3B.

Fig. 110. Reconstitution théorique du premier état de la salle 3B.

Fig. 111. Niche conservée et partiellement comblée (état 2, salle 3B).

Fig. 111. Niche conservée et partiellement comblée (état 2, salle 3B).

Fig. 112. Alvéole située dans l’angle nord-est (état 2), conservée jusqu’au sommet de la coupole, un oculus (?) est visible au fond.

Fig. 112. Alvéole située dans l’angle nord-est (état 2), conservée jusqu’au sommet de la coupole, un oculus (?) est visible au fond.

Fig. 113. Zone 8, vue du mur nord et de l’abside (cl. Ville de Fréjus - R. Hacquard©).

Fig. 113. Zone 8, vue du mur nord et de l’abside (cl. Ville de Fréjus - R. Hacquard©).

Fig. 114. Vue de la grande salle (zone 8), mur sud (cl. Ville de Fréjus - R. Hacquard©).

Fig. 114. Vue de la grande salle (zone 8), mur sud (cl. Ville de Fréjus - R. Hacquard©).

Fig. 115. Mur de façade sud (zone 10).

Fig. 115. Mur de façade sud (zone 10).

Fig. 116. Extrêmité nord du bassin rectangulaire de la zone 7.

Fig. 116. Extrêmité nord du bassin rectangulaire de la zone 7.

Fig. 117. Relevé de la façade nord de la zone 10 donnant sur la zone 7. Une ouverture bouchée et une fenêtre sont clairement identifiables (S. Roucole)

Fig. 117. Relevé de la façade nord de la zone 10 donnant sur la zone 7. Une ouverture bouchée et une fenêtre sont clairement identifiables (S. Roucole)

1.6.2. Les systèmes de chauffage et d’alimentation en eau

1.6.2.1. Le chauffage

101Le chauffage des salles devait être assuré par un certain nombre de foyers probablement disposés de part et d’autre du bâtiment afin d’assurer le chauffage de l’ensemble des pièces chaudes. Pourtant, aucun d’entre eux n’a pu être mis en évidence lors des diverses campagnes de fouilles. Les hypothèses actuelles tendraient à placer les foyers au sud, devant la zone 8 (zone 6), pour alimenter à la fois cette pièce et le secteur C de la zone 10.

102Toutefois, il faut noter que cette situation au sud n’est pas en accord avec la tendance habituelle de réserver les parties sud « aux activités nobles »… On peut également en situer un autre au nord, dans la zone 4, pour alimenter à la fois la zone 8 (qui, en raison de sa taille, devait disposer de plusieurs foyers) et les salles de la zone 3. Le couloir de service 9A desservant les probables hypocaustes de la grande piscine confirmerait cette hypothèse (fig. 118). À l’intérieur des pièces, les seuls éléments de chauffage en place ont été retrouvés dans la salle 3A. Il s’agit de pilettes d’hypocauste de briques carrées liées à l’argile. Dans cette même pièce, disposant d’un béton de sous sol en tuileau, des fragments de grosses briques de type suspensura ont été découverts dans le remblai.

103Par ailleurs, des éléments du système de chauffage des murs ont été retrouvés dans les remblais, zones 5/6. Ils appartiennent à des tubuli de forme quadrangulaire peignés sur une face afin de faciliter l’accroche des mortiers.

1.6.2.2. La gestion de l’eau

104La nature de l’approvisionnement en eau est pour l’heure difficile à mettre en évidence. L’hypothèse de Ch. Texier selon laquelle une citerne était présente à l’ouest du bâtiment a pu être confirmée en zone 9A (fig. 119). Des éléments concernant l’arrivée de l’eau dans les salles thermales ont par ailleurs été repérés. Ainsi, la zone 8 est directement alimentée en eau par un tuyau en terre cuite provenant de la citerne située juste au dessus. Il n’est probablement pas le seul de l’espace si l’on tient compte des autres orifices identifiés dans la maçonnerie.

105Dans la zone 10, l’alimentation en eau se faisait par un tuyau, probablement en plomb, longeant la façade sud jusque dans le secteur 10C, comme l’a montré un sondage réalisé dans le cadre du diagnostic.

  • 37  Cet type d’alimentation en eau est largement attestée pour la même période à Ostie, par exemple po (...)

106En revanche, le mode d’évacuation des eaux usées n’a pas été précisé et l’égout signalé par A. Donnadieu au nord-ouest des bâtiments n’a pas été retrouvé. D’où venait l’eau destinée à l’alimentation de ce complexe ? La question reste en suspens… L’hypothèse, déjà rejetée par Ch. Gébara (2002, 281), selon laquelle un aqueduc apportait l’eau aux thermes semble de moins en moins probable en l’absence totale de vestiges pouvant y être associés. En outre, la présence toute proche de la nappe phréatique (entre 0 et 0,50 m NGF) et les éléments observés lors de la fouille de Villa Romana, nous laissent envisager l’existence de puits et de systèmes de levage qui auraient pu, du moins en partie, alimenter les bâtiments. L’existence d’une noria à l’ouest de la citerne 9A paraît une solution possible, mais pour le moment invérifiable37...

Fig. 118. Accès au couloir de service depuis la zone 4.

Fig. 118. Accès au couloir de service depuis la zone 4.

Fig. 119. Vue du sud de la citerne 9B.

Fig. 119. Vue du sud de la citerne 9B.

1.6.3. Typologie et datation

107La datation du complexe thermal de Villeneuve reste ardue à partir des seules données de fouilles. Si l’on se réfère aux anciennes hypothèses, A. Donnadieu liait déjà sa construction à l’installation du camp naval et le datait de la fin de la République. L’étude, par D. Brentchaloff, de la céramique issue de ces fouilles met en évidence une occupation du site à partir de la fin du Ier siècle av. J.‑C. mais elle ne date pas pour autant le bâtiment thermal.

108L’extrême complexité chronologique des bâtiments dévoilée lors du diagnostic se traduit par plusieurs états distincts, qui restent difficiles à étendre sur l’ensemble de l’édifice. Il est aujourd’hui clair qu’il existe au moins deux phases structurellement différentes, auxquelles s’ajoutent des restructurations, par exemple la transformation du bassin de la zone 7. Enfin, les indices d’une occupation postérieure à l’activité balnéaire sont bien confirmés.

109Un premier état, d’abord identifié sur certaines élévations de murs, semble correspondre à des bâtiments antérieurs à l’installation des thermes tels qu’on les perçoit aujourd’hui. Le bâti de cette période se caractérise par un appareil assez grossier de blocs et moellons sommairement assisés de grès brun rouge juste équarris, auquel pourrait se rattacher toute une série de structures découvertes lors des sondages (dans les zones 2, 1 et 5) et qui sont construites selon la même technique. L’existence de ce premier état se perçoit également dans le plan des bâtiments encore en élévation. En effet, les pièces identifiables paraissent davantage s’adapter à des salles existantes plutôt que résulter d’un chantier de construction unique, un constat qui est nettement probant pour la zone 8. Ceci se traduit par un plan des édifices thermaux original qui ne respecte souvent pas les principes de construction des installations balnéaires. Les aménagements correspondant à ce premier état sont trop restreints pour y voir une quelconque structure balnéaire. Aucun matériau technique des thermes (pilettes, tubuli…) ou même équipement hydraulique, n’a pu être associé au bâtiment primitif.

  • 38  Ces indices, sans constituer des preuves formelles, permettent néanmoins de dresser un premier fac (...)

110C’est seulement dans la seconde phase que les réaménagements indiquent clairement l’installation des bâtiments thermaux. Ils se traduisent au niveau des techniques de construction par la présence d’un petit appareil de moellons de grès brun rouge assisés et taillés, intégré dans des élévations déjà existantes (fig. 120). Il s’agit donc de restructurations antiques des maçonneries lors de la construction du nouvel édifice. Indépendamment de la fouille de Villa Romana, les seuls indices chronologiques actuels sont issus de l’analyse typologique des bâtiments38, sur lesquels A. Bouet avait émis les premières hypothèses (Bouet 2004).

111Le caldarium à schola labri (zone 10C) – à deux solia opposés – nous fournit un indice chronologique majeur pour le bâtiment thermal. Il apparaît à la fin du Ier siècle av. J.‑C. et est surtout reproduit à partir de la deuxième moitié du Ier siècle apr. J.‑C. ainsi que dans le courant du siècle suivant, tant à Ostie qu’en Narbonnaise. Le plan du probable frigidarium circulaire (zone 8) à quatre piscinae (type 4B) se développe rapidement dans les édifices campaniens à l’époque augustéenne. Cependant, ce type ne présente aucun plan strictement identique et les dimensions sont très variées. Il faut donc nuancer les rapprochements qui peuvent être faits entre ces types de salles. En Campanie, elles sont en rapport avec la transformation du laconicum en frigidarium, mais aucune ne présentent de niches décoratives comme celles que nous avons à Villeneuve. De plus, l’identification de cette dernière n’est pas assurée et sa disposition entre deux pièces chauffées (zones 3A et 8) pourrait tout autant la rapprocher d’un laconicum circulaire (type 1A) comme celui de la Plateforme. Ce plan ancien (dès le IIIe siècle av. J.‑C.), très courant en Italie, a longtemps perduré. On le retrouve à Saint-Bertrand-de-Comminges, dans les thermes du Nord à la fin du Ier siècle apr. J.‑C. ou au début du siècle suivant (Aupert 2001).

112Enfin, la salle à piscine chauffée (zone 8), si elle était avérée, est un autre élément datant à prendre en compte : elle est présente en Campanie dans les complexes thermaux après le milieu du Ier siècle apr. J.‑C., mais aucune de ces pièces n’a, en revanche, pu être datée en Gaule Narbonnaise. On retrouve, par ailleurs, ce type de salle dans les thermes curatifs de Chassenon en Aquitaine, datés de la fin du Ier siècle apr. J.‑C. (Hourcade et al. 2004). L’absence de pilettes rondes appuierait plutôt une activité thermale dans le courant du Ier siècle apr. J.‑C. Ce matériau apparaitrait dans la deuxième moitié du Ier siècle apr. J.‑C. (Bouet 1999, 159) pour être largement diffusé au IIe siècle apr. J.‑C. L’utilisation d’autres matériaux tels que les tubuli destinés au chauffage des murs n’apporte pas d’élément nouveau. Ils étaient déjà couramment employés dans les constructions thermales du milieu du Ier siècle apr. J.‑C. (Bouet 1999, 66 - 67) et utilisés depuis la fin du Ier siècle av. J.‑C., il n’est donc pas étonnant de les retrouver dans les remblais du complexe.

113D’un point de vue historique, l’abandon probable du camp, donc du quartier, vers le milieu du Ier siècle apr. J.‑C. (Goudineau, Brentchaloff 2009, 58) est à prendre en considération. Dès lors, la transformation d’un tel ensemble ne peut s’envisager que dans le cadre d’une volonté affirmée de poursuivre une activité thermale suburbaine, ou résulter d’une récupération des bâtiments dans un cadre privé, par exemple pour les dépendances d’une villa.

114La question de la chronologie peut donc être encore débattue, même en rapprochant ces éléments de la fouille de Villa Romana. En prenant en compte l’ensemble de ces données, la date de mise en service proposée pour les thermes de Villeneuve pourrait se situer vers le changement d’ère pour la première transformation des bâtiments. Celle-ci interviendrait donc dans le courant de la phase 2, et n’aurait pas d’incidence directe sur les jardins attenants. Son ultime transformation remonterait, quant à elle, au milieu du Ier siècle apr. J.‑C.

Fig. 120. Façade ouest, zone 7, où apparaissent les différents appareils employés dans les parements.

Fig. 120. Façade ouest, zone 7, où apparaissent les différents appareils employés dans les parements.

1. mur ancien (phase 2) / 2. mur en petit appareil (phases 2/3) / 3. rechapage (phase 5 ?) / 4. remontage du XIXe siècle.

1.7. Interprétation générale 

(P. E.)

1.7.1. Les jardins des thermes de Villeneuve ?

115Aux vues des découvertes, il apparaît que cette phase est consécutive du démontage d’une partie des bâtiments environnants de la phase précédente. Le remploi de matériaux de construction, dont le puits SB1262 est l’illustration la plus flagrante, paraît confirmer cette idée. Déjà les sondages réalisés par J.-M. Michel (Michel 1999) avaient permis de mettre en évidence la réutilisation de gravats et autres enduits dans la construction de nouveaux murs sur les terrains situés immédiatement au nord. Les nombreuses restructurations et modifications observées sur les bâtiments des thermes de Villeneuve pourraient en être à l’origine. Toutefois, la mise en relation du phénomène de récupération avec le bâtiment thermal de Villeneuve est interprétée différemment par Ch. Gébara et J.-M. Michel. Pour eux, les éléments de récupération sont issus du démontage du bâtiment thermal après son abandon définitif, qu’ils situent vers le milieu du Ier siècle apr. J.‑C. (Gébara, Michel 2002, 281). Notre sentiment est qu’il s’agit, en réalité, de la transformation et du réaménagement des thermes dans la seconde moitié du Ier siècle apr. J-C., avec, dans une certaine mesure, l’emploi de matériaux de récupération issus des structures et bâtiments antérieurs. Dans tous les cas, les réaménagements que l’on observe dans les espaces extérieurs/jardins de Villa Romana ne sont que la conséquence d’une transformation du bâtiment qu’ils jouxtent. Ainsi, l’ensemble de fosses et le puits SB1262 constituent des aménagements extérieurs, en relation directe avec l’ensemble thermal de Villeneuve. Il s’agit ici du réaménagement des jardins. Que ces aménagements résultent de la construction de nouveaux thermes à l’emplacement d’un ensemble originel à vocation non thermale, ou de la transformation de thermes déjà existants mis en place dans le courant de la phase précédente (supra), la présence de jardins associés à de tels monuments n’est pas un fait isolé, puisque cette tendance trouve naturellement ses antécédents à Rome (Grimal 1984, 260). La mode des jardins clos apparaît ainsi dans les thermes de Néron, de Titus puis de Trajan.

116Selon A. Bouet (2003b, 139), les aires découvertes associées aux thermes peuvent être diverses : une palestre, un campus (ou un complexe sportif) et un jardin. Outre la présence de fosses de plantation, la superficie de l’ensemble paraît trop importante pour imaginer une palestre. En effet, comme le souligne A. Bouet, les palestres couvrent en général une superficie égale ou inférieure à celle de l’ensemble des pièces de bains (ibid., 144). Dans le cas des thermes de Villeneuve, il émet d’ailleurs l’hypothèse que cette dernière se trouve immédiatement à l’est de la grande salle voûtée à abside (ibid., 104, fig. 71). Le campus est généralement d’une superficie plus importante que la palestre et A. Bouet propose de restituer ce type d’espace dans le vaste terrain situé à l’est des thermes et au nord de la fouille, immédiatement au dessus du mur MR1003 (ibid., 146). Les découvertes réalisées à l’occasion du diagnostic archéologique par J.-M. Michel (1999) ne permettent pas d’assurer cette hypothèse, mais ne l’interdisent pas non plus.

117Pour la zone 1, la présence de fosses de plantation et d’un puits nous fait pencher pour l’hypothèse d’un jardin de 20 m de large pour plus de 82 m de longueur. Il s’agirait donc plutôt d’un lieu d’agrément que d’un endroit à vocation sportive. Un lieu qui, selon P. Grimal, entretient des rapports subtils avec les bains et qui intéresse davantage la sensibilité romaine (1984, 194). Peu de jardins thermaux sont connus en Gaule narbonnaise. A. Bouet n’en recense que deux cas (2003b, 146-147) : l’un à Saint-Vincent-de-Gaujac, de petites dimensions, l’autre pour les thermes du palais du Miroir, à Saint-Romain-en-Gal. Ce dernier cas se rapprocherait davantage de l’exemple de Villeneuve car il s’agit d’une bande allongée de 40 m de large pour une longueur inconnue mais qu’il suppose aux environs de 100 m et fermée au sud par une grande abside semi-circulaire. Au Portugal, les thermes de Conimbrigia comporteraient aussi un jardin en plus de vastes espaces destinés au sport. Il se présente sous la forme d’une aire allongée de 18,60 m sur 45 m comportant une terrasse et située en contrebas de l’édifice thermal (Alarcão, étienne 1981). Dans le cas des thermes de Villeneuve, il apparaît, comme nous l’avons mentionné, qu’il existait aussi un dénivelé entre la zone située immédiatement au nord du mur MR1003 et du jardin. En outre, aucune communication entre les deux zones, campus et jardin, n’a été mise en évidence (fig. 121).

118Pour A. Bouet, ce phénomène de développement des zones non balnéaires se constate en Gaule à la fin du Ier siècle et au IIe siècle apr. J-C. (ibid., 147), il en va de même à Rome à partir du règne de Néron (Grimal 1984, 190 et 195), ou au Portugal à la même période qu’en Gaule à l’image des thermes de Trajan à Conimbriga (Alarcão, étienne 1981, 77-80).

119Comme pour la phase précédente, les études paléoenvironnementales n’ont pas fourni de résultat probant en raison des mauvais contextes de conservation. Seule l’étude phytolithologique fournit un résultat intéressant en présumant la présence du palmier. Cet arbre, fréquemment représenté dans l’iconographie romaine, était cultivé dans les jardins romains pour ses valeurs ornementales (Jashemski 1981, 47).

120La question qui apparaît en toile de fond est naturellement celle de la destination du bâtiment thermal. Son ultime transformation au milieu du Ier siècle apr. J.‑C. n’a, de toute évidence, aucun lien avec le camp, qui d’ailleurs amorce une phase de désaffection démontrée par les fouilles des Aiguières. Ainsi cette transformation est à mettre en lien soit avec un réaménagement public, soit avec la récupération du bâtiment dans une sphère privée. La fouille ne permet pas de trancher sur ce point, mais la désaffection du quartier plaide en faveur de la reprise du bâtiment dans un domaine privé, peut-être une villa.

Fig. 121. Plan d’ensemble avec thermes, jardins et aménagements hypothétiques.

Fig. 121. Plan d’ensemble avec thermes, jardins et aménagements hypothétiques.

1.7.2 Les zones limitrophes au sud

121La limite sud-est de ce jardin semble toujours marquée par le mur de clôture MR2004, mais un nouveau mur, MR2002 est construit à 12,50 m plus au sud. La fonction de ce dernier pourrait être de constituer une nouvelle terrasse en retenant une large bande de sable constituant l’ensemble de la zone 2, stabilisant de cette façon les sols au nord. Au-delà de cette limite que constitue le mur MR2004, se met en place un nouvel espace dont la destination nous échappe presque entièrement en raison des surcreusements postérieurs. S’agit‑il de l’extention du jardin vers le sud ? Peut-on y voir une palestre pour les thermes ? Seules les traces fugaces d’un long mur MR3082 et le corridor CN3010 permettent d’appréhender qu’un rôle spécifique était alors dévolu à cet espace, sans pour autant nous en donner clairement la fonction. Rien ne permet de suggérer qu’elle est à mettre en relation avec l’ensemble thermal, d’autant que la zone 2, vierge, sépare les deux entités. Dans ce contexte, il est bien difficile de définir la fonction du corridor. à quoi pouvait-il servir ? Pour tenter de répondre à cette question, il convient de reprendre les données issues du diagnostic archéologique réalisé dans la parcelle située de l’autre côté de la rue Jean-Carrara par J.-M. Michel (Michel 2005). Reconsidérons ici ces découvertes…

122La galerie (désignée CN3010 sur les fouilles de Villeneuve et espace 2 sur le diagnostic) aboutit après 92 m dans un espace délimité par de puissants murs d’environ 1,50 m de large. Cet espace long de 8,60 m et large de 3 m, est construit symétriquement à l’arrivé du corridor situé au centre de la limite nord-ouest. Il communique vers l’est par une ouverture large et peut-être aussi au sud. La nappe phréatique n’a pas permis d’atteindre le fond de cet espace. Quoiqu’il en soit, les structures s’étendent vers le sud sous l’avenue de l’Argens. Les données archéologiques ne permettent pas d’interpréter cet aménagement.

123La situation topographique fournit toutefois quelques pistes. En effet, il s’agit à ce jour des constructions antiques les plus méridionales et donc les plus proches du littoral antique. Dès lors, compte tenu de l’éloignement relatif de la côte à cette époque, une mise en relation de cette structure avec la mer est envisageable. Une fonction de débarcadère paraît séduisante, le corridor aménagé dans le sable de plage faisant le lien entre celui-ci et le quartier.

Fig. 122. Coupes du remplissage du puits SB1262.

Fig. 122. Coupes du remplissage du puits SB1262.

2. La phase 3, état B

2.1. Description

(P. E.)

124La phase 3B correspond à l’abandon des structures mises en place dans le courant de l’état précédent. L’ensemble de ces niveaux est apparu assez important puisque certaines zones semblent connaître une période relativement longue d’abandon. Les niveaux les plus représentatifs sont naturellement les comblements des structures en creux, le bassin SB1262 ou encore le corridor CN3010. Le niveau de recouvrement (1007) qui se constitue au dessus de la surface du jardin (1010) appartient en partie à cette phase, mais l’absence de surface de circulation n’a pas permis de différencier cette phase des apports postérieurs, jusqu’à la reprise d’activité marquée par d’autres fossés de plantations lors de la phase 4. Ailleurs, dans les zones 2 et 3, l’érosion des sols et les surcreusements postérieurs ont totalement oblitéré ces niveaux.

Fig. 123. Comblement du puits SB1262.

Fig. 123. Comblement du puits SB1262.

Fig. 124. Sous la pression, le coffrage en bois a commencé à céder et présente une courbure significative.

Fig. 124. Sous la pression, le coffrage en bois a commencé à céder et présente une courbure significative.

2.2. Le comblement du puits/bassin SB1262

(P. E.)

125Commençons par une description de la stratigraphie du comblement (fig. 122). Le dernier comblement (US1247) de plus de 0,50 m d’épaisseur était composé de quelques matériaux de construction (tuiles, mortiers, briques en quart de ronde, moellons…) résultant de l’effondrement des parois, le tout englobé dans un sédiment brun rouge à dominante sableuse. Sous ce comblement se trouve une couche (US1252) plus organique, un peu plus sombre, compacte et plus limoneuse. Les matériaux de destruction y sont beaucoup plus nombreux. Il s’agit essentiellement de morceaux de sol en béton, fûts de colonne en briques en quart de rond, enduits peints et tuiles. C’est sous ce niveau que les parois en pierres ont été retrouvées en place. On relève également un niveau de comblement (US1266) consécutif à l’abandon du bassin, dans lequel se retrouvent des éléments de bois provenant des parois et des blocs liés à son utilisation (1286) (fig. 123). Le niveau est brun foncé, sablo-limoneux et peu compact. En dessous prend place la couche 1292. Le sédiment est limoneux et très sombre. Les gros éléments sont concentrés dans la partie nord-est. Beaucoup de coquilles sont également associées à cet ensemble, avec du bois naturel ou travaillé, de morceaux d’écorce, de petits charbons, un fragment de cuir, des tessons de céramique et un clou dans un morceau de bois.

126L’effondrement semble s’être fait depuis la paroi nord-ouest. En effet, la poussée des bords du puits est particulièrement bien visible pour la paroi 1280, où le coffrage en bois a commencé à céder et présente une courbure significative (fig. 124). Il est possible que cette poussée ait déjà été un problème inquiétant lors du fonctionnement du puits. Le bloc mis en place près de l’angle nord pourrait justement avoir joué un rôle de calage de la paroi. En effet, il apparaît nettement que l’effondrement se situe uniquement dans la partie non soutenue par le bloc disposé à plat au fond du puits. Une forte courbure est également bien présente pour la paroi opposée mais là, les pieux verticaux paraissent avoir mieux résisté.

2.3. Formation et interprétation du comblement

(L. B., I. F., S. Gr., S. G., S. M., C. S.)

127Les études archéobotaniques apportent des informations convergentes sur cette phase d’abandon.

128Tout d’abord, en ce qui concerne le niveau et la qualité des eaux présentes dans le bassin, via les valeurs importantes de Lemna minor (lentilles d’eau) et de Botryococcus (algues vertes se développant en colonie à la surface des eaux stagnantes), détectées par la palynologie, semblent indiquer la présence d’eaux dormantes peu profondes. Manifestement ces algues et lentilles se sont développées au sein des niveaux de comblement. Absentes des niveaux inférieurs, en particulier de ceux contemporains du fonctionnement du puits (phase 3A), leur prolifération est mise en rapport avec l’arrêt du système de puisage. Cet élément démontre que le comblement du puits ne résulte pas d’une action immédiate, mais d’un processus plus lent de destruction/abandon. Tout porte à croire que lors de cette phase d’abandon, et peut-être encore lors de la suivante (4A), le puits n’est pas entièrement comblé et que de l’eau stagnante s’y trouve encore. Ainsi, la végétation locale associée au bassin présente des variations par rapport aux niveaux de la phase précédente. Un des points nodaux est l’augmentation des valeurs de céréales, leur présence à hauteur de 3 % laisse supposer un apport assez local. Ce signal est donc à mettre en relation directe avec la phase suivante. Il faut toutefois considérer que la carpologie, via la présence de restes carbonisés, détecte le probable rejet dans le bassin de déchets de traitement et/ou de préparation des céréales, certes peu important mais qui a pu contribuer à l’apport de pollens. Les données carpologiques confirment par ailleurs totalement les enseignements de la palynologie sur le milieu aquatique. Les plantes aquatiques – elles mêmes largement dominées par Chara sp. – sont typiques des eaux permanentes, stagnantes à faiblement courantes. La lentille d’eau est également identifiée par de nombreux restes, de même que la renoncule aquatique et la zannichellie. Il s’agit manifestement de plantes qui se développaient dans le bassin. Les plantes des lieux humides croissent sur des sols périodiquement inondés ; la plus fréquente (Cyperus sp.) affectionne, pour bon nombre de ses espèces, les sols sablonneux humides.

129Un cortège assez important de taxons au caractère nitrophile bien marqué se range dans les grands groupements génériques actuels des mauvaises herbes des cultures (13 taxons) et des lieux rudéraux (6 taxons). Ces groupements représentent au total légèrement plus de 5 % des restes imbibés. Pour beaucoup, ces plantes sont des ubiquistes des milieux cultivés et rudéraux aux sols fortement perturbés et enrichis par l’action de l’homme. Le cortège mis en évidence se rapproche largement du groupement des cultures sarclées décrit par Braun-Blanquet (1952) pour la France méditerranéenne ; environ les 3/4 des adventices et rudérales attestées dans le bassin sont répertoriées dans le groupement type des vignobles du Languedoc et de Provence occidentale : Calendula arvensis, Chenopodium album, Euphorbia helioscopia, Euphorbia peplus, Fumaria officinalis, Heliotropium europaeum, Lamium amplexicaule, Malva parviflora, Mercurialis annua, Polygonum persicaria, Portulaca oleracea, Rumex pulcher, Solanum nigrum. Toutefois, un nombre presque aussi important de ces taxons est également très fréquent dans les groupements nitrophiles des abords des habitations et des décombres. L’abandon de la zone se traduit en outre par la présence marquée de semences et d’épines de ronce dans le bassin.

130L’étude malacologique montre le même phénomène : le cortège aquatique est dominé par des petits bivalves (Sphaerium sp. / Pisidium sp.) et le planorbe Anisus leucostoma. Anisus leucostoma est caractéristique des milieux temporaires d’eau stagnante ; elle vit dans les eaux troubles, sur les plantes aquatiques. C’est une espèce particulièrement tolérante quant à la qualité du milieu aquatique ; elle peut même être qualifiée d’espèce de milieux intermittents : c’est‑à‑dire qu’elle supporte plusieurs périodes d’exondation dans la même année (Yacine-Kassab, 1979). Cet assemblage indique donc que le puits ne fonctionne plus en tant que tel : il est en partie comblé et il contient des eaux de moindre qualité, probablement asséchées une partie de l’année. Le cortège terrestre, quant à lui, donne une bonne perception du milieu environnant le puits au moment de son comblement (fig. 125). Il est dominé par Cochlicella acuta et Cernuella virgata traduisant des milieux herbacés hauts. La présence d’espèces xérophiles, méditerranéennes (Trochoidea pyramidata, Trochoidea trochoides et Xerosecta cespitum) indique la grande xéricité de ces formations végétales : cet assemblage est typique des friches rudérales méditerranéennes.

131À l’évidence, le puits n’a pas servi de dépotoir après l’arrêt de son fonctionnement, constituant aussi un autre élément pouvant induire un abandon de la zone. La présence continue et majoritaire d’espèces végétales aquatiques, comme la très bonne conservation des bois du cuvelage en partie basse, démontrent que son abandon n’est pas dû à un assèchement de la nappe, mais peut‑être à l’instabilité de la paroi MR1280.

132Quoiqu’il en soit, la stratigraphie du comblement montre la présence d’une phase d’abandon (US1291), l’éboulement des structures apparaît essentiellement dans les niveaux 1266/1252.

133L’ultime comblement (US1247), plus riche en matériaux sableux, pourrait correspondre à un remblaiement, plus tardif, destiné sans doute à assainir complètement l’endroit (fig. 126). Ainsi, ce niveau pourrait être mis en relation directe avec la phase suivante 4A, d’autant que c’est au sein de celui-ci que les éléments de mobilier les plus tardifs ont été découverts : une amphore de type africaine 1A (Bonifay 2004, fig. 56) et une coupe Desbat 8 en sigillée claire B. Ces objets apparaissent dans le dernier quart du IIe siècle apr. J.‑C. au plus tôt, mais perdurent jusque dans un IIIe siècle avancé.

Fig. 125. Proportion des estimations d’abonce des taxons malacologiques terrestres pour le puits 162.

Fig. 125. Proportion des estimations d’abonce des taxons malacologiques terrestres pour le puits 162.

Fig. 126. Comblement et nivellement définitif du puits SB1262.

Fig. 126. Comblement et nivellement définitif du puits SB1262.

2.4. Le comblement de du corridor CN3010

(P. E.)

134Le comblement définitif du corridor est disposé sur un niveau à dominante limoneuse gris clair d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur, comprenant des éléments de décomposition du sol de mortier (US3013, 3131 et 3133). Ce niveau recouvrant le sol de béton n’est pas uniforme et ne se trouve pas sur la totalité du sol. Il est difficile de définir s’il s’agit d’un niveau contemporain de l’utilisation du couloir, plutôt que d’une sédimentation en rapport avec son abandon. Le mobilier archéologique y est quasiment absent à l’exception d’un fragment de cruche à bec trilobé en argile kaolinitique. Le reste du comblement est très compact (US3130, 3132 et 3184). Probablement volontaire, il est constitué de matériaux divers (moellons, fragments de mortiers, céramiques…) compris dans une matrice sablo-limoneuse brun clair (fig. 127).

Fig. 127. Comblement du corridor CN3010, à la base le premier comblement limoneux est visible.

Fig. 127. Comblement du corridor CN3010, à la base le premier comblement limoneux est visible.

Fig. 128. Les céramiques de la phase 3B.

Fig. 128. Les céramiques de la phase 3B.

Fig. 129. Les céramiques de la phase 3B (n°14 : éch. 1/1).

Fig. 129. Les céramiques de la phase 3B (n°14 : éch. 1/1).

2.5. Le mobilier céramique et datation

(E. P.)

135Malgré la présence de quelques témoins certainement résiduels du Ier siècle, le mobilier de la phase 3B appartient au IIe siècle apr. J.‑C.

136Le terminus ante quem est donné par une marmite de type Hayes 197 (fig. 128 - n° 1) et un couvercle de type Hayes 196 (fig. 128 - n° 2), une amphore de type africaine 1A (Bonifay 2004, fig. 56) (fig. 128 - n° 3) et une coupe Desbat 8 (fig. 128 - n° 4) en sigillée claire B. Ces objets apparaissent dans le dernier quart du IIe siècle au plus tôt, mais perdurent jusque dans un IIIe siècle apr. J.‑C. avancé. Ils sont associés à des céramiques contemporaines qui ne dépassent pas le début du IIIe siècle apr. J.‑C. au plus tard, comme une coupe en sigillée claire A de type Hayes 6 (fig. 128 - n° 5) et une amphore de type Dressel 20F (fig. 128 - n° 6) ou même le dernier tiers du IIsiècle apr. J.‑C., notamment une coupe en sigillée gauloise de type Drag. 27.

137Dans ce contexte, les amphores gauloises sont relativement les plus fréquentes en nombre de restes (NR). On compte une amphore du type 3 (fig. 128 - n° 7) et trois du type 4 (fig. 128 - n° 8). Il faut encore signaler la présence du col d’une amphore de Bétique appartenant à une variante du type Beltran 2B (fig. 128 - n° 9). Ce type appartient au Ier et à la première moitié du IIe siècle apr. J.‑C. Comme dans la phase précédente, les céramiques à pâte claire restent les mieux représentées. On reconnaît deux coupes de type Pasqualini 1D (fig. 129 - nos 1 et 2) et deux coupes de type Pasqualini 6 (fig. 129 - nos 3 et 4), mais aussi le bord de huit vases à verser ou de petits conteneurs (fig. 129 - nos 5 à 9) et de deux grandes coupes à bord mouluré (fig. 129 - nos 10 et 11). Une partie de ces objets est probablement résiduelle, notamment les grandes coupes. Les seuls parallèles typologiques connus se trouvent sur le site des Aiguières, mais dans un contexte du début du Ier siècle apr. J.‑C. (Rivet 1983, fig. 41). On remarque encore la rareté des céramiques culinaires. Six objets ont été identifiés, mais seuls quatre d’entre eux peuvent être rattachés à cette phase. Il s’agit de la marmite et du couvercle africains évoqués plus haut et de deux modelées varoises de type Bérato 60 et 421 (fig. 129 - nos 12 et 13). Il faut encore évoquer ici la présence d’une marque sur tuile du potier Castoris (fig. 129 - n° 14).

Notes

1  Le matériel découvert dans le comblement supérieur remonte au début de l’époque moderne (US1134). À cette époque, le mur et le voûtement sont repris et les vides comblés.

2  Varron I, 22, 1 et Columelle, XI, 2, 90.

3  Il s’agit de morceaux de bordés de bateaux remployés (171).

4  Long. moyenne 140 cm, max. 166 cm.

5  Il a été difficile d’extraire toutes les pointes qui n’ont pu être examinées que sur neuf pieux.

6  Après observation à l’oeil nu de l’ensemble des pieux, l’analyse anatomique a été réalisée sur un échantillon de quatre individus. Compte tenu du caractère juvénile des arbres et du faible nombre de cernes observés, l’analyse dendrochronologique n’a pas été mise en oeuvre sur ce matériel.

7  Pour la distribution géographique du pin d’Alep et du pin brutia voir Quézal, Médail 2003.

8  L’emploi de roue à chaîne à godets se retrouve surtout lorsque la nappe est profonde : 25 m à Pompéi, 16 m à Barzan.

9  Comme les éléments de la machinerie en bois mis au jour dans un puits aux thermes de Barzan (Bouet 2003a, 117) ou les morceaux de la roue à aubes du bassin d’eau douce de la bourse à Marseille (Varoqueaux, Gassend 2001).

10  La partie conservée équivaut à moins de 3 % du mur originel.

11  Fouille J.-M. Michel arrêtée 2005/3838, dossier INRAP 2005, 200.

12  Elle s’oriente de quelques degrés plus vers le nord.

13  Tous les ossements ont été pris en compte, les os du crâne, les vertèbres et les côtes dans la mesure où leur fragmentation permettait l’identification de l’espèce. Les éléments de discrimination entre mouton et chèvre sont ceux qui ont été publiés par J. Boessneck dans son article paru en 1969.

14  Les âges ont été déterminés en fonction du degré d’épiphysation des articulations (Barone 1986, 76) et de l’état d’éruption des dents (Hillson 1986).

15  Étude à paraître dans Claude, Nin (dir.) – Les fouilles archéologiques du Palais Monclar (1992-1996).

16  Fouille de la ZAC des Halles (Gardeisen 1993, 250 et 255).

17  Responsables du chantier : F. Martos et G. Congès. M. Leguilloux – Les Blaïs (Cannet-des-Maures, Var) 2001-2005. Rapport d’étude des restes osseux animaux, janvier 2005.

18  Faune de la phase 5, îlot VI (Leguilloux 2006, fig. 1, 425).

19  (#634 SB 1262-1264/5) (Code labo : Poz-20222). Les datations proposées après calibrage sont : 68,2 % de probabilité ; 65AD (68,2%) 130AD ; 95,4 % de probabilité ; 20AD (95,4 %) 220AD.

20  Code Labo Poz-21261

21  68 % de probabilité : 40BC (59.5 %) 30AD et 35AD (8,7 %) 50AD / 95,4 % de probabilité : 60BC (95,4 %) 80AD

22  D’importants niveaux de cendre et de charbons ont d’ailleurs été constatés dans les sondages de la partie est de cette zone.

23  Ces pièces inédites ont été découvertes lors du diagnostic de 2008 et ne sont donc que partiellement connues.

24  Par un brasero par exemple.

25  La vidange de ce dernier a été vue par J.-A. Aubenas.

26  On peut mettre également à la faveur de cette hypothèse la présence d’un couloir d’accès réduit, ainsi que sa situation entre deux salles chauffées (3A et 8).

27  Dans ce cas de figure, on peut alors supposer qu’il s’agissait de baignoires individuelles d’eau chaude communes dans les bains de type grec. La continuité de ce modèle, après son abandon en Grèce aux IIe/Ier siècles av. J.‑C., appliquée aux thermes de type romain trouve une résonnance en Égypte où une forme hybride développée au début de l’Empire, combine des éléments grecs et romains (Broise 2009 et Fournet, Redon 2010). Pour l’heure, rien ne permet d’aller plus en avant dans cette restitution mais l’arrivée de légionnaires originaires d’Égypte dans le cadre du rapatriement des bateaux d’Antoine et Cléopâtre, donne à cette hypothèse toute sa dimension.

28  L’analyse de M. Dubar a conduit à définir cette roche comme une cinérite à ponce (silice bulleuse).

29  En outre, ces sondages ont permis la découverte de fragments de mosaïque qui pouvaient constituer le fond de ce bassin.

30  Le fond du bassin se situe à 1,22 m NGF.

31  Actuellement presque entièrement comblée jusqu’à la voûte.

32  Le laconicum circulaire (3B) pouvant parfaitement jouer ce rôle.

33  L’accès par une des exèdres latérales généralement destinées aux baignoires ou bassins paraît peu probable et n’a par ailleurs pas été retrouvé.

34  Dont les voûtes d’origine sont encore en place.

35  Les niveaux actuels de circulation ne correspondent pas aux surfaces antiques.

36  Déjà largement effectuée par les auteurs antérieurs (Ch. Texier, J.‑A. Aubenas, A. Donnadieu, P.‑A Février et A. Bouet).

37  Cet type d’alimentation en eau est largement attestée pour la même période à Ostie, par exemple pour les bains des Six Colonnes ou ceux de l’Envieux (Poccardi 2006, 130).

38  Ces indices, sans constituer des preuves formelles, permettent néanmoins de dresser un premier faciès chronologique de l’édifice.

Table des illustrations

Titre Fig. 58. Plan d’ensemble des vestiges de la phase 3.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-1.png
Fichier image/png, 91k
Titre Fig. 59. Vue de l’ouest de la surface du jardin de la phase 3.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 60. Au premier plan, la surface rouge 1010 recouvrant la couche sableuse 1068, visible à l’arrière-plan de la photographie (la bande sombre correspond à une des tranchées de diagnostic).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 61. Le mur MR1003.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 62. Relevé du mur MR1003 (M. El Amouri).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-5.png
Fichier image/png, 158k
Titre Fig. 63. L’ouverture CN1132.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 64. Relevé de l’ouverture CN1132.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-7.png
Fichier image/png, 116k
Titre Fig. 65. Structure bâtie MR1136.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 66. Coupes des fosses de plantation de la phase 3.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-9.png
Fichier image/png, 28k
Titre Fig. 67. Puits SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 68. Paroi nord‐est du puits SB1262 (M. El Amouri).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-11.png
Fichier image/png, 85k
Titre Fig. 69. Pieux maintenant le coffrage du cuvelage du puits.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 70. Coffrage en bois de SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 71. Localisation des pieux et planches.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-14.png
Fichier image/png, 76k
Titre Fig. 72. Premiers comblerments du puits, avec une partie du système de puisage effondré.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 73. Blocs latéraux nord du système de puisage effondrés.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 74. Bloc sud avec système d’ancrage (M. El Amouri).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-17.png
Fichier image/png, 164k
Titre Fig. 75. Bloc nord (M. El Amouri).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-18.png
Fichier image/png, 71k
Titre Fig. 76. Reconstitution hypothétique du puits vue en coupe (M. El‐Amouri).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-19.png
Fichier image/png, 105k
Titre Fig. 77. Reconstitution hypothétique de la noria (M. El‐Amouri).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-20.png
Fichier image/png, 190k
Titre Fig. 78. Relevé du mur MR2002.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-21.png
Fichier image/png, 78k
Titre Fig. 79. Partie épierrée et partie conservée du mur MR2002.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 80. Vue en coupe du mur MR2002.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 81. Relevé du parement nord en élévation du mur MR2002.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-24.png
Fichier image/png, 49k
Titre Fig. 82. Vue des persements sous la fondation.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 83. Bande de sable constituant la zone 2.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 84. Vue verticale de basse altitude où apparaît nettement, au centre, la bande de sable constituant la zone 2.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 85. Restitution des niveaux de la phase 3 conservés sur l’ensemble du chantier.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-28.png
Fichier image/png, 60k
Titre Fig. 86. Alignement de trous de poteaux.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 87. Tranchée d’épierrement du mur MR3082 (TR3294).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 88. Partie conservée du mur MR3082.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 89. Relevé de la galerie CN3010.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 90. La galerie CN3010, vue du nord.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 91. Les parements intérieurs de CN3010 sont repris par un rejointement au mortier.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 92. Les parements sont lissés avec un enduit de mortier de chaux.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 93. Le seuil SE3135 en cours de dégagement.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 94. Relevé du seuil SE3135 et position probable des vantaux.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-37.png
Fichier image/png, 67k
Titre Fig. 95. Vue des vestiges dégagés (J.‐M. Michel - INRAP).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 96. Relevé des structures découvertes lors du diagnostic sur le terrain de M. Bricolage par J.‐M. Michel (DAO F. Guériel - INRAP).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 97. Raccordement hypothétique entre les deux zones de fouilles.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-40.png
Fichier image/png, 28k
Titre Fig. 98. Les céramiques de la phase 3A.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-41.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 99. Les céramiques de la phase 3A.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-42.png
Fichier image/png, 60k
Titre Fig. 100. Les céramiques de la phase 3A.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-43.png
Fichier image/png, 48k
Titre Fig. 101. Ciseaux à barbe (Y. Lemoine).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 102. Sesterce de Domitien découvert dans le massif de la fondation du puits SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 103. Comparaison de différents sites urbains de la même période.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-46.png
Fichier image/png, 53k
Titre Fig. 104. Photographie verticale de l’ensemble de la Ferme de Villeneuve (cl. Ville de Fréjus - Altivue©).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 105. Plan de la Ferme de Villeneuve (ensemble des bâtiments et aménagements actuels).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-48.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 106. Plans anciens
Légende 01. Texier (1849, Pl. 5 fig. 4, 5 et 6) / 02. Fouille Aubenas 1881 (Rivet et al. 2000, fig. 611) / 03. Donnadieu (1928, fig. 31) / 04. Texier (1849, Pl. 5, fig. 3) / 05. Aubenas (1881, Pl. 1, fig. 3) / 06. Aubenas (1881, Pl. 1, fig. 1) / 07. Fabry de Peyresc (Rivet 2000, fig. 602) / 08. Salle à niches, P. Coste (Rivet et al. 2000, fig. 607) / 09. Forma Orbis Romani (1931) / 10. Salle à niches d’après Chr. Villeneuve-Bargemont, 1829 (Rivet et al. 2000, fig. 603).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-49.png
Fichier image/png, 968k
Titre Fig. 107. Plan des thermes de Villeneuve (d’après Excoffon, Ardisson 2008).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-50.png
Fichier image/png, 135k
Titre Fig. 108. Sol de béton, zone 3C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 109. Vue de la pièce circulaire 3B, avec localisation de l’accès bouché.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 110. Reconstitution théorique du premier état de la salle 3B.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-53.png
Fichier image/png, 35k
Titre Fig. 111. Niche conservée et partiellement comblée (état 2, salle 3B).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 112. Alvéole située dans l’angle nord-est (état 2), conservée jusqu’au sommet de la coupole, un oculus (?) est visible au fond.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-55.png
Fichier image/png, 667k
Titre Fig. 113. Zone 8, vue du mur nord et de l’abside (cl. Ville de Fréjus - R. Hacquard©).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 114. Vue de la grande salle (zone 8), mur sud (cl. Ville de Fréjus - R. Hacquard©).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 115. Mur de façade sud (zone 10).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 116. Extrêmité nord du bassin rectangulaire de la zone 7.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-59.png
Fichier image/png, 713k
Titre Fig. 117. Relevé de la façade nord de la zone 10 donnant sur la zone 7. Une ouverture bouchée et une fenêtre sont clairement identifiables (S. Roucole)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-60.png
Fichier image/png, 218k
Titre Fig. 118. Accès au couloir de service depuis la zone 4.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 119. Vue du sud de la citerne 9B.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 120. Façade ouest, zone 7, où apparaissent les différents appareils employés dans les parements.
Légende 1. mur ancien (phase 2) / 2. mur en petit appareil (phases 2/3) / 3. rechapage (phase 5 ?) / 4. remontage du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-63.png
Fichier image/png, 410k
Titre Fig. 121. Plan d’ensemble avec thermes, jardins et aménagements hypothétiques.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-64.png
Fichier image/png, 46k
Titre Fig. 122. Coupes du remplissage du puits SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-65.png
Fichier image/png, 163k
Titre Fig. 123. Comblement du puits SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 124. Sous la pression, le coffrage en bois a commencé à céder et présente une courbure significative.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 125. Proportion des estimations d’abonce des taxons malacologiques terrestres pour le puits 162.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-68.png
Fichier image/png, 62k
Titre Fig. 126. Comblement et nivellement définitif du puits SB1262.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 127. Comblement du corridor CN3010, à la base le premier comblement limoneux est visible.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 128. Les céramiques de la phase 3B.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-71.png
Fichier image/png, 60k
Titre Fig. 129. Les céramiques de la phase 3B (n°14 : éch. 1/1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1186/img-72.png
Fichier image/png, 36k

Auteurs

Ipso Facto/Ville de Fréjus – Service du Patrimoine

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access