Version classiqueVersion mobile

La Moutte d’Allemagne-en-Provence

 | 
Daniel Mouton

Chapitre 6. Datations et restitutions

Frédéric Guibal et Daniel Mouton

Texte intégral

1. Datations

1.1. La dendrochronologie (Frédéric Guibal)

1Toutes les pièces de bois carbonisées (éléments constitutifs des murs, éléments de charpente, éléments de calage du foyer, éléments de meuble) étant confectionnées dans du chêne à feuillage caduc (Quercus sp.), un taxon exploitable en dendrochronologie, une analyse dendrochronologique a été entreprise afin de tenter de dater à l’année près l’abattage des arbres et fournir une chronologie précise de l’occupation du site.

2Afin d’assurer leur intégrité structurelle, les pièces carbonisées ont fait l’objet d’une consolidation au poly-éthylène-glycol par l’équipe de fouille (fig. 77 et fig. 78) avant d’être plâtrées au moyen de bandes plâtrées médicales. Au laboratoire, après sciage des gangues de plâtre à la scie à métaux, les bois ont fait l’objet d’une deuxième imprégnation à l’aide d’une solution de saccharose à 10 % pendant 12 semaines. Parallèlement, afin de rendre les limites des cernes plus visibles, des plans transversaux frais ont été obtenus à l’issue de cassures réalisées manuellement. Mais malgré ces traitements, le bois carbonisé initialement très fragmenté, tant sur le plan radial que tangentiel, a posé de gros problèmes de lecture pour distinguer des séquences de cernes continues et suffisamment longues. Au final, les séries de cernes exploitables vont de 19 à 68 cernes. Les sections transversales (fig. 79) révèlent l’emploi de troncs de chênes refendus (quarts-de-tronc) et dont la croissance radiale est dénuée de perturbation particulière. Les séries d’épaisseurs de cernes ont été mesurées au 1/1000 mm à l’aide de la table de mesure LINTAB ®Frank Rinn et les séries numériques qui en ont résulté ont fait l’objet de tests paramétriques et non paramétriques afin de dégager des synchronismes intersériels. Aucune corrélation significative, tant statistique que visuelle, n’étant établie, il n’a pas été possible d’établir une chronologie relative de l’abattage des chênes, ni de bâtir une chronologie moyenne représentative du site susceptible d’être confrontée à des chronologies de référence représentatives du chêne. L’absence de synchronisme ne prouve pas que les séries ne sont pas contemporaines : la faible longueur des séries de cernes et les lacunes éventuelles causées par les fractures sont, de toute évidence, responsables de l’échec des synchronisations. Une confrontation basée sur l’examen statistique et visuel des séries individuelles, prises une à une, avec d’autres chronologies de chêne caducifolié couvrant la période autour de l’an Mil a été tentée sans dégager de synchronisation satisfaisante.

Fig. 77. Imprégnation d’échantillon dendrochronologique. (prélèvement DENDALM 73//b)

Fig. 77. Imprégnation d’échantillon dendrochronologique. (prélèvement DENDALM 73//b)

(Cliché Daniel Mouton).

Fig. 78. Échantillon dendrochronologique prêt à être plâtré et prélevé. Poutre de la sablière basse du mur ouest (prélèvement DENDALM 39)

Fig. 78. Échantillon dendrochronologique prêt à être plâtré et prélevé. Poutre de la sablière basse du mur ouest (prélèvement DENDALM 39)

(Cliché Daniel Mouton)

Fig. 79. Section transversale de la pièce 88b plâtrée

Fig. 79. Section transversale de la pièce 88b plâtrée

(Cliché Frédéric Guibal)

1.2. La céramique (Daniel Mouton)

3Le mobilier céramique renvoie en tous points à celui de Niozelles (Mouton 2008b, p. 43-48) et bien d’autres sites provençaux (Pelletier 1997). L’association de pots à bord à bandeau, de becs pontés, de bouteilles de gros volume et l’absence de petits « pégaus » indiquent que ces occupations se situent entre la deuxième moitié du Xe s. et le XIe s.

1.3. Le radiocarbone (Daniel Mouton)

4Une remarque préalable doit être faite. Nous avons dit que, des édifices du premier état, seul le bâtiment central a été incendié afin de le démolir. Par contre, les constructions de bois ont été simplement démontées. Il est donc quasi-certain que les bois utilisés dans la seconde construction provenaient de la récupération de ceux de la première, induisant un « effet vieux bois » qu’il faut prendre en compte.

  • 1 Ces datations ont été réalisées au Centre de datation par le radiocarbone de l’université Claude (...)

5Deux datations au radiocarbone ont été réalisées1. Un échantillon (AM NO C51/1) provient d’une poutre de bois prélevée dans la sablière basse du mur sud-ouest (US 69) de la maison de l’état 2. Sa datation (Ly-13476) a donné des âges calendaires compris entre 781 à 982 ap. J.-C. avec un intervalle de confiance de 95 %. Le second (AM C 14/5) provient du niveau d’incendie du même bâtiment. Il a livré (Ly-13475) une fourchette 778-977, avec la même probabilité. Si l’on admet que les pièces de bois ont d’abord appartenu au premier état, on place l’abattage des arbres et donc les constructions du premier état au plus tard dans le dernier quart du Xe s. Les monnaies permettent de compléter cette chronologie.

1.4. Les monnaies (Daniel Mouton)

6La monnaie de Vespasien ne nous est, bien entendu, d’aucune utilité chronologique. Les autres deniers, par contre, nous fournissent des dates pour la seconde occupation. L’incendie n’a pu avoir lieu avant 983 puisque c’est la date au plus tôt du denier d’Othon III. Les deniers de Limoges indiquent une séquence fin Xe-début XIe s. La faible usure des monnaies permet de supposer une circulation jusqu’en 1005-1010.

1.5. Bilan chronologique (Daniel Mouton)

7Les données précédentes permettent de placer le premier état durant le dernier quart du Xe s. et le second autour de l’an Mil avec un abandon définitif du site au cours du premier quart du XIe s. Il est tout à fait remarquable de constater que la transformation du site de Niozelles et son abandon suivent exactement la même chronologie (Mouton 2008b, p. 41). D’ailleurs, sur l’un et l’autre site les occupations successives ne dépassent pas une durée totale de 40 à 50 ans. Sur La Moutte, le mobilier céramique est nettement plus abondant dans la première période, 84 % (NMI), que dans la seconde, 16 %. Cette différence est également observée sur la faune, 68 % pour l’état 1 et 32 % pour l’état 2. Ce n’est pas le cas pour le métal qui a dû être récupéré pour continuer à être utilisé dans la phase suivante. Malgré tout, on ne peut pas en déduire que la première occupation a duré plus longtemps que la seconde car le deuxième état est nettement plus modeste ; il est vraisemblable que le nombre de personnes y ait été moins élevé et a donc produit moins de déchets.

2. Restitutions et interprétations (Daniel Mouton)

2.1. Les foyers et les pots

8Quelques observations à caractère domestique ressortent des données récoltées. Même si son aspect est assez exceptionnel, la présence du mortier réalisé dans un chapiteau n’a rien d’étonnant puisque c’est un type d’objet extrêmement répandu depuis l’Antiquité jusqu’aux temps modernes. Il pouvait servir à piler des amandes, que l’on sait avoir été consommées sur le site, et à broyer des céréales ou des herbes. La mise au jour du pétrin et de son contenu apporte également des données supplémentaires au sujet des pratiques alimentaires.

9Les foyers possédaient tous au moins un pot accessoire. Dans le bâtiment central de la première période, un pot était placé sur le côté droit du foyer (fig. 26) contre la paroi du bâtiment, sans doute pour éviter de gêner. Dans le grand bâtiment de bois (fig. 12 et fig. 27), deux pots étaient placés de part et d’autre du foyer, contre la paroi. Cette première occupation ayant pris fin volontairement, ces récipients avaient été enlevés mais leur trou d’insertion au sol était nettement visible. En revanche, dans la maison de l’état 2, on l’a dit, le pot a été retrouvé en place dans son creux (US 75, fig. 17 et fig. 84). Puisque c’était un pot à bord à bandeau, sans bec verseur donc, il ne devait pas contenir de liquide. Par conséquent, sans que l’on puisse savoir laquelle, ces récipients contenaient de toute évidence une denrée qui servait aux préparations culinaires : sel, matière grasse, condiments ?

10Le mode opératoire de la mise en place des foyers est bien observable. Pour ceux du premier état, la surface destinée à recevoir le foyer était délimitée par des madriers de 10 à 15 cm de large qui étaient maintenus sur le côté externe par un bourrelet plat de terre de 3 à 4 cm d’épaisseur et une quinzaine de centimètres de large. Du côté intérieur, une ligne de galets était posée contre les poutres avant apport d’un lit d’argile sur toute la surface ainsi délimitée. Il est possible que la pose d’une poutre au sol n’était pas nécessaire du côté où le foyer était adossé à un mur qui, lui-même, aurait tenu lieu de bordure. Dans la maison centrale (1A), seul le madrier placé sur le côté ouest du foyer a laissé une empreinte nette mais quelques traces suggèrent qu’il pouvait en être de même à l’est et au sud (fig. 26). Dans le grand bâtiment de bois 1B on en compte trois, à l’avant et sur les côtés mais pas le long de la paroi (fig. 27).

11Dans de la maison du second état, le foyer (fig. 20) était centré dans la partie sud-ouest de la pièce. Il a d’abord été réalisé par la pose au sol d’un rectangle de galets juxtaposés de 1,1 x 0,9 m. Puis, semble-t-il, plus tard au cours de son utilisation, un second rang de galets a été posé sur le précédent et un cadre de bois est venu enserrer l’ensemble qui atteignait alors 1,29 x 1,05 m (fig. 20 et fig. 84). À la différence de ceux de l’état précédent, ces pièces de bois ne reposaient pas directement sur le sol.

12Sur le castrum de Niozelles qui est contemporain, les deux foyers étaient également bordés de pierres mais sans cadre de bois (Mouton 2008b, p. 37 fig. 15). En revanche, à Charavines, également de la même époque, le foyer de la maison centrale était délimité par des planches et des pieux qui étayaient sans doute une hotte (Colardelle, Verdel 1993, p. 169-170). Un cadre de bois ne semble donc utile que dans certains cas. Or, à Niozelles où les foyers en étaient dépourvus, ils étaient placés au centre d’espaces ouverts, simples abris sous une toiture prenant appui sur des poteaux et dans le mur d’enceinte ; la fumée s’évacuait librement. En revanche, que ce soit à La Moutte ou à Charavines, l’âtre prenait place dans des bâtiments fermés qui nécessitaient un avaloir tant pour le tirage que pour l’évacuation de la fumée. En tout cas, la position du foyer dans l’angle du rez-de-chaussée de la tour rendait ce dispositif indispensable. Par conséquent, nous avons opté pour la restitution d’une hotte au-dessus de tous les foyers. Il n’est pas exclu que les cadres de bois disposés au sol aient pu constituer la base d’une structure verticale supportant la hotte mais nous n’en avons aucune preuve à La Moutte. Il aurait d’ailleurs été plus simple de le faire en plantant des poteaux dans le sol mais ce ne fut pas le cas. On suppose alors que les hottes étaient maintenues par des cadres fixés à la fois dans les parois des bâtiments et dans la charpente ou des chevêtres du plancher lorsqu’il y avait un étage. C’est ce que laissent penser les deux trous de poteau (US 99 et 100) de support du plancher dans le prolongement de la poutre qui délimite au sol le foyer de la maison 1A. Quoi qu’il en soit, la maîtrise du feu dans ces installations de bois devait nécessiter un grand savoir-faire tant le risque d’incendie devait être obsédant. Ce danger devait être particulièrement présent dans le grand bâtiment de bois de l’état 1 où le foyer était adossé à la paroi de bois.

13L’approvisionnement en eau n’a laissé aucun vestige et, en particulier, aucune trace de citerne. Le site de Niozelles n’en était pas pourvu non plus et la présence d’une source dans la pente, à vingt mètres en contrebas de la plateforme (Mouton 2008b, p. 28) montre qu’il fallait se rendre à l’extérieur et remonter l’eau dans des pots ou, peut-être dans des outres. Ce devait également être le cas à La Moutte où l’on relève, au pied de la pente ouest une mine de captage, sans doute moderne mais qui révèle la présence d’une source.

2.2. Propositions de restitution de l’état 1

14Les vestiges des constructions mis au jour sur les niveaux de la première occupation sont assez bien conservés et fournissent un ensemble d’éléments cohérents. Malgré cela, il faut émettre un certain nombre d’hypothèses quant aux élévations.

15Le seul bâtiment (1A) construit « en dur » occupait le centre de la plateforme et était rectangulaire : 5,75 x 4,80 m. Sa nature et sa position privilégiée s’ajoutent au caractère élitaire de certains éléments mobiliers trouvés sur le site pour l’interpréter comme une tour (fig. 80). Le soin apporté à l’ancrage des poteaux de la galerie d’accès et la présence dans le bâtiment d’un plancher sur poteaux permettent de restituer un étage dont l’accès se faisait par la face sud-est. On a ici ajouté, en pure hypothèse, un étage supplémentaire qui aurait permis non seulement d’ajouter de l’espace mais également de guetter les alentours. Compte tenu du mode de construction, on a limité le nombre d’ouvertures et leurs dimensions. Toutefois, la présence du foyer au rez-de-chaussée imposait un minimum d’ouvertures pour apporter l’air nécessaire au tirage. La fonction première de cet âtre était peut-être le chauffage mais la présence de deux pots et de graines prouve également une activité culinaire. Compte tenu de l’exiguïté de l’espace intérieur, dix-huit mètres carrés, le positionnement du foyer dans l’angle s’imposait car, dans le cas contraire le conduit d’évacuation aurait gêné dans les espaces supérieurs. Le trou de poteau double (US 108) indique deux solives sans doute disposées à angle droit et qui indiquent la trémie de passage de l’escalier d’accès à l’étage dans l’angle ouest. Aucune tuile n’ayant été trouvée sur le site, on en déduit que la toiture était en matériaux d’origine végétale, soit du chaume, soit des planches de bois. C’est cette seconde hypothèse qui a été retenue car le bois était abondant dans les constructions. La couverture à quatre pentes proposée dans la restitution est de pure conjecture car un toit en bâtière est possible et, d’ailleurs, plus simple à réaliser.

Fig. 80. Proposition de restitution de l’état 1, vue du sud, espace ouvert

Fig. 80. Proposition de restitution de l’état 1, vue du sud, espace ouvert

(Aquarelle J.-M. Gassend IRAA CNRS)

16Le bâtiment domestique 1B est une grande maison de bois de 12 x 4,2 m. Les poteaux, présentent des trous beaucoup plus modestes que ceux de la galerie. De ce fait, on ne restitue pas d’étage, ce qui n’exclut pas qu’il ait pu y avoir des combles. La portée de 4,2 m ne n’imposait pas de charpente à fermes. La construction étant implantée en bord de plateforme, un toit à une seule pente a été retenu car il permettait d’évacuer l’eau de pluie vers l’extérieur. À l’extrémité sud, la construction 1C servait de lieu de passage couvert pour accéder à la partie inférieure de la galerie. On l’a dit, les alignements avec les poteaux de cette dernière semblent indiquer que cet espace était fermé, sans doute par des parois de planche comme, d’ailleurs, l’ensemble de la construction 1B. C’est l’hypothèse qui a été retenue (fig. 82) car la présence du fossé trahit un souci défensif qui porte à penser que l’ensemble des installations, tout au moins pour l’état 1 devaient être fermées bien que nous n’ayons pas observé de véritable palissade avec des pieux enfoncés dans le sol. Le site se présenterait probablement comme un ensemble en fer à cheval ouvert sur une cour située à l’opposé du fossé.

Fig. 82. Proposition de restitution de l’état 1 avec palissade de protection

Fig. 82. Proposition de restitution de l’état 1 avec palissade de protection

(Aquarelle J.-M. Gassend IRAA CNRS)

17La technique de construction à pans de bois de la galerie 1C et les solides ancrages de poteaux justifient une hauteur qui indique un accès à l’étage. Ce type de galerie, on l’a dit, est connu dans des châteaux de pierre comme dispositif d’accès à la tour. Cette construction se termine au droit du mur sud-est de la tour alors qu’au nord-ouest elle se prolonge sur plus de 5 m bien au-delà du bâtiment principal, jusqu’au bord de la plate-forme, au point d’accès au site comme le prouve le départ du sentier qui mène à la maison 1B. Ce prolongement au-delà de la tour se justifie peut-être par la présence d’un escalier ou d’une échelle escamotable (fig. 81), système courant dans les châteaux de pierre jusqu’au XVe s. (Alexandre-Bidon 2003, p. 26 fig. 9) ; la dernière paire de poteaux aurait pu permettre le levage de l’échelle. La nécessité de construire cette galerie sur poteaux tient sans doute à la nature des murs de l’édifice central : les parois de bois, terre et galets, ne devaient pas être suffisamment solides pour supporter en encorbellement la construction de bois 1D.

Fig. 81. Proposition de restitution de l’état 1, vue du nord

Fig. 81. Proposition de restitution de l’état 1, vue du nord

(Dessin J.-M. Gassend et M.-C. Monguilland IRAA CNRS DAO D. Mouton)

2.3. Propositions de restitutions de l’état 2

18L’ensemble précédent, on l’a dit, a été volontairement détruit et enterré sous un remblai de 2,2 m d’épaisseur. Sur cette plateforme plus petite que la précédente, une maison rectangulaire de 8,85 x 6,15 m a été bâtie avec les mêmes matériaux que ceux de la tour précédente (fig. 83). La porte étant au rez-de-chaussée, on interprète pas cet édifice comme une tour mais comme une maison tout à fait comparable à celle du premier état de la motte de Niozelles. On a pu mesurer à 3,4 m la hauteur du mur sud-est grâce à quoi il est possible de restituer un étage ou, tout au moins, des combles. La portée d’un peu plus de 6 m incite à proposer un toit à double pente avec un faîtage longitudinal. Là encore, la toiture devait être en chaume ou en planches. La cour était située au nord-ouest, comme dans l’état précédent, ce qui laisse supposer que l’accès se faisait par le même endroit.On n’a pu mettre en évidence aucun élément de palissade périphérique.

Fig. 83. Proposition de restitution de la maison de l’état 2

Fig. 83. Proposition de restitution de la maison de l’état 2

(Aquarelle J.-M. Gassend IRAA CNRS).

19Pour tenter d’approcher l’occupation de l’espace intérieur, une restitution place le foyer avec son pot, le coffre et le mortier (fig. 84).

Fig. 84. Proposition de restitution de l’intérieur de la maison état 2

Fig. 84. Proposition de restitution de l’intérieur de la maison état 2

(Aquarelle J.-M. Gassend IRAA-CNRS, DAO D. Mouton)

2.4. L’église

  • 2 La carte IGN le place sur la crête et la carte de Cassini dans la vallée.

20Une église est le plus souvent associée à un castrum (Fixot 1994 ; Mouton 2008b, p. 119). Elle lui préexistait parfois et pouvait constituer un pôle de peuplement qui put influer sur le choix du lieu d’implantation de la fortification. Ainsi à Allemagne-en-Provence sur le site de Notre-Dame, le castrum Archanzoscum (Mouton, Pécout 2014), l’église a été construite immédiatement au pied du tertre si bien qu’elle semble faire partie de la fortification. Pourtant, les textes, qui dès l’an Mil donnent les limites de son territoire, se réfèrent à plusieurs reprises à l’église Saint-Pierre qui paraît être alors un élément clé d’une topographie vraisemblablement nettement antérieur au castrum. Il n’en subsiste que le toponyme, au nord de Notre-Dame, dans la vallée ou sur la crête qui lui fait face2. On avait noté, à Niozelles, l’éloignement, 1100 mètres, de l’église Saint-Marcellin par rapport à la Roca de Aldefred.

21Dans la vallée, au pied du relief sur lequel La Moutte a été érigée, une ferme Saint-Antoine (fig. 4) conserve peut-être le souvenir de l’église liée au castrum. On note toutefois que le culte de saint Antoine ne s’est répandu dans le Alpes qu’à partir de 1070 (Acta Sanctorum, p. 516). Or, à cette époque, nous l’avons démontré, le site était abandonné. Bien sûr, une église attachée à La Moutte aurait pu changer de vocable après le déplacement du castrum comme le site de Saint-Véran est devenu Saint-Marc, mais nous n’en saurons probablement pas davantage.

Notes

1 Ces datations ont été réalisées au Centre de datation par le radiocarbone de l’université Claude Bernard de Lyon.

2 La carte IGN le place sur la crête et la carte de Cassini dans la vallée.

Table des illustrations

Titre Fig. 77. Imprégnation d’échantillon dendrochronologique. (prélèvement DENDALM 73//b)
Crédits (Cliché Daniel Mouton).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 78. Échantillon dendrochronologique prêt à être plâtré et prélevé. Poutre de la sablière basse du mur ouest (prélèvement DENDALM 39)
Crédits (Cliché Daniel Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 79. Section transversale de la pièce 88b plâtrée
Crédits (Cliché Frédéric Guibal)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 80. Proposition de restitution de l’état 1, vue du sud, espace ouvert
Crédits (Aquarelle J.-M. Gassend IRAA CNRS)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11867/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 82. Proposition de restitution de l’état 1 avec palissade de protection
Crédits (Aquarelle J.-M. Gassend IRAA CNRS)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11867/img-5.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Fig. 81. Proposition de restitution de l’état 1, vue du nord
Crédits (Dessin J.-M. Gassend et M.-C. Monguilland IRAA CNRS DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11867/img-6.png
Fichier image/png, 153k
Titre Fig. 83. Proposition de restitution de la maison de l’état 2
Crédits (Aquarelle J.-M. Gassend IRAA CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11867/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 84. Proposition de restitution de l’intérieur de la maison état 2
Crédits (Aquarelle J.-M. Gassend IRAA-CNRS, DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11867/img-8.png
Fichier image/png, 111k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search