Version classiqueVersion mobile

La Moutte d’Allemagne-en-Provence

 | 
Daniel Mouton

Chapitre 3. Le mobilier

Daniel Mouton

Texte intégral

1Riche et varié, le mobilier mis au jour apporte d’intéressantes indications sur la nature de du site et son occupation. Il faut souligner une différence notable entre les deux états. L’incendie qui scelle la fin de la seconde occupation a été brutal et inattendu puisqu’on a retrouvé en place des objets tels que des monnaies et des éperons de cavaliers et des ustensiles culinaires en cours d’utilisation. À l’inverse, on n’a retrouvé sur le niveau d’occupation du premier état que du matériel résiduel : tessons de céramique et faune. Le matériel métallique y est très marginal ; les objets utiles ou précieux semblent avoir été enlevés avant le démantèlement de l’état 1, à l’exception notable de trois objets relatifs au jeu et à la musique. On y voit la confirmation que la fin du premier édifice a été volontaire et préparée comme on l’a observé dans la stratigraphie.

1. La céramique

2On observe en premier lieu une grande homogénéité dans les formes de céramiques qui sont caractéristiques de la seconde moitié du Xe et du XIe s. : pots à bord à bandeau, pots à bord simple, bec ponté et anse rubanée, bouteilles, trompes d’appel. Il n’y pas de différences entre les types d’objets des deux périodes.

3La céramique est nettement plus abondante dans la première période mais les dénombrements entre les deux états sont assez paradoxaux. En effet, on compte 2316 tessons pour le premier et 628 pour le second, soit un peu moins du quart, tandis que le NMI indique respectivement 128 objets contre 24, soit plus du cinquième. Il en ressort que la fragmentation des objets est plus importante pour l’état 2 (26 tessons en moyenne par objet contre 18). Ceci peut s’expliquer par la fin brutale de l’occupation puisque la maison s’est effondrée sur le mobilier. Toujours est-il que les objets de céramique sont nettement moins nombreux pour la deuxième phase (à peine 16 % du NMI).

1.1. La céramique de l’état 1

  • 1 Détermination de J.-C. Tréglia, LA3M, que je remercie.

4Les pots sont tous de forme globulaire avec le fond bombé. Pour cette première occupation, on dénombre au moins 38 pots à bord simple (fig. 34 et fig. 35). Les diamètres des panses sont compris entre 18 et 25 cm et 12 à 16 cm pour les bords. Ces bords peuvent appartenir à des vases avec ou sans bec. Parmi ces derniers, on dénombre 7 objets dont 5 à bec ponté (fig. 34, n° 1 à 3) et un bec pincé. Certains récipients à bord simple n’ont ni anse ni bec (fig. 34, n° 6 à 9). Les pots à bec ont aussi une anse, toujours large et plate, dite « rubanée » (fig. 34, n° 1, 5, 6). D’autres objets présentent un bord à bandeau (fig. 35, n° 1 à 5), on en dénombre 29. Les dimensions sont similaires à celles des objets du type précédent. Très souvent, en guise de décor le potier a imprimé au tournage des traces de doigts sur le pourtour de l’épaule. Parfois ce décor est pratiqué à l’aide d’une roulette à dents dont l’empreinte se développe en spirale sur deux tours. Ainsi le pot n° 1 a été décoré avec une roulette à 14 dents réparties sur une circonférence de 35 mm et une largeur de 6,7 mm. Ce pot a été trouvé dans la maison centrale avec un pot à anse (fig. 34, n° 4) ainsi qu’avec un autre incomplet (fig. 35, n° 8). Les pots de la figure 35 n° 2 et 5 proviennent de la maison de bois 1B. À cet endroit on a également relevé une fusaïole d’environ 4,5 cm de diamètre qui paraît avoir été façonnée dans un morceau de tuile (fig. 35, n° 7). Un fragment de bouteille (fig. 35, n° 6) ou gourde est très reconnaissable avec son goulot à bec pincé et le départ d’une anse. Il a été trouvé sur le sol de la cour. Le nombre minimum de fonds est de 39 mais ils étaient plus nombreux puisque le total des pots (à bords simple et à bandeau) est au minimum de 67. On note également un pion de jeu en céramique de couleur orange (fig. 41, n° 3) trouvé sur le même niveau. D’un diamètre de 43 mm,
il a été façonné dans un fond de bol à pâte claire datable des Ier-IIe s.1 Enfin, un unique fragment de pierre ollaire de 10 x 7 cm présente un diamètre à la base d’environ 25 cm. Il renvoie également à des périodes plus anciennes que les autres indices trouvés sur le site puisque ce type de mobilier est caractéristique des IV-VIIIe s. (Deslarzes, Lhemon, Serneels 2008).

Fig. 34. Céramique état 1 (a)

Fig. 34. Céramique état 1 (a)

(DAO D. Mouton)

Fig. 35. Céramique état 1 (b)

Fig. 35. Céramique état 1 (b)

(DAO D. Mouton)

1.2. La céramique de l’état 2

5Parmi les 628 tessons de ce lot, 22 appartiennent à au moins trois vases modernes dont un a une glaçure brune-rouge interne et l’autre à vernis vert à l’extérieur. Ils ont été trouvés en surface au début de la fouille. Ce sont donc un peu plus de 600 tessons qui proviennent de la dernière occupation médiévale. Les types sont tout à fait semblables à ceux de la première période. On y trouve des pots à bord à bandeau (fig. 36, n° 1 à 5), au moins 6, dont celui (n° 1) qui a été trouvé en place à l’ouest du foyer dans son trou de calage. Il a un diamètre de 18,5 cm au maximum de sa panse et 10,2 cm à l’ouverture ; il contenait environ 2,7 litres. S’y ajoutent au moins 8 pots à bord simple (fig. 37, n° 1 à 4) et fond bombé (fig. 36, n° 6 et 7) ainsi qu’un seul bec ponté et deux anses qui n’ont pu être rapprochés d’aucun objet précis. Une bouteille (fig. 37, n° 5) à deux anses contenait un peu plus de cinq litres. Le diamètre maximal de la panse atteint 22 cm et celui du goulot 5,25 cm. Les fragments étaient épars sur le sol, entre la porte et le foyer. Certains tessons semblent avoir été déformés par l’incendie, ce qui rend le remontage problématique. Ce type de récipient est bien connu mais est toujours trouvé en petit nombre par rapport aux autres pots. Notons enfin, pour l’état 2, six fragments de trompe d’appel dont une embouchure (fig. 37, n° 6 et 7). Ils appartiennent peut-être à un seul objet.

Fig. 36. Céramique état 2 (a).

Fig. 36. Céramique état 2 (a).

Fig. 37. Céramique état 2 (b)

Fig. 37. Céramique état 2 (b)

2. Le mobilier métallique

6Le mobilier métallique est composé de 152 éléments, tous en fer à l’exception des monnaies, parmi lesquels 59 sont des fragments très dégradés ou des morceaux d’objets non identifiables. À l’inverse du mobilier céramique, les objets de métal sont beaucoup plus abondants pour l’état 2 (69,7 %) que pour la première période (23 %). Cette observation conforte l’impression que la fin de cette dernière a été volontaire et que l’essentiel du mobilier métallique avait été récupéré avant la démolition des premiers bâtiments.

2.1. Le mobilier métallique de l’état 1

7Ces objets sont en mauvais état. On y dénombre 16 clous dont 8 à tête trapézoïdale (fig. 38, n° 15), parfois appelés « en clé de violon » (Démians d’Archimbaud 1980, p. 481 fig. 457 n° 14 à 16 ; Colardelle, Verdel 1993, p. 211, fig. 146 n° 15), les autres étant à tige longue (n° 16) ou incomplets. Trois lames de couteaux très dégradées ont été relevées. L’une est longue de 13,5 cm et large de 2 cm tandis qu’une autre atteint 22 cm. La troisième est une pointe de lame (8,5 x 2,2 cm) semblables à celles des couteaux de la période suivante (n° 5 et 6). S’y ajoute un burin de 10,5 cm de long, de section ronde de 9 mm de diamètre à la tête (n° 8). On a également mis au jour deux fragments de fers à cheval dont l’un était très corrodé. L’autre (n° 4) subsiste pour un peu plus de la moitié. Il était long de 9,9 cm pour une largeur de tige d’environ 2,3 cm (Colardelle, Verdel 1993, p. 211, fig. 146). Celle-ci est percée de trois étampures à niche rectangulaire propre à immobiliser le clou. Leur percement a repoussé le métal vers les bords en y provoquant des ondulations.

Fig. 38. Mobilier métallique

Fig. 38. Mobilier métallique

2.2. Le mobilier métallique de l’état 2

8Parmi les 106 éléments, 46 sont des fragments non identifiables. Les objets mis au jour témoignent des activités domestiques mais ils nous donnent également de précieuses indications sur le statut des occupants de cette maison.

9L’armement est particulièrement présent. Trois éperons (fig. 39, n° 1 à 3) ont été mis au jour sur le sol d’occupation de la maison. Des objets identiques ont été trouvés à Charavine. Sur notre site, deux d’entre eux (n° 1 et 2) forment une paire. Ils sont longs de 18 cm et larges de 10,3 cm. La tige, large de 5 mm est plate à l’intérieur et de profil arrondi à l’extérieur. La pointe est une pyramide de 3,7 mm de long et 1,65 cm de large à la base, fixée sur le corps de l’éperon par une tige cylindrique de 1,32 cm et 0,95 cm de diamètre. L’extrémité de chaque tige se termine par un à-plat rectangulaire de 1,97 x 1,3 cm dans lequel deux rivets fixaient, à l’aide d’une petite plaque de fer de 1,9 x 1,35 cm, une lanière épaisse d’un peu moins de 3 mm et large de 1,9 cm. Sur l’objet le mieux conservé (n° 1) des éléments de décor sont encore visibles. Le dessus de la tige était orné de deux lignes parallèles de petits points, réalisés par frappe d’une pointe fine, et espacés entre eux d’environ 2 mm (Colardelle, Verdel 1993, p. 213, fig. 148 n° 5). La tige de fixation de la pointe est décorée d’un petit écu sur lequel on distingue deux traits en chevron. Enfin, la base de la pointe est soulignée de trois lignes gravées parallèles. Le troisième éperon est long de 17,4 cm. La tige a un profil triangulaire de 6,8 mm de côté. La pointe, longue de 4,9 cm est une tige de 6,7 mm de diamètre maximum pourvue au tiers de sa longueur d’une boule d’un peu moins de 2 cm de diamètre (Colardelle, Verdel 1993, p. 213, fig. 148 n° 8). La fixation se faisait à l’aide de lacets fixés dans une plaquette en forme de papillon arrondi percée de deux trous d’un peu moins de 3 mm. Ces objets, par leur fonction et leur très belle facture, montrent que la maison était occupée par un miles et témoignent donc du caractère élitaire du site.

Fig. 39. Mobilier métallique, armement

Fig. 39. Mobilier métallique, armement

10Cette fonction militaire est confirmée par la présence d’une hache d’arme également trouvée sur le sol de la maison (fig. 39, n° 4). La lame est longue de 20 cm et large de 4. Le tranchant est courbe, convexe à l’origine il est entamé par une usure qui peut aussi bien provenir d’une utilisation domestique que guerrière (Raynaud 2002). A chaque extrémité, le dos de la lame est prolongé par un ergot de 1,5 cm de longueur (Colardelle, Verdel 1993, p. 215, fig. 149). La douille a un profil trapézoïdal de 5,5 cm de hauteur maximale. Cette forme évite au manche de tourner. Elle a été réalisée par forgeage du fer pour former une tôle épaisse qui a été repliée et soudée pour recevoir un manche large de 2,6 cm au dos de la hache et de 1,85 cm de l’autre côté.

11On dénombre sept pointes de carreaux d’arbalète parmi lesquelles trois étaient incomplètes ou très dégradées. Deux types sont présents (fig. 39, n° 5 à 8) : les plus nombreux sont longs (n° 5 à 7), entre 9,4 et 8,7 cm, et ont une section carrée (8 à 9 mm) et une douille circulaire (Colardelle, Verdel 1993, p. 215, fig. 149 n° 8 à 11). Un autre (n° 8) est beaucoup plus trapu : 5,25 cm de longueur pour une section de 1,13 cm (Colardelle, Verdel 1993, p. 215, fig. 149 n° 17 et 8). Ces objets sont du même type que ceux mis au jour sur la motte de Niozelles, occupée des dernières décennies du Xe s. au premier tiers du XIe (Mouton 2008b, p. 49). Il est à noter qu’aucun de ces projectiles n’a été trouvé sur le sol de la maison. Deux ont été relevés dans le niveau d’incendie et les autres dans les couches de démolition de la maison. De ce fait, il est assez vraisemblable que l’incendie qui a définitivement mis fin à l’occupation du site ait été consécutif à une attaque.

12Cette seconde occupation a également livré deux fragments de fer à cheval. Le mieux conservé (fig. 38, n° 3) est identique à celui de l’état 1 mais légèrement moins large (2 cm). Une boucle est sans doute un élément de harnachement (n° 2) : un fer plat de 14,5 x 1,3 cm a été courbé en U. Les deux extrémités sont reliées par une tige carrée de 4 mm de côté qui forme un axe sur lequel s’articule un ardillon de 4,9 cm de longueur, sans doute incomplet.

13Une autre boucle (fig. 38, n° 1) est le seul élément métallique qui puisse appartenir à un accessoire vestimentaire. Elle est constituée de deux anneaux circulaires de 2,6 cm de diamètre mais dont la base est droite de façon à ce qu’ils soient mobiles dans la chape de tôle de 2,9 x 1,5 cm dans laquelle une lanière était fixée par un rivet. L’ardillon est cassé mais il reste sa base qui est large de 4 mm. Il peut s’agir de la boucle d’attache d’un éperon.

14Les autres objets renvoient plutôt à des activités domestiques. Quatre lames de couteaux ont été trouvées dans la maison. La plus complète (n° 5) a une longueur de 20,5 cm, une largeur de lame d’environ 1,9 cm et une soie de 4 cm (Colardelle, Verdel 1993, p. 205 fig. 141 n° 5 et 6). Le dos est légèrement courbe. L’autre (n° 6) est du même modèle mais un peu moins large (1,6 cm). Une pointe de lame de 4 cm de longueur est également du même type.

  • 2 Ce type de clé est le plus commun sur le site de Paladru. (Colardelle, Verdel 1993, p. 206, fig.  (...)

15Deux clés ont été trouvées dans la maison, entre le mur sud et le foyer. Elles sont toutes les deux du même type. De fabrication assez fruste, elles ont été réalisées dans une tôle (Bourgeois 2009, p. 168) d’un peu moins de 4 mm d’épaisseur2, la tige est donc creuse sur toute sa longueur avec un diamètre d’environ 1,3 cm. La plus grande (n° 12) a une longueur totale de 18,8 cm, l’anneau est approximativement circulaire avec un diamètre de 4,7 cm. Le panneton est presque carré (2,9 x 2,6 cm) et ne présente aucune dent. L’autre est un peu plus petite, incomplète et très dégradée avec une longueur de 10,3 cm mais il manque l’anneau. Le diamètre de la tige était le même que pour la précédente et le panneton était de 1,9 x 1,6 cm. On peut leur rapprocher une tige qui semble être un pêne de serrure (n° 13). C’est un fer plat de 17,1 x 1,8 cm de large et 6 mm d’épaisseur. En son milieu, il présente deux larges ergots séparés par une échancrure où pouvait manœuvrer le panneton d’une clé. Cet objet est assez rudimentaire, à l’image des clés.

16Quelques petits outils ont également été mis au jour. Un petit burin (n° 7) est tout à fait semblable à celui de l’état 1 (n° 8) mais est un peu plus grand (11,6 cm). Une pointerole (n° 9) de 10 cm de long et à section rectangulaire de 4,3 x 3 mm est en excellent état de conservation. Un poinçon à percer le cuir, long 6,9 cm est élargi en son milieu pour une meilleure préhension. Un outil (n° 11) à douille de 5,9 cm se termine par une spatule de 2,4 cm de large. Le diamètre de la douille est de 1,8 cm. Ce type d’instrument servait à débourrer les socs d’araire de la terre collée afin de permettre une bonne pénétration du soc. Plusieurs autres objets ont des fonctions imprécises comme trois cerclages cylindriques de fer fixés par un rivet (n° 14) ou bien quelques tiges plates ou des plaques de réparation.

17Précisons enfin que pour cette deuxième période, on a relevé 24 clous dont 15 en « clé de violon ».

3. Les monnaies

  • 3 Ces monnaies ont étudiées par Michel Dhenin, cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale, (...)

18Quatorze monnaies (fig. 40) ont été trouvées, toutes appartiennent à l’état 23.

Fig. 40. Monnaies

Fig. 40. Monnaies

A - Otton Ier empereur (962/973), denier
+IMPERATOR, O/TT/O
+AVGVSTVS, PA/PIA
1,22 g (CNI 1913, IV p. 477-478 n° 1-8)

B - Otton Ier empereur (962/973), denier
+IMPERATOR, O/TT/O
+AVGVSTVS, PA/PIA
1,12 g (CNI 1913, IV p. 477-478 n° 1-8)

C - Otton Ier empereur et Otton II roi d’Italie
(962/967), denier
+IMPERATOR, O/TT/O
+OTTO PIVS RE, PA/PIA
1,13 g (CNI 1913, IV p. 478-480 n° 1-15)

D - Otton Ier empereur (962/973), denier
+IMPERATOR, O/TT/O
+AVGVSTVS, PA/PIA
1,15 g (CNI 1913, IV p. 477-478 n° 1-8)

E - Otton III, empereur (983/1002), denier
+HTERCIVS, O/TT/O
+IMPERATOR, PA/PIA
1,30 g (CNI 1913, IV p. 481-484 n° 3-36)

F - Otton Ier empereur (962/973), denier
+IMPERATOR, O/TT/O
+AVGVSTVS, PA/PIA
1,19 g (CNI 1913, IV p. 477-478 n° 1-8)

G - Otton III, empereur (983/1002), denier
+HTERCIVS, O/TT/O
+IMPERATOR, PA/PIA
1,44 g (CNI 1913, IV p. 481-484 n° 3-36)

H - Otton Ier empereur et Otton II roi d’Italie (962/967), denier
+IMPERATOR, O/TT/O
+OTTO PIVS RE, PA/PIA
1,18 g (CNI 1913, IV p. 478-480 n° 1-15)

I - Otton III, empereur (983/1002), denier
+HTERCIVS, O/TT/O
+IMPERATOR, PA/PIA
1,37 g (CNI 1913, IV p. 481-484 n° 3-36)

J - Otton Ier empereur (962/973), denier
+IMPERATOR, O/TT/O
+AVGVSTVS, PA/PIA
1,21 g (CNI 1913, IV p. 477-478 n° 1-8)

K - Limoges, obole au type d’Eudes, fin Xe-début XIe s.
+ODO RE+ F (O losangés), grand O losangé dans le champ
+LIMOVICAS (O losangé), croix
0,52 g (Poey d’Avant, I pl. L, 15)

L - Limoges, obole au type d’Eudes, fin Xe-début XIe s.
+ODO RE+ F (O losangés), grand O losangé dans le champ
+LIMOVICAS (O losangé), croix
0,38 g (Poey d’Avant, I pl. L, 15)

M - Empire romain, Vespasien, denier, Rome, 70-71
[IMP] CAES VESP AVG P [M], tête laurée à droite
[AV]GV[R] / TRI POT, instruments du sacrifice
3,12 g (Giard 1998, n° 36).

N - Otton Ier empereur (962/973), denier
+IMPERATOR, O/TT/O
+AVGVSTVS, PA/PIA
1,22 g (CNI 1913, IV p. 477-478 n° 1-8)

19Des associations ont été observées : les monnaies ABCDE ont été trouvées groupées à quelques centimètres les unes des autres dans le niveau de destruction des murs de l’état 2. Elles n’ont pas brûlé, ce qui laisse penser qu’elles devaient être cachées, ou tout au moins rangées, dans une cavité à l’intérieur du mur. Les pièces GHIJKL ont été trouvées collées ensemble dans la couche d’incendie à l’extérieur de l’édifice de l’état 2. Les deux ensembles ABCDE et GHIJKL semblent contemporains puisqu’ils contiennent chacun des deniers (E, G et I) d’Otton III (983/1002). Les oboles de Limoges ne peuvent servir à affiner la datation du lot auquel elles appartiennent car de telles pièces sont présentes dans de nombreux trésors depuis le règne d’Eudes jusqu’au XIIe s. mais, compte tenu de leur métrologie, on peut avancer une date de fin Xe-début XIe s. De l’avis de M. Dhenin, les deux ensembles doivent être datés, en théorie, 983/1002 mais on peut ajouter quelques années et aller jusqu’à 1005-1010 car l’usure des monnaies de Pavie ne semble pas très importante.

4. Objets en matière dure d’origine animale (Marie-Astrid Chazottes)

20À l’exception de deux plaquettes (fig. 41, n° 6 et 7) qui ont été mises au jour sur le sol de l’état 2, tous les autres objets en matière dure animale proviennent de la première occupation.

Fig. 41. Objets en matière dure d’origine animale et autres objets domestiques

Fig. 41. Objets en matière dure d’origine animale et autres objets domestiques

4.1. Le jeu

Des Pions de Trictrac

  • 4 D’abord identifié comme du bois de cervidé, l’examen de la vascularisation de la pièce réalisée p (...)

21Ces pièces, de forme circulaire, ont des diamètres compris entre 57 et 58,5 mm, pour une épaisseur de 6 à 8 mm. Les faces inférieure et supérieure sont planes et spongieuses mais seul l’avers comporte un décor historié. Ces deux objets ont été réalisés en os de cétacé4, matière inédite pour la Provence mais connue dans des contrées plus septentrionales. La réalisation des décors en bas-relief révèle une réelle maîtrise de professionnel.

22Le premier médaillon, à couronne périphérique plane sans décor et large de 4 mm, présente deux volatiles – aigles sans doute – aux becs entre-ouverts se faisant face (fig. 41, n° 1a et 1b). Le rapace du premier plan, au plumage finement incisé, semble marcher de la gauche vers la droite avec la tête tournée vers l’arrière. À l’arrière-plan, le second oiseau, en position inverse, n’est représenté que par la tête et le cou.

  • 5 L’hypothèse d’un animal fantastique se justifie par la différence entre la forme des pattes avant (...)

23Il manque la moitié supérieure du second pion. Sa couronne est ornée d’une torsade soulignée par une incision courant sur la tranche de l’objet (fig. 41, n° 2a et 2b). Le motif représente un quadrupède marchant vers la gauche, félin ou bête fantastique5 avec la queue fouettant l’air.

24Les pions de trictrac historiés sont des éléments de jeu couramment mis au jour à la période médiévale notamment entre les IXe et XIIe s. et proviennent généralement de contextes castraux. Ainsi, des pièces avec des aigles se faisant face, l’un nourrissant l’autre, proviennent des fouilles du Castle de Gloucester dans le sud-ouest de l’Angleterre (Darvill 1988, n° 10, fig. 16) et de Southwark Bridge Road à Londres (Klunge-Pinsker 1991, n° a, p. 185). L’oiseau est un animal fréquemment figuré notamment sur un pion conservé au Musée Languedocien de Montpellier (Deguara 1993, p. 384) ou encore sur celui mis au jour lors d’une fouille à Poitiers (Bourgeois 2001-2002, n° 24, p. 386). En revanche, les félins ou les animaux fantastiques tels que les quadrupèdes à pattes griffues sont beaucoup plus répandus (Bourgeois, Rodet-Belarbi 2009, n° 1958, p. 262 ; Grandet et Goret 2012).

25Un autre pion de jeu (n° 3), on l’a dit plus haut, a été façonné dans un fond de bol antique à pâte claire.

4.2. La musique

26Un cordier (fig. 41, n° 4a et 4b) ou « tire cordes » a été trouvé sur le sol de l’état 1. C’est un petit accessoire servant à tendre les cordes de lyres ou d’instruments à manche comme les vièles. Il est fixé, par des liens souples – peut-être en cuir – au bas des caisses (Homo-Lechner 1996, p. 84). Ces objets sont en os, en bois, en cuir ou en métal. Celui de La Moutte, daté de la fin du Xe s., est issu d’un merrain de cervidé et présente une longueur totale de 63 mm pour une largeur comprise entre 23 et 9,5 mm et une épaisseur de 3,5 à 6 mm. La pièce est constituée de deux trapèzes superposés dont le plus long, aux bords courbes, est percé de trois trous d’environ 3 mm de diamètre qui correspondent au nombre de cordes. L’ornementation est simple : des séries de stries parallèles et se croisant obliquement entre elles.

27Les cordiers sont des objets de forme et de décorations assez diverses, certains sont quadrangulaires ou triangulaires. Le nombre des perforations dépend évidemment du nombre de cordes. Ainsi, le tertre funéraire du village de Teerns au nord de la Hollande en a livré un à six trous (Ibid., p. 82).

28La plupart des objets inventoriés sont postérieurs à celui de La Moutte, majoritairement des XIIe-XIIIe s. Des cinq exemples que l’on peut citer, trois proviennent de fouilles françaises : L’Isle Bouzon dans le Gers (Archéologie et vie quotidienne 1990, n° 336, p. 198), Saint-Denis en Seine-Saint-Denis (Ibid., 1996, p. 83). Il en existe toutefois de plus anciens comme en témoignent les pièces découvertes à Winchester en Angleterre (Lawson 1990, n° V, p. 715 ; n° 2253, p. 717) ou à la résidence royale de Lagore Crannog en Irlande pour les VIIe-VIIIe s. (Hencken 1950, n° 1479, fig. 106).

4.3. La vie quotidienne

29Plusieurs plaquettes décorées ont été découvertes. L’une (fig. 41, n° 6) est extraite d’une côte fendue longitudinalement en deux pour séparer les faces l’une de l’autre. La face supérieure est ornée de lignes incisées qui forment des chevrons. Un trou d’environ 2 mm de diamètre a été perforé pour l’insertion d’un rivet de fixation. Cet élément a été trouvé sur le sol de l’état 2. De la même occupation, deux autres pièces incomplètes (n° 7) issues de côtes (L. cons. entre 53 mm et 45 mm et l. cons. entre 22 mm et 12 mm) décoraient sans doute le même objet. Là aussi, un trou a pu permettre le passage d’un rivet. Ces plaquettes présentent un motif losangique ou grillagé formé de stries obliques qui s’entrecroisent. Ce type d’ornementation est couramment employé sur de tels objets durant la période médiévale. La troisième plaquette (n° 5) de forme et de section quadrangulaires avec un profil droit présente une face inférieure lisse et une face supérieure décorée de quatre petits ocelles simples pointés. À l’une de ses extrémités, elle a été sciée en partie puis séparée par pression, ce qui a laissé un arrachement lamellaire positif. Ce sciage correspond peut-être à une finition inachevée ou à une modification.

30Une aiguille (n° 8), incomplète, extraite d’une fibula de porc (L. cons. 50 mm) présente un fût de section ovale en partie médiane (D. 7 mm). L’objet a la forme générale de l’os et la partie proximale a été taillée pour réaliser une surface plane de l,3 mm d’épaisseur sur laquelle l’artisan a ménagé le chas circulaire de 3 mm de diamètre. Ce type d’objet est extrêmement répandu sur les sites médiévaux (par exemple, pour la Provence, D. Mouton 2003, vol. 1, p. 242, fig 179, n° 3 ; G. Démians d’Archimbaud,1981, p. 428, fig. 414, n° 17 à 21).

31Un fragment d’andouiller de cerf (n° 9) paraît être un bois de compte (L. cons. 115 mm ; D. est. 25 mm). Son dos est scandé de onze entailles en V assez profondes. Il devait y en avoir davantage mais il est incomplet. Plusieurs objets de cette nature ont été mis au jour à Charavines mais ils étaient en bois (M. Colardelle, E. Verdel 1993, p. 247, fig. 177, n° 2 à 8).

5. Autres objets (Daniel Mouton)

5.1. Petits objets de la vie quotidienne

32Dans la maison de l’état 2, on a trouvé, avec les deux clés, une perle de verre et une pierre ponce. Ce regroupement d’objets montre qu’on leur accordait une attention particulière. La perle (fig. 41, n° 10) est un anneau de verre gris-brun de 0,9 cm d’épaisseur, de 2,4 cm de diamètre extérieur et 0,7 pour le trou. La couleur est sans doute due à l’oxydation et, dans ce cas, ne correspond pas à celle d’origine. Ce type d’objets est connu depuis l’Antiquité a perduré en Provence au moins jusqu’au XIVe s. (Rajade 2009 ; Démians d’Archimbaud 1981, p. 533, fig. 490 n° 2-8).

33La pierre ponce (fig. 41, n° 11), très légère, et approximativement hémisphérique avec 5,8 cm de diamètre et 2,8 cm d’épaisseur n’est conservée que pour la moitié de son volume, soit un quart de sphère qui pèse 13 grammes pour un volume d’environ 25,5 cm3. La masse volumique est de 0,52 gr/cm3 alors que la moyenne des pierres ponce est de 0,91. Cet objet est particulièrement tendre et ne pouvait servir qu’à un travail délicat comme, par exemple, le polissage d’une lame métallique. D’ailleurs, la face inférieure est une surface presque plane et lisse qui résulte de ce type de travail.

34Un fragment de pierre à aiguiser (n° 12) en grès rouge à grain fin provient du niveau de destruction de la maison de l’état 2. Elle a un profil en demi-cylindre de 3,16 cm de large et 1,5 cm d’épaisseur. Sa longueur maximum est de 4,7 cm mais elle est cassée à ses deux extrémités. Comme pour la pierre ponce, la surface plane est nettement plus lisse que le reste de l’objet.

5.2. Un chapiteau-mortier

35Un chapiteau inspiré du style corinthien (fig. 42), d’assez belle facture, a été trouvé à mi-distance entre l’angle est du foyer et le mur sud-est de la maison. Il n’était pas tout à fait en place puisqu’il était retourné à cause, sans doute, de l’effondrement du mur lors de l’incendie. Taillé dans un bloc de calcaire de couleur beige claire, il est haut de 34 cm, large de 42 cm et traité à l’identique sur les quatre faces. La partie inférieure du bloc est la moins bien conservée mais il subsiste suffisamment de matière pour constater l’absence d’astragale et restituer un diamètre de 27 cm. Le décor est végétal fortement stylisé et se distribue sur deux niveaux. La partie inférieure présente deux palmettes, composées de traits parallèles, qui divergent à partir d’un motif de feuillage encore en partie visible sur l’une des faces. Au-dessus, sous un tailloir sans décor, les angles sont décorés de volutes stylisant des feuilles d’acanthes. Elles sont reliées par deux côtes parallèles au parcours sinueux qui semblent évoquer les tiges des feuilles. Au centre, entre le tailloir et la corbeille, une avancée au profil carré dont les côtés sont soulignés par un décor de traits parallèles présente une surface plane sans ornement. Ce chapiteau ornait à l’origine une colonne d’au plus 27 cm de diamètre, ce qui correspond à un module relativement modeste. Il a pu être récupéré dans un édifice en ruine ou bien en cours construction mais aucun chapiteau identique n’est connu dans les églises des environs. Sa datation se place au plus tard vers l’an Mil mais plus vraisemblablement au Xe s., voire avant. Sa présence sur le site s’explique par le fait qu’il a été transformé en objet domestique puisqu’il a été creusé en mortier par un travail soigné et a été en fonction suffisamment longtemps pour présenter une surface interne très lisse au toucher. Il semble qu’il ait servi, entre autres, à broyer des céréales (cf. chap. 4, § 1.3.5.). L’ouverture a un diamètre de 23 cm pour une profondeur de 15,8 cm soit une contenance d’environ 2,5 litres. Dans chaque angle, une gorge rectiligne servait de bec verseur. On a noté que la base du chapiteau est assez abimée. Étant donné le poids considérable de l’objet, il possible que la partie basse ait été bûchée pour l’arrondir grossièrement et permettre de le pencher plus facilement pour verser.

Fig. 42. Chapiteau-mortier

Fig. 42. Chapiteau-mortier

5.3. Un meuble

36à 0,8 m au sud-est du foyer (fig. 43), un ensemble d’éléments de bois carbonisé a été mis au jour (us 85). Son excellent état de conservation dû à la carbonisation a permis une observation fine. Nous sommes en présence d’une face, incomplète, d’un meuble en chêne qui a été renversé au sol lors de l’incendie (fig. 44).

Fig. 43. Meuble (1)

Fig. 43. Meuble (1)

(Clichés D. Mouton)

Fig. 44. Meuble (2) Proposition de restitution du coffre. K : pied de coffre Kabyle d’après Gast et Assié 1993

Fig. 44. Meuble (2) Proposition de restitution du coffre. K : pied de coffre Kabyle d’après Gast et Assié 1993

(Dessin F. Chardon, DAO D. Mouton)

37L’ensemble, long de 1,35 m, est composé de trois pièces de bois solidarisées avec des assemblages tout à fait reconnaissables. Aux extrémités, on relève deux pieds qui sont reliés entre eux par une planche de bois longue de 1,2 m mais incomplète sur sa hauteur. Elle est épaisse de 4,7 cm à la base comme celle appartenant à un panneau de coffre mis au jour à Charavines (Mille 1998, p. 60). Elle était pourvue d’une rainure de 2,5 cm de large destinée à recevoir les planches du fond du meuble. Cette planche était chevillée aux pieds. Une seule cheville, de 11 mm de diamètre, a été trouvée en place dans le pied n° 1 ; son insertion au milieu de la rainure de fond paraît quelque peu insolite. Parmi les quatre chevilles mises au jour, trois étaient en chêne et une en buis.

  • 6 Pierre Mille, que je remercie pour ses avis et conseils, est Dendrologue-xylologue, INRAP Rhône-A (...)

38à une trentaine de centimètres de leur extrémité basse, les pieds ont été évidés à angle droit de façon à ce que les planches latérales et longitudinales s’insèrent dans l’angle et puissent y être chevillées. Cette découpe présente une conformation en escalier dont on ne perçoit pas clairement la fonction précise mais qui servait à ajuster au mieux les planches basses. P. Mille6 (in litteris) fait remarquer que ce type de découpe est très particulière et inédite dans les meubles continentaux du milieu du Moyen-âge. Habituellement, les extrémités des planches s’insèrent dans les rainures bouvetées dans un montant de section rectangulaire ou carrée servant de pied (Mille 1998, p. 72). C’est ce qui a été observé sur le coffre du site de Constantin à Montboucher-sur-Jabron (Rémy 2006 fig. 64 p. 113 et fig. 66 p. 119) et ce qui a été restitué pour celui de Saint-Denis (Meyer 1993 p. 246). Dans ces deux cas les pieds sont très courts, de sorte que le fond du coffre est à-peine surélevé par rapport au sol. En revanche, le coffre de La Moutte a des pieds hauts de 30 cm qui, par leur découpe, sont très proches (fig. 44, K) du type c de coffres Kabyles (Gast, Assié 1993, fig. 15 p. 40). Ceci ne signifie pas que notre coffre provient de l’autre rive de la Méditerranée car, en réalité, nous manquons d’observations pour savoir si ce type de découpe des pieds était exceptionnel ou non. Il semble que les coffres sur pieds hauts soient devenus très courants dans les périodes plus tardives comme aux XIIe et XIIIe s. (Charles, Veuillet 2012).

39Il est étonnant que les deux pieds soient en plusieurs points différents. La section de l’élément n° 1 mesure 14,5 x 8,4 cm tandis que l’autre atteint 17,5 cm. Pour ce dernier, qui n’était pas conservé sur toute son épaisseur, nous restituons également 8,4 cm, en pure hypothèse. De plus, notons que les découpes d’insertion de la base des planches basses ne sont pas non plus identiques (fig. 44). Autre différence, la face latérale interne de la partie basse du pied n° 2 est marquée d’une sinuosité qui est absente sur l’autre dont les bords sont droits. Il est très probable que ces différences soient consécutives à une réparation à l’occasion de laquelle le pied n° 1 a été remplacé ; c’est d’ailleurs ce qui expliquerait la position inhabituelle de la cheville dans la rainure du plancher.

40Au total, nous avons mis au jour cinq pièces de bois : les deux pieds, la planche basse de façade et les deux extrémités basses des planches latérales auxquels il faut ajouter les chevilles, l’une en place dans le pied n° 1, l’autre contre l’assemblage du pied n° 2 mais à plat sur le sol. Les deux autres ont été relevées dans un autre assemblage trouvé dans l’effondrement du mur sud de la maison mais qui, compte tenu de sa proximité, faisait très vraisemblablement partie du même meuble. Cet échantillon a fait l’objet d’un prélèvement dendrochronologique (DENDALM 68/b).

41à l’aide de ces observations et en mettant en parallèle les planches du coffre de Charavines, site contemporain de La Moutte, il est possible de tenter une proposition de restitution d’un coffre, meuble courant à la période médiévale (Mille 1998, p. 61). Le panneau de Charavines est composé de trois planches assemblées à grain d’orge. Par analogie, nous représentons les panneaux sur cette même base, avec une hauteur de 24 cm pour la planche basse et 20 cm pour les autres. Les planches latérales ont été arrêtées à 32 cm de long. La façade manquante a été restituée par symétrie. En s’appuyant sur l’hypothèse de la réparation, nous avons reproduit trois fois le pied n° 2 et laissé le n° 1 unique.

42Le coffre fermait par un couvercle dont nous avons une trace indirecte. Une lentille de matière carbonisée poreuse 40 x 30 cm et 3 cm d’épaisseur gisait sous la face externe de la planche transversale (fig. 43), elle ne pouvait donc pas se trouver à l’intérieur du meuble. Les analyses exposées plus loin (chap. 4, § 1 et 2) montrent qu’il s’agit d’une pâte de céréales qui était en train de lever au moment de l’incendie. Sa limite sud était alignée avec la base des deux pieds. Si l’on restitue ceux-ci dans leur position verticale initiale, il apparaît que ce pâton est tombé au sol au pied du meuble sur lequel il avait probablement été posé. Puis, à cause de l’incendie, le mur sud de la maison s’est effondré en reversant le meuble qui s’est consumé en atmosphère réductrice.

43Aucun indice du contenu de ce coffre n’a été relevé. Les coffres médiévaux avaient des usages multiples (Charles, Veuillet 2012, vol. I, p. 63-64). On sait qu’il pouvait contenir des grains comme il été observé dans le coffre de Montboucher-sur-Jabron (Maufras 2006, Bouby 2006). Quoi qu’il en soit, sa position à proximité du foyer et du chapiteau-mortier ne laisse pas de doute sur sa fonction de stockage alimentaire. Le fond se trouvant à 30 cm du sol, il paraît peu vraisemblable qu’il s’agisse d’un pétrin car il aurait fallu travailler à genou. On peut objecter, en considérant que le foyer était au sol, que cette position était sans doute habituelle mais alors un coffre bas aurait été nettement mieux adapté.

44Ce meuble a été détruit dans le premier quart du XIe s. mais s’il a fait l’objet d’une réparation, il paraît vraisemblable qu’il ait été fabriqué dès le courant du Xe s. et qu’il ait été récupéré de la phase d’occupation précédente.

Notes

1 Détermination de J.-C. Tréglia, LA3M, que je remercie.

2 Ce type de clé est le plus commun sur le site de Paladru. (Colardelle, Verdel 1993, p. 206, fig. 142 n° 1 à 7).

3 Ces monnaies ont étudiées par Michel Dhenin, cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale, Paris.

4 D’abord identifié comme du bois de cervidé, l’examen de la vascularisation de la pièce réalisée par Isabelle Rodet-Belarbi (INRAP CEPAM, Nice) et Jean-François Goret (Archéologue municipal, Saint-Denis) que nous remercions, a permis la détermination anatomique exacte de l’objet.

5 L’hypothèse d’un animal fantastique se justifie par la différence entre la forme des pattes avant et celle des pattes arrière.

6 Pierre Mille, que je remercie pour ses avis et conseils, est Dendrologue-xylologue, INRAP Rhône-Alpes-Auvergne, ISTHME-UMR 5600-CNRS, Centre de recherche sur l’Environnement et l’Aménagement.

Table des illustrations

Titre Fig. 34. Céramique état 1 (a)
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Fig. 35. Céramique état 1 (b)
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Titre Fig. 36. Céramique état 2 (a).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-3.png
Fichier image/png, 67k
Titre Fig. 37. Céramique état 2 (b)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-4.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 38. Mobilier métallique
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-5.png
Fichier image/png, 70k
Titre Fig. 39. Mobilier métallique, armement
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-6.png
Fichier image/png, 68k
Titre Fig. 40. Monnaies
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-7.png
Fichier image/png, 155k
Titre Fig. 41. Objets en matière dure d’origine animale et autres objets domestiques
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-8.png
Fichier image/png, 174k
Titre Fig. 42. Chapiteau-mortier
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-9.png
Fichier image/png, 219k
Titre Fig. 43. Meuble (1)
Crédits (Clichés D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-10.png
Fichier image/png, 491k
Titre Fig. 44. Meuble (2) Proposition de restitution du coffre. K : pied de coffre Kabyle d’après Gast et Assié 1993
Crédits (Dessin F. Chardon, DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11833/img-11.png
Fichier image/png, 54k

Auteur

Chercheur associé au Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M), UMR 7298, Aix-Marseille Université (AMU), CNRS, MMSH Aix-en-Provence. Directeur de la fouille programmée de La Moutte, Allemagne-en-Provence. mouton@mmsh.univ-aix.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search