Version classiqueVersion mobile

La Moutte d’Allemagne-en-Provence

 | 
Daniel Mouton

Chapitre 2. Constructions et stratigraphie

Daniel Mouton

Texte intégral

1. Un premier état riche en constructions

1La plateforme de la première période était presque circulaire. Avec 23,30 x 21 m, elle atteignait une surface d’environ 385 m2. Cet espace était occupé par trois constructions principales (fig. 5) : au centre, le bâtiment maître 1A, à l’ouest de celui-ci, une maison de bois 1B-1C et, de l’autre côté, une galerie, 1D, qui contournait la construction 1A par le sud.

Fig. 5. Plan des vestiges de l’état 1

Fig. 5. Plan des vestiges de l’état 1

(DAO D. Mouton)

1.1. Le bâtiment maître 1A

2Il occupe le centre de la plateforme. Le mode de construction est identique à celui de la maison de l’état 2, on le verra plus loin. Il était constitué de bois, de galets et de terre. Ayant été incendié, il s’est effondré sur lui-même si bien que les murs sont apparus dans un premier temps beaucoup plus épais qu’ils n’étaient à l’origine (fig. 6). La grande quantité de bois contenue dans les murs les a littéralement cuits de sorte que la terre et les petites pierres ont produit de la chaux qui s’est durcie après refroidissement en modifiant complètement l’aspect des matériaux. Le plan est toutefois aisément restituable grâce à la sablière de bois qui était disposée sur le sol (fig. 7), sans tranchée de fondation. Il apparait que les murs étaient larges d’environ 50 cm. Le plan est rectangulaire : 5,75 x 4,80 m, dimensions extérieures. Le plus grand axe est orienté nord-ouest/sud-est.

Fig. 6. Vues du bâtiment central 1A. Image du haut : avant enlèvement de l’effondrement des murs à l’intérieur. Image de droite : après la fouille

Fig. 6. Vues du bâtiment central 1A. Image du haut : avant enlèvement de l’effondrement des murs à l’intérieur. Image de droite : après la fouille

(Cliché D. Mouton)

Fig. 7. La sablière de bois sous le mur us 87 du bâtiment 1A

Fig. 7. La sablière de bois sous le mur us 87 du bâtiment 1A

(Cliché D. Mouton)

3L’intérieur de la construction mesurait 4,75 x 3,80 m, soit une surface de 18 m2. Un foyer de 1,15 x 1,10 m, aménagé dans l’angle sud (fig. 8), était constitué d’une couche d’argile lissée et rubéfiée délimitée à l’ouest par une poutre large d’une dizaine de centimètres calée au sol vers l’extérieur par un bourrelet d’argile de 5 cm de large et 4 cm d’épaisseur. Quelques galets le bordaient au sud-ouest. Trois, peut-être quatre, galets fins étaient enfoncés de champ dans la couche d’argile parallèlement à la poutre et à une dizaine de centimètres de celle-ci. Ils avaient été enlevés en cours d’occupation car leurs négatifs ont été trouvés sous la cendre. À l’extrémité sud de la poutre, on relève un trou de calage de pot d’une douzaine de centimètres de diamètre.

Fig. 8. Le foyer du bâtiment 1A

Fig. 8. Le foyer du bâtiment 1A

(Cliché D. Mouton).

4Cinq poteaux (fig. 5) ont été mis au jour dans le sol de cette construction (fig. 9). Ils témoignent de la présence d’un plancher à l’étage dont plusieurs planches et un poteau ont été retrouvés carbonisés dans la partie ouest de la pièce entre le mur et un trou qui contenait deux poteaux (US 108). Ces deux supports soutenaient sans doute deux poutres perpendiculaires l’une à l’autre en évitant de réaliser un assemblage complexe. Un autre trou (US 168) de 24 cm de diamètre révèle un poteau contre le mur, à environ 90 cm de l’angle nord-ouest. Il fait peut-être partie d’un dispositif permettant de monter à l’étage, escalier ou échelle. Les trois autres trous (US 98, 99, 100) sont de dimensions modestes avec des diamètres de 12 à 15 cm pour des profondeurs comprises entre 14 et 24 cm. Ils servaient sans doute de simples étais pour soutenir les solives du plancher trop peu résistantes, peut-être, pour supporter le poids du premier étage. On remarque que les deux poteaux 99 et 100 sont situés dans l’axe de la poutre (US 109) bordant le foyer au sol. Ils supportaient sans doute une poutre qui servait à la fois d’appui au plancher et d’ancrage à une hotte de bois. Il est probable que la fonction première de ce foyer était le chauffage de ce bâtiment principal mais il servait également à des activités culinaires puisque deux pots, l’un à bord simple et l’autre à bord à bandeau, ont été trouvés à proximité. Les analyses anthracologiques exposées plus loin montrent que le plancher était en chêne.

Fig. 9. Coupes des trous de poteaux des bâtiments 1A et 1D

Fig. 9. Coupes des trous de poteaux des bâtiments 1A et 1D

(DAO D. Mouton)

5Un trou de poteau (US 136) a été dégagé sous le mur (US 87) de la maison 1A, à proximité de l’angle sud. Sans doute est-il lié au début de la construction sans que l’on puisse en comprendre la destination précise.

1.2. La maison de bois 1B

6Le plus grand bâtiment (fig. 5), 1B, a été établi au sud-ouest de la construction précédente. À la différence de celle-ci, cette grande maison a été entièrement construite en bois. Le plan est quasi-rectangulaire et est orienté parallèlement au bâtiment maître. Dans un premier temps, le sol de la plateforme a été décaissé sur toute l’emprise du bâtiment à construire de manière à obtenir une surface parfaitement horizontale. De ce fait, le sol se trouve 50 cm plus bas que le niveau général de circulation (fig. 10). La berme ainsi formée souligne toute la base de la paroi nord. Entre l’angle sud de la construction de bois et le bâtiment maître, le sol forme une rampe qui compense la différence de niveaux. Les deux parois de façades sont composées chacune d’une série de dix poteaux solidement enfoncés dans le sol. La façade nord atteint une longueur de 11,90 m et celle du sud 12,16 m tandis que la largeur du bâtiment est de 4,20 m. Les vingt trous de poteaux (fig. 11) ont une profondeur d’au moins 0,6 m voire 0,8 m et plus, sans doute, pour certains qui n’ont pas été entièrement vidés. À la fin de son occupation, ce bâtiment n’a pas été incendié mais a été démonté avant que ne soit apporté le remblai qui a enseveli l’ensemble. Quatre trous ont conservé le négatif de leur poteau : US 118, 119 et 131 qui contenaient des poteaux carrés de 18 x 18 cm et l’US 104 dont la section était circulaire de 18 cm de diamètre. Ce dernier est apparu en négatif dans toute l’épaisseur du remblai qui recouvrait les sols, ce qui prouve qu’il n’avait pas été extrait lors du démontage de la construction, peut-être même avait-il été laissé en attente intentionnellement comme nous le verrons plus loin. Les autres avaient sans doute été sciés puisque leur négatif était conservé. Deux trous de la façade nord (US 131 et US 119) semblent avoir contenu deux poteaux, l’un plus profondément enfoncé dans le sol que l’autre. La partie la moins profonde servait sans doute de calage à une entretoise qui solidarisait les poteaux entre eux de manière à éviter le flambage de la construction. Toutes ces pièces de bois étant profondément fichées dans le sol et, étant réparties par paires, elles supportaient une charpente qui, avec une portée de 4,2 m, pouvait n’avoir qu’une seule pente qui permettait d’ailleurs d’évacuer l’eau de pluie vers l’extérieur dans la pente sud-ouest. Il faut noter, toutefois, une singularité avec l’US 135 qui appartient à la façade nord : sa profondeur n’est que de 24 cm. Or, on a mis au jour un sentier de passage (US 117), bien marqué au sol sur une dizaine de centimètres de profondeur et qui, venant de la zone où se situait l’accès au site, pénétrait dans la maison entre les poteaux 119 et 135. Il s’agit d’un raccourci dans la circulation qui permettait d’accéder directement à l’espace domestique. On restitue donc une porte dont l’US 135 était sans doute le support mais ne constituait pas un étai de charpente.

Fig. 10. Paroi nord-est de la maison 1B

Fig. 10. Paroi nord-est de la maison 1B

(Cliché D. Mouton)

Fig. 11. Coupes des trous de poteaux du bâtiment 1B

Fig. 11. Coupes des trous de poteaux du bâtiment 1B

(DAO D. Mouton)

7Les deux pignons ont été traités de façon identique : un poteau au centre (US 118 et US 128) à mi-distance des deux angles. Ils étaient enfoncés au sol d’à peine 20 cm, ce qui laisse supposer qu’ils n’avaient pas de fonction dans la charpente mais servaient simplement de supports aux parois, sans doute de planches, qui fermaient les extrémités de la maison. À l’extérieur et à proximité des angles nord-ouest et sud-est, on observe deux poteaux (respectivement US 158b et US 129) qui semblent liés à ceux des angles dont ils sont distants de 0,8 m. Leur fonction n’est pas claire ; peut-être sont-ils en rapport avec des portes ou bien avec un dispositif permettant l’accès à des combles. Un seul poteau (US 150) a été relevé à l’intérieur du bâtiment. On ne peut savoir à quel type d’aménagement il pouvait appartenir.

8Cette vaste construction abritait trois dispositifs à vocation domestique dont l’élément principal est le foyer US 121 (fig. 12). Il avait été aménagé sur le sol, exactement au milieu de la façade nord et à 15 à 20 cm à peine de la paroi. Il se présentait sous la forme d’un rectangle de 1,52 x 1,36 m délimité par une rangée de galets eux-mêmes retenus par des madriers de bois d’une quinzaine de centimètres de large bordés à l’extérieur par un bourrelet d’argile au moins pour les côtés sud et est, dispositif identique à celui de la maison 1A. Ces trois poutres au sol circonscrivaient le foyer sauf sur le côté nord qui correspondait à la paroi de la maison. À l’extrémité nord des pièces de bois situées de part et d’autre du foyer on relève, là aussi, un creux de calage de pot d’une quinzaine de centimètres de diamètre et cinq de profondeur. La plaque foyère avait été réalisée par apport d’une couche d’argile d’une dizaine de centimètres d’épaisseur soigneusement lissée et rubéfiée par le feu. L’ensemble était recouvert d’une couche de cendre de près de 5 cm d’épaisseur qui était également répandue sur le sol d’occupation et formait une lentille de plus de trois mètres de diamètre. Le foyer ainsi aménagé le long de la paroi de planches obligeait à une gestion adroite du feu à cause du risque d’incendie. La forte rubéfaction de la plaque foyère indique pourtant une activité intense.

Fig. 12. Foyer du bâtiment 1B

Fig. 12. Foyer du bâtiment 1B

(Cliché D. Mouton)

  • 1 L’appellation « potager » proposée dans le rapport ne semble pas adaptée car ce dispositif est de (...)

9Le sol d’occupation (US 116) de la maison 1B se trouvait, on l’a dit, à un niveau de 50 cm plus bas que le sol de circulation extérieur (US 101). Dans la berme ainsi constituée, une niche (US 122) en forme de cul-de-four (fig. 13) avait été creusée immédiatement à main droite de l’utilisateur du foyer. Elle était haute de 32 cm et large de 36 cm à l’ouverture et profonde de 36 cm. Les deux parois latérales avaient été enduites de terre lissée qui montre un certain soin. Le sol était couvert de la même couche de cendre que le niveau d’occupation environnant mais aucune rubéfaction n’y a été relevée, on n’y utilisait donc ni feu ni braise. La proximité immédiate du foyer prouve cependant une fonction culinaire et la recherche, sans doute, d’une certaine température. On verrait aisément dans cette cavité, éventuellement fermée par une simple planche, un pot contenant une préparation réservé là au chaud ou pour fermentation. Ce dispositif devait être assez commun car un autre exemple a été mis au jour près de Forcalquier dans un petit habitat rural (Bertucchi-Brandi-Lemaire 1999, p. 5 et fig 18)1. La cavité, dans ce cas, mesurait 0,50 m de large, 0,42 m de profondeur et 0,30 m de hauteur. De la cendre et des charbons y ont été relevés et l’entrée était soulignée par un petit bourrelet de terre durcie par le feu. Il semble donc que, dans ce cas, du feu, ou au moins des braises, ait été utilisé.

Fig. 13. Niche, accessoire du foyer du bâtiment 1B

Fig. 13. Niche, accessoire du foyer du bâtiment 1B

10À 2,80 m au sud-est du foyer, une installation secondaire de cuisson (US 124) a été relevée (fig. 14). On y observe deux petites cavités d’environ 15 cm de diamètre pour une profondeur de 4 à 6 cm dans lesquelles on reconnait deux trous de calage de pots à fond bombé. Ils bordaient une lentille rubéfiée par un apport de braise. Il permettait un réglage précis de la chauffe d’un pot en apportant plus au moins de braise à son contact. Un dispositif analogue avait été trouvé à Niozelles (Mouton 2008b, p. 28 et 144 fig. B).

Fig. 14. Foyer secondaire (us 124) du bâtiment 1B

Fig. 14. Foyer secondaire (us 124) du bâtiment 1B

(Cliché D. Mouton)

11À ces installations domestiques s’ajoute la grande abondance de déchets de nourriture, os d’animaux et poisson pour confirmer que cet édifice était dédié à des activités culinaires sans toutefois exclure d’autres occupations de la vie quotidienne.

12Vers le nord-ouest, la berme qui suit la paroi nord de la maison se poursuit à l’extérieur en marquant un angle droit jusqu’au poteau US 134 et tourne à nouveau vers l’ouest pour rejoindre le poteau US 133, situé 3,20 m plus loin. Ils ont des diamètres respectivement de 32 et 34 cm pour des profondeurs de 48 et 56 cm. Ils contenaient donc des pièces de bois solidement implantées dans le sol qui servaient très certainement à fermer l’espace jusqu’au bord de la plateforme et participaient ainsi au système de circulation et de défense.

13On connaît des exemples similaires de ces vastes maisons sur des sites d’agglomérations qui n’ont pas de statut castral (Boucharlat 2001). Ces constructions étaient très répandues dans l’Europe de l’ouest comme le montrent les exemples d’architectures de bois de Grande-Bretagne, Danemark et Allemagne (Chapelot-Fossier 1980, p. 260-319). Notre exemple est assez proche du bâtiment 12 de Le Recourbe à Château-Gaillard (Ain) où un foyer se situe également à proximité immédiate de poteaux de bois (Boucharlat 2001, p. 203).

1.3. La construction 1C

14Une construction, 1C, est venue s’adosser à l’extrémité sud-est de la maison 1B et en fait sans doute partie intégrante (voir fig. 5). Elle est marquée par quatre trous de poteaux (US 158, 130, 159 et 160, qui délimitent un espace d’un peu moins de 8 m2 en forme de trapèze régulier. Leurs profondeurs (voir fig. 9) sont comprises entre 34 cm (US 158) et 56 cm. Cet espace protégé était probablement couvert et fermé. L’absence de mobilier dans cette zone montre que ce n’était pas un lieu de vie mais très certainement un passage pour se rendre de l’intérieur de la grande maison de bois 1B vers la maison principale 1A. En effet, une fois que l’on a passé entre les poteaux US 139 et 185, espacés entre eux de 1,60 m, le sol accuse une pente que l’on monte jusqu’au niveau de circulation autour de la maison principale.

1.4. La galerie 1D

15Une autre construction de bois vient s’ajouter aux précédentes. Il s’agit d’une galerie de bois, 1D, qui, partant du point d’accès, au nord la plateforme, dirigeait le visiteur vers l’entrée de la maison maître (voir fig. 5). Elle est composée de quatorze trous de poteaux qui sont remarquables tant par leur organisation que par la façon dont ils ont été creusés. En effet, uniquement pour cette construction, les trous de préparation destinés à recevoir les poteaux sont très larges (à l’exception de US 92 et 180) et profonds (fig. 15). De toute évidence, le terrassier creusait en se tenant au milieu du trou et, même au fond, avait suffisamment de place pour manœuvrer. Les diamètres à l’ouverture sont compris entre 1,5 m (US 178 et 175) et 0,90 m (US 181, 179, 166 et 171). La profondeur peut atteindre 1,25 m (US 166) mais est plutôt proche de 0,90 m. Plusieurs d’entre eux avaient conservé le négatif de leur poteau (fig. 16). Ces derniers sont tous de section circulaire avec des diamètres compris entre 23 et 32 cm.

Fig. 15. Trous de poteaux de la galerie 1D, au S.-E. du bâtiment 1A

Fig. 15. Trous de poteaux de la galerie 1D, au S.-E. du bâtiment 1A

(Cliché D. Mouton)

Fig. 16. Coupes des trous de poteaux de la galerie 1D

Fig. 16. Coupes des trous de poteaux de la galerie 1D

(DAO D. Mouton)

16La réalisation de ces grands trous de préparation révèle une construction à pans de bois. Des parties de la structure ont été assemblées avant d’être relevées et positionnées dans leurs réceptacles avant le calage des poteaux au moyen de terre et de galets. Des expériences d’archéologie expérimentales illustrent parfaitement ce type de procédé (Epaud-Gentili 2009). Les deux autres poteaux (US 92 et US 180) qui n’ont pas été fichés dans un large trou ont pu être installés en premier afin de servir d’appui ou d’alignement au moment de la construction. C’est peut-être également le cas des deux autres poteaux US 113 et 177.

17La construction est constituée de deux lignes parallèles de poteaux espacées entre elles de 2,40 m. Sur les deux-tiers de leur longueur, elles se dirigent vers le sud-est puis forment un angle droit vers le sud pour contourner la maison principale 1A. La série externe comprend huit trous de poteaux (US 190, 186, 166, 171, 170, 153, 92 et 187) et mesure 13,30 m dans sa partie la plus longue et 7 m ensuite. L’autre, nécessairement plus courte (respectivement 10,80 et 4,40 m), présente six trous (US 181, 180, 179, 152, 175 et 178). Le trou US 152, à cause de sa position d’angle, contenait deux poteaux et ceci, sans doute, pour deux raisons. La première est liée à la méthode d’érection des pans de bois qui, étant perpendiculaires l’un par rapport à l’autre ont dû être assemblés et levés séparément. Deuxièmement, dans l’angle de la construction, deux poteaux contigus permettaient de mettre en place des poutres perpendiculaires entre elles et qui ne pouvaient tenir sur un seul support, exactement comme on l’a observé à l’intérieur du bâtiment 1A.

18C’est un cheminement de près de 19 mètres qu’accomplissait ainsi celui qui, accédant à la plateforme, voulait se rendre dans la maison principale. Dans la partie la plus longue, les deux séries de poteaux sont strictement parallèles. En revanche, au sud-est la ligne externe est légèrement divergente si bien qu’au débouché sud, la galerie est plus large de 50 cm environ. En effet, les centres de trous de poteaux US 178 et US 187 sont éloignés l’un de l’autre de 2,95 m. Cette singularité montre le souci d’aligner les poteaux US 170, 153 et 187 sur l’US 158 qui appartient à la construction 1D. Si les constructeurs avaient maintenu une largeur constante, la paroi externe aurait été alignée avec l’angle de la grande maison de bois,
le poteau US 139. Ceci suggère que l’espace 1D et le bas de la galerie 1C étaient fermés et que ce décalage permettait de dégager l’espace suffisant pour un passage, large de 1,60 m, à l’angle est du grand bâtiment de bois. Dans le cas d’espaces ouverts, le passage aurait pu se faire n’importe où et le désaxement de la ligne sud de la galerie ne se serait pas justifié.

19Cette galerie en hauteur formait un avant-corps qui permettait d’accéder à la tour dont la porte devait se trouver à l’étage de la façade sud-est. Cette construction de bois augmentait en même temps la surface utile de ce bâtiment central. Ce type de dispositif d’accès est connu dans des châteaux de pierre où il se trouvait en encorbellement sur des trous de boulins. Tel est le cas, par exemple, de la tour de Durfort (Gard) (Mesqui 1991, t. 1, p. 102 fig. 104). à La Moutte, la nécessité de construire cette passerelle sur poteaux tenait sans doute à la nature des matériaux : les murs de terre, pierre et bois n’auraient pu supporter le poids d’une telle installation. Des représentations de galeries sur poteaux sont connues mais pour des périodes plus récentes (Alexandre-Bidon 1997).

1.5. Espaces et circulations

20Au nord-ouest de la maison 1A, l’espace était ouvert jusqu’au bord de la plateforme, entre la galerie, au nord, et la paroi soutenue par les poteaux US 133 et 134. Cet espace était une cour d’environ 55 m2 tournée vers la vallée. On observera d’ailleurs, la même disposition lors de l’état 2. Dans la zone proche du bord de la plateforme, quatre trous de poteaux ont été relevés. Deux, US 146 et 147, étaient profonds respectivement de 36 et 40 cm pour des diamètres 12 et 20 cm. Au sud de ces derniers, s’ajoutent deux trous de calage d’environ 35 cm de diamètre et profonds de 20 cm. Ces quatre éléments appartenaient à une petite installation impossible à interpréter.

21D’autres poteaux, peu nombreux par rapport à l’ensemble, restent d’interprétation difficile. L’un avec un diamètre de 20 cm et une profondeur de 8 cm est un accessoire du poteau US 180. Peut-être avait-il été ajouté au cours du temps pour étayer un élément de charpente défectueux. Le petit poteau US 176 (12 cm de diamètre et 24 cm de profondeur) est sans doute lié à la fosse oblongue, US 182, dont la fonction reste énigmatique. Longue d’environ 4 m et large de 0,45 m elle évoque l’empreinte d’une poutre qui aurait été enfoncée dans le sol d’une quinzaine de centimètres. Elle était remplie de cendre et d’assez nombreux charbons de bois, comme si cette pièce de bois avait brûlé avant que le site ne soit remblayé.

22Il reste, à l’est de la galerie, six trous de poteaux entre lesquels on ne perçoit aucune organisation. Les trous US 177, 114, 172, 169 et 173 ont des dimensions assez proches : diamètres compris entre 40 et 50 cm et des profondeurs de 30 à 50 cm. Leurs fonctions étaient certainement accessoires car ils se situent déjà dans le début de la pente naturelle vers l’est.

23À l’exception de ces derniers éléments secondaires, rien dans la topographie ni dans la stratigraphie ne montre que des constructions aient été ajoutées au cours du temps. Bien au contraire, on a l’impression que le plan d’ensemble a été conçu et réalisé en une seule phase.

24Sur l’ensemble de la plateforme, la topographie des sols est assez simple. Le bâtiment central a été établi directement sur le substrat qui a été préalablement aplani pour obtenir un sol horizontal. La partie située au nord-est de la galerie suivait, on l’a dit, la pente naturelle vers l’est sans que le bord de la plateforme ne marque de véritable rupture de pente. La limite reportée sur le plan marque plutôt la fin de sol d’occupation qu’une véritable rupture topographique. Enfin, le niveau d’occupation de la maison 1B ayant fait l’objet d’un décaissement préalable dont les matériaux ont été versés dans la pente, sans doute pour agrandir la plateforme de un à deux mètres vers le sud-ouest, le bord de plateforme est plus marqué dans cette zone.

25Une absence remarquable est celle de silos. Aucun n’était présent sur le site pour cette première période soit que le stockage se soit fait autrement, soit qu’il se trouvait au dehors, dans les pentes ou bien dans un habitat de pied de pente comme on l’avait observé pour Niozelles (Mouton 2008b, fig. 37). L’ensilage n’a été utilisé qu’à partir du passage de l’état 1 à l’état 2 puisque des silos ont été dégagés dans les remblais séparant les deux états et à l’extérieur de la maison de l’état 2.

26De l’organisation générale, il est possible de percevoir les circuits de circulation. Tout d’abord, on l’a vu, l’accès au site se faisait, à l’opposé du fossé, au nord-ouest du site. De là, le visiteur passait par la galerie 1D pour contourner la maison principale et y entrer à l’étage par la porte ouvrant dans la façade sud-ouest. Un autre cheminement était possible : au lieu de passer dans la galerie, il suffisait de traverser la cour en diagonale pour entrer directement dans la maison 1B par une ouverture entre les poteaux US 119 et US 135. À cet endroit, d’ailleurs, le substrat affleure et forme un court plan incliné qui compense la différence de niveau entre le sol de la cour (US 115) et celui de la maison (US 116). Ce circuit de circulation dans la cour était très visible sous forme d’un sentier (US 117) de 30 à 40 cm de large (voir fig. 5), creusé sur 10 à 15 cm de profondeur par les passages successifs. Cet axe de circulation constituait un raccourci par rapport au circuit principal.

2. Un second état plus modeste

2.1. La maison

27Comme on le verra dans l’analyse de la stratigraphie, les installations de l’état 1 ont été détruites volontairement puis remblayées sous une couche de terre et de galets de 2,2 m d’épaisseur. Ce rehaussement sur un relief en tronc-de-cône a eu pour effet de réduire la surface disponible au sommet. De ce fait, la seconde et dernière phase d’occupation s’est déroulée sur une plateforme d’environ 12 m de diamètre (fig. 17).

Fig. 17. Plan des vestiges de l’état 2

Fig. 17. Plan des vestiges de l’état 2

(DAO D. Mouton)

28Les installations sont alors beaucoup plus modestes que lors de la phase précédente. Seule une maison rectangulaire 8,85 x 6,15 m avec des murs larges d’environ 65 cm occupe le centre du tertre. Ainsi, l’édifice couvrait 54,5 m2 des 113 m2 de la plateforme soit près de la moitié de la surface. Il était parfaitement centré sur l’édifice précédent qui était alors pourtant invisible (fig. 18). Le grand axe de la maison était orienté approximativement N.E.-S.O. L’emplacement de la porte était marqué par l’absence de restes de mur et par la continuité de la couche d’incendie entre l’intérieur et l’extérieur de l’édifice. Cette ouverture était large d’environ 85 cm et était décalée vers l’est, au tiers de la façade, disposition déjà observée sur la motte de Niozelles (Mouton 2008b, p. 29). Ce décentrage s’explique sans doute par la présence du foyer (US 73) qui occupait la partie ouest de la pièce. La porte ouvrait vers le nord-ouest sur l’espace où avaient été aménagés les silos. Soulignons que cette ouverture était exposée au mistral, vent du nord-ouest particulièrement froid en hiver. Aucune construction annexe n’a été mise en évidence.

Fig. 18. Superposition des constructions des deux états

Fig. 18. Superposition des constructions des deux états

(DAO D. Mouton)

29Lors de l’incendie qui a détruit la construction, le mur sud-est (US 61) s’est effondré à l’intérieur (fig. 19). On a pu reconnaître dans sa partie sommitale les ancrages de poutres de charpente qui ont permis de mesurer la hauteur à 3,40 m.

Fig. 19. Le mur sud-est s’est effondré dans la maison en découvrant la sablière

Fig. 19. Le mur sud-est s’est effondré dans la maison en découvrant la sablière

(Cliché D. Mouton)

2.2. Le foyer

30Centré sur l’axe longitudinal de la maison, le foyer (US 73) occupait le centre de l’espace situé à l’ouest de la porte. Rectangulaire de 1,29 x 1,05 m, il était délimité sur tout son pourtour par un cadre de bois réalisé à l’aide de poutres de 10 à 15 cm de section et qui ont été carbonisées lors de l’incendie qui a détruit la maison (fig. 20). Cet aménagement de bois, on l’a vu, équipait les autres foyers de l’état précédent. Dans le cas présent, une ligne de galets a été placée contre les poutres, à l’intérieur du cadre. Dans un second temps, une autre couche de galets a été apportée sur l’ensemble du foyer et a formé ainsi une sorte de hérisson dont les interstices ont été remplis de terre.

Fig. 20. Foyer dans la maison de l’état 2

Fig. 20. Foyer dans la maison de l’état 2

(Cliché D. Mouton)

31À environ 30 cm au sud du foyer, un trou d’une douzaine de centimètres de diamètre (US 75) servait à caler un pot à bord à bandeau (fig. 36, n° 1) qui y a été retrouvé en place écrasé lors de l’incendie qui a mis fin à l’occupation. De l’autre côté du foyer, une fosse (US 76) de 60 cm de diamètre à l’ouverture et 70 cm de profondeur ne contenait que de la terre, des charbons de bois et des débris de murs, elle était sans doute vide au moment de l’incendie mais sa fonction était certainement liée aux activités culinaires. Une autre fosse (US 74) a été reconnue, dans l’axe longitudinal de la maison, contre le mur est ; sa fonction reste également indéterminée.

3. Mode de construction

32Au regard de ce qui a été trouvé sur les sites contemporains de Niozelles et de Valensole (Mouton 2008b), le type de construction mis en évidence à Allemagne-en-Provence est original. Dans la maison du premier état de Niozelles (dernier quart du Xe s.), les murs étaient construits en pierres grossièrement taillées et liées à la terre. Dans la phase postérieure de ce même site, le rempart et la tour ont été construits en moellons maçonnés au mortier de chaux. Le même type de mortier a été utilisé à Valensole où les murs de la maison ont été construits avec des galets locaux dont seule une extrémité était cassée pour former un à-plat grossier en parement. Pour les deux états, les constructions de La Moutte mettent en œuvre des matériaux très différents : bois, galets et terre dont l’agencement n’est pas complètement clair.

33Par la force des choses, on a d’abord observé la maison de l’état 2. L’ensemble du plan de l’édifice a pu être entièrement reconnu grâce aux conséquences de l’incendie qui l’a détruit. La base des murs reposait sur une sablière de bois qui, ayant été carbonisée, était bien conservée (fig. 21). Elle était constituée de deux rangées parallèles de madriers de chêne distantes de 48 à 50 cm et dont les diamètres étaient compris entre 12 et 15 cm. Certains étaient de section carrée et d’autres ronde. Ils étaient solidarisés par des traverses (fig. 22) dont il n’a pas été possible d’observer le nombre ni l’espacement. La sablière reposait, sans tranchée de fondation, directement sur le sol constitué des remblais consécutifs à l’ensevelissement de l’édifice antérieur.

Fig. 21. La sablière carbonisée de la maison de l’état 2

Fig. 21. La sablière carbonisée de la maison de l’état 2

(Cliché D. Mouton)

Fig. 22. Traces de traverse de la sablière, état 2

Fig. 22. Traces de traverse de la sablière, état 2

(Cliché D. Mouton)

34Des poteaux de bois verticaux complétaient le dispositif mais on n’a pu en observer qu’un seul vestige près de l’angle nord-est du bâtiment sans pouvoir déterminer la façon dont il s’insérait dans la sablière. Dans la même zone, il a été possible d’observer le traitement de l’angle : la poutre interne du mur US 12 était posée sur celle du mur US 39-72 sans que l’on puisse observer si elles étaient solidarisées par une cheville ou par une simple encoche ou si elles se chevauchaient sans ancrage particulier.

35Une assise de galets était posée en épi sur les poutres de la sablière (fig. 23) et l’intérieur du mur était rempli de terre. Les faces externes des murs étaient recouvertes d’un enduit d’argile (fig. 24) de 12 à 14 cm d’épaisseur à l’extérieur et 3 à 4 cm vers l’intérieur de la pièce. L’épaisseur du parement externe a été observée en deux endroits. On en a d’abord retrouvé un fragment d’environ 30 cm de longueur et 12 cm d’épaisseur contre la base du mur US 61, à proximité de l’angle est et on a pu en voir l’aspect de surface. L’enduit intérieur était plus fin comme on a pu l’observer en deux endroits à l’intérieur de l’édifice. Une plaque d’environ 65 cm2 (US 83) a été trouvée au sol dans l’angle sud-est, la face lissée vers le haut, l’autre présentant des empreintes de galets. En outre, vers le milieu de ce même mur, on a pu observer sur près d’un mètre de longueur un vide de 3 à 4 cm de large et 3 de profondeur entre la poutre de la sablière et le sol d’occupation. On l’interprète comme le négatif du parement lissé.

Fig. 23. Galets en place sur la sablière carbonisée, état 2

Fig. 23. Galets en place sur la sablière carbonisée, état 2

(Cliché D. Mouton)

Fig. 24. Fragment d’enduit d’argile lissé, état 2

Fig. 24. Fragment d’enduit d’argile lissé, état 2

(Cliché D. Mouton)

36Compte tenu de l’ensemble des observations précédentes, il est possible de restituer une largeur des murs comprise entre 63 et 68 cm (le plan fig. 17, restitue la moyenne de 65,5 cm). La base des murs, on l’a vu, a été bien reconnue, en particulier grâce à l’incendie que a conservé une grande partie des éléments de bois. Par contre, il reste difficile de restituer de façon précise la façon dont les élévations ont été construites. Si l’on sait que les murs contenaient des pièces de bois verticales, on en ignore le nombre et la disposition mais une chose est sure : elles n’étaient pas enfoncées dans le sol car aucun trou de poteau n’a été trouvé.

37Dès lors, nous avons une assez bonne idée de l’aspect de cette maison : un bâtiment rectangulaire de 8,85 x 6,15 m, aux murs de terre dans leur aspect extérieur hauts de 3,4 m et, en l’absence de tuile, couvert soit de chaume soit de bardeaux de bois. Ce mode de construction ne demandait pas de matériaux autres que ceux disponibles sur place et faisait très certainement appel à des techniques courantes.

38L’exploration de la maison centrale de l’état 1 a apporté quelques précisions. Le mode de construction est tout à fait identique à celui du bâtiment de l’état 2. La sablière de bois, carbonisée là aussi, a pu être repérée sous les quatre murs. Au milieu du mur sud-est (US 87) on a pu observer la jonction d’une poutre longitudinale de la sablière ainsi qu’une traverse et une pièce de bois verticale. Ceci confirme la présence d’éléments verticaux comme dans l’état 2. Les trois pièces étaient jointives mais leur état n’a pas permis de savoir si elles étaient fixées entre elles.

39Une autre observation a été possible contre le mur est (US 90). Un assemblage de poutres (US 167) a quelque peu résisté à l’effondrement du mur (fig. 25). Il a sans doute été retenu par le remblai qui avait été apporté contre la paroi préalablement à l’incendie. À 35 cm au-dessus du sol, une poutre horizontale (poutre 2) de 12 à 14 cm d’épaisseur conservée sur 1,25 m de longueur, supporte une traverse de 18 cm de section qui pénètre dans le mur (poutre 1). Au-dessus de celle-ci, on relève la trace d’une autre poutre horizontale. Si l’on répète ce dispositif vers le bas en respectant les mêmes mesures, on s’aperçoit que la poutre basse correspond exactement à la sablière. Ainsi l’âme du mur serait constituée d’un empilement de poutres horizontales séparées, et sans doute tenues, par des traverses de bois également horizontales, procédé qui n’est pas sans rappeler la base des constructions de bois de Charavines (Colardelle, Verdel 1993, p. 172 fig. 116c et p. 178, fig. 123b). Il ressort de ces observations que les murs contenaient une grande quantité de bois, comme on l’avait perçu dans la construction de l’état 2 mais peut-être ce dispositif ne concernait-il que la partie basse des constructions. Plus haut, les murs pouvaient être construits à pans de bois. Les incendies des deux constructions nous laissent assez démunis sur cette question.

Fig. 25. Restes de bois dans le mur de la maison 1A

Fig. 25. Restes de bois dans le mur de la maison 1A

(Cliché, DAO D. Mouton)

4. Les foyers et les pots

40Quelques observations à caractère domestique ressortent des données récoltées. Même si son aspect est assez exceptionnel, la présence du mortier réalisé dans un chapiteau n’a rien d’étonnant puisque c’est un type d’objet extrêmement répandu depuis l’Antiquité jusqu’aux temps modernes. Il pouvait servir à piler des amandes, que l’on sait avoir été consommées sur le site, et à broyer des céréales ou des herbes. La mise au jour du pétrin et de son contenu apporte également des données supplémentaires au sujet des pratiques alimentaires, nous les verrons plus loin

41Les foyers possédaient tous au moins un pot accessoire. Dans le bâtiment central de la première période, un pot était placé sur le côté droit du foyer (fig. 26) contre la paroi du bâtiment, sans doute pour éviter de gêner. Dans le grand bâtiment de bois (fig. 12 et fig. 27), deux pots étaient placés de part et d’autre du foyer, contre la paroi. Cette première occupation ayant pris fin volontairement, ces récipients avaient été enlevés mais leur trou d’insertion au sol était nettement visible. En revanche, dans la maison de l’état 2, on l’a dit, le pot a été retrouvé en place dans son creux (US 75, fig. 17 et fig. 79). Puisque c’était un pot à bord à bandeau sans bec verseur, il ne devait pas contenir de liquide. Par conséquent, sans que l’on puisse savoir laquelle, ces récipients contenaient de toute évidence une denrée qui servait aux préparations culinaires : sel, matière grasse, condiments ?

Fig. 26. Proposition de restitution du foyer de la tour 1A, état 1

Fig. 26. Proposition de restitution du foyer de la tour 1A, état 1

42Le mode opératoire de la mise en place des foyers est bien observable. Pour ceux du premier état, la surface destinée à recevoir le foyer était délimitée par des madriers de 10 à 15 cm de large qui étaient maintenus sur le côté externe par un bourrelet plat de terre de 3 à 4 cm d’épaisseur et une quinzaine de centimètres de large. Du côté intérieur, une ligne de galets était posée contre les poutres avant apport d’un lit d’argile sur toute la surface ainsi délimitée. Il est possible que la pose d’une poutre au sol n’était pas nécessaire du côté où le foyer était adossé à un mur qui, lui-même, aurait tenu lieu de bordure. Dans la maison centrale (1A), seul le madrier placé sur le côté ouest du foyer a laissé une trace nette mais quelques traces suggèrent qu’il pouvait en être de même à l’est et au sud (fig. 26). Dans le grand bâtiment de bois 1B on en compte trois, à l’avant et sur les côtés mais pas le long de la paroi (fig. 27).

Fig. 27. Proposition de restitution du foyer du bâtiment annexe 1B, état 1

Fig. 27. Proposition de restitution du foyer du bâtiment annexe 1B, état 1

43Dans de la maison du second état, le foyer (fig. 20) était centré dans la partie ouest de la pièce. Il a d’abord été réalisé par la pose au sol d’un rectangle de galets juxtaposés de 1,1 x 0,9 m. Puis, semble-t-il, plus tard au cours de son utilisation, un second rang de galets a été posé sur le précédent et un cadre de bois est venu enserrer l’ensemble qui atteignait alors 1,29 x 1,05 m (fig. 20 et fig. 79). À la différence de celles de l’état précédent, ces pièces de bois ne reposaient pas directement sur le sol.

44Sur la motte de Niozelles qui est contemporaine, les deux foyers étaient également bordés de pierres mais sans cadre de bois (Mouton 2008b, p. 37 fig. 15). En revanche, à Charavines, également de la même époque, le foyer de la maison centrale était délimité par des planches et des pieux qui étayaient sans doute une hotte (Colardelle, Verdel 1993, p. 169-170). Un cadre de bois ne semble donc utile que dans certains cas. Or, à Niozelles où les foyers en sont dépourvus, ils étaient placés au centre d’espaces ouverts, simples abris sous une toiture prenant appui sur des poteaux et dans le mur d’enceinte ; la fumée s’évacuait librement. En revanche, que ce soit à La Moutte ou à Charavines, l’âtre prenait place dans des bâtiments fermés qui nécessitaient un avaloir tant pour le tirage que pour l’évacuation de la fumée. En tout cas, la position du foyer dans l’angle du rez-de-chaussée de la tour rendait ce dispositif indispensable. Par conséquent, nous avons opté pour la restitution d’une hotte au-dessus de tous les foyers. Il n’est pas exclu que les cadres de bois disposés au sol aient pu constituer la base d’une structure verticale supportant la hotte mais nous n’en avons aucune preuve à La Moutte. Il aurait d’ailleurs été plus simple de le faire en plantant des poteaux dans le sol mais ce ne fut pas le cas. On suppose alors que les hottes étaient maintenues par des cadres fixés à la fois dans les parois des bâtiments et dans la charpente ou des chevêtres du plancher lorsqu’il y avait un étage. C’est ce que laissent penser les deux trous de poteau (US 99 et 100) de support du plancher dans le prolongement de la poutre qui délimite au sol le foyer de la maison 1A. Quoi qu’il en soit, la maîtrise du feu dans ces installations de bois devait nécessiter un grand savoir-faire tant le risque d’incendie devait être obsédant. Ce danger devait être particulièrement présent dans le grand bâtiment de bois de l’état 1 où le foyer était adossé à la paroi de bois.

45L’approvisionnement en eau n’a laissé aucun vestige et, en particulier, aucune trace de citerne. Le site de Niozelles n’en était pas pourvu non plus et la présence d’une source dans la pente, à vingt mètres en contrebas de la plateforme (Mouton 2008b, p. 28) montre qu’il fallait se rendre à l’extérieur et remonter l’eau dans des pots ou, peut-être dans des outres. Ce devait également être le cas à La Moutte où l’on relève, au pied de la pente ouest une mine de captage, sans doute moderne mais qui révèle la présence d’une source.

5. Stratigraphie

46À l’origine, le substrat (US 192), formé de poudingue de Valensole, a été façonné de façon à réaliser un vaste terre-plein horizontal d’environ 380 m2. Afin d’obtenir un niveau horizontal pour construire le grand bâtiment de bois 1B, le substrat a été décaissé sur toute la longueur de ce qui allait devenir la façade nord-est de la maison jusque dans la zone où ont été implantés les poteaux US 133 et 134. En même temps, et sans doute avec les matériaux ainsi extraits, un remblai a été déposé sur le bord sud-ouest de la plateforme afin de compenser la pente naturelle et agrandir la surface utile. Puis les bâtiments ont été construits.

47C’est à ce même moment, probablement, que le fossé (US 112) a été creusé dans le substrat (fig. 28). L’ensemble de ces travaux a dû produire un volume de terre et de galets considérable dont on ne trouve pas trace sur le site ni à proximité. Pourtant, on a remarqué sur le site de La Moutte à Valensole ainsi qu’à Saint-Marc (Allemagne-en-Provence) que le contenu du fossé avait été accumulé sur son bord extérieur de façon, sans doute, à former une sorte de contre-escarpe. Ici, les matériaux ont sans doute été simplement jetés dans les pentes. Nous ne possédons pas d’élément chronologique précis pour le creusement du fossé. Toutefois, sa fonction étant d’isoler le site du côté où il était très facile d’accès par le plateau, cette nécessité n’avait pu que s’imposer dès l’origine. Il a été exploré par une tranchée transversale de 2,5 m de large et 8 m de long. Le fond a été atteint à 3,4 m au-dessous du niveau supérieur du comblement. Lors de l’occupation, il se trouvait à 4,45 m au-dessous de la plateforme de l’état 1 et à 7,20 m de celle de l’état 2. Le comblement du fossé présente cinq niveaux numérotés US 112-1 à 112-5. Le profil d’origine forme approximativement un V irrégulier dont la pente est plus accentuée au nord afin, sans doute, de rendre l’accès à la plateforme plus difficile. Un remplissage de terre jaune compacte (US 112-5) s’est accumulé au fond du fossé (US 112 B). Il est probablement contemporain de la première occupation pendant laquelle le fossé n’aurait pas été entretenu et se serait partiellement comblé de terre sableuse apportée par les pluies. Puis, lors de la transformation du site en vue de la seconde occupation, le fossé a été curé jusqu’au substrat par creusement d’une tranchée longitudinale dans le sédiment US 112-5. Dans cette seconde phase, il aurait été correctement entretenu. À la fin de l’occupation, un apport de gros galets (US 112-4) puis de terre (US 112-3) et, par-dessus, de galets d’assez petite taille (US 112-2) ont remblayé en grande partie la fosse au moment où la partie haute du site était ensevelie volontairement sous les galets et la terre. Le reste du comblement (US 112-1) serait une accumulation de terre au cours du temps, entre l’abandon définitif du site et aujourd’hui.

Fig. 28. Coupe du fossé

Fig. 28. Coupe du fossé

(DAO D. Mouton)

48Sur la plateforme primitive, une sablière de bois (US 93) a été installée et les murs (US 87, 60-91, 90, 102) de l’édifice 1A ont été bâtis. L’occupation s’est alors mise en place et a laissé un sol de terre grise d’une dizaine de centimètres d’épaisseur dans la maison (US 97) et à l’extérieur (US 59). À la fin de cette première période, un remblai (US 87) d’environ 40 cm d’épaisseur a été déversé au milieu de la pièce tandis qu’un tas de terre et de galets (US 111) de 2,25 m d’épaisseur était accumulé en couronne entre le mur nord de l’édifice et le bord du tertre. Ce talus avait pour fonction de commencer à rehausser le niveau du sol tout en retenant au centre de l’espace les matériaux provenant de la destruction du bâtiment. Ce remblaiement extérieur a dû être pratiqué sur tout le pourtour de l’édifice. On le perçoit au sud de la maison où la coupe montre des apports de matériaux marquant un pendange vers le centre du tertre (fig. 29 et 32). C’est alors que le feu a été mis au bâtiment afin de le détruire. Cet épisode d’incendie (US 88) a alors brûlé le plancher qui s’est effondré. Enfin, après apport d’une nouvelle couche de remblai, le feu a détruit les murs qui se sont effondrés (US 56) en produisant une importante couche de galets rubéfiés (fig. 30). Cette façon de procéder permettait d’utiliser les matériaux de la première construction pour remblayer et rehausser le niveau de la plateforme. Il est à noter que ces travaux de remblaiement ont duré suffisamment longtemps, plusieurs mois sans doute, pour justifier le creusement de deux silos (US 46 et 58) qui semblent indiquer que la main-d’œuvre vivait sur place. Ces silos ont été comblés et scellés par un niveau de terre et de galets (US 44) de 15 à 20 cm d’épaisseur parachevant ces travaux préparatoires à la seconde occupation, dans le but d’obtenir un sol à peu près plat destiné à recevoir le nouvel édifice.

Fig. 29. Coupe X-X’

Fig. 29. Coupe X-X’

(DAO D. Mouton)

Fig. 32. Apports successifs de remblai dans la coupe X-X’

Fig. 32. Apports successifs de remblai dans la coupe X-X’

(Cliché D. Mouton)

49Ainsi un puissant remblai de 2,2 à 2,3 m d’épaisseur a complètement fait disparaître les vestiges de la première occupation (fig. 30 et 31). Il semble que cette destruction ait été volontaire. En effet, les remblais rapportés autour de l’édifice recouvraient directement le sol d’occupation sans qu’on y ait détecté les traces qu’aurait laissées un premier incendie accidentel. Par ailleurs, on a noté que la construction du second état avait été exactement centrée et axée sur celle la période précédente alors que cette dernière était complètement enterrée sous le remblai (fig. 18 et 30). Les raisons de cette disposition nous échappent mais certains indices laissent percevoir le mode opératoire. Rappelons d’abord que la maison de bois 1B n’a pas été incendiée et semble avoir été démontée, ce qui a permis sans aucun doute de récupérer du bois pour la construction postérieure. Le poteau US 104 situé près de l’angle nord-ouest du foyer a été laissé en place puisqu’on a trouvé son négatif dans toute l’épaisseur du remblai. De plus, lorsque le bâtiment central a été incendié, les murs dont la base avait été préalablement enterrée dans les premiers niveaux de remblai ne se sont pas complètement effondrés mais se sont affaissés sur eux-mêmes. C’est ainsi que le mur sud-est a conservé sur près de deux mètres de hauteur l’empreinte du poteau US 94-175 prouvant ainsi qu’à ce moment-là ce dernier était encore en place. Il est possible que d’autres repères conservés nous aient échappé à la fouille, mais la stricte superposition des deux bâtiments trouve ici son explication sinon sa cause.

Fig. 30. Coupe W-W’

Fig. 30. Coupe W-W’

(DAO D. Mouton)

Fig. 31. Coupe ZZ’

Fig. 31. Coupe ZZ’

(DAO D. Mouton)

50La nouvelle occupation a formé un sol de terre grise cendreuse (US 12-21, 35-37) d’environ 15 cm d’épaisseur où un matériel riche et abondant a été recueilli. À sa surface, une couche d’incendie (US 14) marquait la fin brutale de l’occupation. À cette occasion, le mur sud (US 61) s’était effondré à l’intérieur de la maison (fig. 19). Les autres devaient être restés partiellement en élévation et ont été systématiquement détruits comme en témoigne une couche d’environ 55 cm d’épaisseur (US 17) constituée de galets concassés. En même temps, et selon le même procédé que celui qui avait été mis en œuvre pour enterrer le premier édifice, un talus périphérique a été disposé sur tout le pourtour de la plateforme. Il a suffi alors de combler cette cuvette ainsi formée par un remblai de galets et de terre (fig. 33) pour que le site soit complètement enterré et finisse par être recouvert par la couche d’humus.

Fig. 33. Coupe GG’

Fig. 33. Coupe GG’

(DAO D. Mouton)

Notes

1 L’appellation « potager » proposée dans le rapport ne semble pas adaptée car ce dispositif est destiné à des cuissons lentes et longues qui nécessitent d’assez nombreuses recharges de braise, ce qui, en l’absence de nette rubéfaction, n’est pas le cas dans ces petites cavités.

Table des illustrations

Titre Fig. 5. Plan des vestiges de l’état 1
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-1.png
Fichier image/png, 74k
Titre Fig. 6. Vues du bâtiment central 1A. Image du haut : avant enlèvement de l’effondrement des murs à l’intérieur. Image de droite : après la fouille
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-2.png
Fichier image/png, 683k
Titre Fig. 7. La sablière de bois sous le mur us 87 du bâtiment 1A
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-3.png
Fichier image/png, 280k
Titre Fig. 8. Le foyer du bâtiment 1A
Crédits (Cliché D. Mouton).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-4.png
Fichier image/png, 174k
Titre Fig. 9. Coupes des trous de poteaux des bâtiments 1A et 1D
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-5.png
Fichier image/png, 19k
Titre Fig. 10. Paroi nord-est de la maison 1B
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-6.png
Fichier image/png, 425k
Titre Fig. 11. Coupes des trous de poteaux du bâtiment 1B
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-7.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 12. Foyer du bâtiment 1B
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 13. Niche, accessoire du foyer du bâtiment 1B
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-9.png
Fichier image/png, 195k
Titre Fig. 14. Foyer secondaire (us 124) du bâtiment 1B
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-10.png
Fichier image/png, 697k
Titre Fig. 15. Trous de poteaux de la galerie 1D, au S.-E. du bâtiment 1A
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-11.png
Fichier image/png, 667k
Titre Fig. 16. Coupes des trous de poteaux de la galerie 1D
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-12.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 17. Plan des vestiges de l’état 2
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-13.png
Fichier image/png, 87k
Titre Fig. 18. Superposition des constructions des deux états
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-14.png
Fichier image/png, 61k
Titre Fig. 19. Le mur sud-est s’est effondré dans la maison en découvrant la sablière
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-15.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 20. Foyer dans la maison de l’état 2
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-16.png
Fichier image/png, 586k
Titre Fig. 21. La sablière carbonisée de la maison de l’état 2
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-17.png
Fichier image/png, 869k
Titre Fig. 22. Traces de traverse de la sablière, état 2
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-18.png
Fichier image/png, 403k
Titre Fig. 23. Galets en place sur la sablière carbonisée, état 2
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-19.png
Fichier image/png, 559k
Titre Fig. 24. Fragment d’enduit d’argile lissé, état 2
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-20.png
Fichier image/png, 769k
Titre Fig. 25. Restes de bois dans le mur de la maison 1A
Crédits (Cliché, DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-21.png
Fichier image/png, 260k
Titre Fig. 26. Proposition de restitution du foyer de la tour 1A, état 1
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-22.png
Fichier image/png, 428k
Titre Fig. 27. Proposition de restitution du foyer du bâtiment annexe 1B, état 1
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-23.png
Fichier image/png, 311k
Titre Fig. 28. Coupe du fossé
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-24.png
Fichier image/png, 68k
Titre Fig. 29. Coupe X-X’
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-25.png
Fichier image/png, 113k
Titre Fig. 32. Apports successifs de remblai dans la coupe X-X’
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-26.png
Fichier image/png, 236k
Titre Fig. 30. Coupe W-W’
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-27.png
Fichier image/png, 105k
Titre Fig. 31. Coupe ZZ’
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-28.png
Fichier image/png, 32k
Titre Fig. 33. Coupe GG’
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11832/img-29.png
Fichier image/png, 63k

Auteur

Chercheur associé au Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M), UMR 7298, Aix-Marseille Université (AMU), CNRS, MMSH Aix-en-Provence. Directeur de la fouille programmée de La Moutte, Allemagne-en-Provence. mouton@mmsh.univ-aix.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search