Version classiqueVersion mobile

La Moutte d’Allemagne-en-Provence

 | 
Daniel Mouton

Chapitre 1. Introduction

Daniel Mouton

Texte intégral

1. Allemagne-en-Provence et son territoire

1Située dans le Alpes-de-Haute-Provence (fig. 1), la commune d’Allemagne-en-Provence, à environ sept kilomètres à l’ouest de la ville de Riez, présente la particularité de posséder cinq sites castraux. Le plus récent, dont l’origine doit se placer au plus tôt au XIVe s., se situe dans le village, en fond de vallée. Les quatre autres, Le Castellet, La Moutte, Saint-Marc et Notre-Dame occupent des éminences qui se détachent en bordure de plateau, le long du versant méridional de la vallée du Colostre (Borgard 1983). Leur configuration est toujours la même : un relief naturel en position de domination, bien visible au-dessus du terroir, est isolé par un large fossé qui protège l’établissement du côté du plateau, point faible de la défense. La Moutte était, au début du XXe s. considérée comme un « tombeau celtique » (Goby 1908).

Fig. 1. Carte de situation

Fig. 1. Carte de situation

(DAO D. Mouton)

2Le substrat est constitué de poudingue, formation quaternaire de galets d’origine torrentielle formée par la sédimentation massive du plateau de Valensole (Mercier 1979). Les galets ont des modules compris entre un et une vingtaine, parfois une trentaine, de centimètres. Ils sont pris dans un ciment gréseux assez résistant (Dubar 1969) qui permet à la fois une bonne tenue des sols et un façonnement du substrat assez facile. Les plus gros galets ont fourni le matériau de construction principal dont la mise en œuvre fut assez délicate.

3Il est possible de dégager quelques liens entre les quatre sites de hauteur qui s’échelonnent le long de la vallée du Colostre (fig. 2). Venant de Riez, la route actuelle longe le relief au sud de la vallée sans doute depuis l’Antiquité puisqu’elle passe au lieu-dit Le Pilon qui signale un milliaire (Borgard 2003). Par ailleurs, une voie passant à l’est de Saint-Pierre se dirigeait vers le nord pour joindre Valensole au castrum Archanzoscum ; c’est l’actuelle D15. Ce castrum est celui de Notre-Dame, situé à environ 700 m au sud-ouest du village actuel d’Allemagne. Ce site conserve les vestiges d’une petite église au plan rectangulaire de 8,30 x 5,50 m terminée par une abside voûtée et cul de four. Elle occupe une petite plateforme au nord de la butte qui est elle-même isolée du plateau par un fossé sur son flanc méridional. Des sondages ont montré que la plateforme a été recouverte d’un remblai de terre et de galets épais de plus d’un mètre. Cet établissement est mentionné dès la fin du Xe s. sous le nom castrum Archinzoscum (Mouton, Pecout 2014). Il semble avoir été abandonné dans la première moitié du XIe s. au profit d’un habitat qui s’est alors constitué à Saint-Martin-de-Bômes, à 5 km vers l’ouest. Ainsi, bien que ses vestiges se trouvent actuellement sur le territoire d’Allemagne-en-Provence, ce castrum constitue en fait le site primitif de la commune voisine.

Fig. 2. Carte des sites médiévaux d’Allemagne-en-Provence

Fig. 2. Carte des sites médiévaux d’Allemagne-en-Provence

(DAO D. Mouton)

4La Moutte, comme nous allons le voir ci-dessous, est une fortification qui a été mise en place dans le dernier quart du Xe s. et qui a été abandonnée durant le première moitié du XIe s. Les deux sites étaient donc contemporains et, sans doute, concurrents.

5Après l’abandon de La Moutte, l’habitat castral s’est déplacé. Dans un premier temps, on a cherché, par la fouille du Castellet, à vérifier l’hypothèse d’un déplacement vers l’est à seulement 1000 m de distance. Or, cette fortification n’est pas antérieure à la fin du XIIe s. Par conséquent, le déplacement a dû s’opérer vers l’ouest, à Saint-Marc, primitivement nommé Saint-Véran. Là encore, seule une fouille pourrait en apporter la confirmation. Le site castral de Saint-Marc, avec son église encore conservée, était également isolé du plateau par un large fossé. Il finit par être abandonné sans doute au XIVe s. ou au début de XVe au profit de l’agglomération de vallée que nous connaissons aujourd’hui. Ainsi se précisent les étapes de l’occupation du territoire d’Allemagne-en-Provence. La fouille de La Moutte y a apporté une contribution essentielle.

2. Histoire des recherches

6Les travaux archéologiques menés sur la commune d’Allemagne-en-Provence s’inscrivent dans une recherche de longue durée sur les formes des premiers châteaux du Moyen Âge en Provence.

7Dès les années soixante-dix, Michel Fixot avait étudié leurs formes et leur insertion dans le territoire (Fixot 1973-1974, Fixot 1975, Fixot 1976, Fixot 1982). Elles se sont poursuivi ensuite dans un travail de thèse et ont révélé des transformations parfois inattendues dans la conception de ces premières fortifications (Mouton 2008b). Ces recherches ambitionnent d’apporter une contribution à la question de la naissance du phénomène castral au-delà du contexte provençal. Le début de ce mouvement y émerge nettement dans le dernier quart du Xe s. et s’inscrit dans une tendance générale qui s’est amplifiée au cours du siècle suivant (Debord 2000, p. 38-41). L’étude qui suit apporte, de ce point de vue, des avancées tout à fait significatives et livre un exemple supplémentaire de ces sites qui ont subi très tôt des transformations radicales. Elle n’est cependant qu’une étape d’un travail plus large sur l’occupation du territoire autour de plusieurs sites dont on perçoit sur le terrain comme dans les rares textes disponibles des évolutions qui se sont opérées sur plusieurs siècles, de la fin du Xe jusqu’au XVe s. Le premier site exploré a été celui de La Moutte dont les résultats sont exposés ci-après. Le site du Castellet, est plus tardif et fera l’objet d’une prochaine publication. La fouille du castrum de Notre-Dame, attesté dès la fin du Xe s., vient de commencer.

8L’attention s’est d’abord portée sur La Moutte parce que, outre son toponyme qui le désigne comme motte castrale, ses dimensions étaient particulièrement réduites : une plateforme de huit mètres de diamètre. Par comparaison avec un corpus de sites provençaux (Mouton 2008b, p. 75) on s’interrogeait sur l’organisation de constructions dans un espace aussi restreint. On verra que le site fut enterré à deux reprises, ce qui eut pour effet d’en augmenter la hauteur et, le relief étant un tronc-de-cône, d’en réduire le diamètre. Ces deux épisodes ont protégé les vestiges et, comme ils ont été consécutifs à des incendies, la carbonisation des restes a ajouté un facteur de conservation essentiel.

9De ce château primitif, on a pu mettre au jour deux états qui se sont succédé sur le temps court de deux générations et dont les structures sont singulières tant dans leur organisation que dans leur évolution. Il a également été possible de réaliser des observations précises sur les consommations alimentaires végétales et animales.

10Ainsi, la fouille de ce site vient compléter les connaissances des premiers châteaux provençaux qui se sont multipliés autour de l’an Mil, tels la Roca de Aldefred, de Niozelles et La Moutte de Valensole (Mouton 2008b ; Mouton 2003).

11Aucun texte ne mentionne La Moutte. Une charte de Saint-Victor de Marseille cite simplement comme témoin Isnardus de Alamania (Guérard 1857, n° 223) en 1182 mais ne dit pas quel château il possédait. De toute façon, on sait, comme on le verra plus loin, que La Moutte était alors abandonnée depuis près de deux siècles. Dans le même document, un témoin s’appelle Spata Curta qui appartient à la famille des Spada, apparentée au groupe familial des Pontevès (Pécout 2009) qui était également titulaire du castrum Archanzoscum dès l’an Mil. L’un de ses membres simplement nommé Spada, donna la motte de Mauroue, commune de Riez, en 1198. Agnès Spada, sa fille, épousa Boniface III de Castellane, qui devint alors titulaire des châteaux d’Allemagne. Leurs descendants restèrent en possession de ces châteaux jusqu’au conflit qui les opposa (Baratier 1990, p. 171), en 1261, à Charles Ier d’Anjou et à l’occasion duquel Boniface de Castellane dût s’enfuir. Ces épisodes donnèrent lieu à une enquête menée en 1302 et qui rapporte les détails de ces évènements.

3. La fouille de La Moutte

  • 1 Coordonnées Lambert : 897, 575 x 172, 520 ; altitude 520 m. Cadastre : section C2, parcelle 918.
  • 2 J.J.M. Féraud, dans Histoire, Géographie et Statistique du département des Basses-Alpes, Digne 18 (...)

12À environ 2000 m au nord-est du village d’Allemagne, le site de La Moutte1 a été établi sur un relief tronconique de forme très régulière (fig. 3) à tel point qu’elle a pu être confondue au XIXe s. avec un tumulus2. Le ravin de La Thuilière, au nord-est du site, et une petite vallée d’érosion sans toponyme particulier, au sud-ouest, forment une digitation perpendiculaire à la vallée du Colostre qu’elle domine d’environ 60 m (fig. 4). L’éperon a été barré par le creusement d’un fossé large d’une douzaine de mètres et dont le fond se situait au début de la fouille à environ 6 m au-dessous du niveau de la plate-forme. Le tertre présentait un diamètre au sommet d’un peu plus de 8 m et 37 m au niveau du comblement du fossé. Aucune trace de construction n’était visible et la prospection n’avait livré aucun artéfact. Ce sont des sondages réalisés en 2005 qui ont permis un diagnostic très net puisqu’ils ont mis en évidence une couche d’incendie contenant des monnaies du XIe s. C’est la raison pour laquelle une fouille programmée tri-annuelle a été menée.

Fig. 3. Plan topographique

Fig. 3. Plan topographique

(DAO D. Mouton)

Fig. 4. La Moutte vue de l’est

(Cliché D. Mouton)

13Les résultats qui suivent sont exposés dans l’ordre chronologique de l’évolution des deux états du site.

Notes

1 Coordonnées Lambert : 897, 575 x 172, 520 ; altitude 520 m. Cadastre : section C2, parcelle 918.

2 J.J.M. Féraud, dans Histoire, Géographie et Statistique du département des Basses-Alpes, Digne 1861, reprend les observations de Benjamin Maillet, Recherches historiques sur l’ancien château d’Allemagne et aperçu sur un monument celtique. Annales Historiques des Basses-Alpes, tome 6, 1842-43.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de situation
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11822/img-1.png
Fichier image/png, 94k
Titre Fig. 2. Carte des sites médiévaux d’Allemagne-en-Provence
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11822/img-2.png
Fichier image/png, 86k
Titre Fig. 3. Plan topographique
Crédits (DAO D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11822/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Crédits (Cliché D. Mouton)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11822/img-5.png
Fichier image/png, 141k

Auteur

Chercheur associé au Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M), UMR 7298, Aix-Marseille Université (AMU), CNRS, MMSH Aix-en-Provence. Directeur de la fouille programmée de La Moutte, Allemagne-en-Provence. mouton@mmsh.univ-aix.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search