Version classiqueVersion mobile

La Moutte d’Allemagne-en-Provence

 | 
Daniel Mouton

Préface

Michel Fixot

Texte intégral

1Daniel Mouton nous propose la lecture d’un second livre après un premier ouvrage relatif à la prospection des mottes castrales dans une région de moyenne Provence à laquelle s’ajoutaient les résultats de la fouille de l’une d’elles, à Niozelles. Il s’agit de porter à la connaissance des spécialistes le bilan d’une autre fouille, conduite dans la même région mais de l’autre côté de la Durance, près de la cité de Riez.

2Ce travail est exemplaire à plus d’un titre. Il démontre d’abord que l’attachement inlassable à une problématique scientifique est fécond et que, dans ce sens, en archéologie, la recherche programmée a encore sa raison d’être, au service d’un questionnement historique bien défini. Il faut donc être reconnaissant à l’autorité de tutelle, le Service régional de l’Archéologie, et à son directeur, Xavier Delestre, pour l’attention portée à ces développements et le soutien prodigué. Il y a aujourd’hui un demi-siècle à peu près exactement que la recherche française sur ce type d’installation a débuté, elle produit encore des résultats enviables.

3De site en site, mais ils ne sont pas finalement si nombreux, les résultats des fouilles sont devenus d’autant plus significatifs qu’ils donnent d’établir des comparaisons et, dans le cas présent, D. Mouton nous fait bénéficier de comparaisons régionales, pour des sites proches.

4Entre la Rocca de Niozelles et La Moutte dont il est traité ici, la première de ces solidarités, et non la moindre, relève de la chronologie d’apparition du phénomène, le dernier quart du Xe s. Même si les constructions élevées sur la plate forme sommitales prennent dans les deux cas des formes différentes, attribuables au tâtonnement dans la définition d’un modèle, on peut assurer que la fonction fut semblable et l’on ne peut plus écrire qu’il n’existait en Provence autour de l’An Mil que quelques châteaux comtaux. Reconnu ailleurs de façon disséminée, le processus reçoit pour la région une illustration particulièrement convaincante.

5Un deuxième point relève des rythmes propres aux sites, affectés chacun par une reconstruction et par une existence qui n’excède pas deux générations. Ici encore, les formes différentes prises par les constructions relèvent sans doute d’aspects conjoncturels, et dans un cas comme dans l’autre, mais dans des phases distinctes de leur existence, la tour exprime bien une fonction «  élitaire  » que confirme le mobilier archéologique. D’ailleurs, pour une époque plus récente, sur le site de Cadarache, D. Mouton avait déjà bien montré qu’il fallait aussi s’attendre à ce que le tertre soit parfois surmonté d’une construction relevant du type de la simple maison. Ce n’est que constater l’enracinement rustique d’une aristocratie locale qui se constitue et se dissémine au travers de terroirs qu’elle cherche à structurer en territoires.

6Ces tentatives semblent toutefois précaires car la fluidité semble caractériser ce type d’installation. Elle peut s’expliquer par des raisons matérielles, par exemple le caractère sommaire et fragile des constructions et ce n’est pas l’un des moindres mérites de ces recherches que d’être parvenues à décrire ces élévations de matériaux disparates qui associent le bois, la terre et la pierre, ici sous forme de galets bruts. Les propositions de restitution illustrées par le talent de Jean-Marie Gassend rendent parfaitement compte, pour le plus grand nombre cette fois, de ces caractères frustes, jusque dans certains détails.

7Il reviendra peut-être au regard plus large des historiens de mettre en rapport cet aspect transitoire avec des phénomènes politiques ou de société parmi lesquels l’instabilité du pouvoir comtal et sa faiblesse dans le laps de temps imparti doivent sans doute être pris en considération. Le caractère énigmatique de l’ensevelissement des restes après abandon, commun aux deux sites, a peut-être un rapport avec l’entretien d’une mémoire, ce dont Michel de Boüard avait naguère relevé des exemples.

8La recherche qui restitue les formes de ces premiers châteaux concerne aussi au premier chef la reconstitution du paysage habité puisqu’elle semble montrer que l’apparition de ces installations ne s’accompagne pas encore du processus qui devait mener à l’apparition des villages. De ce point de vue, elle rend maintenant d’autant plus attendue une éventuelle illustration archéologique de cette genèse des regroupements antérieure au réseau castral du «  deuxième âge roman  » qu’avait documentée la fouille de Rougiers.

9L’exemplarité du travail tient aussi à la masse de documentation récoltée à l’occasion de la fouille. Celle-ci alimente une recherche postérieure qui donne à connaître une bonne part de la vie domestique, en particulier de l’alimentation de cette petite part des populations rurales qui eut l’initiative d’élever les mottes.

10Cet apport, dont les fouilles anciennes se sont médiocrement souciées, prend maintenant une place prépondérante, ne serait-ce qu’en nombre de pages. Il faut certainement s’en féliciter mais en premier lieu en féliciter le responsable de la fouille qui, sur le terrain, a assumé pour d’autres cette récolte délicate et son fastidieux enregistrement dans des conditions matérielles précaires. Les techniques peuvent évidemment être affinées par l’expérience. Mais, grâce aussi à la persévérance apportée à l’aboutissement des dossiers dont il a eu l’initiative, D. Mouton offre aussi à ces collaborateurs un support de publication dont ils devraient lui être particulièrement reconnaissants si l’on en croit les autres travaux parfois anciens notés «  à paraître  » dans leur bibliographie. C’est un matériau précieux et rare qui leur est ainsi donné de publier et qui, à n’en pas douter, servira ultérieurement de référence.

11Il reste à souhaiter bonne chance à D. Mouton dans son obstination puisque, après la fouille des mottes de Niozelles et de La Moutte, il annonce déjà d’autres sites dont, sur le terrain, les résultats, à ce qu’on dit, sont déjà passionnants. En s’inscrivant dans le contexte des travaux antérieurs, elles en renforceront encore les conclusions.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search