Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Première partie. Les mutations de l’espace alpin : développement urbain et occupation des campagnes

Introduction

Texte intégral

1Les différentes étapes de la conquête des régions alpines, depuis l’intégration de la Cisalpine et les opérations de la fin du IIe s. av. J.-C. en Transalpine, jusqu’à la soumission définitive des peuples alpins par Auguste, ont conduit à l’intégration de l’ensemble des Alpes occidentales dans l’Empire. Ces évolutions politiques et administratives ont été accompagnées par une intégration progressive des populations, qui adoptent de nouveaux modes de vie influencés par le modèle romain. Ces processus sont en partie éclairés par les travaux des épigraphistes qui, fondés sur une documentation parfois abondante, témoignent des différents aspects de la romanisation. La parution récente des inscriptions latines de la cité de Vienne et celle prochaine des inscriptions de la partie alpine des Voconces témoignent du dynamisme de ces recherches, également illustré par plusieurs volumes des Supplementa Italica consacrés à différents territoires du Piémont et de la Ligurie actuels. Ces travaux d’ensemble, comme ceux menés plus ponctuellement dans le Valais, en Vallée d’Aoste ou dans les Alpes Maritimes, contribuent à établir un cadre des évolutions socio-économiques que connaissent les régions et les populations alpines à l’époque romaine.

2Cependant, ces évolutions peuvent être perçues de façon complémentaire, et parfois plus finement encore par l’étude de l’habitat. Celui-ci constitue sans doute le marqueur le plus précis des rythmes d’intégration des populations provinciales et de la force de pénétration du modèle romain. Celui-ci est associé à l’adoption de techniques nouvelles ou à leur généralisation (maçonnerie, tuiles), mais plus encore à l’apparition de formes nouvelles dont la ville et la villa sont les plus emblématiques. Ces évolutions, qui se font à des rythmes variables, sont surtout perçues dans les zones basses, où les découvertes archéologiques sont les plus nombreuses. Ce constat renvoie à deux spécificités des régions alpines, que sont la place de la montagne et le rôle structurant des grandes vallées. Ces deux réalités étaient déjà fortes avant la conquête, et le deviennent encore davantage avec l’intégration dans l’Empire. Les vallées étaient non seulement les espaces les plus favorables au développement des activités agro-pastorales, mais elles étaient désormais parcourues, pour certaines d’entre elles, par des grandes voies transalpines. Cette réalité pose légitimement la question du rôle de ces axes dans le développement de l’habitat. Elle met en avant de façon parallèle la forte composante montagnarde des régions alpines. Or les reliefs sont traditionnellement associés au maintien de modes de vie traditionnels, et donc perçus comme les conservatoires des habitudes anciennes, en marge des évolutions. Étudier l’époque romaine demande qu’on examine d’abord cette image, afin de percevoir à quel degré les fortes mutations socio-économiques qu’on perçoit dans les vallées ont trouvé écho chez les sociétés de montagne. Cette question demande d’autant plus d’être considérée que la découverte d’habitats montagnards aux caractéristiques peu différentes de ceux de l’âge du Fer a conduit récemment à avancer l’hypothèse d’une certaine immuabilité de l’habitat alpin inhérente à l’isolement et à une adaptation aux conditions de vie en montagne.

3Discuter cette hypothèse et examiner les questions qu’elle soulève doit permettre de mieux évaluer l’importance des changements perçus dans les zones basses. Dans cette perspective, on peut s’appuyer sur un inventaire de toutes les villes et agglomérations des Alpes occidentales, qui permet d’observer les formes variées auxquelles a conduit le processus d’urbanisation. Cet inventaire comprend bien entendu les capitales de province et chefs-lieux de cité auxquels ont été confiées des fonctions politiques et administratives, et qui avaient un rôle central dans l’organisation des régions alpines. Il prend également en compte les autres agglomérations, dans l’acception la plus large du terme, justement pour présenter la variété de formes qu’il recouvre. L’ensemble de ces agglomérations, toutes dénuées de fonctions administratives, jouaient le rôle de relais dans de vastes territoires, lieux d’une vie collective indispensable au succès de la diffusion des nouveaux modèles sociaux, culturels et économiques. Elles étaient surtout le centre de régions de montagne, et leur étude doit permettre d’évaluer leur place dans la vie économique locale et régionale. C’est également ce qu’on peut attendre d’un examen du tissu d’établissements ruraux, depuis les fermes les plus modestes jusqu’aux grandes villae aristocratiques, qui montrent l’apparition de nouveaux enjeux économiques dans les campagnes, mais qui révèlent également une intégration plus ou moins forte dans un réseau de production et d’échanges.

4Cette approche, fondée sur les nombreuses formes d’habitat qui ont cohabité dans les régions alpines, pose de façon générale la question des changements qui interviennent dans l’organisation du territoire. L’émergence de centres urbains dans la plupart des vallées pose évidemment la question de leur rôle comme lieux de consommation, mais également de commercialisation des productions des campagnes environnantes. Les établissements ruraux posent de leur côté la question des changements intervenus dans la propriété foncière, et dans la façon d’exploiter les ressources de ces régions. Quels effets ont eu la concentration foncière et l’ouverture vers l’économie de marché, en termes d’intensification de la production, mais également en termes de diversification ou de spécialisation ? De façon indirecte, ces questionnements nous ramènent enfin à des interrogations générales sur l’économie de la montagne : les changements clairement observés dans les vallées (urbanisation, grandes villae) marquent-ils des évolutions qui concernent seulement les zones les plus favorables à une économie agro-pastorale intensive ? Que nous apportent les données archéologiques sur le peuplement de la moyenne montagne, peuplée toute l’année mais associée traditionnellement à une exploitation peu intensive et traditionnelle ? Comment était intégrée la haute montagne, espace des activités saisonnières et le plus souvent associé à l’élevage transhumant ?

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search