Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Troisième partie. Le système défensif de l’oppidum à la fin du second âge du Fer (IIe-Ier s. av. J.-C.)

Chapitre 8. Les défenses avancées du rempart R1

Texte intégral

1Si le rempart R1 qui défend l’oppidum est bien protégé au nord comme au sud par des falaises escarpées, il est en revanche facilement accessible depuis l’ouest par l’intérieur de la combe, laquelle ne présente pas d’obstacles naturels interdisant de venir le battre en brèche. Pour compenser ce point de faiblesse dans la défense et ralentir d’éventuels assaillants, les défenseurs ont donc réalisé en avant de ce rempart un ensemble très élaboré de défenses avancées successives (fig. 6, 76).

Fig. 76. Plan d’ensemble des défenses avancées précédant le rempart R1.

Fig. 76. Plan d’ensemble des défenses avancées précédant le rempart R1.

2Il y a peu de temps encore, on connaissait peu de choses à leur sujet. À 380 mètres à l’ouest du rempart, une première muraille de pierres (R2) était dissimulée dans les broussailles (fig. 81). Et, sur les photographies aériennes, deux zones de végétation d’un vert plus soutenu semblaient indiquer la présence de fossés parallèles entre eux et au rempart (fig. 82). En 1939 déjà, Fernand Benoit avait remarqué une légère dépression au pied de la colline de débris qui ensevelit la muraille et s’était interrogé sur la présence éventuelle d’un fossé. Il l’avait d’ailleurs fait figurer en coupe sur deux croquis (fig. 113, 114) avec la mention « fossé » suivie d’un point d’interrogation.

3Les recherches des années 2010 et 2013 ont été consacrées à l’étude de l’ensemble des défenses avancées. Elles ont confirmé l’existence d’un système défensif complexe comprenant une série d’obstacles aménagés d’ouest en est sur plusieurs centaines de mètres.

1. Le rempart R2

4Ce « premier retranchement en pierre sèche » (Rochetin 1895, 20) signalé pour la première fois dès la fin du XIXe siècle n’avait jusqu’à récemment jamais fait l’objet de recherches organisées. Il est d’ailleurs curieux que Fernand Benoit n’en ait jamais fait état alors qu’il connaissait l’article de Louis Rochetin puisqu’il le citait en bibliographie (Benoit 1936, 118).

5Son emplacement a été judicieusement choisi (fig. 6, 79, 80). La largeur de la combe se resserre légèrement à l’endroit où le rempart a été installé sur un seuil rocheux. Pour y parvenir, on doit gravir une pente raide en arrivant de l’ouest. Longtemps dissimulé par la végétation, il a tout de même fait l’objet de quelques observations à plusieurs reprises, en 1985 tout d’abord lors d’un débroussaillage général de l’oppidum, puis à la suite de l’incendie des Alpilles en 1999 (fig. 78), et dernièrement en 2013 à l’occasion d’un nouveau débroussaillage (fig. 80).

Fig. 77. Vue aérienne ouest-est du rempart R2 et du « camp ouest ».

Fig. 77. Vue aérienne ouest-est du rempart R2 et du « camp ouest ».

Fig. 78. Le rempart R2 après l’incendie de juillet 1999.

Fig. 78. Le rempart R2 après l’incendie de juillet 1999.

Fig. 79. Relevé des vestiges du rempart R2 après son débroussaillage et hypothèse de restitution de sa porte à recouvrement.

Fig. 79. Relevé des vestiges du rempart R2 après son débroussaillage et hypothèse de restitution de sa porte à recouvrement.

Fig. 80. Vue vers le nord des vestiges du rempart R2 après son débroussaillage en 2013.

Fig. 80. Vue vers le nord des vestiges du rempart R2 après son débroussaillage en 2013.
  • 104 La restitution de la tour protégeant la porte à recouvrement sur la figure 79 est hypothétique, (...)

6Ruiné presque jusqu’à la base, il est cependant rendu perceptible par une ondulation bien marquée du terrain (fig. 80) dessinant jusqu’au pied des crêtes qui encadrent la vallée deux branches qui montent fortement de part et d’autre de la porte en dessinant un V très évasé (fig. 79). Aucune n’est pourvue d’une tour. La branche nord, d’abord rectiligne, s’incurve ensuite vers le nord-ouest jusqu’au pied de la falaise afin de permettre des tirs latéraux (fig. 79, 80). Une porte se trouvait probablement à l’endroit où passe le chemin actuel, à la jonction des deux branches, au milieu de la combe et au point de franchissement le plus bas du seuil rocheux. Ce dernier a d’ailleurs été entaillé afin de réduire l’inclinaison de la pente à gravir. L’extrémité de la branche méridionale est décalée de plusieurs mètres vers l’ouest par rapport à celle de l’autre branche, ce qui permet de restituer une porte à recouvrement peut-être protégé par une tour104.

7Ce rempart est aujourd’hui très dégradé, car il a probablement servi après avoir perdu sa fonction défensive de carrière de matériaux faciles à exploiter. Plus rien ne subsiste des aménagements de la porte ni de plusieurs tronçons de la courtine, réduite ailleurs à une ou deux assises avec des parements latéraux détruits ou bouleversés. Toutefois, grâce à des relevés précis des alignements de blocs, il est encore possible de reconnaître un ouvrage dépourvu de tours, construit dans toute son épaisseur avec des blocs de dimensions variables liés par de la terre.

8En un seul endroit cependant, au nord de la porte, la structure de l’ouvrage est rendue plus apparente par un sondage dont on ne connaît pas l’auteur (fig. 81). Le parement extérieur est ici encore conservé sur un mètre de hauteur et une dizaine de mètres de longueur. Il a été établi sans tranchée de fondation préalable au sommet de la pente d’accès, directement sur le manteau colluvial peu épais qui masque la roche. En revanche, le parement intérieur n’est pas actuellement bien discernable. On peut néanmoins estimer l’épaisseur de l’ouvrage à 4 ou 5 mètres.

Fig. 81. Ancien sondage clandestin ayant mis en évidence l’emplacement du parement extérieur du rempart R2. Vue SO-NE.

Fig. 81. Ancien sondage clandestin ayant mis en évidence l’emplacement du parement extérieur du rempart R2. Vue SO-NE.

9De part et d’autre de la porte, la construction escaladait les deux versants de la combe par paliers étagés successifs, comme semblent l’indiquer des alignements transversaux de blocs ayant pu appartenir à des murs bahuts. La courtine venait s’appuyer sur la base de la falaise septentrionale, alors que l’autre extrémité montait sur les strates en escalier de la crête méridionale plus étroite et donc plus facile à franchir. Plusieurs entailles dans la roche assuraient ici une meilleure liaison des blocs avec la paroi. Le précédant de quelques mètres, une coupure transversale de la crête crée une sorte de fossé permettant de ralentir la progression des assaillants éventuels.

10Cette muraille constituait ainsi un véritable rempart difficile à franchir, en particulier pour des engins de siège devant gravir une pente forte. Cette première défense jouait alors le rôle d’un avant-mur très éloigné du rempart protégeant l’oppidum, de façon à retarder les assaillants et défendre l’accès du vaste espace intermédiaire qui lui succède.

  • 105 Pour la phase ancienne de la fortification, cf. supra, chap. 1.

11En l’absence de fouilles et compte tenu de la dégradation très avancée de l’ouvrage, il n’a pas encore été possible de déterminer sa datation au cours de l’âge du Fer, car le matériel archéologique fait totalement défaut en surface et la technique de construction mise en œuvre a été utilisée durant toute cette période. Sans pouvoir indiquer le moment de sa mise en place, il est toutefois logique de l’intégrer dans les défenses avancées du rempart de l’oppidum, l’ensemble ainsi constitué formant un système cohérent. L’éventualité d’une réalisation précoce durant la phase ancienne de la fortification n’est cependant pas à écarter105.

2. Le « camp de l’ouest » entre les remparts R1 et R2

  • 106 Les traces de ce chemin sont encore visibles aujourd’hui sur les photographies aériennes (voir l (...)

12Entre ce premier rempart et celui qui protège directement la zone habitée, le chemin d’accès à l’oppidum traversait un vaste espace plan de près de 400 mètres de longueur étiré d’ouest en est au fond de la combe106 (fig. 6, 10, 77, 83). Un manteau colluvial peu épais masque ici le rocher calcaire entrecoupé par des bancs argileux. La crête méridionale le limite par une falaise verticale tandis qu’au nord un long talus en forte pente s’élève vers la barre rocheuse qui le couronne. Celle-ci est interrompue en avant du rempart et en un seul endroit par un étroit passage ouvrant sur une vire très raide qui monte en oblique depuis le vallon de Cagalou (fig. 6). Un mur aujourd’hui écroulé barre ce point d’accès, mais il n’a pas encore fait l’objet d’investigations et sa datation est donc inconnue.

13Les prospections récentes à la surface de la partie plane de cet espace intermédiaire, labourée superficiellement et ensemencée il y a quelques dizaines d’années par les chasseurs pour nourrir le gibier, ne révèlent pas de murs en affleurement, et la petite quantité de tessons informes recueillis en surface n’apporte aucune information sur la présence éventuelle d’un habitat.

Un vaste espace partiellement occupé

14Fernand Benoit mentionne pour la première fois dans son rapport de 1933 cet espace intérieur plan situé à l’ouest du rempart R1, et le décrit ainsi : « … la partie occidentale [de l’oppidum] occupée au centre par une vaste mare et servant de pacage, ne présentant pas de traces d’occupation apparentes ». La « vaste mare » correspond au fond de la doline aujourd’hui presque totalement colmatée. Bien connue jadis des habitants de Mouriès qui l’ont encore vue en eau il n’y a pas si longtemps, elle est aujourd’hui asséchée, mais rendue encore perceptible dans la topographie par une légère dépression. Elle a certainement représenté dans le passé un point d’eau pour les habitants ou leurs troupeaux, au moins pendant une partie de l’année.

15Par la suite, il désignera cet espace intérieur entre les deux remparts sous le nom de « camp ouest ». Sur le croquis C1936a indiquant les divers emplacements sondés cette année-là (fig. 17, 18), chacun étant indiqué par une lettre de l’alphabet, est représenté sur le côté un dessin de la « Porte du camp ouest » (c’est-à-dire celle du rempart R1), accompagné par une flèche vers l’ouest surmontée de la lettre N et d’un renvoi à la note 1, laquelle précise : « Plateau hors de l’enceinte, pas de maisons, mais foyers abondants (indigène, attique) ». Il y fera réaliser plusieurs sondages entre 1936 et 1938. L’emplacement de trois d’entre eux est encore rendu visible sur le terrain par de légères dépressions.

16Le brouillon du rapport R1936 (intitulé « Fouilles à l’oppidum des Caisses à Mouriès ») précise : « Elles [les fouilles] ont porté sur le plateau situé immédiatement à l’ouest du mur d’enceinte de l’oppidum : trois tranchées de 2 m de profondeur ont permis de se rendre compte qu’en ce point il n’y avait pas de murailles, mais habitats très denses : couches de cendres [avec] poterie indigène très dense, et de rares fragments de poterie à vernis noir ». En marge « 3 tranchées rebouchées ».

17Deux autres sondages seront réalisés en 1938 à l’ouest du « mur » [le rempart R1]. Au total, cinq sondages sont portés approximativement sur un croquis (C1938). Deux d’entre eux sont situés au pied de la falaise méridionale appelée « rocher (sud) » : le n° 4 (« 1938, 2 m profond ») et un autre sans numéro (« 1936 »). Les trois autres (n° 1, 2 et 3) sont situés plus au nord en face de la partie centrale du rempart.

18Ces recherches n’ont donc pas révélé la présence de murs d’habitation : « Les sondages en dehors de l’enceinte, à l’ouest du mur qui délimite l’oppidum (signalés dans le rapport manuscrit du 28 septembre 1938) ont nettement montré que le terrain, riche en débris de poterie jusqu’à 2 mètres de profondeur, ne contenait aucun vestige d’habitation bâtie » (rapport R1938b). Les termes « habitation bâtie » désignaient vraisemblablement, dans l’esprit de l’auteur, des maisons avec des murs ou des solins en pierre, alors que les vestiges décrits par lui pourraient aussi bien se rapporter à des habitations construites en matériaux légers dont il n’a pas reconnu les traces.

19Cette interprétation est confirmée par quelques lignes du rapport R1939c « Les sondages faits dans la partie extérieure à l’oppidum, longue de 300 m environ et large de 75 à 100, ont révélé une longue habitation, avec traces éparses de foyer jusqu’à 2 m de profondeur, et tessons de poterie campanienne et indigènes, analogues à ceux beaucoup plus nombreux qui ont été trouvés au cours des fouilles de l’oppidum ». L’expression « une longue habitation » est sans doute employée ici pour désigner une occupation prolongée dont les traces (couches de cendres, poteries « indigènes » non tournées, céramiques importées) avaient été observées jusqu’à une grande profondeur.

  • 107 Le terme « argile bariolée » (ou argile versicolore d’après la notice de la carte géologique) es (...)

20L’espace N n’a pas fait l’objet de recherches systématiques depuis l’époque de ces fouilles, si ce n’est dans la zone des défenses avancées proche du rempart R1, qui sera étudiée plus loin. Une petite tranchée de sondage a été ouverte en 1986 dans la partie nord de cet espace, non loin du bas de la pente encombrée d’éboulis qui s’élève jusqu’à la falaise septentrionale. Un épais manteau colluvial recouvre à cet emplacement des couches géologiques d’argiles de couleur variable (rouge à violacée, grise, verte ou bleue, jaune ou blanche107), mais il n’a pas été rencontré de vestiges archéologiques. L’occupation de l’âge du Fer signalée par les anciens rapports serait donc seulement localisée dans la partie sud de l’espace considéré, à proximité du rempart et de la falaise méridionale. L’importance quantitative du mobilier découvert en divers points sur de faibles surfaces et à grande profondeur exclut l’idée d’un lieu servant de dépotoir pour les habitants de l’oppidum, et va plutôt dans le sens d’une extension de l’habitat au V e s. av. J.-C. à l’extérieur de l’oppidum et seulement dans le voisinage de son rempart.

21Ailleurs, dispersés à la surface du terrain, ont été recueillis un petit nombre de tessons informes que leur usure rend difficiles à identifier, mais qui semblent postérieurs.

  • 108 Fernand Benoit a identifié en 1936 les fragments de céramique à vernis noir retrouvés comme de l (...)

22Si l’on prend en compte les identifications des céramiques faites à l’époque par Fernand Benoit (qui ont aujourd’hui disparu), deux des grandes périodes de l’occupation du site seraient représentées. Le chercheur a en effet identifié en 1936 les « rares fragments de céramique à vernis noir » comme de la céramique attique, céramique qu’il connaissait bien108. Cette information a été effectivement confirmée par la campagne de fouille 2010. Dans le remblai constitutif de l’agger A1 (cf. plus loin), une épaisse couche de cendre (Us 7404) a livré exclusivement une quantité considérable de tessons de céramiques des VIe-IV e siècles (quelques fragments d’amphores étrusques et massaliètes, de céramique attique à figures rouges, de céramique grise monochrome et de claire massaliète ; mais surtout beaucoup de tessons de céramique non tournée des ateliers des rives de l’Étang de Berre) associés à de nombreux débris de cuisine. La nature de ce niveau est identique à celle du monticule de cendre décrit précédemment derrière le rempart archaïque. Mais la distance à parcourir depuis ce dernier rend improbable tout prélèvement pour édifier l’agger. On doit plutôt accepter l’idée d’un emprunt à faible distance, probablement dans un habitat rencontré lors du creusement des fossés au IIe s. av. J.-C. L’espace N serait donc occupé entre le VIe et le IV e s. av. J.-C, au moins partiellement à proximité du rempart et de la falaise méridionale de la combe.

23En revanche, les « tessons de poterie campanienne » signalés en 1939 rendraient éventuellement possible une extension limitée de l’habitat (à moins qu’il ne s’agisse d’un dépotoir) à l’extérieur de l’oppidum au cours des IIe et Ier s. av. J.-C. Mais cette éventualité, en l’absence de recherches plus étendues dans cette zone, ne peut être confirmée.

Une zone transversale de quartiers de roche : des « chevaux de frise ? »

Description

24Une concentration de quartiers de roche précède d’une dizaine de mètres seulement le premier fossé FS1 (fig. 76, 82, 84). Vue à la verticale, cette concentration forme une bande bien délimitée de 15 à 20 mètres de largeur barrant transversalement la combe depuis la base du talus précédant la crête septentrionale jusqu’à la falaise méridionale.

Fig. 82. Vue aérienne du rempart R1 précédé par la zone des quartiers de roche. Les différences de couleur de la végétation rendent perceptibles le tracé de certains fossés et de l’ancien chemin d’accès.

Fig. 82. Vue aérienne du rempart R1 précédé par la zone des quartiers de roche. Les différences de couleur de la végétation rendent perceptibles le tracé de certains fossés et de l’ancien chemin d’accès.

25À l’intérieur de cette zone, les quartiers de roche sont répartis irrégulièrement, tout en étant généralement espacés de plusieurs mètres. De forme cubique ou polygonale, ils présentent des dimensions pouvant atteindre ou dépasser un mètre.

26Cette zone n’a pas encore fait l’objet d’une fouille spécifique. Néanmoins, certaines observations ont été effectuées à l’extrémité de la tranchée de recherche réalisée en 2010 pour recouper les fossés :

  • Le substrat rocheux calcaire (Us 7100), très proche de la surface du terrain (de 0,30 à 0,50 m), est recouvert par un manteau de terre faiblement humique (Us 7101) contenant de petits cailloux produits par la désagrégation naturelle de la roche et dépourvu de tout tesson de céramique.

  • Les blocs ont une origine naturelle, comme le montrent leur forme irrégulière et la rareté de traces d’outil. Toutefois, certains d’entre eux portent des traces de coup, ce qui conforte l’idée d’une extraction volontaire. Ils ont été vraisemblablement détachés d’un banc visible sur l’abrupt intérieur de la crête septentrionale, au droit même de leur emplacement actuel, en profitant des zones de faiblesse offertes par les plans de stratification et les diaclases de la roche. Pour expliquer leur présence dans une bande bien délimitée, il faut donc écarter l’idée d’un éboulis naturel provoqué par les agents atmosphériques. D’ailleurs, sur le talus précédant la falaise, la majorité des blocs qui se sont détachés depuis l’Antiquité se sont arrêtés à mi-pente et en s’écartant le plus souvent de la zone considérée. Et ceux beaucoup plus rares qui sont tombés de la falaise méridionale se sont entassés à son pied sans rouler plus loin.

  • Les quartiers de roche ne sont pas placés dans des cavités de fondation pourvues de pierres de calage, mais simplement posés sur un léger dos de terrain. Leur base a été depuis lors plus ou moins ennoyée par des colluvions.

  • Ce dos de terrain est d’origine artificielle. L’emplacement traversé en 2012 par la tranchée de recherche montre de petits amas de gros cailloux anguleux (Us 7102), voire de petits blocs, dont l’origine n’est pas colluviale mais plutôt anthropique, vraisemblablement des débris de roche provenant du creusement du fossé FS1 voisin. Une petite concentration de pierres, quelques autres isolées (parmi lesquelles une dalle quadrangulaire taillée dans un calcaire coquillier étranger au site) évoquent même la possibilité d’un petit muret de soutènement latéral aujourd’hui disparu. Le tout, plus ou moins masqué par des colluvions, puis par la mince couche de terre humique de la surface (Us 7103), forme une ondulation positive du terrain visible à l’œil nu pouvant atteindre 0,50 mètre de hauteur.

Interprétation : des « chevaux de frise » ?

27Cette zone a été souvent présentée, y compris par nous-mêmes, comme un moyen supplémentaire de défense avancée du rempart, qualifié de « chevaux de frise ».

28Le rôle défensif des champs de « chevaux de frise » en pierre devant certains remparts de la Gaule méridionale ou d’Espagne est aujourd’hui mis en doute par plusieurs protohistoriens. Cette question a même fait l’objet il y a quelques années d’un colloque (Alonso et al. 2003). Elle mérite donc qu’on la pose à propos de la zone de quartiers de roche de Mouriès.

29Remarquons tout d’abord que les sites de comparaison sont peu fréquents dans les régions méditerranéennes de Gaule et de Catalogne.

30En Provence, un seul site, celui de l’oppidum de Roquefavour à Ventabren (Bouches-du-Rhône), occupé entre 50 et 20/15 av. J.-C., serait peut-être pourvu d’un « système de défense particulier » (Musso 1982 et 1985a et b ; Verdin 1995, III, n° 167). Son rempart était protégé du côté nord (le plus accessible) par un fossé sec parallèle, creusé dans le rocher calcaire et lui-même « précédé par un ensemble de pierres dressées disposées en quinconce et taillées grossièrement dans du calcaire local ». Les blocs, séparés irrégulièrement par des intervalles variant entre 0,6 et 4,5 mètre de largeur, « sont de forme rectangulaire, carrée ou triangulaire ». Certains sont « d’aspect fruste tandis que d’autres présentent une surface plane orientée vers le rempart » (Musso 1982, 178 ; Musso 1985 a et b). Des doutes ont été émis par d’autres chercheurs depuis ces publications quant à l’efficacité militaire de cet éventuel système de défense complémentaire, que l’on a qualifié de « prétendument défensif » (Arcelin, Dedet, Schwaller 1993, 194). En revanche, ces auteurs ont avancé l’hypothèse d’une aire cultuelle « avec stèles votives dédiées à des divinités ou à des héros protecteurs par les familles », leur face la plus plane étant tournée vers la fortification « peut-être pour y recevoir des symboles ou des dédicaces peintes ». Mais cette idée, quoique séduisante, ne repose sur aucune preuve matérielle.

  • 109 Voir aussi sur Pech Maho Gailledrat, Beylier 2009 et Gailledrat, Solier 2004.

31Plus à l’ouest, en Languedoc occidental, donc en pays ibérique, la fortification de l’oppidum de Pech Maho à Sigean dans l’Aude se caractérise également par un champ de « pierres plantées » mis en place au IV e siècle (Moret 1996 ; Gailledrat, Moret 2003109) sur une bande de terrain de 40 mètres de long et 5 à 7 de large, séparée du rempart par un glacis en talus ou en pente très douce de 6 à 7 mètres de largeur seulement. Ces pierres émergent du sol de 0,30 à 0,40 mètre. Elles sont solidement « enracinées » par un calage de pierrailles et de moellons. Réparties irrégulièrement, elles sont distantes l’une de l’autre d’un mètre en moyenne. De forme variable, elles présentent en général un sommet plus ou moins pointu mais pas de trace de taille.

  • 110 La note 5 rappelle la thèse de P. Moret (Moret 1996, 226-227) selon laquelle les chevaux de fris (...)

32Mais le rôle défensif de ces pierres plantées, admis tout d’abord (Moret 1996), a été par la suite remis en question. « Le franchissement de ce rideau de pierres plantées, supposé être un obstacle à la progression d’un corps de troupe ennemi110, ne présente pas, en réalité, de grandes difficultés » (Gailledrat, Moret 2003). Les intervalles entre elles sont trop larges pour interdire le passage d’un piéton et leur hauteur trop modeste. Elles sont seulement présentes sur un quart de la longueur du système défensif et absentes en revanche du glacis au pied du rempart « là où leur présence aurait été la plus utile pour entraver les déplacements des assaillants », ainsi qu’en face de la porte principale, là « où leur utilité aurait été la plus grande ».

33En revanche, les auteurs de la fouille admettent l’idée que ces pierres plantées pouvaient servir à « marquer » un espace de manière symbolique ou ostentatoire » (Gailledrat, Beylier 2009, 111) et qu’elles participaient « d’une certaine mise en scène de la fortification » (p. 119).

34Par ailleurs, le terme employé lui-même est critiqué parce qu’inadapté à la réalité observée. « En termes de fortification moderne, les chevaux de frise sont des engins mobiles liés à des fortifications permanentes, ou qu’on ajoute à des fortifications permanentes dans des circonstances particulières – généralement à l’occasion d’un siège –, quand les éléments statiques de la fortification (rempart, fossé) s’avèrent insuffisants » (Gailledrat, Moret 203, 133). En ce qui concerne Pech Maho, le terme de « chevaux de frise » doit donc être remplacé par celui de « pierres plantées » (« pierras hincadas » ou « pierras fincadas » en Espagne).

35En Catalogne enfin, à Els Vilars d’Arbeca (Lleida), au VIIe s. av. J.-C., de grandes dalles de pierre hautes de 0,50 m et de forme anguleuse sont plantées verticalement au pied du rempart sur son glacis, et disposées en quinconce (G.I.P. 2003, in Alonso et al. 2003).

36À la lumière de ces comparaisons, il paraît difficile d’interpréter la zone de quartiers de roche de Mouriès comme un véritable champ de « chevaux de frise ». Il ne s’agit pas non plus de « pierres plantées », puisque la base des blocs n’est pas bien fondée dans des cavités volontairement aménagées. On constate surtout des différences importantes par rapport aux sites examinés précédemment. Tout d’abord dans les dimensions, les volumes et les formes des blocs, car ceux des Caisses, souvent énormes, de forme polygonale ou cubique, ne présentent en rien une forme allongée plus ou moins pointue. Par ailleurs leur écartement important ne pouvait gêner le passage des piétons ou des chevaux. Enfin, à l’inverse des sites précédemment cités, ces blocs ne sont pas placés au pied du rempart, mais en sont séparés par une succession de fossés et d’agger.

37L’absence d’une disposition régulière en quinconce des blocs comme à Pech Maho ou à Els Villars pourrait également faire douter de leur aménagement volontaire et faire voir en eux le résultat d’un éboulis de falaise provoqué par les agents atmosphériques.

38Toutefois plusieurs arguments viennent nuancer ces remarques. Comme nous l’avons précédemment exposé, les blocs ont été volontairement détachés de la falaise et leur forme n’est pas totalement naturelle. Leur disposition en une bande allongée et continue depuis le pied de la falaise septentrionale jusqu’à la falaise opposée ne peut s’expliquer par un éboulis accidentel, aussi important soit-il. Le talus peu élevé qui les supporte est d’ailleurs d’origine artificielle. Si l’écartement des quartiers de roche ne peut interdire une attaque de combattants à pied, il suffit à rendre difficile le passage d’un engin roulant de siège. Enfin, même si leur valeur défensive peut paraître limitée, il faut compter avec le désir d’impressionner l’adversaire par l’ampleur des obstacles successifs à franchir, ainsi qu’avec une véritable volonté de monumentalisation destinée à renforcer l’impression de puissance donnée par la communauté villageoise. On rejoint là les remarques faites précédemment (Gailledrat-Beylier 2009, 111) à propos des « pierres plantées » de Pech Maho, notamment celle « d’une certaine mise en scène de la fortification », et l’on peut aussi s’interroger sur l’éventuelle valeur prophylactique de ces quartiers de roche, car leur disposition en bande continue en avant des fossés qui protègent le rempart pourrait en effet marquer une limite à ne pas franchir.

39Cette zone de quartiers de roche ne doit donc pas être considérée comme un véritable champ de « chevaux de frise » stricto sensu. Mais son intégration dans le système défensif apparaît bien intentionnelle, car elle pouvait jouer un rôle dissuasif en cas d’agression tout en représentant une limite symbolique en même temps qu’une construction ostentatoire.

Une succession de fossés et de talus défensifs

40Cette série d’obstacles défensifs (fig. 76) a été mise en évidence dans la zone Z07 par la tranchée de recherche (long. 55 m, larg. 1,50 m) creusée depuis la limite orientale de la zone de quartiers de roche jusqu’à l’angle formé par la jonction entre le parement le plus récent (MR8009) du rempart R1 et la tour centrale MR8005 (fig. 83, 84).

Fig. 83. Vue d’ensemble vers l’ouest des défenses avancées mises en évidence par la tranchée de fouille.

Fig. 83. Vue d’ensemble vers l’ouest des défenses avancées mises en évidence par la tranchée de fouille.

Fig. 84. Coupe ouest-est des défenses avancées et des éléments défensifs successifs du rempart R1.

Fig. 84. Coupe ouest-est des défenses avancées et des éléments défensifs successifs du rempart R1.

41L’assaillant éventuel venant de l’ouest devait franchir successivement toute une série de défenses avancées :

  • Un premier fossé, FS1, à 44 mètres à l’ouest du rempart.

  • Un premier agger, A1, dont l’axe se trouve à 33 mètres du rempart.

  • Puis un deuxième fossé, FS2, à 26 mètres.

  • Un deuxième agger, A2.

  • Un troisième fossé, FS3.

  • Un mur de forte épaisseur, MR7711, dominant FS3 et FS4.

  • Un quatrième fossé, FS4, à 7,50 mètres du rempart.

42Les deux premiers fossés (FS1 et FS2) étaient rendus visibles avant la fouille sur les photographies aériennes par des bandes de végétation d’une couleur différente (fig. 82).

43Il va sans dire que la coupe de terrain ainsi obtenue (fig. 84) n’est pas obligatoirement valable en un autre point devant le rempart, en particulier dans la section traversée jadis par Fernand Benoit au nord de la tour centrale. Seuls sont assurés à ce dernier emplacement les prolongements des fossés FS1 et FS2 (puisqu’ils se discernent nettement aujourd’hui encore à la surface du terrain), mais non celui des autres aménagements défensifs (fossés FS3 et FS4, mur MR7711) près de la muraille et de la tour.

44La surface du terrain, tout d’abord presque horizontale là où se trouvent les deux premiers fossés, s’élève ensuite en pente modérée à l’approche du rempart dont l’élévation est en grande partie fossilisée par le talus formé par ses propres débris. Au pied du parement extérieur, le sol de construction se trouve à une profondeur de 4,50 mètres.

45Compte tenu du danger représenté par cette profondeur et de l’instabilité des parois de la tranchée recoupant le talus de destruction du rempart, les observations sur la stratigraphie des couches profondes effectuées depuis le bord de l’excavation ont été évidemment sommaires et il n’a pas été possible d’aller recueillir sur le fond d’éventuels éléments de datation.

Le fossé FS1

46Entre la zone de quartiers de roche et le fossé FS1, un espace horizontal d’une largeur de 8 mètres présente une stratigraphie très simple qui a certainement peu changé depuis l’époque de la construction. Le substrat rocheux (Us 7200) est peu profond. Le calcaire secondaire (étage rognacien du Crétacé) est parcouru par un banc argileux, car le plissement de l’ère tertiaire a redressé les couches à la verticale et l’érosion a fait affleurer à la surface du terrain une alternance de strates de calcaire et d’argile. Sa surface assez plane (Us 7201) est interrompue par un banc intercalaire d’argile blanche (Us 7204) de 0,80 mètre de largeur. La roche, très fissurée par des diaclases, s’est délitée en surface sous l’action des agents atmosphériques. La désagrégation mécanique l’a faite se fragmenter pour former sur place un mince manteau (0,15-0,20 m) de cailloux de petit calibre et de terre pulvérulente (Us 7202). Le tout est masqué par une mince couche de terre colorée par un peu d’humus (Us 7203, épais. 0,10 m). Ces couches ne contiennent pas de vestiges archéologiques.

47La progression vers le rempart est ensuite ralentie par le premier fossé FS1 (fig. 85, 86). Il est relativement large (ouverture maximale 5 m) mais peu profond (profondeur maximale 1,10 m). Ces caractéristiques n’en font pas un obstacle infranchissable pour un homme à pied, mais sont en revanche suffisantes pour gêner sérieusement la progression d’un engin roulant.

Fig. 85. Le fossé FS1.

Fig. 85. Le fossé FS1.

Fig. 86. Coupe ouest-est du fossé FS1.

Fig. 86. Coupe ouest-est du fossé FS1.

Le profil du fossé

48Il est creusé dans le substrat calcaire (Us 7300). La roche, froide et gélive, très fissurée en surface, se détache facilement en petits éclats anguleux, ce qui a dû grandement faciliter le creusement. Sur le côté de la tranchée, une épaisse veine argileuse de couleur blanchâtre (Us 7309 = 7204), intercalée entre les bancs calcaires redressés verticalement, a été également entaillée par la paroi du fossé.

49Le fossé (largeur 3,50 m, profondeur 0,90 m) présente deux flancs (Us 7301) symétriques, avec des parois verticales (bien qu’étant aujourd’hui très altérées par la désagrégation mécanique) et un fond plat très irrégulier descendant vers l’ouest.

Le remplissage du fossé

50Plusieurs couches de nature différente se succèdent de bas en haut. Le processus de comblement commence par le dépôt d’une terre argileuse très plastique qui crée un petit talus en pente (Us 7303) au pied de la paroi orientale. Ce matériau produit par l’érosion de l’agger A1 voisin a été transporté par le ruissellement. Un peu d’humus lui donne sa couleur marron clair. Sa surface est recouverte par un très mince lit de cendre (Us 7304).

51Puis le remplissage se poursuit dans le fond du fossé grâce à l’apport d’une terre argileuse jaune clair (Us 7302, ép. max. 0,30 m) qui ne contient plus d’humus. Elle est en revanche très riche en petits charbons de bois disséminés dans toute son épaisseur avec une densité croissante vers la base de la couche. Ce niveau, archéologiquement très pauvre, ne contient que de très rares tessons (dont un fond de gobelet à paroi fine) et quelques nodules informes de poterie rouge qui proviennent eux aussi de la destruction de l’obstacle défensif suivant, l’agger A1 situé à proximité immédiate un peu plus à l’est. Cet agger, très érodé aujourd’hui, est notamment constitué par une couche de même nature (cf. infra, les Us 7405-7406) et par un large amas cendreux (Us 7404).

52L’essentiel du remplissage est constitué par une couche de terre calcaire (Us 7305) de couleur claire, très caillouteuse, épaisse de 0,50 mètre. Les morceaux de roche ont des formes anguleuses (calibre moyen entre 5 et 10 cm). Certains, surtout ceux qui sont situés à la base de la couche, ont des dimensions plus importantes (jusqu’à 20 cm). Cette couche se distingue nettement, par la forme et la taille de ces éclats de roche, des colluvions demeurées en place sur le substrat rocheux de part et d’autre du fossé. Les fragments de roche ont été arrachés au substrat lors du creusement et utilisés pour contribuer à la réalisation de l’agger voisin A1 (Us 7403). Il est probable que ces matériaux proviennent de sa dégradation par l’érosion.

53La fin du comblement est représentée par une nouvelle couche de terre argileuse et compacte (Us 7306), de nature analogue à celle de l’Us 7302, mais colorée par l’humus. La terre argileuse, mélangée à de rares petits cailloux colluviaux, remplit la partie supérieure évasée du fossé. On peut envisager pour elle la même provenance.

54Le haut du fossé est masqué par le manteau de terre et de colluvions (Us 7307 et 7308), peu épais et plus ou moins riche en humus, qui tapisse la surface du terrain.

55Les couches du remplissage du fossé, notamment l’argile jaune (Us 7302 et 7306) et les éclats de roche (Us 7305), dont la composition et l’aspect sont absolument identiques aux Us 7406 et 7403 de l’agger A1 voisin, résultent donc principalement de sa destruction par l’érosion après son abandon.

Datation du fossé

56La datation de la période de comblement du fossé, et encore plus celle de son creusement, sont délicates à établir, car les tessons de céramique sont peu nombreux et presque toujours informes. La plupart ont des bords très usés, ce qui montre qu’ils ont séjourné assez longtemps à l’air libre avant d’être transportés et enfouis par les agents naturels

Nombre de tessons par Us et catégories de céramique

Catégorie céramique

Us 7302

Us 7307-7308

Total

A - ITA

4

5

9

CAMP - A

3

3

CL - REC

1

2

3

PAR - FIN

1

1

1

GRISE (indéterminée)

1

1

CNT - PRO

48

7

55

CNT - ALP

1

1

DOL et gros vases provisions

4

4

Total

61

17

78

57La totalité du lot se situe chronologiquement avant le changement d’ère. Dans les unités stratigraphiques dont les matériaux sont issus de la dégradation de l’agger A1, la céramique non tournée de Provence (CNT-PRO) domine de façon écrasante alors que la céramique campanienne est très mal représentée. Ces remarques suggèrent que cet agger, édifié pour partie à l’aide de matériaux renfermant des céramiques du IIe siècle avant notre ère, a pu être mis en place à l’extrême fin de ce siècle ou plus probablement, comme on le verra plus loin, au tout début du suivant. La seconde partie de ces matériaux, faite des débris provenant du creusement du fossé, indique que ce dernier a été réalisé au même moment.

58La période du comblement est encore plus difficile à dater. Deux tessons de parois fines présentent toutefois un certain intérêt. Le premier, trouvé dans la couche inférieure du remplissage (Us 7302), en même temps qu’un peu d’amphore italique et de campanienne, est un fragment de gobelet ovoïde à fond plat et pâte rouge brique, sans engobe. C’est là une production fréquente au Ier s. av. J.-C. Le second fragment, qui provient du sommet du remplissage, présente une paroi mince à pâte beige clair et un engobe rouge clair semi mat, avec une rangée faite à la barbotine de petites perles au-dessus d’un sillon horizontal. Il pourrait s’agir d’une production de la Gaule du Sud attribuable au milieu du Ier siècle de notre ère.

59Malgré la rareté des indices disponibles pour les datations, il semble néanmoins que le fossé ait été creusé à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C. Son comblement, commencé dès qu’il n’a plus été entretenu, est déjà en cours durant la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. et se termine au siècle suivant.

L’agger A1 (fig. 87, 88)

Fig. 87. Vestiges de l’agger A1. La couche de cendre 7404 est visible en coupe.

Fig. 87. Vestiges de l’agger A1. La couche de cendre 7404 est visible en coupe.

Fig. 88. Coupe ouest-est de l’agger A1.

Fig. 88. Coupe ouest-est de l’agger A1.

60L’espace qui s’étend entre les fossés FS1 et FS2 est en très légère pente ascendante vers l’est. Le substrat rocheux (Us 7400), toujours aussi peu profond, est partout recouvert par une mince couche de cailloutis de désagrégation (Us 7401) masquée par la terre arable peu épaisse (Us 7402) de la surface du terrain.

61Au milieu de cet espace intermédiaire entre les deux fossés, on observait déjà avant la fouille une ondulation faisant saillie vers le haut sur plusieurs dizaines de mètres de longueur. Sa coupe révèle un talus de forme écrasée (une quarantaine de centimètres de hauteur au maximum) avec un sommet arrondi et des flancs en pente douce). C’est là, bien entendu, le vestige laissé par l’érosion d’un talus artificiel plus important dont la forme d’origine et les dimensions nous échappent.

62Le talus est formé par la superposition de plusieurs remblais de matériaux différents rapportés.

Structure du talus

63La base du talus est faite de plusieurs couches juxtaposées (fig. 88).

64Dans la partie occidentale, sur le cailloutis de désagrégation (Us 7401), un remblai d’argile pure de couleur jaune clair (Us 7406) renferme quelques tessons informes de céramique non tournée de Provence, de petits charbons dispersés et quelques cailloux colluviaux dans sa partie supérieure (Us 7405). Cette argile est identique à celle qui remplit le fond du fossé FS1 voisin (Us 7302).

65Sur plusieurs mètres carrés, dans la partie orientale du talus, toujours sur le cailloutis de l’Us 7401, le remblai d’argile est remplacé au même niveau par une couche horizontale (Us 7404) de cendre épaisse de 0,20 mètre ou davantage parfois, de couleur gris clair, très riche en petits morceaux de charbon de bois, en débris d’os et en tessons. Ces derniers ne sont pas usés par les agents atmosphériques mais présentent des bords francs. Ils appartiennent à des vases différents (principalement des urnes, des cruches et des jattes). Les fragments ne sont jamais en connexion. L’ensemble constitue un lot à la datation remarquablement homogène de céramiques non tournées régionales. On note parmi elles la prépondérance de la céramique non tournée de Provence (urnes de type U4b fabriquées entre 550 et 250 av. J.-C., jattes, couvercles), suivie par la céramique non tournée des rives de l’Etang de Berre (CNT-BER) : urnes de type U1 fabriquées entre 475 et 250 ; cruche de type A4 produites entre 475 et 350 av. J.-C. En revanche, les céramiques tournées font figure d’exception, avec un tesson de céramique attique à figures rouges, un de céramique grise monochrome, un bord d’amphore étrusque, deux bords d’amphore massaliète et un peu de céramique à pâte claire de Marseille. Faisant exception sur le plan chronologique se retrouvent aussi, quoique très rarement, des fragments de céramique non tournée des Alpilles (CNT-ALP) du Ier s. av. J.-C., qui sont donc des inclusions postérieures. Cette couche de cendre est en fait un remblai emprunté au début du Ier s. av. J.-C. à un habitat proche datant du V e siècle, peut-être rencontré lors du creusement des fossés.

66Davantage vers l’est et toujours au même niveau, la cendre se mélange progressivement à de la terre marron clair (Us 7409), puis finit par disparaître. La céramique de cette nouvelle Us est presque exclusivement faite à la main. Elle est très usée. Il s’agit principalement de fragments de jattes et de couvercles dont les formes n’ont guère changé pendant tout l’âge du Fer. Les tessons un peu plus utiles pour dater sa formation sont très rares et de datations diverses : un fragment d’urne CNT-PRO U4b (fabriqué entre 550 et 250), et, pour les IIe-Ier siècles, une imitation de lopas gréco-italique et un tesson de petite urne à pâte gris clair. La formation de cette unité stratigraphique est donc tardive et il ne peut s’agir que d’un remblai rapporté.

67La moitié supérieure du talus (Us 7403) est constituée par un amas de terre et de débris de roche aux formes anguleuses, et par quelques petits blocs. Ces divers éléments proviennent vraisemblablement du creusement des fossés et deviendront par la suite leur principale source de comblement. De la terre colorée par l’humus forme les dernières couches (Us 7407 et 7402) observables au sommet actuel du talus. Elles se différencient les unes des autres par leur teneur en humus (couleur marron plus ou moins claire) et par la densité plus ou moins grande de cailloux colluviaux isolés. Il est difficile de déterminer si l’Us 7407 s’est progressivement formée sur place ou si elle a été rapportée.

Tableau de comptage et analyse de la céramique par Us

Catégorie

7402-7407

7403-7405

7404

7406

7409

Total Catégorie

AT - FR

1

1

GR - MONO

1

1

A - MAS

7

3

10

A - ITA

1

2

3

CAMP - A

1

1

CAMP - B

1

1

CL - MAS

1

6

7

CL - REC

1

1

DOL

17

26

14

2

9

68

Gros vases à provisions

15

15

CNT - PRO

73

195

230

12

68

578

CL - MAS

1

CNT - BER

73

73

CNT - ALP

5

3

8

Total Us

99

224

350

14

80

767

68En même temps que des débris de cuisine, toutes les unités stratigraphiques ont livré des fragments de céramique, mais de façon plus ou moins abondante. Les plus riches sont placées à la base du talus (Us 7403-7405 et couche de cendre 7404).

69Les céramiques non tournées de Provence (CNT-PRO) prédominent de façon écrasante dans toutes les unités stratigraphiques par rapport aux autres catégories, alors que les céramiques d’importation sont extrêmement rares.

  • 111 Un bord d’amphore étrusque A-ETR 1.2 (625-575 av. J.-C.), retrouvé dans les déblais provenant de (...)

70Pour la fin du premier âge du Fer et le début du second, la céramique attique à figures rouges, la céramique grise monochrome et les amphores de Marseille (avec notamment un bord bd1 produit entre 550 et 500 et un bord bd2 entre 500 et 450) font figure d’exception111. Ces datations sont confirmées par la présence importante, uniquement dans l’Us 7404, de la céramique non tournée des ateliers des rives de l’Étang de Berre (CNT-BER) et de fragments d’urnes « rhodaniennes » CNT-PRO de type U4 (-550/-250). La période de fabrication de ces céramiques s’étend donc depuis la fin du VIe jusqu’au IV e siècle. Mais la couche qui les renferme est un remblai emprunté, vers l’extrême fin du IIe ou au début du Ier siècle avant notre ère, dans une ancienne zone d’habitat ou dans des dépotoirs. Le moment où est réalisé cet emprunt et donc celui de l’édification du talus nous est en effet indiqué par les quelques tessons de céramique non tournée des ateliers des Alpilles, en même temps que par la rareté des fragments d’amphore italique et de céramique campanienne de la fin du IIe et de la première moitié du Ier s. av. J.-C. La production des ateliers des Alpilles, qui deviendra massive dans la région au cours du Ier siècle av. J.-C., ne commence en effet qu’au début de ce siècle ou peut-être à l’extrême fin du précédent.

Interprétation

71Dans son état actuel, ce talus représente l’ultime vestige d’un agger certainement plus large et plus élevé qu’aujourd’hui et peut-être surmonté d’une palissade, que l’érosion a détruit après l’arrêt de son entretien. Certaines des couches qui le constituent ont été prélevées dans des dépotoirs ou sur un lieu d’habitat voisin. Les éclats de roche quant à eux sont issus du creusement du fossé voisin, les blocs plus conséquents ayant été peut-être utilisés dans la construction du rempart.

Le fossé FS2 (fig. 89, 90)

Fig. 89. Le fossé FS2.

Fig. 89. Le fossé FS2.

Fig. 90. Coupe ouest-est du fossé FS2.

Fig. 90. Coupe ouest-est du fossé FS2.

72Le deuxième fossé rencontré en venant de l’ouest est également creusé dans le substrat calcaire (Us 7500). Il diffère du précédent par sa largeur (6 m à l’ouverture), et sa plus grande profondeur (1,90 m au maximum). La raideur de ses parois taillées dans le rocher (Us 7501) devait le rendre difficile à franchir, même pour un homme à pied.

Profil du fossé

73Il présente un double profil : une partie supérieure en V très ouvert, recreusée au centre par une tranchée en U plus étroite (moins de 2 m de largeur) dont la paroi occidentale est pratiquement verticale. Il n’en est pas de même à l’est en pente régulière depuis le bord supérieur jusqu’au fond du fossé.

74La profondeur totale avoisine les deux mètres. L’obstacle ainsi créé n’est certes pas infranchissable. Mais la remontée vers le rempart est considérablement ralentie par cette pente très raide, d’autant plus qu’elle ne présente pas de ressaut vertical permettant de se mettre à couvert de tirs venus du sommet de la courtine.

Remplissage du fossé

75La stratigraphie est pratiquement la même que celle du premier fossé FS1, tant par la succession des niveaux que par la nature de leurs sédiments respectifs qui proviennent de l’érosion de l’agger A2 voisin et du manteau colluvial des environs.

76Le fond du fossé est colmaté par une couche d’argile compacte (Us 7502, ép. 0,50 m) de couleur jaune beige, très riche en petits charbons de bois dispersés dans toute sa masse. Comme pour l’Us 7302 du fossé FS1, les matériaux de ce dépôt sont venus de l’extérieur du fossé. Une accumulation d’argile identique (Us 7604) forme en effet l’essentiel de l’agger A2 voisin.

77Une couche de cailloux anguleux (Us 7503, ép. max. 0,40 m) d’origine colluviale est venue recouvrir ce dépôt argileux. Puis se sont ensuite accumulés successivement une nouvelle couche de terre argileuse de couleur marron beige (Us 7504, ép. max. 0,35 m), de la terre brun clair avec un peu d’humus (ép. 0,20 m) et des cailloux colluviaux (Us 7505), un horizon de terre argilo-calcaire moins compacte (Us 7506), et enfin en surface de la terre arable brun clair peu épaisse recouvrant un mince lit de cailloutis colluvial (Us 7507).

Comptage et analyse de la céramique

78La céramique retrouvée est très rare. L’Us 7502 a seulement livré une petite quantité de petits débris osseux et quelques tessons :

  • 1 tesson de céramique claire récente à pâte jaune clair caractéristique des cruches CL-REC. 3a et 3b datées entre 125 et 1 av. J.-C.

  • 1 tesson de commune italique à pâte rouge de structure granuleuse, probablement une olla de forme COM-IT.1 ou une cruche de forme 2 des IIe-Ier s. av. J.-C.

  • 3 tessons informes de dolium.

  • 9 tessons non identifiables de céramique non tournée de Provence.

79Les éléments de datation sont donc très insuffisants, mais la présence de céramique commune italique et de céramique claire récente indique un début de remplissage tardif dans le courant du Ier s. av. J.-C., sans pouvoir préciser davantage. Le creusement de ce fossé est probablement contemporain de celui qui le précède (FS1), à la charnière entre le IIe et le Ier s. av. J.-C.

L’agger A2 (fig. 91, 92)

Fig. 91. La partie orientale de l’agger A2 vue en coupe.

Fig. 91. La partie orientale de l’agger A2 vue en coupe.

Fig. 92. Coupe ouest-est depuis l’agger A2 jusqu’au parement MR8009 du rempart R1.

Fig. 92. Coupe ouest-est depuis l’agger A2 jusqu’au parement MR8009 du rempart R1.

80À l’est du fossé FS2, le profil du terrain demeure tout d’abord proche de l’horizontale sur plusieurs mètres. La stratigraphie est très simple. Le substrat rocheux est dissimulé par une couche de cailloutis de désagrégation, elle-même recouverte par la terre humique de la surface.

81Le sol se relève ensuite pour former une butte peu élevée qui correspond aux vestiges d’un deuxième agger, suivi plus à l’est par un troisième fossé (FS3) aux dimensions moindres que celles des précédents.

Structure du talus

82Il est constitué par plusieurs couches superposées de matériaux différents.

83Le substrat rocheux de calcaire crétacé (US 7600) est interrompu par un banc vertical d’argile jaune (Us 7602) portant en surface les traces d’un petit foyer (zones rubéfiées, nombreux charbons et quelques tessons éparpillés tout autour).

84La surface du rocher (Us 7601), d’abord subhorizontale, commence à se relever vers l’est. Elle est recouverte par endroits d’un lit peu épais mais compact de cailloux calcaires dus à la désagrégation sur place de la roche (Us 7603.1).

85Cette pente ascendante du rocher se poursuit en formant un dos de terrain peu élevé (h. actuelle 1,0 m). Le noyau du talus est constitué par un amas rapporté (Us 7603.2) de terre et de cailloux de petit calibre (moins de 0,10 m) provenant du creusement du fossé FS3, surmonté par un lit de cailloux plus gros (Us 7603.3) et une couche rapportée d’argile jaune très compacte (Us 7604). Le pendage de ces deux niveaux est fortement descendant vers l’intérieur du fossé FS3 contigu, ce qui confirme que le talus et le fossé sont bien contemporains.

Tableau de comptage de la céramique par Us

Catégorie céramique

Us 7602

Us 7604

Us 7605

A - ITA

1

A - MAS

1

Gros vase à provision

1

CNT - PRO

11

8

86L’édification du talus est difficile à dater, compte tenu de cette pauvreté en céramique. Le tesson d’amphore italique et ceux d’urne CNT-PRO suggèrent cependant une fourchette chronologique comprise entre le dernier tiers du IIe siècle et le premier quart du Ier siècle av. J.-C.

Le fossé FS3 (fig. 92)

87Son aspect est celui d’une tranchée relativement étroite (1,50 m environ à l’ouverture) creusée dans le substrat rocheux sur seulement 1 mètre de profondeur, avec des parois presque verticales et un fond plat (largeur 0,80 m). La cavité est toutefois rendue plus sensible par les aménagements défensifs plus élevés (agger A2 et mur MR7711) qui l’encadrent.

88Deux niveaux successifs d’une argile jaune très homogène (Us 7605.1 et 2) sont venus le combler entièrement. L’hypothèse de briques d’adobe ayant pu couronner le mur voisin R154, tombées dans le fossé lors de sa destruction ou après son abandon et plus ou moins « fondues » par l’érosion, ne paraît pas assurée, leur forme ne se distinguant pas à l’intérieur de la couche. En revanche, cette argile est absolument identique à celle de l’Us 7604 qui constitue la majeure partie de l’agger voisin.

  • 112 Cf. infra, § 3.

89Comme on le verra plus loin112, on manque d’arguments pour déterminer si le fossé a été comblé au moment de l’édification de l’agger A2 voisin ou à la suite de son abandon et de sa destruction par l’érosion, ce qui pose un problème de chronologie relative pour la mise en place des divers éléments du système de défenses avancées.

Le talus d’éboulis du rempart (fig. 92)

90Les dernières défenses avancées (mur MR7711 et fossé FS4) sont enfouies sous un énorme talus de terre et de pierres accumulé contre le parement extérieur du rempart, provenant de la destruction de sa partie haute.

91Haut de plusieurs mètres contre le parement, ce talus d’éboulis descend en pente forte vers l’ouest. Les premiers matériaux résultant de la destruction des superstructures du rempart (de la terre argileuse et des blocs de calibre variable) sont venus surmonter le comblement du fossé FS4, puis se sont accumulés derrière les ruines du mur MR7711. Leur volume considérable implique à cet emplacement une élévation du rempart beaucoup plus importante (2 à 3 mètres supplémentaires) que sa hauteur actuelle.

  • 113 Cf. supra, 3e partie, chap. 7, § 3.

92Par suite de la profondeur trop grande de la tranchée et de l’instabilité de ses parois, il nous était interdit d’y descendre. La stratigraphie précise des couches inférieures (beaucoup de terre contenant des blocs isolés) n’a pu être relevée. On a seulement pu observer, sans pouvoir les dater, trois niveaux géologiques superposés (Us 7704, 7703 et 7702113) à la surface desquels est bâti le parement extérieur du rempart voisin et, au pied de ce dernier, une couche archéologique (Us 7705) recouvrant la surface (Us 7701) du substrat calcaire (Us 7000). Aucune brique de terre crue n’a été remarquée.

93La disposition des couches composant le talus s’explique par les étapes successives de la dégradation naturelle de la fortification après l’arrêt de son entretien. Toutes présentent un fort pendage vers l’ouest. On y remarque à différentes hauteurs des couches de blocs (7706.1 et 7706.3) de calibre souvent important (0,40-0,50 m et parfois davantage) qui proviennent des murs (MR7711 et rempart voisin). Ces blocages alternent souvent avec des accumulations terreuses se présentant sous forme de lentilles (Us 7706.2) ou de lits plus étendus (Us 7707). L’ensemble est recouvert par la terre de la surface du terrain (Us 7708) colorée par l’humus et remplie de racines. La nature variée des matériaux composant l’ensemble du talus indique que la partie supérieure du rempart était faite, du moins à cet emplacement, de pierres de dimensions souvent considérables et de terre utilisée comme liant ou dans les blocages internes.

  • 114 Cf. supra, 1ère partie, chap. 4, § 4 et 5.

94Les divers niveaux de l’éboulis sont très pauvres en céramique, si ce n’est des morceaux de dolium et de panse d’amphore italique Dr.1, probablement réutilisés comme calage entre les blocs. De rares morceaux de molasse blanche sciée ont été trouvés dans les lits de pierre de l’éboulis. Cette roche étrangère au site a été utilisée notamment pour la couverture des bâtiments de type hellénistique du centre monumental114. Une grande dalle quadrangulaire de molasse blanche (L. 0,90 m, l. 0,50 m, ép. 0,10 m), trouvée également dans l’éboulis, doit elle aussi provenir du parement du rempart où elle était remployée.

95Ces quelques éléments de datation, si limités soient-ils, vont tous dans le sens d’une construction tardive de cette partie du rempart à l’extrême fin du IIe ou même au début du Ier s. av. J.-C.

Le mur MR7711 (fig. 92)

96L’emplacement de ce mur totalement ruiné était marqué à mi-hauteur de la tranchée par une zone bien délimitée et très bouleversée de gros blocs accumulés sur deux ou trois épaisseurs. Toutefois quelques blocs de parement étaient encore en place, permettant ainsi de connaître certaines des caractéristiques de sa base. On peut restituer avec suffisamment de certitude un mur simple à deux parements séparés par un bourrage interne de pierres. Large d’environ 2,50 mètres, il était établi sur le substrat rocheux, ses parements latéraux dominant directement les fossés FS3 et FS4 qui l’encadraient.

97Bien des questions se posent à son sujet. Pourquoi ce mur semble-t-il avoir été détruit anciennement ? On s’interroge aussi sur son tracé presque tangent à l’arrondi de la tour centrale MR8005, laquelle pour cette raison lui serait postérieure, ce qui viendrait confirmer l’idée de remaniements importants dans le système des défenses avancées. Par ailleurs, l’absence d’un dégagement en surface suffisant empêche de comprendre son rôle dans la défense et de le dater. Néanmoins, son épaisseur, sa position en avant du rempart, la proximité de la porte, sont plutôt des arguments favorables à l’hypothèse d’un avant-mur de longueur limitée destiné à ralentir les assaillants et à protéger l’entrée vers l’habitat.

Le fossé FS4 (fig. 92)

98Creusé dans le substrat rocheux au pied du parement oriental du mur MR7711, il est séparé du parement extérieur du rempart par un petit talus de 4 mètres de largeur formé par les couches de terre et de cailloutis recouvrant le substrat rocheux (Us 7702 à 7704). Il présente un profil en U (ouverture max. 3,0 m environ ; prof. max. 1,50 m) avec des parois verticales et un fond plat.

99Le fossé est comblé par des matériaux de destruction (terre et pierres), notamment dans sa partie supérieure où sont tombés des blocs provenant du mur voisin MR7711.

3. Conclusions sur les défenses avancées

100L’ensemble des défenses avancées de l’oppidum constitue un système organisé et puissant qui met en lumière la crainte persistante d’une intervention militaire.

Fonction de la double enceinte

101On a vu qu’à certains moments de son histoire, au moins durant les VIe et V e s. av. J.-C., l’habitat occupant l’oppidum s’était étendu sur deux zones distinctes séparées par le rempart archaïque enfoui sous la colline de débris du rempart R1.

102Cette situation a déjà été observée dans la région des Bouches-du-Rhône, notamment au VIe siècle sur le promontoire de Tamaris à Martigues et aussi pour l’oppidum des Mayans à Septème-les-Vallons. L’oppidum du Coussoul à Rognac semble également entrer dans ce cas de figure (Chausserie-Laprée 2005, 69). À Tamaris, chacune des zones d’habitat, nettement différenciée dans son organisation et le plan des maisons, était protégée par un rempart datant de la période de fondation de l’oppidum, vers 600 ou peu après. Sans écarter totalement une raison stratégique (« retranchement ultime en cas de crise ? »), on a préféré évoquer plutôt « une division fonctionnelle, économique ou sociale des deux quartiers ».

103En dépit de la différence chronologique, la comparaison serait tentante dans le cas des Caisses, à ceci près que l’on manque d’arguments pour l’étayer et que la datation du rempart R2 qui ferme à l’ouest l’espace N (ou « camp ouest ») n’est pas encore établie. Par ailleurs, en ce qui concerne les IIe et Ier s. av. J.-C., moment où l’oppidum est protégé par un puissant système de défenses avancées, l’extension de l’habitat dans l’espace entre les deux remparts n’est pas établie dans l’état actuel de nos connaissances.

Un système très élaboré de défenses avancées

104Bien des incertitudes demeurent encore, car la trop grande épaisseur de la colline de débris à l’approche du rempart nous prive de beaucoup d’informations. Mais les constatations déjà en notre possession autorisent une première approche.

105La muraille R2 (fig. 77 à 81) constitue la première des défenses avancées rencontrées à l’intérieur de la combe, en jouant le rôle d’un avant-mur placé très en avant du rempart principal de l’oppidum tout en se présentant architecturalement comme un rempart puissant.

106L’espace intermédiaire situé en arrière de cet avant-mur pouvait constituer une zone-tampon (fig. 76) et servir en même temps de refuge pour la population extérieure en cas de danger. Dans ce cas, le facteur militaire serait donc la raison prédominante. On peut aussi penser à une sorte de parc pour les troupeaux.

107La succession d’obstacles défensifs dans sa partie orientale (fig. 82 à 92) implique que des habitations n’occupaient pas les approches du rempart, du moins à la fin du deuxième âge du Fer.

  • 115 Fernand Benoit pensait que ce rempart était installé au sommet d’un accident naturel du relief, (...)

108L’ensemble de ce système bien organisé de défenses en avant du rempart de l’oppidum se justifie par la topographie du site, à l’extrémité d’une zone étendue et plane le rendant plus vulnérable. Ne pouvant profiter d’un avantage naturel significatif (forte pente, à-pic) pour construire la muraille (puisqu’il est désormais établi qu’elle ne surmonte pas un seuil rocheux particulièrement élevé faisant office de verrou115), on a cherché à empêcher l’assaillant de parvenir à son pied en multipliant les obstacles. On a dû pour cela procéder à des terrassements importants et créer une succession de fossés, de levées de terre peut-être pourvues d’une palissade de pieux, le tout dominé par une muraille plusieurs fois renforcée et donc très épaisse, et l’on n’a pas hésité à creuser des fossés dans le substrat rocheux, ce qui a représenté un investissement en travail considérable.

109On a pu constater précédemment qu’il existait des différences typologiques sensibles entre les différents ouvrages défensifs proches du rempart, que l’on peut regrouper en deux ensembles distincts. Les deux fossés FS1 et FS2 associés aux agger A1 et A2 constituent à l’ouest un premier ensemble. Caractérisés par des largeurs notables et pour le second fossé une profondeur importante, ces ouvrages étaient notamment destinés à gêner la progression des engins de siège. Plus à l’est, les deux autres fossés (FS3 et FS4) de largeur et de profondeur moindres encadrant un gros mur (MR7711) semblent former non loin du pied du rempart un ensemble de nature différente.

Deux périodes de réalisation ?

110Par suite de ces différences typologiques, on doit s’interroger sur l’existence éventuelle d’un décalage chronologique plus ou moins important entre les deux ensembles décrits ci-dessus. Pour le moment, faute de fouilles plus importantes et de données chronologiques suffisamment nombreuses et précises, on ne peut que formuler un certain nombre de remarques en s’appuyant sur les règles de la poliorcétique et la logique architecturale.

111On doit tout d’abord éliminer la possibilité de fossés creusés à proximité immédiate de la base du parement du rempart, cela afin de ne pas compromettre sa solidité.

112L’idée d’un rempart précédé dès l’origine par l’ensemble des défenses avancées actuellement reconnues ne paraît pas recevable. Plusieurs arguments vont en effet dans ce sens.

113Aux VIe et V e s. av. J.-C, la distance entre le rempart archaïque et les fossés les plus éloignés aurait excédé la portée des armes de jet individuelles. L’agger A1 et les fossés FS1 et FS2 n’existeraient donc pas encore.

114À la fin du deuxième âge du Fer, le fossé FS4, qui est pratiquement tangent à la tour monumentale, aurait constitué un non-sens architectural en affaiblissant la muraille. Les défenses avancées antérieures (FS3, MR7711 et FS4) sont donc déjà supprimées.

115Dans ces conditions, on doit envisager la possibilité d’une réalisation séparée des ouvrages au cours de deux des périodes de l’histoire de l’oppidum (fig. 93).

Fig. 93. Les deux phases de mise en place des défenses avancées : a- fin VIe - début V e s. av. J.-C. ; b- fin IIe - début Ier s. av. J.-C.

Fig. 93. Les deux phases de mise en place des défenses avancées : a- fin VIe - début V e s. av. J.-C. ; b- fin IIe - début Ier s. av. J.-C.

Période 2 (VIe-IV e s. av. J.-C.)

116Le rempart ancien est précédé à une distance notable par un avant-mur (MR1711) encadré par les fossés FS4 et FS3 et peut-être précédé par l’agger A2.

Période 4 (IIe/début du Ier s. av. J.-C.)

117Comme cela a été démontré précédemment (cf. supra, chap. 7), le rempart a été considérablement élargi au cours des siècles par l’ajout de parements successifs et d’une tour monumentale, ce qui a fortement réduit la distance séparant son parement extérieur le plus récent (MR8009) et les défenses avancées antérieures. Ces dernières sont alors détruites. L’avant-mur MR7711 est rasé, ses matériaux servant à combler le fossé FS4.

118De nouveaux ouvrages défensifs plus éloignés du rempart sont aménagés plus à l’ouest, deux importants fossés (FS1 et FS2) encadrant un nouvel agger (A1). Ce système est précédé par la zone des quartiers de roche.

119L’organisation de l’ensemble du système défensif à la fin de l’âge du Fer semble donc traduire une réalisation en deux étapes séparées par plusieurs siècles, chacune correspondant à une des périodes de l’histoire de l’oppidum, les VIe -IV e s. av. J.-C. (Période 2) et les IIe-Ier s. av. J.-C. (Période 4). Le rempart archaïque aurait été précédé au début du second âge du Fer par un avant-mur encadré par deux fossés (FS3 et 4) et par un agger. Beaucoup plus tard, ce dispositif aurait été renforcé par de nouveaux fossés (FS1 et 2) séparés par un nouveau talus défensif (A1), l’ensemble étant plus éloigné du rempart afin d’arrêter la progression des béliers.

120On peut également considérer que ce système défensif a été réorganisé à la fin du deuxième âge du Fer dans un temps assez court (probablement entre 125 et 75 av. J.-C.) pour tenir compte des transformations architecturales du rempart au cours des siècles, de l’évolution de la poliorcétique et surtout de la menace d’un danger potentiel. La région connaît alors un climat de forte insécurité, causée notamment par des interventions militaires romaines et les dernières révoltes gauloises (Bats 2013).

121Toutefois le processus progressif de la « romanisation » accompagnant l’établissement de la pax romana va entraîner assez rapidement le déclin de l’oppidum et l’abandon de ses fortifications. Le comblement des fossés commence dans le courant du Ier s. av. J.-C., ce qui montre qu’ils ne sont plus utiles et qu’on a cessé de les entretenir. Il est déjà totalement terminé au milieu du Ier s. ap. J.-C.

Notes

104 La restitution de la tour protégeant la porte à recouvrement sur la figure 79 est hypothétique, car elle a été établie à partir de plusieurs quartiers de roche isolés encore en place.

105 Pour la phase ancienne de la fortification, cf. supra, chap. 1.

106 Les traces de ce chemin sont encore visibles aujourd’hui sur les photographies aériennes (voir la figure n° 82).

107 Le terme « argile bariolée » (ou argile versicolore d’après la notice de la carte géologique) est ici employé pour désigner ces argiles dégagées au fond de la combe par l’érosion de la voûte de l’anticlinal. Elles ont été utilisées pour la construction des remparts de la fin du premier âge du Fer (cf. supra, 2e partie).

108 Fernand Benoit a identifié en 1936 les fragments de céramique à vernis noir retrouvés comme de la céramique attique, et ceux de 1939 comme de la céramique campanienne. Il était trop bon connaisseur en céramique pour s’être trompé dans ses identifications et avoir changé d’avis entre les deux dates. Ces vestiges ont aujourd’hui disparu, mais nous avons nous-mêmes trouvé en 2010 dans les remblais constitutifs de l’agger A1 quelques tessons de céramique attique mais aussi de campanienne.

109 Voir aussi sur Pech Maho Gailledrat, Beylier 2009 et Gailledrat, Solier 2004.

110 La note 5 rappelle la thèse de P. Moret (Moret 1996, 226-227) selon laquelle les chevaux de frise de l’âge du Fer n’étaient pas conçus contre des cavaliers, mais contre des troupes à pied. La même idée est également exposée dans Moret 2003, 11-13 : « Dans la péninsule ibérique, les chevaux de frise sont toujours placés au pied du rempart, dans la portion immédiate du glacis ; quand il existe un fossé, on les trouve au revers de la contrescarpe, parfois même entre l’escarpe et la courtine, ou encore sur la berme qui sépare deux fossés. Ainsi, soit ces chevaux de frise sont matériellement hors de portée d’un cheval, pour qui les fossés sont des obstacles irrémédiables, soit ils occupent des aires directement battues par les défenseurs, où un homme monté ne s’aventure jamais : on ne se lance pas à cheval à l’assaut d’une muraille haute de plusieurs mètres ! ». L’auteur envisage en même temps le problème de l’origine des chevaux de frise des castros de la Meseta espagnole, localisés seulement dans la moitié nord de l’Espagne. La seule exception connue en dehors de cette zone géographique est le site d’Els Vilars (Lleida) en pays ibérique, avec un glacis planté de « chevaux de frise » en pierre au pied du rempart.

111 Un bord d’amphore étrusque A-ETR 1.2 (625-575 av. J.-C.), retrouvé dans les déblais provenant de la tranchée, peut être ajouté à cette liste.

112 Cf. infra, § 3.

113 Cf. supra, 3e partie, chap. 7, § 3.

114 Cf. supra, 1ère partie, chap. 4, § 4 et 5.

115 Fernand Benoit pensait que ce rempart était installé au sommet d’un accident naturel du relief, pour lequel il employait dans les brouillons de ses rapports les termes de « monticule naturel », « soulèvement de terre » et « repli de terrain ». En fait, en ce qui concerne le centre et le sud de ce rempart, le substrat monte en pente modérée er régulière depuis le « camp ouest » mais il ne présente pas d’accident notable ni de rupture de pente sensible.

Table des illustrations

Titre Fig. 76. Plan d’ensemble des défenses avancées précédant le rempart R1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 77. Vue aérienne ouest-est du rempart R2 et du « camp ouest ».
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 78. Le rempart R2 après l’incendie de juillet 1999.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 79. Relevé des vestiges du rempart R2 après son débroussaillage et hypothèse de restitution de sa porte à recouvrement.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 80. Vue vers le nord des vestiges du rempart R2 après son débroussaillage en 2013.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 81. Ancien sondage clandestin ayant mis en évidence l’emplacement du parement extérieur du rempart R2. Vue SO-NE.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 82. Vue aérienne du rempart R1 précédé par la zone des quartiers de roche. Les différences de couleur de la végétation rendent perceptibles le tracé de certains fossés et de l’ancien chemin d’accès.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 83. Vue d’ensemble vers l’ouest des défenses avancées mises en évidence par la tranchée de fouille.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 84. Coupe ouest-est des défenses avancées et des éléments défensifs successifs du rempart R1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 85. Le fossé FS1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Fig. 86. Coupe ouest-est du fossé FS1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 87. Vestiges de l’agger A1. La couche de cendre 7404 est visible en coupe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 88. Coupe ouest-est de l’agger A1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 89. Le fossé FS2.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Fig. 90. Coupe ouest-est du fossé FS2.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 91. La partie orientale de l’agger A2 vue en coupe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 92. Coupe ouest-est depuis l’agger A2 jusqu’au parement MR8009 du rempart R1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 93. Les deux phases de mise en place des défenses avancées : a- fin VIe - début V e s. av. J.-C. ; b- fin IIe - début Ier s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11728/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search