Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Troisième partie. Le système défensif de l’oppidum à la fin du second âge du Fer (IIe-Ier s. av. J.-C.)

Présentation

Texte intégral

Un puissant rempart précédé par des défenses avancées (fig. 42, 68, 76)

1À la fin du IIe et durant la première partie du Ier siècle avant notre ère, l’accès principal vers l’habitat de l’oppidum depuis l’intérieur de la combe est contrôlé par un puissant rempart (R1, chap. 7 et 10), ouvert par une porte (chap. 9) dont le couloir d’entrée est protégé par une chicane courbe et contrôlé par une « salle de garde ». Cette fortification, pièce maîtresse du système défensif, est précédée par un ensemble de fossés et de talus (chap. 8), et par un premier rempart (R2) à plusieurs centaines de mètres de distance (chap. 8, § 1). Ce dernier contrôle l’entrée dans un vaste espace intermédiaire entre les deux remparts (« le camp de l’ouest », chap. 8, § 2) qui constitue une basse-cour pouvant servir de refuge à la population extérieure en cas de nécessité.

Des ouvrages secondaires

2Ce système est complété par de petits ouvrages défensifs permettant de contrôler l’approche ou de défendre des accès secondaires. Ces ouvrages interdisaient en même temps toute possibilité de progresser sur les barres rocheuses afin de surplomber les défenseurs.

La hauteur septentrionale

3Le rempart, si puissant était-il, n’aurait eu qu’une utilité réduite dans le cas où l’ennemi serait arrivé à prendre pied sur la hauteur surplombant son extrémité septentrionale. Ses constructeurs, qui l’avaient bien compris, ont donc choisi de faire se terminer le parement du bastion triangulaire situé à l’extrémité nord du rempart R1 au bas d’une profonde et large crevasse entaillant le flanc du mamelon (fig. 69). Cette entaille, à l’origine probablement d’origine naturelle, correspond à une cassure transversale opérée par le jeu des forces tectoniques. Les agents atmosphériques ont sans doute profité de cette zone de faiblesse dans la roche pour l’élargir. L’obstacle, difficile à franchir et exigeant de bonnes capacités d’escalade, présentait un intérêt défensif que l’on a su mettre à profit, peut-être même après l’avoir approfondi et élargi pour renforcer sa capacité d’arrêt.

4Cette crevasse débouche au sommet du mamelon sur une petite plateforme qui domine au nord le versant escarpé descendant vers le vallon de Cagalou. C’est là le point culminant du site. Il constitue un excellent point d’observation à partir duquel on peut observer sur 360 degrés les régions périphériques jusqu’à perte de vue. L’emplacement contrôle à la fois la montée sur le versant nord par une vire escarpée débouchant sur le « camp de l’ouest » par un petit col (fig. 6), et la progression d’agresseurs éventuels sur la crête. La présence d’un petit ouvrage fortifié ou d’une tour paraît donc logique, mais l’endroit n’a pas encore été fouillé. Plusieurs murs affleurent au milieu des broussailles. L’un d’eux, un pierrier allongé dominant la pente, large de plus de 2 mètres, pourrait correspondre à un petit élément de muraille.

L’éperon oriental

5Plus à l’est, l’oppidum se termine par un éperon rocheux dont le sommet était barré par un petit rempart peut-être dominé par une tour visible de loin (fig. 6, 9, 12). Son emplacement est encore marqué par une accumulation de blocs. Plusieurs murs étagés successivement permettaient de stabiliser la construction au sommet d’une pente très raide.

La poterne de « l’entrée orientale »

  • 89 Fernand Benoit, Oppidum des « Caisses » et sépulture de la Tène II à Mouriès. Texte dactylographi (...)

6Cet ouvrage, destiné à contrôler le seul passage permettant de communiquer aisément avec le faubourg des Petites Caisses, est aujourd’hui presque totalement ruiné. À cet emplacement, la barre rocheuse méridionale, jusque là infranchissable, s’abaisse rapidement vers un seuil d’une dizaine de mètres de largeur avant de reprendre de la hauteur (fig. 6). Cette ouverture naturelle a été obstruée par un petit rempart aujourd’hui totalement écroulé sur place. Il possédait vraisemblablement une poterne protégée du côté sud, sur la pente descendante, par un espace clôturé par un autre mur. Cet aménagement n’avait pas échappé à Fernand Benoit qui écrivait dès le début de son intervention sur le site en 193389 « L’entrée orientale, assez abrupte, est défendue par un étroit défilé, où l’on observe encore la trace d’un chemin, quelques marches en gros blocs taillés ». Aujourd’hui, l’érosion a fait disparaître tout vestige du chemin et des marches. Mais elle a dégagé un mur d’un mètre d’épaisseur qui descend en biais. Il se raccorde à une corniche rocheuse allongée vers l’est sur plusieurs dizaines de mètres, qui lui servait alors de fondation comme en témoignent des restes de mur encore en place. On peut les interpréter comme les vestiges du mur de soutien d’une rampe d’accès, ou comme le mur de clôture d’un espace formant sas devant la poterne. Gisant sur la pente, un grand linteau taillé dans un bloc de molasse jaune et possédant une feuillure sur une de ses arêtes témoigne de la présence d’une porte.

Notes

89 Fernand Benoit, Oppidum des « Caisses » et sépulture de la Tène II à Mouriès. Texte dactylographié, été 1933. Fonds Fernand Benoit, Fondation Flandreysy-Espérandieu, Palais du Roure, Avignon.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search