Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Deuxième partie. Les fortifications de l’oppidum à la fin du premier âge du Fer et au début du second (VIe-Ve s. av. J.-C.)

Chapitre 6. Habitat et tertre de cendres accolés au rempart archaïque

Texte intégral

1. Les constructions du V e s. av. J.-C.

1Trois pièces quadrangulaires ont été mises au jour à côté des remparts archaïques. Elles appartiennent à un ensemble architectural établi selon un axe N-S qui s’écarte nettement de l’axe NN0-SSE des deux remparts successifs du premier âge du Fer (fig. 61).

Fig. 61. Plan de l’habitat du V e s. av. J.-C. voisin du rempart archaïque dans la zone Z06 et indication (en gris) de la partie fouillée du tertre de cendre.

Fig. 61. Plan de l’habitat du V e s. av. J.-C. voisin du rempart archaïque dans la zone Z06 et indication (en gris) de la partie fouillée du tertre de cendre.

2Au nord de la zone fouillée, deux de ces pièces sont juxtaposées, mais ne communiquent pas entre elles. Leur mur de fond a été édifié en bordure des vestiges du parement intérieur du premier rempart MR6437. Les solins des murs, épais de 0,55 mètre en moyenne, sont faits de blocs de calcaire froid local liés par une terre de couleur brun rouge très friable. La surface des espaces quadrangulaires ainsi créés ne dépasse pas à chaque fois une dizaine de mètres carrés.

3Un espace non encore fouillé sépare ces deux pièces de la troisième, qui est décalée vers le sud-est et ne paraît pas s’être appuyée sur le rempart.

  • 85 Pour davantage de détails sur la stratigraphie, se reporter à l’annexe 2 en fin de chapitre. Seul (...)

4Le dépôt de nouvelles couches de matériaux provenant de l’érosion du rempart est la cause probable de l’abandon de ces pièces85.

La pièce nord (secteurs 3 et 5)

5Cette pièce au plan trapézoïdal, limitée par les murs MR9 au nord (fig. 62), MR8-11 à l’est et MR10 au sud, est de faible dimension (Long. est-ouest 3,25 m ; larg. nord-sud 2,5 m) et sa superficie dépasse à peine 8 m2. Les murs sont faits de blocs de calcaire local liés à la terre. La hauteur actuelle du mur MR10 est de l’ordre du mètre, ce qui constitue une particularité architecturale inhabituelle pour des cloisons de l’âge du Fer, où généralement les solins sont assez bas (0,40 à 0,60 m). Ce mur, qui comprend encore 7 assises, était probablement encore plus haut, si l’on tient compte des nombreux blocs (Us 6517) provenant de l’effondrement de son élévation à l’intérieur de la pièce. De la même façon, l’effondrement du mur nord MR9 est indiqué par un lit de blocs et de pierrailles (Us 6335) affleurant son sommet. Une partie du mur oriental de la pièce, où se trouvait probablement l’entrée, a été perturbée à la fin de l’âge du Fer par le creusement d’une grande fosse (FS1) destinée à enterrer un dolium. En revanche, d’autres murs (MR11 par exemple) correspondent à des solins dont la hauteur ne dépasse pas quelques dizaines de centimètres de hauteur.

Fig. 62. Angle nord-est du mur MR9 d’une pièce du V e s. av. J.-C. recouverte par le tertre de cendres (Zone Z06, secteur S3, vue est-ouest). À gauche, fondation d’un des murs de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.

Fig. 62. Angle nord-est du mur MR9 d’une pièce du V e s. av. J.-C. recouverte par le tertre de cendres (Zone Z06, secteur S3, vue est-ouest). À gauche, fondation d’un des murs de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.

6Une surface horizontale (Us 6522), aménagée simplement en creusant et en aplanissant la couche inférieure du talus d’argile multicolore provenant de l’érosion du rempart (Us 6524) et qui commence déjà à se former avant le début de cette construction, sert de sol. À l’intérieur, les traces d’occupation sont rares (quelques tessons, dont un d’amphore massaliète, deux d’attique à vernis noir, deux de céramique CNT-BER et deux de céramique non tournée de Provence CNT-PRO ; un peu de charbon ; des débris d’os). En revanche, les vestiges deviennent plus abondants sur le sol extérieur (Us 6523), avec des charbons et de nombreux tessons d’amphore et de céramiques à pâte claire de Marseille, de céramiques non tournées de l’Étang de Berre et de Provence.

7La pièce ne comportait aucun des aménagements habituels dans une habitation de l’âge du Fer. Il peut s’agir de la dépendance d’une habitation située en dehors du périmètre fouillé, dont l’utilisation paraît avoir été assez brève. Rapidement abandonnée et vidée de son mobilier, elle sera très vite comblée par les coulées d’argile (Us 6520 et 6521) venant du rempart. Une épaisse couche de cendre rapportée (Us 6516) viendra recouvrir le tout. On retrouve toujours dans ces unités stratigraphiques les mêmes catégories de céramiques (A-MAS et A-ETR, GR-MONO, CNT-BER et CNT-PRO).

La pièce centrale (secteurs 5 et 6)

8Au sud du mur MR10, la pièce mitoyenne présente les mêmes caractéristiques : un plan quadrangulaire, une petite superficie, aucun des aménagements particuliers d’une pièce d’habitation (fig. 63, 64, 65). La porte d’entrée ouvre elle aussi vers l’est. La stratigraphie relevée est semblable à celle de la pièce précédente.

Fig. 63. Strates de cendre et d’argile fossilisant la pièce S5 du V e s. av. J.-C. (Zone ZO6, secteur 5). À gauche en hauteur, seuil d’une des pièces de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.

Fig. 63. Strates de cendre et d’argile fossilisant la pièce S5 du V e s. av. J.-C. (Zone ZO6, secteur 5). À gauche en hauteur, seuil d’une des pièces de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.

Fig. 64. Pièces du V e s. av. J.-C. recouvertes par le tertre de cendre surmonté par des pièces de la maison du Ier s. av. J.-C. (Zone Z06, secteurs 3 et 5).

Fig. 64. Pièces du V e s. av. J.-C. recouvertes par le tertre de cendre surmonté par des pièces de la maison du Ier s. av. J.-C. (Zone Z06, secteurs 3 et 5).

Fig. 65. Murs (MR21 et 22) d’une pièce du V e s. av. J.-C. accolée au rempart archaïque MR6437 (Zone Z06, secteurs 6 et 8, vue E-O). Tous les autres murs appartiennent à la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.

Fig. 65. Murs (MR21 et 22) d’une pièce du V e s. av. J.-C. accolée au rempart archaïque MR6437 (Zone Z06, secteurs 6 et 8, vue E-O). Tous les autres murs appartiennent à la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.

9Ici aussi, divers indices montrent que la destruction du rempart était déjà commencée avant que la pièce ne soit construite dans le courant du V e siècle. Les constructeurs ont estimé que l’argile accumulée à la base du talus de destruction était suffisamment stable et n’ont pas creusé de tranchées de fondation. Les murs ont donc été réalisés avec le moins possible de travaux préalables pour aménager le terrain.

10Les murs nord (MR10) et est (MR20-21) sont montés sur une surface subhorizontale qui recoupe l’argile rouge du talus (Us 6526 = 6645) et sert de sol intérieur. Des tessons d’urnes (CNT-BER) étaient dispersés à sa surface.

11La base du mur ouest (MR22) se trouve d’un côté au même niveau que la surface de ce sol, tandis qu’elle repose de l’autre sur une mince couche d’argile jaune située à la base du talus. Son parement interne est assez soigné alors que la face opposée, construite vraisemblablement en bourrage dans une tranchée creusée dans l’extrémité du talus de destruction, ne possède pas de parement véritable. Elle est surmontée par un autre mur (MR23) construit en retrait et en oblique par rapport à son parement interne.

12Quant au mur MR24 au sud de la pièce, sa base n’est pas horizontale mais posée sur la pente du talus d’argile inclinée vers l’est.

La pièce méridionale (secteur 12)

13À proximité, mais en décalage vers le sud-est, une partie d’une troisième pièce datée également du V e s. av. J.-C. a été mise en évidence dans le secteur S12 (fig. 66), sous le sol d’une des pièces de la maison du Ier s. av. J.-C.

Fig. 66. Habitation du V e s. av. J.-C. fossilisée par le tertre de cendre, lui-même surmonté par la pièce S12 de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C. (Zone Z06, secteur 12).

Fig. 66. Habitation du V e s. av. J.-C. fossilisée par le tertre de cendre, lui-même surmonté par la pièce S12 de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C. (Zone Z06, secteur 12).

14Trois de ses murs ont été en partie dégagés. Les deux premiers (MR25 et MR26) constituent l’angle nord-ouest d’une construction dont une partie est située en dehors des limites de la fouille. Le troisième (MR15), placé dans le prolongement du mur MR25, correspond à un muret plus étroit (0,35 - 0,40 m) fait de petits blocs liés par de l’argile blanche. D’abord rectiligne, il dessine ensuite un arc de cercle vers le sud, où il est interrompu par une porte.

15L’ensemble de ces structures est fossilisé par d’épaisses couches de terre cendreuse mélangée plus ou moins à de l’argile, des cailloux et des lentilles de graviers (Us 61206, 61207, 61208, 61209, 61213), puis par un lit de petits blocs, de cailloux et de petites lauzes (Us 61210). Tous ces niveaux, très riches en tessons et morceaux d’os, sont la continuation vers le sud du tertre de cendres décrit plus loin.

16À l’intérieur de la pièce, ce lit de cailloux recouvre un talus de terre argileuse rouge (Us 61211) contenant des fragments d’adobes en argile grise et des pierres liées encore entre elles par de l’argile blanche. D’autres matériaux (blocs et lauzes avec un liant d’argile blanche, grands tessons de dolium, pierres cuites transformées en chaux) forment un amas transversal (Us 61214). Ces unités stratigraphiques sont le résultat d’un double processus, les agents naturels mêlant à la fois des matériaux provenant de la destruction du rempart et d’autres provenant de la destruction de l’habitation peut-être à la suite d’un incendie.

17Dans la partie nord-est de cette pièce, au bas du muret qui la circonscrit, les vestiges d’un foyer (FY11) montrent une structure feuilletée, témoignage de plusieurs aménagements successifs. Dans la partie supérieure (Us 61215), une sole circulaire faite en fragments de lauzes minces et fortement rubéfiées était recouverte par un lit de charbon. Elle était posée sur un lit d’argile blanche (Us 61216). Au-dessous, une deuxième sole (Us 61217) était recouverte par un autre lit charbonneux. Sa surface circulaire et plane (diam. 0,60 m) est faite d’un lit d’argile durcie par le feu, étalé sur un nouveau niveau d’argile blanche et de graviers en guise de radier.

18Les quelques tessons d’urne trouvés dans le charbon sont caractéristiques de la belle production de céramique non tournée des ateliers des rives de l’Étang de Berre datée du V e s. av. J.-C.

2. Le tertre de cendres

Description

19Très rapidement après l’abandon et la destruction de l’habitat, les vestiges de ce dernier ont été ensevelis sous un vaste et épais monticule de cendres (fig. 61, 62, 63, 64, 66) qui continuera à se former pendant plus d’un siècle. On ne connaît pas son extension exacte hors des limites de la zone fouillée. Mais, à l’exception de l’emplacement occupé par les remparts archaïques, tous les niveaux archéologiques entre la couche de blocs et de cailloux résultant de la destruction du rempart MR6419 (Us 6521-6523, 6641, 61025, 61210) et les sols de plusieurs des pièces de la maison de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. contiennent de la cendre dans des proportions variables. Leur épaisseur maximale, observée au nord dans le secteur 3, est de 1,30 mètre.

20Le monticule est constitué d’une succession de strates plus ou moins épaisses, toutes avec un double pendage, du nord vers le sud selon la pente du terrain, et surtout de l’ouest vers l’est depuis le rempart. Selon leur teneur en matériaux organiques (cendre et charbon), leur couleur varie du blanc ou gris clair au brun noir, et devient brun gris rosé lorsqu’ils sont mélangés à de la terre et/ou des cailloux. Toutes renferment des quantités importantes de tessons, notamment de la céramique des ateliers des rives de l’Étang de Berre (CNT-BER), et des débris de cuisine (morceaux d’os portant souvent des traces de découpe).

21La stratification n’est pas régulière, mais très souvent entrecroisée, ce qui correspond à une série de dépôts successifs par le ruissellement séparés par des périodes d’arrêt, et de périodes d’accumulation de dépôts cendreux. Des niveaux de terre caillouteuse orangée provenant de l’érosion du rempart MR6419 (Us 6339, 6340), des lits de cailloux et de graviers (Us 6728, 6734), riches eux aussi en tessons et fragments d’os, sont souvent intercalés entre des couches cendreuses blanches ou grises (Us 6326, 6330, 6516, 6730, 6731, 6732, 6735) en formant des lits réguliers, des poches ou des lentilles argileuses de couleur bariolée (Us 6733) et plus ou moins étendues. Leur pendage descendant vers l’est indique qu’ils ont été produits par l’érosion du rempart. Les dépôts de cendre intercalaires ont donc eu lieu à de multiples reprises pendant une durée prolongée, les périodes de dépôt étant interrompues par des moments d’arrêt pendant lesquels la sédimentation naturelle reprend le dessus.

22Ces dispositions s’expliquent par un processus continu de sédimentation, l’accumulation des matériaux étant due à l’action conjuguée de deux actions différentes :

23- L’activité humaine, à l’origine des dépôts de cendre et de charbon, à l’intérieur desquels on a aussi retrouvé un petit foyer (FY12), une petite poubelle en fosse (FS10) et un petit tas d’ossements de mouton (FS09) dont la disposition montrait bien que l’animal a été préalablement consommé.

24- Les agents naturels (érosion et ruissellement) provoquant la descente et l’étalement de matériaux provenant surtout de la dégradation du rempart et, dans une moindre mesure, des murs des habitations abandonnées antérieurement.

Datation

25Ce processus d’accumulation s’est déroulé pendant une longue période, ce qui explique l’épaisseur totale (de 0,80 m au sud à 1,30 m au nord) et la structure stratifiée de cet amas. Il commence à se former très tôt au cours du V e siècle, après l’abandon de cette partie de l’habitat.

26Les couches inférieures sont riches en tessons de céramique non tournée destinée à la cuisine alors que les fragments de grands récipients de conservation (amphores massaliètes et dolia) sont beaucoup plus rares. La céramique non tournée de Provence (CNT-PRO) est bien moins représentée que la céramique non tournée des rives de l’Étang de Berre (CNT-PRO) qui abonde. L’excellente qualité des urnes (ou pots) de forme U1 est un indice de datation haute. Le degré de cuisson et la finition de leurs surfaces révèlent une maîtrise technologique qui caractérise les premiers temps de la production, au V e et au IV e siècles. Il faut insister sur le faible pourcentage des formes tournées par rapport au total de la céramique. Dans cette catégorie, les récipients destinés au service de la boisson sont bien représentés, notamment les coupes A2 à anses relevées et pied à tige que l’on date entre 475 et 425 av. J.-C. Les cruches de forme A4 de la même période sont moins fréquentes, de même que les coupes A1 sans anses imitées d’une forme de céramique grise monochrome. La céramique attique à vernis noir n’existe qu’à l’état d’un petit nombre de tessons isolés et les céramiques tournées régionales (claire massaliète et grise monochrome) sont peu courantes.

27Dans certaines couches intermédiaires (Us 61019 par exemple), on peut rencontrer de très rares tessons de céramique attique à figures rouges datant de la première moitié du IV e s. av. J.-C.

28On retrouve davantage de céramique non tournée de Provence CNT-PRO dans les couches supérieures, et une céramique CNT-BER de moindre qualité, ce qui est une des caractéristiques de cette production après 350.

29Le sommet de ce tertre n’a pas livré de céramique campanienne qui n’est présente sur le site qu’à partir du IIe siècle seulement. L’arrêt de sa formation doit se situer vers 350 ou peu après, au cours de la seconde moitié du IV e s. av. J.-C.

Interprétation

30Comment expliquer une telle accumulation de cendres au même endroit pendant une période aussi longue ? Les sites de comparaison ne sont guère nombreux et diverses hypothèses ont été avancées à leur propos pour interpréter ce type de fait archéologique.

Une explication cultuelle ?

31À Saint-Blaise dans les Bouches-du-Rhône, l’enceinte hellénistique en grand appareil du IIe siècle surmonte, sans l’avoir décapé pour atteindre le substrat rocheux, un « amoncellement de cendres formant tumulus » long de 8 mètres, large de 4 à 5 mètres et haut de 1,10 mètre. Ses strates sont remplies de débris de céramiques du VIe s. av. J.-C et de fragments d’os. Le fouilleur, Henri Rolland, frappé par le respect manifesté par les constructeurs de cette enceinte à l’égard de ce tertre, lui a attribué la fonction cultuelle d’un « autel de cendres » (Rolland 1951, 53-56), en appuyant son interprétation sur des comparaisons avec plusieurs sites grecs, comme le mont Oeta en Thessalie et le sanctuaire des divinités chtoniennes d’Agrigente en Sicile.

32Une interprétation cultuelle a été également avancée, mais avec plus de nuances, par Jean Charmasson, au sujet d’une vaste accumulation stratifiée de cendres, accolée à la base du rempart archaïque de l’oppidum de Saint-Vincent à Gaujac dans le Gard (Charmasson 1982-1986, 86 et 1993, 14). Les niveaux cendreux occupent une surface considérable (12,30 m x 8 m) et atteignent une épaisseur maximale de 1,70 mètre. On a retrouvé à différentes profondeurs pas moins de onze foyers aménagés sur un lit de pierres ou une plaque d’argile à surface le plus souvent lissée et décorée de motifs imprimés (disques et cercles concentriques, lignes parallèles, zigzags). Le matériel archéologique est considérable. Il comprend notamment des objets dont l’usage cultuel ou votif ne paraît pas faire de doute : chenets, plaquettes d’argile portant des signes géométriques gravés, vases à libations (kernoi), figurines zoomorphes, disques perlés en bronze, rondelles métalliques percées, objets de parure (fibules, bracelets, boucles d’oreille, perle de corail), anneaux, rasoir). Les ossements appartenant à plusieurs espèces animales abondent, de même que les débris de vases (plus de 1500 individus représentés). La céramique grecque (attique à figures rouges et pseudo-attique) est rare (15 individus), tandis que la céramique grecque d’Occident (grise monochrome et surtout claire à bandes peintes massaliète) est bien mieux représentée. Les amphores ne comptent qu’une vingtaine d’individus, d’origine étrusque et surtout massaliète. Mais la céramique non tournée domine de façon écrasante (1361 individus). Dans sa conclusion, l’auteur prend parti en faveur d’un « autel de cendres », « dont les rites centrés autour du foyer faisaient une place aux libations et auquel on apportait des offrandes d’origines diverses ». Mais il n’exclut pas pour autant une « utilisation fonctionnelle des lieux en tant qu’espace de vie domestique à laquelle des pratiques votives auraient participé de façon quotidienne ou intermittente ». Plusieurs interprétations ont été avancées par d’autres auteurs quant à l’interprétation à donner à ces associations de mobilier. Mais, pour certains d’entre eux (Arcelin, Gruat et al., 2003, 197-199), ce tertre de cendre entrerait dans la catégorie des « lieux dévotionnels », le lieu ayant connu une fonction cultuelle « au moins dans son premier état ».

Des vestiges provenant d’un habitat ?

33L’interprétation cultuelle du tertre de cendre de Saint-Blaise formulée par E. Rolland a été plus tard remise en question par B. Bouloumié qui y voit au contraire « une image tout à fait normale de l’occupation de Saint-Blaise à l’époque archaïque ». Il signale par ailleurs que cette structure n’a rien d’exceptionnel sur le site. Une nouvelle fouille du rempart en 1981 aurait en effet montré la présence, dans le sondage E, d’un autre « tumulus de cendres » de même type, haut de 1,20 mètre mais cette fois-ci non stratifié. On y a retrouvé également des débris de faune et de céramiques archaïques en quantité remarquable (Bouloumié 1984, 90). Ce point de vue est partagé depuis lors par P. Arcelin qui parle de « vestiges d’habitat » (Arcelin 1992, 25). Récemment, les derniers travaux dans ce secteur de la ville haute ont mis en évidence le « caractère domestique des niveaux supérieurs, dans lesquels on ne trouve associé aucun mobilier métallique ou domestique particulier » (Duval, Chausserie-Laprée 2013, 235). La fouille récente d’un lambeau résiduel du tertre épargné par la fouille ancienne a d’ailleurs montré une succession de sols argileux en relation avec une habitation voisine, séparés par des couches de cendre et de débris domestiques.

Les restes d’un grand banquet ?

34Le tertre de cendres des Sagnes (Alpes de Haute Provence) a été fouillé récemment (Garcia et al. 2007, 23-42). Lui aussi stratifié et riche en débris de céramique et d’ossements d’animaux, il aurait été édifié en une seule fois entre 250 et 150 av. J.-C. Les auteurs écartent l’hypothèse d’un dépôt funéraire et celle de débris provenant d’un habitat, et établissent des comparaisons avec des sites des Alpes orientales et centrales (Trentin, Tyrol) datant du Bronze final, et du premier ou du deuxième âge du Fer. En revanche, « …l’absence de grandes céramiques de stockage et l’abondance de céramiques destinées à la présentation des repas et des boissons » les conduisent à admettre « que ce mobilier soit le reste d’un repas ». Ainsi le tertre des Sagnes « pourrait marquer le dépôt (votif ?) des restes d’un important banquet ».

Conclusion

35En ce qui concerne l’amas de cendres des Caisses, il est difficile d’apporter une conclusion tant qu’il n’aura pas été fouillé en totalité. On doit cependant formuler plusieurs remarques et examiner les diverses hypothèses.

L’hypothèse cultuelle ?

36Pour le moment, rien ne permet d’accepter ou de refuser cette interprétation. On peut seulement faire état de l’emplacement choisi à proximité immédiate du rempart, comme à Saint Blaise ou à Gaujac. La plupart des protohistoriens admettent que les enceintes avaient pour les populations de cette période une valeur de limite sacrée. Mais l’absence d’objets pouvant avoir une fonction votive, comme c’est par exemple le cas à Gaujac, est un argument a contrario. D’autre part, cet espace, rendu inhabitable par la destruction progressive du rempart, était désormais disponible pour y rejeter des déchets de cuisine.

Les vestiges d’une série de grands banquets ?

37L’idée est d’autant plus séduisante que les débris de grands récipients de conservation, les dolia et les amphores, presque toujours bien représentés dans les habitations, sont ici très rares comme pour le tertre de Sagnes. Les vases retrouvés concernent essentiellement la préparation des repas (les urnes) et le service de la boisson (les coupes et les cruches).

38Mais, à la différence de celui des Sagnes, le tertre de Mouriès n’a pas été réalisé en une seule fois. Dans l’hypothèse du dépôt des vestiges d’un banquet, il faudrait donc admettre que ce type de rassemblement s’est répété à de très nombreuses reprises pendant une longue période. Il resterait alors à expliquer pourquoi le dépôt a toujours été effectué au même endroit près du rempart archaïque et pourquoi les amphores si nécessaires dans ce genre de réunion sont presque totalement absentes.

Un gigantesque dépotoir ?

39Certes, le rempart est alors en cours de destruction et l’habitat a dû être abandonné dans cette zone, devenue ainsi disponible pour y jeter des déchets. Il est toutefois difficile d’admettre que toute la population de l’oppidum soit venue pendant plus d’un siècle déposer les cendres de ses foyers et ses débris de cuisine uniquement en ce lieu précis, au lieu de les jeter dans la rue, comme c’est d’habitude le cas, ou de les enterrer dans des fosses. On doit par ailleurs remarquer la rareté des autres objets perdus ou brisés et jetés dans les dépotoirs, destinés à la parure (fibules, colliers, bracelets), à la toilette (rasoir, scalptorium), ou aux activités quotidiennes (fusaïoles, meules, anneaux, outils, ...). Autre fait anormal pour un dépotoir, la faible quantité de débris d’amphore et surtout de dolium dont on retrouve pourtant les morceaux en abondance partout ailleurs sur le site.

Le témoignage d’une activité artisanale ?

  • 86 Une petite activité métallurgique est attestée aux Caisses. On retrouve assez fréquemment sur l’e (...)

40Certaines activités artisanales produisent en quantité considérable des cendres et des charbons, qui sont ensuite accumulés de préférence à l’écart dans un endroit inoccupé. Mais une activité métallurgique aurait également produit en abondance des scories86 et des débris métalliques, et un atelier de potier des restes de four ou des rebuts de cuisson.

Conclusion

41Au terme de cette analyse, force est de constater que l’explication de ce tertre nous échappe pour l’instant. Nous retiendrons simplement certaines de ses particularités :

  • Sa localisation près du rempart archaïque. Certains y verront une raison cultuelle (l’enceinte étant une limite « sacrée »), d’autres une raison plus matérielle, cette zone étant devenue disponible pour rejeter des déchets après l’abandon de l’habitat à cet emplacement.

  • Le longue durée (plus d’un siècle) de son processus d’accumulation, les périodes de dépôt de cendre étant interrompues par des épisodes de sédimentation de couches de terre et de lits de blocs provenant de la dégradation du rempart.

  • La concentration quasi exclusive de cendres et de débris de repas (vaisselle de préparation et/ou de consommation, cruches et coupes à boire, reliefs osseux) au détriment des récipients de conservation (dolia, amphores, grandes urnes).

  • La fréquentation vraisemblablement collective de ce lieu.

Notes

85 Pour davantage de détails sur la stratigraphie, se reporter à l’annexe 2 en fin de chapitre. Seules ont été présentées les principales Us et celles ayant livré un matériel archéologique caractéristique.

86 Une petite activité métallurgique est attestée aux Caisses. On retrouve assez fréquemment sur l’ensemble du site des scories de fer isolées, quelques unes en forme de loupe. Mais ces vestiges sont dispersés un peu partout, sans qu’on ait retrouvé leur lieu de production.

Table des illustrations

Titre Fig. 61. Plan de l’habitat du V e s. av. J.-C. voisin du rempart archaïque dans la zone Z06 et indication (en gris) de la partie fouillée du tertre de cendre.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 62. Angle nord-est du mur MR9 d’une pièce du V e s. av. J.-C. recouverte par le tertre de cendres (Zone Z06, secteur S3, vue est-ouest). À gauche, fondation d’un des murs de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Fig. 63. Strates de cendre et d’argile fossilisant la pièce S5 du V e s. av. J.-C. (Zone ZO6, secteur 5). À gauche en hauteur, seuil d’une des pièces de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 64. Pièces du V e s. av. J.-C. recouvertes par le tertre de cendre surmonté par des pièces de la maison du Ier s. av. J.-C. (Zone Z06, secteurs 3 et 5).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 65. Murs (MR21 et 22) d’une pièce du V e s. av. J.-C. accolée au rempart archaïque MR6437 (Zone Z06, secteurs 6 et 8, vue E-O). Tous les autres murs appartiennent à la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 66. Habitation du V e s. av. J.-C. fossilisée par le tertre de cendre, lui-même surmonté par la pièce S12 de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C. (Zone Z06, secteur 12).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 490k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search