Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Deuxième partie. Les fortifications de l’oppidum à la fin du premier âge du Fer et au début du second (VIe-Ve s. av. J.-C.)

Chapitre 5. Les premiers remparts

Texte intégral

1La fouille de la zone Z06 (fig. 43), abordée par Fernand Benoit entre 1939 et 1942 (fig. 110), avait seulement affecté les niveaux archéologiques et la fortification de la fin de l’âge du Fer. Elle a été poursuivie en profondeur grâce à deux grandes coupes stratigraphiques, la première en 2006 en vidant et surtout en approfondissant l’ancienne tranchée de fouille qui avait été comblée (tranchée FB1) dans les secteurs 3 et 4 (fig. 44), et la seconde (fig. 45) pratiquée de 2007 à 2009 dans plusieurs des pièces de la maison du Ier s. av. J.-C. accolées à un mur tardif (MR6124) séparant le rempart de la fin de l’âge du Fer de la zone d’habitat.

  • 78 La terminologie utilisée pour la description des remparts est celle communément admise dans le Su (...)

2Plusieurs remparts archaïques se sont succédés sur le même emplacement (fig. 44 à 59) tout en conservant une direction générale NNO-SSE. Le plus ancien, le rempart MR6437 (état 1 de la fortification), a été rapidement détruit et remplacé par une nouvelle muraille (état 2 de la fortification), le rempart MR6419. Ce dernier a par la suite connu plusieurs états successifs. D’abord constitué par un mur simple78 à deux parements, il a été transformé plus tard en rempart à parements multiples en étant renforcé et épaissi vers l’extérieur par les ajouts successifs de nouveaux parements : MR6114 (état 3A), MR6117 (état 3B) et MR6118 (état 4).

Fig. 46. Vue axonométrique des remparts du premier âge du Fer et de leurs transformations architecturales dans la zone Z06.

Fig. 46. Vue axonométrique des remparts du premier âge du Fer et de leurs transformations architecturales dans la zone Z06.

Fig. 47. Zone 06, secteur 08. Vue d’ensemble des deux remparts archaïques MR6437 et MR6419 surmontés par les murs de la maison de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C.

Fig. 47. Zone 06, secteur 08. Vue d’ensemble des deux remparts archaïques MR6437 et MR6419 surmontés par les murs de la maison de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C.

Fig. 48. Localisation du premier rempart archaïque MR6437 (état 1 de la fortification).

Fig. 48. Localisation du premier rempart archaïque MR6437 (état 1 de la fortification).

Fig. 49. Zone Z06, tranchée FB1, secteur 04. Vestiges du premier rempart archaïque MR6437, à l’est du parement intérieur du deuxième rempart archaïque MR6419, et fossilisé sous un talus de strates d’argile superposées (Us 6432, 6433, 6434).

Fig. 49. Zone Z06, tranchée FB1, secteur 04. Vestiges du premier rempart archaïque MR6437, à l’est du parement intérieur du deuxième rempart archaïque MR6419, et fossilisé sous un talus de strates d’argile superposées (Us 6432, 6433, 6434).

Fig. 50. Zone Z06, secteur 08. Vestiges (Us 6834) de la base du premier rempart archaïque MR6437, séparés du substrat rocheux par la couche de terre 6835 et surmontés par le talus d’argile 6826. Ils sont limités à droite par le mur de parement MR22 du premier rempart et s’engagent à gauche sous le parement du second rempart archaïque 6419.

Fig. 50. Zone Z06, secteur 08. Vestiges (Us 6834) de la base du premier rempart archaïque MR6437, séparés du substrat rocheux par la couche de terre 6835 et surmontés par le talus d’argile 6826. Ils sont limités à droite par le mur de parement MR22 du premier rempart et s’engagent à gauche sous le parement du second rempart archaïque 6419.

1. Le premier rempart archaïque MR6437 (état 1 de la fortification)

  • 79 Pour des informations plus détaillées sur la stratigraphie des remparts archaïques et du talus de (...)

3Sa position stratigraphique79 en partie engagée sous le deuxième rempart archaïque MR6419 en fait la plus ancienne muraille défensive connue à ce jour sur l’oppidum.

4Bien qu’il soit très dégradé dans le secteur 4 de la tranchée FB1, l’alignement de son parement intérieur a pu être cependant déterminé à partir de quelques uns de ses blocs. En revanche, dans le sondage de la pièce d’habitation du secteur 8, les vestiges de ce parement subsistent encore, visibles sous la base du mur ouest d’une pièce du V e s. av. J.-C.

5Il semble que cette muraille ait été détruite très vite pour être remplacée par le rempart suivant MR6419 qui la chevauche en partie et dans lequel la majeure partie de ses matériaux a été vraisemblablement réutilisée. Si les vestiges de son parement oriental sont toutefois encore visibles plus bas et un peu plus à l’est que le parement intérieur du rempart suivant MR6419, les vestiges de son parement intérieur et d’une grande partie du blocage se trouvent en revanche sous ce rempart, à moins qu’ils n’aient été entièrement supprimés. La largeur de ce premier rempart est donc inconnue, mais elle devait dépasser 1,75 mètre, c’est-à-dire la largeur de sa partie actuellement visible.

Description

Structure du rempart

6Compte tenu de son état de dégradation actuel, on ne sait évidemment rien de la nature de la partie supérieure de son élévation. On peut supposer (mais sans aucune certitude), si on le compare au rempart suivant, qu’elle était construite en terre crue (adobes ou bauge ?) dont il ne subsiste cependant aucune trace. On est un peu mieux renseigné sur sa base, vraisemblablement constituée par un mur simple à deux parements montés à l’aide de blocs de calcaire crétacé local de dimensions moyennes, pratiquement bruts d’extraction, liés par une terre argileuse homogène de couleur brun clair.

7Dans le secteur 4 de la tranchée FB1, sa base était séparée de la surface du substrat rocheux (cote NGF 121,06-121,30 m) par une couche naturelle de terre brun sombre riche en humus, d’environ 0,20 mètre d’épaisseur, sans vestiges archéologiques permettant d’établir son Terminus Post Quem (fig. 49).

8La bordure orientale de la muraille est ici concrétisée par une accumulation chaotique de gros blocs (Us 6437) allongée du NNO vers le SSE, direction que le rempart suivant conservera. Cet amas correspond aux vestiges du parement oriental bouleversé lors de la construction de ce dernier dont le parement intérieur a été installé dans une profonde tranchée (Us 6438) creusée dans le remplissage intérieur de MR6437 (fig. 49). Elle était remplie de terre brune riche en humus (Us 6436) et en restes archéologiques (tessons des VIIe -VIe s. av. J.-C. ; morceaux d’os). On ne peut déterminer avec certitude la façon dont cette terre s’est accumulée. Sa teneur en humus peut correspondre à un dépôt progressif s’effectuant dans la tranchée (servant peut-être de dépotoir ?) après la destruction du rempart et l’édification du suivant. Dans ce cas, les tessons pourraient servir à préciser le Terminus Ante Quem de cette transformation architecturale. Mais il peut aussi s’agir d’un remblai de comblement prélevé en un autre endroit du site sur l’emplacement d’un habitat plus ancien.

9Dans la pièce du secteur 8 en revanche, la base (Us 6834) de la partie orientale de ce premier rempart était encore partiellement en place, matérialisée par un lit de blocs et surtout de lauzes épaisses disposées en « écailles de poisson » sur deux et parfois trois assises (fig. 50). Sa limite orientale rectiligne se trouve dans le prolongement exact de l’amas de blocs du secteur 4 (Us 6437). Le restant de la muraille, sous le rempart MR6419, n’est pas visible, mais il a été vraisemblablement détruit lors de la construction de ce dernier.

10Le lit de pierres de l’Us 6834 repose sur une épaisseur de terre (Us 6835) très compacte, de couleur brun sombre et remplie de graviers, qui recouvre le rocher calcaire. Cette couche se poursuit également sous la base du rempart postérieur voisin. Elle ne correspond pas ici à une formation naturelle masquant le substrat rocheux, mais à une véritable couche archéologique renfermant des charbons dispersés dans son épaisseur ainsi que des tessons divers datant des VIIe et VIe siècles, notamment des fragments d’amphore corinthienne avec un bord à marli horizontal (amphore A-GRE CorA1, datée entre 650 et 525 av. J.-C.), ainsi que des tessons d’une urne de type CNT-PRO U3b fabriquée entre 650 et 500.

Particularités de la construction

11À la différence des remparts suivants, aucun fragment de stèle n’est réemployé dans ce rempart. Il semblerait donc qu’à cette époque, le sanctuaire du début de l’âge du Fer n’avait pas encore été démonté et que ses stèles se trouvaient toujours sur leur emplacement initial.

12Ce rempart, comme ceux qui le remplaceront ultérieurement, n’a pas été construit en terrain plat. La section dégagée se trouve au bas d’une importante pente qui, du nord au sud, se développe entre les cotes 139,20 m NGF (au pied de l’encastrement du rempart le plus récent dans la falaise septentrionale) et 117,83 m (axe de la porte au pied de la falaise méridionale). Cette différence de niveau (21,37 m) est trop importante pour imaginer une muraille qui suive et épouse la morphologie du terrain.

13L’essentiel du rempart n’étant pas dégagé, compte tenu de sa grande profondeur sous la colline de débris qui le surmonte, on peut néanmoins faire appel aux nécessités de toute construction pour comprendre sa disposition architecturale et présenter l’hypothèse de restitution suivante. Pour que la défense du rempart soit efficace, il était en effet nécessaire que la courtine soit composée de plans horizontaux successifs, étagés et accessibles entre eux par des échelles ou des escaliers. Cette disposition implique l’existence de murs bahuts perpendiculaires à l’axe du rempart afin de contenir la poussée du massif de soutènement de chaque partie haute de la courtine au-dessus d’une partie plus basse. Si l’on considère que le seul matériau disponible localement est un calcaire crétacé revêche à la taille et permettant d’obtenir seulement des blocs mal épannelés et impropres à la transmission des charges et des poussées, on comprendra pourquoi les constructeurs des remparts ont probablement privilégié l’édification de murs bahuts successifs présentant un fruit conséquent, dotés chacun d’un double parement afin d’en renforcer la solidité.

  • 80 Cf. 3e partie, chap. 7.

14La superficie des deux sondages étant très limitée, on ne peut évidemment connaître de façon certaine le tracé général de ce rempart, et l’on doit seulement pour l’instant formuler seulement des hypothèses, comme on le verra par la suite80. On doit cependant attirer l’attention, sans pouvoir apporter une explication pour le moment, sur sa direction différente par rapport à celle du rempart de la fin de l’âge du Fer.

Datation

15Le Terminus Post Quem est représenté par les tessons de l’Us 6835 qui a livré des fragments d’amphore corinthienne avec un bord à marli horizontal (A-GRE CorA1, -650/-525), ainsi que des tessons d’une urne CNT-PRO U3b fabriquée entre 650 et 500 av. J.-C.

16Le Terminus Ante Quem est donné par les tessons de l’Us 6435, laquelle renfermait de l’amphore massaliète de la deuxième moitié du VIe s. av. J.-C. (d’après les caractères de la pâte très finement micacée), une cruche à pâte claire de Marseille à embouchure arrondie CL-MAS 541 (fabriquée entre 525 et 300), un tesson de céramique étrusco-corinthienne (daté entre 625 et 525), des récipients en céramique non tournée de Provence (une urne CNT-PRO U2a1, -625/-575 ; deux urnes U3, -650/-350 ; une urne U1a, -700/-600 ; une coupe C1 à surfaces bien polies). On doit aussi remarquer l’absence de céramique des ateliers des rives de l’Étang de Berre, dont la production ne commence que vers 475 av. J.-C. Cette unité stratigraphique comprend donc un matériel mélangé dont la date de fabrication est comprise entre 655 et 525 av. J.-C.

17La fourchette chronologique obtenue pour ce Terminus Post quem (entre 650 et 525) est certes trop large pour préciser le moment exact de la construction, mais elle permet d’écarter la possibilité d’un éventuel rempart du Bronze final.

18Pour obtenir le Terminus Ante Quem, on peut aussi utiliser la datation du rempart suivant MR6419 qui a été construit, on le verra plus loin, au plus tard dans le dernier quart du VIe s. av. J.-C. Il est évidemment antérieur au talus de destruction de ce dernier étudié plus loin (Us 6826) dont l’argile doit provenir de son élévation, et dont les céramiques du premier âge du Fer contenues dans son remplissage sont antérieures ou contemporaines de sa construction.

19La fourchette chronologique obtenue à partir de ces données couvre une période très large puisqu’elle s’étend de 625 à 525 av. J.-C. Le fait est d’autant plus gênant qu’il s’agit du premier rempart du site, lequel a accompagné les prémices du phénomène d’urbanisation. On manque d’arguments archéologiques pour la resserrer davantage encore. Tout au plus peut-on proposer, mais avec beaucoup de circonspection, de laisser de côté la fin du VIIe siècle, c’est-à-dire de la période de transition du début du premier âge du Fer, connue pour précéder les débuts de l’urbanisation. Il est impossible de préciser davantage à l’intérieur des années 600-525, mais il est vraisemblable que la construction du premier rempart et sa rapide destruction précèdent de peu celle du second. De même, on en est réduit seulement à des conjectures pour trouver une explication à ce remplacement.

2. Construction du second rempart archaïque MR6419 (état 2 de la fortification)

Description

La courtine

20Cette muraille d’axe NNO-SSE (fig. 44, 45, 51) est parfaitement parallèle au rempart de l’état 1 sur lequel elle empiète en partie. Son épaisseur est de 2,40 mètres à la base et de 2,15 mètres en haut de sa partie conservée.

Fig. 51. Localisation du second rempart archaïque MR6419 (état 2 de la fortification).

Fig. 51. Localisation du second rempart archaïque MR6419 (état 2 de la fortification).

21C’est un mur simple à deux parements maintenant un remplissage intermédiaire de blocs noyés dans de la terre de couleur beige clair (fig. 52), légère et pulvérulente, donc facilement entraînée par l’eau qui s’infiltre en créant ainsi de nombreuses cavités.

Fig. 52. Zone Z06, secteur 8. Les remparts archaïques MR6419 (au premier plan) et MR6437, sous les murs de la maison du Ier s. av. J.-C.

Fig. 52. Zone Z06, secteur 8. Les remparts archaïques MR6419 (au premier plan) et MR6437, sous les murs de la maison du Ier s. av. J.-C.

22Ce rempart a été dérasé uniformément (cotes NGF 122,60 m à l’ouest et 122,42 m à l’est dans le secteur 8) lors des travaux préalables à la construction de la maison à pièces multiples de l’extrême fin de l’âge du Fer. En revanche, la surface de dérasement se trouve à une cote supérieure (123 m) en dehors de cet habitat dans la partie inférieure de la tranchée FB1 (secteur 4), au nord du mur MR2. D’autre part, au même moment, cette surface de nivellement a été entamée par de profondes tranchées de fondation (Us 6423 pour MR2 et Us 6832 pour MR3) afin d’installer solidement les murs nord et sud d’une des pièces d’habitation du Ier s. av. J.-C. (S8). Par suite de ces remaniements, on ne peut être totalement assuré de la position stratigraphique de la totalité des tessons récoltés entre les blocs de cette surface. Certains d’entre eux, néanmoins, étaient probablement inclus dans le blocage intérieur du rempart.

23Dans le secteur 1A, le sommet arasé horizontalement du parement extérieur du rempart MR6419 a été anciennement mis en évidence par une tranchée étroite et peu profonde (Us 6114), peut-être pour servir de fondation au gros mur MR6124 du Ier s. av. J.-C.

24Du côté est, le parement intérieur (Us 6421) est conservé seulement sur une hauteur de 0,95 mètre. Sa base repose sur ce qui subsiste des blocs du blocage intérieur du rempart MR6437 de l’état 1, à une trentaine de centimètres plus haut que le substrat rocheux.

25De nombreux fragments de blocs en molasse blanche, de section carrée (0,30 m de côté environ) ou rectangulaire, sont remployés comme boutisses dans le parement ouest (fig. 53), ce qui n’est pas le cas du parement opposé et du remplissage interne (Us 6420) du rempart. Il s’agit de stèles ou d’éléments d’architecture analogues aux fragments lapidaires décorés de chevaux et de cavaliers découverts par Fernand Benoit en 1939 dans le parement extérieur (MR6119) du rempart de la fin de l’âge du Fer. L’une d’entre elles, brisée en deux grands morceaux disposés côte à côte, avec un sommet arrondi et des feuillures en angle droit sur les bords, est d’ailleurs très proche d’un des exemplaires déposés en 1985.

Fig. 53. Zone Z06, secteur 04. Stèles votives du début de l’âge du Fer, disposées en boutisse dans le parement extérieur du deuxième rempart archaïque MR6419. Au premier plan, vue partielle du remplissage interne de blocs et terre pulvérulente du rempart.

Fig. 53. Zone Z06, secteur 04. Stèles votives du début de l’âge du Fer, disposées en boutisse dans le parement extérieur du deuxième rempart archaïque MR6419. Au premier plan, vue partielle du remplissage interne de blocs et terre pulvérulente du rempart.

26Le calcaire froid local constitue cependant l’essentiel des matériaux utilisés dans le parement. Les blocs les plus volumineux (0,40 m, voire davantage), parfois avec une face externe retouchée à la masse, sont prioritairement remployés en carreau et en boutisse dans les parements. Les boutisses ont des queues qui dépassent souvent un mètre de longueur. Leur volume et leur poids impliquent l’utilisation d’engins de levage pour leur mise en place (dimensions moyennes : 0,80 x 0,60 x 0,50 m, volume 0,24 m3, poids 528 kg pour une masse volumique de 2,3 t/m3).

27Comme on le verra ci-après, l’étude du talus d’argile constitué par une succession de strates accumulées contre la base du parement intérieur conduit à restituer au rempart une partie haute en terre crue.

28Si la structure de ce rempart à cet emplacement nous est connue grâce à ces sondages, le tracé général de la fortification n’a pas encore fait l’objet d’autres fouilles. Mais, comme pour son prédécesseur le rempart MR6437, on peut penser que ce rempart s’élevait par paliers jusqu’à la falaise septentrionale, avec des murs bahuts transversaux épaulant les terrasses successives de sa courtine.

Le talus formé par les couches de destruction de l’élévation du rempart

29Un important talus de matériaux divers provenant de la destruction de la partie supérieure du rempart MR6419 s’est accumulé contre son parement intérieur en fossilisant les vestiges du rempart antérieur MR6437 et la tranchée de fondation remplie de terre de ce parement (Us 6435-6436, 6827). Ce talus était à l’origine encore plus important et plus haut. Mais il a été dérasé horizontalement au même niveau que le rempart lors des travaux d’aménagement de la maison à pièces multiples du Ier s. av. J.-C.

30Il est constitué par une série de strates argileuses compactes de couleur variée (rouge violacé surtout, bleu, vert, gris ou blanchâtre, jaune vif) quelquefois intercalées entre des lits de blocs ou de cailloutis et graviers colluviaux. Tous ces niveaux (Us 6422, 6431, 6433, 6434) présentent un très fort pendage descendant vers l’est. Ils renferment une petite quantité de tessons. À l’intérieur des couches se distinguent des masses de terre argileuse aux contours imprécis, individualisées par une couleur différente, sans qu’on puisse y reconnaître la forme géométrique d’adobes. L’utilisation de mottes de bauge est ici davantage probable. Compte tenu de ces particularités, une seule explication s’impose. Ces accumulations d’argile ne peuvent provenir que de la destruction progressive de la partie haute du rempart par l’érosion et le ruissellement. En revanche, il est difficile de déterminer s’il s’agit de la partie la plus importante de l’élévation ou seulement d’un éventuel crénelage accompagnant un chemin de ronde. On peut toutefois estimer que la quantité considérable encore conservée des matériaux considérés va plutôt dans le sens de la première interprétation.

31Dans le secteur 4 de la tranchée FB1, le niveau le plus haut (Us 6422), formé par un lit presque horizontal de blocs en contact direct avec le sommet conservé du parement intérieur, correspond au début d’effondrement de la partie basse de celui-ci. Les strates argileuses sous-jacentes, compte-tenu de leur disposition stratifiée et de leur pendage, paraissent le résultat de l’érosion de l’élévation en terre qui la surmontait. Le processus de destruction progressive a dû se prolonger assez longtemps, alors même qu’une construction du V e siècle (dans les secteurs 3 et 5), établie en appui sur l’extrémité orientale du talus de terre (cf. infra), était rapidement abandonnée et surmontée par un énorme amas de cendre. Cette construction sera en effet d’abord ensevelie sous une épaisseur de terre caillouteuse (Us 6336) et un lit de blocs (Us 6335) provenant de la destruction du rempart, puis par les premiers niveaux cendreux (Us 6330, 6430, 6432) intercalés entre des lits de terre et de cailloux (Us 6339 et 6340, 6431) provenant eux aussi de la destruction du rempart, et présentant une pente très forte vers l’Est.

32La partie supérieure de la stratigraphie diffère quelque peu dans la tranchée du secteur 8. La couche de gros blocs provenant de l’effondrement du parement a été totalement décaissée lors de la phase de construction des habitations de la fin de l’âge du Fer. Par ailleurs, les niveaux cendreux ne s’étendaient apparemment pas jusqu’à cet emplacement. La tranchée de fondation du parement, laissée tout d’abord ouverte, a été rapidement comblée par de la terre et de l’humus (Us 6827 = 6435), puis par des strates successives d’argile « bariolée » (Us 6826 = 6433, 6434) provenant de la partie haute du rempart. On y a retrouvé quelques tessons, notamment des morceaux d’anse appartenant à deux canthares étrusques et un fragment de grosse urne à décor peint en orange (céramique subgéométrique rhodanienne des VIe-V e s. av. J.-C.).

Les éléments de datation du rempart

33Tous appartiennent à la période s’étendant du VIIe au V e s. av. J.-C. Ils sont apportés par plusieurs entités stratigraphiques.

Le blocage intérieur (Us 6420)

34On a vu précédemment que sa surface supérieure avait été perturbée par le nivellement préalable à la construction de la fin de l’âge du Fer. Cependant, dans le secteur 4, quelques uns des tessons recueillis entre les blocs de la surface du remplissage intérieur doivent appartenir à ce dernier. Ils datent des VIIe (urnes non tournées CNT-PRO à surfaces parfaitement polies) et VIe s. av. J.-C. (notamment de l’amphore massaliète à dégraissant micacé très fin et presque invisible pouvant avoir été fabriquée avant 525 av. J.-C., et de la céramique massaliète claire récente), ce qui autorise à placer le Terminus Post Quem dans le dernier quart du VIe siècle. Cette datation est parfaitement cohérente avec les indices rencontrés dans les autres unités stratigraphiques mentionnées plus loin. La céramique CNT-BER plus tardive des ateliers des rives de l’Étang de Berre peut dans ce cas servir de Terminus Ante Quem.

Le remplissage de la tranchée de fondation (Us 6438) du parement intérieur

35Comme pour le rempart antérieur MR6437, le Terminus Post Quem est fourni par le remplissage de l’Us 6435. Tous les tessons (cruche CL-MAS 541, céramique étrusco-corinthienne datée entre 625 et 525 av. J.-C., urnes CNT-PRO du VIIe et/ou du VIe siècles) sont antérieurs à 500 av. J.-C.

Les couches de destruction du talus accolé au parement intérieur

36Dans les strates argileuses de la partie inférieure du talus, les tessons appartiennent aux VIe et V e s. av. J.-C.

37Us 6826 : divers tessons, en particulier les morceaux d’anses appartenant aux deux canthares étrusques en bucchero nero (antérieurs à 525 av. J.-C) et un fragment de CL-MAS à décor géométrique des VIe-V e s. av. J.-C. (grosse urne à décor peint en orange, avec une bande horizontale et un méandre au-dessous).

38Us 6433 : amphore grecque, grand col d’urne CNT-PRO à polissage très soigné des surfaces caractéristique des débuts du 1er âge du Fer, CNT-BER.

39Us 6434 : un fragment d’amphore A-MAS (probablement antérieure à 525 à cause de son dégraissant micacé rare et très fin) et de la céramique CNT-PRO (dont 1 bord de jatte à surface intérieure bien polie).

40Le talus se prolonge vers l’est dans les secteurs 5 et 6 avec de très rares tessons, dont 1 bord d’amphore de Samos du VIe siècle dans l’Us 6525.

41L’utilisation pour la datation de ces tessons est délicate, car il est difficile de préciser s’ils proviennent de l’intérieur du rempart détruit ou bien de l’occupation à proximité.

Les couches de cendre intercalées entre les strates argileuses

42Dans la première couche (Us 6432) accumulée sur la partie inférieure du talus, on note un fragment de bucchero nero à carène anguleuse avec départ d’anse de canthare (B-NERO Ct 3e2, -625/-550) ou Ct 3e3 (-600/-525), des fragments d’urnes et de jatte CNT-BER du V e siècle, et d’autres fragments de céramique non tournée de Provence, et, dans la couche de cendre suivante (Us 6430), également des céramiques CNT-BER et CNT-PRO (dont le polissage très soigné des surfaces est plutôt caractéristique des productions des VIIe-VIe s. av. J.-C).

43Ces tessons ont été abandonnés en même temps que la cendre alors que le processus de destruction du rempart avait déjà commencé. Ce dernier était donc déjà en cours avant le milieu du V e siècle, moment où la production de la céramique des ateliers de l’Étang de Berre est déjà commencée.

La tranchée de fondation du mur MR2 de la maison du Ier s. av. J.-C.

44Son remplissage (Us 6423, 6425, 6429) abonde en tessons de diverses époques, dont les plus anciens (CNT-PRO du VIIe siècle, CL-MAS, GR-MONO, CNT-BER) tout comme un fragment de chenet décoré de cercles concentriques proviennent sans doute du rempart dérasé au moment de ce remaniement.

Datation du rempart MR6419

45Le regroupement de toutes les données fournies par les céramiques précédemment évoquées amène à placer sous toute réserve la construction du rempart MR6419 au cours du dernier quart du VIe s. av. J.-C., soit entre 525 et 500 et plus probablement un peu avant ou vers 500 av. J.-C.

46Ce rempart était déjà très dégradé par l’érosion dès la première moitié du V e siècle. On s’accorde en effet à placer le début de la production de la céramique des ateliers de l’Étang de Berre intégrée dans son talus de démolition aux environs de 475 av. J.-C., mais sa présence dans le contexte archéologique décrit précédemment serait peut-être un argument pour la faire débuter un peu plus tôt, entre 500 et 475 av. J.-C.

3. Le renforcement du second rempart archaïque : construction du parement supplémentaire MR6114 et de la tour MR6115 (état 3A de la fortification)

Description

Le nouveau parement MR6114

47Dans ce nouvel état, le second rempart conserve la même orientation (fig. 54), mais devient un mur à parements multiples. Il est en effet épaissi tout le long de son flanc extérieur par un épais contrefort (MR6114) à un seul parement retenant un blocage interne de pierres et de terre argileuse rougeâtre sans aucun matériel archéologique (fig. 55). Son épaisseur, mesurée en partie haute, est de 1,10 m.

Fig. 54. Localisation du parement supplémentaire MR6114 et de la tour MR611 (état 3A de la fortification).

Fig. 54. Localisation du parement supplémentaire MR6114 et de la tour MR611 (état 3A de la fortification).

Fig. 55. Zone 06, secteur 01A. Le parement supplémentaire MR6114 accolé au parement extérieur du deuxième rempart archaïque MR6419 (en léger débordement à droite et surmonté par le mur tardif MR6124). Ces deux parements ont été arasés, puis surmontés d’une nouvelle construction (MR6117).

Fig. 55. Zone 06, secteur 01A. Le parement supplémentaire MR6114 accolé au parement extérieur du deuxième rempart archaïque MR6419 (en léger débordement à droite et surmonté par le mur tardif MR6124). Ces deux parements ont été arasés, puis surmontés d’une nouvelle construction (MR6117).

48Ce parement supplémentaire est édifié sans tranchée de fondation préalable (fig. 44) sur un sol de circulation extérieure (Us 6113) dont la terre colorée en brun par l’humus est ponctuée de petits cailloux. Le matériel archéologique recueilli sur ce sol est quasi inexistant (2 tessons informes de céramique modelée).

49La face externe du nouveau parement, tournée vers l’extérieur de l’oppidum, présente un fruit très accusé, de l’ordre de 0,30 mètre pour une hauteur conservée de près de 3 mètres. À la différence du parement extérieur du rempart MR6419 de l’état précédent ou du parement de la tour MR6115 (cf. plus loin), il ne comporte pas de fragments de stèle ou d’élément architectural en molasse blanche remployés. Les blocs de calcaire crétacé local utilisés sont d’ailleurs plus petits que ceux des parements du rempart précédent, et la construction d’une plus grande qualité. Deux personnes seulement pouvaient les transporter et les mettre en place. Les moellons ne sont plus laissés brut d’extraction. On les a grossièrement épannelés, de manière à ce que leur queue soit tournée vers l’intérieur du mur et que leur lit de pose soit approximativement parallèle à leur lit d’attente. La transmission des charges verticales se faisait ainsi dans de meilleures conditions. Le liant, une terre argileuse pulvérulente, rougeâtre et riche en oxydes de fer et d’alumine, est très différent de tous les autres liants utilisés dans la plupart des murs. Il assure encore aujourd’hui une bonne liaison entre les pierres ainsi qu’une bonne résistance au ruissellement.

50Ce contrefort a été observé sur toute la longueur de l’espace fouillé dans le secteur 1. Son élévation a été dérasée en même temps que celle de l’état précédent du rempart, mais elle a été détruite de plus en plus bas en allant vers le sud. Dans la partie centrale de la zone 06, l’arase ne dépasse pas la cote NGF 123,90 m.

51Dans le secteur 1A, cette arase a été entaillée par une petite tranchée (Us 6114) le long du sommet arasé du parement extérieur du rempart précédent MR6439. Au nord, elle se termine au pied du mur transversal MR6117 (cf. plus loin), ce qui montre qu’elle lui est postérieure. Mais il est difficile de déterminer la raison et le moment de sa réalisation. Est-ce le fond d’une tranchée creusée à la fin de l’âge du Fer pour dégager le sommet du parement du mur archaïque MR6439, de façon à l’utiliser comme fondation du mur tardif MR6124 ? ou bien est-elle due aux travaux de fouille de Fernand Benoit ? Bien que la première hypothèse soit la plus vraisemblable, l’incertitude subsiste, car les rares tessons contenus dans son remplissage ne permettent pas de résoudre la question.

Au nord du secteur 1A, un mur transversal

52À la limite nord de la fouille, le sommet du parement supplémentaire MR6114 est arasé plus haut (soit à une cote NGF supérieure à 124,13 m). Les deux à trois assises supplémentaires forment un palier plus élevé dont la limite rectiligne tournée vers le sud est perpendiculaire à l’axe du rempart. Un nouveau mur, MR6117, a été fondé sur ce palier, en bordure de cette limite. Les différences de matériau et de liant entre l‘élévation de ce mur et le palier lui servant de base indiquent, comme on le verra également plus loin, deux étapes de construction appartenant à des états successifs :

État 3A de la fortification

  • 81 Ce mur bahut bien attesté archéologiquement confirme l’hypothèse formulée à propos des précédents (...)

53Le parement supplémentaire MR6114 comporte d’abord à cet emplacement un mur perpendiculaire en élévation, qui constitue le mur bahut méridional d’un massif maçonné formant un des étagements de la courtine81.

54L’interprétation de ce mur perpendiculaire ne peut être en effet comprise si l’on n’accepte pas qu’il y ait eu un décrochement vertical dans l’architecture de ce rempart dont les moellons sont liés avec cette terre argileuse si caractéristique, colorée en rouge par des oxydes métalliques. Une telle disposition est en effet indispensable pour que l’élévation du rempart s’adapte au relief qui, à cet endroit, présente un changement de pente notoire.

55Dans la mesure où le talus d’argile multicolore a continué à s’accumuler sous forme de coulées successives contre le parement intérieur du rempart MR6419 de l’état 2 de la fortification, et même sur les vestiges du premier rempart MR6437, il est légitime de supposer que la partie supérieure de l’élévation de l’état 3A était faite du même matériau.

État 3B

56Par la suite, la partie supérieure de la courtine sera arasée et un nouveau parement, limité au sud par le mur MR6117 (cf. plus loin) reconstruit à l’aide de matériaux différents et d’un autre liant. Les raisons de cette modification importante sont inconnues. On peut éventuellement avancer, à titre d’hypothèse, que la partie supérieure de la précédente élévation du rempart était fortement dégradée par l’érosion, ce qui aurait rendu nécessaires de grosses réparations.

La tour MR6115

57Le rempart de l’état 3A est accompagné d’une grosse tour semi-circulaire qui dessine une saillie arrondie vers l’ouest. Une partie seulement de cette tour est actuellement dégagée. L’existence d’autres tours en dehors du périmètre fouillé paraît logique mais ne peut être assurée, le dégagement de ce rempart étant encore très partiel.

58Cette tour est circonscrite par un mur d’environ 1,50 mètre d’épaisseur, encore visible sur un à deux mètres de hauteur selon les endroits mais qui se poursuit en profondeur sans que sa base ait pu être atteinte (fig. 56). Il a été éventré du côté nord par les ouvriers de Fernand Benoit lors du creusement de la tranchée FB2. Comme pour le parement MR6114, il s’élargit progressivement vers le bas, ce qui lui confère un fruit important. Son appareil polygonal irrégulier est fait de blocs de forme et de calibre variés liés par la même argile rouge ferrugineuse et bauxitique que la courtine. De nombreux fragments de stèles ou d’éléments architecturaux de section carrée ou rectangulaire avec parfois des arêtes chanfreinées, taillés dans de la molasse blanche, sont remployés dans la construction (fig. 57). Les plus importants sont posés en boutisse, les plus petits en carreau. Plusieurs d’entre eux ont été déposés en 2012 et seront conservés au Musée Départemental Arles Antique.

Fig. 56. Zone 06, secteur 1B. Le mur périphérique de la tour semi-cylindrique MR6115, dont le remplissage interne partiel d’argile jaune (Us 6116) est visible à droite.

Fig. 56. Zone 06, secteur 1B. Le mur périphérique de la tour semi-cylindrique MR6115, dont le remplissage interne partiel d’argile jaune (Us 6116) est visible à droite.

Fig. 57. Parement extérieur de la tour MR6115 : relevé de stèles en place.

Fig. 57. Parement extérieur de la tour MR6115 : relevé de stèles en place.

59L’intérieur de la tour est rempli du côté sud par des lits de blocs liés par un mortier de terre argileuse rougeâtre riche en oxydes métalliques, et dans sa partie nord par une forte épaisseur d’argile jaune. Mais, par suite de la surface et de la profondeur limitées de la fouille à cet emplacement, mais également par les destructions causées par l’ancienne tranchée de fouille (FB2) de Fernand Benoit, on ne peut déterminer pour l’instant si cette tour était remplie dès l’origine par un blocage interne ou si des matériaux provenant de sa destruction sont venus combler un espace intérieur creux. Aucun matériel archéologique n’a été retrouvé. Dans l’état actuel des recherches, rien n’indique également qu’une tour plus ancienne, contemporaine de l’état 2, ait existé en profondeur à cet emplacement. Il n’est pas davantage possible de constater si cette tour était simplement accolée au parement supplémentaire (MR6114, état 3) de la courtine (et donc postérieure) ou si elle lui était liée (donc contemporaine), car leur zone de raccordement a été détruite par la tranchée de fondation d’un mur du Ier s. av. J.-C. (MR6124). L’emploi de liants présentant les mêmes caractéristiques est toutefois un argument favorable à la deuxième solution.

60Le sommet du mur de parement périphérique est actuellement détruit à la cote NGF 124,33 m et le massif de blocage interne à la cote 124,70 m.

  • 82 Cf. infra, 3e partie, chap. 10, § 2.

61Il semble que cette tour soit demeurée utilisée jusqu’au IIe s. av. J.-C., et qu’elle ait été privée de la partie supérieure de son élévation seulement lors des travaux de construction de la fortification finale. Mais elle est alors loin d’être totalement détruite et demeure intégrée dans la masse intérieure du nouveau rempart en conservant encore une hauteur de plusieurs mètres. Une grande partie des matériaux provenant de la destruction de sa partie haute a servi à établir un énorme talus constitué de couches d’argile et d’amas de blocs, à la surface duquel a été construit le parement intérieur (MR6123) du nouveau rempart. Et son mur périphérique, quoique fortement rabaissé, sera chevauché par ce même parement82.

Datation de l’état 3A du rempart

62Les éléments de datation de ce nouveau parement font totalement défaut. Il ne peut suffire à lui seul à constituer une défense suffisante et a été évidemment construit pour renforcer le rempart MR6419. Il est donc postérieur à la construction de ce dernier. Dérasé en même temps que lui, il est pour le moins contemporain de la période finale de son utilisation, dont on ne connaît malheureusement pas la durée. On peut seulement situer sa réalisation après la construction du rempart précédent, soit après la période 525-500/475 av. J.-C. Mais, dans l’état actuel de nos connaissances, il est impossible de déterminer à quel moment la placer entre le V e et le IIIe siècle.

63L’étude des vestiges demeurés en place amène donc à plusieurs conclusions. L’ensemble défensif constitué par le second rempart MR6419-6114 et la tour 6115 a été soumis très vite à un processus de dégradation par les agents atmosphériques. Mais ses vestiges conservaient encore une élévation importante au IIe s. av. J.-C., époque où ils seront intégrés dans la masse d’un nouveau rempart lorsque les occupants de l’oppidum décideront de construire de nouvelles fortifications.

4. L’état 3B de la fortification : les transformations (MR6117) du parement du second rempart

64On vient de le voir, le rempart MR6114 n’a pas été dérasé partout au même niveau, puisqu’il comporte à l’extrémité septentrionale de la zone fouillée un palier de 2 à 3 assises plus hautes ayant appartenu à un premier parement perpendiculaire à son axe (fig. 55). Plus tard ce parement a été démantelé puis reconstruit, la face extérieure tournée vers l’ouest de la nouvelle construction (MR6117) conservant la forte inclinaison du parement précédent dont elle prolonge le fruit (fig. 55, 60). Sa hauteur dépasse encore aujourd’hui deux mètres.

65Cette conclusion est autorisée par l’observation des moellons et des mortiers utilisés. Seul le palier inférieur est lié par la terre argileuse de couleur rouge riche en oxydes métalliques, la même que celle du parement supplémentaire MR6114 (état 3A de la fortification) étudié précédemment. En revanche, le mur MR6117 qui le surmonte a été bâti à l’aide de moellons d’un autre gabarit et d’une autre nature. Son appareil polygonal irrégulier met en oeuvre des blocs de forme, de taille (entre 0,15 et 0,35 m) et de nature variée : pierre froide locale à face externe parfois retouchée grossièrement, poudingue, pierre blonde et tendre d’aspect gréseux étrangère au site. Les joints épais sont remplis d’un liant terreux brun clair à beige jaunâtre renfermant des graviers calcaires et de petits nodules ferrugineux rouges et pulvérulents.

66La reconstruction du mur méridional d’un des massifs étagés de la courtine est donc certaine. Mais on ne dispose pas d’éléments permettant de la dater.

5. Le nouveau parement (MR618) du second rempart (état 4 de la fortification)

67Le mur MR6117 a été prolongé vers l’ouest sur plusieurs mètres de longueur par un nouveau mur, MR6118 (fig. 59, 60), haut actuellement de plus de quatre mètres, dont la moitié inférieure est accolée au parement extérieur MR6114 du rempart précédent et la partie supérieure au mur MR6117 décrit précédemment. Le contact entre les deux constructions est d’ailleurs souligné par un coup de sabre très net et un empilement de blocs. L’appareillage et la nature des moellons utilisés par les murs MR6117 et MR6118 sont analogues, mais le liant de terre pulvérulente de couleur ocre jaune clair du dernier est nettement différent.

Fig. 58. Localisation de l’état 3B de la fortification.

Fig. 58. Localisation de l’état 3B de la fortification.

Fig. 59. Localisation de l’état 4 de la fortification.

Fig. 59. Localisation de l’état 4 de la fortification.

Fig. 60. Zone Z06, secteur 1A. Le parement intérieur MR 6123 du rempart de la fin de l’âge du Fer, construit sur un talus de blocs et d’argile (Us 6101 à 6104) accolé au parement supplémentaire arasé MR6114. Il est postérieur au mur MR6118, lui-même plus tardif que le mur MR6117 surmontant ce parement arasé.

Fig. 60. Zone Z06, secteur 1A. Le parement intérieur MR 6123 du rempart de la fin de l’âge du Fer, construit sur un talus de blocs et d’argile (Us 6101 à 6104) accolé au parement supplémentaire arasé MR6114. Il est postérieur au mur MR6118, lui-même plus tardif que le mur MR6117 surmontant ce parement arasé.

68Ce mur effectue ensuite un retour perpendiculaire vers le nord en délimitant ainsi un massif quadrangulaire (MR10003) rempli de blocs, lequel constituait le premier des paliers étagés sur la pente s’élevant vers la falaise septentrionale.

69Le tracé du front du rempart précédent des états 3A et B s’est donc trouvé localement modifié, la nouvelle courtine de l’état 4 comportant désormais deux ouvrages faisant saillie vers l’extérieur : la tour semi-circulaire MR6115 dans la partie sud de la zone Z06 et, une dizaine de mètres plus au nord, le massif quadrangulaire MR6118-MR10003 formant un décrochement en angle droit.

Notes

78 La terminologie utilisée pour la description des remparts est celle communément admise dans le Sud-Est de la France par tous les chercheurs depuis l’article de P. Arcelin et B. Dedet dans l’ouvrage de synthèse consacré aux enceintes protohistoriques du Midi méditerranéen (Dedet, Py1985).

79 Pour des informations plus détaillées sur la stratigraphie des remparts archaïques et du talus de destruction, se reporter à l’annexe I à la fin de ce chapitre.

80 Cf. 3e partie, chap. 7.

81 Ce mur bahut bien attesté archéologiquement confirme l’hypothèse formulée à propos des précédents états des remparts archaïques de courtines établies par paliers successifs Il n’est pas possible en l’état actuel des fouilles de connaître l’emplacement des autres murs bahuts, car ils ont été recouverts par les aménagements postérieurs.

82 Cf. infra, 3e partie, chap. 10, § 2.

Table des illustrations

Titre Fig. 46. Vue axonométrique des remparts du premier âge du Fer et de leurs transformations architecturales dans la zone Z06.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 47. Zone 06, secteur 08. Vue d’ensemble des deux remparts archaïques MR6437 et MR6419 surmontés par les murs de la maison de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Fig. 48. Localisation du premier rempart archaïque MR6437 (état 1 de la fortification).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 49. Zone Z06, tranchée FB1, secteur 04. Vestiges du premier rempart archaïque MR6437, à l’est du parement intérieur du deuxième rempart archaïque MR6419, et fossilisé sous un talus de strates d’argile superposées (Us 6432, 6433, 6434).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 50. Zone Z06, secteur 08. Vestiges (Us 6834) de la base du premier rempart archaïque MR6437, séparés du substrat rocheux par la couche de terre 6835 et surmontés par le talus d’argile 6826. Ils sont limités à droite par le mur de parement MR22 du premier rempart et s’engagent à gauche sous le parement du second rempart archaïque 6419.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 51. Localisation du second rempart archaïque MR6419 (état 2 de la fortification).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 52. Zone Z06, secteur 8. Les remparts archaïques MR6419 (au premier plan) et MR6437, sous les murs de la maison du Ier s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 53. Zone Z06, secteur 04. Stèles votives du début de l’âge du Fer, disposées en boutisse dans le parement extérieur du deuxième rempart archaïque MR6419. Au premier plan, vue partielle du remplissage interne de blocs et terre pulvérulente du rempart.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 54. Localisation du parement supplémentaire MR6114 et de la tour MR611 (état 3A de la fortification).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 55. Zone 06, secteur 01A. Le parement supplémentaire MR6114 accolé au parement extérieur du deuxième rempart archaïque MR6419 (en léger débordement à droite et surmonté par le mur tardif MR6124). Ces deux parements ont été arasés, puis surmontés d’une nouvelle construction (MR6117).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Fig. 56. Zone 06, secteur 1B. Le mur périphérique de la tour semi-cylindrique MR6115, dont le remplissage interne partiel d’argile jaune (Us 6116) est visible à droite.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 57. Parement extérieur de la tour MR6115 : relevé de stèles en place.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 58. Localisation de l’état 3B de la fortification.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 59. Localisation de l’état 4 de la fortification.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 60. Zone Z06, secteur 1A. Le parement intérieur MR 6123 du rempart de la fin de l’âge du Fer, construit sur un talus de blocs et d’argile (Us 6101 à 6104) accolé au parement supplémentaire arasé MR6114. Il est postérieur au mur MR6118, lui-même plus tardif que le mur MR6117 surmontant ce parement arasé.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11712/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 952k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search