Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Première partie. Présentation du site archéologique

Chapitre 4. L’occupation du site archéologique : état actuel des connaissances

Texte intégral

1L’histoire du site, telle qu’elle est actuellement connue d’après les fouilles et les prospections, s’inscrit parfaitement dans celle des Alpilles au cours de l’âge du Fer qui a été récemment décrite (Arcelin 1999, 61-78).

2Rappelons tout d’abord que le versant méridional de l’oppidum a été occupé très tôt, dès le Néolithique final et l’âge du Bronze ancien. La falaise méridionale est découpée par une série de grands creux en forme d’amphithéâtre. De petits replats sous le sommet dominent des versants en forte pente vers la plaine de Servanes. On y a récolté après les pluies de la céramique du Néolithique final à gros dégraissant et mamelons de préhension, un tesson de céramique campaniforme décoré de triangles hachurés, des fragments de torchis cuit. Les cabanes, construites en matériaux légers et dispersées le long du versant, ont laissé peu de traces. Leurs occupants bénéficiaient d’un ensoleillement constant, d’une bonne protection contre le mistral et d’une meilleure sécurité assurée par un accès rendu difficile par de fortes pentes. Ce type d’occupation dispersée se reproduira plus tard sur l’ensemble du versant durant la période de transition Bronze final – premier âge du Fer (VIIe s. av. J.-C.).

3Par la suite, l’ensemble de la zone archéologique deviendra un centre de population important sur le plan micro-régional et fera l’objet d’une très longue occupation à partir de l’extrême fin du Bronze final pour se terminer avec l’Empire romain. Cette occupation, plus ou moins dense et continue selon les zones topographiques considérées, a pris des formes diverses au cours de plusieurs périodes successives.

1. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.) : un lieu cultuel sur l’oppidum

Le sanctuaire

  • 54 À quelques exceptions près, les blocs gravés sont toujours remployés dans les remparts. Quelques (...)

4Les traces de l’occupation la plus ancienne (fig. 30) ne sont décelables qu’à partir du VIIIe siècle à la fin de l’âge du Bronze final IIIb, et au début de l’âge du Fer au VIIe s. av. J.-C. C’est à cette époque qu’appartiennent les nombreux blocs portant un décor gravé (fig. 31 à 33) dont les premiers exemplaires ont été découverts par Fernand Benoit dans le rempart des IIe-Ier s. av. J.-C54. Depuis lors, les fouilles récentes ont démontré qu’ils étaient déjà remployés, dès la fin du VIe s. av. J.-C., dans le parement extérieur du deuxième rempart archaïque de l’oppidum. Ce remploi déjà à haute époque implique pour ce lieu de culte une installation encore plus ancienne. D’autre part, de nombreux blocs portent à la fois des gravures lisibles verticalement et d’autres horizontalement, preuves de leur réutilisation au cours de la durée de fonctionnement du sanctuaire (Marcadal 1992b, Coignard, Marcadal 1998), que l’on peut placer entre la fin du VIIIe siècle et le début du VIe.

Fig. 30. Carte simplifiée : occupation du site, période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). En S- sanctuaire et stèles ; H- traces d’un habitat en matériaux légers (torchis, adobes fondus), céramiques.

Fig. 30. Carte simplifiée : occupation du site, période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). En S- sanctuaire et stèles ; H- traces d’un habitat en matériaux légers (torchis, adobes fondus), céramiques.

Fig. 31. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Linteau avec gravure représentant un troupeau de chevaux (Musée Départemental Arles Antique). Longueur 1,28 m.

Fig. 31. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Linteau avec gravure représentant un troupeau de chevaux (Musée Départemental Arles Antique). Longueur 1,28 m.

Fig. 32. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Stèle votive avec gravures de chevaux (Musée Départemental Arles Antique). Hauteur 0,85 m.

Fig. 32. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Stèle votive avec gravures de chevaux (Musée Départemental Arles Antique). Hauteur 0,85 m.

Fig. 33. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Personnage en position d’orante placé à l’extrémité d’un sillon vertical (Musée Départemental Arles Antique). Gravure sur un fragment d’architecture indéterminé (Hauteur conservée 1,22 m).

Fig. 33. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Personnage en position d’orante placé à l’extrémité d’un sillon vertical (Musée Départemental Arles Antique). Gravure sur un fragment d’architecture indéterminé (Hauteur conservée 1,22 m).

5Les fûts de section quadrangulaire, taillés dans de la molasse blanche étrangère au site, présentent des surfaces polies à l’abrasif en bloc, des angles chanfreinés ou moulurés et des sommets de forme variée. Les bases, destinées à être enterrées, sont plus grossièrement travaillées. Les figures sont réalisées par gravure punctiforme. Le décor comprend quelquefois des motifs géométriques (par exemple un quadrilatère représentant peut-être un enclos), mais surtout des chevaux seuls ou exceptionnellement en troupeau, très souvent montés par un cavalier brandissant un javelot. La première interprétation de ce motif est due à Fernand Benoit qui a consacré à l’étude de ces blocs un article fondamental (Benoit 1948) et a beaucoup insisté sur le caractère psychopompe du cheval emmenant son cavalier héroïsé vers l’au-delà. Mais il a vainement cherché dans le large espace dégagé séparant les deux remparts la nécropole dont il postulait l’existence.

  • 55 Rolland 1951a, Bessac, Bouloumié 1985, Paillet, Tréziny 2000, 2003 et 2004. Par leurs figurations (...)

6Au lendemain des travaux de Fernand Benoit, les stèles de Mouriès étaient retombées dans l’oubli. Mais, depuis la fin du siècle dernier, les découvertes se sont multipliées dans le Midi méditerranéen gaulois, en suscitant un vif regain d’intérêt chez les archéologues. Les stèles les plus proches de Mouriès proviennent de Glanum55 et du site de la Roque à Graveson dans la Montagnette (Arcelin 2013).

  • 56 Arcelin et al. 1993, Arcelin, Brunaux, Gazenbeek et al. 2003, Arcelin, Dedet, Schwaller 1993, Arc (...)
  • 57 Cf. 5e partie, § 2.

7Parmi les interprétations qui s’expriment aujourd’hui, celle de Patrice Arcelin souvent associé à d’autres chercheurs56 fait appel à de multiples facteurs d’interprétation. Les groupements de stèles votives seraient en relation avec des éléments architecturaux monolithiques (linteaux et piliers) appartenant à des portiques de pierre ayant peut-être succédé à de premiers portiques en bois. Les stèles seraient à la fois le témoignage d’un « culte naturaliste » engendrant des pratiques cultuelles et commémoratives (d’où la représentation d’orantes bras levés) et des offrandes votives (de remerciement) représentant des marques de dévotion individuelles ou collectives. Elles seraient en même temps l’expression d’un « culte héroïque exaltant la bravoure guerrière et sa survie dans l’Au-delà. Le rôle psychopompe du cheval, compagnon de l’élite guerrière, s’affirme déjà et deviendra un thème récurrent tout au long de l’âge du Fer » (Arcelin, Plana-Mallart 2011, 29). Pour d’autres chercheurs également, ces stèles auraient appartenu à des « espaces sacrés » faisant l’objet d’un « culte naturiste » (Garcia 2003, 220 et 2006, 139 ; Gruat 2011, 80). Mais, comme on le verra dans la synthèse de la dernière partie de cet ouvrage57, la question du remploi des stèles du Midi dans les remparts et de leur éventuelle désacralisation fait aujourd’hui l’objet d’un vif débat entre protohistoriens.

Les traces d’un habitat construit en matériaux légers

  • 58 On doit également signaler quelques tessons de la fin du Bronze final trouvés par Fernand Benoit (...)

8Ce lieu cultuel installé en « milieu ouvert » dans le cadre grandiose du site a largement précédé le village de la fin du premier âge du Fer. Toutefois, de petites quantités de fragments de céramique ou de torchis cuit présentes dans des couches très profondes ou des remblais tardifs sont à la fois la trace de la fréquentation du site à la fin du Bronze final IIIb et au début du premier âge du Fer en même temps qu’un indice de la présence de constructions en matériaux légers, probablement sur poteaux porteurs, qui n’ont pas laissé d’autres traces58.

9On ne peut déterminer l’importance de cet habitat et s’il a précédé le sanctuaire ou s’explique par sa présence. D’après Dominique Garcia qui s’interroge sur l’origine des villes protohistoriques, portiques et stèles « auraient été élevés sur un habitat ou plus probablement sur le site naturel, antérieurement à la création de l’agglomération et marqueraient la présence d’un sanctuaire » (Garcia 2003 et Garcia 2004, 107).

10On retrouve le même type de céramique (notamment des tessons de grandes urnes de forme U1 en céramique non tournée de Provence datant du VIIe s. av. J.-C.), toujours en petite quantité, sur la partie occidentale du versant des Petites Caisses, où devaient se trouver des habitations dispersées construites en matériaux légers.

2. Période 2 (VIe-IV e s. av. J.-C.) : le premier village fortifié de l’oppidum

Remparts et habitations

11Au cours de ses fouilles de 1933 à 1938 dans les habitations situées au pied de la falaise méridionale (zone Z05), Fernand Benoit avait été conduit à distinguer dans l’histoire du site deux grandes périodes d’occupation, les couches profondes correspondant aux V e et IV e s. av. J.-C. et les couches supérieures à la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. Vers la fin de cette période de fouille, il résumait ses observations dans un de ses rapports (R1938b) :

12« Il y a en effet deux stratifications : à la couche la plus ancienne appartiennent les fragments de céramique attique à figure rouge et à palmettes (V e-IV e s.) ; et cette époque est représentée par les substructions des maisons, très apparentes dans la fouille 8 et à l’angle de quelques maisons, qui ont été remontées à une époque postérieure. Les murs visibles sur 1 m50 à 2 m de hauteur n’appartiennent donc qu’à une époque tardive, qui peut être datée par la monnaie de la dernière époque de Marseille grecque (petits bronzes au taureau) et par de nombreuses monnaies romaines de la République ou du début de l’Empire : monnaies de Nîmes colonie avec la tête casquée de Mars à l’avers et NEM. COL. Au revers (monnaie qui remplace, sous César sans doute, la monnaie des Arécomiques), as du monétaire C. CASSIVS CELER et monnaies coloniales de Nîmes au crocodile avec l’effigie d’Auguste et d’Agrippa à l’avers (remontant sans doute à 27 av. J.-C.). Rajouté en marge, « et 2 moyens bronzes d’Auguste à l’autel de Lyon (ROM ET AUG., tête à droite) ».

13Cette description stratigraphique, quoique sommaire, avait donc déjà le grand mérite de mettre en évidence deux des moments importants de l’histoire de l’oppidum. Les recherches actuelles ont depuis lors permis de l’affiner et de la compléter. La période de l’âge du Fer est en effet caractérisée sur le site, jusqu’à la conquête romaine et le début de l’Empire, par l’alternance de phases de croissance et de déclin ou de stagnation de l’habitat.

14Comme l’étude des remparts dans la zone Z06 a permis de le démontrer depuis le début des années 2000, le premier habitat fortifié est créé au cours du VIe s. av. J.-C. Sur beaucoup d’oppida du Midi de la Gaule au cours de cette période, la population se sédentarise et se regroupe pour fonder un habitat permanent sur un site perché plus facile à défendre. Aux Caisses (fig. 34), dès la deuxième moitié du siècle au moins (sans qu’on puisse être plus précis), la zone habitée est protégée par un premier rempart, lui-même reconstruit avant la fin de ce siècle, puis renforcé par la suite par un parement supplémentaire.

Fig. 34. Carte simplifiée : occupation du site, période 2 (VIe-IV e s. av. J.-C.). En rouge, habitat groupé ; en rose, habitat dispersé. En T, tertre de cendre.

Fig. 34. Carte simplifiée : occupation du site, période 2 (VIe-IV e s. av. J.-C.). En rouge, habitat groupé ; en rose, habitat dispersé. En T, tertre de cendre.
  • 59 Rapports manuscrits R1938b et 1939b de Fernand Benoit conservés au Palais du Roure d’Avignon par (...)
  • 60 Cf. 3e partie, chap. 8, § 2 : couche de cendre (Us 7404) contenant de nombreux débris osseux et d (...)

15Au V e siècle, des maisons sont édifiées contre le parement intérieur de ce rempart. Les élévations des murs sont en terre crue montées sur des solins de pierres. Le village est précédé, à l’intérieur du vaste espace compris entre les deux remparts barrant la combe (« la caisse occidentale », appelée aussi « camp de l’ouest » ou « espace »), par des constructions plus légères. Les sondages entrepris par Fernand Benoit à proximité du rempart n’ont pas rencontré de murs de pierre, mais ont révélé les traces « d’une longue habitatio » (c’est-à-dire d’une occupation prolongée), dont les débris de poteries attiques et indigènes et les couches de cendres observées jusqu’à 2 mètres de profondeur sont le témoignage59. Cette occupation a été confirmée par la fouille en 2010 de l’un des agger des défenses avancées placées en avant du rempart R160.

Un habitat dispersé sur le versant méridional et le piémont

16Diverses informations sont apportées par la céramique trouvée à la surface du terrain. La couche de terre superficielle regorge de tessons de diverses époques, témoins de l’occupation du versant, qui apparaissent chaque année grâce au travail des agents naturels. Leur concentration par zone et leur fréquence plus ou moins grande par période leur donnent, malgré leur position hors stratigraphie, une valeur indicative à prendre en considération. Ces données sont d’ailleurs confirmées par les catégories et les pourcentages de l’ensemble des céramiques. L’ensemble des informations ainsi obtenues permet d’établir de façon assez précise la chronologie de l’occupation du versant.

17La première occupation importante sur tout le versant se place aux VIe-V e s. av. J.-C. Les fragments d’amphore étrusque A-ETR 3A sont abondants, tout comme les tessons d’urnes non tournées CNT-PRO U3 dont la valeur chronologique est moins précise. Il s’agit alors d’un habitat dispersé dont les constructions, toujours en matériaux légers, n’ont pas laissé beaucoup de traces.

  • 61 D’après le premier rapport de Fernand Benoit en 1933, « On aurait trouvé dans les champs d’olivie (...)

18Cette occupation se prolonge sur le piémont (fig. 34), où la fin du premier âge du Fer et les débuts du second sont représentés par des fragments d’amphores étrusques et massaliètes et par de la céramique attique à vernis noir61. La majeure partie de cette zone n’a pas encore fait l’objet de fouilles. Néanmoins, un sondage limité (Lagrue, Reul 1988, sondage 8bis) a mis au jour en 1988 le sol d’une habitation légère accompagné par des charbons, des fragments de torchis cuit et de la céramique non tournée. Sa datation est fournie notamment par un fragment de fibule à pied relevé à angle droit terminé par un bouton conique, du type du Golfe du Lion (VIe-V e s. av. J.-C.).

19La fouille de sauvetage de 1988 sur le golf de Servanes a révélé sur les terres de ce domaine situées au pied de l’oppidum la présence d’un habitat du VIe siècle (fig. 28), abandonné dans le courant de la première moitié du V e s. av. J.-C. (Marcadal 2000c, Royet 1988 et 2000 ; Royet, Verdin 2000). Ce hameau en ordre lâche était composé de petites unités d’habitation séparées par des alignements de pierrailles qui pourraient correspondre à des drains ou à des bases de clôtures légères faites de matériaux végétaux. Les vestiges sont très arasés. La seule habitation totalement fouillée était constituée par une pièce rectangulaire prolongée par un espace extérieur partiellement enclos. Construite durant le dernier quart du VIe siècle, elle succède à une première cabane en matériaux légers. La nature de l’élévation des murs, montée probablement en terre crue sur un solin de pierres liées à la terre, reste hypothétique (torchis, adobes, bauge ?).

3. Période 3 (IV e-IIIe s. av. J.-C.) : un déclin relatif de l’occupation ?

  • 62 Les occupants des IIe-Ier s. av. J.-C. (périodes 4 et 5) ont détruit l’essentiel des vestiges de (...)
  • 63 Pour tous ces exemples, voir plus loin le chapitre 4 de la
    3e partie.

20L’occupation du premier village fortifié, observée souvent à l’état de traces62 en divers points de la totalité de l’espace habité, se prolonge au moins jusqu’à la fin du IV e s. av. J.-C. et peut-être même jusqu’au début du IIIe (fig. 35). Certaines céramiques importées trouvées par Fernand Benoit dans le rempart et dans l’habitat de la zone Z05 sont datées entre le IV e et la première moitié du IIIe s. av. J.-C. : de la céramique attique à figures rouges de la première moitié du IV e siècle, un bord de coupe canthare 671-678 de céramique attique à vernis noir des années 400 à 325, un fragment de cratère à vernis noir à pouciers et décor de godrons produit dans les années 375 à 275. Deux fibules en bronze trouvées au pied du rempart par Fernand Benoit sont également datées de la fin du IV e ou de la première moitié du IIIe s. av. J.-C.63

Fig. 35. Carte simplifiée : occupation du site, période 3 (IV e-IIIe s. av. J.-C.). En rose, moindre densité de l’habitat sur l’oppidum, dispersion de l’habitat en contrebas.

Fig. 35. Carte simplifiée : occupation du site, période 3 (IV e-IIIe s. av. J.-C.). En rose, moindre densité de l’habitat sur l’oppidum, dispersion de l’habitat en contrebas.

21Cependant des questions se posent à propos de son importance et de sa durée. Le village s’est-il maintenu pendant tout le IIIe siècle et même jusqu’au début du suivant ? La question est d’importance, car on a déjà constaté en Provence occidentale, à partir de la fin du V e siècle mais surtout pour le IV e et le début du IIIe siècle, « un phénomène de désertion momentanée d’une partie des habitats groupés antérieurs » accompagné par « de profondes transformations dans la gestion des territoires et, par conséquence, dans les modes de l’habitat associé » (Arcelin, Verdin 2006, 74). Ce phénomène a été observé dans le Pays d’Aix, l’arrière-pays de Marseille, autour de l’Étang de Berre , et sur le littoral varois. Mais ce serait aussi le cas dans les Alpilles et la Montagnette (Arcelin 1999, 67-68).

22Il est difficile de répondre avec certitude à cette question, car on retrouve sur le site très peu de vestiges archéologiques de cette période. Mais il faut néanmoins rappeler, pour expliquer peut-être leur rareté, qu’aux IIe et Ier s. av. J.-C. (périodes 4 et 5), les nouveaux occupants des lieux ont souvent construit leurs maisons après avoir décaissé le terrain, supprimant de ce fait une partie des niveaux archéologiques antérieurs. Murs et sols surmontent alors directement ceux des V e et IV e siècles.

  • 64 Cf. 2e partie, chap. 5, § 4 et 5.

23On a déjà signalé plus haut les quelques rares artefacts (le cratère à vernis noir, les deux fibules) que leur datation trop large ne permet pas de situer chronologiquement avec exactitude (deuxième moitié du IV e s. av. J.-C. ou début du IIIe ?). Cependant, mais certes en quelques endroits seulement (par exemple dans la zone Z06, secteur 12), de très rares céramiques, trouvées exceptionnellement au sein d’une série continue de niveaux stratigraphiques allant du V e au Ier s. av. J.-C., pourraient indiquer une occupation des lieux durant le IIIe siècle. D’autre part, l’étude de la structure du rempart principal R1 de l’oppidum a montré son renforcement par des parements supplémentaires entre le V e et le IIe siècles64.

24Mais la question exige encore d’être approfondie et, pour l’instant, on ne peut déterminer avec certitude s’il y a eu maintien complet ou ralentissement de l’occupation durant cette période, et dans ce dernier cas si cette évolution a débuté dès la fin du IV e siècle et s’est prolongée jusqu’au début du IIe. Elle est donc loin d’être résolue et devra faire partie des objectifs de recherche futurs.

  • 65 Cf. 4e partie.

25En revanche, un habitat apparemment dispersé s’est maintenu sur le versant sud et son piémont, où les IV e et IIIe s. av. J.-C. sont notamment représentés par des bords en quart de cercle d’amphores de Marseille (bords bd 6 fabriqués jusque vers 200, et bd 8 jusque vers 150). On peut également s’interroger sur une datation plus ancienne que le IIe siècle pour le rempart R4, qui n’est pas encore fouillé mais pourrait avoir précédé sur le versant méridional de l’oppidum les remparts R3 et R565.

4. Période 4 (IIe s. av. J.-C.) : un regain massif de l’occupation, interrompu par un incendie généralisé

26Après la période du IIIe siècle où l’occupation du site pourrait avoir fortement diminué, l’oppidum est occupé de façon massive à partir de la première moitié du IIe s. av. J.-C., et connaît alors une forte activité édilitaire (fig. 36 à 39). Au même moment, l’habitat groupé déborde des limites du site perché et se développe sur son versant méridional (les Petites Caisses) et son piémont, où se développe un véritable faubourg.

Fig. 36. Carte simplifiée : occupation du site, période 4 (IIe av. J.-C.). En rouge, habitat groupé ; en rose, habitat moins dense et/ou dispersé.

Fig. 36. Carte simplifiée : occupation du site, période 4 (IIe av. J.-C.). En rouge, habitat groupé ; en rose, habitat moins dense et/ou dispersé.

Fig. 37.  Période 4 (IIe av. J.-C.). Fragments de tuiles de rive à larmiers en remploi : a- trouvés en 1936 dans la zone Z05 (cliché F. Benoit conservé au Palais du Roure à Avignon)

Fig. 37.  Période 4 (IIe av. J.-C.). Fragments de tuiles de rive à larmiers en remploi : a- trouvés en 1936 dans la zone Z05 (cliché F. Benoit conservé au Palais du Roure à Avignon)

Fig. 37.  Période 4 (IIe av. J.-C.). Fragments de tuiles de rive à larmiers en remploi : b- trouvé en 1986 dans la zone Z02.

Fig. 37.  Période 4 (IIe av. J.-C.). Fragments de tuiles de rive à larmiers en remploi : b- trouvé en 1986 dans la zone Z02.

Fig. 38. Période 4 (IIe av. J.-C.). Chapiteau toscan (zone Z05) (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 38. Période 4 (IIe av. J.-C.). Chapiteau toscan (zone Z05) (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 39. Période 4 (IIe av. J.-C.). Grand seuil à mortaises latérales de type hellénistique (zone Z01). Longueur 2,02-2,05 m.

Fig. 39. Période 4 (IIe av. J.-C.). Grand seuil à mortaises latérales de type hellénistique (zone Z01). Longueur 2,02-2,05 m.

Un nouveau village fortifié sur l’oppidum

27Un nouveau village se développe alors sur toute la surface de l’oppidum, et se dote d’un puissant système défensif.

28Du côté ouvert sur la combe se dressent deux remparts successifs (R1 et R2) séparés par une large espace de 400 mètres de longueur (le « camp de l’ouest »). Le plus important (R1), précédé par un système complexe de défenses avancées (plusieurs fossés et agger) protège directement l’habitat. Édifié à côté des vestiges des remparts antérieurs, il subira à plusieurs reprises de nombreuses modifications destinées à le renforcer : parements supplémentaires pour en accroître l’épaisseur, construction au centre d’une tour monumentale et au nord d’un bastion triangulaire en débordement, aménagement d’une série de rentrants faisant retour en direction de la porte méridionale.

  • 66 La présence de larmiers sur l’oppidum était signalée depuis longtemps. Rochetin mentionnait déjà (...)
  • 67 Les divers débris (dalles de toiture, larmiers, etc.) produits par la destruction du centre monum (...)

29Plusieurs bâtiments publics sont alors édifiés. Une grande salle de réunion rectangulaire de 14 mètres de long sur 6 de large, pourvue d’une banquette basse sur trois de ses côtés, est établie au pied de la falaise méridionale (zone Z02) à la fin du IIe s. av. J.-C. (fig. 26a et b). On est également assuré, certes de façon indirecte, de la présence sur le site d’un petit centre monumental comprenant plusieurs bâtiments de tradition gréco-italique (Marcadal, Paillet 2011). En effet, dans les murs de nombreuses constructions de la fin de la République et du début du règne d’Auguste, des quantités considérables de fragments d’éléments architecturaux taillés dans de la molasse blanche sont remployées. On a notamment retrouvé des tuiles de rive (fig. 37a et b) portant des larmiers de différents profils66, des tuiles à acrotère, une gargouille, un chapiteau de type toscan (fig. 38), un grand seuil monolithique de type hellénistique (fig. 39), des pierres à bossage appartenant à un chaînage d’angle. On ignore encore l’emplacement de ce centre monumental, mais la répartition et la plus ou moins grande fréquence des débris retrouvés dans diverses constructions semblent indiquer une localisation dans la zone topographique basse et plane au centre même de la zone habitée de l’oppidum67, à faible distance de la barre rocheuse méridionale.

30L’habitat de cette période est beaucoup moins bien connu, car il n’a pas fait l’objet de nombreuses fouilles depuis les recherches de Fernand Benoit dans la zone Z05. L’extrémité occidentale d’un îlot d’habitation a été cependant étudiée dans la zone Z01 (fig. 26a et b). La disposition de plusieurs de ses habitations monocellulaires est structurée par deux axes de circulation orthogonaux, une voie charretière ouest-est et une ruelle piétonnière nord-sud. Dans la zone Z06, contre le rempart, la dépendance d’une habitation s’appuyait vers 100 av. J.-C. contre le parement intérieur qui, du moins à cet emplacement, n’était pas laissé totalement libre de constructions adventices. Ces quelques informations sont toutefois insuffisantes pour confirmer l’hypothèse déjà avancée d’un schéma d’urbanisme préétabli (Gallia 1986), même si l’organisation des axes de circulation dans la zone Z01 pourrait le laisser croire.

  • 68 Cf. 5e partie, § 7.

31À la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C., l’oppidum est ravagé par un incendie généralisé dont on a retrouvé les traces en divers endroits du rempart (zones Z03, Z06 et Z08) et de l’habitat (zones Z01, Z02 et Z05 et sous le rempart R5 du faubourg des Petites Caisses) très éloignés les uns des autres. Les preuves formelles d’une intervention militaire (des projectiles de machines de jet par exemple) manquent, mais l’hypothèse est à considérer, compte tenu de la période caractérisée dans la région par des interventions militaires romaines et un climat d’insécurité68. C’est d’ailleurs vraisemblablement dans ce contexte troublé que le centre monumental pourrait avoir été détruit.

Le développement du faubourg des Petites Caisses

32À la fin du IIe et au début du Ier s. av. J.-C., la majeure partie cet espace devient un véritable faubourg à forte densité d’habitations. Se présentant d’abord comme un espace ouvert, il sera ensuite protégé à deux de ses extrémités par deux petits remparts construits vers 100 av. J.-C., R3 à l’est et R5 à l’ouest. Un troisième rempart, R4, a été identifié à l’intérieur de la zone d’habitat, mais il n’a pas encore été étudié. Il est vraisemblablement antérieur aux deux précédents. Tout comme l’oppidum, ce faubourg a connu un épisode de destruction à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C., mis en évidence par plusieurs pièces d’habitation incendiées retrouvées sous le rempart R3.

  • 69 Cf. 4e partie, chap. 12 et 13.

33L’habitat n’a pas encore fait l’objet de fouilles importantes, mais on dispose néanmoins de multiples informations apportées par les prospections et de petits sondages. Par ailleurs les recherches au-dessous de la base des deux remparts R3 et R569 ont permis d’étudier plusieurs unités d’habitation antérieures à leur construction et de les dater.

Les céramiques trouvées en surface

34Cette occupation a laissé de nombreux témoignages matériels, notamment des monnaies et des fibules. La céramique non tournée de Provence est représentée par des urnes diverses (notamment le type très fréquent CNT-PRO U5, antérieur à 75 av. J.-C.), des jattes modelées, une imitation de coupelle carénée campanienne A 28ab.

35L’occupation des Petites Caisses se maintiendra sans rupture majeure tout au long du Ier s. av. J.-C. La céramique des ateliers des Alpilles est alors courante (en particulier les urnes CNT-ALP U1a10 et les bords de jatte 4a4 décorés d’incisions unidirectionnelles), de même que celle d’origine italique : campanienne A5/7 et A6, mortier italique (-150/-50), amphores gréco-italiques et italiques Dr. 1A et 1B, et à la fin du siècle, de la sigillée italique (dont des bords de coupe SIG-IT 14.1 et SIG-IT 22).

Des vestiges de constructions

36Des sommets de murs affleurent partout entre les deux remparts en dessinant des alignements. Quelques-uns sont accompagnés par un lit de débris de tuiles romaines (tegulae et imbrices).

37Deux techniques de construction sont parfois utilisées dans la même constructio : une rangée de grands blocs quadrangulaires mis bout à bout (largeur : 0,50 m), extraits d’une strate de calcaire visible sur le flanc voisin de l’oppidum ; ou bien une cloison à deux parements dont l’appareil irrégulier est lié par de la terre argileuse. La construction est souvent fondée dans des encoches taillées en escalier dans le rocher de façon à compenser la pente du terrain. Le substrat rocheux porte souvent des traces d’aménagement (petits escaliers, fonds de case-encoche). Le plan d’ensemble de l’habitat est évidemment inconnu en l’état actuel des recherches. Apparemment, la direction des murs a été imposée par la pente du terrain et la faible largeur du versant, et non par un schéma directeur préalablement conçu. Par suite de la densité de l’occupation, les maisons ont dû s’étager les unes par rapport aux autres pour former un village en « nid de guêpe ».

  • 70 Cf. 4e partie.

38Le développement de ce quartier est tardif70, si l’on considère la datation des habitations situées sous les deux remparts (dernier quart du IIe s. av. J.-C.). Un petit sondage (S.2001-1) pratiqué en arrière du rempart R3 indique que deux habitations se sont succédées sur le même emplacement, la première entre 125 et 75 av. J.-C., la seconde aménagée très sommairement sur sa couche de destruction durant le dernier quart du Ier s. av. J.-C.

L’occupation du piémont de Jean-Jean et de Servanes

39L’habitat du faubourg installé sur le versant méridional de l’oppidum se prolonge au-delà de la falaise le limitant au sud, et s’étend sur tout le piémont qui est alors densément occupé.

Le piémont de Jean-Jean

40Le piémont de Jean-Jean, aménagé en terrasses autrefois cultivées et jonchées de tessons de céramique, est aujourd’hui recouvert par un épais maquis.

41L’habitat des IIe-Ier s. av. J.-C. a laissé un peu partout à la surface du terrain de nombreux témoignages matériels tels qu’un chenet de terre cuite à décor géométrique terminé par une tête d’animal ou des céramiques diverses (fragments d’amphores gréco-italiques et italiques Dr. 1A et 1B, campanienne, commune italique, céramiques non tournées de Provence ou des ateliers des Alpilles).

Le piémont de Servanes

42Le prolongement du piémont vers l’ouest sur les terres du domaine de Servanes est recouvert depuis 1988 par les pelouses d’un golf. Les vignes qui l’ont précédé étaient connues pour leur grande richesse en céramiques et monnaies du premier comme du second âge du Fer.

43La fouille de sauvetage provoquée par l’aménagement du golf de Servanes a montré la présence de plusieurs habitations des VIe-V e siècles et, entre la seconde moitié du IIe et le premier quart du Ier s. av. J.-C., de plusieurs unités d’exploitation (des sortes de petites fermes) disposées en ordre dispersé. Une maison à pièce unique a été la seule totalement fouillée (Royet 1988 et 2000). Elle a connu plusieurs transformations (déplacements de la porte, aménagement d’une plaque-foyer décorée d’un motif géométrique). Plusieurs abris couverts servant de dépendances l’entouraient.

44L’intervention de sauvetage a également permis la découverte à proximité d’un petit ensemble de sépultures à incinération du Ier s. av. J.-C. Ce groupe, interprété par le fouilleur comme une petite nécropole familiale, comprenait six à sept tombes alignées peut-être le long d’un ancien chemin.

5. Période 5 (deuxième moitié du Ier s. av. J.-C.) : la reconstruction du village

45La période qui suit immédiatement l’incendie (fig. 40) en couvrant la première moitié du siècle est archéologiquement très peu représentée. Il est possible que l’occupation de l’oppidum se soit interrompue ou du moins se soit considérablement ralentie.

Fig. 40. Carte simplifiée : occupation du site, période 5 (Ier s. av. J.-C.).

Fig. 40. Carte simplifiée : occupation du site, période 5 (Ier s. av. J.-C.).

46Le village connaît une nouvelle période de prospérité et d’activité urbanistique à partir des années 50-40 av. J.-C., à la fin de la République puis dans la première partie du règne d’Auguste, moments où sont reconstruits plusieurs quartiers (zones Z00, Z04 et surtout Z05 fouillées par Fernand Benoit ; zone 01). Une quantité considérable de fragments d’éléments architecturaux provenant du centre monumental détruit sont remployés comme matériaux de construction dans les murs. D’autres habitations d’un type nouveau sont établies contre le revers intérieur du rempart. Dans la zone Z06 par exemple, une maison à pièces multiples s’organise autour d’une cour ouvrant sur une rue parallèle au rempart. De nouvelles techniques de construction inspirées par l’exemple romain apparaissent au cours de cette seconde moitié du siècle. Les solins surmontés par des élévations en adobes sont remplacés par des murs construits sur toute leur hauteur en pierres liées à la terre. Toutefois, vers la fin du siècle, le mortier de chaux et les tuiles de terre cuite ne sont employés sur l’oppidum que ponctuellement, et les enduits muraux peints sur ce mortier, plaqués sur des cloisons de pierre ou même de clayonnage, ne sont attestés que dans le dernier quart du siècle.

47Le rempart a d’ailleurs perdu son rôle militaire et de modestes habitations s’installent sur son sommet (zone Z08) ou à côté de lui.

6. Période 6 (début du Ier s. ap. J.-C. -fin du IIIe s. ap. J.-C.) : l’abandon progressif de l’habitat de hauteur au profit du piémont et de la plaine

Le déclin de l’oppidum et de son faubourg

  • 71 Les prospections dans les vergers d’oliviers occupant l’extrémité orientale de la vallée des Baux (...)

48La conquête romaine et l’établissement de la Pax romana sont à l’origine d’un processus d’abandon progressif de l’oppidum, parallèlement au développement au pied de la hauteur d’un village sur le piémont de Jean-Jean et de Servanes et de nombreuses installations dans la plaine71 (fig. 41). Dès l’époque augustéenne, l’habitat est abandonné dans certaines parties de l’oppidum, en particulier près du rempart (zone Z01 et Z06). On rejette dans les ruines des habitations des matériaux de démolition (tuiles brisées, fragments d’enduit mural peint), preuves que l’habitat s’est déplacé tout en se maintenant encore sur d’autres emplacements (à proximité de la zone Z02 par exemple). Des séries monétaires pratiquement ininterrompues indiquent que cette occupation partielle de l’oppidum s’est prolongée jusqu’au troisième quart du IIIe s. ap. J.-C. Les monnaies retrouvées les plus tardives sont celles de Gallien (253-268), Claude II le gothique (268-270), Tetricus (270-273).

Fig. 41. Carte simplifiée : occupation du site, période 6 (début Ier s. av. J.-C.- fin IIIe s. ap. J.-C.).

Fig. 41. Carte simplifiée : occupation du site, période 6 (début Ier s. av. J.-C.- fin IIIe s. ap. J.-C.).

49Cependant, à la fin du IIIe siècle, d’importants terrassements ont encore lieu sur le site. Ils nécessitent une évacuation des déblais qui sont accumulés au pied de la falaise méridionale sur les vestiges d’anciennes constructions déjà ruinées (salle de réunion de la zone Z02, habitations de la zone Z05). Mais on ignore pour l’instant l’emplacement de ces travaux et leur destination.

  • 72 Un tesson de DSP estampée dans la zone centrale de l’oppidum, quelques tessons de sigillée claire (...)
  • 73 On ignore la provenance d’une boucle de ceinture mérovingienne conservée par Fernand Benoit avec (...)

50Puis tout habitat important cesse sur l’oppidum qui est définitivement abandonné. Il est mis en culture, peut-être dès l’Antiquité tardive (traces d’araire sur le sommet de murs arasés, aménagement de terrasses). Les tessons des V e-VIe siècles, en nombre infime, traduisent seulement une fréquentation épisodique72. Ceux de la période médiévale sont totalement absents73.

  • 74 Rares tessons de sigillée claire D.

51Dès la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., l’habitat est abandonné dans la partie occidentale du faubourg des Petites Caisses, et se rétracte dans sa partie orientale où il constitue le prolongement du vicus qui se développe au même moment sur le piémont. On recueille en particulier à cet emplacement des fragments de sigillée italique et de sigillée sud-gauloise, de sigillée claire B, d’amphores impériales Dr.6 et Dr.20, ainsi que plusieurs fibules et des monnaies impériales. Il est définitivement abandonné un peu avant la fin du IIIe s. ap. J.-C.74

Le développement d’une bourgade rurale (vicus ?) sur le piémont de Jean-Jean

52Parallèlement à l’abandon progressif de l’oppidum et de son faubourg, une petite agglomération rurale s’est développée sur le piémont de Jean-Jean sous le Haut-Empire en bordure de la voie de pied de côte (le « vieux chemin de Maussane à Eyguières ») et du carrefour du chemin antique de Cagalou. À la fin du XIXe siècle déjà, un érudit du Vaucluse, Louis Rochetin, écrivait qu’avec la paix romaine, la population de l’oppidum était descendue dans la plaine. Et il situait sur le piémont la station routière de Tericiae mentionnée par la Table de Peutinger sur la voie Aurélienne, en la présentant comme un vicus (Rochetin 1895, 24-25).

53Ce secteur n’a jamais fait l’objet de fouilles programmées, mais les indices de surface favorables à la présence d’une agglomération secondaire sont très nombreux.

Les données des prospections

54Sur toute la surface du piémont, le terrain est littéralement jonché de témoignages matériels (tessons de céramique, monnaies, tegulae, lauzes de toiture en calcaire scié portant des larmiers) appartenant aux différentes périodes de l’occupation du site.

55Les céramiques trouvées en surface fournissent un bon témoignage de la forte densité d’occupation. L’occupation à la fin du Ier s. av. J.-C. et durant les premiers siècles de l’Empire est très forte. Elle est caractérisée par de nombreux fragments de céramique sigillée italique ou sud-gauloise, de sigillées claires, d’amphores de divers types (Gauloises, Bétique).

Les vestiges d’un habitat important

56Les murs qui affleurent partout traduisent la forte densité des habitations. Une fouille clandestine a d’ailleurs dégagé un espace dallé (sol d’une cour ?) fait de lauzes de toiture de calcaire scié remployées, aménagé à la fin de l’âge du Fer ou après le début de notre ère.

Une nécropole tardive dans la plaine de Servanes-Cagalou

57La seule nécropole actuellement connue (Marcadal, Paillet et al. 2003) est principalement située autour du carrefour des chemins des Baumettes et de Cagalou (fig. 5 et 6). La nécropole à incinération du Ier s. av. J.-C. correspond vraisemblablement aux tombes des habitants du faubourg et du vicus. Les urnes cinéraires et leur matériel d’accompagnement sont presque toujours placés dans un loculus creusé en pleine terre, surmonté par un petit cairn. Plusieurs sépultures sont accompagnées par des busta individuels. Une tombe en caisson, isolée en bordure du « vieux chemin de Maussane à Eyguières » (Marcadal, Féménias 2001), est la seule de ce type connue localement pour l’instant. Mais des éléments isolés de tombes monumentales datant de cette période ont été également retrouvés (pilier décoré de feuilles d’acanthe, colonne funéraire, cippe mouluré d’époque républicaine). Leur luxe est le témoignage de l’importance sociale de leur propriétaire.

  • 75 Ces objets ont longtemps fait partie de la collection Revoil au château de Servanes. Le pasteur D (...)
  • 76 Cette dénomination désigne localement la portion du « vieux chemin de Maussane à Eyguières » comp (...)

58Cette nécropole continuera à être utilisée sous le Haut-Empire en regroupant en même temps les modestes tombes sous tuiles des habitants de l’agglomération secondaire du piémont et les tombes souvent monumentales des notables qui vivaient dans les villae des alentours. Il en subsiste de nombreux éléments lapidaires75 (sarcophages, stèles inscrites de Cellia Atenaïs et d’Amoena, haut de petit mausolée à imbrications, lions funéraires, antéfixe au masque d’Hercule, aile monumentale de griffon, statuette de sphinge, corniche à décor d’esses) trouvés dans les champs proches du chemin de Cagalou ou remployés dans les murs de la bergerie en ruines du Ramadou située en bordure du chemin des Baumettes76.

Les constructions du Bas-Empire dans la plaine

59Après l’arrêt de l’utilisation de la nécropole, plusieurs bâtiments ont été construits dans la plaine sur les terrains environnant le carrefour des chemins de Cagalou et des Baumettes, en remployant dans leurs murs des blocs sculptés provenant de mausolées détruits.

60En 1935 Fernand Benoit, après avoir fait ouvrir des sondages dans le verger d’oliviers bordant ce carrefour, écrivait : « … au pied de l’oppidum dans le verger d’oliviers du chemin de Cagalou : là ont été rencontrés des murs de basse époque orientés au midi, faits de remploi de grands monuments (des fragments de corniche ont été retirés) et 7 bronzes du Bas-Empire de Tetricus, Constantin, Julien, un peson de plomb, des fragments de chaudron en cuivre et de la poterie grossière » (R1935). Dans la marge : « corniche 1 m30 ». On ignore où se trouvent actuellement ces « fragments de grands monuments » provenant vraisemblablement de la nécropole gallo-romaine.

61D’autre part, les blocs sculptés extraits par Fernand Benoit des murs de la bergerie ruinée du Ramadou et transportés au musée d’Arles pourraient provenir d’une construction située dans un verger d’abricotiers peu éloigné du carrefour. On y a mis au jour récemment, au cours de travaux agricoles, une fondation de mur remployant divers blocs, dont une colonne avec son chapiteau funéraire et un grand cippe mouluré (Marcadal, Paillet et al. 2003).

Notes

54 À quelques exceptions près, les blocs gravés sont toujours remployés dans les remparts. Quelques fragments seulement ont été réutilisés durant la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. dans les murs de la maison à pièces multiples voisine du rempart R1.

55 Rolland 1951a, Bessac, Bouloumié 1985, Paillet, Tréziny 2000, 2003 et 2004. Par leurs figurations de cavaliers brandissant un javelot et leur mode de gravure punctiforme, les stèles de Glanum sont très proches de celles des Caisses. Ces particularités du décor s’observent seulement dans les Alpilles et font de ces deux sites un groupe bien individualisé dans la région du Sud-Est.

56 Arcelin et al. 1993, Arcelin, Brunaux, Gazenbeek et al. 2003, Arcelin, Dedet, Schwaller 1993, Arcelin, Gruat et al. 2003 ; Arcelin, Plana-Mallart 2011, Arcelin 2013.

57 Cf. 5e partie, § 2.

58 On doit également signaler quelques tessons de la fin du Bronze final trouvés par Fernand Benoit devant le rempart principal à l’extérieur de l’agglomération, et d’autres tessons trouvés en 1982 dans un remblai incorporé dans le remplissage d’une ancienne fosse d’extraction d’argile (zone Z01).

59 Rapports manuscrits R1938b et 1939b de Fernand Benoit conservés au Palais du Roure d’Avignon par la Fondation Flandreysie-Espérandieu.

60 Cf. 3e partie, chap. 8, § 2 : couche de cendre (Us 7404) contenant de nombreux débris osseux et divers tessons : AT-FR, A-ETR et A-MAS, GR-MONO, CNT-BER.

61 D’après le premier rapport de Fernand Benoit en 1933, « On aurait trouvé dans les champs d’oliviers et d’amandiers qui s’étendent sur la pente sud des Caisses de la poterie attique à figure rouge ».

62 Les occupants des IIe-Ier s. av. J.-C. (périodes 4 et 5) ont détruit l’essentiel des vestiges de l’occupation antérieure.

63 Pour tous ces exemples, voir plus loin le chapitre 4 de la
3e partie.

64 Cf. 2e partie, chap. 5, § 4 et 5.

65 Cf. 4e partie.

66 La présence de larmiers sur l’oppidum était signalée depuis longtemps. Rochetin mentionnait déjà « deux ou trois pierres plates et oblongues, taillées de main d’homme, avec rebord saillant à leur extrémité supérieure, accompagné, au-dessous, de deux traits horizontaux qui, avec cette modeste ornementation, ont dû tenir lieu de corniches aux maisons de l’oppidum » (Rochetin 1895, 23). Fernand Benoit comme Henri Rolland à Glanum ont vu également dans ces « fragments moulurés » les vestiges d’un décor mural à l’intérieur des maisons. C’est à Albéric Olivier (Olivier 1982) que revient le mérite de les avoir identifiés comme des éléments en remploi provenant de la toiture de bâtiments somptueux.

67 Les divers débris (dalles de toiture, larmiers, etc.) produits par la destruction du centre monumental sont massivement remployés dans les murs des constructions situées au pied de la barre rocheuse méridionale (dans les zones Z02 et Z05), qui sont datées de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. En revanche, ils n’existent qu’exceptionnellement à l’état de fragment isolé dans les habitations de la même période plus à l’ouest en arrière du rempart (zones Z01 et Z06).

68 Cf. 5e partie, § 7.

69 Cf. 4e partie, chap. 12 et 13.

70 Cf. 4e partie.

71 Les prospections dans les vergers d’oliviers occupant l’extrémité orientale de la vallée des Baux révèlent la présence de nombreuses constructions gallo-romaines (villae, bâtiments d’exploitation, moulin à huile, etc.).

72 Un tesson de DSP estampée dans la zone centrale de l’oppidum, quelques tessons de sigillée claire D sur le plateau terminal de l’oppidum et à l’est du rempart R3 des Petites Caisses.

73 On ignore la provenance d’une boucle de ceinture mérovingienne conservée par Fernand Benoit avec d’autres objets provenant des Caisses, et actuellement au palais du Roure à Avignon.

74 Rares tessons de sigillée claire D.

75 Ces objets ont longtemps fait partie de la collection Revoil au château de Servanes. Le pasteur Destandau en avait dressé l’inventaire (Destandau 1922). Une partie de la collection (stèle de Cellia Atenaïs, stèle d’Amoena, statuette de sphinge, corniche à décor d’esses) a été acquise par le Musée d’Arles. Le reste est aujourd’hui dispersé.

76 Cette dénomination désigne localement la portion du « vieux chemin de Maussane à Eyguières » comprise entre le carrefour du chemin de Cagalou et le hameau des Baumettes plus à l’est.

Table des illustrations

Titre Fig. 30. Carte simplifiée : occupation du site, période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). En S- sanctuaire et stèles ; H- traces d’un habitat en matériaux légers (torchis, adobes fondus), céramiques.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 31. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Linteau avec gravure représentant un troupeau de chevaux (Musée Départemental Arles Antique). Longueur 1,28 m.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 32. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Stèle votive avec gravures de chevaux (Musée Départemental Arles Antique). Hauteur 0,85 m.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 33. Période 1 (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Personnage en position d’orante placé à l’extrémité d’un sillon vertical (Musée Départemental Arles Antique). Gravure sur un fragment d’architecture indéterminé (Hauteur conservée 1,22 m).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 34. Carte simplifiée : occupation du site, période 2 (VIe-IV e s. av. J.-C.). En rouge, habitat groupé ; en rose, habitat dispersé. En T, tertre de cendre.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 35. Carte simplifiée : occupation du site, période 3 (IV e-IIIe s. av. J.-C.). En rose, moindre densité de l’habitat sur l’oppidum, dispersion de l’habitat en contrebas.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 36. Carte simplifiée : occupation du site, période 4 (IIe av. J.-C.). En rouge, habitat groupé ; en rose, habitat moins dense et/ou dispersé.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 37.  Période 4 (IIe av. J.-C.). Fragments de tuiles de rive à larmiers en remploi : a- trouvés en 1936 dans la zone Z05 (cliché F. Benoit conservé au Palais du Roure à Avignon)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 37.  Période 4 (IIe av. J.-C.). Fragments de tuiles de rive à larmiers en remploi : b- trouvé en 1986 dans la zone Z02.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 38. Période 4 (IIe av. J.-C.). Chapiteau toscan (zone Z05) (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 39. Période 4 (IIe av. J.-C.). Grand seuil à mortaises latérales de type hellénistique (zone Z01). Longueur 2,02-2,05 m.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 40. Carte simplifiée : occupation du site, période 5 (Ier s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 41. Carte simplifiée : occupation du site, période 6 (début Ier s. av. J.-C.- fin IIIe s. ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11707/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search