Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Première partie. Présentation du site archéologique

Chapitre 3. Historique des recherches

Texte intégral

1Jusqu’à nos jours, l’essentiel des recherches a essentiellement concerné l’oppidum, qui a fait l’objet de fouilles de 1933 à 1942, et depuis 1978. Mais son versant méridional et son piémont sont mieux connus depuis la fin du XXe siècle (fig. 17).

Fig. 17. Historique des recherches sur l’ensemble de la zone archéologique.

Fig. 17. Historique des recherches sur l’ensemble de la zone archéologique.

1. Les fouilles de l’oppidum

Un site connu depuis longtemps

  • 39 Lettre de Monsieur de Bonnecorse, Maire de Mouriès, au comte de Villeneuve, Préfet des Bouches-du (...)
  • 40 Isidore Gilles décrit avec précision (p. 300) le site perché et son rempart principal, en le qual (...)
  • 41 Pranishnikoff en 1907 cite comme oppidum sans donner de détails « Les Caisses, de Mouriès (mal ca (...)
  • 42 Destandau 1912 : « on voit sur la dépression qui est entre la double crête de la montagne des Cai (...)
  • 43 Gérin-Ricard : « Les Caïsses. Habitat », sans autre précision.

2L’oppidum est signalé par les érudits régionaux depuis le début du XIXe siècle. Déjà en 1822, Monsieur de Bonnecorse, Maire de Mouriès, indiquait « au sommet de la montagne des Caisses […] des traces d’habitation, des débris de poterie fine, et des médailles romaines en cuivre »39. Par la suite, l’oppidum sera mentionné à différentes reprises dans plusieurs publications (Rochetin 1895, Gilles 189740, Pranishnikoff 190741, Destandau 192242, Gérin-Ricard 193243), sans que cela donne lieu à des recherches sur le terrain.

Les fouilles de Fernand Benoit (1933 à 1942)

3Il faudra attendre l’année 1933 pour que les premières fouilles aient lieu, dirigées par Fernand Benoit, bibliothécaire et archiviste de la ville d’Arles, puis conservateur des musées de la ville. Elles seront abandonnées après 1942 lorsqu’il deviendra le premier directeur des Antiquités Historiques de Provence-Alpes-Côte d’Azur et se consacrera aux fouilles d’Entremont.

  • 44 Pour situer les emplacements des zones de fouille, se reporter tout au long de l’ouvrage au plan (...)

4Ses recherches (Benoit 1934 et 1936) ont porté tout d’abord, de 1933 à 1938, sur une quinzaine d’habitations « de la fin de la République et du début de l’Empire » situées au pied de la falaise méridionale (zone Z0444 et Z05, fig. 18, 19 et 20) et sur le plateau terminal (zone Z00). Ces fouilles, poursuivies jusqu’à deux mètres de profondeur (fig. 21 à 24), mettront également en évidence une importante occupation des V e et IV e s. av. J.-C.

Fig. 18. Fouille de l’habitat dans la zone Z05  : croquis de fouille, année 1936, sans échelle (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 18. Fouille de l’habitat dans la zone Z05  : croquis de fouille, année 1936, sans échelle (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 19. Photographie (Fernand Benoit) de l’habitat de la zone Z05 fouillée en 1936 (Fonds F. Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 19. Photographie (Fernand Benoit) de l’habitat de la zone Z05 fouillée en 1936 (Fonds F. Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 20. Brouillon de rapport (1938) par Fernand Benoit sur les fouilles de la zone Z05 (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 20. Brouillon de rapport (1938) par Fernand Benoit sur les fouilles de la zone Z05 (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 21. Coupe-skyphos attique à figures rouges du IV e s. av. J.-C. (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 21. Coupe-skyphos attique à figures rouges du IV e s. av. J.-C. (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 22. Fragments de céramique attique, oboles massaliètes (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 22. Fragments de céramique attique, oboles massaliètes (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 23. Sigillée italique avec marque du potier Cornelius (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 23. Sigillée italique avec marque du potier Cornelius (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 24. Poteries peignées (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 24. Poteries peignées (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).

5Puis, de 1939 à 1942, il étudiera le rempart principal de l’oppidum grâce à une longue tranchée recoupant perpendiculairement la colline de débris qui l’ensevelit, en mettant au jour dans la zone Z06 une muraille « de 4 mètres d’épaisseur », datée selon lui « au plus tôt de la fin du IV e siècle avant notre ère » (Benoit 1948, 140). De nombreux fragments de stèles et d’éléments architecturaux (linteaux et piliers), en remploi dans son parement extérieur et portant des gravures de chevaux et de cavaliers, furent alors déposés et transportés au musée d’Arles. Leur inventeur a consacré plusieurs publications (Benoit 1939, 1948, 1969) à l’interprétation de ces documents lapidaires qui attesteraient d’après lui l’existence sur le site, au début de l’âge du Fer, d’un premier lieu de culte. Mais il ne fournit pas d’informations sur la stratigraphie rencontrée au cours de ses travaux (fig. 17).

Les recherches récentes

  • 45 Tous les rapports (de prospection, de sondage et de fouilles programmées), datés des années 1978, (...)

6Les fouilles ont repris depuis 1978 sous la direction de Y. Marcadal avec la collaboration de P. Arcelin de 1980 à 1982 et de J.-L. Paillet depuis 2001, pour se poursuivre presque sans interruption jusqu’à nos jours45. Plusieurs pièces d’un îlot d’habitation du Ier s. av. J.-C. (zone Z01), organisées au croisement d’une rue charretière et d’une ruelle piétonnière (fig. 25a et b), ont été étudiées entre 1980 et 1982 (Gallia 1986). Dans la zone Z02, une grande salle de réunion (fig. 26a et b) a été fouillée de 1981 à 1989 (Gallia 1987-1988 et 1990 ; Marcadal 1992a) et un important sondage stratigraphique pratiqué en 1998 dans le quartier d’habitation (zone Z05) anciennement fouillé par Fernand Benoit au pied de la falaise méridionale (Marcadal 1999).

Fig. 25. Îlot d’habitation de la zone Z01 de l’oppidum : a- vue est-ouest en 1982.

Fig. 25. Îlot d’habitation de la zone Z01 de l’oppidum : a- vue est-ouest en 1982.

Fig. 25. Îlot d’habitation de la zone Z01 de l’oppidum : b- plan (2010).

Fig. 25. Îlot d’habitation de la zone Z01 de l’oppidum : b- plan (2010).

Fig. 26. La salle de réunion de la zone Z01  : a- vue ouest-est du deuxième état.

Fig. 26. La salle de réunion de la zone Z01  : a- vue ouest-est du deuxième état.

Fig. 26. La salle de réunion de la zone Z01  : b- plan.

Fig. 26. La salle de réunion de la zone Z01  : b- plan.
  • 46 Marcadal 1985a et b, Marcadal 1992b, Coignard, Marcadal 1998.

7De nouveaux blocs gravés ont été découverts en 1985 dans le parement extérieur du rempart R1 à l’occasion du déblaiement de l’éboulis provoqué par l’ancienne fouille46.

8L’incendie de juillet 1999, en faisant disparaître une végétation presque impénétrable, a rendu possible des prospections systématiques sur toute la surface de l’oppidum (Marcadal, Poguet 2000).

  • 47 Marcadal, Paillet, 2006 à 2009, 2010 et 2012.

9Depuis lors, de nouvelles recherches ont été effectuées dans la zone Z06 du rempart47. Elles ont révélé la présence en profondeur, à proximité du rempart récent traversé par la tranchée de Fernand Benoit, de deux remparts successifs beaucoup plus anciens (VIe-V e s. av. J.-C.) Des stèles et des éléments architecturaux portant des gravures de chevaux étaient déjà réutilisés comme de simples matériaux de construction dans le parement du second. À côté du rempart, plusieurs pièces appartenant à un habitat du V e s. av. J.-C. étaient ensevelies sous un énorme amas de cendres. Une maison à pièces multiples de type méditerranéen sera construite dans le même secteur durant la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. sur les niveaux de destruction antérieurs (fig. 27).

Fig. 27. Maison à pièces multiples (2e moitié du Ier s. av. J.-C.) de la zone Z06, vue vers l’ouest. Au fond, le mur MR 6124 séparant l’habitation de la zone fortifiée.

Fig. 27. Maison à pièces multiples (2e moitié du Ier s. av. J.-C.) de la zone Z06, vue vers l’ouest. Au fond, le mur MR 6124 séparant l’habitation de la zone fortifiée.

10En 2009, un grand seuil de tradition hellénistique (Marcadal, Paillet 2011) ayant été dégagé par un chercheur clandestin en bordure d’une ancienne fouille (zone Z01), une intervention d’urgence a affecté une partie de la pièce 4 de cet îlot de l’habitat. La découverte de ce seuil est à l’origine d’une publication (Marcadal, Paillet 2011) portant sur tous les éléments architecturaux de type gréco-italique trouvés en remploi sur le site dans des constructions de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. L’abondance de ces éléments provenant de plusieurs édifices monumentaux détruits est un argument majeur en faveur de l’existence sur l’oppidum d’un petit centre monumental tardo-hellénistique dont l’emplacement est encore inconnu.

11Les dernières campagnes de fouille ont été consacrées aux défenses avancées du rempart principal R1 (Marcadal, Paillet 2010) et à la porte de ce dernier en 2012.

2. Remparts et habitat des Petites Caisses : prospections et fouilles récentes

  • 48 Destandau semble avoir reconnu les trois remparts (R3, R4 et R5) dont il est question dans la qua (...)

12Cette vaste zone archéologique a été longtemps délaissée par les archéologues. Fernand Benoit, qui semble avoir négligé son intérêt archéologique, n’en fait jamais mention. Seul un érudit local, le pasteur Destandau, avait déjà mentionné quelques vestiges de construction (Destandau, 1912, 114) et peut-être de remparts : « sur le penchant méridional de la même montagne émergent, au-dessus du sol qui est rocheux, les restes de trois murs formés par des gros blocs de pierre très dure, posés à sec »48.

  • 49 Par Nadine et Yves Marcadal.

13Les prospections menées49 dans les années 1990, et notamment en 1999-2000 (Marcadal, Poguet 2000) après l’incendie de juillet 1999, ont montré que des habitations isolées se trouvaient déjà au début de l’âge du Fer sur ce versant des Petites Caisses. Un quartier d’habitation, véritable faubourg de l’oppidum, s’y développera au cours du IIe s. av. J.-C. La communication avec l’oppidum se faisait par « l’entrée orientale », le seuil dans la falaise étant fermé sur une dizaine de mètres par un petit rempart aujourd’hui totalement écroulé, percé d’une poterne précédée par un gros mur défendant l’entrée en dessinant une sorte de sas.

14Ce quartier se développe d’ouest en est sur 470 mètres de longueur, mais sa largeur entre les deux falaises ne dépasse pas 45 mètres (fig. 6). La superficie disponible pour l’habitat est de 2,7 hectares.

15Des falaises escarpées le protégeaient au nord et au sud. Deux petits remparts seront construits tardivement aux deux extrémités, R3 à l’est (Marcadal, Paillet 2001 et 2002) et R5 à l’ouest (Marcadal, Paillet 2003 à 2005). La défense du périmètre habité était complétée par un mur plus léger formant parapet (R6) installé au sommet de la falaise méridionale. Une autre muraille défensive (R4), située à l’intérieur de ce périmètre, identifiée lors des prospections, n’a pas encore fait l’objet d’une fouille.

3. Les prospections et les fouilles sur le piémont

  • 50 Sépultures à incinération et nombreux objets antiques découverts par « un particulier de ce pays- (...)
  • 51 Rappelons également que, d’après le premier rapport de Fernand Benoit en 1933, « On aurait trouvé (...)

16De nombreuses découvertes d’objets antiques sont signalées dès la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle50. Les érudits de l’époque admettent alors l’existence d’une agglomération au pied de l’oppidum qu’ils identifient avec Tericia, une des étapes de la voie Aurélienne mentionnées par la carte de Peutinger (fig. 3b). En 1868, les habitants signalaient à Raoul Tavernel, un journaliste de la Revue d’Arles « sur le penchant de la colline… une ville en ruines qui fut le berceau de Mouriès ». Cette dénomination est reprise en 1895 par Louis Rochetin (Rochetin 1895, 24-28) qui qualifie de vicus cette bourgade qui serait descendue dans la plaine avec l’installation de la paix romaine. Le pasteur Destandau signale aussi « sous le flanc méridional de la montagne, des traces de fondations de maisons romaines, des poteries grossières et fines en terre rouge avec des dessins représentant des scènes de chasse, avec de nombreuses pièces romaines en or, en argent, en bronze de tous modules… » (Destandau 1912, 114)51.

  • 52 Cruche en céramique non tournée des Alpilles d’après le dessin de Gallia, forme CNT-ALP 2b4 datée (...)

17Mais il faudra attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour que des investigations plus scientifiques aient lieu à la suite de découvertes fortuites. En 1962 en effet sont recueillies sur le piémont de Servanes diverses céramiques, à l’occasion du défoncement d’une oliveraie sur la parcelle appelée « les grandes terrasses » : « des tessons de poterie hallstattienne et d’amphores massaliètes, un haut de cruche à versoir en pâte rouge à dégraissant calcaire52 », une coupe de campanienne [de forme C18] et un « gobelet en pâte grise monochrome ornée de deux registres d’ondes » (Benoit 1962, 691).

18Ces trouvailles relancent l’intérêt pour cette partie de la zone archéologique. La première campagne de prospection systématique se déroule en 1975 (Volle 1975, 89-93). On signale alors de la céramique campanienne et des « poteries communes », des tessons de sigillée arétine, de sigillée sud-gauloise et de sigillée claire A et B. Le site, bien connu des collectionneurs pour sa richesse en monnaies, devient alors un des lieux de prédilection des chercheurs clandestins.

19Plusieurs campagnes de prospection ont été effectuées depuis (Marcadal 1985b, Lagrue, Reul 1987), surtout après l’incendie en juillet 1999 du bois de pins de Jean-Jean (Marcadal, Poguet 2000c).

20En 1988, l’aménagement d’un golf sur le domaine de Servanes a provoqué l’ouverture d’une fouille de sauvetage qui a révélé l’existence de plusieurs cabanes du VIe s. av. J.-C. (fig. 28), d’un petit groupe de tombes à incinération et d’un village du Ier s. av. J.-C. (Jorda, Provansal, Royet 1990, Marcadal 2000a et c, Nougué 1988, Royet 1988 et 2000, Royet, Verdin 2000).

Fig. 28. Habitat du VIe s. av. J.-C. du piémont de Servanes vu du sud. À l’arrière-plan, la falaise méridionale de l’oppidum avec au pied le rempart R5 des Petites Caisses.

Fig. 28. Habitat du VIe s. av. J.-C. du piémont de Servanes vu du sud. À l’arrière-plan, la falaise méridionale de l’oppidum avec au pied le rempart R5 des Petites Caisses.

4. La nécropole de Servanes-Cagalou : découvertes anciennes et fouilles récentes

21Cette importante nécropole de la fin de l’âge du Fer et du Haut-Empire est connue depuis le début du XIXe siècle dans la petite plaine au sud-est de l’oppidum, autour ou à proximité du carrefour des deux chemins antiques, le vieux « chemin de Maussane à Eyguières » passant par le hameau des Baumettes plus à l’est et celui de Cagalou se dirigeant vers le nord (fig. 6). On se trouve ici à la limite orientale des terres du domaine de Servanes.

  • 53 Les découvertes du XIXe siècle sont signalées dans la lettre du 20 janvier 1822 de Monsieur de Bo (...)

22Les premières tombes ont été découvertes à la fin du XVIIIe siècle puis sous le Second Empire53, à l’occasion de travaux agricoles ou de voierie à l’extrémité orientale du piémont de Jean-Jean et en bordure du chemin de Cagalou. D’autres sépultures ont été fouillées récemment (Marcadal 1996) en bordure du même chemin (fig. 29). D’après des témoins oculaires, de nombreuses sépultures gallo-romaines sous tuiles ont été détruites lors des travaux d’aménagement du golf en 1988. La même année, une sépulture à incinération (Marcadal, Féménias 2001) placée dans un grand caisson de pierre a été fouillée clandestinement. Son mobilier, d’abord dispersé, est aujourd’hui récupéré et déposé au Musée Départemental Arles Antique. L’ensemble des découvertes a d’abord fait l’objet de plusieurs publications partielles (Marcadal 2000b, 2001 et 2003 ; Royet, Verdi2000), puis d’une publication exhaustive en 2003 (Marcadal, Paillet et al. 2003).

Fig. 29. Nécropole du chemin de Cagalou. Sépulture à incinération n° 16 en bordure du chemin antique.

Fig. 29. Nécropole du chemin de Cagalou. Sépulture à incinération n° 16 en bordure du chemin antique.

Notes

39 Lettre de Monsieur de Bonnecorse, Maire de Mouriès, au comte de Villeneuve, Préfet des Bouches-du-Rhône, janvier 1822. Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

40 Isidore Gilles décrit avec précision (p. 300) le site perché et son rempart principal, en le qualifiant d’habitat, sans utiliser celui d’oppidum.

41 Pranishnikoff en 1907 cite comme oppidum sans donner de détails « Les Caisses, de Mouriès (mal caractérisé) ».

42 Destandau 1912 : « on voit sur la dépression qui est entre la double crête de la montagne des Caisses, les vestiges d’un double oppidum, séparés et distincts l’un de l’autre, et défendus par un blocage de pierres sèches du côté du couchant, la montagne étant abrupte de tous les autres côtés ».

43 Gérin-Ricard : « Les Caïsses. Habitat », sans autre précision.

44 Pour situer les emplacements des zones de fouille, se reporter tout au long de l’ouvrage au plan général, fig. 6. Au fil du temps, nous avons été amenés à numéroter les zones fouillées par Fernand Benoit puis nous-mêmes en tenant compte de l’ordre chronologique de notre intervention et non pas de leur emplacement les unes par rapport aux autres à l’intérieur de l’oppidum. Ainsi, par exemple, le rempart R1 comprend successivement de façon continue du nord au sud les zones Z010, Z06, Z08 précédée à l’ouest par la zone Z07, puis la zone Z09 et enfin la zone Z03. Les zones, faits et Us sont définis en utilisant le système d’enregistrement des données archéologiques SYSLAT (Py 1997). Les céramiques sont identifiées en utilisant le DICOCER et ses sigles (Py 1993).

45 Tous les rapports (de prospection, de sondage et de fouilles programmées), datés des années 1978, 1979, 1981 à 1987, 1989, 1996, 1998 et 1999, 2001 à 2010, 2012, sont déposés à la Conservation Régionale de l’Archéologie de Provence-Alpes-Côte d’Azur à Aix-en-Provence.

46 Marcadal 1985a et b, Marcadal 1992b, Coignard, Marcadal 1998.

47 Marcadal, Paillet, 2006 à 2009, 2010 et 2012.

48 Destandau semble avoir reconnu les trois remparts (R3, R4 et R5) dont il est question dans la quatrième partie de cet ouvrage.

49 Par Nadine et Yves Marcadal.

50 Sépultures à incinération et nombreux objets antiques découverts par « un particulier de ce pays-ci, nommé Jean Disnard, qui acheta en 1785 une petite propriété qui porte le nom de Jean-Jean, et qui se trouve au nord-est du village, à l’extrémité de la terre de Servanes, du côté du levant… ». Divers documents (lions funéraires, masque d’Hercule, simpula, balance en bronze) seront trouvés ou acquis un peu plus tard par la famille Revoil, propriétaire du domaine de Servanes (lettre du 20 janvier 1822 du maire de Mouriès, Mr. de Bonnecorse, au Comte de Villeneuve-Bargemon, préfet des Bouches-du-Rhône. Archives départementales des Bouches-du-Rhône). Ces informations ont été reprises (mais en les déformant) par les rédacteurs de la Statistique des Bouches-du-Rhône (II, p. 449) publiée entre 1822 et 1830 par le Comte de Villeneuve-Bargemon, préfet du département.

51 Rappelons également que, d’après le premier rapport de Fernand Benoit en 1933, « On aurait trouvé dans les champs d’oliviers et d’amandiers qui s’étendent sur la pente sud des Caisses de la poterie attique à figure rouge ».

52 Cruche en céramique non tournée des Alpilles d’après le dessin de Gallia, forme CNT-ALP 2b4 datée entre 40 av. et 20 ap. J.-C.

53 Les découvertes du XIXe siècle sont signalées dans la lettre du 20 janvier 1822 de Monsieur de Bonnecorse, maire de Mouriès, au Comte de Villeneuve-Bargemont, préfet des Bouches-du-Rhône (Archives départementales des Bouches-du-Rhône) et dans celle d’Henri Revoil, propriétaire de Servanes, datée du 18 mai 1870 et adressée à l’Empereur NapoléoIII (Archives du Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye). Cf. aussi Brun 1933, Benoit 1936 et 1962, Destandau 1922, Espérandieu 1947.

Table des illustrations

Titre Fig. 17. Historique des recherches sur l’ensemble de la zone archéologique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 18. Fouille de l’habitat dans la zone Z05  : croquis de fouille, année 1936, sans échelle (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 19. Photographie (Fernand Benoit) de l’habitat de la zone Z05 fouillée en 1936 (Fonds F. Benoit, Palais du Roure, Avignon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 20. Brouillon de rapport (1938) par Fernand Benoit sur les fouilles de la zone Z05 (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 21. Coupe-skyphos attique à figures rouges du IV e s. av. J.-C. (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 22. Fragments de céramique attique, oboles massaliètes (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 23. Sigillée italique avec marque du potier Cornelius (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 24. Poteries peignées (Fonds Fernand Benoit, Palais du Roure, Avignon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 25. Îlot d’habitation de la zone Z01 de l’oppidum : a- vue est-ouest en 1982.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 25. Îlot d’habitation de la zone Z01 de l’oppidum : b- plan (2010).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 26. La salle de réunion de la zone Z01  : a- vue ouest-est du deuxième état.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 26. La salle de réunion de la zone Z01  : b- plan.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 27. Maison à pièces multiples (2e moitié du Ier s. av. J.-C.) de la zone Z06, vue vers l’ouest. Au fond, le mur MR 6124 séparant l’habitation de la zone fortifiée.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 28. Habitat du VIe s. av. J.-C. du piémont de Servanes vu du sud. À l’arrière-plan, la falaise méridionale de l’oppidum avec au pied le rempart R5 des Petites Caisses.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 29. Nécropole du chemin de Cagalou. Sépulture à incinération n° 16 en bordure du chemin antique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11678/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 821k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search