Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Première partie. Présentation du site archéologique

Chapitre 1. Le cadre naturel

Texte intégral

1. Une situation géographique favorable

1L’oppidum des Caisses de Jean-Jean, situé au débouché du couloir rhodanien sur les plaines littorales méditerranéennes, est un des sites archéologiques majeurs de la région du Bas-Rhône.

2À 2,5 km au nord-est du village de Mouriès, il occupe une position dominante sur la bordure méridionale des Alpilles, une petite chaîne calcaire peu élevée et étirée d’ouest en est entre la vallée des Baux, les plaines de la Crau et de la Camargue au sud, et celles de la Durance et du Vaucluse au nord.

3Cette situation géographique s’est révélée avantageuse pour son développement et contribue à expliquer la longue durée de son histoire.

Une situation au contact de plusieurs régions naturelles complémentaires

  • 1 Sur plus d’un kilomètre de distance, la partie supérieure de la barre rocheuse tournée vers le su (...)

4Depuis déjà longtemps dans la région des Alpilles, une installation à la périphérie de la chaîne, c’est-à-dire à la limite de régions naturelles différentes, a été un facteur favorable à l’installation d’un habitat permanent. Celui-ci pouvait à la fois bénéficier des avantages défensifs de sa position en hauteur et des possibilités agricoles des régions de plaine environnantes. Le pourtour de la chaîne était déjà jalonné au Néolithique final par de petits villages. Grâce à de récentes prospections (Marcadal, Poguet 2000), quatre de ces sites (Malacersis, Vaudoret, Le Castellas, et le sommet de la barre rocheuse méridionale1 qui limite l’oppidum des Caisses) ont été reconnus dans la seule commune de Mouriès (fig. 14). Durant l’âge du Fer, tous les oppida identifiés dans les Alpilles (Arcelin 1999, Marcadal 2009) sont situés à la périphérie de la chaîne (fig. 13). L’oppidum des Caisses bénéficiait lui aussi de la même situation géographique favorable. Il est placé dans la zone de contact entre trois régions naturelles dont les aptitudes agricoles sont complémentaires (fig. 2). Au nord, les hauteurs calcaires des Alpilles couvertes de forêts fournissaient le bois de chauffe et de construction. Aux alentours de l’oppidum, les terres colluviales légères des bas de versant et des fonds de vallée pouvaient être consacrées aux champs cultivés, et les zones humides du vallon de Servanes et de la vallée des Baux, une ancienne zone de marais aujourd’hui asséchés, aux pâturages. À quelques kilomètres plus au sud, la plaine désertique de galets de la Crau d’Arles a longtemps joué un rôle répulsif avant de voir se développer au Ier s. av. J.-C. l’élevage extensif des moutons (Brun, Congès, Badan 1995).

Fig. 2. Situation de la zone archéologique au contact de trois régions naturelles et localisation de ses quatre unités topographiques et archéologiques  : 1- Oppidum des Caisses de Jean-Jean  ; 2- Faubourg des Petites Caisses  ; 3- Piémont de Jean-Jean et de Servanes  ; 4- Nécropole de Servanes-Cagalou (fond de carte IGN 1/25000).

Fig. 2. Situation de la zone archéologique au contact de trois régions naturelles et localisation de ses quatre unités topographiques et archéologiques  : 1- Oppidum des Caisses de Jean-Jean  ; 2- Faubourg des Petites Caisses  ; 3- Piémont de Jean-Jean et de Servanes  ; 4- Nécropole de Servanes-Cagalou (fond de carte IGN 1/25000).

Des facilités de communication

  • 2 Diplômé de l’École des Chartes, Fernand Benoit a commencé sa carrière comme bibliothécaire et arc (...)

5Comme pour les autres centres de population régionaux protohistoriques, l’oppidum était intégré dans tout un réseau de chemins anciens qui viennent de la mer, longent les piémonts ou empruntent les vallées transversales de la chaîne, et que l’on a continué à emprunter pour la plupart d’entre eux jusqu’à nos jours. Fernand Benoit2 a consacré plusieurs articles (cf. notamment Benoit 1968 et 1964) à l’étude de ce « réseau de routes primitives » qui serait d’après lui « antérieur à la conquête romaine » (Benoit 1968, 133). La région de Mouriès (fig. 3a) située « en contrebas et en bordure de la Crau, désert de cailloux, aux flancs de la chaîne aride des Alpilles » aurait été « un carrefour important faisant communiquer la région littorale avec la région montagneuse » (Benoit 1968, 141). Le même auteur y voyait en même temps « une frontière naturelle pouvant correspondre à une limite de peuplement et peut-être à celle d’un vicus ». Depuis lors, de nouvelles mises au point accompagnées de cartes ont été consacrées en 1959 à la voie Aurélienne par l’abbé Boyer et P.-A. Février en 1959 (fig. 3b), et plus récemment par A. Roth-Congès à cette partie de la région du Bas-Rhône (Roth-Congès 1997, carte p. 164).

Fig. 3. a- Les itinéraires antiques dans la région du Bas-Rhône (d’après Fernand Benoit, CRAI 1964).

Fig. 3. a- Les itinéraires antiques dans la région du Bas-Rhône (d’après Fernand Benoit, CRAI 1964).

Fig. 3. b- La via Aurelia d’après la carte de Peutinger (Boyer-Février 1959).

Fig. 3. b- La via Aurelia d’après la carte de Peutinger (Boyer-Février 1959).

Fig. 3. c- Le réseau viaire du territoire occidental des Salyens (d’après A. Roth-Congès 1997, 164).

Fig. 3. c- Le réseau viaire du territoire occidental des Salyens (d’après A. Roth-Congès 1997, 164).

Les liaisons avec la mer et le Rhône

6La proximité de la ville d’Arles (Theliné puis Arelate), située à la tête du delta du Rhône et proche du golfe de Fos, a facilité l’arrivée dans l’arrière-pays immédiat des produits du commerce méditerranéen. L’oppidum, largement tourné vers la mer par sa position à la bordure méridionale de la chaîne, n’en était séparé que par une distance peu importante (une trentaine de kilomètres à vol d’oiseau) et un relief sans obstacle.

7On peut encore parcourir aujourd’hui une piste d’origine probablement protohistorique établissant une jonction directe avec l’Étang de Berre et les étangs littoraux du golfe de Fos (fig. 3a, 13). Elle traversait la Crau en passant près de l’étang d’Entressen, se dirigeait ensuite en droite ligne vers le nord-ouest en traversant le massif calcaire de l’Anelier puis, après avoir descendu la Costière de Crau, quittait l’actuel village de Mouriès pour se diriger, en franchissant les Rochers d’Entreconque par la Combe du noyer, vers l’agglomération antique de Glanum. Cette piste aurait servi plus tard au transport du sel, comme semble l’indiquer son ancien nom de « chemin peissonier ». Transformé aujourd’hui dans la traversée du village de Mouriès en « chemin poissonnier », ce nom pourrait être la déformation de « chemin saunier », argument utilisé par Fernand Benoit (1948, 139) pour y voir une « voie du sel ».

  • 3 Il existe encore aujourd’hui une route reliant Mouriès à cet itinéraire. Elle est indiquée « Anci (...)

8Quant à la liaison la plus courte et la plus facile avec Arles, elle était assurée par une route se détachant de la voie Aurélienne pour contourner par le sud les marais des Baux en longeant le pied de la Costière de Crau3.

Les chemins antiques « de Maussane à Eyguières » et de Cagalou

  • 4 Brun 1933, Marcadal 2000c, Marcadal, Femenias 2001, Marcadal, Paillet et al. 2003, Royet, Verdin (...)
  • 5 Villeneuve-Bargemon 1822-1829, II, 311, repris par d’autres auteurs. Ainsi, par exemple, Louis Ro (...)

9Le site contrôlait également d’autres axes de communication importants. Au bas de l’oppidum deux chemins de terre d’origine antique sont toujours empruntés aujourd’hui. Une voie de pied de côte de direction ouest-est, le « vieux chemin de Maussane à Eyguières » du cadastre dit napoléonien de 1827, dont une partie est appelée localement aujourd’hui « chemin des Baumettes », longeait le pied de la moitié orientale des Alpilles jusqu’aux trouées du vallon des Glauges et du défilé de Lamanon ouvrant sur les plaines de la basse Durance (fig. 13). La découverte de diverses sépultures (tombe à caisson, plusieurs tombes à incinération en fosse de la fin de l’âge du Fer, des stèles inscrites gallo-romaines), alignées le long de son tracé près du carrefour de Cagalou, (Marcadal 2000b, Marcadal, Femenias 2001, Marcadal, Paillet et al. 2003) rend indiscutable son origine antique4. Cet axe a été longtemps confondu5 avec la voie Aurélienne qui passe nettement plus au sud. Le coupant vers le nord, l’actuel chemin de Cagalou recouvre un chemin également antique bordé par d’autres tombes de la fin de l’âge du Fer et du Haut-Empire. Ce chemin, venu de la plaine de Mouriès, contournait l’éperon terminal de l’oppidum, puis, par le vallon de Cagalou, permettait de pénétrer à l’intérieur du massif montagneux.

La voie Aurélienne

  • 6 Le tracé de la voie Aurélienne a donné lieu à de nombreuses interprétations contradictoires de la (...)

10En revanche, un peu plus de deux kilomètres séparaient le site de la voie Aurélienne (fig. 3a et b, 13). Cette voie romaine majeure (Benoit 1938 et 1964, Boyer, Février 1959) jalonnée de milliaires d’Auguste datant de l’an 3 av. J.-C., venue d’Italie par le littoral des Alpes Maritimes (via per Alpes Maritima), est appelée de façon impropre voie Aurélienne. Elle traversait la Crau en biais depuis Salon-de-Provence puis l’actuel village de Mouriès avant de se poursuivre vers l’extrémité occidentale des Alpilles en longeant leur flanc sud6. Ce phénomène d’évitement des agglomérations protohistoriques par un grand axe routier romain se constate également pour plusieurs des oppida de la bordure méridionale de la chaîne (le Castellas de Maussane, les Tours-de-Castillon à Paradou, les Baux-de-Provence). Elle était ensuite rejointe à Saint-Gabriel (Ernaginum) par la voie Domitienne, avant de franchir le Rhône à Tarascon (Tarusco).

  • 7 Cette question a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais il n’entre pas dans notre propos de la t (...)

11En dépit de cet éloignement, l’habitat du piémont de Jean-Jean et de Servanes aurait joué d’après certains auteurs (Benoit 1936 et 1938, Boyer, Février 1959), au moins durant la période impériale, un rôle de carrefour secondaire sur cet itinéraire routier. Ces lieux, bien qu’à l’écart de cette grande route romaine venue d’Aix-en-Provence, pourraient être identifiés à Tericiae, une des stations routières indiquées sur son tracé entre Pisavis et Glanum par la Table de Peutinger7.

Le contrôle d’un itinéraire de raccordement entre voie Aurélienne et voie Domitienne

  • 8 Orthographe figurant déjà sur la carte de Cassini.
  • 9 « Destré signifie en provençal, passage étroit, défilé. Par là passe un chemin qui fut certaineme (...)

12L’oppidum était également situé non loin du défilé du Destet8, le débouché méridional d’une étroite vallée transversale permettant de franchir la chaîne9 jusqu’au défilé de La Vallongue sur le versant nord. Cet itinéraire est emprunté aujourd’hui par la D24. D’après Fernand Benoit (1936, n° 393 ; 1948, 139), qui reprend l’interprétation de plusieurs auteurs à propos du réseau viaire tracé sur la Table de Peutinger, cet axe était emprunté par une voie de raccordement entre Tericiae et l’agglomération de Glanum située à proximité immédiate de la voie Domitienne (fig. 3a et b, 13). Cette voie « unissait la voie de Cavaillon et des Alpes à celle d’Italie en Espagne par Tarascon et évitait, non pas le crochet par Arles, mais le trajet par le flanc S. des Alpilles ».

  • 10 « Les deux routes, Domitienne et Aurélienne, étaient réunies par une voie qui allait de Tericiae (...)

13C’était déjà l’interprétation de Camille Jullian en 188510. Cette route, bien attestée au Moyen Age par les archives, servait encore de draille de transhumance à la fin du XIXe siècle (Roth-Congès 1997, 165-168).

  • 11 Le passage de La Vallongue était encore emprunté pour la transhumance des moutons au XVIIIe et au (...)

14Sans entrer dans cette question du tracé de la voie Aurélienne par le sud de la chaîne ou en la traversant à partir de Tericiae, nous retiendrons seulement, d’une part les réelles facilités offertes par ce passage11 pour traverser la montagne et relier les deux voies venues d’Italie, et d’autre part la position stratégique de l’oppidum lui permettant d’assurer le contrôle de cet itinéraire de raccordement.

2. Les quatre unités topographiques et archéologiques du site

15L’oppidum domine du côté sud une zone archéologique très étendue, qui offre la possibilité d’associer à la fois un habitat de hauteur et des habitats de plaine. Quatre unités topographiques étagées du nord au sud (fig. 4) sont juxtaposées : le site perché des Caisses de Jean-Jea ; un palier intermédiaire sur son versant méridional, occupé par le faubourg des Petites Caisses ; un piémont s’étendant sur les quartiers de Jean-Jean et de Servanes ; une petite plaine au fond du vallon de Servanes. L’ensemble couvre une superficie dépassant 14 hectares (fig. 5 et 6). Chacune de ces zones de relief est individualisée, non seulement par sa topographie et ses aptitudes défensives plus ou moins marquées, mais aussi par son histoire et son mode d’occupation.

Fig. 4. Coupe sud-nord de la zone archéologique, du vallon de Servanes au sud au vallon de Cagalou au nord. En T, tour.

Fig. 4. Coupe sud-nord de la zone archéologique, du vallon de Servanes au sud au vallon de Cagalou au nord. En T, tour.

Fig. 5. Vue aérienne légendée du site archéologique, de l’ouest vers l’est.

Fig. 5. Vue aérienne légendée du site archéologique, de l’ouest vers l’est.

Fig. 6. Plan de la zone archéologique.

Fig. 6. Plan de la zone archéologique.
  • 12 « La Montaigne des Caisses » est qualifiée d’hermas (terre en friche) par le « Cadastre de la Con (...)

16L’oppidum et son faubourg du versant méridional sont entièrement compris dans une vaste parcelle communale (Cagalou BK, n° 127). Couverte par une forêt de pins d’Alep il y a encore peu de temps, elle a été entièrement ravagée par un incendie en juillet 1999, ce qui a permis de nouvelles prospections. Cette parcelle était déjà inculte avant la Révolutio12. Aujourd’hui, falaises et zones rocheuses dénudées alternent avec des secteurs couverts par une garrigue de plantes courtes accrochées aux rochers (thym, globulaires, lavandes), des buissons (romarins, cistes, buplèvres, genévriers de Phénicie, cornouillers, buis) ou un maquis de chênes kermès et de chênes verts. Mais la forêt de pins d’Alep se reconstitue rapidement depuis quelques années. Le sommet des murs des constructions protohistoriques affleure souvent la surface du terrain.

17En revanche, le piémont et la plaine du fond du vallon sont morcelés en de nombreuses parcelles appartenant à divers propriétaires. Le domaine le plus étendu est celui du château de Servanes, aujourd’hui en grande partie transformé en parcours de golf.

L’oppidum

  • 13 Étage rognacien du Crétacé.

18Le site de hauteur se présente comme un éperon barré encadré par deux vallons, ceux de Cagalou au nord et de Servanes au sud. Le village fortifié s’est installé à l’extrémité orientale d’une combe (fig. 4) creusée par l’érosion dans la voûte d’un pli anticlinal allongé d’ouest en est. L’habitat (fig. 7), masqué par les falaises qui le dominent de part et d’autre, n’est pas visible depuis les vallons qui l’entourent. Il est protégé au nord comme au sud par de hautes barres rocheuses de calcaire secondaire13 (fig. 8) qui se rejoignent vers l’est en encadrant un petit plateau triangulaire terminé par un éperon escarpé (fig. 9, 12). Seul un seuil étroit permet de franchir la barre méridionale et de descendre vers le quartier du versant sud.

Fig. 7. L’oppidum vu vers l’ouest depuis le plateau terminal.

Fig. 7. L’oppidum vu vers l’ouest depuis le plateau terminal.

Fig. 8. La falaise méridionale de l’oppidum vue du sud depuis le chemin de Cagalou.

Fig. 8. La falaise méridionale de l’oppidum vue du sud depuis le chemin de Cagalou.

Fig. 9. L’éperon terminal de l’oppidum vu depuis le hameau des Baumettes à l’est.

Fig. 9. L’éperon terminal de l’oppidum vu depuis le hameau des Baumettes à l’est.
  • 14 Appelé par Fernand Benoit, le premier fouilleur du site, « camp de l’ouest ». Sur un croquis daté (...)

19L’accès principal au site se fait par l’intérieur de la combe, barrée par deux remparts successifs. Le premier, le rempart R2, précède d’environ 400 mètres le rempart principal R1 qui protège directement l’habitat. Un vaste espace intermédiaire (fig. 10) apparemment dénué de constructions, les sépare14.

Fig. 10. Vue est-ouest. Au nord de la crête méridionale, le «  camp ouest  » entre les remparts R1 et R2. Au sud, en contrebas, le vallon de Servanes.

Fig. 10. Vue est-ouest. Au nord de la crête méridionale, le «  camp ouest  » entre les remparts R1 et R2. Au sud, en contrebas, le vallon de Servanes.

La description du premier fouilleur du site, Fernand Benoit

  • 15 Cette topographie a également frappé d’autres auteurs. Louis Rochetin, un des premiers à avoir dé (...)

20Fernand Benoit a décrit à deux reprises la topographie assez particulière15 du site de l’oppidum des Caisses, en donnant ainsi l’explication de son nom.

  • 16 Hormis ce rapport dactylographié, tous les textes de Fernand Benoit cités dans la présente étude (...)

21La description la plus complète, réalisée au début de ses fouilles, est donnée dans un rapport dactylographié16 inédit daté de 1933 accompagné d’un croquis topographique.

22« À deux kilomètres au nord de Mouriès, un des derniers contreforts méridionaux des Alpilles qui borde la dépression des anciens marais des Baux, est un des points de la région signalés depuis longtemps à l’attention des archéologues. Allongé de l’est à l’ouest, il présente la particularité d’être “encaissé” par une double arête d’une grande élévation formée par des strates de rocher, qui constituent deux grandes murailles sur ses faces nord et sud ; le vallon qui est au centre avec une couche de terre très profonde, plus de deux mètres au point où a été effectué un sondage, au pied de l’arête méridionale, ce qui est une circonstance heureuse pour le succès des fouilles.

23La vallée, de 400 mètres environ de longueur est divisée en deux parties par un soulèvement de terre qui unit les arêtes nord et sud du rocher et délimite l’aire proprement dite de l’oppidum, dans la partie orientale, longue d’une centaine de mètres, la partie occidentale (fig. 10) occupée au centre par une vaste mare et servant de pacage, ne présentant pas de traces d’occupation apparentes.

24La partie orientale du vallon au contraire est jonchée de fragments de poterie, de la poterie indigène dite ligure aux tuiles plates romaines ; au centre, une petite dépression, où poussent des joncs, a dû servir de citerne, à moins qu’il n’ait jailli une source. Au pied de la colline, au sud-ouest, une source, canalisée, alimente le château de Servane.

25Le côté occidental de l’oppidum est défendu par une butte de terre allongée qui ferme le vallon et est couverte des ruines d’un mur de gros appareil (fig. 11) qu’il est difficile de délimiter de la “butte” ; peut-être la dépression (fossé ?) qui longe extérieurement ce soulèvement, indique-t-elle la construction d’une véritable “motte” de terre, qui aurait été couronnée d’un mur de défense. Au sud, une porte encore reconnaissable sur toute la largeur de la butte, une dizaine de mètres, permettait d’accéder à l’aire occidentale des Caisses.

Fig. 11. Le rempart R1 (dit la «  butte de terre  » par Fernand Benoit) vu depuis le rempart R2 à l’ouest.

Fig. 11. Le rempart R1 (dit la «  butte de terre  » par Fernand Benoit) vu depuis le rempart R2 à l’ouest.
  • 17 La note 1 de la première page de ce texte indique comme bibliographie : « I. Gilles, Le pays d’Ar (...)

26L’entrée orientale, assez abrupte, est défendue par un étroit défilé, où l’on observe encore la trace d’un chemin, quelques marches en gros blocs taillés. Cette région est très riche en vestiges archéologiques depuis la source de Servane à l’ouest jusqu’au chemin du Cagalou ou Cogneloup, qui vient mourir au pied de l’oppidum, et qui, creusé en tranchée, est bien connu des chercheurs locaux qui y ont trouvé de nombreuses pièces des colonies grecques de Marseille et de Cavaillon. On aurait trouvé dans les champs d’oliviers et d’amandiers qui s’étendent sur la pente sud des Caisses de la poterie attique à figure rouge ; on y rencontre en grande quantité de la poterie campanienne et samienne, des fragments de dolia striés d’époque celtique, des balles de fronde, sans parler de la poterie romaine très abondante »17.

27Cette description est reprise plus brièvement dans le rapport manuscrit suivant daté de juillet 1934, avec cependant quelques détails supplémentaires.

28« L’oppidum des “Caisses”, à deux kilomètres N-E. de Mouriès environ, sur l’un des derniers contreforts méridionaux des Alpilles qui domine Servannes, est un des points signalés depuis longtemps à l’attention des archéologues, qui y situent volontiers la ville de Tericiae mentionnée par la Table de Peutinger au 11e mille de Glanum et au 18e de Pisavis.

  • 18 Les « antiquités » mentionnées ne proviennent pas des « pentes méridionales de la montagne », mai (...)

29Les pentes méridionales de la montagne18 ont été habitées à l’époque romaine et l’on y a trouvé au XVIIIe et au XIXe siècle un certain nombre d’antiquités qui témoignent d’une station importante : mosaïque, revêtement de stuc, colonnes de marbre, statuettes de bronze, lions de pierre, masque d’Hercule ; le sol est parsemé de poteries, de fragments de dolium et de tuiles plates.

30L’occupation romaine n’abandonna pas toutefois le site de l’oppidum, où l’on rencontre, en petite quantité, des tuiles plates ; mais la poterie la plus récente, abondante en surface, est la poterie d’Arezzo, mêlée à la poterie campanienne. (…)

31Cet oppidum, qui doit son nom à son “encaissement” naturel par deux barres de rocher verticales qui le ferment au nord et au sud, est abrupt sur le côté oriental auquel on accède par un cheminement pénible ; son côté occidental est fermé par un monticule naturel de direction nord-sud, dont la crête a été fortifiée d’un rempart de pierre sèche éboulé sur les pentes. Une porte, encore visible, avait été aménagée à l’extrémité méridionale de cette fortification, peu avant son point d’arrivée à la barre méridionale.

  • 19 En fait un fortin médiéval dominant le plateau des Baux-de-Provence dont il est séparé par le col (...)

32L’aire de cet oppidum, tout différent du refuge des Bringasses19, est très vaste : il ne mesure pas moins de 150 mètres de longueur de l’est à l’ouest et une centaine du nord au sud. La partie sud, plane, a été entièrement habitée et les sondages ont permis de reconnaître la présence de plusieurs murs ayant appartenu à des maisons qui viennent buter contre la barre de rocher verticale qui forme abri ».

Commentaires

33Certains points de ces descriptions nécessitent quelques éclaircissements ou des compléments.

34Fernand Benoit a consacré en effet toute son attention aux fouilles de l’oppidum, en ne mentionnant que très brièvement les découvertes anciennes effectuées sur « les pentes méridionales de la montagne ». Comme on le verra plus loin, la zone archéologique s’étend largement en dehors de l’oppidum dans des secteurs géographiques (le versant sud et son piémont, la plaine de Servanes) bien individualisés par leur relief et leur occupation. Chacun a d’ailleurs fait l’objet de prospections et de fouilles depuis les années 1980.

  • 20 Il s’agit de la combe (d’où le terme de vallée) encadrée au nord et au sud par les falaises roche (...)
  • 21 Déjà en 1897, un érudit de la région, Isidore Gilles, employait l’expression « soulèvement de ter (...)

35Fernand Benoit nous dit ainsi, à propos de l’oppidum, seule partie de la zone archéologique fouillée par lui pendant plusieurs années, que « la vallée20… est divisée en deux parties par un soulèvement de terre », qualifié plus loin dans le même texte de « butte de terre allongée qui ferme le vallo » et, dans son article fondamental consacré aux stèles de Mouriès, de « repli de terrain aménagé » (Benoit 1948). Il s’agit ici du rempart principal (appelé aujourd’hui R1) qui défend la « caisse orientale » abritant l’habitat, et dans lequel il a fait pratiquer une grande tranchée transversale entre 1939 et 1942. L’auteur postule que ce rempart était installé au sommet d’un accident naturel du relief, pour lequel il emploie aussi les termes de « monticule naturel » et « repli de terrai »21. Le choix d’un tel emplacement possédant une valeur défensive serait certes logique, mais les fouilles actuelles (notamment celles de 2011) ont démontré l’absence d’une éminence naturelle sensible sur laquelle le rempart aurait été implanté. Certes, le substrat rocheux s’élève progressivement vers l’est à cet emplacement, mais il n’y a pas de rupture de pente sensible. En fait, le « soulèvement de terre » correspond à une éminence artificielle formée par les débris provenant de la partie supérieure du rempart et accumulés de part et d’autre contre ses flancs. Au point le plus haut de cette véritable colline, on domine le « camp de l’ouest » de plus d’une dizaine de mètres.

  • 22 Cette zone n’a pas encore été fouillée. Mais les fragments de tegula trouvés dans ces murs consti (...)

36La description du site doit être également complétée. La zone d’habitat connue occupe la totalité des espaces laissés disponibles par les affleurements rocheux dans la « caisse orientale » à l’est du rempart. Dans sa partie centrale, en arrière du rempart et au pied de la falaise méridionale, le terrain est d’abord plat. Puis il se relève sensiblement vers le nord et l’est en formant une sorte d’amphithéâtre dont les fortes pentes, dominées par la crête rocheuse septentrionale, sont aménagées en trois grandes terrasses limitées par d’énormes murs de pierre sèche22.

37Vers l’est, le site se relève en formant un petit plateau triangulaire (appelé par la suite par Fernand Benoit « plateau de l’est ») couvert lui aussi par des habitations et divisé en deux parties par une arête rocheuse conditionnant leur orientation, puis se termine par un éperon rocheux escarpé surmonté par un petit ouvrage fortifié (fig. 12).

Fig. 12. Petit ouvrage fortifié surmontant l’éperon oriental de l’oppidum, vu depuis le chemin de Cagalou au sud-est.

Fig. 12. Petit ouvrage fortifié surmontant l’éperon oriental de l’oppidum, vu depuis le chemin de Cagalou au sud-est.

38L’intérêt de l’auteur a été également éveillé par deux endroits particuliers : d’une part « l’entrée orientale », et d’autre part, dans la partie centrale, « une petite dépression, où poussent des joncs ».

39Les observations sur « L’entrée orientale ... défendue par un étroit défilé », avec « la trace d’un chemi » et « quelques marches en gros blocs taillés » ne se vérifient malheureusement plus aujourd’hui sur le terrain fortement dégradé par l’érosion. Mais cette brèche dans la falaise méridionale est effectivement le seul passage permettant de la franchir pour communiquer avec le faubourg des Petites Caisses sur le versant. Une poterne y était installée. Tombé sur la pente, un grand bloc de molasse taillée portant une feuillure pourrait correspondre à un montant de porte. Actuellement, on peut encore voir sur place les blocs écroulés d’un petit rempart d’une quinzaine de mètres de long qui fermait cet accès naturel et, le précédant sur la pente, les vestiges d’un gros mur délimitant un espace clos pouvant être interprété comme une barbacane.

  • 23 Indication portée sur un croquis de 1938 (C1938c) en même temps qu’une tranchée de recherche.
  • 24 C’était peut-être déjà l’interprétation de Louis Rochetin à la fin du XIXe siècle lorsqu’il visit (...)

40D’autre part, Fernand Benoit a vu dans la petite « dépressio » centrale un aménagement particulier, qualifié de « citerne » ou de « bassi »23. À sa demande, J.-M. Rouquette, qui lui avait succédé à la tête des musées d’Arles, a ouvert en 1962 plusieurs tranchées de recherche dans ce secteur en mettant au jour des murs très épais. Cette fouille a été abandonnée sans donner lieu à une quelconque interprétation. Mais l’hypothèse apparemment plausible d’un grand bassin servant de réservoir24 devra être un jour vérifiée.

41La « caisse » occidentale, dont la surface du terrain est plus basse que celle de la précédente, correspond à un vaste espace dégagé et légèrement déprimé entre le rempart R1 de l’oppidum et un premier rempart (R2) situé à plus de 400 mètres vers l’ouest (fig. 6, 10). Sa moitié occidentale est occupée par une dépression d’allure circulaire peu profonde (« une vaste mare ») d’origine apparemment naturelle, probablement un fond de doline qui a pu jadis servir à abreuver des troupeaux. Déjà en 1897, Isidore Gilles (p. 300) signalait à propos de cette caisse occidentale « en son centre une mare d’eau qui est presque toujours alimentée ». Certains habitants de Mouriès se souviennent encore l’avoir souvent vue en eau en hiver, mais elle est aujourd’hui presque totalement colmatée.

  • 25 Un petit sondage contre le parement extérieur a été révélé lors du premier débroussaillage de ce (...)
  • 26 Comme on le verra plus loin à propos de « camp de l’ouest » (3e partie, chap. 8), cette assertion (...)

42Plus à l’ouest, cette « caisse » est fermée par un premier rempart (R2) dont Fernand Benoit n’a jamais mentionné l’existence, peut-être parce qu’il était recouvert d’une végétation dense25. Pourtant d’autres auteurs avaient déjà signalé l’existence de deux murs « espacés de 200 mètres » qui « pouvaient avoir primitivement 5 ou 6 mètres d’épaisseur et autant de hauteur » (Rochetin 1895, 20). De même, Destandau en 1912 (ms. 584, p. 113) parle de « deux remparts en blocage éloignés de 200 mètres l’un de l’autre. C’est là qu’était placé le premier habitat »26.

Un site de versant, le faubourg des Petites Caisses

  • 27 La carte topographique de l’I.G.N. (feuille Eyguières, 1/25000) indique à cet emplacement le topo (...)
  • 28 Le versant méridional était autrefois planté en oliviers. Mais ceux-ci étaient déjà abandonnés en (...)

43Les pentes du flanc nord de l’oppidum sont trop abruptes pour permettre l’installation d’un habitat. En revanche, au sud de la falaise limitant la barre rocheuse méridionale, il existe sur le versant de la colline un long et étroit palier (appelé sur la carte topographique les Petites Caisses27) sur lequel des habitations protohistoriques s’étaient installées très tôt bien que le terrain soit en pente forte et accidenté par des remontées rocheuses28. Au sud, il domine le piémont de Jean-Jean et de Servanes par une deuxième falaise. De hauteur modeste à l’est, elle peut atteindre jusqu’à une dizaine de mètres à l’ouest. Cet escarpement représente une défense naturelle difficilement franchissable, à l’exception de deux passages plus bas (fig. 6) qui permettent de communiquer avec la partie habitée du piémont. En revanche, le quartier était largement ouvert aux deux extrémités, notamment à l’est où le terrain ne présente pas d’accident naturel notable pouvant servir d’obstacle.

44Plusieurs ouvrages défensifs protégeaient ce faubourg (fig. 6). Les vestiges d’un premier rempart, R4, s’observent encore au milieu de la zone habitée. Deux autres remparts, R3 à l’est et R5 à l’ouest, protégeaient ses extrémités. Un mur servant de parapet de protection, R6, couronnait la falaise méridionale.

Un site de piémont sur les terres de Jean-Jean et de Servanes

  • 29 Benoit 1962, 691-693 ; Volle 1975, 89-93 ; Royet 1988 ; Marcadal 2000b ; Royet, Verdin, 157-180.

45Situé en contrebas du quartier des Petites Caisses (fig. 6), cette petite unité géographique effectue la transition avec la plaine du vallon de Servanes, dont elle est séparée par une colline allongée d’ouest en est. Le relief du piémont de Jean-Jean est accidenté dans le détail, de part et d’autre d’un petit talweg aujourd’hui à sec. Plus à l’ouest sur le piémont de Servanes, le terrain s’aplanit dans la parcelle appelée « les grandes terrasses », plantée en vignes jusqu’en 1988. On y a découvert de nombreux vestiges29, mais il est désormais recouvert par les pelouses d’un golf.

46L’incendie de forêt de 1999 a mis en évidence la richesse archéologique de l’ensemble du piémont qui a été occupé de façon plus ou moins continue depuis au moins les VIIe-VIe s. av. J.-C. jusqu’au Haut-Empire. Mais il n’a jamais été fortifié.

Une petite plaine au fond du vallon de Servanes

47Une petite plaine allongée d’ouest en est occupe le fond du vallon de Servanes (fig. 6), entre le piémont des Caisses et l’alignement rocheux du Castellas au sud.
La nappe phréatique est peu profonde dans sa partie centrale, ce qui rend les terres très humides et favorables aux pâturages. Mais, de part et d’autre, les sols colluviaux sont plus secs et plus légers. Jadis cultivés en céréales, ils sont aujourd’hui principalement consacrés aux oliviers. Près du château de Servanes se trouve un lauron qui constitue une source pérenne abondante. Aujourd’hui capté pour l’alimentation en eau du village de Mouriès, ce point d’eau a certainement joué de tous temps un rôle fondamental pour les populations.

3. Avantages et insuffisances du milieu naturel

Les aptitudes défensives de l’oppidum et de son versant méridional

48L’oppidum, on vient de le voir, bénéficiait d’excellentes défenses naturelles, trois de ses côtés étant protégés par des falaises escarpées. Mais plusieurs accès naturels le rendaient tout de même vulnérable et imposaient, pour rendre sa défense efficace, de compléter les avantages du relief par la construction de plusieurs ouvrages.

49La barre rocheuse méridionale surmonte à la fois l’habitat à l’intérieur de la combe et le versant méridional par des falaises verticales dont la hauteur varie entre huit et vingt mètres environ. Elle ne devient plus basse, tout en gardant une valeur défensive, qu’à l’est de « l’entrée orientale ». En même temps qu’un passage permettant la liaison avec l’habitat du versant sud, cette ouverture constituait un point faible qu’il fallait contrôler par une petite fortification.

50Au nord, la crête rocheuse domine l’habitat par une falaise verticale de quelques mètres de hauteur, tandis que son versant extérieur descend vers le vallon de Cagalou par des pentes très abruptes. L’obstacle n’est cependant pas infranchissable. Deux étroites vires en pente forte escaladent le versant (fig. 6). Sur le « plateau de l’est », le débouché de la première n’est fermé par aucun ouvrage défensif. En revanche, la seconde s’ouvre sur l’espace intermédiaire entre les remparts par un étroit défilé fermé par un mur aujourd’hui écroulé, dont on ignore la datation.

51D’abord assez étroite et difficilement franchissable, la crête rocheuse s’élargit vers l’ouest pour former un petit massif qui rétrécit la largeur de la combe. C’est cet endroit qui a été choisi pour construire le rempart principal R1. Depuis ce remarquable point d’observation, le plus haut du site, la vue porte au loin jusqu’à la Sainte Baume et la Montagne Sainte Victoire, l’Étang de Berre et le golfe de Fos, le littoral de la Camargue. Mais il était nécessaire de contrôler par un ouvrage défensif cette position dominante au-dessus de l’extrémité du rempart.

52À l’est, la jonction des deux crêtes crée un éperon rocheux (fig. 9). Ses pentes très raides et jonchées de blocs éboulés rendent son accès pénible. Les défenseurs, pour contrôler la montée, ont cependant jugé bon de barrer le sommet par un ouvrage défensif dont seule la base subsiste. Un court rempart, peut-être accompagné par une tour visible de loin, se discerne encore (fig. 12).

53Mais le danger principal pouvait venir de l’ouest par l’intérieur de la combe largement ouverte à d’éventuels agresseurs et à leurs engins de siège. C’est donc là qu’ont été concentrés les principaux moyens de défense. Deux remparts se succèdent (R2, puis le rempart principal R1), éloignés l’un de l’autre de 400 mètres. Le premier (R2) est implanté au sommet d’une pente raide. Tous deux ont été construits aux endroits où la combe se rétrécit, de façon à réduire leur longueur.

Les matériaux de construction

54Les habitants disposaient sur place, pour construire les remparts et les maisons, de matériaux abondants sans toutefois pourvoir à tous leurs besoins. D’autres matériaux, absents du site, ont dû être transportés en grosses quantités sur des distances parfois considérables.

Abondance de certains matériaux locaux

55Les habitants de l’oppidum disposaient sur place, en abondance, des matériaux nécessaires à la construction des remparts et des maisons. Le calcaire secondaire des barres rocheuses a été utilisé massivement pour construire les murs. Son extraction était facilitée par les plans de stratification et les diaclases qui le fissurent. On peut encore voir des traces d’arrachement sur le flanc de la falaise dominant l’extrémité nord du rempart R1. Mais cette roche, froide et gélive, est impropre à la taille. Tous les murs sont donc construits avec un appareil polygonal irrégulier, les blocs étant plus ou moins retouchés à la masse sur leur face apparente.

56Le liant utilisé entre les blocs a été extrait sur place ou dans les environs. Le plus courant provient de bancs d’argile jaune intercalés entre les strates de calcaire redressées verticalement du fond de la combe, dans l’espace intermédiaire entre les deux remparts mais aussi dans la zone habitée. Dans la zone Z01 par exemple, une couche d’argile de trois mètres de puissance a été exploitée en fosse au V e s. av. J.-C. Cette petite carrière a ensuite servi de dépotoir après l’abandon de son exploitation. Un autre type de liant, une terre argileuse rougeâtre très pulvérulente riche en oxyde de fer et d’alumine, est utilisé dans le parement supplémentaire MR6114 du rempart archaïque ou dans celui beaucoup plus tardif du rempart MR8002. En revanche, elle n’est jamais employée pour construire les murs des habitations, quelle que soit l’époque, probablement parce qu’il fallait aller la prélever déjà plus loin. Elle affleure seulement par endroits au fond de la combe, à l’extérieur du site. Enfin, dans les constructions les plus tardives, peut-être par négligence ou manque de temps, on a même employé de la terre végétale de surface pouvant renfermer des fragments de céramique.

  • 30 Cf. 2e partie, chap. 5.
  • 31 Cf. 3e partie, chap. 10.

57Des marnes versicolores (dont la couleur varie du rouge violacé au bleu ou au vert, au jaune ou au blanc) affleurent au fond de la « caisse » occidentale et dans l’espace intermédiaire entre les remparts, à peine masquées par un mince manteau colluvial. Ce matériau très compact a servi à construire la partie supérieure des remparts archaïques30, et constitue également l’essentiel du talus sur lequel le parement intérieur du rempart le plus récent est établi dans la zone Z0631.

L’éloignement des carrières de pierre de taille

58Les habitants ont dû procéder également au charroi d’autres matériaux sur des distances souvent considérables.

La molasse blanche

59Pour certains usages spécifiques, il était nécessaire de se procurer de la pierre de taille de bonne qualité avec un grain fin, suffisamment tendre et cohérente pour en faciliter le travail. Les stèles gravées du début de l’âge du Fer, plus tard remployées dans le remparts, ont été taillées dans de la molasse blanche d’âge tertiaire. À la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C., cette molasse sera également la matière première exclusive de certains éléments de construction (tuiles de rive avec larmiers, tuiles à acrotère, gargouille, chapiteau, seuil, chaînage d’angle) appartenant à un petit centre monumental (Marcadal, Paillet 2011). Ses principaux affleurements sont situés à la périphérie des Alpilles, à Saint-Rémy-de-Provence à 8 kilomètres à vol d’oiseau au nord-est (mais la distance à parcourir est bien plus grande, compte tenu de la topographie montagneuse), et sur le flanc sud aux Baux-de-Provence (mais la qualité de la pierre est médiocre) ou à Fontvieille, à 12 km de distance.

La molasse rousse

  • 32 Calcarénites tertiaires du miocène, (étage vindobonien), affleurements m2a3 et m2b sur la carte g (...)

60On remarque aussi, dans plusieurs parties du rempart (par exemple dans le parement extérieur de MR6119 dans la zone Z06, dans MR8002 dans la zone Z08, MR 10001 et 10002 dans la zone Z010) et parfois dans certaines maisons, de très nombreux blocs de molasse rousse étrangère au site32. Cette roche tendre mais cohérente se travaille facilement. Pourtant la plupart des blocs ne sont pas taillés, ou quelquefois seulement dégrossis. Les affleurements les plus proches se trouvent au sud des Alpilles, au bas de la Costière de Crau qui limite la Vallée des Baux et sur le plateau du « coussoul » qui lui fait suite, ce qui représente une distance de plusieurs kilomètres à franchir. Près de la limite de ce plateau, en bordure de la voie Aurélienne, une carrière (encore appelée aujourd’hui « carrière romaine ») a été exploitée jusqu’à l’époque moderne pour construire le village.

Les autres roches

61D’autres roches figurent encore, mais à l’état isolé, dans ce rempart : du calcaire coquillier assez grossier, du grès sableux, des calcaires tufeux vacuolaires et des brèches rouges à ciment calcaro-gréseux, et même exceptionnellement de la bauxite pisolithique. Ces matériaux ont été extraits à l’extérieur de la combe, vraisemblablement dans les terrains qui affleurent au sud de la zone plissée où se trouve l’oppidum.

62D’autre part, des quantités considérables de galets de Crau ont été apportées à toutes les époques sur l’ensemble du site. On les a longtemps considérés comme des balles de fronde à cause de leur forme. En fait, certains d’entre eux, d’une forme régulière et d’un poids modéré, devaient servir de pierres de jet. Une petite cavité naturelle (fig. 158) de la tour du rempart R5, retrouvée remplie de galets, a pu effectivement servir à cet usage. Mais la plupart ont été utilisés pour établir des radiers de sol ou de foyer, ou pour remplir des drains.

Le minerai de fer

  • 33 Par exemple au nord-est du site non loin du hameau du Destet, à proximité des « plaines » de Lauz (...)

63Les scories de fer se rencontrent un peu partout assez fréquemment. Informes ou avec l’allure d’une loupe, elles sont le témoignage de la présence sur l’oppidum d’un petit artisanat métallurgique. Le minerai de fer est en effet présent à l’état d’hématite alumineuse dans le banc de bauxite du versant méridional des Alpilles, qui affleure à quelques kilomètres plus au nord33. La teneur en fer de cette hématite peut dépasser localement 65 %.

L’approvisionnement en eau

  • 34 Le climat a d’ailleurs changé depuis cette époque et des sources ont pu disparaître. Une étude pa (...)

64Les besoins en eau étaient évidemment fondamentaux pour la vie quotidienne des habitants et leurs activités (pétrissage des adobes et du liant des murs, artisanat). Mais, comme souvent sur la plupart des sites perchés d’oppida, aucune source permanente n’est connue aujourd’hui sur l’oppidum34.

65Cependant, la « vaste mare » située à l’ouest du rempart devait être la plupart du temps en eau comme Fernand Benoit a d’ailleurs pu le constater. Et un petit ruisseau aujourd’hui tari coulait encore, d’après certains témoignages, dans la combe à l’ouest du rempart R2 il y a seulement quelques dizaines d’années. Son thalweg à sec est encore visible.

66Aujourd’hui le seul point d’eau important se trouve à l’extérieur de l’oppidum, dans la plaine de Servanes, à 1 km à vol d’oiseau. Cette grosse source pérenne (un lauron) est désormais captée pour les besoins de l’agglomération de Mouriès.

67La question de l’alimentation en eau devenait encore plus fondamentale en cas de siège. Les habitants devaient par conséquent faire des réserves et chercher à capter et conserver les eaux de ruissellement dans des dolia ou d’autres réservoirs aménagés. Mais les canalisations recouvertes de lauzes retrouvées dans deux emplacements différents au pied de la falaise méridionale (un petit caniveau couvert de lauzes dans la zone Z05 et un grand égout collecteur dans la zone 03 de la porte du rempart) ne servaient pas à une adduction d’eau. Elles étaient destinées à évacuer les eaux de ruissellement qui s’accumulaient dans la partie la plus basse de l’oppidum, au pied de la falaise.

68Aucune citerne n’a été découverte pour le moment. En revanche, comme cela a été mentionné plus haut, au centre de la zone habitée de l’oppidum, une vaste zone en creux limitée par d’énormes murs (rencontrés en 1962 par des tranchées de recherche), mais qui n’a pas encore fait l’objet de nouvelles fouilles, pourrait correspondre à un grand réservoir qui recueillerait les eaux de ruissellement des pentes environnantes. Son mur méridional est traversé par un étroit conduit pouvant laisser passer une canalisation. Un système d’adduction d’eau a dû exister, au moins tardivement, car on a découvert au sommet du rempart proche deux éléments de tuyau en plomb réunis par une soudure, sectionnés volontairement au moment de leur récupération.

Notes

1 Sur plus d’un kilomètre de distance, la partie supérieure de la barre rocheuse tournée vers le sud a été profondément entaillée par l’érosion. Elle a aménagé des sortes de cirques où se sont installées, nichées entre les strates verticales du rocher, des habitations en matériaux légers bénéficiant ainsi d’une protection contre le mistral et d’un bon ensoleillement en même temps que de la proximité de la source de Servanes et des terres cultivables de la vallée. Aujourd’hui, après les pluies, les pentes sont jonchées de nombreux tessons.

2 Diplômé de l’École des Chartes, Fernand Benoit a commencé sa carrière comme bibliothécaire et archiviste de la ville d’Arles, avant de devenir en 1942 le premier conservateur des Antiquités de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il fût le premier à entreprendre des fouilles sur le site des Caisses de Jean-Jean.

3 Il existe encore aujourd’hui une route reliant Mouriès à cet itinéraire. Elle est indiquée « Ancienne voie aurélienne » sur le cadastre de 1827. Fernand Benoit y voyait le prolongement « de La Vallongue à Barrelet » de la voie de raccordement entre voies Aurélienne et Domitienne (Benoit 1936, n° 391).

4 Brun 1933, Marcadal 2000c, Marcadal, Femenias 2001, Marcadal, Paillet et al. 2003, Royet, Verdin 2000.

5 Villeneuve-Bargemon 1822-1829, II, 311, repris par d’autres auteurs. Ainsi, par exemple, Louis Rochetin écrivait en 1895 : « le vicus de Tericiae étant situé au bord de la voie Aurélienne, c’est le long de cette voie qu’il avait enseveli ses morts » (p. 29). Ce vicus s’étendait d’après cet auteur « de la petite chaîne de collines [c’est-à-dire les hauteurs de l’oppidum] à la voie romaine » en contrebas plus au sud (Rochetin 1895, 25). On le voit, Rochetin et plusieurs des auteurs qui l’ont précédé confondaient le « vieux chemin de Maussane à Eyguières » avec la véritable voie Aurélienne allant d’Italie en Espagne.

6 Le tracé de la voie Aurélienne a donné lieu à de nombreuses interprétations contradictoires de la Table de Peutinger. À partir d’Ugernum (Beaucaire) et Tarusco (Tarascon), certains auteurs (P. Gros 1995, C. Jullian 1885, E. Rolland 1962, F. Salviat 1977 et 1990) la font passer par le piémont nord, puis traverser les Alpilles à partir de Glanum vers Maussane, ou par la route de La Vallongue vers Tericiae. D’autres (Boyer, Février 1959) ont clairement démontré son tracé méridional jalonné par des milliaires datant du règne d’Auguste. On verra à ce sujet les récentes mises au point d’Anne Roth-Congès (1997, 162-165), M. Gazenbeek (1995, 180-183 et 1999, 88-93) et P. Thollard (2009, 109-111).

7 Cette question a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais il n’entre pas dans notre propos de la traiter ici.

8 Orthographe figurant déjà sur la carte de Cassini.

9 « Destré signifie en provençal, passage étroit, défilé. Par là passe un chemin qui fut certainement suivi dès l’antiquité, et qui conduit sur le versant septentrional des Alpines, à peu de distance, au levant, de l’ancien Glanum » (Rochetin 1895, 28, n. 4).

10 « Les deux routes, Domitienne et Aurélienne, étaient réunies par une voie qui allait de Tericiae à Glanum, et qu’indique la Table de Peutinger. Elle permettait de se rendre plus directement de Nîmes à Aix, sans passer par Arles. C’est celle dont parle Strabon (4, 1, 3) » (Camille Jullian, dans Bull. Epigraphique, 1885, 26).

11 Le passage de La Vallongue était encore emprunté pour la transhumance des moutons au XVIIIe et au début du XIXe siècle (Roth-Congès 1997, 168).

12 « La Montaigne des Caisses » est qualifiée d’hermas (terre en friche) par le « Cadastre de la Constituante » (terme impropre pour désigner un registre manuscrit établi lors du recensement des terres afin d’établir l’assiette de la nouvelle contribution foncière créée par l’Assemblée Nationale Constituante. Il porte la mention « 1790 et années suivantes »).

13 Étage rognacien du Crétacé.

14 Appelé par Fernand Benoit, le premier fouilleur du site, « camp de l’ouest ». Sur un croquis daté de 1936, cet espace porte la lettre majuscule N et le n° 1 avec en légende la mention « plateau hors de l’enceinte pas de maisons, mais foyers abondants (indigène. attique) ».

15 Cette topographie a également frappé d’autres auteurs. Louis Rochetin, un des premiers à avoir décrit le site, parle de « deux compartiments, enfoncés entre leurs murs naturels [les barres rocheuses] et artificiels [les deux remparts fermant transversalement la combe] » qui « ont effectivement l’aspect de deux grandes caisses » (Rochetin 1895, 20).

16 Hormis ce rapport dactylographié, tous les textes de Fernand Benoit cités dans la présente étude sont des brouillons manuscrits conservés au Palais du Roure à Avignon (fonds Fernand Benoit) par la Fondation Flandreysy-Espérandieu, à qui nous adressons nos plus vifs remerciements pour nous avoir permis de les reproduire. Ces textes étant inédits, nous leur emprunterons de larges citations afin de les faire connaître. L’écriture en est très difficile à déchiffrer. Pour toutes les citations, nous avons pris le parti de respecter autant qu’il était possible l’orthographe et la construction des phrases, mêmes lorsqu’elles étaient incorrectes ou incomplètes, tout en rappelant que ces textes étaient des brouillons ou des notes de travail destinés à un usage personnel. Certains mots sont impossibles à lire. Ils sont signalés par la mention « illisible ».

Afin de mieux les distinguer, nous avons identifié les documents par une lettre (C pour les croquis, P pour les plans, R pour les rapports et un numéro pour les photographies) suivie de leur année et éventuellement d’une lettre en minuscule quand nous disposions de plusieurs documents pour la même année.

17 La note 1 de la première page de ce texte indique comme bibliographie : « I. Gilles, Le pays d’Arles, 300 ; Pranishnikoff, Enquête sur les enceintes (Bull. Soc. Préhist. Franç. 1907, 26) ; de Gérin-Ricard, Préhistoire et Protohistoire, t. I, 1933, 74 (Les Bouches-du-Rhône).

La note 1 de la deuxième page précise : « Une de ces balles de fronde a été trouvée dans le sondage dont il est question plus loi ; elles sont analogues à celles d’Ensérune… ». On désignait ainsi encore à cette époque des galets apportés de la Crau voisine pour réaliser divers aménagements dans les habitations.

18 Les « antiquités » mentionnées ne proviennent pas des « pentes méridionales de la montagne », mais de son piémont méridional et de l’extrémité orientale des terres du domaine de Servanes. En revanche, le versant méridional des Petites Caisses est effectivement jonché de fragments de céramique de plusieurs époques, et plus rarement de tuiles romaines.

19 En fait un fortin médiéval dominant le plateau des Baux-de-Provence dont il est séparé par le col de La Vayède (aimable information de J.-Chr. Tréglia, LAMMM, CNRS, Aix-en-Provence).

20 Il s’agit de la combe (d’où le terme de vallée) encadrée au nord et au sud par les falaises rocheuses.

21 Déjà en 1897, un érudit de la région, Isidore Gilles, employait l’expression « soulèvement de terre ».

22 Cette zone n’a pas encore été fouillée. Mais les fragments de tegula trouvés dans ces murs constituent un argument en faveur d’une réalisation tardive. On peut penser à des terrasses de culture construites durant l’Antiquité tardive ou même au Moyen Age, bien après l’abandon définitif de l’oppidum.

23 Indication portée sur un croquis de 1938 (C1938c) en même temps qu’une tranchée de recherche.

24 C’était peut-être déjà l’interprétation de Louis Rochetin à la fin du XIXe siècle lorsqu’il visita le site : « Un peu plus en arrière [du rempart], on avait aménagé une sorte de bassin ou citerne, à ciel ouvert, de forme ovale, et dont les bords sont tracés par une rangée de pierres maçonnées dans le sol » (Rochetin 1895, 23). Mais il peut aussi s’agir aussi d’un aménagement hydraulique différent que nous n’avons pas encore retrouvé.

25 Un petit sondage contre le parement extérieur a été révélé lors du premier débroussaillage de ce rempart en 1985. On ignore quel en est l’auteur. Il doit s’agir de Fernand Benoit, bien qu’il ne le mentionne dans aucun de ses écrits.

26 Comme on le verra plus loin à propos de « camp de l’ouest » (3e partie, chap. 8), cette assertion à propos du « premier habitat » a été partiellement vérifiée par les sondages de Fernand Benoit et notre fouille de 2010 qui a montré une occupation du V e s. av. J.-C. à l’extérieur et à proximité du rempart.

27 La carte topographique de l’I.G.N. (feuille Eyguières, 1/25000) indique à cet emplacement le toponyme « Les Petites Caisses ». Mais cette dénomination, qui ne se justifie d’ailleurs pas du point de vue topographique, n’est pas utilisée localement.

28 Le versant méridional était autrefois planté en oliviers. Mais ceux-ci étaient déjà abandonnés en 1790, au moment du recensement des terres par l’Assemblée Nationale Constituante pour établir le nouvel impôt foncier. Il demeure aujourd’hui abandonné à la végétation naturelle. Toutefois, après l’incendie de 1999, certains de ces oliviers autrefois plantés en ligne ont repoussé à l’état sauvage.

29 Benoit 1962, 691-693 ; Volle 1975, 89-93 ; Royet 1988 ; Marcadal 2000b ; Royet, Verdin, 157-180.

30 Cf. 2e partie, chap. 5.

31 Cf. 3e partie, chap. 10.

32 Calcarénites tertiaires du miocène, (étage vindobonien), affleurements m2a3 et m2b sur la carte géologique de France au 1/50000, feuille Eyguières.

33 Par exemple au nord-est du site non loin du hameau du Destet, à proximité des « plaines » de Lauzière.

34 Le climat a d’ailleurs changé depuis cette époque et des sources ont pu disparaître. Une étude paléo-environnementale récente (Jorda, Provansal, Royet 1990) portant sur le piémont de Servanes a mis en évidence les traces laissées par une forte pluviosité au cours du premier âge du Fer, le climat ne commençant à devenir plus sec qu’au cours du second.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Situation de la zone archéologique au contact de trois régions naturelles et localisation de ses quatre unités topographiques et archéologiques  : 1- Oppidum des Caisses de Jean-Jean  ; 2- Faubourg des Petites Caisses  ; 3- Piémont de Jean-Jean et de Servanes  ; 4- Nécropole de Servanes-Cagalou (fond de carte IGN 1/25000).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3. a- Les itinéraires antiques dans la région du Bas-Rhône (d’après Fernand Benoit, CRAI 1964).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 3. b- La via Aurelia d’après la carte de Peutinger (Boyer-Février 1959).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 3. c- Le réseau viaire du territoire occidental des Salyens (d’après A. Roth-Congès 1997, 164).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 4. Coupe sud-nord de la zone archéologique, du vallon de Servanes au sud au vallon de Cagalou au nord. En T, tour.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 5. Vue aérienne légendée du site archéologique, de l’ouest vers l’est.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 6. Plan de la zone archéologique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 7. L’oppidum vu vers l’ouest depuis le plateau terminal.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 8. La falaise méridionale de l’oppidum vue du sud depuis le chemin de Cagalou.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 9. L’éperon terminal de l’oppidum vu depuis le hameau des Baumettes à l’est.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 10. Vue est-ouest. Au nord de la crête méridionale, le «  camp ouest  » entre les remparts R1 et R2. Au sud, en contrebas, le vallon de Servanes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11. Le rempart R1 (dit la «  butte de terre  » par Fernand Benoit) vu depuis le rempart R2 à l’ouest.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 12. Petit ouvrage fortifié surmontant l’éperon oriental de l’oppidum, vu depuis le chemin de Cagalou au sud-est.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/11672/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search