Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Avant-propos

François Quantin

Texte intégral

1L’ouvrage de Yves Marcadal et Jean-Louis Paillet sur l’oppidum des Caisses de Jean-Jean à Mouriès est une monographie archéologique et architecturale qui doit beaucoup à la compétence et à l’opiniâtreté de ses deux auteurs, et à un contexte associatif, institutionnel et scientifique favorable. Les contributions des universitaires Henri Tréziny et Alexandra Roche-Tramier, la préface du conservateur régional de l’archéologie Xavier Delestre comme la théorie des remerciés le montrent très bien. L’intérêt de ce livre pour l’archéologie et l’histoire anciennes des Alpilles dans le temps long de la seconde moitié du premier millénaire av. J.-C. est indéniable et invite les acteurs régionaux de l’archéologie à réfléchir à l’avenir scientifique et patrimonial de ce merveilleux site si riche en informations sur les fortifications. Le lecteur me permettra d’insister ici sur deux aspects de ce travail qui me paraissent exemplaires et importants pour l’IRAA, laboratoire qui a apporté son soutien technique et scientifique à la réalisation de l’ouvrage.

2Cette monographie du système défensif de l’oppidum de Mouriès montre que l’opposition entre l’étude de l’architecture monumentale et celle de l’architecture vernaculaire est profondément factice et injustifiée. Ces deux objets ou démarches trop souvent séparés par des habitudes héritées de l’académisme de l’ « archéologie classique », dont il serait vain de nier les dissemblances mais dont il serait plus faux encore d’ignorer la profonde relation, ont en réalité plusieurs caractéristiques communes. D’abord, le protocole d’étude est le même et les compétences mises en œuvre sont identiques car toute construction antique obéit également à un projet technique et fonctionnel, parfaitement mis en valeur dans cet ouvrage ; qu’elle qu’en soit la magnificence ce projet ressortit à une dimension esthétique, symbolique et communautaire ; enfin, sans exhaustivité, les édifices antiques ne peuvent être compris sans interroger les ressources naturelles locales et la forme du terrain, etc. Le site de Glanum, dont la parure architecturale est plus précieuse et la pierre plus favorable à la virtuosité, offre pourtant des parallèles proches au sujet des techniques de construction. Les deux expériences archéologiques des auteurs se combinent heureusement grâce à la finesse de l’observation et des relevés, l’attention autoptique portée aux vestiges qui donne au texte une part de sa qualité scientifique et qui permet au lecteur de partager une familiarité avec les pierres fondée sur une connaissance très approfondie du terrain. Jamais néanmoins la description n’abîme le propos car les faits et les formes, quand cela est possible et justifié, font l’objet d’une réflexion et de restitutions fondées sur une solide érudition archéologique et architecturale qui inscrit l’oppidum de Mouriès dans le vaste contexte méditerranéen.

3La seconde exemplarité de l’ouvrage de Jean-Louis Paillet et Yves Marcadal concerne l’archéologie de l’architecture, expression utilisée par nos collègues italiens et qui me paraît être préférable à celle d’archéologie du bâti. Cette monographie constitue une excellente défense et illustration de l’importance de l’étude architecturale en archéologie. En cette période difficile pour les sciences humaines, on assiste en effet de plus en plus à une excessive simplification des protocoles de recherche : la chaîne opératoire qui conduit de l’acquisition numérique ou traditionnelle des données de terrains à la publication scientifique ne fait plus d’évidence une place à l’analyse architecturale, qui, associée à la recherche des modèles, est seule fondée à établir solidement des hypothèses de restitution de l’état ancien des ensembles que nous étudions. À passer directement de la mesure topographique des vestiges à l’évocation infographique de leur forme originelle, on en vient à priver l’archéologie des architectures anciennes de sa dimension scientifique au profit d’une sorte de patrimonialisation passive, la conservation des formes du bâti par un moulage numérique, et active, en créant une maquette qui n’est pas le résultat d’un raisonnement scientifique posé et argumenté. En somme, le rôle de l’architecte en archéologie ne va malheureusement plus de soi. L’ouvrage d’Yves et Jean-Louis contribue à le rétablir.

Auteur

Professeur d’archéologie antique (Aix-Marseille Université). Directeur de l’Institut de recherche sur l’architecture antique (USR 3155 du CNRS)

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search