Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Préface

Xavier Delestre

Texte intégral

1La parution d’un ouvrage est toujours un moment singulier bien sûr d’abord pour ses auteurs mais aussi en l’occurrence pour les collègues archéologues qui prennent alors possession d’une somme nouvelle de connaissances. À cet égard, ce livre répond parfaitement à cette logique. Au fil des pages, le lecteur mesurera sans peine l’importance des données acquises sur ce site majeur de la Chaîne des Alpilles depuis les premiers coups de pioche donnés par Fernand Benoit en 1933.

2Je suis heureux de voir aboutir cette recherche archéologique menée sous la direction de Yves Marcadal. Avec constance et passion, pendant une trentaine d’années Yves Marcadal a, avec une équipe de fouilleurs du Groupe archéologique de Mouriès et des complicités amicales, notamment celle de Jean-Louis Paillet, beaucoup donné de son temps.

3La fatigue des longues journées de fouilles sous une chaleur provençale accablante mêlée à l’excitation des trouvailles sont maintenant transformées en pages de texte et illustrations. L’ensemble forme un savoir précieux. Ainsi, de manière définitive, le nom de l’oppidum des Caisses de Jean-Jean de Mouriès est attaché à la personne du titulaire des autorisations de fouilles délivrées par le ministère de la Culture et de la Communication (DRAC PACA/SRA), monsieur Yves Marcadal.

4Historien de formation, Yves Marcadal appartient au groupe des archéologues dits « amateurs » classés dans les formulaires administratifs sous l’appellation « Bénévole ou Autre » qui sont aux fondements même de l’archéologie moderne. Hommes et femmes toujours passionnés, ils possèdent un savoir et une connaissance intime de leur terroir. Ils sont à mes yeux de nobles « terrassiers de l’histoire » pour reprendre ici la belle formule de Henri-Paul Eydoux.

5Ce livre est donc à la fois une somme scientifique mais aussi une leçon de vie. Sans un engagement personnel comme celui de Yves Marcadal, beaucoup d’informations archéologiques sur ce site et ses alentours accumulées par des prospections et des fouilles auraient disparues corps et âme. Nous lui sommes redevable de cet attachement à l’histoire et à l’archéologie.

6En mettant par l’écriture à la disposition de la communauté archéologique l’apport de leurs travaux, les auteurs achèvent logiquement le parcours archéologique attendu. Ils nous permettent de disposer maintenant d’une documentation scientifique inestimable.

7À la grande satisfaction personnelle que j’éprouve à la lecture de cet ouvrage s’ajoute celle du conservateur régional de l’archéologie. Cette publication met en effet un point final à une longue recherche programmée dont j’ai suivi l’évolution pendant plus d’une dizaine d’années. Ici comme ailleurs, on mesure toute l’importance du temps qui permet au fur et à mesure de l’avancement des campagnes de fouilles de revenir sur un questionnement et de subordonner l’ouverture d’un sondage à une requête. Yves Marcadal a su avec perspicacité élaborer sur ce vaste site une problématique de recherche de haute qualité en s’attachant à des sujets majeurs, celui des fortifications en est un exemple remarquable. Le caractère exceptionnel des découvertes faites lors des campagnes de fouilles successives est là pour en témoigner à présent.

8Ce livre rassemble de très nombreuses informations totalement nouvelles pour la Provence protohistorique. Il devrait sans aucun doute alimenter les débats et susciter de nouvelles recherches. Celles-ci bien sûr devront répondre aux exigences de l’archéologie contemporaine et s’insérer dans la programmation élaborée par le Conseil National de la Recherche Archéologique. Ces recherches futures devront aussi tenir compte des réflexions engagées par la municipalité de Mouriès pour garantir une conservation pérenne de ce lieu patrimonial remarquable qui doit être également accessible au public.

9Comprendre l’histoire en exhumant des strates de la terre des vestiges souvent fragmentaires et modestes est pour l’archéologue une étape prioritaire, le sens même de son travail. Restituer cette connaissance pour la partager et la confier en quelque sorte comme un héritage aux générations actuelles et futures est aussi pour lui et ceux qui ont en responsabilité le patrimoine, un devoir.

10Dans le futur de nouvelles recherches seront sans doute engagées sur ce site occupé depuis le VIIe s. av. J.-C. mais, pour l’heure, profitons pleinement de ce riche bilan qui, j’en suis certain, trouvera d’ores et déjà une place de choix dans les synthèses à venir sur la protohistoire du sud de la France.

11Aux auteurs et aux fouilleurs anonymes, chevilles ouvrières de cette recherche réalisée souvent dans des conditions difficiles mais toujours dans une chaleureuse ambiance, j’adresse en mon nom personnel et ma qualité de conservateur régional de l’archéologie mes très sincères félicitations.

12En 2011, Yves Marcadal et Jean-Louis Paillet avaient publié un superbe guide archéologique consacré à ce site dont les deux derniers mots, en guise de conclusion étaient « Rêvez l’Histoire ». Ces mots, avec ce nouvel ouvrage en mains, je les fais miens.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search