Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Remerciements

Texte intégral

1Cette publication sur les régions alpines durant la période romaine est issue d’une thèse d’Archéologie soutenue le 6 décembre 2005 à l’Université de Provence devant un jury composé de Pascal Arnaud, Professeur d’Histoire et Archéologie du Monde romain à l’Université de Nice, Philippe Leveau, Professeur émérite d’Antiquités Nationales à l’Université de Provence, Robert Sablayrolles, Professeur à l’Université de Toulouse-Le Mirail, Frédéric Trément, Maître de Conférences en Histoire et Archéologie romaines, HDR, à l’Université de Clermont-Ferrand II et Alain Véron, Chargé de Recherches, HDR, au Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement (UMR 6635), Aix-en-Provence. Cet ouvrage en est une version remaniée, qui doit beaucoup à leurs remarques et leurs conseils formulés lors de la soutenance.

2Au terme de ces années de recherches sur les Alpes, je tiens à témoigner ma reconnaissance à tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à l’aboutissement de ce travail. Mes remerciements vont d’abord à Philippe Leveau, pour m’avoir confié ce sujet original, pour avoir toujours suivi avec attention mes recherches, et pour les avoir guidées avec justesse. Je tiens également à remercier Frédéric Trément, qui m’a fait découvrir dans le Massif Central la prospection au sol lors de stages de licence et d’un mémoire de maîtrise. Des plaines auvergnates aux hauteurs alpines, tous deux m’ont montré la force de l’archéologie spatiale et la richesse du dialogue entre disciplines. Ce travail doit également beaucoup à Alain Véron, qui m’a enseigné les rudiments de la géochimie du plomb. Nos discussions à bâtons rompus sur l’archéologie et l’Antiquité sont pour beaucoup dans la réussite de notre dialogue entre archéologie et géochimie.

3Je suis également reconnaissant à Patrice Pomey et Dominique Garcia, directeurs successifs du Centre Camille Jullian, et à tous les membres du laboratoire qui, à mon arrivée à Aix-en-Provence, ont facilité mon intégration et la réalisation de ce travail.

4J’ai bénéficié durant cinq années de l’aide de l’ensemble du personnel du Service Régional de l’Archéologie, partenaire de ma bourse de thèse, qui m’a facilité l’accès à l’ensemble de la documentation. Je remercie tout particulièrement Xavier Delestre, Conservateur Régional, et Hélène Barge, Guy Bertucchi et Xavier Margarit, conservateurs successifs des Hautes-Alpes, qui ont encouragé l’archéologie alpine et qui ont soutenu mes travaux de terrain.

5Les approches envisagées dans ce travail ne seraient rien sans l’immense aide apportée par Mona Court-Picon, qui a mis à ma disposition les résultats encore inédits de ses travaux, et qui m’a fait partager ses connaissances sur le milieu alpin. Les longues discussions que nous avons eues pendant cinq années ont montré toutes les possibilités offertes par le dialogue entre archéologues et paléoenvironnementalistes. Les collaborations sur le terrain comme en laboratoire doivent également beaucoup à Jacques-Louis de Beaulieu, pour m’avoir ouvert les portes de l’Institut Méditerranéen d’Écologie et de Paléoécologie, pour ses conseils, et pour l’importante documentation qu’il a mise à ma disposition.

6Je suis enfin reconnaissant à Josep Maria Palet Martinez qui m’a accueilli, pour mon intronisation dans le monde de l’archéologie alpine en 2000, sur ses chantiers dans les montagnes du Champsaur. J’ai également bénéficié de l’intense activité de terrain de Kevin Walsh et Florence Mocci, qui arpentent sans relâche depuis 1998 les vallées de l’Argentiérois et de l’Ubaye. Je les remercie tout particulièrement pour leur aide précieuse, leurs conseils et la documentation qu’ils m’ont fournie sans réserve

7Je souhaite également remercier tous ceux qui, par leur aide, leur soutien et leur collaboration, ont contribué à la réussite de ce travail :

8Frédérique Verlinden, Conservatrice du Musée Départemental de Gap, pour m’avoir ouvert sans réserves les collections du Musée de Gap, et qui a facilité mon séjour à plusieurs reprises ; Bruno Ancel et Vanessa Py pour m’avoir communiqué les résultats de leurs investigations minières, et pour les confrontations de nos opinions et les discussions qui ont suivi, Fabien Arnaud, Wulfran Barthélémy, Gérald Benière, Véronique Blanc-Bijon, Michel Bonifay, Élise Buisson, Christelle Claude, Philippe Columeau, Eric Conrad, Hervé Cortot et les gardes du Parc National des Écrins, Sylvie Crogiez-Pétrequin, Loïc Dameley, Vincent Dumas, Aline Durand, Christine Durand, Tassadite Favrie, Danièle Foy, Raphaël Golosetti, Frédéric Guiter, Adrien Guyot, Fabienne Heullant, R. Bruce Hitchner, Patrick N. Hunt, Jean-Pascal Jospin, Laurent Lamoine, Yannick Miras, Alexandre Morin, Sylvain Motte, Blandine Nouvel, Claude Olive, Olivier Paccolat, Alain Piccamiglio, Jacques Planchon, Béatrice Prat, Michel Reddé, Bernard Rémy, François Ricou, Anne-Marie Rosique et les membres de l’association Mons Seleucus, Marie-Paule Seure, Brigitte Talon, Michel Tarpin, Danièle Terrer, Alberto Vaudagna, David Williamson.

9Ces remerciements ne sauraient bien entendu s’achever sans rappeler tout ce que ce travail doit à Bertrand Dousteyssier, l’autre « arpenteur de glaise ». Fidèle parmi les fidèles, il a aussi été mon lecteur le plus assidu, et souvent le seul à me suivre dans mes pérégrinations alpines ! Seul lui et moi savons l’ampleur de l’aide et du soutien qu’il m’a apportés. Face à l’Everest qui t’attend, tout mon soutien et mon aide te sont acquis.

10Ce travail enfin est dédié à Cécile Allinne, et à tous mes proches, famille et amis, qui ont su sans réserve m’encourager et me soutenir durant ces cinq années.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search