Version classiqueVersion mobile

Batellerie gallo-romaine

 | 
Giulia Boetto
, 
Patrice Pomey
, 
André Tchernia

8 – L’épave de la Conque des Salins (Mèze, Étang de Thau, Département de l’Hérault). Une embarcation lagunaire

The Conque des Salins shipwreck (Mèze, Étang de Thau. Département de l’Hérault). A lagoonal boa

Marie-Pierre Jézégou

Résumé

Un fragment de coque romaine d’époque impériale, conservé sur 7,70 m de long et 2,20 m de large, a été découvert dans l’étang de Thau (Mèze, Département de l’Hérault, France). Il est constitué de quatre membrures et dix virures. La quille n’est qu’une virure à peine plus épaisse. L’ossature transversale du navire est faible ; seules six membrures, espacées de 80 à 96 cm, couvrent la longueur préservée. L’emplanture du mât est aménagée dans une varangue et une pièce de renfort adjacente. Le bordé représente la structure principale de cette embarcation à fond plat, de type lagunaire, probablement utilisée pour le transport des marchandises (et peut être aussi des passagers) sur l’étang.

Texte intégral

  • 1 Inventeur du site, décédé en 2009.

1En 1998, Daniel Rouquette1 a signalé la découverte d’un fragment d’embarcation en bois reposant par un mètre de profondeur, à quatre-vingt mètres de la rive septentrionale de l’étang de Thau et orienté est-ouest, c’est-à-dire parallèlement au rivage. Le fragment de coque mesure 7,70 m de longueur sur 2,20 m de largeur et comprend quatre membrures
(l’emplacement de deux autres membrures est visible sur le bordé interne) et dix virures de bordé (fig. 1) (Rouquette et al. 2004 ; Jézégou et al. 2009). Les vestiges préservés proviennent d’une poche d’argile située au pied d’un petit promontoire. Les éléments se trouvant sur le promontoire ont été laminés par la houle et ont disparu.

Fig. 1. Planimétrie des vestiges (dessin C. Damon, DAO S. François).

Fig. 1. Planimétrie des vestiges (dessin C. Damon, DAO S. François).

2Deux hypothèses peuvent être formulées pour expliquer la présence de cette épave dans ce secteur : soit un échouage sur un haut fond, à la recherche d’un abri, soit un abandon. Cette dernière hypothèse semble la plus probable étant donné qu’aucune trace de cargaison n’a été décelée. De nos jours encore, des barques sont régulièrement abandonnées sur le bord de l’étang.

  • 2 Référence datation Archéolabs : AMS ETH-34241, age 14C AMS conventionnel : 1905 ± 50 BP (δ13C mesur (...)

3La stratigraphie fournit un terminus post quem quant à l’époque d’abandon de l’embarcation. En effet, lors de l’étude complémentaire entreprise sur la coque en 2007, un démontage partiel des vestiges ligneux a été entrepris ; il a permis de relever la présence de plusieurs fragments d’amphore Dressel 20 sous l’épave. Un échantillon de bois a été transmis au laboratoire Archéolabs en vue d’une datation au radiocarbone. La date ainsi obtenue est comprise entre 2 av. J.-C. et 236 ap. J.-C., avec une probabilité maximale entre 15 et 236 ap. J.-C.2.

  • 3 Les échantillons ont été confiés à Stéphanie Wicha, alors doctorante à l’Institut Méditerranéen d’É (...)

4Un échantillonnage systématique a été pratiqué pour la détermination des essences et pour l’analyse dendrochronologique3. Cette dernière a mis en évidence le faible nombre de cernes observables tant sur les virures que sur les membrures. En effet, sur vingt-trois prélèvements, seuls trois présentaient plus de cinquante cernes et étaient donc statistiquement intéressants.

5En revanche, les autres pièces possédaient en moyenne seulement trente cernes.

1. Description

1.1. Le bordé

  • 4 Les écarts n’ont pas été systématiquement dessinés sur le plan en 1999 car nombre d’entre eux étaie (...)

6L’épaisseur des bordages varie de 3,4 à 4,6 cm pour les galbords. La largeur varie de 14 à 36 cm en étant le plus souvent comprise entre 18 et 21 cm. Les virures les plus larges (32 cm pour V3 et 36 cm pour V4) ont été observées à l’ouest de l’emplanture du mât, zone correspondant probablement au centre de l’embarcation. Elles sont assemblées longitudinalement par des écarts à sifflet4. Seul le bordage V8 présente un écart courbe.

  • 5 Cet intervalle peut varier de 8 à 26 cm, mais ces deux mesures extrêmes ne sont pas fréquentes. L’o (...)

7Les virures sont assemblées entre elles par des clés trapézoïdales insérées et chevillées dans des mortaises selon un intervalle de 14 à 20 cm5. Les dimensions des mortaises et des clés varient considérablement : la largeur des mortaises varie de 5,5 à 10 cm, leur profondeur de 5 à 9 cm et leur épaisseur de 0,7 à 1,5 cm. La largeur des clés varie de 4,5 à 9 cm, leur longueur de 10 à 18 cm et leur épaisseur de 0,5 à 0,9 cm.

  • 6 Depuis qu’elle a été observée sur l’épave de Kyrenia (Steffy 1989, p. 256), cette pratique a été ob (...)

8Les chevilles de blocage des clés dans les mortaises sont de forme légèrement tronconique et elle sont facettées à huit pans. Leur diamètre minimum varie de 0,85 à 1,2 cm ; leur diamètre maximum varie de 1,1 à 1,6 cm. La variation observée dans le sens d’enfoncement de ces chevilles, tantôt de l’intérieur, tantôt de l’extérieur, témoigne du remplacement de certains ais de virures. Ceci est attesté également par la découpe de certaines mortaises depuis la face interne des virures V3, V4 et V8 (fig. 2)6.

Fig. 2. Joint en sifflet sur la quille (V6) et mortaises entaillées depuis la face interne de la virure V3 (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

Fig. 2. Joint en sifflet sur la quille (V6) et mortaises entaillées depuis la face interne de la virure V3 (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

9Les virures ont été débitées en dosse et contre-dosse (Rival 1991, p. 123). Les traces du ciseau à bois, bien visibles à l’intérieur des mortaises, indiquent un outil mesurant 1,8 cm. La plupart des virures ont été taillées dans du pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) qui constitue aujourd’hui une des essences majeures des forêts méditerranéennes. Trois bordages sont en pin noir (Pinus nigra Arn.), une essence caractéristique de l’étage montagnard méditerranéen qui se trouve notamment sous forme de station isolée dans l’Hérault (région de St-Guilhem-le Désert) (Quézel 1980, p. 211). Un ais de galbord (V5) a été taillé dans du chêne caducifolié (Quercus sp.). Des traces de réparation sur les virures ont été repérées sur quatre ais, un en pin noir (V8) et trois en pin sylvestre (V4, V7 et V3). Il n’est donc pas possible d’établir un lien entre ces interventions et l’utilisation du pin noir. Les languettes et les chevilles ont été taillées dans du chêne vert (Quercus ilex).

10Sur la virure V4, on peut observer la présence de deux orifices cylindriques traversants. Ils sont bouchés par des chevilles d’un diamètre de 4 cm. Un orifice identique est visible sur la virure V7 (fig. 1).

1.2. La quille

11Vers ce qui semble être la partie centrale de l’embarcation, la quille (V6) n’est rien d’autre qu’une virure à peine plus épaisse (5 cm) que les galbords (4,6 cm). Vers l’extrémité orientale, sa section est légèrement arrondie et atteint 9 cm d’épaisseur (fig. 3). Sa largeur est comparable à celle des virures (19 cm). Les deux éléments composant la quille sont réunis par un assemblage en sifflet, à l’ouest de l’emplanture du mât (fig. 2). Deux essences différentes ont été employées : du pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) pour l’élément central et de l’orme (Ulmus sp.) pour l’élément situé à l’est.

Fig. 3. Échantillon de quille prélevé à l’extrémité orientale (photo P. Glotain, DRASSM, Ministère de la Culture et de la Communication).

Fig. 3. Échantillon de quille prélevé à l’extrémité orientale (photo P. Glotain, DRASSM, Ministère de la Culture et de la Communication).
  • 7 Deux échantillons de 33 et 48 cm ont été prélevés pour étude en 1999.

12L’élément oriental de la quille a été prélevé. Il est façonné dans une seule et même pièce de bois longue de plus de 5,65 m (fig. 4)7. Par enlèvements successifs de matière, l’épaisseur de la quille passe progressivement de 9 à 5 cm, juste avant le raccord en sifflet. Les nombreux clous non traversants, visibles uniquement sur la face externe de la quille entre les membrures M4 et M5 et au-delà vers l’est, servaient à l’assemblage d’une semelle de plomb (fig. 5). Toujours sur la face externe, de nombreuses traces d’usure sont visibles de part et d’autre de la membrure M4 et disparaissent ensuite tout au long de la quille (fig. 4). La plupart sont à assimiler à des effets de frottement de la quille sur le fond, à un endroit où elle n’était plus protégée par la semelle de plomb (fig. 6). Cependant, certaines d’entre elles sont peut-être à considérer comme les traces d’une hache ayant servi à réduire l’épaisseur de la quille.

Fig. 4. Élément oriental de la quille (DAO C. Damon).

Fig. 4. Élément oriental de la quille (DAO C. Damon).

Fig. 5. Feuille de plomb sous l’extrémité orientale de la quille (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

Fig. 5. Feuille de plomb sous l’extrémité orientale de la quille (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

Fig. 6. Marques observées sur la face externe de la quille (photo S. Cavillon, DRASSM).

Fig. 6. Marques observées sur la face externe de la quille (photo S. Cavillon, DRASSM).

13La quille ne présente ni râblure, ni chanfrein (fig. 3). Les galbords se raccordent perpendiculairement aux joues de la quille. Cette disposition se retrouve sur l’ensemble du prélèvement. Il en est de même sur l’élément occidental, au-delà du sifflet. Les cans des galbords V5 et V7 sont verticaux et quasiment de la même épaisseur que ceux de la quille dans sa partie la plus fine.

1.3. La membrure

14La structure transversale de l’embarcation est faible : seulement six membrures couvrent les 7,70 m de longueur conservée, avec un intervalle de 80 à 96 cm (fig. 7). Leur largeur varie de 10 à 14 cm et leur hauteur de 9 à 11,5 cm. La membrure M2 est la seule varangue. Les membrures M3 et M4 sont composées de deux demi-couples (en trois éléments pour la membrure M3) qui offrent la particularité de ne pas se croiser précisément sur la quille, dans l’axe du navire, mais de part et d’autre de cet axe. L’assemblage en sifflet des deux éléments de la membrure M3 couvre les virures de V3 à V5, tandis que celui joignant les deux éléments principaux de la membrure M4 couvre la quille et le galbord V7 (fig. 8). La membrure M1 est faite de deux parties dont une seule est préservée ; les deux éléments se rejoignent en sifflet sur les virures V3 et V4 (fig. 9).

Fig. 7. Coupes transversales sur les membrures (dessin C. Damon, DAO S. François).

Fig. 7. Coupes transversales sur les membrures (dessin C. Damon, DAO S. François).

Fig. 8. Joint en sifflet reliant les deux éléments de la membrure M4 et se croisant sur la quille et un galbord (V7) (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

Fig. 8. Joint en sifflet reliant les deux éléments de la membrure M4 et se croisant sur la quille et un galbord (V7) (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

Fig. 9. Joint en sifflet sur la membrure M1 ; il est situé au niveau des virures V3 et V4 (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

Fig. 9. Joint en sifflet sur la membrure M1 ; il est situé au niveau des virures V3 et V4 (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

15Deux trous d’anguiller sont taillés à la base des membrures M1 et M2, de part et d’autre de l’axe du bateau. La membrure M4 porte un seul trou d’anguiller, situé dans l’axe. La partie centrale de la membrure M3 n’est pas conservée, mais aucun trou d’anguiller n’est visible sur la portion latérale pourtant en limite de la quille.

16Les membrures sont en chêne caducifolié (Quercus sp.) à l’exception d’un seul élément de la membrure M3 qui est en pin sylvestre (Pinus sylvestris L.).

17Sur les membrures en place, leurs traces d’assemblage au bordé ont été relevées sur la quille et sur le côté sud, puis portées sur le plan et sur les coupes transversales. Seule la membrure M3 a fait l’objet d’un relevé exhaustif. L’assemblage est réalisé au moyen de clous en fer de section quadrangulaire (2 cm de côté) enfoncés de l’extérieur et dont la pointe n’est pas rabattue mais se perd dans l’épaisseur des membrures.

18Toutes les membrures n’étaient pas nécessairement reliées à la quille. Ainsi la membrure M3 est clouée sur les virures V5 et V7 mais pas sur la quille (V6). La membrure M5 n’est pas reliée non plus à la quille. En revanche, les membrures M1, M2 et M4 sont assemblées à la quille, mais le clou de fixation de la seule varangue présente, M2, est enfoncé de biais quasiment dans le can du galbord (fig. 7).

19L’assemblage des membrures sur les virures est très irrégulier, et comporte de un à deux clous, exceptionnellement trois entre la membrure M1 et la virure V3 (la virure la plus large). Aucun repère préalable à la mise en place des membrures n’a été observé.

20L’intérieur de la coque est abondamment revêtu de poix. Celle-ci remonte le long des joues des membrures.

1.4. L’emplanture du mât

21Le pied du mât vient prendre place dans une cavité entaillée à la fois dans la varangue M2 et dans un massif disposé parallèlement (E), c’est à dire perpendiculairement à l’axe du navire (fig. 1 et 10). Ce massif, disposé à l’ouest de la varangue adjacente, lui est assemblé par des chevilles horizontales d’un diamètre de 2,4 cm. Les deux éléments sont en chêne caducifolié (Quercus sp.).

Fig. 10. Au premier plan, le massif de renfort accolé à la membrure M2 et essemblé à celle-ci par des chevilles placées horizontalement (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

Fig. 10. Au premier plan, le massif de renfort accolé à la membrure M2 et essemblé à celle-ci par des chevilles placées horizontalement (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

22La cavité du mât est complètement traversante jusqu’au bordé. Elle présente une section quadrangulaire, très irrégulière, de 12 sur 10 cm de côté. Une cavité rectangulaire, longue de 6 cm, large de 2 cm et profonde de 4 cm, est visible sur le massif de renfort (fig. 10) à 30 cm de la cavité du mât sur le côté sud. Le fond de cette cavité ne présente aucune inclinaison et sa fonction demeure inconnue.

1.5. Le bouchain

23Le bouchain arrondi forme une transition entre le fond plat et les flancs de l’embarcation (fig. 11). Les virures V3, V2 et V1 ont leurs deux bords biseautés alors que la virure V4 présente un seul bord biseauté à sa jonction avec la virure V3.

Fig. 11. Bouchain méridional (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

Fig. 11. Bouchain méridional (photo M.-P. Jézégou, DRASSM).

Fig. 12. Restitution 3D par le logiciel SketchUp (réalisation J. Letuppe).

Fig. 12. Restitution 3D par le logiciel SketchUp (réalisation J. Letuppe).

2. Interprétations

2.1. Détermination de la portion de coque préservée

  • 8 Ce relèvement n’est malheureusement pas observable sur la coupe longitudinale en raison des déforma (...)

24Vers l’ouest, la hauteur de la quille, la largeur des virures V3 et V4 et la position des trous d’anguiller de part et d’autre de la quille (au-dessus des virures V4 et V7) évoquent le centre de l’embarcation. L’absence de trou d’anguiller à la base du fragment préservé de la membrure M3 (au-dessus de la virure V4) et sa présence à la base de la membrure M4 (fig. 8), juste dans l’axe de la quille, suggère un relèvement de la coque vers une extrémité8. Puisque la section orientale de la quille est plus haute et munie d’une semelle de plomb, cette extrémité est probablement l’étrave. La présence d’un massif de renfort pour la cavité du mât, à l’ouest du gisement, c’est-à-dire en arrière de la varangue M2 supportant partiellement le pied du mât, renforce l’hypothèse selon laquelle l’extrémité orientale de l’épave correspondrait à l’étrave. En effet, si l’on considère que le mât était légèrement incliné vers l’avant, il était nécessaire de placer le massif de renfort en arrière de la varangue. L’état fragmentaire de l’épave nous interdit de savoir si l’emplanture du mât se trouvait au tiers avant de l’embarcation ou au 5/8ème.

2.2. Mode de construction et comparaisons

25La largeur des virures est très irrégulière, surtout dans la partie médiane. Aucune symétrie n’est observée de part et d’autre de la quille. Faut-il voir dans l’exceptionnelle largeur de la virure V4 une tentative de rectifier les formes du fond de l’embarcation, conférant à cette virure un rôle d’ajustement ? Par contre, la liaison entre les virures et entre celles-ci et la quille est régulière et soignée.

26L’assemblage de la membrure sur la quille est très irrégulier. La membrure est composée de pièces de petit module, largement espacées.

27Le fond de l’embarcation de la Conque des Salins repose sur un élément axial bien que ce dernier, au centre du navire, tende à se confondre avec les virures voisines. La présence de cet élément axial est fondamentale pour différencier cette embarcation, d’une part des bateaux fluviaux construits sur sole (Arnold 1991, p. 22 et 23 ; Arnold 1998, p. 75 ; Pomey, Rieth 2005, p. 33) et, d’autre part, d’un ensemble de trois navires élaborés à partir de deux ou trois larges planches axiales : Bruges, Blackfriars et Sant Peter Port (Arnold 1998, p. 77 ; Pomey, Rieth 2005, p. 173-175).

  • 9 La quille de l’épave de Cap del Vol était protégée par une semelle de bois.

28Le parallèle le plus proche reste l’épave de Cap del Vol en Catalogne (Nieto, Foerster 1980) sur laquelle la quille et les galbords ont une épaisseur respective de 6 et 4 cm9.

29Il faut également prendre en considération les orifices percés dans les virures V4 et V7 et colmatés par des chevilles. Deux d’entre eux (un sur la virure V4 et l’autre sur la virure V7) sont parfaitement alignés. Ont-ils servi à fixer la partie centrale de l’embarcation sur des madriers pendant la construction en l’absence d’une véritable quille ?

2.3. Conception de l’embarcation

30L’épave de la Conque des Salins, par son bordé homogène et solidement assemblé à franc-bord par des tenons chevillés, relève d’une conception longitudinale (avec un axe quille/étrave/étambot) dans laquelle le bordé joue un rôle structural majeur (Pomey, Rieth, 2005, p. 164-165).

31Elle présente des caractéristiques relevant de la construction navale méditerranéenne dans l’Antiquité : assemblage des virures entre elles et à la quille caractéristique de la construction bordé premier, conception longitudinale, revêtement interne de brai. Elle s’en distingue, cependant, par une absence de charpente axiale interne matérialisée par : l’absence de traces liées à la présence d’une carlingue, un massif d’emplanture disposé perpendiculairement à la quille, l’absence de serres latérales et une membrure lâche.

32Le choix des essences de bois présente une certaine homogénéité et relève d’une attention particulière portée à leurs propriétés mécaniques (Rival 1991). Le chêne vert a été utilisé pour les pièces d’assemblage en raison de sa durabilité et de ses qualités mécaniques, plus particulièrement sa résistance aux chocs. Le pin sylvestre est une essence noble, durable, dotée d’une bonne souplesse et d’un bonne résistance aux chocs ; son potentiel de compression et de flexion est élevé. Le chêne caducifolié donne un bois de bonne qualité, à densité élevée et capable de résister à une forte compression. Le plus grand soin a été accordé à la réalisation des virures et de la quille (en orme dans sa partie orientale) et non pas à celle de l’armature transversale ce qui est cohérent avec le principe de construction observé.

3. Conclusion

33Par ses caractéristiques morphologiques, l’épave de la Conque des Salins est particulièrement bien adaptée à un espace nautique lagunaire et éventuellement côtier (côte basse et sableuse du littoral languedocien). Son fond de carène très plat et la semelle de plomb venant protéger la quille juste avant le relèvement de l’étrave facilitent les échouages nécessaires à l’embarquement et au débarquement des marchandises et peut être également des passagers.

34Ce fragment d’épave constitue ainsi un des rares témoignages de la navigation lagunaire en Gaule, à l’époque impériale.

Bibliographie

Arnold 1991 : ARNOLD (B.) – The Gallo-Roman boat of Bevaix and the bottom-based construction. In : Reinders (R.), Kees (P.) eds., Carvel construction technique skeleton-first, shell-first, Proceedings of the 5th International Symposium on Boat and Ship Archaeology (ISBSA 5), Amsterdam (1988), Oxford, Oxford Book, 1991, p. 19-23.

Arnold 1998 : ARNOLD (B.) – Embarcations romano-celtiques et construction sur sole. In : Rieth (É.) dir., Concevoir et construire les navires. De la trière aux picoteaux, Ramonville Saint-Agne, Éditions Erès, 1998, p. 73-90 (Technologies, Idéologies, Pratiques, XIII, 1, Revue d’anthropologie des connaissances).

Jézégou et al. 2009 : JÉZÉGOU (M.-P.), ROUQUETTE (D.), WICHA (S.) – The Roman wreck at Conque de Salins (Mèze, Étang de Thau, Département de l’Hérault). Skyllis. Zeitschrift für Unterwasserarchäologie, 9, 1, 2009, p. 78-84.

Nieto, Foerster 1980 : NIETO (J.), FOERSTER (F.) – El pecio romano del Cap del Vol. Cypsela, III, 1980, p. 163-177.

Pomey, Rieth 2005 : POMEY (P.), RIETH (É.) – L’archéologie navale, Paris, Éditions Errance, 2005.

Quézel 1980 : QUEZEL (P.) – Biogéographie et écologie des conifères sur le pourtour méditerranéen. Documents d’écologie forestière, 1980, p. 205-255.

Rival 1991 : RIVAL (M.) – La charpenterie navale romaine, Paris, Éditions du CNRS, 1991 (Travaux du Centre Camille Jullian, 4).

Rouquette et al. 2004 : ROUQUETTE (D.), JÉZÉGOU (M.-P.), WICHA (S.) – Épave Conque des Salins. In : Bilan Scientifique du DRASSM 1999, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, 2004, p. 35-38.

Steffy 1989 : STEFFY (R.) – The role of three dimensional research in the Kyrenia Ship reconstruction. In : Tzalas (H.) ed., Tropis I, 1st International Symposium on Ship Construction in Antiquity, Proceedings, Piraeus (1985), Athènes, Hellenic Institute for the Preservation of Nautical Tradition, 1989, p. 249-261.

Stuiver, Becker 1986 : STUIVER (M.), BECKER (B.) – High-precision decadal calibration of the radiocarbon time. Radiocarbon, 28, 1986, p. 863-910.

Stuiver et al. 1998 : STUIVER (M.), REIMER (P.J.), BARD (E.), BECK (J.W.), BURR (G.S.), HUGHENN (K.A.), KROMER (B.), Mc CORMAC (G.), VAN DER PLICHT (J.), SPURK (M.) – INTCAL 98 Radiocarbon Age Calibration. Radiocarbon, 40, 3, 1998, p. 1041-1083.

Notes

1 Inventeur du site, décédé en 2009.

2 Référence datation Archéolabs : AMS ETH-34241, age 14C AMS conventionnel : 1905 ± 50 BP (δ13C mesuré de -28,60 ± 1,2 ‰ vs PDB) ; date 14C calibrée : 2 cal AD - 236 cal AD (courbe de calibration « Intcal98 », Stuiver et al. 1998).

Lors de l’expertise du gisement conduite en 1999 et en l’absence de vestige de cargaison sur l’épave, un échantillon de bois avait été prélevé sur la quille et envoyé au laboratoire Archéolabs en vue d’une datation au radiocarbone. Celle-ci avait livré une fourchette comprise entre 280 av. J.-C. et 70 ap. J.-C., avec une probabilité maximale entre 210 et 85 av. J.-C. : référence datation Archéolabs : ARC 2038, age 14C conventionnel : 2095 ± 40 BP (δ13C estimé de -25,00 ‰ vs PDB) ; date 14C calibrée : 350 cal BC - 1 cal AD (courbe de calibration de Stuiver, Becker 1986).

3 Les échantillons ont été confiés à Stéphanie Wicha, alors doctorante à l’Institut Méditerranéen d’Écologie et de Paléoécologie (UMR 6116), département de paléoenvironnement et biographie évolutive sous la direction de Frédéric Guibal.

4 Les écarts n’ont pas été systématiquement dessinés sur le plan en 1999 car nombre d’entre eux étaient masqués par l’importante couche de poix interne. Lors de la deuxième campagne sur le site, huit ans plus tard, de nombreuses virures avaient disparu.

5 Cet intervalle peut varier de 8 à 26 cm, mais ces deux mesures extrêmes ne sont pas fréquentes. L’observation n’a été faite systématiquement que sur l’extrémité orientale de la coque.

6 Depuis qu’elle a été observée sur l’épave de Kyrenia (Steffy 1989, p. 256), cette pratique a été observée sur nombre d’épaves méditerranéennes.

7 Deux échantillons de 33 et 48 cm ont été prélevés pour étude en 1999.

8 Ce relèvement n’est malheureusement pas observable sur la coupe longitudinale en raison des déformations engendrées par la configuration du terrain. En conséquence, nous n’avons pas jugé utile de publier cette coupe.

9 La quille de l’épave de Cap del Vol était protégée par une semelle de bois.

Auteur

Ingénieur de recherche
Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines
147, plage de l’Estaque, F – 13016 Marseille
marie-pierre.jezegou@culture.gouv.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search