Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville et campagne de Fréjus romaine

 | 
Pierre Excoffon

Avant-propos

Pierre Excoffon

Texte intégral

1Parce qu’une fouille archéologique est une aventure humaine formidable, et avant tout un travail d’équipe, je tiens ici à revenir, en quelques lignes seulement, sur l’histoire de ces fouilles. Cette « aventure » a commencé le 23 octobre 2006 sur le terrain pour se finir en mars 2008 à la remise du rapport final d’intervention, avant de se remettre à la tâche pour enfin aboutir à la publication.

  • 1équipe de fouille : Sabine Dupuy, élisabeth Lefeuvre, Juliette Michel, Mélissa Savanier, élise Dev (...)

2Au total, 40 personnes sont directement concernées : 15 sur la fouille1 et 25 pour la post-fouille, la partie immergée de l’iceberg…

  • 2équipe de fouille : Sandrine Ardisson, Audrey Peltier‑Buda, Hélène Garcia, Ambre Thuvignon, Lenaïc (...)

3À cette publication, j’ai ajouté les principales données issues d’un diagnostic archéologique réalisé sur le bâtiment des Thermes de Villeneuve que j’ai mené avec Sandrine Ardisson en 20082. L’enchaînement soutenu des opérations préventives sur la commune de Fréjus ces dernières années n’a pas facilité la tâche et c’est grâce à une étroite collaboration entre tous et à l’engagement de respecter les délais impartis à chacun, tâche ô combien difficile, que cette publication peut être livrée aujourd’hui, trois ans après la remise du rapport final.

  • 3  Noël Fabiano, Marc et Jonathan Vaniambourg (JMV), Luc Maratray (Pompe Énergie), José Lopez (Ville (...)

4La fouille préventive de Villa Romana ne fait pas exception à la règle, elle a été rendue possible grâce à la constitution d’une équipe d’archéologues et de spécialistes et à une étroite collaboration entre tous les acteurs du projet, du promoteur aux maçons, en passant par les entreprises de rabattement de nappe phréatique et d’installation des palplanches, les terrassiers et les services de la Ville de Fréjus. C’est donc une quantité considérable de personnes qui ont permis de mener cette opération de fouille à son terme, ils sont donc nombreux à mériter notre gratitude3.

5Près de 13 500 m3 de terre et de sable ont été retournés à la main ou à la pelle mécanique, en quatre mois de fouille. Difficile de remercier chaque fouilleur mais cet ouvrage est aussi le leur. Pour lutter contre les inondations de décembre 2006, Stéphane Bonnet, Christian Arhab, Nicolas Portalier et Mourad El Amouri ont redoublé de volonté et fait tourner les pompes à plein régime. La mise en place des palplanches et du système d’épuisement de nappe n’a pas été non plus une mince affaire, d’autant que la fouille était déjà bien entamée et les niveaux archéologiques nettoyés ! La vigilance et les « énervements contrôlés » de Juliette Michel y ont pour beaucoup contribué…

6L’organisation de la fouille s’est faite autour de trois responsables de zone : Raphaële Guilbert-Berger, Juliette Michel et Nicolas Portalier. Les questions géomorphologiques étaient suivies par Stéphane Bonnet et la coordination des études paléobotaniques par Laurent Bouby. Quel plaisir pour moi de travailler avec eux !

7Enfin, sur ce chantier parfois ingrat et aux découvertes spectaculaires rares, la collecte d’informations a été longue et fastidieuse mais la présence d’une nappe phréatique haute a permis la conservation de précieuses données paléoenvironnementales : sans la minutie et l’organisation sans faille de Sandra Greck, la gestion de plus de 600 prélèvements aurait été tout simplement impossible. Sandra a surtout été la pierre angulaire de cette fouille, sur laquelle je me suis largement appuyé. Je lui fais part ici de toute ma reconnaissance.

8Sans la clairvoyance et l’expérience de Michel Pasqualini, qui a su nous guider dans l’organisation du projet, tout cela aurait été bien plus compliqué encore…

9Les relevés pierre à pierre sont, pour l’essentiel et sauf mention contraire, l’œuvre du coup de crayon d’Élise Devidal. Pour les découvertes du diagnostic sur la Ferme de Villeneuve, je tiens vivement à remercier Sylvestre Roucole, « l’incontournable », pour la qualité de ses relevés...

10La topographie est le fait de Françoise Laurier, à l’époque salariée du Centre Archéologique du Var, dont les visites régulières ont ponctué la campagne de fouille.

11Mon entière gratitude à Joris Pâques pour sa qualité d’infographiste certes, mais surtout pour sa formidable patience pour supporter les interminables « dernières modifications »… La même reconnaissance à Sandrine Baiocchi pour sa remarquable efficacité à traquer « la dernière c@quille »…

12Je remercie Xavier Lafon pour sa relecture et ses remarques avisées.

13Enfin, je tiens à remercier l’ensemble des archéologues, spécialistes et amis qui sont passés sur le site ou durant la post-fouille et la rédaction du présent volume pour nous conseiller ou nous encourager, parmi eux : Sylvie Saulnier, Lucien Rivet, Henri Broise, Jean-Marie Gassend, Roger Boiron, Corinne Landuré, Chérine Gébara, Jean‑Marie Michel, Suzane Roscian, Emmanuel Botte, Alain Badie, Grégoire Poccardi, Danielle Soustelle Guillaume Vanhess et bien d’autres...

Notes

1équipe de fouille : Sabine Dupuy, élisabeth Lefeuvre, Juliette Michel, Mélissa Savanier, élise Devidal, Raphaëlle Guilbert‑Berger, Sandra Greck, Mourad El Amouri, Guillaume Hairy, Antoine Pasqualini, Bertrand Ruelle, Nicolas Portalier, Stéphane Bonnet, Christian Arhab et Pierre Excoffon.

2équipe de fouille : Sandrine Ardisson, Audrey Peltier‑Buda, Hélène Garcia, Ambre Thuvignon, Lenaïc Riaudel, Dorian Boyer et Pierre Excoffon.

3  Noël Fabiano, Marc et Jonathan Vaniambourg (JMV), Luc Maratray (Pompe Énergie), José Lopez (Ville de Fréjus - Services Techniques), Stéphane Gress et Jacques Born (Kauffman et Broad), José Rivas (coordinateur), Stéphane Bontoux (coordinateur SPS), Marina Dutartre et Pascale Denis (Ville de Fréjus - Service du Patrimoine)…

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access