Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville et campagne de Fréjus romaine

 | 
Pierre Excoffon

Préface

Xavier Delestre

Texte intégral

1J’ai plaisir à préfacer en ma qualité de conservateur régional de l’archéologie cet ouvrage publié sous la direction scientifique de Pierre Excoffon.

2D’abord, parce que cette contribution collective met en exergue les compétences d’un jeune collègue qui a su s’attacher des collaborations indispensables pour l’étude de cette fouille qui présente un contexte archéologique et environnemental d’une très grande richesse. En menant à son terme la réalisation de cet ouvrage, Pierre Excoffon montre combien il a su s’impliquer dans l’archéologie fréjusienne en s’entourant des meilleurs spécialistes.

3Ensuite, parce que cette publication trouve place dans la collection des BiAMA, quelques mois seulement après la parution d’une autre synthèse présentée par Lucien Rivet sur les fouilles réalisées entre 1979 et 1989 dans le groupe épiscopal et à ses abords. Ces deux ouvrages, publiés de manière rapprochée, attestent de manière positive d’une longue tradition de recherche archéologique dans cette ville où se côtoient et se complètent avec succès les fouilles préventives et programmées.

4Enfin, parce que les résultats de cette fouille, terminée en 2007, sont mis à la disposition de tous dans des délais brefs après l’achèvement des études de la post-fouille.

5Depuis maintenant plus d’une quarantaine d’années, la communauté archéologique est pleinement investie dans cette reconquête de l’histoire de la cité antique de Fréjus. À cet égard, ce qui a été accompli dans cette ville, tout au long de la seconde moitié du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, est exemplaire. On peut même à ce titre considérer Fréjus comme un modèle sur le plan national. Rares sont en effet les villes qui offrent un bilan scientifique d’une telle importance avec des acquis fondamentaux aussi nombreux comme l’a excellemment montré la synthèse publiée en 2000 dans la série des « Atlas topographiques des villes de Gaule Méridionale ».

6Ce viatique archéologique est le fruit de l’investissement important de nombreux chercheurs parmi lesquels s’inscrit au tout premier plan la personnalité de Paul-Albert Février. Cette recherche est aussi marquée par l’implication de toutes les institutions (Culture, CNRS, Université, collectivités, INRAP) qui ont su avec intelligence œuvrer dans le souci de l’intérêt général, en parfaite complémentarité les unes avec les autres.

7Nous devons également cette réussite au soutien constant des municipalités successives. Très tôt en effet, la Ville de Fréjus a disposé d’un service archéologique. Elle a su au fil des années renforcer cette structure et la moderniser pour qu’elle conserve toute son efficacité. C’est donc tout logiquement que ce service participant comme opérateur agréé à l’archéologie préventive, tient une place centrale dans la gestion du patrimoine communal et dans la dynamique de recherche.

8Cette conjonction de facteurs favorables, étendue sur une longue période, offre maintenant aux archéologues la possibilité de disposer d’une documentation scientifique inédite d’une très riche densité.

9Par petites touches, au gré des opérations de diagnostics et de fouilles préventives notamment et par les publications qui suivent, le vaste puzzle de la topographie de Forum Iulii s’étoffe et se précise. Tous ces apports sont majeurs et donnent un éclairage nouveau sur l’urbanisme en Gaule Narbonnaise comme on a pu l’apprécier lors de la tenue du VIIIe Colloque Historique de Fréjus en novembre 2010. Ils permettent de rouvrir des dossiers de grande ampleur comme celui de l’amphithéâtre mais aussi d’initier de nouvelles recherches sur le paléoenvironnement par exemple.

10C’est d’ailleurs sur cette dernière thématique que le présent volume apporte des données significatives en dressant le bilan de la documentation acquise sur le site de la « Villa Romana » occupé depuis le premier siècle avant J.‑C. Il complète également les renseignements sur des aspects géomorphologiques et environnementaux de la basse vallée de l’Argens et du cordon littoral que l’on situe un temps à l’emplacement même de la fouille. De manière plus générale, cette opération contribue à préciser l’histoire de l’occupation humaine dans ce quartier de Villeneuve localisé au sud-ouest de la ville à plus de cinq cents mètres du rempart antique. Un secteur qui possédait déjà deux sites archéologiques majeurs : la Ferme de Villeneuve, voisine de la fouille, renfermant les vestiges encore en élévation d’un ensemble thermal reconnu depuis 1613 par Nicolas-Claude Fabry de Peiresc et celui du camp de la flotte d’Agrippa fouillé par Christian Goudineau dans les années 80 dont les résultats ont été publiés tout récemment.

11Je souhaite donc que cette contribution collective prenne place au rang qu’elle mérite par sa qualité scientifique et je forme le vœu que d’autres publications, alliant données de fouilles préventives et programmées, suivent pour compléter ce panorama archéologique des périodes antique mais aussi médiévale et moderne.

12Il appartient aux archéologues d’approfondir ce sillon de la connaissance pour que Fréjus contemporain s’enrichisse encore de l’histoire de son passé. Il est aussi indispensable que ces acquis soient mis à la disposition des responsables administratifs et politiques en charge du territoire de Fréjus. Cette publication participe à cet enjeu majeur. Ainsi, le Fréjus du XXIe siècle prendra encore mieux appui sur ce socle unique de son histoire antique marquée par des personnages illustres tel Agricola et des faits historiques majeurs comme le mouillage de la flotte militaire de Cléopâtre après la bataille d’Actium en 31 avant J.‑C. qui lui font tutoyer la « Grande Histoire ».

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access