Version classiqueVersion mobile

Batellerie gallo-romaine

 | 
Giulia Boetto
, 
Patrice Pomey
, 
André Tchernia

5 – Les épaves du Parc Saint-Georges à Lyon

5.3. – Textiles archéologiques et archéologie navale : l’exemple des tissus gallo-romains du Parc Saint-Georges

Archaeological fabrics and nautical archaeology: the example of the Gallo-Roman textiles from Parc Saint-Georges

Fabienne Médard

Résumé

Fouillé entre 2002 et 2004, le site du Parc Saint-Georges (Lyon) a livré un matériel d’exception, riche et abondant, parmi lequel des vestiges en matière organique préservés grâce à la proximité de la Saône et à l’humidité du terrain dans cette zone. Outre les spectaculaires épaves gallo-romaines, le gisement a permis de mettre au jour une remarquable collection textile échelonnée sur près de 200 ans (Ier-IIIe s. ap. J.-C.). Pris entre les planches de construction des embarcations, les tissus servaient à assurer l’étanchéité des barques selon la technique du lutage. Usagés et mis au rebus, ils étaient utilisés une ultime fois pour construire ou réparer les bateaux. La qualité et le nombre élevé des pièces recueillies font de cette collection une des plus importantes connue à ce jour. Essentiels à plusieurs titres, les vestiges livrent des informations capitales sur les techniques de production, sur la qualité des étoffes et sur la notion de tissu usagé durant l’Antiquité. Ils renseignent également sur les techniques de construction navale, différentes selon les traditions culturelles et les espaces géographiques.

Entrées d'index

Géographique :

Gaule romaine

Texte intégral

01/11/2011

1. Introduction

  • 1 Pour les fouilles du Saint-Georges à Lyon, se référer à l’article de Grégoire Ayala dans ce même vo (...)

1Dans cet article, nous présenterons cinq exemples extraits de la série textile du Parc Saint-Georges à Lyon. Les prélèvements, régulièrement effectués lors de la fouille, ont permis de constituer une importante collection de vestiges échelonnés sur une période de 200 ans environ (Médard 2009 ; 2010a ; 2010b)1.

  • 2 Voir les articles d’Éric Rieth et de Marc Guyon dans ce même volume.
  • 3 Au contraire, dans la tradition « romano-celtique » continentale, le calfatage des joints entre les (...)
  • 4 Voir Pomey, Rieth 2005, p. 197 et l’article d’É. Rieth dans ce même volume. Selon C. Goudineau (199 (...)

2Au-delà de son intérêt pour l’étude des techniques textiles, cet ensemble de tissus présente la particularité d’être associé à des épaves (Ép. 8, Ép. 4, Ép. 3, Ép. 2 et Ép. 7). Ces embarcations, de la plus ancienne à la plus récente, occupent une période comprise entre le milieu du Ier et le milieu du IIIe s. de notre ère. Elles sont représentatives de la tradition de construction navale « sur sole » et appartiennent au groupe « Rhône-Saône »2. Dans cette tradition de construction navale fluviale, l’étanchéité des coutures est assurée par un tissu poissé disposé au cours de la phase d’assemblage, selon la technique du lutage3. Selon Éric Rieth, l’utilisation de tissu poissé pourrait avoir été influencée par les pratiques des chantiers navals maritimes méditerranéens, ou du moins par des pratiques méridionales4.

  • 5 Voir l’article d’É. Rieth dans ce même volume.
  • 6 Voir l’article de Catherine Lonchambon dans ce même volume. Une autre embarcation a été découverte (...)
  • 7 Long, Rival, Marlier 2009. Voir également l’article de Sabrina Marlier dans ce même volume. Toujour (...)

3Cette hypothèse fut formulée, par ce même auteur et pour la première fois, lors de la fouille de l’épave de la place Tolozan à Lyon (Ier s. ap. J.-C.) où des restes de tissus poissés (sergés de laine) avaient été repérés en différents points de la coque entre les joints des bordages (Becker, Rieth 1995 ; Rieth 1998, p. 77-79)5. Cette technique de lutage a ensuite été observée sur le chaland monoxyle assemblé, localisé sous la pile n° 3 du pont romain de Chalon-sur-Saône (Ier s. ap. J.-C. ; Bonnamour 2000, p. 55-57 ; Lonchambon 2000, p. 176, fig. 4 et 177)6. Enfin, l’utilisation de tissu pour le lutage des joints de la sole est attestée sur le chaland Arles-Rhône 3 (fig. 1), récemment fouillé (Long et al. 2009)7.

Fig. 1. Joints d’étanchéité (tissu et poix)de l’épave Arles-Rhône 3 (photo C. Durand, CCJ/CNRS).

Fig. 1. Joints d’étanchéité (tissu et poix)de l’épave Arles-Rhône 3 (photo C. Durand, CCJ/CNRS).

2. Des découvertes parfois fortuites

  • 8 Responsable d’opération : G. Monthel, Ville de Châlon-sur-Saône, 1985-1986.

4Il n’est pas rare que les contextes humides livrent des vestiges en matière organique parmi lesquels se trouvent des textiles. Si les archéologues sont alertés sur leur présence éventuelle, ils n’apparaissent pas toujours sous une forme attendue. L’exemple des fouilles de sauvetage menées au sud de Chalon-sur-Saône, au lieu-dit « Le Petit-Creusot », est éloquent8. Localisés à 100 m de la berge actuelle de la Saône, les niveaux archéologiques renfermaient des vestiges témoignant du déplacement de la rivière qui, à cet endroit, décrit une large boucle creusant vers l’ouest. À l’origine, le site antique du Petit-Creusot se trouvait en bord de Saône. Aujourd’hui encore, le cours d’eau évolue dans la même direction, asséchant peu à peu les terres libérées à l’est.

5La lenteur du processus a favorisé la préservation des vestiges en matière organique. Scellés par un substrat d’argiles denses, les niveaux humides ont été protégés de toute pollution bactérienne préservant plusieurs vanneries, des objets en cuir et en matières textiles d’une destruction certaine (Monthel et al. 1998). Si la plupart des vestiges ont immédiatement été identifiés, les restes textiles ne doivent leur découverte qu’au hasard des circonstances. Constituée d’argile, de sable, de pierres et de galets, la nature des déblais de fouille n’avait rien de surprenant au regard du terrain. Parmi ces rejets, des galets plus ou moins réguliers, durs en surface en raison d’une coque de sable concrétionné, ressemblaient à du grès. Si l’un d’entre eux ne s’était pas brisé accidentellement, la matière textile dont il était en réalité constitué n’aurait jamais été suspectée. Chaque coque renfermait effectivement plusieurs fragments de tissus : découpés, déchirés ; il s’agissait de chiffons mis en boule (Médard, Monthel 2004).

6Ces textiles n’ont sans doute servi ni au calfatage ni au lutage des embarcations : formant des boules de tailles variables au moment de leur découverte, ils ne laissaient apercevoir aucun écrasement tel qu’il serait normal si ces éléments avaient été pressés entre les planches de bordé. Transformés en tampons et rouleaux, ils ont peut-être servi à enduire de poix la coque des navires. Les vestiges textiles recueillis sur le site de la Bourse à Marseille présentaient les mêmes caractéristiques que ceux du Petit-Creusot. Découverts en contexte portuaire, ils ne sont associés à aucune épave et ne présentent aucun signe de compression. Détail particulièrement évocateur, l’un d’entre eux enveloppait de la bourre de laine et l’ensemble formait un tampon. Comme les vestiges du Petit-Creusot, ils étaient englués de poix. R. Boyer et G. Vial, en charge de l’étude des textiles, avaient d’ailleurs émis quelques réserves quant à l’utilisation de ces vestiges comme matériau d’étanchéité (Boyer, Vial 1982, p. 269).

7Les fouilles menées au Parc Saint-Georges constituent un autre cas de figure. La découverte d’épaves gallo-romaines abandonnées sur les berges de la Saône a permis de mettre au jour de nombreux restes textiles. Imbriqués dans le bois des embarcations, leur présence à cet endroit n’avait rien de surprenant. Certains d’entre eux étaient pourtant méconnaissables en raison d’un aspect et d’une texture semblables à ceux du bois. Pressés, tassés, entre les planches, ils formaient des ensembles compacts et durs de couleur brune (fig. 2). Seules des pressions et des distorsions exercées manuellement ont permis de mettre en évidence des lignes de ruptures, révélant la composante textile des agglomérats.

Fig. 2. Site du Parc Saint-Georges, Lyon. Prélèvement de deux blocs de tissus pris entre les planches d’une embarcation à fond plat (photo F. Médard ; conservation Musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon-Fourvière).

Fig. 2. Site du Parc Saint-Georges, Lyon. Prélèvement de deux blocs de tissus pris entre les planches d’une embarcation à fond plat (photo F. Médard ; conservation Musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon-Fourvière).

8Ces assemblages témoignent de l’aspect parfois inattendu que peuvent prendre certains vestiges. Ils suggèrent également que la rareté des restes textiles pourrait être en partie due à des difficultés d’identification sur le terrain.

3. Le rôle du textile dans la construction navale antique méditerranéenne

9Mis à part les ligatures et autres cordages indispensables à la navigation, les éléments textiles sont présents à plus d’un titre dans la construction navale antique.

10Dans le cadre de la navigation maritime méditerranéenne, le tissu pouvait être utilisé sous la forme de rouleau posé sur les joints des virures, assurant ainsi l’étanchéité des embarcations assemblées par des ligatures, selon la tradition grecque (Kahanov, Pomey 2004).

11Certaines épaves de navires maritimes (Grand Congloué, Mahdia, Dramont A, Madrague de Giens) ou de tradition maritime (Nemi) attestent aussi l’utilisation du tissu comme revêtement situé entre le doublage en plomb et le bordé et, si le navire présente un bordé double, entre les deux bordés (Gianfrotta, Pomey 1981, p. 260). Sur les épaves de la Madrague de Giens (70-65 av. J.-C.) et de Nemi (Ier s. ap. J.-C.) ce tissu a été identifié comme étant de la toile de laine finement tissée (Pomey 1978, p. 85, pl. XXXIV, 2 ; Ucelli 1950, p. 265-268).

12Le tissu jouait également un rôle indispensable dans les voilures de bateaux. Les découvertes sont pourtant rares ; la plupart des vestiges de ce type ont été mis au jour hors de leur contexte d’utilisation, généralement dans les atmosphères sèches des sépultures (Black 1996, p. 104). Une momie égyptienne d’époque romaine découverte dans un temple à Thèbes (Egypte) illustre parfaitement cette situation. Le corps était à la fois couvert et « rembourré » (dans les parties du corps ayant perdu du volume) à l’aide de chiffons (Schoefer et al. 1987, p. 77 ; Rougé 1987) appartenant initialement à une voile de lin semblable à celle des bateaux naviguant sur le Nil (Wild, Wild 2001, p. 216 ; Black 1996, p. 105). Cette pièce particulière a été identifiée grâce à la présence de plusieurs bandes de renforts larges de 5 cm environ, dont l’une était encore associée à un reste d’anneau de cargue en bois. Expliquant le faible nombre des découvertes, il est probable que les voiles des navires démantelés étaient récupérées et retaillées pour en faire des sacs, des vêtements ou des linceuls (Black 1996, p. 105). On en connaît des vestiges datés des Ier–IIIe s. provenant des ports antiques de Berenike (Egypte) (Wild, Wild 2001 ; Wild 2002) et Quseir al-Quadim (Egypte) (Whitewright 2007).

4. Les tissus du Parc Saint-Georges

13Afin d’illustrer au mieux la richesse de la collection et des vestiges textiles en général, nous avons choisi un tissu pour chaque épave en prenant soin de sélectionner les exemplaires les plus diversifiés et les plus représentatifs (tab. 1 et 2).

Tableau. 1

N° d’étude

Épave associée

Datation

4

Ep. 8

55 après J.-C.

45

Ep. 4

158-185 après J.-C.

11

Ep. 3

160-185 après J.-C.

33

Ep. 2

210-215 après J.-C.

35

Ep. 7

254-260 après J.-C.

14Préalablement à leur analyse, les tissus ont été confiés à des laboratoires de restauration-conservation : l’atelier du Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon, le laboratoire Céline Wallut de Francheville et le centre ARC-Nucléart de Grenoble. Confinés en milieu humide anaérobie pendant près de 2000 ans, leur exposition soudaine à l’air libre les aurait immanquablement détruits s’ils n’avaient pas été confiés au soin des restaurateurs.

15Ils ont donc été nettoyés et séchés lentement pour éviter la rétraction des volumes et, à terme, la perte des tissus. L’analyse technique a permis d’en détailler le mode de fabrication. Les fils, la réduction et les armures de tissage ont été examinés dans le détail afin de déterminer l’orientation du travail et, si possible, le type de métier à tisser employé. (fig. 3)

Fig. 3. Orientation des fils de chaîne et de trame d’un tissu (dessin F. Médard d’après Seiler-Baldinger, 1991).

Fig. 3. Orientation des fils de chaîne et de trame d’un tissu (dessin F. Médard d’après Seiler-Baldinger, 1991).
  • 9 Modèle Quanta 400 (résolution de 3.5 nm en haut vide et environ 5 nm en modes low vacum et environn (...)

16L’identification des matières textiles constitue un aspect particulier de l’analyse. Il s’agit de déterminer si les tissus ont été confectionnés à l’aide de matières animales ou végétales et, si les échantillons le permettent, de définir la nature exacte des matériaux employés. Les observations ont été effectuées en microscopie, en l’occurrence à l’Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse en collaboration avec Hugues Bonnet (IS2M/CNRS). Ces investigations ont nécessité l’utilisation d’un microscope électronique à balayage environnemental FEI9.

Tissu n° 4 (tab. 1 et 2)

17Ce tissu poissé et marqué de nombreux plis mesure 25 x 17 cm. De texture souple et de couleur brun foncé (fig. 4), il était associé à l’épave Ép. 8 datée de 55 ap. J.-C. Il présente une lisière latérale simple et sans renfort, ainsi que les restes d’une couture parallèle, placée à 1 cm de la lisière.

Fig. 4. Parc Saint-Georges. Tissu nº 4 (photo et dessin F. Médard).

Fig. 4. Parc Saint-Georges. Tissu nº 4 (photo et dessin F. Médard).

Tissu n° 45 (tab. 1 et 2)

18Chiffonné et poissé, ce textile représenté par plusieurs fragments de petites dimensions, est de texture semi-rigide et de couleur ocre (fig. 5). Associé à l’épave Ép. 4, il est daté entre 158-185 après J.-C. Outre des anomalies de tissage clairement avérées, il présente une probable couture de réparation témoignant de son utilisation prolongée. Un ourlet de facture grossière est également visible.

Fig. 5. Parc Saint-Georges. Tissu nº 45 (photo et dessin F. Médard).

Fig. 5. Parc Saint-Georges. Tissu nº 45 (photo et dessin F. Médard).

Tissu n° 11 (tab. 1 et 2)

19Ce textile, représenté par cinq fragments dont le plus important mesure 11 cm de côté, est caractérisé par une texture souple et une couleur brun foncé. Il s’agit d’un textile chiffonné et poissé (fig. 6). Associé à l’épave Ép. 3, il est daté de 160-185 ap. J.-C. Des anomalies de tissage sont perceptibles, ainsi qu’une lisière latérale formée de deux groupes de fils de chaîne dessinant deux bourrelets.

Fig. 6. Parc Saint-Georges. Tissu nº 11 (photo et dessin F. Médard).

Fig. 6. Parc Saint-Georges. Tissu nº 11 (photo et dessin F. Médard).

Tissu n° 33 (tab. 1 et 2)

20Ce textile est représenté au sein de plusieurs amalgames. De texture semi-rigide et de couleur brune, le tissu est chiffonné et poussiéreux (fig. 7). Il était associé à l’épave Ép. 2 et sa datation se situe entre 210 et 215 ap. J.-C. Il présente une lisière de départ « en cordeline », ainsi que les restes d’une couture simple réalisée au point avant.

Tissu n° 35 (tab. 1 et 2)

Fig. 7. Parc Saint-Georges. Tissu nº 33 (photo et dessin F. Médard).

Fig. 7. Parc Saint-Georges. Tissu nº 33 (photo et dessin F. Médard).

21Ce textile est associé à un amalgame formé de
plusieurs tissus et de bois. De texture souple et de couleur ocre, il est chiffonné et poissé (fig. 8). Associé à l’épave Ép. 7, il est daté de 254-260 ap. J.-C. Comme le tissu n° 11, il présente une lisière latérale faite de deux bourrelets juxtaposés.

Fig. 8. Parc Saint-Georges. Tissu nº 35 pris dans un amalgame formé de plusieurs tissus et d’un fragment de bois (photo et dessin F. Médard).

Fig. 8. Parc Saint-Georges. Tissu nº 35 pris dans un amalgame formé de plusieurs tissus et d’un fragment de bois (photo et dessin F. Médard).

5. Des vestiges riches d’informations sur les techniques textiles

22L’échantillon de tissus sélectionnés offre un panel relativement complet des caractéristiques techniques observables sur les tissus archéologiques en bon état de conservation. Les bordures sont représentées par trois lisières latérales (tissus n° 4, 11, 35 ; fig. 9) et une lisière de départ (tissu n° 33 ; fig. 10). Les coutures et les ourlets sont également illustrés (tissus n° 4, 33, 45 ; fig. 11) ; les anomalies de tissage sont évoquées (tissus n° 11, 45 ; fig. 12), et plusieurs armures de tissage sont décrites. Nous sommes en présence d’un échantillon varié permettant de dégager des éléments de discussion autour d’une thématique technique.

Fig. 9. Parc Saint-Georges. Tissu nº 4 présentant une lisière latérale simple.

Fig. 9. Parc Saint-Georges. Tissu nº 4 présentant une lisière latérale simple.

En haut : schéma de construction de la lisière(photo et dessin F. Médard).

Fig. 10. Parc Saint-Georges. Tissu nº 33 présentant une lisière de départ et une couture.

Fig. 10. Parc Saint-Georges. Tissu nº 33 présentant une lisière de départ et une couture.

En bas : schéma de construction de la lisière (photos et dessin F. Médard).

Fig. 11. Parc Saint-Georges. Tissus nº 45 présentant un ourlet et une couture (dessin et photo F. Médard).

Fig. 11. Parc Saint-Georges. Tissus nº 45 présentant un ourlet et une couture (dessin et photo F. Médard).

Fig. 12. Parc Saint-Georges. Tissu nº 45. Anomalie de tissage dans le sens de la chaîne (photo et dessin F. Médard).

Fig. 12. Parc Saint-Georges. Tissu nº 45. Anomalie de tissage dans le sens de la chaîne (photo et dessin F. Médard).

5.1. Les matières premières

23Les vestiges exposés sont tous confectionnés à partir de fibres de laine, qu’il s’agisse de fils de chaîne, de trame, de coutures, d’ourlets ou de lisières. Allongées, caractérisées par une mosaïque d’écailles couvrant leur surface, les fibres présentent des sections généralement circulaires au diamètre compris entre 20 et 30 µm. Il s’agit de laines de mouton (fig. 13).

Fig. 13. Parc Saint-Georges. Tissu nº 4, fibres de laine : fils de couture observés au MEB en vue longitudinale.

Fig. 13. Parc Saint-Georges. Tissu nº 4, fibres de laine : fils de couture observés au MEB en vue longitudinale.

La photo de droite montre le détail des écailles caractéristiques des fibres de laine
(photos H. Bonnet).

24Toutes ne sont pas également conservées. Si les sections, habituellement circulaires, sont parfois aplaties (déformation mécanique), les états de surfaces s’avèrent être les plus divers. Nous les avons classés en quatre catégories : certaines fibres sont illisibles en raison d’un encrassement très prononcé et de surfaces recouvertes de pollutions en dissimulant l’aspect initial. D’autres présentent, tout ou en partie, les écailles caractéristiques des fibres d’ovi-capridés. D’autres encore sont à ce point érodées que la surface est devenue lisse ; certaines, enfin, sont déchirées, laissant apercevoir la structure interne de la fibre.

25Ces états de la matière ne sont pas spécifiques à la collection du Parc Saint-Georges. Par exemple les fibres de laine examinées sur les vestiges de Vindolanda (Grande-Bretagne, Ier s. ap. J.-C.), témoignent d’une usure due aux actions conjuguées de l’enfouissement, du traitement de feutrage fréquent sur les lainages de cette époque, et d’une utilisation quotidienne. Certaines fibres présentent également les traces d’une fatigue biaxiale interprétée comme des signes d’usure liés à des zones soumises aux frottements répétés lors du port des vêtements (Cork et al. 1997, p. 31). À l’instar de ces dernières, certaines fibres observées sur les tissus du Parc Saint-Georges présentent les mêmes caractéristiques.

5.2. Les lisières

26La lisière de départ cordée du tissu n° 33 ne fait pas figure d’exception parmi les textiles archéologiques d’époque romaine. Il en a été découvert en Europe, comme en Afrique du nord.

27Les recherches effectuées à partir des nombreux restes textiles présentant cette spécificité, notamment ceux du Mons Claudianus, à l’est du désert égyptien (Égypte, Ier s.-début du IIIe s. ap. J.-C.) montrent que ces lisières, placées au départ du tissage, sont fréquemment associées à la confection de vêtements mis en forme sur les métiers verticaux à deux ensouples (Ciszuk, Hammarlund 2008, p. 124-126). Les lisières latérales observées sur les tissus n° 4, 11 et 35 ne sont techniquement pas discriminantes. Elles peuvent être obtenues sur n’importe quel type de métier à tisser. Elles sont fréquentes parmi les textiles archéologiques d’époque romaine comme, par exemple, dans les séries du Petit-Creusot (Médard, Monthel 2004, p. 100 ; Valansot 1995), des Martres-de-Veyre (Desrosiers, Lorquin 1998, p. 63) ou de Didymoi en Egypte (Cardon 2001, p. 16 ; Cardon, Granger-Taylor 2008). Seul le modèle le plus simple (tissu n° 4), semble peu répandu, sans doute en raison de son manque de tenue et de résistance à l’usure.

5.3. Les anomalies de tissage

28Deux exemplaires (tissus n° 11 et 45) présentent des fils de chaîne travaillant ponctuellement en doublon. Ce type d’anomalie peut résulter de la rupture d’un fil en cours de travail, d’une erreur d’enfilage (oubli d’un fil de chaîne situé à l’arrière-plan du métier), d’une lisse cassée, etc. Le plus souvent, ces défauts ne sont pas immédiatement détectés, le tisserand poursuit son ouvrage et s’aperçoit plus loin de son erreur. Il lui appartient alors de le corriger ou de le laisser en l’état. Fréquemment observés sur les textiles archéologiques, ces accidents montrent que les fils de chaîne sont le plus souvent enfilés à l’unité dans les lisses.

5.4. Coutures, ourlets et rafistolages

29Trois exemplaires laissent apercevoir des coutures et ourlets dont la fonction n’apparaît pas clairement. Ces éléments sont presque systématiquement de facture grossière : les fils utilisés, souvent épais, montrent que la discrétion de l’ourlet, de l’assemblage ou de la réparation n’est pas recherchée. Il semble que ces aménagements aient été effectués sur des tissus déjà en situation de réemploi avant d’être définitivement utilisés pour l’étanchéité des barques.

6. Intérêt des tissus usagés

30La collection du Parc Saint-Georges correspond à un ensemble de tissus en situation de réemploi. À en juger par les découvertes archéologiques, cette situation est répandue aux périodes anciennes, qu’il s’agisse de l’univers domestique, artisanal ou spécialisé.

31Informes, souvent illisibles au premier abord, peu attractifs, ils laissent difficilement soupçonner leur potentiel informatif. On ne rappellera pourtant jamais assez l’intérêt des tissus usagés, déchirés et rapiécés ; ils s’avèrent être parmi les plus riches et les plus instructifs, même si leur état fragmentaire permet rarement d’en identifier la fonction initiale (mobilier textile, vêtement, linges). Si les franges, les coutures, les ourlets, les couleurs et autres effets décoratifs renvoient indifféremment à un usage vestimentaire et mobilier, la variété des objets offre très souvent un panel représentatif des techniques et des étoffes en usage aux périodes concernées.

32L’intérêt des textiles usagés ne se limite pas à la diversité technique. Elle touche à la notion de rebus, à l’appréciation de ce qu’était un textile en fin de vie dans un contexte et à une époque donnés. L’analyse des vestiges montre effectivement que les tissus de réemploi sont souvent déchirés, ourlés, rapiécés, parfois de belle manière, parfois grossièrement. Tout laisse à penser que les réparations les plus fines étaient effectuées sur des toiles suffisamment belles pour être encore exposées aux regards ; les coutures les plus grossières devaient intervenir à un stade de dégradation plus avancé. Les tissus employés pour la construction navale appartiennent à cette seconde catégorie ; une fois insérés entre les planches de navires ils ne devaient plus jamais servir.

33Les textiles du Parc Saint-Georges informent sur le réemploi des vieux chiffons et montrent qu’ils étaient vraisemblablement présents à bord pour servir aux réparations. Ils confirment le choix du tissu comme matériau d’étanchéité dans le bassin hydrographique Rhône-Saône, un bassin bien délimité mais ouvert aux influences méditerranéennes.

Bibliographie

Arnold 1992 : ARNOLD (B.) – Batellerie gallo-romaine sur le lac de Neuchâtel, tome 2, Saint-Blaise, Éditions du Ruau, 1992 (Archéologie Neuchâteloise, 13).

Basch 1986 : BASCH (L.) – Note sur le calfatage : la chose et le mot. Archaeonautica, 6, 1986, p. 189-198.

Becker, Rieth 1995 : BECKER (C.), RIETH (É.) – L’épave gallo-romaine de la place Tolozan à Lyon : un chaland à coque monoxyle-assemblée. In : Beal (J.-Cl.) dir., L’arbre et la forêt, le bois dans l’Antiquité, Paris, De Boccard, 1995, p. 77-91 (Collection de la bibliothèque Salomon Reinach, 7).

Black 1996 : BLACK (E.) – Where have all the sails gone ? In : Tzalas (H.) ed., Tropis IV, 4th International Symposium on Ship Construction in Antiquity, Proceedings, Athènes (1991), Athènes, Hellenic Institute for the Preservation of Nautical Tradition, 1996, p. 103-112.

Bonnamour 2000 : BONNAMOUR (L.) – Archéologie de la Saône. Le fleuve gardien de la mémoire, Paris, Éditions Errance, 2000.

Boyer, Vial 1982 : BOYER (R.), VIAL (G.) – Tissus découverts dans les fouilles du port antique de Marseille. Gallia, 40, 1982, p. 259-270.

Cardon 2001 : CARDON (D.) – On the road to Berenike : a piece of tunic in damask weave from Didymoi. In : Walton-Rogers (P.), Bender-Jorgensen (L.), Rast-Eicher (A.) eds., The Roman textile industry and its influence. A birthday tribute to John Peter Wild, Oxford, Oxbow Books, 2001, p. 12-20.

Cardon, Granger-Taylor 2008 : CARDON (D.), GRANGER-TAYLOR (H.) – Textiles from Didymoi. Preliminary considerations and case studies documented/illustrated by a selected catalogue, 2008 [inédit].

Ciszuk, Hammarlund 2008 : CISZUK (M.), HAMMARLUND (L.) – Roman looms – A study of craftsmanship and technology in the Mons Claudianus textile project. In : Alfaro (C.), Karali (L.) eds., Purpurae vestes II, Vestidos, textiles y tintes. Estudios sobre la producción de bienes de consumo en la Antigüedad, Actas del II Symposium Internacional sobre Textiles y Tintes del Mediterráneo en el mondo antiguo, Athènes (2005), València, Universitat de València, 2008, p. 119-133.

Cork et al. 1997 : CORK (C.R.), WILD (J.P.), COOKE (W.D.), FANG LU (L.) – Analysis and evaluation of a group of early Roman Textiles from Vindolanda, Northumberland. Journal of Archaeological Science, 24, 1997, p. 19-32.

Desrosiers, Lorquin 1998 : DESROSIERS (S.), LORQUIN (A.) – Gallo Roman Period Archaeological Textiles found in France. In : Bender-Jorgensen (L.), Rinaldo (C.) eds., Textiles in European Archaeology, Report from the 6th NESAT Symposium, Borås (1996), Göteborg, Göteborg University, 1998, p. 53-72.

Kahanov, Pomey 2004 : KAHANOV (Y.), POMEY (P.) – The Greek Sewn Shipbuilding Tradition and the Ma’agan Mikhael Ship : a comparison with Mediterranean parallels from the sixth to the fourth centuries BC. The Mariner’s Mirror, 90, 1, 2004, p. 6-28.

Goudineau 1990 : GOUDINEAU (C.) – César et la Gaule, Paris, Éditions Errance, 1990.

Gianfrotta, Pomey 1981 : GIANFROTTA (P.A.), POMEY (P.) – Archeologia subacquea : storia, tecniche, scoperte e relitti, Milan, Arnoldo Mondadori, 1981.

Lonchambon 2000 : LONCHAMBON (C.) – Un bateau monoxyle-assemblé à Chalon-sur-Saône (Ier s. ap. s J.-C.). In : Bonnamour (L.) dir., Archéologie des fleuves et des rivières, Paris, Éditions Errance, 2000, p. 174-178.

Long 2000 : LONG (L.) – Emergence d’un patrimoine archéologique exceptionnel dans le lit du Rhône, à Arles. In : Bonnamour (L.) dir., Archéologie des fleuves et des rivières, Paris, Éditions Errance, 2000, p. 179-182.

Long, Rival, Marlier 2009 : LONG (L.), RIVAL (M.), MARLIER (S.) – The Gallo-Roman wreck Arles-Rhone 3. A flat-bottomed river boat in the Rhône river in Arles (France). A preliminary report. In : Bockius (R.) ed., Between the Seas. Transfer and Exchange in Nautical Technology, Proceedings of the 11th International Symposium on Boat and Ship Archaeology (ISBSA 11), Mainz (2006), Mainz, Verlag des Römisch-Germanishen Zentralmuseum, 2009, p. 303-311 (RGMZ-Tagungen, Band 3).

Médard 2009 : MÉDARD (F.) – Les tissus du Parc Saint-Georges (Lyon, 5e arrondissement). Ier-IIIe siècles de notre ère, Rapport d’analyse, 2009 [inédit].

Médard 2010a : MÉDARD (F.) – Les tissus du Parc Saint-Georges (Lyon, 5ème arrondissement). Ier-IIIe s. de notre ère, Rapport d’analyse des fibres, 2010 [inédit].

Médard 2010b : MÉDARD (F.) – Les tissus associés à la construction des chalands gallo-romains du Parc Saint-Georges (Lyon), Ier-IIIe s. ap. J.-C. In : Rieth (É.) dir., Les épaves de Parc Saint-Georges – Ier-XVIIIe s., Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 136-146 (Archaeonautica, 16).

Médard, Monthel 2004 : MEDARD (F.), MONTHEL (G.) – Découvertes textiles du IIe-IIIe s. ap. J.-C. au site du « Petit-Creusot » (France, Saône-et-Loire). In : Alfaro (C.), Costa (B.), Wild (J.-P.) eds., Purpurae vestes, Textiles y tintes del Mediterraneo en epoca romana, Proceedings of the Ist International Symposium on Textiles and Dyes in the Mediterranean Roman World, Eivissa (2002), Valencia-Eivissa, Universitat de Valencia-Consell Insular d’Eivissa i Formentera, 2004, p. 97-105.

Monthel et al. 1998 : MONTHEL (G.), SCHOEFER (M.), VALANSOT (O.), de REYER (D.), NOWIK (W.) – Les tissus gallo-romains de Chalon-sur-Saône. Étude pluridisciplinaire. Bulletin du Centre International d’Étude des textiles anciens (CIETA), 75, 1998, p. 21-36.

Pomey 1978 : POMEY (P.) – La coque. In : Tchernia (A.), Pomey (P.), Hesnard (A.), L’épave romaine de la Madrague de Giens (Var), Paris, Éditions CNRS, 1978, p. 75-107 (Supplément à Gallia, 34).

Pomey, Rieth 2005 : POMEY (P.), RIETH (É.) – L’archéologie navale, Paris, Éditions Errance, 2005.

Rieth 1998 : RIETH (É.) – Des bateaux et des fleuves. Archéologie de la batellerie du Néolithique aux temps modernes en France, Paris, Éditions Errance, 1998.

Rougé 1987 : ROUGÉ (J.) – La momie contenait-elle les fragments d’une voile. Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire Naturelle de Lyon, 25, 1987, p. 91-96.

Schoefer et al. 1987 : SCHOEFER (M.), COTTA (D.), BEENTJES (A.) – Les étoffes de rembourrage : du chiffon au vêtement et à la voile de bateau. Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire Naturelle de Lyon, 25, 1987, p. 77-80.

Ucelli 1950 : UCELLI (U.) – Le navi di Nemi, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1950.

Valansot 1995 : VALANSOT (O.) – Fragments de tissus (calfatage d’un bateau) découverts sur le site du Petit Creusot à Châlon-sur-Saône. Analyse technique, Lyon, 1995 [inédit].

Whitewright 2007 : WHITEWRIGHT (J.) – Roman rigging material from the red sea port of Myos Hormos. The International Journal of Nautical Archaeology, 36.2, 2007, p. 282-292.

Wild 2002 : WILD (J.P.) – The textile industries of Roman Britain. Britannia, vol. XXXIII, 2002, p. 1-42.

Wild, Wild 2001 : WILD (F.C.), WILD (J.P.) – Sails from the Roman port at Berenike, Egypt. The International Journal of Nautical Archaeology, 30.2, 2001, p. 211-220.

Annexes

Glossaire

Armure de tissage : mode d’entrecroisement des fils de chaîne et de trame. Quel que soit le type de métier à tisser utilisé, les fils de trame passent perpendiculairement au dessus et au dessous des fils de chaîne. Le type d’armure varie en fonction du nombre de fils de chaîne pris ou laissés par le fil de trame.

Armure cannelé : armure à côtes parallèles à la trame. Lorsque le mot cannelé n’est suivi d’aucun qualificatif, il désigne une armure à rapport de deux fils dont les côtes sont uniquement dues à l’insertion de plusieurs coups de trame consécutifs dans la même foule.

Armure sergé : armure caractérisée par des côtes obliques en déplaçant d’un seul fil, vers la droite ou vers la gauche, tous les points de liage à chaque passage de la trame.

Armure toile équilibrée : tissu en armure toile dont les fils de chaîne et de trame sont semblables et répartis en densité égale dans un sens et dans l’autre.

Armure toile : armure dont le rapport se limite à deux fils et deux coups et dans laquelle les fils impairs et pairs alternent à chaque coup, au dessus et au dessous de la trame.

Barre de lisses (ou lices) : barre de bois portant les fils ou cordelettes (lisses) liés aux fils de chaîne selon un ordre préétabli, et qui permettent la levée des fils de chaîne en fonction du schéma d’armure choisi. Dans l’armure toile, par exemple, un fil de chaîne sur deux est relié à une barre de lisses. La série restante des fils de chaîne est reliée à une deuxième barre de lisses (dans le cas d’un métier à tisser vertical à poids, incliné contre une paroi, on peut faire l’économie de la deuxième barre de lisses).

Chaîne, fils de chaîne : fils que l’on tend sur un métier à tisser et qui sont disposés dans le sens de la longueur du tissu (sur des métiers à tisser verticaux, ils correspondent aux fils tendus dans le sens vertical).

Coup : passage de trame au travers des fils de chaîne.

Fibres : filament délié d’origine animale, végétale ou minérale, susceptible d’être utilisé pour la fabrication des fils.

Fil : forme longue et déliée, sous laquelle se préparent et s’utilisent les différentes matières textiles.

Filage : fabrication d’un fil continu à l’aide de fibres textiles préalablement préparées. On peut filer sans instrument, en tordant des faisceaux de fibres entre les mains ou entre une main et une autre partie du corps.

Foule : ouverture de la chaîne, provoquée par les barres de lisses, dans laquelle est passée la trame. Synonyme : pas.

Lisses (ou lices) : fils ou cordelettes liées à certains fils de chaîne pour en faciliter la levée. Elles sont attachées à la barre de lisses.

Métier à tisser vertical à poids : métier à tisser dont les montants sont verticaux et dont les fils de chaîne sont tendus à l’aide de poids fixés à leur extrémité inférieure.

Tissu : matériau obtenu par l’assemblage de fils entrelacés.

Torsion : opération qui consiste à tordre les fibres textiles pour assurer leur cohésion et obtenir un fil. Le sens de torsion s’indique par les lettres S ou Z suivant que l’inclinaison des spires du fil formé correspond à celle de la barre médiane de la lettre indiquée.

Trame, fils de trame : fils disposés perpendiculairement aux fils de chaîne, dans le sens de la largeur du tissu (sur des métiers à tisser verticaux, ils correspondent aux fils horizontaux).

Notes

1 Pour les fouilles du Saint-Georges à Lyon, se référer à l’article de Grégoire Ayala dans ce même volume.

2 Voir les articles d’Éric Rieth et de Marc Guyon dans ce même volume.

3 Au contraire, dans la tradition « romano-celtique » continentale, le calfatage des joints entre les bordages est assuré par de la mousse maintenue à l’aide d’une baguette, fixée par des petits clous ou (et) des petites ferrures en forme de cavalier (les appes). Pour une définition des termes de calfatage et de lutage, se référer aux articles suivants : Pomey, Rieth 2005 ; Basch 1986 ; Arnold 1992.

4 Voir Pomey, Rieth 2005, p. 197 et l’article d’É. Rieth dans ce même volume. Selon C. Goudineau (1990) repris par L. Bonnamour (2000, p. 57) l’originalité du lutage par des tissus poissés, propre à l’axe Rhône-Saône entre le Ier et le IIIe s. ap. J.-C., pourrait être liée à l’influence des marchands italiens voyageant en direction de la Gaule et de la Belgique.

5 Voir l’article d’É. Rieth dans ce même volume.

6 Voir l’article de Catherine Lonchambon dans ce même volume. Une autre embarcation a été découverte sous la pile n° 3 du pont romain de Châlon-sur-Saône : il s’agit d’une coque monoxyle présentant des traces de réparation sous la forme de bourrelets de tissus.

7 Long, Rival, Marlier 2009. Voir également l’article de Sabrina Marlier dans ce même volume. Toujours dans le Rhône, au niveau de la ville d’Arles, Luc Long a signalé une épave d’embarcation fluvio-maritime à fond plat mais pourvue d’une quille : Arles-Rhône 2. Elle présentait, lors de sa découverte, un bourrelet de calfatage visible entre les virures du fond. Matérialisé sous la forme d’un cordon torsadé, il s’agissait probablement d’un amalgame de tissus poissés et non d’une corde, comme cela est parfois le cas (l’étude du matériau de calfatage n’a pas été réalisée) (Long 2000, p. 181).

8 Responsable d’opération : G. Monthel, Ville de Châlon-sur-Saône, 1985-1986.

9 Modèle Quanta 400 (résolution de 3.5 nm en haut vide et environ 5 nm en modes low vacum et environnemental). Système d’analyse EDX Oxford Instruments modèle Inca X-Act. Éléments détectables : tous à partir du bore.

Auteur

Archéologue
Chercheur associé
Anatex – Laboratoire d’analyse des Textiles Anciens
Centre Camille Jullian (UMR 6573)
5, rue du Maréchal Foch
F – 68510 Sierentz
fabienne.medard@anatex.fr ; medard.fabienne@yahoo.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search