Version classiqueVersion mobile

La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie

 | 
Patrick Thollard

Deuxième partie. Études :‎ Strabon et la Narbonnaise

Conclusion

Texte intégral

1Il faut replacer le discours de Strabon dans les conditions propres de son élaboration (contexte historique, tradition culturelle, démarche scientifique, méthode de travail) si l’on veut, d’une part, le comparer aux autres textes géographiques ou historiques de l’antiquité et particulièrement, ceux de Pline et de Ptolémée (desquels il se distingue très nettement, comme on l’a vu) et, d’autre part, le confronter aux données archéologiques actuelles. À cet égard, deux éléments doivent être pris en compte. En premier lieu, la perception de l’espace et la représentation géographique. Celles-ci sont tout à fait différentes de celles que nous avons aujourd’hui. Pour Strabon, comme pour ses contemporains, la Celtique transalpine s’étend d’ouest en est à la suite de l’Ibérie. Le côté ouest est formé par les Pyrénées orientées nord sud et qui s’étendent sur 3000 stades (soit 550 km environ). Le côté sud est formé par le littoral méditerranéen qui s’étend des Pyrénées aux Alpes (ou, plus exactement au Var) sur 2600 à 2800  stades (soit 480 à 520 km environ) et est divisé en deux golfes par une saillie médiane (celle du mont Sigion). Le côté nord est la côte océanique, qui se déploie sur 5000 stades (925 km) des Pyrénées à l’embouchure du Rhin, entièrement orientée est-ouest. À l’ouest, la côte se creuse en un golfe symétrique de celui qui existe au sud et qui forme un isthme dont la largeur est évaluée entre 2000 et 3000 stades, selon les sources (soit 370 à 550 km). À l’est, enfin, la Celtique est limitée par le cours du Rhin (nord-sud) puis par les Alpes, de la source du Rhin au littoral de la Ligystique. À l’intérieur, le découpage distingue des grandes régions qui peuvent être réduites, selon un procédé classique de la géographie antique, à des figures géométriques simples (carrés, rectangles, parallélogrammes) délimitées par des reliefs ou des cours d’eau la plupart du temps parallèles ou perpendiculaires entre eux. La prise en compte de ces données cartographiques est fondamentale pour comprendre la manière dont Strabon décrit la Gaule, situe peuples et villes les uns par rapport aux autres. L’exemple des Arécomiques et des Tectosages est tout à fait révélateur à cet égard : reportées sur une carte moderne les limites entre les deux peuples apparaissent incompréhensibles alors qu’elles deviennent évidentes si l’on restitue la perspective cartographique antique. En second lieu, la dimension historique. La description de la Celtique s’inscrit dans un cadre historique. Mais celui-ci n’a rien d’uniforme. Les informations transmises, qui dépendent des sources ou de la documentation que le géographe a consultées, prennent place dans des plans historiques différents, souvent discontinus, qui tantôt se juxtaposent et tantôt se télescopent. Le discours offre ainsi une stratigraphie complexe où l’on doit constamment démêler le jeu des temps pour essayer de se repérer entre les périodes anciennes et l’actualité la plus récente. L’évolution des dénominations entre Ligyens et Salyens en donne une parfaite illustration. De ce point de vue, l’opposition souvent rencontrée entre « avant » (πρότερον) et maintenant » (νῦν) est délicate car, dans bien des cas on ne sait si l’ « avant » ou le « maintenant » sont ceux de la source utilisée ou renvoient à l’époque même de Strabon. La notice sur Marseille en offre un exemple particulièrement significatif.

2Dans ces conditions, la mise en regard du texte et des données archéologiques récentes aboutit toujours à une meilleure compréhension du texte lui-même et donc à une amélioration de la traduction.

3D’une part, on s’aperçoit que la plupart des restitutions qui avaient pu être proposées par les différents éditeurs ne s’impose pas et qu’il est presque toujours préférable de garder la leçon proposée par les manuscrits. Cela vaut bien évidemment, pour les noms propres de villes ou de peuples dont les variantes ne dépendent pas d’erreurs de transcription des copistes mais plutôt de traditions déjà établies dans l’antiquité. C’est sans doute le cas pour la différence entre ̓Αρηκομικοί et ̓Αρηκόμισκοι pour désigner les Volques Arécomiques (IV, 1, 12), mais aussi dans bien d’autres cas (le Cemmène, les Pyrénées, les Alpes etc.). De telles différences s’expliquent par la diversité des documents consultés par Strabon (sources historiques ou géographiques antérieures, documents administratifs d’époque romaine, cartes) et c’est pourquoi elles ont un sens. En outre, certaines tentatives de rectification de noms propres s’avèrent plus dangereuses que profitables. Ainsi pour la liste des établissements massaliotes en IV, 1, 5 : toutes les propositions de restitution se sont révélées inadéquates ou incohérentes (en particulier, la tentative malheureuse de la correction en « Rhodanousia ») et obligent à conserver le nom de Rhoè Agathè proposé unanimement par les manuscrits. D’une manière plus générale, autant on peut être fondé à proposer des restitutions pour corriger des fautes qui proviennent de la tradition manuscrite (par exemple pour la leçon incompréhensible des rivières des Cavares en IV, 1, 10), autant pour les erreurs qu’on impute au géographe lui-même (par exemple, pour la situation des Ségusiaves et la position respective du Doubs et de la Saône, en IV, 3, 2), il est absolument nécessaire de les conserver, justement parce que ces erreurs marquent les limites des connaissances et de la documentation de Strabon.

4D’autre part, on a vu que le texte de Strabon a souvent été utilisé pour confirmer telle ou telle hypothèse mais au prix d’une sur-interprétation voire d’une déformation pure et simple de la lettre du texte. Les exemples rencontrés sont nombreux : à propos des Celtoligyens, des « confédérations » du Midi de la Gaule, des « petits peuples obscurs » situés à l’ouest des Arécomiques, du statut de Nîmes, des lieux de culte des Tectosages, du rôle joué par les établissements créés par les Massaliotes, sans parler du prétendu « emporion » des Vénètes ou de « l’empire arverne ». Dans tous les cas, l’analyse précise du texte n’autorise pas les conclusions qu’on a cru ou voulu en tirer. Bien plus, c’est souvent parce que, dans l’élaboration de telle ou telle hypothèse, on manquait d’arguments archéologiques qu’on a été tenté de forcer le texte de Strabon pour y trouver le soutien que les données matérielles lui refusaient.

5L’exercice auquel nous nous sommes livré en allant du texte à l’archéologie n’est pas simple et n’aboutit pas toujours à un résultat positif. Si sur certains sujets (le territoire des Volques Arécomiques, Nîmes, les Tectosages) nous pensons être arrivé à des conclusions suffisamment solides, dans d’autres cas, par exemple les Salyens et les Ligyens, nous avons préféré conserver une attitude prudente et réservée qui laissait ouvertes les différentes hypothèses. Même chose à propos de Marseille. D’un côté, l’absence de données archéologiques sur les édifices religieux mentionnés par Strabon (les sanctuaires d’Artémis et d’Apollon) ne permet pas de trancher définitivement sur le vocabulaire employé par Strabon ni sur la validité de la distinction entre πέτρα et ἄκρα). D’un autre côté, les fouilles récentes aux abords de la mairie sont une illustration des remarques concernant l’importance des installations navales à Marseille, mais le décalage entre la chronologie des vestiges et celle du texte n’autorise pas à conclure que les éléments découverts sont précisément ceux dont parle le géographe. Cependant même dans ce cas, la confrontation s’avère toujours fructueuse et salutaire, ne serait-ce que parce qu’elle permet de faire la part entre ce qui est réalité et ce qui relève (pour l’instant) de l’hypothèse.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search