Version classiqueVersion mobile

La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie

 | 
Patrick Thollard

Deuxième partie. Études :‎ Strabon et la Narbonnaise

Chapitre VII. La ville : Marseille

Texte intégral

1La notice sur Massalia-Marseille, qui occupe deux longs chapitres (IV, 1, 4 et 5) est la plus longue du livre IV. Elle est aussi le point de départ de la description de la Narbonnaise, signe de l’importance que lui accorde le géographe. Dans la logique de sa démarche, Strabon aurait dû, en effet, commencer par les peuples et les villes qui bordent les Pyrénées et progresser d’ouest en est, conformément au plan qu’il avait annoncé (II, 5, 4 ; II, 5, 26 ; III, 5, 1). Une fois la description de Marseille achevée, du reste, la description reprendra son ordre « normal » avec la description du littoral des Pyrénées à Marseille (en débordant d’ailleurs un peu vers l’est avec le long excursus sur la Crau : IV, 1, 6-8) puis celui qui va de Marseille au Var (IV, 1, 7-10).

L’organisation de la notice

2L’importance donnée à Marseille, première des grandes villes décrites dans la Géographie, amène à porter une attention particulière au plan suivi et aux informations données.

3La présentation s’organise selon un plan simple qui passe classiquement en revue les différents aspects : origine, situation, régime politique, économie, mœurs. Mais la continuité du développement est interrompue très souvent par des mises au point ou des actualisations concernant tel ou tel thème que Strabon intercale quand cela est nécessaire. Ces ajouts peuvent prendre une place relativement importante et donner l’impression que Strabon perd le fil de son discours. Il faut donc distinguer les plans du discours pour retrouver la logique du départ et comprendre le point de vue du géographe.

4La présentation commence par l’origine de la ville puis la situation et la topographie. Suit le récit de la légende du départ des Phocéens et d’Aristarchè, qui forme, en fait, une première digression. On notera que c’est la seule légende rapportée par Strabon, alors qu’il en existe bien d’autres, en particulier celles qui concernent l’installation des Phocéens sur le littoral méditerranéen. Mais ce récit légendaire n’est introduit ici que pour justifier l’importance du culte d’Artémis chez les Massaliotes.

5Deuxième aspect évoqué : le régime politique –paragraphe sans commentaire ultérieur. Strabon passe ensuite aux ressources vivrières (la culture de la vigne et de l’olivier) et à l’économie (le commerce maritime). Le développement est alors interrompu par une mise au point (repérable par la mention « ultérieurement, cependant » ὕστερον μέντοι), commentaire en deux temps, sur l’accroissement du territoire (la chôra) et sur la fondation de comptoirs.

6Retour à l’économie avec la mention des infrastructures navales. Nouvelle interruption (marquée par « mais auparavant » – πρότερον δέ) évoquant l’aide réciproque entre Rome et Marseille et, en particulier, l’épisode de Caius Sextius Calvinus et de la libération de la route côtière.

7Fin de l’exposé sur l’économie avec la mention des trophées exposés dans la ville qui fait suite directement aux infrastructures navales mentionnées plus haut. Vient alors se greffer une longue incise sur l’ancienne puissance de Marseille (introduite par πρότερον – auparavant) et l’évolution de la cité depuis sa chute politique en 49 av. J.-C. C’est une mise à jour, soulignée par les formules δηλοῖ τὰ καθεστηκότα νυνί « preuve en est la situation actuelle » et ἐν δὲ τῷ παρόντι « aujourd’hui ». Le développement insiste sur le progrès de la civilisation et le développement des activités civiques au détriment des pratiques guerrières chez les Gaulois, thème récurrent de la Géographie.

8Strabon revient alors à son plan initial en évoquant le dernier thème : mœurs et traits de caractère. L’ethnographie clôt toujours, en effet, les notices sur les peuples ou les pays. Ici, ce court développement, qui évoque la simplicité et la modération des Marseillais, ne termine pas tout à fait la notice puisque Strabon ajoute une dernière mise au point, qui évoque le statut particulier dont jouit Marseille dans la Province, statut d’autonomie accordé par César et maintenu par ses successeurs.

9Au total, on s’aperçoit que l’essentiel de la notice est formé par ces ajouts ou mises au point qui sont directement de Strabon et non par les éléments de base que le géographe a pu emprunter à tel ou tel de ses devanciers.

La topographie urbaine : le vocabulaire de Strabon à l’épreuve de l’archéologie

10Les informations concernant la topographie urbaine, quoique très peu développées, ont donné lieu (et donnent toujours lieu) à discussion.

11Rappelons le texte :

Κτίσμα δ' ἐστὶ Φωκαιέων ἡ Μασσαλία, κειται δ' ἐπὶ χωρίου πετρώδουϛ· ὑποπέπτωκε δ' αὐτηϛ ὁ λιμὴν θεατροειδεῖ πέτρᾳ βλεπούσῃ πρὸϛ νότον. τετείχισται δὲ καὶ αὐτὴ καλῶϛ καὶ ἡ πόλιϛ σύμπασα μέγεθοϛ ἔχουσα ἀξιόλογον. ̓Εν δὲ τῇ ἄκρᾳ τὸ Ἐφέσιον ἵδρυται καὶ τὸ του Δελφινίου Ἀπόλλωνοϛ ἱερόν (IV, 1, 4)

Situation générale

12Le début ne fait pas de difficulté. La présentation de la situation de la ville se limite à l’essentiel : « sur un terrain rocheux » ἐπὶ χωρίου πετρώδουϛ. Celle du port, un peu plus détaillée, donne, sous une forme imagée, une bonne idée de la topographie réelle. En effet, les trois buttes, de Saint-Laurent, des Moulins et des Carmes, qui dominent le port, dessinent à peu près un arc de cercle qui correspond à l’expression qu’utilise Strabon « son port se développe au pied d’un escarpement en forme de théâtre qui regarde vers le midi » – ὑποπέπτωκε δʹαὐτῆϛ ὁ λιμὴν θεατροειδεῖ πέτρᾳ, βλεπούσῃ πρὸϛ νότον (fig. 41). Il est inutile de pousser l’interprétation du texte plus avant en interrogeant la topographie pour aboutir à une localisation plus précise, par exemple en constatant que la partie « en forme de théâtre » conviendrait mieux au secteur situé entre la jonction des seules buttes Saint-Laurent et des Moulins (Bouiron, Gantès 2001, p. 26). D’ailleurs, les fouilles récentes sur les places Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon, donc à l’est de la butte des Moulins, ont révélé les traces d’une activité portuaire dans cette zone dès le premier quart du VI e s. av. J.-C. et jusqu’à l’époque romaine (Hermary et al. 1999, p. 45-47 ; Hesnard et al. 2001, p. 178-180). C’est donc toute la zone située au pied des trois buttes, entre le goulet d’entrée du Fort Saint-Jean et le secteur de la Bourse qui est envisagée par Strabon comme l’emplacement du port.

Fig. 41. Marseille : le site du port, vu du sud

Fig. 41. Marseille : le site du port, vu du sud

(P. Thollard)

Le rempart

13Les choses se compliquent dès qu’on aborde le rempart. L’expression utilisée par Strabon peut paraître au premier abord alambiquée. Τετείχισται δὲ καὶ αὐτὴ καλῶϛ καὶ ἡ πόλιϛ σύμπασα, μέγεθοϛ ἔχουσα ἀξιολόγον. Écartons tout d’abord la tentation de croire que Strabon parle d’abord du port : αὐτή qui est un féminin ne peut renvoyer qu’à πέτρᾳ : le mot qui désigne le port à la phrase précédente, ὁ λιμήν, est masculin. Le second problème est posé par αὐτή dont la forme n’est pas assurée. L’apparat critique de l’édition de St. Radt, la plus récente, retient la leçon αὕτη, démonstratif, donnée par le manuscrit C (de la fin du XIII e s.) qu’avait, de son côté, conjecturée Groskurd, suivi par Meineke. Mais St. Radt traduit fautivement par un masculin « sowohl er als die gesamte Stadt » confondant avec le port. Un autre manuscrit, le B (datant du milieu du XIV e s.), porte αὐτῇ au datif, ce qui donne à lire : « le port est aussi fortifié par cet escarpement », le problème est que , dans ce cas, le καί ne se comprend plus. La troisième solution αὐτή, réfléchi, est donnée par les manuscrits les plus récents (jvq, datant des XV e- XVI e s.). Le problème se complique dans la mesure où Radt ne donne pas explicitement la leçon des manuscrits les plus anciens (A, du X e s.) et que Lasserre ne signale aucune variante. On peut donc hésiter entre deux traductions soit, comme nous le faisons en utilisant le démonstratif : « Cet escarpement est superbement fortifié et il en va de même pour la ville tout entière, dont l’étendue est remarquable » ; soit, avec le réfléchi : « L’escarpement, par lui-même, est superbement fortifié et il en va de même pour la ville toute entière ». Quelle que soit la solution retenue, rien n’indique dans le texte de Strabon que le port lui-même ait été fortifié.

14L’ambiguïté de la formule (et les hésitations des éditeurs) ont parfois amené les commentateurs à en déduire l’existence de deux fortifications (Hermary et al. 1999, p. 41 ; 175 ; Pralon 2001, p. 705) ou d’une fortification double, munie d’un rempart interne séparant la ville en deux (Tréziny 1994), hypothèse, d’ailleurs, récemment abandonnée (Tréziny 2001, p. 49-50). En fait, l’ignorance dans laquelle nous sommes du tracé des différentes fortifications de Marseille (pour les périodes anciennes) est propice au développement d’hypothèses multiples, contradictoires et évolutives dont témoignent les publications successives. On verra ainsi les positions antagonistes de H. Tréziny et de L.-Fr. Gantès sur l’extension de la fortification de la fin du VI e s. av. J.-C. : le premier défend l’idée d’une occupation de la butte des Carmes dès cette époque (Tréziny, Trousset 1992, p. 96 ; Tréziny 2001, p. 45-46) contre le second qui n’intègre cette zone qu’à l’époque hellénistique (Gantès 1992, p. 77) (fig. 42). De la même manière, l’hypothèse d’une fortification de la zone portuaire, entre le Fort-Saint-Jean et la Bourse, est soutenue par H. Tréziny (au moins pour la période archaïque), mais réfutée par A. Hesnard (fig. 43). Les vestiges retrouvés place Villeneuve-Bargemon donnent lieu à une interprétation opposée : quai pour l’une (Hermary et al. 1999, p. 45-46 ; Hesnard et al. 2001, p. 179, n. 106) et extrémité maritime du rempart archaïque pour l’autre (Hermary et al. 1999, p. 43-44 ; Tréziny 2001, p. 49-50) (fig. 44 et 45). Mêmes hésitations sur la possibilité d’une fortification de la frange maritime, du fort-Saint-Jean, au sud, à l’anse de l’Ourse, au nord, tantôt représentée sur les plans (Bouiron, Tréziny 2001, p. 47, fig. 2 ; 52, fig. 7 ; 206, fig. 1 ; 207, fig. 2) et tantôt non (Hermary et al. 1999, p. 41, 70, 120 ; Bouiron, Tréziny 2001, p. 406-409, plans 3-6).

Fig. 42. Les remparts de Marseille à l’époque archaïque selon H. Tréziny

Fig. 42. Les remparts de Marseille à l’époque archaïque selon H. Tréziny

(Tréziny 2001, p. 47, fig. 1)

Fig. 43. Les différentes hypothèses du tracé du rempart archaïque

Fig. 43. Les différentes hypothèses du tracé du rempart archaïque

1 : avec rempart côtier et 2 : sans rempart côtier ; a : courant du VIe s., b: fin du VIe s.

(Tréziny 2001, p. 48, fig. 4).

Fig. 44. Les vestiges de la place Villeneuve-Bargemon interprétés comme un quai par A. Hesnard et comme l’extrémité du rempart archaïque par H. Tréziny

Fig. 44. Les vestiges de la place Villeneuve-Bargemon interprétés comme un quai par A. Hesnard et comme l’extrémité du rempart archaïque par H. Tréziny

(Hesnard et al. 2001, p. 180, fig. 13)

Fig. 45. Restitution théorique du rempart archaïque place Villeneuve-Bargemon selon H. Tréziny

Fig. 45. Restitution théorique du rempart archaïque place Villeneuve-Bargemon selon H. Tréziny

(Tréziny 2001, p. 50, fig. 5)

15Tout le monde s’accorde cependant sur l’extension de l’enceinte à partir de la période hellénistique, dans la deuxième moitié du II e s. av. J.-C., date de la construction de la muraille en calcaire rose, visible sur le site de la Bourse (fig. 46) et dont un tronçon a également été mis au jour sur les Carmes. Celle-ci couvrirait alors 50 ha et son tracé n’évoluerait plus jusqu’au Bas-Empire (Tréziny 2001, p. 51-53, Moliner 2001, p. 108, fig. 3) (fig. 47).

Fig. 46. Tracé probable des remparts de Marseille à l’époque hellénistique

Fig. 46. Tracé probable des remparts de Marseille à l’époque hellénistique

(Tréziny 2001, p. 52, fig. 7)

Fig. 47. Le rempart hellénistique sur le site de la Bourse

Fig. 47. Le rempart hellénistique sur le site de la Bourse

(P. Thollard)

16Revenons à la formulation de Strabon. La situation qu’il décrit est celle qui correspond au plus grand développement de la ville, à partir de la deuxième moitié du II e s. av. J.-C. (peu importe ici la date précise à laquelle sa description renvoie, puisque l’extension maximale de la ville est fixée dès cette époque). Cela suffit, nous semble-t-il pour justifier la tournure qu’il utilise et dans laquelle on verra un procédé d’insistance, soulignant l’importance acquise par la fondation phocéenne qui déborde largement l’assiette de l’escarpement rocheux qui surplombe le port (fig. 48).

Fig. 48. Extension de la ville hellénistique

Fig. 48. Extension de la ville hellénistique

(Moliner 2001, p. 108, Fig. 3.)

La topographie religieuse

17Strabon mentionne les deux sanctuaires les plus importants de la ville, l’Ephésion et le sanctuaire d’Apollon Delphinios, qu’il situe ἐν τῇ ἄκρᾳ. Une longue tradition, remontant à Michel Clerc et allant jusqu’à Fernand Benoit et François Salviat a toujours interprété le terme comme l’acropole de la cité (Salviat 1992, p. 143). Puisque la butte des Carmes semble exclue de l’occupation originelle de la ville et que la butte des Moulins est la plus haute des deux autres éminences, on situait là l’acropole et les deux temples. Mais on n’a aucune trace archéologique des sanctuaires eux-mêmes, si ce n’est le célèbre chapiteau ionique (fig. 49) découvert en remploi dans un quai antique au pied de la butte Saint Laurent (Benoit 1954). Il appartenait, selon toute vraisemblance, à la décoration d’un temple et son style permet de le dater de la fin du VI e s. av. J.-C. (Hermary et al. 1999, p. 66 ; Theodorescu, Tréziny 2000). Mais sa position en remploi ne permet pas, bien évidemment, de restituer son emplacement d’origine.

Fig. 49. Le chapiteau ionique de Marseille : dessin de la face et du lit de pose

Fig. 49. Le chapiteau ionique de Marseille : dessin de la face et du lit de pose

Relevé L. Ducaruge (Benoit 1954, p. 29, fig. 9)

18Prenant le contrepied de cette tradition, H. Tréziny a récemment proposé de localiser les sanctuaires sur la butte Saint-Laurent (Hermary et al. 1999, p. 41 ; 61 ; Moliner et al. 2001, p. 205-207, Tréziny 2000, p. 82-85). Pour lui, ἄκρα doit être traduit par « promontoire », sens qu’il aurait toujours chez le géographe. Dans le contexte, Strabon opposerait donc géographiquement deux zones : le promontoire– ἄκρα, c’est-à-dire la partie occidentale du site, occupée par la butte Saint-Laurent et la pointe du Fort Saint-Jean, et la citadelle πέτρα, à l’est, sur la butte des Moulins (Moliner et al. 2001, p. 205, fig. 1) (p. 218, fig. 50). Cette interprétation n’est pas sans conséquence sur la restitution de l’organisation générale de la ville puisqu’elle conforte l’hypothèse de deux enceintes, ce qui va de pair avec une extension progressive de la cité (Tréziny 2000, p. 81) ni sur l’interprétation d’autres vestiges (ainsi les fameuses stèles découvertes dans la rue Négrel –rue qui sépare la butte des Moulins de celle des Carmes– et représentant une divinité assise, dont l’identification est toujours discutée, ne peuvent plus être attribuées à Artémis puisque l’Artémision est maintenant situé plus à l’ouest : Hermary et al. 1999, p. 63 ; 2000).

La topographie de Marseille du VIe au IIIe. s. av. J.-C. selon H. Tréziny

La topographie de Marseille du VIe au IIIe. s. av. J.-C. selon H. Tréziny

(Bouiron, Treziny 2001, p. 206, Fig. 1)

19Il faut distinguer deux choses : le sens à donner à ἄκρα, d’une part, et la distinction que ferait Strabon entre deux zones topographiques. Sur le premier point, tout repose sur le sens à donner à ἄκρα. On sait qu’en grec, en général, le mot, au féminin tout comme au neutre (τὸ ἄκρον, pluriel : τὰ ἄκρα), peut avoir les deux sens de cap ou promontoire et de hauteur, sommet ou point culminant (Chantraine 1968, p. 44a).

20Quelques exemples tirés du libre IV. Le cap Couronne, à l’ouest de Marseille :

(...) ἐπὶ ἄκραν εὐμεγέθη πλησίον λατομιῶν τινων,
(...) jusqu’à un promontoire de grandes dimensions proche de carrières de pierre (IV, 1, 6),

ou à propos du Finistère :

(...) ἐπί τινοϛ προπεπτωκυίαϛ ἱκανῶϛ ἄκραϛ εἰϛ τὸν ὠκεανὸν οἰκοῦντεϛ.
(...) [les Osismiens] qui habitent sur un cap qui s’avance fortement dans l’Océan (IV, 4, 1).

21Pas d’hésitation non plus, lorsque Strabon évoque les sommets des montagnes. Par exemple, ceux, difficilement franchissables, des Alpes :

(...) ἡ μὲν διὰ τοῦ Ποινίνου λεγομένου φέρεται, ζεύγεσιν οὐ βάτη κατὰ τὰ ἄκρα τῶν Ἄλπεων.
(...) l’une [des deux routes] passe à travers ce qu’on appelle le Poeninos –son parcours est impraticable aux attelages dès qu’on approche les sommets des Alpes (IV, 6, 7).

ou encore ceux du Cémmène qui marquent les limites des peuples Aquitains :

(...) τὰ δὲ εἰϛ τὴν μεσόγαιαν καὶ τὰ ἄκρα τῶν Κεμμένων ὀρῶν μέχρι Τεκτοσάγων ἀνέχοντα.
(...) les autres [peuples] s’étendant vers la partie centrale et les crêtes des Monts Cemmènes jusqu’au territoire des Tectosages (IV, 2, 1).

22Le choix entre les deux sens est la plupart du temps déterminé par le contexte. Ainsi, quand il signifie promontoire le terme est très souvent lié à un nom propre ou associé à des mesures de distances. Dans le cas de Marseille, cependant, le contexte ne donne aucune précision pour éclairer le sens qu’il faut donner au terme. L’exemple d’Héméroscopeion, au livre III, auquel on pense naturellement, est source du même embarras :

(...) τούτων δ' ἐστὶ γνωριμώτατον τὸ Ἡμεροσκοπεῖον ἔχον ἐπὶ τῇ ἄκρᾳ τῆϛ Ἐφεσίαϛ Ἀρτέμιδοϛ ἱερὸν σφόδρα τιμώμενον, ᾧ ἐχρήσατο Σερτώριοϛ ὁρμητηρίῳ κατὰ θάλατταν· ἐρυμνὸν γάρ ἐστι καὶ λῃστρικόν, κάτοπτον δὲ ἐκ πολλοῦ τοῖϛ προσπλέουσι.
(...) la plus connue [de ces petites villes] est Héméroscopeion, parce qu’elle possède, sur « l’akra », un sanctuaire à Artémis qui fait l’objet d’une grande vénération. Sertorius en fit sa base pour ses opérations sur mer. En effet, l’endroit, bien protégé, est propice à la piraterie et permet de voir de loin ceux qui se dirigent vers là. (III, 4, 6)

23Les informations que donnent Strabon concernent l’établissement dans son ensemble et non le sanctuaire d’Artémis. La protection du site (ἐρυμνόν) et la visibilité qu’il offre peuvent également convenir à une position en hauteur ou une avancée dans la mer. D’où les traductions divergentes : « sur le cap qu’elle occupe » (Lasserre 1966, p. 65) et « auf seiner Burg », comme pour Marseille, ce qui est l’équivalent d’acropole (Radt 2000, p. 405). L’ignorance où nous sommes de l’organisation de l’établissement antique laisse la porte ouverte aux deux possibilités (Tréziny 2000, p. 83, n. 10).

24Pour résoudre la difficulté, H. Tréziny a recensé toutes les occurrences des termes ἄκρα et apparentés chez Strabon (Tréziny 2000, p. 82-84). Le résultat montre que la forme neutre (τὸ ἄκρον τὰ ἄκρα) est la moins fréquente (une centaine d’exemples) et se partage entre les deux significations avec un léger avantage pour hauteur (c’est ce qu’on voit au livre IV). Mais on trouve aussi de nombreuses attestations au sens de promontoire, par exemple à propos des caps de l’Inde (II, 1, 12 ; II, 1, 14) ou de l’Italie (VI, 1, 5). En revanche, ἄκρα (au féminin) est utilisé deux fois plus (plus de 200 cas) et a très majoritairement le sens de promontoire (89 cas sur 95 dans les livres I à VII). Le sens de hauteur ou sommet est rare (par ex. V, 3, 2 ; V, 3, 12) et celui d’acropole exceptionnel et inconnu dans les livres sur l’Europe (I à VII).

25De toute manière, la traduction par « acropole » est à rejeter, puisqu’elle constitue une interprétation du texte. Dans ces conditions, on conservera ce sens pour Marseille (et aussi pour Héméroscopeion) en proposant, à la suite de D. Pralon, la traduction par « la pointe », un peu plus neutre que « cap » ou « promontoire ». L’idée d’une situation proche de l’eau, en zone basse, voire extra urbaine, convient mieux, du reste, pour l’Artémision qu’une position sur une acropole, si on se réfère à l’exemple même d’Éphèse et à la description qu’en fait Strabon (XIV, 1, 20) ou à la mention du sanctuaire du Rhône (IV, 1, 8).

26Pour autant, il n’est pas nécessaire d’imaginer une partition de la ville en deux zones distinctes, séparant le promontoire (l’ ἄκρα) de l’escarpement (la πέτρα) comme le suppose H. Tréziny (fig. 47). Le texte de Strabon ne dit rien de tel. Puisque, comme on l’a vu, c’est l’ensemble des trois collines (butte Saint-Laurent, butte des Moulins, butte des Carmes) qui forme l’escarpement au pied duquel est installé le port, le terme ἄκρα ne désigne, dans la description, que son extrémité et non une partie distincte de la ville. Il faut donc comprendre simplement que les deux sanctuaires se trouvent à la pointe de l’escarpement rocheux sur lequel est établie la cité.

27Cela admis, on est bien en peine de dire exactement où pouvaient se trouver l’un et l’autre sanctuaire mentionnés par Strabon. On attendra donc des preuves archéologiques pour confirmer cette interprétation.

Les installations navales

28Deux types d’installations sont désignées directement en IV, 1, 5 : des cales ou loges à navires –νεώσοικοι et un arsenal – ὁπλοθήκη. Strabon complète ces données en précisant que par le passé (πρότερον) les Marseillais « avaient aussi quantité de navires, d’armes et de machines » –καὶ̀ πλοίων εὐπορία καὶ ὅπλων καὶ ὀργάνων, ce qui laisse supposer l’existence d’une flotte de guerre conséquente, de chantiers navals et d’ateliers nombreux. Un peu plus loin, il ajoute que malgré la perte de sa puissance après 49 av. J.-C., il reste des traces de son « dynamisme passé » παλαιοῦ ζήλου, surtout « pour la fabrication des machines » –περὶ τὰϛ ὀργανοποίαϛ et « l’équipement naval » –τὴν ναυτικὴν παρασκευήν, ce qui, là aussi, suppose des installations ou ateliers spécialisés.

29Les fouilles des places Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon ont mis au jour les vestiges de plusieurs installations pouvant illustrer les indications de Strabon (fig. 51).

Fig. 51. Localisation des installations repérées place Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon

Fig. 51. Localisation des installations repérées place Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon

(Bouiron, Tréziny 2001, p. 408, plan 5)

30Les premières remontent au IV e siècle. Après l’envasement du port et l’abandon du quai archaïque, à la fin du V e s. av. J.-C., le secteur est alors occupé par des chantiers navals dont les traces se retrouvent sur les deux zones fouillées, occupant une longueur de plus de 150 m. Les vestiges les plus remarquables sont des bassins d’eau saumâtre dans lesquels ont été retrouvées des pièces de bois destinées à la construction des navires (billes en cours de débitage, membrures en cours de réalisation) (fig. 52-53). Cette activité se poursuit durant tout le IV e s. av. J.-C. (Hermary et al. 1999, p. 79 ; Bouiron, Tréziny 2001 ; 432-434 ; Hesnard et al. 2001, p. 173-174).

Fig. 52. Les traces de chantiers navals place Villeneuve-Bargemon

Fig. 52. Les traces de chantiers navals place Villeneuve-Bargemon

(A. Arboin, AFAN : Hesnard et al. 1999, p. 36)

Fig 53. Les traces de chantiers navals sur la place Jules-Verne

Fig 53. Les traces de chantiers navals sur la place Jules-Verne

(M. Derain, AFAN - Bouiron, Tréziny 2001, p. 173, fig. 9).

31À la période suivante (III e-II e s. av. J.-C.), sur la place Jules-Verne sont installées des cales de halage de 5 à 6 m de largeur et de 30 m de longueur, disposées perpendiculairement au rivage et qui occupent une étendue d’au moins 75 m (fig. 54-55). À l’est, place Villeneuve-Bargemon, ont été mises au jour cinq autres cales, couvertes cette fois, comme en témoignent des murets de séparation en pierre comportant des traces d’encastrement des piliers en bois destinés à supporter une toiture (fig. 56). Le nombre total de ces loges couvertes est estimé à 70 au maximum (si on suppose qu’elles occupaient toute la zone, de la place Villeneuve-Bargemon au rempart de la place de la Bourse). On interprète les premières (place Jules-Verne) comme des cales sèches destinées à l’entretien des navires de commerce et les secondes (place Villeneuve-Bargemon) comme les hangars de la flotte de guerre (fig. 57-58). À l’arrière des loges de la place Villeneuve-Bargemon s’étendait un bâtiment partiellement fouillé et dont une partie était occupée par un atelier monétaire. À la fin du II e s. av. J.-C., les cales des deux zones sont remblayées et désaffectées, ce qui semble traduire une réduction, au moins, du port de guerre (Hermary et al. 1999, p. 126-134 ; Bouiron, Tréziny 2001 ; 432-434 ; Hesnard et al. 2001, p. 174).

Fig. 54. Cales non couvertes de la place Jules-Verne

Fig. 54. Cales non couvertes de la place Jules-Verne

(M. Derain, AFAN : Bouiron, Tréziny 2001, p. 175, fig. 11).

Fig. 55. Plan des cales mises au jour place Jules-Verne

Fig. 55. Plan des cales mises au jour place Jules-Verne

(d’après N. Bourgarel : Hesnard et al. 1999, p. 156)

Fig. 56. Plan des cales couvertes mises au jour place Villeneuve-Bargemon

Fig. 56. Plan des cales couvertes mises au jour place Villeneuve-Bargemon

(d’après N. Bourgarel : Hesnard et al. 1999, p. 156)

Fig. 57. Maquette du port hellénistique des places Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon

Fig. 57. Maquette du port hellénistique des places Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon

Restitution hypothétique (conception A. Hesnard, P. Pomey, réalisation D. Delpalillo, cliché Ph. Foliot Centre Camille Jullian, CNRS, Aix-en-Provence, musée d’Histoire de Marseille)

(A. Arboin, AFAN, Hesnard et al. 1999, p. 38)

Fig. 58. Détail de la figure 57 : les neoria.

Fig. 58. Détail de la figure 57 : les neoria.

32À première vue, les résultats des fouilles récentes semblent illustrer parfaitement le texte de Strabon : chantiers navals, cales sèches, hangars à bateau, se retrouvent mentionnés par le géographe. C’est ce dont rend compte la traduction proposée récemment par Antoine Hermary pour ce passage : « Il y a aussi chez eux [les Marseillais] des hangars pour les navires de guerre et un arsenal : ils possédaient autrefois une flotte importante, avec tout l’armement et le matériel nécessaires à la navigation et au siège des villes, grâce à quoi ils purent s’opposer aux barbares et acquérir l’amitié des Romains à qui ils rendirent beaucoup de services et qui, en retour, les aidèrent à étendre leurs possessions » (Hermary et al. 1999, 127, 175 ; Hesnard et al. 2001, p. 174).

33On aurait donc là l’exemple d’une rencontre parfaite entre les textes et l’archéologie. En réalité, l’évidence est moins nette qu’il n’y paraît. D’une certaine manière, en effet, A. Hermary force la traduction du texte pour que celui-ci coïncide exactement avec les découvertes archéologiques.

34Première difficulté : la traduction de νεώσοικοι. Le terme a deux sens : il désigne les loges ou hangars à bateau mais aussi les cales sèches ou bassins de radoub. Il peut donc s’appliquer aux deux types d’installation repérées : cales sèches sur le chantier de la place Jules-Verne et hangars à bateaux sur celui de Villeneuve-Bargemon. Même si, dans le contexte, et associée à un dépôt d’armes ou arsenal, la référence à des navires ou à une flotte de guerre peut paraître très vraisemblable, traduire par « hangars à navires de guerre » constitue déjà une interprétation.

35Deuxième difficulté : la traduction de πρότερον δέ. A. Hermary traduit simplement par « autrefois » en omettant le δέ et il fait du point en haut qui précède l’équivalent de deux points. Il considère ainsi que le membre de phrase qui commence par πρότερον δέ n’est qu’un développement de la proposition précédente. En réalité, il ne s’agit pas d’une explication mais d’une opposition, marquée par la rupture de temps (présent/imparfait) et, surtout, par l’emploi de δέ : s’il s’était agi d’une explication, Strabon aurait dit πρότερον γάρ. Πρότερον δέ souligne, comme on l’a vu, l’opposition entre deux situations, deux époques différentes, celle « actuelle » (la mention des loges et de l’arsenal) et celle antérieure (quand Marseille était prospère). C’est pourquoi il est nécessaire, à notre avis, de marquer une ponctuation forte entre les deux membres de phrase.

36Troisième difficulté : à quelle époque renvoie l’observation de Strabon ? Autrement dit quand situer la période « actuelle » et celle « d’avant » ? Pour cette dernière, les indications données dans la suite du passage, qui mentionnent les expéditions contre les Barbares, les services rendus à Rome et l’aide reçue de cette dernière, évoquent l’époque qui englobe la conquête (expédition de Caius Sextius Calvinus) mais on peut la faire remonter au moins jusqu’à la deuxième guerre punique (la bataille de l’Ebre). La question est de savoir quand elle se termine. Pour A. Hermary et A. Hesnard, il ne fait pas de doute que tout le passage remonte à Poseidonios et que la situation est celle de la fin du II e ou du début du I er s. (Hermary et al. 1999, 127). Se laissant guider par l’archéologie, les auteurs suggèrent que la réduction de la flotte de guerre attestée par le remblaiement des loges et des cales à la fin du II e s. av. J.-C. est un des signes de la fin de la prospérité de Marseille. Cependant, la position d’A. Hesnard est moins nette dans la publication ultérieure qui reprend, à cette occasion, la traduction de Fr. Lasserre (Hesnard et al. 2001, p. 174-175 et 198-199). Cette hypothèse pourrait être étayée par l’idée, développée depuis longtemps, que le déclin de Marseille est lié à l’importance croissante de Rome en Gaule méridionale au cours du II e s. av. J.-C., déclin que scelle, d’une certaine manière, la conquête de 125-121 av. J.-C. Le signe le plus tangible de cet effacement progressif de Marseille serait la diminution des amphores massaliètes au profit des amphores gréco-italiques puis italiques sensible sur tous les sites (Bats 1986, p. 275-277). Voyageant en Gaule méridionale vers 90 av. J.-C., Poseidonios aurait été naturellement en mesure de constater cette situation, que rapporte ensuite Strabon.

37L’autre solution est de rapporter la remarque à Strabon lui-même. En effet, rien, dans ce passage précis, n’autorise formellement à y voir une citation directe de Poseidonios. Dans ce cas, « avant » signifie « avant 49 av. J.-C. », date de la chute de Marseille. Une telle interprétation est plus conforme au mouvement du texte. On a souligné plus haut l’importance des actualisations straboniennes par rapport aux informations transmises par ses devanciers. Par ailleurs, Strabon place au cœur de son argumentation cette date décisive (et fatidique) de 49 av. J.-C., qui clôt son exposé sur la ville. On sait, du reste, que la conquête n’a pas mis un terme aux bénéfices que Marseille a reçus de Rome. Strabon mentionne un peu plus loin (IV, 1, 8) l’octroi des droits sur les fossae marianae accordés après la victoire de Marius sur les Ambrons et les Toygènes. Et on sait que d’autres avantages (territoriaux) ont été accordés à Marseille jusqu’à la veille de sa chute par Pompée puis César. Quand tant d’autres signes confirment sa prospérité (ne serait-ce que la monnaie), il est difficile, de parler de la fin de la puissance de Marseille ou d’un fléchissement de l’économie dans la première moitié du I er s. av. J.-C. (et on s’interroge même sur la réalité de l’arrêt de la production viticole à la fin du II e s. av. J.-C.) (Hermary et al. 1999, 139-141). Quant à la fin de l’autonomie politique, elle n’a pas nécessairement pour effet la disparition de la flotte de guerre et de l’arsenal. Le texte de César, souvent invoqué (BC, II, 22), ne dit rien de tel. Strabon souligne la bienveillance du vainqueur et de ses successeurs. Et on imagine mal Rome se priver d’une force sur laquelle elle a désormais autorité.

38On gardera donc une attitude prudente sur la question. L’archéologie atteste la présence de loges à bateaux (de guerre) et de cales de halage jusqu’à la fin du II e s. av. J.-C. (au moins). Poseidonios les a vus, sans doute. Strabon mentionne des installations similaires mais le vocabulaire est ambigu et l’époque indéterminée. S’agit-il de celles de Poseidonios ? N’y aurait-il pas là une « vraie fausse » coïncidence archéologique ? On ne sait. Et la traduction doit rester suffisamment prudente (et fidèle) pour n’exclure aucune des hypothèses. On peut ainsi traduire newvsoikoı par « cale sèche » ou « bassin de radoub », comme cela a été, du reste, le cas jusqu’à une date récente.

La fondation des « comptoirs » massaliotes

Causes et circonstances

39Les établissements fondés par les Marseillais prennent place dans le développement consacré à l’économie marseillaise, en IV, 1, 5. Mais un éclairage complémentaire sera apporté un peu plus loin, à l’occasion de la description du littoral compris entre Massalia et l’Italie (IV, 1, 9).

40En IV, 1, 5, la fondation de villes est présentée par Strabon comme une conséquence directe de la puissance militaire acquise par les Marseillais (δύναμιϛ), tout comme l’extension de leur territoire primitif. Rappelons le passage :

Ὕστερον μέντοι ταῖϛ ἀνδραγαθίαιϛ ἴσχυσαν προσλαβεῖν τινα τῶν πέριξ πεδίων ἀπὸ τῆϛ αὐτηϛ δυνάμεωϛ ἀφ' ἧϛ καὶ ταϛ πόλειϛ ἔκτισαν, ἐπιτειχίσματα τὰϛ μὲν κατὰ τὴν Ἰβηρίαν τοῖϛ Ἴβηρσιν, οἷϛ καὶ τὰ ἱερὰ τῆϛ Ἐφεσίαϛ Ἀρτέμιδοϛ παρέδοσαν τὰ πάτρια ὥστε ἑλληνιστὶ θύειν, τὴν δὲ Ῥόην Ἀγάθην τοῖϛ περὶ τὸν ποταμὸν οἰκοῦσι τὸν Ῥοδανὸν βαρβάροιϛ, τὸ δὲ Ταυροέντιον καὶ τὴν Ὀλβίαν καὶ Ἀντίπολιν καὶ Νίκαιαν τῷ τῶν Σαλύων ἔθνει καὶ τοῖϛ Λίγυσι τοῖϛ τὰϛ Ἄλπειϛ οἰκοῦσιν.
Ultérieurement, leur valeur les rendit assez forts pour leur permettre de s’adjoindre certaines des plaines environnantes, en utilisant la même puissance qui leur avait aussi permis de fonder les villes qui sont des remparts, les unes du côté de l’Ibérie, face aux Ibères, (à qui ils ont aussi transmis les rites de l’Artémis d’Éphèse tels qu’ils leur venaient de leurs pères, si bien qu’on y sacrifie selon le rituel grec) puis Rhoè Agathè face aux barbares qui habitent dans les parages du fleuve Rhône, puis Tauroention, Olbia, Antibes et Nice face aux Salyens et aux Ligyens qui habitent les Alpes. (IV, 1, 5)

41La construction quelque peu alambiquée du début a entraîné parfois des interprétations erronées sur le passage. Ainsi, on a voulu présenter de manière simultanée et comme appartenant au même processus, l’extension du territoire et la fondation de villes (Bats 2001, p. 492, 505-506). En réalité, le texte semble indiquer la postériorité de l’extension territoriale par rapport à la fondation des villes. Même si l’aoriste ἔκτισαν est un peu ambigu et peut se traduire en français aussi bien par un passé simple que par un plus-que-parfait, le « plus tard » (ὕστερον) porte sur l’accroissement des terres et non sur la création des colonies (Barruol 1969, p. 222 ; Bats 1988, p. 29, qui semble l’oublier ensuite : 2001, p. 492 ; 505-506).

42On a cru voir également, toujours à cause du « plus tard » (ὕστερον), l’allusion à un tournant dans la politique de Marseille. Devant les difficultés rencontrées avec les peuples de l’arrière pays (et dont témoignerait l’épisode de Catumandus rapporté par Justin, XLIII, 5), la cité phocéenne aurait réorienté l’essentiel de son activité vers le trafic maritime.

43En fait, rien dans le texte ne permet une telle interprétation, contraire, on le verra, à la chronologie des fondations. Le passage a pour objet d’expliquer les fondements de la puissance marseillaise. Le géographe commence donc par rappeler le choix fait par les Phocéens. Leur territoire étant trop aride pour qu’ils s’investissent dans l’agriculture, ils ont choisi, dès le départ, de faire ce qui leur convenait le mieux : le commerce. C’est ce à quoi les poussait τὸ εὐφυέϛ. Comment traduire le terme ? On peut comprendre les « avantages naturels » qu’offre la contrée pour la navigation. C’est ainsi que traduit Fr. Lasserre, suivi par d’autres (Barruol 1969, p. 221 ; Bats 2001, p. 494 ; Pralon 2001, p. 700). Nous préférons, selon l’usage le plus courant de l’expression en grec, traduire par « leurs dispositions naturelles » ou « leurs dons pour la navigation », Strabon faisant référence ici à la réputation des Phocéens. D’une certaine manière, les découvertes des épaves archaïques dans les fouilles de la place Jules-Verne qui montrent, par leur technique très élaborée, la qualité des réalisations navales des charpentiers marseillais au milieu du VI e s. av. J.-C., sont l’illustration de cette disposition naturelle pour les choses de la navigation dont parle Strabon (fig. 59-61).

Fig. 59. Vue des épaves grecques archaïques (fin VIe s. av. J.-C.), Jules-Verne 7 (second plan) et Jules-Verne 9 (premier plan à droite)

Fig. 59. Vue des épaves grecques archaïques (fin VIe s. av. J.-C.), Jules-Verne 7 (second plan) et Jules-Verne 9 (premier plan à droite)

L’épave Jules-Verne 9 correspond à une grande barque côtière propulsée à rames et à voile et était construite selon la technique d’assemblage par ligatures, en usage à Phocée et en mer Egée à l’époque archaïque. Elle était destinée à la pêche, notamment au corail. L’épave Jules-Verne 7 correspond à un petit voilier de commerce d’une quinzaine de mètres de longueur et d’une capacité de charge d’une douzaine de tonnes. Il était construit en partie par ligatures selon la technique ancienne et en partie par tenons et mortaises selon la nouvelle technique qui se répandra par la suite dans toute la Méditerranée antique. Ce type de navire peut être considéré comme caractéristique de l’expansion du commerce massaliote.

(Photo Centre Camille Jullian, CNRS, Aix-en-Provence)

Fig. 60. Plan d’ensemble des épaves grecques archaïques (fin VIe s. av. J.-C.), Jules-Verne 7 (en haut) et Jules-Verne 9 (en bas)

Fig. 60. Plan d’ensemble des épaves grecques archaïques (fin VIe s. av. J.-C.), Jules-Verne 7 (en haut) et Jules-Verne 9 (en bas)

(Dessin M. Rival, Centre Camille Jullian, CNRS, Aix-en-Provence)

Fig. 61. Maquette (1/10e) de restitution finale du navire Jules-Verne 7

Fig. 61. Maquette (1/10e) de restitution finale du navire Jules-Verne 7

(Réalisation et photo Centre Camille Jullian, CNRS, Aix-en-Provence)

44La suite découle de ce choix initial : plus tard (ὕστερον) ils tirèrent de leurs qualités suffisamment de force (ταῖϛ ἀνδραγαθίαιϛ ἴσχυσαν) pour, d’une part, agrandir leur territoire (en l’occurrence en s’adjoignant –προσλαβεῖν– une partie des plaines bordant leur site originel –τινα τῶν πέριξ πεδίων) et, d’autre part, fonder des villes. Mais les deux choses ne sont pas à mettre sur le même plan. C’est ce que souligne la formulation ἀπὸ τῆϛ αὐτῆϛ δυνάμεωϛ ἀφʹ ἧϛ καὶ τὰϛ πόλειϛ ἔκτισαν qui met en valeur les fondations et relègue au second plan les accroissements territoriaux, du reste jugés négligeables (τινα τῶν πέριξ πεδίων). Autrement dit, les Marseillais ayant opté pour le commerce, leur force militaire a été utilisée principalement pour protéger cette activité et non pour étendre de manière significative leur territoire. L’accent est donc mis sur la puissance militaire des Marseillais qui leur a permis 1/ de fonder des colonies pour se protéger des barbares (on reviendra sur le sens à donner à l’expression) 2/ d’étendre quelque peu leur territoire 3/, d’accroître ou renforcer leur pouvoir, d’une manière indirecte, cette fois. En mettant leur force armée au service de Rome, les Marseillais en tirent ensuite des avantages ou des bénéfices, accordés par cette dernière à titre de récompense.

45Replacé dans le cadre de la délicate question du territoire de Marseille, discutée depuis longtemps (Barruol 1969, p. 221-230 ; Bats, Tréziny 1986 ; Morel 1986 ; 1995 50 ; Bats 2001), ce passage ne doit donc pas être mal compris ni surinterprété. Pour Strabon, l’essentiel n’est pas dans le territoire (celui qui entoure la cité ou les possessions plus éloignées, que, du reste, il n’évoque pas), mais dans les ressources, lesquelles peuvent être indépendantes de l’emprise territoriale réelle. Ainsi l’octroi des droits sur les fossae marianae mentionné en IV, 1, 8. Cet avantage, obtenu en récompense de leur bravoure –ἀριστεῖον– dans la guerre contre les Ambrons et les Toygènes et dont les Marseillais ont tiré des profits considérables –ἐξ οὗ πλοῦτον ἠνέγκαντο πολύν– n’implique pas forcément qu’à partir de ce moment le territoire de Marseille s’étendait jusqu’au Rhône. C’est pourquoi la mention des tours (πύργουϛ) que les Marseillais ont établies sur le Rhône ne doit pas se comprendre comme l’indice d’une possession territoriale (comme le fait Fr. Lasserre en traduisant ἐξοικειούμενοι par « désirant marquer que cette région leur appartient » ; Barruol 1969, p. 224), mais comme un moyen de mieux se repérer dans une région difficile en installant des signaux bien visibles (σημεῖα) (cf. également Bats 2001, p. 500, n. 22, qui traduit « afin de se faciliter au mieux l’accès de la région »). De la même manière, lors du rappel des avantages accordés par Rome (IV, 1, 5), on ne peut traduire l’expression προσελάβοντο τῆϛ αὐξήσεωϛ αὐτῶν par « ils [les Romains] contribuèrent à l’agrandissement de leur territoire » comme le propose G. Barruol (Barruol 1969, p. 222). Le terme au αὔξησιϛ est abstrait et s’applique à la puissance, la grandeur ou la prospérité (comme on voudra) des Marseillais (d’où notre choix de traduire par « accroissement »).

46Donc, la spécificité de Massalia réside dans son commerce et c’est pour servir le commerce que les fondations ont été installées. C’est pourquoi les fondations sont qualifiées de « remparts », ἐπιτειχίσματα.

47De cette mention, on a voulu tirer la conclusion que toutes les créations marseillaises étaient des « places fortes », des « bastions avancés en terre barbare », et c’est ainsi, du reste, qu’on traduit souvent l’expression. Poussant plus loin, M. Bats a récemment défendu l’idée qu’il s’agit de colonies militaires, sur le modèle des clérouquies athéniennes ou des coloniae maritimae romaines (Bats 2001, p. 500-501 ; 2004, p. 54-56). Cependant, ce modèle, dont les caractéristiques urbanistiques sont bien spécifiques, ne peut guère s’appliquer qu’à Olbia. Même en arguant le défaut de la documentation pour des sites comme Antipolis, Nikaia ou Tauroention, ce qu’on sait d’Agde ainsi que des fondations ibériques s’éloigne très nettement d’une architecture militaire et d’un type d’occupation exclusivement colonial. Il faut donc laisser au mot ἐπιτείχισμα son sens originel de « rempart » et non de place forte et lui garder sa valeur métaphorique conférée par sa fonction d’apposition dans la phrase (comme dans les autres occurrences relevées chez Strabon par M. Bats : V, 3, 7 ; VI, 1, 6 ; VIII, 4, 2 – Bats 2004, p. 54). Strabon n’écrit pas que Marseille a fondé des places fortes mais qu’elle a fondé les cités qui jouent le rôle de « rempart » contre les barbares –καὶ τὰϛ πόλειϛ ἔκτισαν, ἐπιτειχίσματα τὰϛ μὲν κατὰ την̀ ̓Ιβηρίαν τοῖϛ  Ἰβηρσιν (…). On retrouve, d’une certaine manière, le même type de formulation que chez Cicéron parlant de Narbonne : propugnaculum istis ipsis nationibus oppositum et objectum (Pro Fonteio, 5, 13).

48Elles ont été créées et sont disposées pour assurer la circulation et les échanges commerciaux le long de la côte méditerranéenne, et non pour être des possessions de territoires contrôlés par un établissement (Hermary et al. 1999, 86-89). Cette « stratégie » marseillaise est, du reste, explicitée dans la notice consacrée à la description du littoral entre Massalia et l’Italie (IV, 1, 9). Il s’agit, dans ce passage, d’expliquer pourquoi Nikaia, qui est en Italie, appartient cependant à Marseille –καίπερ οὖσα Μασσαλιωτῶν. C’est que, dit Strabon, les Marseillais ont été amenés à fortifier ces établissements –ἐτείχισαν γὰρ τὰ κτίσματα– contre les barbares de l’arrière pays pour s’assurer, au moins, la liberté de la mer puisque ces derniers étaient maîtres de la région –τήν γε θάλασσαν ἐλευθέραν ἔχειν, τῆϛ χώραϛ ὑπ ̓ ἐκείνων κρατουμένηϛ. Le verbe employé, ἐτείχισαν, est un écho direct à ἐπιτειχίσματα en IV, 1, 5 (suffisamment explicite, du reste, pour qu’on n’ait pas besoin de restituer ἐπετείχισαν comme l’ont proposé certains éditeurs).

La liste des fondations

49Les fondations sont réparties en trois zones géographiques, présentées d’ouest en est : l’Ibérie, la région rhodanienne (ouest du Rhône) et la Provence (p. 230, fig. 62).

Fig. 62. Carte des fondations massaliotes selon Strabon

Fig. 62. Carte des fondations massaliotes selon Strabon

(fond de carte CNRS UMR 5140- DAO : P. Thollard)

L’Ibérie

50Les fondations du premier groupe ne sont pas nommées, mais elles sont connues : c’est Emporion et, vraisemblablement aussi, Rhodè. Strabon juge inutile de rappeler leur nom parce qu’il l’a déjà fait au livre précédent (III, 4, 8) en annonçant le passage sur Marseille : κἀνταῦθα δὲ καὶ ἐν τῷ ̓Εμπορίω τήν Ἄρτεμιν τὴν ̓Εφεσίαν τιμῶσιν, ἐροῦμεν δὲ τὴν αἰτίαν ἐν τοῖϛ περὶ Μασσαλίαν – « Là aussi [c’est-à-dire à Rhodè] comme à Emporion, les habitants rendent un culte à Artémis d’Éphèse : nous en donnerons la raison dans le chapitre consacré à Massalia ». Le rappel en IV, 1, 5, de l’introduction du culte d’Artémis d’Éphèse dans les fondations d’Ibérie suffit à lever toute ambiguïté. La seule question est de savoir s’il faut compter parmi elles les trois petites villes attribuées aux Marseillais plus au sud, mentionnées au début du chapitre sur la Celtibérie et dont Strabon ne donne le nom que d’une seule, Héméroscopeion (dont on a déjà parlé plus haut) :

Μεταξὺ μὲν οὖν τοῦ Σούκρωνοϛ καὶ τῆϛ Καρχηδόνοϛ τρία πολίχνια Μασσαλιωτῶν εἰσιν (...) τουτῶν δʹἐστὶ γνωριμώτατον τὸ ̔Ημεροσκοπεῖον, ἔχον ἐπὶ τῇ ἄκρᾳ τῆϛ ̓Εφεσίαϛ ̓Αρτέμιδοϛ ἱερὸν σφόδρα τιμώμενον.
Entre le Sucro et Carchèdo, il y a trois petites villes des Massaliotes (…) la plus connue d’entre elles est Héméroscopeion, parce qu’elle possède, sur « l’akra », un sanctuaire à Artémis qui fait l’objet d’une grande vénération. (III, 4, 6)

51On serait tenté de répondre par l’affirmative à cause de la mention du sanctuaire d’Artémis, mais leur qualification de petites villes πολίχνια et non de κτίσμα tend plutôt à les exclure de la liste. Confirmation chez les autres auteurs antiques : le périple du Pseudo Scymnos ne mentionne qu’Emporion et Rhodè (202-204) :

...καί πόλειϛ ̔Ελληνίδεϛ
ἃϛ Μασσαλιῶται Φωκαεῖϛ ἀπῴκισαν·
πρώτη μὲν ̓Εμπόριον, ̔Ρόδη δὲ δευτέρα·
… Et les villes grecques
que les Massaliotes originaires de Phocée fondèrent :
la première Emporion et Rhodè la seconde ;

52Emporion est également qualifiée de colonie des Massaliotes par Stéphane de Byzance (Ethnica, s. v. : Ἐμπόριον, πόλιϛ Κελτική, κτίσμα Μασσαλιωτῶν) et le Pseudo Scylax.

53Il n’y a donc aucune raison de ne pas supposer que les fondations ibériques évoquées en IV, 1, 5, sont Emporion et Rhodè. C’était, du reste, déjà l’opinion de C. Jullian (Jullian 1920-1926 [1993], p. 163). Cependant, beaucoup de commentateurs modernes répugnent à s’engager dans cette voie et préfèrent considérer que Strabon fait allusion à des villes qu’on ne connaît pas (Morel 1992, p. 17) ou laissent planer le doute (Bats 2001, p. 492). Il est vrai que certains ont contesté la dépendance d’Emporion vis-à-vis de Marseille, en invoquant le témoignage de Tite-Live et Pline (Clavel-Lévêque 1970, p. 59 ; point de vue repris avec des nuances un peu plus tard dans Clavel-Lévêque 1977, p. 82). Mais les deux auteurs se contentent de rappeler l’origine phocéenne des habitants de la ville :

Iam tunc Emporiae duo oppida erant muro diuisa. unum Graeci habebant, a Phocaea, unde et Massilienses, oriundi, alterum Hispani ;
Déjà à cette époque Emporion était formée de deux villes séparées par une fortification : l’une était occupée par des Grecs, originaires de Phocée, comme les Massaliotes, l’autre par des Hispaniens (Tite-Live, XXXIV, 9) ;
Emporiae, geminum hoc veterum incolarum et Graecorum, qui Phocaeensium fuere suboles :
Emporion, quant à elle, ville double d’anciens habitants et de Grecs qui étaient les descendants de Phocéens (Pline, N. H., III, 22).

54La formulation n’est pas contradictoire avec une fondation par Marseille. Dans cette tradition, on vu, plus récemment, à l’occasion du colloque de 1992, les deux villes présentées comme deux fondations phocéennes à égalité, en quelque sorte. Mais la comparaison ne fait que souligner la différence entre les deux villes et confirme la hiérarchie qu’il faut rétablir entre la métropole –Marseille– et l’une de ses colonies –Emporion (Sanmarti-Grego 1992, p. 27-29).

55Un des arguments avancés pour « arracher » Emporion à la série des villes fondées par Marseille est l’ancienneté de son implantation, qu’on place aujourd’hui vers 580 av. J.-C. (Martin Ortega, Plana Mallart 2002, p. 271). Mais cette date reste postérieure à celle de la fondation de Marseille. Par ailleurs, les travaux récents confirment le récit strabonien (III, 4, 8) d’un développement en deux temps avec, d’abord, une Παλαιὰ πόλιϛ établie « sur une petite île située en avant » –νησίον τι προκείμενον (l’îlot de Sant Marti d’Empuries) puis l’établissement, un peu plus tard, vers le milieu du VI e s. av. J.-C., d’un nouvel établissement sur la côte, ville double, δίπολιϛ, partagée entre Grecs et Indikètes (Martin Ortega, Plana Mallart 2002, p. 271). Quant à Rhodè, on sait qu’on lui attribuait aussi dans l’Antiquité une origine rhodienne antérieure à l’occupation marseillaise (Pseudo Scymnos : v. 205-206). Si Strabon se fait l’écho de cette tradition (III, 4, 8 ; XIV, 2, 10), il ne donne pas le sentiment d’y croire vraiment. La source commune est Ératosthène et on suppose une reconstruction historique à partir d’une fausse étymologie de l’époque hellénistique (Pena 2000, Marcotte 2002, p. 171). L’archéologie, en effet, indique que l’implantation n’y serait pas antérieure à 400 av. J.-C. (Martin Ortega, Plana Mallart 2002, p. 275).

Les abords du Rhône

56La (ou les) fondations du secteur « rhodanien » posent plus de difficulté. Le texte donné par les manuscrits est le suivant : τὴν δὲ ̔Ροὴν ἀγάθην τοῖϛ περὶ τὸν ποταμὸν οἰκοῦσιν τὸν ̔Ροδανὸν Βαρβάροιϛ. La leçon est sûre, même s’il faut noter que seule une des deux familles de manuscrits (celle appelée ω ̓ dans l’édition de Fr. Lasserre) est attestée pour ce passage alors que l’autre (désignée par A) manque (Lasserre 1969, p. LXIII-LXIV).

57Depuis Meineke, un certain nombre de commentateurs et d’éditeurs conservent tel quel le texte, en se contentant de rétablir la majuscule d’ ̓Αγάθην. Cependant, la dénomination ̔Ροὴν ̓Αγάθην semble difficile à admettre parce que Strabon mentionne la ville, un peu plus loin, sans ̔Ροή : ̓Αγάθη, κτίσμα Μασσαλιωτῶν (IV, 1, 6). C’est pourquoi, une autre partie des éditeurs, à la suite de Coray, a simplement supprimé ̔Ροὴν. C’est le parti suivi par l’édition la plus récente, celle de Stefan Radt, qui lit donc : τὴν δὲ ̓Αγάθην τοῖϛ περὶ τὸν ποταμὸν (…) faisant d’Agde la seule fondation destinée à « servir de rempart » contre les barbares qui avoisinent le Rhône (Radt 2002, p. 464). Enfin, un troisième groupe de commentateurs, depuis Casaubon, est d’avis que ̔Ροὴν est une corruption, exemple courant de transcription fautive des noms propres, et proposent des restitutions. La nécessité de cette restitution est également fondée sur l’analyse du contexte. Agde est censée protéger les Marseillais contre les barbares qui sont en bordure du Rhône τοῖϛ περὶ τὸν ποταμὸν οἰκοῦσιν τὸν ̔Ροδανὸν Βαρβάροιϛ. Même si on donne à περί un sens un peu plus large « dans la région de, au voisinage de » (et non « le long de » ou « au bord de »), la situation d’Agde (que Strabon connaît bien pour la décrire précisément un peu plus bas, en IV, 1, 6), à l’embouchure de l’Hérault, est visiblement trop éloignée du Rhône pour convenir.

58Une première restitution avait été proposée par Casaubon, transformant ̔Ροὴν en ̔Ρόδην καί, difficilement acceptable, bien évidemment, malgré sa simplicité. Même en supposant qu’il ne s’agisse pas de la ̔Ρόδη ibérique, mais de la Rhoda Rhodiorum, qui, selon Pline (NH, III, 33), se trouvait près du Rhône (auquel, selon l’encyclopédiste, elle aurait donné son nom), on a du mal à imaginer que Strabon ait laissé passer l’homonymie sans la souligner. Par ailleurs, Pline est le seul à citer cette Rhoda Rhodiorum, ce qui ôte beaucoup de poids à la restitution. C’est pourquoi, depuis Kramer, on a préféré corriger ̔Ροὴν en ̔Ροδανουσίαν. On s’appuie, en particulier, sur le Pseudo-Scymnos qui mentionne cette ville parmi les fondations massaliotes, après avoir cité Emporion et Rhodè (v. 207-209) :

οἱ Μασσαλίαν κτίσαντεϛ ἔσχον Φωκαεῖϛ
̓Αγάθην ̔Ροδανουσίαν τε, ̔Ροδανὸϛ ἣν μέγαϛ
ποταμὸϛ παραρρεῖ (...)
Les Phocéens qui avaient fondé Massalia occupaient
Agathè ainsi que Rhodanousia que le Rhône, grand fleuve,
enserre dans son cours

59La situation le long du Rhône, semble correspondre à la description de Strabon. L’appartenance de Rhodanousia à Marseille est, du reste, confirmée par Stéphane de Byzance que ce dernier qualifie soit de πόλιϛ Μασσαλίαϛ, mais avec l’orthographe ̔Ραδανουσία, soit de πόλιϛ ἐν Μασσαλίᾳ, sous la forme correcte, ̔Ροδανουσία. La première expression est un peu ambiguë mais semble exprimer une dépendance par rapport à Marseille plutôt qu’une localisation (on retrouve la même formule pour Avignon et Cavaillon), la seconde indique nettement une localisation, comme le souligne l’absence d’article (Brunel 1945, 130-131 ; Goudineau 1976, p. 326). Quoi qu’il en soit, l’établissement n’est pas désigné comme une « fondation » marseillaise, à la différence de Nice ou Tauroention présentées l’une et l’autre par Stéphane de Byzance comme Μασσαλιωτῶν (ou Μασσαλιητῶν) ἄποικοϛ.

60Fr. Lasserre restitue donc ainsi le passage : τὴν δὲ ̔Ρο < δανουσίαν καὶ τ > ὴν Αγάθην (Lasserre 1966, p. 128).

61La question a alors été celle de la localisation et de l’identification de Rhodanousia. Après les tentatives faites par F. Benoit, M. Clerc ou Fr. Villard et que rappelle G. Barruol (Barruol 1969, p. 198 ; 223-224), les sondages réalisés près de Saint-Gilles-du-Gard, ont mis en avant l’identification de Rhodanousia avec Espeyran, interprété comme un comptoir marseillais (Barruol, Py 1978). Mais cette identification, quoique présentée depuis avec prudence (Py 1990b, p. 192), a été contestée par M. Bats qui ne voit dans Espeyran qu’un centre indigène que sa situation sur le fleuve met en position privilégiée pour la redistribution (Bats 1988, 1992, p. 273 ; 2001, p. 493 ;). Par ailleurs, depuis les sondages de 1978, aucune fouille nouvelle n’a eu lieu sur le site, susceptible de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse de départ. En revanche, d’autres sites sont apparus, tels celui du Cailar près de Vauvert (Gard) qui présente le même profil qu’Espeyran (Py, Roure 2002). Cependant, sa situation au confluent du Vistre et du Rhôny assure que Le Cailar ne peut pas être identifié à la Rhodanousia des textes antiques. La question reste donc ouverte (Py, Roure 2002, p. 211, n. 38).

62Le déplacement du débat sur le problème de la localisation et de l’identification de Rhodanousia a occulté celui du bien fondé de la restitution elle même, qu’on a considéré depuis comme réglé. La solution proposée par Fr. Lasserre a été admise (presque) sans restriction par la plupart des commentateurs français (Barruol 1969, p. 198 ; 221 ; Roman 1997, p. 180 ; Bats 2001, p. 493), voire considérée comme évidente (ainsi Fl. Verdin qui présente Rhodanousia parmi les villes citées nommément par Strabon, au même titre que Tarascon ou Cavaillon, par exemple : Verdin 2002, p. 141, fig. 3 ; cf également Clavel-Lévêque 1970, p. 106).

63En fait, elle n’est pas possible et doit être abandonnée. Passons sur le caractère pour le moins compliqué du processus de restitution en lui-même qui, pour retrouver la cohérence grammaticale de la phrase, oblige à supposer une coupure au milieu du mot ̔Ροήν. Sans être impossible, c’est peu probable. Il y a d’autres objections, plus sérieuses. La première : l’ordre de la présentation. Strabon énumère les fondations d’ouest en est, de manière très scrupuleuse, ainsi qu’on le voit pour les fondations provençales. Rhodanousia, sur le Rhône, devrait être citée après Agde, sur l’Hérault, comme chez le Pseudo-Scymnos. La restitution qui place Rhodanousia avant Agde, suppose de la part de Strabon, une confusion difficilement admissible (rappelons qu’Agde est située correctement par Strabon en IV, 1, 6). Deuxième objection : la situation de Rhodanousia. Quelle que soit l’identification retenue, il est sûr qu’elle est située au bord du Rhône. Du même coup, on s’étonne de voir figurer dans la liste un établissement qui n’est pas au bord de la mer, comme tous les autres (nommés ou sous-entendus). Cette dernière objection en appelle une autre. La raison principale ayant amené à restituer Rhodanousia à la place de Rhoè est, comme on l’a vu, l’éloignement d’Agde par rapport aux populations qui bordent le Rhône et contre lesquels la fondation est censée protéger les Marseillais, c’est-à dire Marseille et son territoire (Barruol 1969, p. 221-226). Mais, comme on l’a souligné à propos du passage sur Nikaia (IV, 1, 9), le rôle confié aux « fondations-remparts » n’est pas de protéger la ville même de Marseille (pas plus que le territoire de la cité), ce qui, du reste, serait absurde, vu la situation des fondations. Le seul « territoire » à protéger est l’espace maritime fréquenté par les navires marseillais, contre les barbares de l’arrière-pays. Dans ces conditions, Agde est bien en mesure d’être un « rempart » contre les barbares qui avoisinent le Rhône. Sa situation est identique à celle d’Emporion par rapport aux Ibères ou à Olbia et Nice par rapport aux Salyens et Lygiens (p. 234, fig. 63). La correction par Rhodanousia est donc inutile parce qu’inadéquate. Allons plus loin. À l’instar des éditeurs qui conservent la leçon donnée par les manuscrits, pourquoi ne pas penser qu’Agde a pu être désignée (un temps ?) sous le nom de ̔Ροὴ ἀγάθη ? ̔Ροὴ, en grec, signifie le cours ou le courant d’un fleuve et Agde serait appelée la ville « au beau cours », ou « au beau fleuve ». Est-il invraisemblable d’y voir une référence directe à la position de la ville à l’embouchure de l’Hérault ?

Fig. 63. Représentation schématique du rôle de protection des fondations massaliotes contre les barbares de l’arrière-pays

Fig. 63. Représentation schématique du rôle de protection des fondations massaliotes contre les barbares de l’arrière-pays

(P. Thollard)

Les fondations provençales

64Ce sont celles qui posent le moins de problème. Les quatre établissements, Tauroention, Olbia, Antibes et Nice sont mentionnés dans le même ordre en IV, 1, 5 et IV, 1, 9 et les noms mêmes ne suscitent que des corrections minimes (Ταυροεν́τιον écrit Ταυρέντιον en IV, 1, 5). La tradition littéraire antique est, du reste, bien assurée et n’offre que peu de variantes dans les graphies (qui concernent le seul nom de Ταυροέντιον écrit Ταυρόειϛ chez le Pseudo-Scymnos et Stéphane de Byzance). La localisation des quatre établissements est également bien assurée même si on ne connaît véritablement bien que le site d’Olbia (Bats 2004).

65La relecture des différents passages concernant les fondations massaliotes sur la côte méditerranéenne redonne au texte de Strabon une cohérence et une intégrité qu’on lui a souvent déniées. Elle invite également à réévaluer le processus des créations massaliotes. On s’aperçoit, en effet, que très souvent, on « fait l’impasse » sur les fondations ibériques et en ne prenant en compte que celles de Gaule méridionale (Bats 1992, p. 273 ; 2001 ; 2004). Une telle attitude, qu’elle procède du refus ou du simple doute, n’est pas sans conséquence sur l’idée qu’on peut se faire de l’expansion Marseillaise. Si on réintègre Emporion, comme l’invite Strabon, le processus d’établissement de « bastions » commence dès la première moitié du VI e s. et non au V e s. voire à l’extrême fin du V e s., comme on le présente habituellement (en faisant d’Agde la création la plus ancienne). Dans ce cas, et malgré l’incertitude qui entoure la date de création des établissements provençaux en dehors d’Olbia, dont la fondation est à situer dans le dernier quart du IV e s. av. J.-C. (Morel 1995, p. 51-52 ; Gras 2003, p. 242-243 ; Bats 2004, p. 51), l’ordre d’énumération de Strabon pourrait refléter la chronologie des installations et expliquer peut-être la forme particulière, très militaire, prise par Olbia et qu’il serait imprudent de proposer comme modèle pour toutes les autres fondations comme semble le suggérer M. Bats (Bats 2004, p. 62).

66Par ailleurs, l’expansion marseillaise peut prendre plusieurs formes. Strabon ne fait état que d’une seule : la fondation d’établissements (nous gardons ce terme volontairement neutre) destinées à assurer la protection son commerce maritime. Il faut donc bien les distinguer des relations que Marseille a pu avoir avec d’autres établissements de Gaule méridionale et qui relèvent, de toute évidence, d’une autre catégorie. Les « villes de Marseille »–πόλειϛ Μασσαλίαϛ, comme Avignon, Cavaillon et peut-être d’autres comme Théliné, Rhodanousia ou l’énigmatique Alônis de Stéphane de Byzance, relèvent d’un autre processus dans lequel on peut voir la trace d’une forme de fédération autour de Marseille et dont l’importance se manifeste surtout à partir du II e s. av. J.-C., soit à une date bien plus tardive que celle de la mise en place des fondations (Goudineau 1976b ; Arcelin 2003).

67La notice sur Marseille reste exceptionnelle dans la description de la Celtique à la fois par l’ampleur du développement qui lui est consacré et la multiplicité des informations qui touchent tous les domaines (géographie, mythologie, religion, institutions, histoire, économie). Pour aucune autre ville de la Gaule nous ne trouvons une description aussi fournie (comparons avec Lyon, par exemple). Si la part d’emprunts à des devanciers est importante (on pense, bien sûr, à Poseidonios qui a séjourné dans la ville au début du I er s. av. J.-C.), le souci d’actualisation y est aussi très sensible et se manifeste dans l’alternance des « avant » et « maintenant » qui rythment le discours. On le sait, cette manière de faire est une des marques de fabrique de Strabon. Mais dans le cas de Marseille, elle sert un dessein bien particulier : montrer que la ville dont le passé a été glorieux et prospère reste encore, à l’époque où il écrit, une des grandes métropoles méditerranéennes.

Table des illustrations

Titre Fig. 41. Marseille : le site du port, vu du sud
Crédits (P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 42. Les remparts de Marseille à l’époque archaïque selon H. Tréziny
Crédits (Tréziny 2001, p. 47, fig. 1)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-2.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 43. Les différentes hypothèses du tracé du rempart archaïque
Légende 1 : avec rempart côtier et 2 : sans rempart côtier ; a : courant du VIe s., b: fin du VIe s.
Crédits (Tréziny 2001, p. 48, fig. 4).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-3.png
Fichier image/png, 98k
Titre Fig. 44. Les vestiges de la place Villeneuve-Bargemon interprétés comme un quai par A. Hesnard et comme l’extrémité du rempart archaïque par H. Tréziny
Crédits (Hesnard et al. 2001, p. 180, fig. 13)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-4.png
Fichier image/png, 179k
Titre Fig. 45. Restitution théorique du rempart archaïque place Villeneuve-Bargemon selon H. Tréziny
Crédits (Tréziny 2001, p. 50, fig. 5)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-5.png
Fichier image/png, 81k
Titre Fig. 46. Tracé probable des remparts de Marseille à l’époque hellénistique
Crédits (Tréziny 2001, p. 52, fig. 7)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-6.png
Fichier image/png, 84k
Titre Fig. 47. Le rempart hellénistique sur le site de la Bourse
Crédits (P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 48. Extension de la ville hellénistique
Crédits (Moliner 2001, p. 108, Fig. 3.)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-8.png
Fichier image/png, 172k
Titre Fig. 49. Le chapiteau ionique de Marseille : dessin de la face et du lit de pose
Crédits Relevé L. Ducaruge (Benoit 1954, p. 29, fig. 9)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-9.png
Fichier image/png, 136k
Titre La topographie de Marseille du VIe au IIIe. s. av. J.-C. selon H. Tréziny
Crédits (Bouiron, Treziny 2001, p. 206, Fig. 1)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-10.png
Fichier image/png, 113k
Titre Fig. 51. Localisation des installations repérées place Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon
Crédits (Bouiron, Tréziny 2001, p. 408, plan 5)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-11.png
Fichier image/png, 68k
Titre Fig. 52. Les traces de chantiers navals place Villeneuve-Bargemon
Crédits (A. Arboin, AFAN : Hesnard et al. 1999, p. 36)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig 53. Les traces de chantiers navals sur la place Jules-Verne
Crédits (M. Derain, AFAN - Bouiron, Tréziny 2001, p. 173, fig. 9).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 54. Cales non couvertes de la place Jules-Verne
Crédits (M. Derain, AFAN : Bouiron, Tréziny 2001, p. 175, fig. 11).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 55. Plan des cales mises au jour place Jules-Verne
Crédits (d’après N. Bourgarel : Hesnard et al. 1999, p. 156)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-15.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig. 56. Plan des cales couvertes mises au jour place Villeneuve-Bargemon
Crédits (d’après N. Bourgarel : Hesnard et al. 1999, p. 156)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-16.png
Fichier image/png, 45k
Titre Fig. 57. Maquette du port hellénistique des places Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon
Légende Restitution hypothétique (conception A. Hesnard, P. Pomey, réalisation D. Delpalillo, cliché Ph. Foliot Centre Camille Jullian, CNRS, Aix-en-Provence, musée d’Histoire de Marseille)
Crédits (A. Arboin, AFAN, Hesnard et al. 1999, p. 38)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 58. Détail de la figure 57 : les neoria.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 59. Vue des épaves grecques archaïques (fin VIe s. av. J.-C.), Jules-Verne 7 (second plan) et Jules-Verne 9 (premier plan à droite)
Légende L’épave Jules-Verne 9 correspond à une grande barque côtière propulsée à rames et à voile et était construite selon la technique d’assemblage par ligatures, en usage à Phocée et en mer Egée à l’époque archaïque. Elle était destinée à la pêche, notamment au corail. L’épave Jules-Verne 7 correspond à un petit voilier de commerce d’une quinzaine de mètres de longueur et d’une capacité de charge d’une douzaine de tonnes. Il était construit en partie par ligatures selon la technique ancienne et en partie par tenons et mortaises selon la nouvelle technique qui se répandra par la suite dans toute la Méditerranée antique. Ce type de navire peut être considéré comme caractéristique de l’expansion du commerce massaliote.
Crédits (Photo Centre Camille Jullian, CNRS, Aix-en-Provence)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig. 60. Plan d’ensemble des épaves grecques archaïques (fin VIe s. av. J.-C.), Jules-Verne 7 (en haut) et Jules-Verne 9 (en bas)
Crédits (Dessin M. Rival, Centre Camille Jullian, CNRS, Aix-en-Provence)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-20.png
Fichier image/png, 255k
Titre Fig. 61. Maquette (1/10e) de restitution finale du navire Jules-Verne 7
Crédits (Réalisation et photo Centre Camille Jullian, CNRS, Aix-en-Provence)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 62. Carte des fondations massaliotes selon Strabon
Crédits (fond de carte CNRS UMR 5140- DAO : P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-22.png
Fichier image/png, 85k
Titre Fig. 63. Représentation schématique du rôle de protection des fondations massaliotes contre les barbares de l’arrière-pays
Crédits (P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/105/img-23.png
Fichier image/png, 53k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search