Version classiqueVersion mobile

La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie

 | 
Patrick Thollard

Deuxième partie. Études :‎ Strabon et la Narbonnaise

Chapitre V. Peuples et territoires : les Arécomiques et les Tectosages

Texte intégral

1La question d’une définition des peuples et de leurs territoires avant la conquête romaine est au cœur de toute une série de travaux récents (Bats 1999 ; Bats et al. 2003 ; Garcia, Verdin 2002 ; Bats et al. 2003). Si les analyses prennent toujours appui sur les données archéologiques, la confrontation avec les sources textuelles est sous-jacente et surgit toujours au cours de la discussion. Un des cas les plus emblématiques, peut-être, est celui des territoires respectifs des Volques Arécomiques et des Volques Tectosages dans le sud-ouest de la Gaule (fig. 18) et pour lesquels le témoignage de Strabon est essentiel.

Fig. 18. Les régions du sud-ouest de la Gaule

Fig. 18. Les régions du sud-ouest de la Gaule

(CNRS-UMR 5140).

2Les Arécomiques et les Tectosages sont traités par Strabon l’un à la suite de l’autre, dans la description de l’arrière-pays à l’ouest du Rhône qui clôt la partie sur la Narbonnaise (IV, 1, 12-14).

Les Arécomiques

3La notice consacrée aux Arécomiques, en IV, 1, 12, est organisée en trois parties bien distinctes : la situation des Arécomiques, Nîmes et son statut, la voie Domitienne.

4En dehors de la notice qui leur est consacrée, on ne rencontre qu’une autre mention des Arécomiques en IV, 6, 4, lors de l’évocation du statut des Voconces (ils sont désignés alors par une périphrase –καθάπερ τοὺϛ Οὐόλκαϛ ἔφαμεν τοὺϛ περὶ Νέμαυσον– « comme les Volques de la région de Nîmes dont on a parlé »). Du reste, conformément à la tradition antique, Strabon souligne que les Arécomiques ne constituent qu’un groupe des Volques : Οὐόλκαι (…) οὕϛ ̓Αρηκομίκουϛ προσαγορεύουσι (IV, 1, 12).

5Pour la forme, Strabon hésite entre ̓Αρηκομικοί ( ̓Αρηκομικούϛ au début du paragraphe) et ̓Αρηκομίσκοι ( ̓Αρηκομίσκοιϛ quelques lignes plus bas). La troisième occurrence (la ligne juste en dessous de la précédente) est ̓Αρηκομικῶν ou ̓Αρηκομίσκων selon qu’on considère l’une ou l’autre des deux principales classes de manuscrits (A ou ω’) ! Si bien qu’on ne peut savoir quelle est la bonne orthographe pour Strabon. Les éditeurs hésitent également entre les deux formes : le TLG et l’édition de la Loeb Classical Library écrivent toujours la forme avec un σ, St. Radt choisit la forme sans σ, plus proche de la tradition latine. En grec, l’ethnique ne se rencontre guère que chez Ptolémée, mais sous la forme ̓Αρηκόμιοι (II, 10, 3, cf. étude 1). La forme latine classique étant Arecomicoi, attestée chez César (B.C., I, 35) et chez Pline (N. H., III, 37), il n’y a pas lieu de préférer ̓Αρηκόμισκοι à ̓Αρηκόμικοι, quand les manuscrits ne l’imposent pas.

Le territoire : considérations générales

6La situation générale des Arécomiques ne pose pas de problème. En revanche, les limites exactes de leur territoire sont beaucoup plus délicates à définir et font toujours l’objet de discussions chez les commentateurs (Fiches 2002a). La première difficulté tient à la méthode suivie par Strabon dans sa description. Comme on sait, il introduit très souvent des précisions ou des actualisations qui forment autant de digressions interrompant le fil de son discours. Ici, une fois donnée la position générale des Arécomiques, une première incise concerne Narbonne. Strabon revient alors à la situation des Arécomiques par rapport au Rhône et glisse une digression concernant l’importance prise par la dénomination de Cavares au détriment de Salyens (remarque qui aurait dû avoir normalement sa place au début de IV, 1, 11). Cette parenthèse en entraîne une autre (digression au second degré) sur les barbares qui ne le sont plus parce qu’ils se sont convertis au genre de vie des Romains (à quoi on reconnaît la marque propre de Strabon). Strabon revient ensuite aux Arécomiques avec la mention des frontières occidentales.

7Donc, en faisant abstraction des différentes incises, les notations de Strabon concernant le territoire des Arécomiques sont les suivantes :

81 - Ils occupent l’essentiel de la région située à l’ouest du Rhône :

Τὴν δὲ ἐπὶ θάτερα μέρη τοῦ ποταμοῦ Οὐόλκαι νέμονται τὴν πλείστην, οὔϛ ̓Αρηκομικοὺϛ προσαγορεύουσι.
Quant à la région située sur l’autre rive du fleuve, elle est pour l’essentiel occupée par les Volques qu’on appelle Arécomiques.

92 - Ils ont pour port Narbonne :

Τούτων δʹἐπίνειον ἡ Νάρβων λέγεται.
C’est à eux qu’appartient, dit-on, le port de Narbonne.

103 - À l’est, ils bordent le Rhône et ont pour vis-à-vis les Cavares et les Salyens :

Οἱ μὲν οὖν Ὀυόλκαι γειτονεύουσι τῷ Ῥοδανῷͅ, τοὺϛ Σάλυαϛ ἔχοντεϛ ἀντιπαρήκονταϛ αὐτοιϛ ἐν τῇ περαίᾳ καὶ τοὺϛ Καουάρουϛ.
Or donc les Volques avoisinent le Rhône, ayant en face d’eux, sur l’autre rive, les Salyens ainsi que les Cavares.

114 - À l’ouest, on trouve « des petits peuples obscurs » qui les bordent jusqu’aux Pyrénées :

Ἄλλα δʹἐστὶν ἄδοξα ἔθνη καὶ μικρά, παρακείμενα τοῖϛ ̓Αρηκομίσκοιϛ μέχρι Πυρήνηϛ.
Mais il existe en outre de petits peuples obscurs qui s’étendent en bordure des Arécomiques jusqu’aux Pyrénées.

La limite orientale et la question du Rhône

  • 1 Autres attestations chez Strabon : III, 3, 8 ; IV, 6, 8 ; V, 3, 2 ; V, 3, 4 ; VII, 1, 48 ; IX, I, 9 (...)

12Le texte de Strabon donne comme limite orientale aux Arécomiques le Rhône. L’expression employée, γειτονεύουσι τῷ ̔Ροδανῷ, qui signifie « être voisin de »1, est renforcée par la formule ἔχοντεϛ ἀντιπαρήκονταϛ αὐτοῖϛ ἐν τῇ περαίᾳ « ayant en face d’eux, sur l’autre rive ». Mais si le Rhône joue le rôle de frontière forte, c’est, d’abord, en raison de la place primordiale qu’on lui reconnaît dans le réseau fluvial de la Gaule et, particulièrement, de la Narbonnaise. On remarquera que le chapitre sur la Narbonnaise est encadré par deux développements importants sur le Rhône, le premier en introduction (IV, 1, 2) et le second qui clôt l’exposé (IV, 1, 14) et que, par ailleurs, la description s’organise à partir de lui (et de Marseille). Cette importance donnée au fleuve se retrouve chez Pline et Ptolémée qui, chacun à leur manière, lui consacrent des développements importants dépassant le cadre de leur description (N. H., 3, 33 ; Géographie, II, 10, 2 : cf. supra, p. 77-99). Il semble donc totalement exclu, dans l’esprit de Strabon, que les Volques aient pu occuper les deux rives du fleuve.

13Le problème est alors de concilier le texte de Strabon avec celui bien connu de Tite-Live, qui indique que les Volques, à l’époque de l’expédition d’Hannibal, en 218 av. J.-C., occupaient les deux rives du fleuve. Rappelons ce texte fameux :

Hannibal, ceteris metu aut pretio pacatis, iam in Volcarum peruenerat agrum, gentis ualidae. Colunt autem circa utramque ripam Rhodani : sed diffisi citeriore agro arceri Poenum posse, ut flumen pro munimento haberent, omnibus ferme suis trans Rhodanum traiectis ulteriorem ripam armis obtinebant (XXVI, 21).
Hannibal, après s’être concilié tous les autres peuples par la peur ou par l’argent, était déjà arrivé dans le territoire des Volques, peuple puissant. Ces derniers habitent aux abords du fleuve, sur les deux rives. Désespérant de tenir les Carthaginois écartés du territoire situé en deçà, dans l’idée de faire du fleuve un rempart, ils avaient fait transporter presque tous leurs biens de l’autre côté du Rhône et occupaient en armes la rive opposée.

14Depuis C. Jullian, on essaie d’expliquer la contradiction par une évolution historique : à l’origine, les Volques, indifférenciés auraient occupé un très vaste espace, de la plaine du Rhône aux Pyrénées. Ce n’est que plus tard qu’ils auraient été cantonnés à la rive droite et qu’on aurait distingué les deux groupes, Arécomiques et Tectosages. Cependant, comme le souligne J.-L. Fiches, le texte de Tite-Live exclut pour cette époque une large extension vers les Pyrénées (Fiches 2002a, p. 124). Bien plus, il semble cantonner les Volques aux abords du Rhône comme le souligne l’expression circa utramque ripam. D’ailleurs, si la majeure partie de leur territoire se trouvait sur la rive droite du Rhône, comment comprendre qu’ils passent presque tous sur l’autre rive pour faire obstacle par les armes au passage des troupes d’Hannibal ?

15On a alors tenté d’expliquer la situation d’une autre manière. Certains l’ont mise au compte d’un mouvement migratoire inachevé : à l’époque de la seconde guerre punique, les Volques auraient juste atteint les bords du Rhône mais ne seraient parvenus aux Pyrénées qu’une vingtaine d’années plus tard (Labrousse 1968, p. 88-89). D’autres ont supposé que l’hégémonie des Volques n’était pas encore étendue à tous les peuples pourtant déjà celtisés de l’ouest du Rhône (Clavel-Lévêque 1970, p. 130-131). Mais ces hypothèses, qui ne sont pas satisfaisantes en elles-mêmes, reposent sur une conception des migrations des Celtes au III e s. (celle de C. Jullian et d’H. Hubert) qui n’est plus guère recevable aujourd’hui (cf. infra). D’autres, enfin, ont suggéré que les possessions volques de la rive gauche se réduisaient à quelques établissements contrôlant le passage comme Tarascon (Barruol 1969, p. 263, n.1) ou bien qu’elles n’avaient duré qu’un temps (c’est l’hypothèse de Ph. Leveau à propos d’Avignon : Leveau 2002, p. 15). On se retrouve alors face à l’attitude incompréhensible des Volques que nous soulignions plus haut.

16Il vaut la peine de mettre en parallèle le récit de Polybe sur les mêmes évènements :

̓Αννίβαϛ δὲ προσμίξαϛ τοῖϛ περὶ τὸν ποταμὸν τόποιϛ εὐθεῶϛ ἐνεχείρει ποιεῖσθαι τὴν διάβασιν (...) Καὶ φιλοποιησάμενοϛ παντὶ τρόπῳ τοὺϛ παροικοῦνταϛ τὸν ποταμὸν ἐξηγόρασε παρʹ αὐτῶν τά τε μονόξυλα πλοῖα πάντα καὶ τοὺϛ λέμβουϛ, ὄνταϛ ἱκανοὺϛ τῷ πλήθει δία τὸ ταῖϛ ἐκ τῆϛ θαλάττηϛ ἐμπορίαιϛ πολλοὺϛ χρῆσθαι τῶν παροικούντων τὸν ̔Ροδανόν. Ἔτι δὲ τὴν ἀρμόζουσαν ξυλείαν ἐξέλαβε πρὸϛ τὴν κατασκευὴν τῶν μονοξύλων· ἐξ ὧν ἐν δυσὶν ἡμέραιϛ πλῆθοϛ ἀναρίθμον ἐγένετο πορθμείων (...). Κατὰ δὲ τὸν καιρὸν τοῦτον ἐν τῷ πέραν πλῆθοϛ ἠθροίσθη βαρβάρων χάριν τοῦ κωλύειν τὴν τῶν Καρχηδονίων διάβασιν. (III, 42)
Une fois arrivé dans la région du fleuve, Hannibal entreprend aussitôt de réaliser la traversée (…). S’étant par toutes sortes de manières concilié les faveurs des riverains du fleuve, il leur acheta toutes leurs barques et leurs bateaux de transport : il y en avait une quantité importante du fait que beaucoup des riverains les utilisent pour le transport des marchandises qui viennent de la mer. Il se fit, en outre, livrer du bois nécessaire pour la construction d’autres barques : de la sorte, en deux jours, il disposa d’une quantité considérable d’embarcations. Sur ces entrefaites, une foule de barbares s’amassa sur la rive opposée pour empêcher les Carthaginois de traverser.

17Contrairement à Tite-Live, Polybe ne mentionne pas les Volques (à l’inverse de ce qu’on laisse entendre parfois : Leveau 2000, p. 40-41 ; 2002, p. 15). L’historien parle de la région du Rhône (τοῖϛ περὶ τὸν ποταμὸν τόποιϛ), des riverains du Rhône (τοὺϛ παροικοῦνταϛ τὸν ποταμὸν) ou des barbares (βαρβάρων). Pas question ici des deux partis des Volques dont l’un soutient les Carthaginois et l’autre le combat. Les choses sont plus simples : une fois arrivé sur le Rhône, Hannibal commence par se procurer des embarcations auprès des populations riveraines ou du bois pour en construire. Les préparatifs durent deux jours. Et c’est au moment où il est prêt à franchir le fleuve qu’il voit les barbares s’amasser sur la rive opposée pour lui interdire la traversée. Tout lecteur comprend que ce ne sont pas ceux qui l’ont aidé à se fournir en embarcations pour traverser fleuve qui veulent l’en empêcher et, par voie de conséquence, que des peuples différents vivent de part et d’autre du Rhône.

18Tite-Live dépend évidemment de Polybe, contemporain des événements. Mais la confrontation entre les deux textes laisse sur une impression étrange : on se demande si Tite-Live n’a pas cherché à « dramatiser » la situation en insérant l’histoire des Volques des deux rives et l’opposition des deux factions qui rappelle surtout des situations… de la guerre des Gaules ! Chr. Goudineau a récemment relevé, du reste, un autre exemple d’anachronisme dans le passage tout aussi célèbre concernant les invasions celtiques en Italie (V, 34). Évoquant la situation des Celtes à époque ancienne (les faits sont censés remonter à Tarquin l’Ancien), Tite-Live indique qu’ils occupent une des trois parties de la Gaule (Celtarum, quae pars Galliae tertia est) introduisant une « précision faussement explicative », forcément puisée dans la Guerre des Gaules, et qui rend le passage incompréhensible (Goudineau 2004, p. 967).

19En l’occurrence, c’est bien la mention des Volques chez Tite-Live qui fait problème : d’une part, parce qu’elle ôte sa cohérence au récit qui devient quasiment incompréhensible et, d’autre part, parce qu’elle ne concorde pas avec tout ce qu’on sait de ce peuple par la suite, aussi bien pour la période qui suit la conquête que pour le Haut-Empire. Pour tenter de faire concorder ce texte avec les autres sources (et sans faire intervenir les migrations), on est obligé de recourir à des explications plus qu’acrobatiques (Bats 2003, p. 154-155).

20On n’a, du reste, aucun argument sérieux à avancer pour prouver une occupation volque à l’est du Rhône. Et présenter, comme on l’a fait récemment (Leveau 1999, p. 107 ; 2000, p. 40-41 ; 2002, p. 15 ; Verdin 2002, p. 140 ; Garcia 2002, p. 99), Avignon à l’origine comme une ville des Volques Arécomiques (sur la foi du texte de Tite-Live), puis passant sous la dépendance de Marseille et redevenant Volque pour quelques décennies, après la chute de Marseille en 49 av. J.-C. avant d’être rangée définitivement parmi les villes Cavares, reste une construction hautement discutable. L’argument principal est, en effet, la découverte au XIX e s. de l’inscription de Titus Carisius, Praetor Volcarum, sur le rocher des Doms. Mais cela ne prouve rien dans la mesure où cette base n’est pas dans sa position originelle et que, comme on l’a fait remarquer depuis longtemps, rien n’interdit de penser que T. Carisius ait pu intervenir en dehors de son territoire puisque la dédicace ne concerne pas, contrairement à ce pourrait laisser croire la formule ambiguë de Ph. Leveau (Leveau 2000, p. 41 ; 2002, p. 15), la statue de Carisius lui-même mais une offrande faite par lui (Goudineau 1991, p. 255). La reprise du dossier faite à l’occasion de la découverte à Beaucaire d’une seconde dédicace de Titus Carisius, permet de lever toute ambiguïté à ce sujet (Christol et al. 2006, p. 416-418 et n. 34).

21On s’en tiendra à cette seule certitude : pour Strabon, à l’époque où il l’envisage dans sa géographie, les Volques Arécomiques ne dépassent pas le Rhône. La remarque vaut, au minimum, pour toute la période postérieure à la conquête, mais il n’y a aucun obstacle à la faire remonter à celle de l’Indépendance.

La limite septentrionale et la question des Helviens

  • 2 Helvios qui fines Arvernorum contingunt (B.G., VII, 7).
  • 3 Mons Cevenna, qui Arvernos ab Helviis discludit  (B. G., VII, 8).
  • 4 Gabalos proximosque pagos Arvernorum in Helvios, item Rutenos Cadurcosque ad fines Volcarum Arecomi (...)

22Strabon définit la limite septentrionale du territoire des Arécomiques de manière indirecte, par la position de ce peuple en vis-à-vis avec les Salyens et les Cavares. La situation de ces derniers est donnée en IV, 1, 11 : les Salyens occupent la rive gauche de la vallée du Rhône jusqu’à la Durance (μέχρι μὲν τοῦ Δρουεντία ποταμοῦ Σάλυεϛ οἰκοῦσιν) et les Cavares la zone comprise entre Durance et Isère (ἡ ἐφεξῆϛ χώρα πᾶσα Καουάρων ἐστὶ μέχρι τῶν τοῦ Ἴσαροϛ συμβολῶν πρὸϛ τὸν ̔Ροδανόν). Cela ne veut pas dire, bien sûr, que les Arécomiques occupaient toute la région symétrique de celle des Cavares. Mais la limite de leur territoire avec celui des autres peuples, en particulier les Helviens, n’est pas du tout indiquée. Pour ces derniers, on sait par César qu’ils « touchent aux Arvernes »2 dont ils sont séparés par les Cévennes3. Ils sont donc manifestement en Transalpine, ce que confirme l’attitude de Vercingétorix en 52 av. J.-C. qui, pour attaquer la province, lance les Gabales et les tribus arvernes les plus proches contre les Helviens tandis qu’il envoie les Rutènes et les Cadurques ravager le territoire des Volques Arécomiques4. Par ailleurs, ils sont cités au côté des Volques Arécomiques pour avoir été dépossédés de terres au profit des Marseillais, événement qui remonte aux années 75 av. J.-C. (B. C., I, 35). Au Haut-Empire, ils font partie de la Narbonnaise. La mention d’Alba Heluorum dans la liste administrative de Pline pour la Narbonnaise (N. H., 3, 36) fait remonter à l’époque de l’octroi du droit latin l’existence d’un oppidum latinum de Narbonnaise autour d’Alba des Helviens (cf. De l’étude comparée...).

23La frontière avec les Arécomiques (la cité de Nîmes) est traditionnellement fixée à partir de la limite entre les évêchés de Viviers et d’Uzès, soit sur une ligne passant par la moyenne vallée du Chassezac et la basse vallée de l’Ardèche (Barruol 1969, p. 269 ; 2000, p. 11 ; Lauxerois 1983, p. 56-58 ; Dupraz, Fraisse 2001, p. 77 ; Dupraz 2003, p. 490, fig. 1) (fig. 19). Mais pour certains, les Helviens n’auraient pas été directement limitrophes des Volques Arécomiques : entre les deux seraient venues s’intercaler des communautés restées indépendantes, de droit latin, groupées autour de Saint-Vincent de Gaujac, d’une part, et du Camp de César à Laudun, d’autre part, et occupant une partie de l’ancien diocèse d’Uzès (Roth-Congès, Charmasson 1992 ; Roth-Congès 2002 ; 2003). Mais ces hypothèses (quelque discutables qu’elles puissent être, comme on le verra tout à l’heure) ne changent rien aux limites qu’on assigne aux Helviens. C’est la cité de Nîmes qui est amputée d’une partie de son territoire.

Fig. 19. La frontière entre les Helviens et les Arécomiques

Fig. 19. La frontière entre les Helviens et les Arécomiques

(Dupraz 2003, p. 490, fig. 1)

24Or, Strabon ne mentionne les ̓Ελουοί que dans le chapitre consacré à l’Aquitaine, à l’occasion du rattachement par Auguste des peuples situés entre Garonne et Loire (IV, 2, 2). Ils sont cités les premiers de la liste, qui ne comporte, du reste, que douze noms sur les quatorze annoncés au début du chapitre. La graphie ̓Ελουοί est parfaitement assurée dans les manuscrits (au contraire des autres noms de la liste), ce qui interdit de voir une confusion avec un autre peuple aquitain, en particulier les Elusates, comme le suggère Fr. Lasserre –Lasserre 1966, p. 230 ou les Bituriges Vivisques comme le supposait P.-M. Duval – Duval 1955, p. 277). C’est leur situation qui les fait mentionner en premier par Strabon. La description progresse, en effet, du Rhône vers l’Océan (c’est-à-dire du nord au sud, selon la représentation géographique de l’époque), par groupes de deux ou de trois qui se répartissent selon des lignes à peu près parallèles, comme si Strabon lisait les noms sur une carte disposée devant lui. Donc, après les Helviens, dont le territoire commence au Rhône ( ̓Ελουοὶ μὲν ἀπὸ τοῦ ̔Ροδανοῦ τὴν ἀρχὴν ἔχοντεϛ), viennent les Vellaves (Οὐελλάουοι δὲ μετὰ τούτουϛ), puis les Arvernes, les Lémoviques et les Pétrocores (εἶτα ̓Αρούερνοι καὶ Λεμοουῖκεϛ καὶ Πετροκόριοι) ; à leur suite, les Nitiobriges, les Cadurques et les Bituriges Cubes (πρὸϛ δὲ τούτοιϛ Νιτιόβριγεϛ καὶ Καδοῦρκοι καὶ Βιτούριγεϛ οἱ Κοῦβοι καλούμενοι) et, enfin, le long de l’Océan, les Santons et les Pictons (πρὸϛ δὲ τῷ ̓Ωκεανῷ Σάντονοι τε καὶ Πίκτονεϛ). Revenant au point de départ, Strabon termine par les Rutènes et les Gabales qui sont limitrophes de la Narbonnaise ( ̔Ρουτηνοὶ δὲ καὶ Γαβαλαῖϛ τῇ Ναρβωνίτιδι πλησιάζουσι).

  • 5 parem numerum Arvernis, adiunctis Eleutis, Cadurcis, Gaballis, Vellaviis, qui sub imperio Arvernoru (...)

25La situation des Helviens est claire. Ils touchent au Rhône et sont limitrophes des Vellaves. Mais, à l’époque de la guerre des Gaules, les Vellaves étaient encore rattachés aux Arvernes : οἳ προσωρίζοντο ποτε ̓Αρουέρνοιϛ (IV, 2, 2), comme le confirme César quand il évoque les contigents de l’armée de secours.5 « Maintenant », c’est-à-dire à l’époque augustéenne, ils sont indépendants : νῦν δὲ τάττονται καθʹ ἑαυτούϛ. Reste le problème des Cévennes. Pour César, les Helviens sont au sud : il insiste sur l’obstacle que représente ce massif qui les sépare des Arvernes (ce qui donne l’occasion d’un développement sur l’audace des troupes césariennes franchissant les Cévennes enneigées en 52 av. J.-C. : B. G., VII, 8). Chez Strabon, on pourrait croire, au contraire, qu’ils se situent au nord des Cévennes puisqu’ils sont mentionnés dans le chapitre consacré à l’Aquitaine et que les Cévennes ont été présentées à plusieurs reprises comme la limite de la Narbonnaise (IV, 1, 3 ; IV, 1, 11). En réalité, on sait que les Cévennes, aussi bien pour César que pour Strabon, désignent un massif montagneux qui s’étend de la Montagne Noire aux monts du Vivarais. En l’occurrence, ce sont les cols pris par la neige du Vivarais que franchissent les troupes de César en 52 av. J.-C. Les Helviens peuvent être considérés comme occupant la partie orientale des Cévennes, celle qui touche au Rhône, dans une position de marche entre le Midi et la Gaule intérieure (Dupraz 2003, p. 487). D’où la remarque liminaire de Strabon sur les peuples rattachés aux Aquitains (IV, 2, 1) :

Τετταρεσκαίδεκα Γαλατικῶν τῶν μεταξὺ τοῦ Γαρούνα κατοικούντων καὶ τοῦ Λείγηροϛ ὧν ἔνια ἐπιλαμβάνει καὶ τῆϛ τοῦ Ροδανοῦ ποταμίαϛ καὶ τῶν πεδίων κατὰ τὴν Ναρβωνῖτιν.
Les quatorze peuples habitant entre Garonne et Loire dont certains vont jusqu’à atteindre le bassin du Rhône et les plaines proches de la Narbonnaise.

26Cela vise les Helviens, d’un côté, et les Rutènes et les Gabales, de l’autre.

27Il n’y a donc pas de contradiction fondamentale entre Strabon et César sur la situation géographique des Helviens. En revanche, Strabon est le seul à mentionner leur appartenance administrative à l’Aquitaine augustéenne. La chose a été plusieurs fois relevée et certains y voient une erreur de Strabon (Desjardins 1876-1893, III, p. 165-166 ; Duval 1955, p. 227 ; Barruol 2000, p. 10) tandis que d’autres admettent que les Helviens ont pu un court laps de temps être rattachés à l’Aquitaine sans pouvoir, du reste, donner d’explication satisfaisante (Lauxerois 1983, p. 49 et 85 ; Bats 2005, p. 13, n. 2). L’erreur de Strabon est d’autant moins envisageable qu’il évoque la réforme augustéenne en deux endroits (IV, 1, 1 et IV, 2, 1), vraisemblablement d’après des sources officielles et, chaque fois, avec le même nombre de quatorze peuples. Or ce chiffre, on le sait, ne correspond pas à celui des civitates du Haut-Empire qui sont au maximum douze (si aux onze correspondant aux peuples cités par Strabon dans ce paragraphe, on ajoute les Bituriges Vivisques et qu’on exclut les Helviens – Villes et agglomérations 1992, p. 8).

28Il faut donc faire confiance à Strabon et admettre qu’à l’époque qu’il envisage, les Helviens étaient rattachés à l’Aquitaine. La chose se comprend mieux depuis que Chr. Goudineau a montré que, pour les territoires entre Rhône et Rhin, la répartition des provinces telles qu’on les connaît au Haut-Empire avait été précédée d’un état augustéen nettement différent (Goudineau 1990a, p. 166-168). J. Hiernard a proposé récemment de voir un autre exemple des hésitations de Rome en matière d’organisation administrative dans la mention de Pline rappelant que la province connue de son temps sous le nom d’Aquitanique s’était appelée auparavant Arémorique (Hiernard 2003). Le passage se situe au début de la description des trois provinces de Gaule intérieure (N. H., IV, 105) :

Gallia omnis Comata uno nomine appellata in tria populorum genera dividitur, amnibus maxime distincta. A Scalde ad Sequanam Belgica, ab eo ad Garumnam Celtica eademque Lugdunensis, inde ad Pyrenaei montis excursum Aquitanica, Aremorica antea dicta.
Toute la Gaule désignée sous le nom unique de Comata est répartie en trois sortes de peuples, séparés principalement par des fleuves : de l’Escaut à la Seine, c’est la Belgique ; de la Seine jusqu’à la Garonne, la Celtique qui est la même que Lugdunensis ; de là jusqu’à la chaîne du mont Pyréné, c’est l’Aquitanique, appelée auparavant Arémorique.

29Ce nom primitif d’Arémorique, attribué lors de la réforme de 16-13 av. J.-C., aurait été abandonné du temps même d’Auguste puisque Strabon ne le connaît plus (Hiernard 2003, p. 35). L’organisation augustéenne se confirme pour la Narbonnaise et l’Aquitaine, même si les différences sont moins marquées que pour la Lyonnaise et la Belgique : l’Aquitaine est formée de l’ancienne Aquitaine césarienne à laquelle on a ajouté quatorze peuples entre Garonne et Loire, dont les Helviens. Que Strabon n’en cite que douze en IV, 4, 2 est une autre affaire (souvent interprétée comme une erreur de Strabon sans grande conséquence – Duval 1955, p. 227). Visiblement, il sait qu’il y en a quatorze mais il ne sait pas exactement lesquels, ce qui veut dire qu’il a puisé les informations à deux sources différentes. Passons. Ce n’est que plus tard, comme pour la Belgique et la Lyonnaise (donc sans doute sous le règne de Tibère : Goudineau 1990a, p. 169), que l’Aquitaine aurait pris son visage définitif et la Narbonnaise aurait récupéré la ou les cités un temps rattachées à une autre province.

30On n’ira pas plus loin ici en réservant de plus amples développements pour une future étude sur l’Aquitaine. Mais on retiendra que, pour Strabon, les Volques Arécomiques s’étendent bien vers le nord jusqu’aux Cévennes. Ils sont limitrophes des Helviens lesquels occupent les massifs montagneux et une partie des plaines touchant au Rhône mais, administrativement, sont rattachés à l’Aquitaine.

La limite occidentale et la question de Narbonne

31À l’ouest, selon Strabon, les Arécomiques n’atteignent pas les Pyrénées. L’expression utilisée est : il y a d’autres peuples « qui bordent les Arécomiques jusqu’aux Pyrénées » παρακείμενα τοῖϛ  ̓Αρηκομίσκοιϛ μέχρι Πυρήνηϛ. En soi, le verbe παρακείμαι signifie « border, s’étendre à côté » et donc, ne préjuge pas d’une direction particulière. C’est pourquoi, cette expression a donné lieu à des interprétations diverses. Ainsi, on a suggéré que les Arécomiques pouvaient occuper l’espace du Languedoc actuel de manière discontinue, « puisque s’y intercalent des peuplades peu importantes apparemment distinctes des Volques Arécomiques » eux-mêmes (Ugolini, Olive 2003, p. 297). On a également émis l’hypothèse que les peuples en question pourraient désigner (entre autres) ceux qui occupaient les établissements de Saint-Vincent, à Gaujac ou du Camp de César, à Laudun (Gard), l’un et l’autre situés au nord d’Avignon et à proximité du Rhône (à partir de quoi, comme on vient de le voir, on supposait que le territoire de la cité de Nîmes ne s’étendait pas jusqu’à celui des Helviens : Roth-Congès, Charmasson 1992, p. 58 ; Roth-Congès 2003, p. 553).

32Dans l’un et l’autre cas, l’interprétation se heurte au contexte. La place de la remarque de Strabon, en fin de paragraphe, ainsi que l’ordre de la description, progressant toujours d’est en ouest, et, surtout, la précision apportée par μέχρι Πυρήνηϛ, font bien comprendre que les « autres peuples petits et obscurs » ne peuvent être que ceux qui s’étendent à l’ouest du territoire des Arécomiques, jusqu’aux Pyrénées, et que le territoire de ces derniers est continu. Il n’y a donc pas de contradiction interne avec la mention de Narbonne comme on le croit parfois (Mauné 2003, p. 293-294).

Fig. 20. Le Narbonnais

Fig. 20. Le Narbonnais

(CNRS-UMR 5140)

33Où faire passer la frontière entre ces « petits peuples et les Arécomiques »? Le seul point d’accrochage est Narbonne (fig. 20). Du point de vue de Strabon, la ville appartient aux Arécomiques.

Τούτων δ' ἐπίνειον ἡ Νάρβων λέγεται, δικαιότερον δ' ἂν καὶ τῆϛ ἄλληϛ Κελτικῆϛ λέγοιτο· τοσοῦτον ὑπερβέβληται τῷͅ πλήθει τῶν χρωμένων τῷ ἐμπορίῳ.
C’est à eux qu’appartient, dit-on, le port de Narbonne mais la justice voudrait qu’on précise qu’il appartient aussi au reste de la Celtique tant il l’emporte par le nombre de ceux qui fréquentent l’emporion. (IV, 1, 12)

34La formule initiale peut paraître de prime abord ambiguë : le λέγεται – « dit-on » – pourrait laisser planer un doute sur cette attribution. Cependant, il faut le prendre comme un effet de style et l’expression doit se comprendre par opposition avec ἂν λέγοιτο dans la suite de la phrase : « on dit que / on ferait mieux de dire que ». On pourrait s’étonner aussi que la ville ait fait l’objet d’une description dans un passage précédent, lors de la description du littoral entre Marseille et les Pyrénées (IV, 1, 6). C’est que, quoique placée légèrement en arrière de la côte, sur un étang, Narbonne apparaît toujours comme une ville du littoral. Elle sert, d’ailleurs, de point de repère constant, comme en témoigne le nombre d’occurrences dans la Géographie (25, dont 5 au livre II). Ajoutons, pour enfoncer le clou, que Strabon parle suffisamment de Narbonne, des Volques Arécomiques et des Volques Tectosages pour que l’erreur ne soit pas possible.

35Il faut bien admettre que les Arécomiques occupent tout le Languedoc jusqu’à la vallée de l’Aude (au moins) et que plus à l’ouest, jusqu’aux Pyrénées, il n’y a que des petits peuples. Donc pas les Tectosages. Occupons nous d’abord de ces derniers. Nous reviendrons ensuite à la question de Narbonne et de la limite occidentale des Arécomiques.

Le territoire des Tectosages

36Le territoire qu’occupent les Tectosages est décrit très brièvement, au début d’un long développement qui concerne essentiellement leur histoire (et sur lequel on reviendra tout à l’heure : cf. infra, p. 191-207). Après le développement sur la voie Domitienne qui clôt le chapitre sur les Arécomiques, Strabon évoque d’abord la situation des peuples qui occupent le piémont du Mont Cemmène (IV, 1, 12) puis celle des Tectosages eux-mêmes (début de IV, 1, 13).

37Aucune indication n’est donnée par Strabon sur leurs limites avec les Arécomiques qu’il faut donc déduire de la notice précédente, ce dont on aura à reparler. Leur situation est présentée par rapport aux limites nord et ouest, représentées respectivement par le Cemmène et les Pyrénées. Il faut garder ici le terme « Cemmène » transcrit du grec pour rendre compte de l’absence de correspondance exacte entre le massif désigné par ce mot chez Strabon et ce que nous appelons Cévennes aujourd’hui : comme on l’a dit, il s’agit de toute une série de hauteurs qui vont de la Montagne Noire aux monts du Vivarais.

38Première indication donnée par Strabon. Les Tectosages ne sont pas les seuls à occuper le piémont et les pentes du Mont Cemmène. Il y a, à côté d’eux, d’autres peuples (ils ne sont pas nommés) dont il parlera plus tard :

Πρὸϛ δὲ τὸ Κέμμενον ὄροϛ συνάπτοντεϛ, ἐπιλαμβάνοντεϛ δὲ καὶ τὸ νότιον πλευρὸν αὐτου μέχρι των ἀκρωτηρίων οἰκοῦσι τῶν τε Ὀυολκῶν οἱ Τεκτόσαγεϛ καλούμενοι καὶ ἄλλοι τινέϛ. Περὶ μὲν οὖν των ἄλλων ἐροῦμεν ὕστερον.
Enfin, limitrophes du Mont Cemmène dont ils occupent également le versant méridional jusqu’aux crêtes, habitent ceux des Volques qu’on appelle Tectosages ainsi que quelques autres, dont nous parlerons ultérieurement.
(IV, 1, 12)

39Le « plus tard » renvoie au début du chapitre consacré à l’Aquitaine. Strabon y précise que l’Aquitaine (au sens césarien du terme) se compose d’une vingtaine de peuples, « petits et obscurs » dont la plupart sont riverains de l’Océan mais certains s’étendent vers le Cemmène :

(...) τὰ δὲ εἰϛ τὴν μεσόγαιαν καὶ τὰ ἄκρα τῶν Κεμμένων ὀρῶν μέχρι Τεκτοσάγων ἀνέχοντα.
les autres (s’étendent) vers l’intérieur des terres et les crêtes des Monts Cemmènes jusqu’au territoire des Tectosages. (IV, 2, 1)

40Ce sont bien les ἄλλοι τίνεϛ cités plus haut. Mais il ne donne pas encore leur nom : il faudra attendre quelques lignes plus bas pour apprendre qu’il s’agit des Convènes et des Ausques :

̓Η δὲ μεσόγειοϛ καὶ ὀρεινὴ̀ βελτίω γῆν ἔχει, πρὸϛ μὲν τῇ Πυρήνῃ τῶν Κονουενῶν (...)· καλὴ δὲ καὶ ἡ τῶν Αὐσκιῶν.
À l’intérieur et dans la région montagneuse, on trouve une meilleure terre, d’abord, vers la Pyrénè, celle des Convènes (…) ; puis la belle région des Ausques. (IV, 2, 1)

41Μεσόγειοϛ et ὀρεινή sont un écho direct à μεσόγαιαν καὶ τὰ ἄκρα τῶν Κεμμένων ὀρῶν.

42Il est donc exclu que le territoire des Tectosages ait pu englober celui des Convènes, comme l’a proposé M. Labrousse qui ne fait pas le rapprochement entre les deux passages de Strabon (Labrousse 1968, p. 90-91). Quant aux Consoranni que M. Labrousse envisage avec les Convènes, la question, on le sait, est plus complexe dans la mesure où Pline cite à deux endroits différents, deux noms assez voisins mais non identiques. D’une part, les Consuarani dans l’exposé géographique de la Narbonnaise, sous la forme : In ora regio Sordonum intusque Consuaranorum (N. H., 3, 32). D’autre part, les Consoranni dans la liste des peuples de l’Aquitaine (qui correspond à l’Aquitaine augustéenne : N. H., IV, 108). L’ordre de l’énumération au Livre III place les Consuarani près des Pyrénées : ce sont les premiers cités. Quant aux Consoranni, ils sont mentionnés entre les Toruates et les Auscii dans la liste des peuples situés « en-dessous » (infraque) après la mention du saltus Pyrenaeus. Mais l’ordre de l’énumération de Pline décourage depuis toujours les commentateurs. On s’en remet généralement à l’étude de P.-M. Duval dont les hypothèses (parfois bien audacieuses) sont toujours basées sur une représentation cartographique actuelle (Duval 1955, p. 217-218 et 219, fig. 2 ; Gardes 2002, p. 51 ; Bost et al. 2005, p. 25, n. 67).

43On a l’habitude de considérer qu’il s’agit du même peuple, situé dans la région du Couserans (fig. 21) à laquelle il aurait donné son nom (Lizop 1931 ; Duval 1955, p. 220 ; Barruol 1980, p. 29, n. 7 ; Sablayrolles 2002, p. 315-316 ; Zehnacker 2004, p. 127). La graphie pour l’une et l’autre forme étant bien assurée dans les manuscrits, il faut imaginer une erreur de copiste (déformant Consoranni en Consuarani) ou deux transcriptions différentes renvoyant donc à des sources distinctes chez Pline entre l’exposé géographique du Livre III et la liste des peuples d’Aquitaine au Livre IV. Mais cela n’est pas prouvé. Reste la question du doublet. On explique généralement la duplication plinienne par le fait que les Consoranni auraient d’abord été rattachés à la Narbonnaise (comme les Convènes) avant de passer à l’Aquitaine. Pline, utilisant des sources plus anciennes pour la Narbonnaise que pour l’Aquitaine, aurait répété le nom du même peuple deux fois. R. Sablayrolles a proposé récemment une autre hypothèse. Les Consoranni ou Consuarani auraient fait l’objet d’une partition au moment de la réorganisation augustéenne : une fraction aurait été rattachée à l’Aquitaine pour former ensuite une civitas à part entière tandis que l’autre aurait continué de dépendre de la Narbonnaise, englobée dans la civitas de Toulouse. Dans cette perspective, la civitas des Consoranni d’Aquitaine ne daterait pas du Haut-Empire, comme on le présente généralement, mais serait à mettre au compte de la réforme de Dioclétien (Sablayrolles 1996, p. 41-43). Même si cette hypothèse ne repose sur aucun autre argument que l’absence de la mention des Consoranni chez Ptolémée (ce qui, on l’a vu, ne saurait être décisif dans la mesure où la géographie de Ptolémée n’est absolument pas une géographie administrative), elle permet de résoudre la contradiction plinienne. À ceci près, cependant, que la situation géographique des Consuarani de Narbonnaise chez Pline paraît toujours trop méridionale (Barruol 1980, p. 29, n. 7). Poussons donc le raisonnement suivi par R. Sablayrolles jusqu’au bout. Si les Consoranni d’Aquitaine sont bien ceux qui formeront ensuite la civitas du Haut-Empire (ou du Bas-Empire) dans le Couserans, pourquoi penser à une partition et ne pas admettre qu’il s’agit d’un peuple différent des Consuarani, situés, eux, en arrière du littoral méditerranéen ? On rangerait ainsi ces derniers parmi les « petits peuples obscurs » à l’ouest des Arécomiques jusqu’aux Pyrénées, où ils auraient, du reste, toute leur place avec les Sordones.

Fig. 21. La situation des peuples du sud-ouest dans la représentation traditionnelle

Fig. 21. La situation des peuples du sud-ouest dans la représentation traditionnelle

(CNRS-UMR 5140)

44Dans tous les cas, il ne peut être question de les rattacher aux Tectosages à l’époque envisagée par Strabon comme le propose M. Labrousse : soit ils font partie de l’Aquitaine soit ils sont aux confins de la Narbonnaise et des Arécomiques. En fait, l’habitude qu’on a de lier le sort des Convènes à celui des Consoranni, s’explique pour des raisons qui tiennent à la géographie (et à l’historiographie) modernes. Cela ne correspond pas à la réalité antique. Il faut, en revanche, rapprocher Convènes et Ausques, comme y invite Strabon qui associe situation géographique et statut politique : l’un et l’autre peuple est en marge de la Narbonnaise, dispose de bonnes terres et jouit du droit latin (depuis Auguste). S’il y a une zone tampon à rechercher entre la Narbonnaise et l’Aquitaine, c’est bien celle-là.

45Donc la situation des Tectosages est loin d’être aussi imprécise qu’on le croit (Gardes 2003, p. 50). Ils sont au nord des Arécomiques, ne touchent pas les Pyrénées (ils se contentent de les avoisiner : τῇ Πυρήνῃ πλησιάζουσιν) et débordent légèrement sur le versant nord du Cemmène où ils ont comme voisins les Convènes, du côté des Pyrénées, et les Ausques, vers l’intérieur des terres.

46De l’autre côté de la Garonne, les Rutènes et les Gabales sont voisins de la Narbonnaise :

̔Ρουτηνοὶ δὲ καὶ Γαβαλεῖϛ τῇ Ναρβωνίτιδι πλησιάζουσι.
Quant aux Rutènes et aux Gabales, ils avoisinent la Narbonnaise. (IV, 4, 2)

47Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont limitrophes des Tectosages eux-mêmes. On penserait plutôt le contraire. On trouve une présentation identique chez Pline qui termine l’énumération des peuples d’Aquitaine par ceux qui touchent à la Narbonnaise :

Rursus Narbonnensi provinciae contermini Ruteni, Cadurci, Nitiobroges Tarneque amne discreti a Tolosanis Petrocori :

En revenant sur nos pas, on trouve, limitrophes de la province de Narbonnaise, les Rutènes, les Cadurques, les Nitiobroges ainsi que les Pétrocores qui sont séparés des Tolosani par le fleuve Tarn. (N. H., IV, 19).

48Laissons de côté les difficultés posées par la situation des Pétrocores par rapport aux Tolosani et les restitutions audacieuses qu’elles ont suscitées (Duval 1955, p. 221-223, Bost et al. 2005, p. 25 et n. 68), pour ne nous occuper que des limites des Tectosages. Pour Pline comme pour Strabon, la limite orientale semble être l’axe de la Garonne.

49Donc, à suivre Strabon, tout porte à croire que le territoire des Tectosages est relativement limité : au nord des Arécomiques, jusqu’aux abords des Pyrénées, au Cemmène et à la Garonne.

La partie occidentale de la Narbonnaise : Arécomiques ou Tectosages ?

50Cependant cela ne correspond pas à l’idée qu’on se fait traditionnellement de leur territoire. En effet, on a l’habitude d’attribuer la zone qui va du Rhône jusqu’à l’Hérault aux Arécomiques et celle qui va de l’Hérault aux Pyrénées aux Tectosages, en étendant le territoire des seconds au détriment de celui des premiers (fig. 21). Mais cette restitution se fonde d’abord sur l’état du Haut-Empire et ne préjuge en rien de l’organisation antérieure. On sait que celle-ci a été bouleversée dans cette zone soit par l’installation des colonies de Béziers et Narbonne, soit par le découpage en civitates qui crée de nouvelles entités territoriales, comme celle de Lodève. C’est justement toute la zone des « frontières » potentielles des Arécomiques de l’Indépendance qui a ainsi disparu, gommée par les réformes césaro-augustéennes. Pour cette période, le témoignage de Pline est inutilisable. La mention de Nîmes, de Toulouse et de Carcassonne dans ce qu’on a appelé plus haut l’exposé administratif (la liste des oppida latina) n’est d’aucun secours. Quant à l’exposé géographique, il ne mentionne que la regio Volcarum Tectosagum sans rien dire des Arécomiques (N. H., 3, 33) et dans un ordre qui étonne : la regio des Tectosages est citée après Agde (et donc Narbonne) et avant le Rhône. On n’a pas plus de chance avec Pomponius Mela qui énumère les cités les plus riches de la Narbonnaise et termine par la plus prestigieuse, Narbonne, sans préoccupation géographique :

Vrbium quas habet opulentissimae sunt Vasio Vocontiorum, Vienna Allobrogum, Avennio Cavarum, Arecomicorum Nemausus, Tolosa Tectosagum, Secundanorum Arausio, Sextanorum Arelate, Septimanorum Beterrae. Sed antestat omnis Atacinorum Decimanorumque colonia, unde olim his terris auxilium fuit, nunc et nomen et decus est Martius Narbo.
Des villes qu’elle [la Narbonnaise] comporte, les plus riches sont Vaison des Voconces, Vienne des Allobroges, Nîmes des Arécomiques, Toulouse des Tectosages, Orange des soldats de la Deuxième [légion], Arles de ceux de la sixième, Béziers de la Septième. Mais celle qui les dépasse toute est la colonie des Ataciniens et de soldats de la Dixième, celle qui assura jadis la protection de ce territoire, celle qui lui donne aujourd’hui son nom et en fait la gloire : Narbonne de Mars. (II, 75)

51Le texte célèbre de César que nous avons déjà évoqué à propos des Helviens n’est pas davantage explicite. Pour empêcher les troupes ennemies d’envahir la province, César part pour Narbonne :

(…) praesidia in Rutenis provincialibus, Volcis Arecomicis, Tolosatibus circumque Narbonem (…) constituit
il place des détachements chez les Rutènes provinciaux, les Volques Arécomiques, les Tolosates et autour de Narbonne. (VII, 7).

52Narbonne est présentée sans référence directe aux Volques Arécomiques ni aux Tectosages qui ne sont, du reste, pas mentionnés : n’existent que les Tolosates. Rien de plus normal. Toulouse et Narbonne abritent des citoyens romains. Ce ne sont pas les Volques Arécomiques ou Tectosages que défend César mais la Province et les Romains qui y sont établis. On ne verra donc dans la formulation qui a souvent déconcerté qu’une manière pour César de montrer qu’il fait son devoir, en défendant les intérêts du peuple romain. On ne saurait en tirer une quelconque information sur la situation de Narbonne.

53J.-L. Fiches a cru voir dans le commentaire que fait M. Christol de ce passage la confirmation de l’appartenance de Narbonne, ou tout au moins de ses abords immédiats au territoire des Volques Arécomiques (Fiches 2002, p. 124). M. Christol, en effet, interprète l’énumération en termes stratégiques : César évoquerait d’abord l’axe central de la défense (les Rutènes provinciaux) puis le flanc droit (les Volques Arécomiques) et le flanc gauche (les Tolosates) avant de revenir sur le centre, en arrière (Narbonne) (Christol 1998, p. 214-215). Du même coup, on serait fondé à penser que les Volques Arécomiques pouvaient s’étendre jusqu’aux portes de Narbonne. Quelle que soit l’ingéniosité du commentaire de M. Christol, il est difficile d’utiliser cette démonstration dans la mesure où il n’est pas question des Tectosages mais des Tolosates et que placer les Volques Arécomiques à l’est de Narbonne n’en donne pas pour autant les limites. Ajoutons également que l’énumération de César peut se comprendre en termes rhétoriques comme une gradation (on sera sensible, de ce point de vue, à la nuance entre « Tolosates » et « Narbonne » : César ne parle jamais des Narbonnais !).

54Il ne reste donc que le témoignage de Ptolémée qui range Narbonne parmi les villes des Tectosages, dernière de la liste après Illiberis, Ruscino, Toulouse, Cessero, Carcassonne et Béziers (II, 10, 6). On a déjà dit avec quelle prudence il fallait prendre les noms des peuples qui servent de cadre à la liste des villes de l’intérieur des terres chez Ptolémée : ils ne correspondent à aucune logique administrative de son époque (celle des civitates) pas plus qu’ils ne traduisent la réalité d’une organisation politique antérieure à la conquête (cf. supra, p. 88-89).

55Dans beaucoup de cas, cependant, le débat chez les commentateurs modernes se résume à Strabon versus Ptolémée. Tous les points de vue sont représentés. À une extrémité, se trouve M. Clavel-Lévêque. Considérant que le témoignage de Strabon ne peut être retenu parce qu’il aboutirait à une géographique ethnique aberrante, elle se range derrière Ptolémée. Elle fixe la limite entre Tectosages et Arécomiques entre l’Hérault et le Rhône, autour de l’étang de Thau, frontière occidentale de la cité de Nîmes au Haut-Empire, et attribue ainsi tout le territoire de la future colonie de Béziers aux Tectosages (Clavel 1970, p. 132-134 ; Mauné 2003, p. 293). M. Labrousse reste plus hésitant, proposant un morcellement important des rivages du Bas-Languedoc qu’attesterait en particulier la diversité des monnaies émises (Labrousse 1968, p. 90-91). Même prudence chez M. Gayraud dans sa synthèse sur Narbonne. Reconnaissant « l’incertitude des sources » (qui placent en ballottage Strabon et Ptolémée, avec, selon lui, un léger avantage au premier), il souligne qu’on peut adopter la solution tectosage parce que « faire de Narbonne le port des Arécomiques est aberrant dans la mesure où c’est le débouché naturel de la voie d’Aquitaine et des Tectosages » (Gayraud 1981, p. 107-108) et finit par choisir une voie médiane où Narbonne, ni arécomique ni tectosage, à la « limite de deux fédérations importantes », traduirait un morcellement politique de la région audoise et roussillonnaise (Gayraud 1981, p. 107-108). J.-L. Fiches balance entre un territoire limité à l’Hérault (Fiches 1998, p. 239 ; Fiches, Garmy 1982, p. 81-82) et une extension jusqu’à l’Orb, englobant le territoire de la future colonie de Béziers (Fiches 2002a, p. 124), idée que défendait déjà C. Jullian (Jullian 1920-1926 [1993], p. 661). Enfin, à l’autre extrémité, G. Barruol défend, après H. Gallet de Santerre et, dans une moindre mesure, J. Jannoray, l’idée d’une extension des Arécomiques jusqu’à Narbonne, au moins (Jannoray 1955, p. 405 ; Gallet de Santerre 1967, p. 59 ; Barruol 2002, p. 10).

56En fait, l’attribution aux Tectosages du territoire que Strabon donne aux Arécomiques repose d’un côté, sur l’idée qu’on se fait de la limite occidentale des Arécomiques et, de l’autre, sur l’idée qu’on se fait de l’extension du territoire des Tectosages vers l’est. Dans le premier cas, on s’appuie sur l’hypothèse des migrations celtiques (Volques) et le rôle de frontière joué par l’Hérault, dans le second, sur le monnayage attribué aux Tectosages.

Les migrations volques

57Pour les chercheurs des années soixante et soixante-dix (et même un peu plus tard), la question de la répartition des territoires entre les Arécomiques et les Tectosages a toujours été envisagée dans une perspective plus large, celle de l’installation des Volques en Gaule méridionale, c’est-à-dire les migrations celtiques du III e s. av. J.-C., phénomène qui constituait, depuis C. Jullian, un dogme que personne ne remettait en cause. Les discussions portaient alors sur la chronologie (haute ou basse) de leur installation définitive et les modalités de prise de contrôle de leurs nouveaux territoires. D’où la question des rapports avec les peuples « non Celtes » antérieurs, Ibères, Ligures, Élisyques. Il s’agissait, en particulier, de savoir si on pouvait faire coïncider la frontière entre Ibères et Ligures, que l’on fixait, en se fondant sur Avienus (Ora maritima, 612-614) entre l’Hérault et l’étang de Thau, avec la limite entre Arécomiques et Tectosages (Jannoray 1955, p. 378 ; Benoit 1965, p. 172 ; Clavel-Lévêque 1970, p. 133). L’autre sujet de discussion concernait la distinction entre Arécomiques et Tectosages au sein des Volques. S’agissait-il d’une association (ou fédération) de plusieurs tribus autour de deux des peuples les plus puissants incapables de s’unir comme le pensait C. Jullian (Jullian 1920-1926 [1993], p. 408-410), et à laquelle « les exigences de l’organisation romaine » auraient donné une réalité administrative (Jannoray 1955, p. 405) ? Ou bien, fallait-il envisager une « unité originelle de la nation volque » que le pouvoir romain aurait rompue après la conquête, en la divisant en deux groupes dans le but « de briser la résistance des peuples conquis, particulièrement les plus puissants, en ruinant l’autorité fédérale » (Clavel-Lévêque 1970, p. 132) ?

58En fait, tout repose sur ce postulat initial des migrations celtiques au III e s. av. J.-C. Si on l’abandonne, comme on a tendance à le faire aujourd’hui, les discussions évoquées plus haut n’ont plus de raison d’être (et peuvent être reprises sur de nouvelles bases, comme on l’a vu à propos des Ligures/Ligyens : cf. étude 5).

59D’une certaine manière, ce cadre de pensée « migrationniste » n’a pas totalement disparu et l’on voit encore, dans des publications récentes, poser la question d’une création romaine de l’entité arécomique et donc d’une division des Volques originellement unis en deux groupes distincts (Fiches 2002a, p. 125). On invoque, comme argument principal, l’absence de mention des Arécomiques et des Tectosages dans les textes qui relatent les événements antérieurs à la conquête. Mais c’est oublier deux choses. Premièrement, que les textes en question sont postérieurs à la conquête (et pas forcément fiables, comme on l’a suggéré pour celui de Tite-Live). En second lieu, que le nom de Tectosages se rencontre pour des événements bien plus anciens (comme le sac de Delphes en 278 av. J.-C. ainsi que le rapporte Strabon –IV, 1, 13– en suivant une source non indiquée précisément mais qui pourrait être Timagène : cf. Les peuples et leur histoire...). Il s’agit bien davantage d’habitudes dans la dénomination que de la volonté de rendre compte d’une réalité politique ou administrative. Ainsi, les Arécomiques sont désignés par VOLC AREC sur la série bien connue des monnaies du I er s. av. J.-C. alors que l’inscription célèbre de Titus Carisius trouvée à Avignon et dont un autre exemplaire vient d’être découvert tout récemment (Christol et al. 2005-2006) ne mentionne que des Volques (praetor Volcarum) pour la fin de l’époque républicaine et le début de l’époque augustéenne (Christol, Goudineau 1988, p. 93).

60Or, pour les Tectosages, il semble qu’on ait affaire au phénomène inverse, c’est-à-dire à l’effacement du nom des Tectosages au profit de celui des territoires qu’ils contrôlent et, principalement Tolosa. M. Labrousse se demandait si Tolosates et Tectosages étaient équivalents ou si les premiers ne représentaient qu’une fraction des seconds (Labrousse 1968, p. 90). Et, comme on le verra dans un instant, on a joué sur cette double appellation pour tenter de résoudre des problèmes d’attribution de frappes monétaires. En réalité, il y a une évolution chronologique évidente. Si Strabon parle encore de Tectosages, c’est parce qu’il emprunte, comme on le verra (cf. infra p. 191-193), une grande partie de son développement à Poseidonios. Mais, chez César, on ne trouve que Tolosa (B.G., III, 20) et des Tolosates (B.G., I, 10 ; VII, 7). Les Volcae Tectosages mentionnés en VI, 24 sont en Germanie. Chez Pline, ce sont principalement des Tolosani (Tectosagum seul se rencontre dans l’exposé géographique –N. H., III, 33– avec la difficulté qu’on a déjà signalée : cf. supra p. 160). On peut faire remonter l’usage à Cicéron qui, dans le Pro Fonteio mentionne Tolosa (chap. 8) mais non les Tectosages (les Volcarum du chap. 11 doivent être compris comme les Arécomiques). Plus tard, le même Cicéron parlera de l’affaire de l’or de Toulouse, auri Tolossani (De Natura deorum, III, 74) mais non de « l’or des Tectosages ». Il est difficile, dans ce cas, de considérer les Tolosates (à l’instar d’autres peuples, tels les Longostalètes, par exemple) comme des peuples connus à l’époque pré-romaine et qui auraient disparu ensuite des annales (Py 2006, p. 1168). En tout cas, voilà un argument supplémentaire contre l’hypothèse d’une division entre Arécomiques et Tectosages postérieure à la conquête et résultant d’un calcul politique de Rome. C’est, bien au contraire, après la conquête que les Tectosages perdent progressivement leur identité ethnique ne laissant subsister que celle des Arécomiques. Le nom des Tectosages chez Strabon est presque un archaïsme.

L’Hérault et les Élisyques

61Le deuxième argument est le rôle joué par l’Hérault, souvent présenté comme une frontière forte et qui sert à délimiter des domaines culturels qui se mettent en place à date haute. Ainsi, M. Py fait remonter à la transition entre le premier et le second âge du Fer la mise en place des trois domaines culturels principaux dans Midi : le domaine ibéro-languedocien (des Pyrénées à l’ouest de l’Hérault), le domaine rhodanien (Languedoc oriental et Provence occidentale) et, enfin, le domaine ligure (Provence centrale et orientale) (Py 1993, p. 31-38 et 39, fig. 3) (fig. 22). Ces domaines se maintiendront jusqu’à la fin du second âge du Fer. Cette continuité culturelle affirmée dès le V e s. av. J.-C. a été, on le sait, un des principaux arguments pour réfuter l’idée des migrations celtiques en Gaule méridionale au III e s. av. J.-C. Pour les périodes anciennes, on s’appuie également sur les textes, et particulièrement, Avienus à partir de l’exemple des Élisyques. L’argumentation est moins convaincante qu’il n’y paraît d’abord.

Fig. 22. Les grands domaines culturels du Midi de la Gaule à la transition de l’âge du Fer I et de l’âge du Fer II selon M. Py

Fig. 22. Les grands domaines culturels du Midi de la Gaule à la transition de l’âge du Fer I et de l’âge du Fer II selon M. Py

(D’après Py 1993, p. 39, fig. 3) DAO P. Thollard.

62La question de l’identité du peuple des Élisyques et de la localisation de leur territoire est discutée depuis longtemps. Il y a quelques années, on a proposé de mettre en rapport ce peuple et ce qu’on a appelé la culture du « Grand Bassin I ». Cette culture a été mise en évidence à partir des travaux sur Mailhac et Agde (Louis, Taffanel 1960 ; Nickels, Marchand, Schwaller 1989 ; Nickels 1990). Son extension géographique a été assez bien définie (Janin 2002, p. 110, fig. 2) (fig. 23). Partant de l’idée que la zone géographique identifiée par la répartition des ensembles funéraires du type Grand Bassin I couvrait le territoire attribué traditionnellement aux Élisyques, A. Nickels avait avancé l’idée que la société du Grand Bassin I était celle des Élisyques (Nickels, Marchand, Schwaller 1989, p. 453). La thèse a été reprise récemment à partir de l’idée que la société du Grand Bassin I apparaît, d’après les assemblages funéraires, comme une société très hiérarchisée et correspondrait bien à l’image qu’en donnent les textes antiques (Janin 2002 ; Janin et al. 2003). On en a même fait un exemple rare de « coïncidence entre plusieurs espaces sociaux…où une entité politique (le royaume des Élysiques) vient recouper une aire linguistique (d’expression ibère) et une aire culturelle définie aussi bien par un style de céramique qu’un ensemble de rites funéraires » (Bats 1999, p. 417 ; Fiches 2002a, p. 126, n. 11).

Fig. 23. L’extension de la culture du Grand Bassin I : carte de répartition des nécropoles et des habitats

Fig. 23. L’extension de la culture du Grand Bassin I : carte de répartition des nécropoles et des habitats

(Janin 2002, p. 110, fig. 2).

63Depuis la première mention par A. Nickels, on bute sur l’impasse chronologique puisque les textes citant les Élisyques remontent au mieux au V e s av. J.-C. (pour la source directe qu’est Hérodote : ils sont nommés comme tels pour des événements se déroulant en 480 av. J.-C.) alors que le « faciès » culturel du Grand Bassin I est situé entre le début du VII e s. av. J.-C. et le premier quart du VI e s. av. J.-C., date où on s’accorde à placer le début du « faciès » du Grand Bassin II. Cette discordance, toujours signalée (Janin 2002, p. 114 ; 2003, p. 252), n’empêche cependant pas les chercheurs de continuer à proposer l’équivalence territoire des Élisyques/ Grand Bassin I (Janin 2002, p. 115 ; 2003, p. 252). Mais au-delà de cette discordance chronologique, le problème se pose du territoire attribué « traditionnellement » aux Élisyques. La question n’est pas celle de la situation générale, sur laquelle il n’y a guère de doute, mais sur l’extension. À cet égard, la seule source utilisable est celle de l’Ora maritima d’Avienus. En effet, ni Hérodote ni Stéphane de Byzance n’apportent de précision sur les limites de leur territoire. Le premier les mentionne simplement dans la liste des mercenaires engagés par le tyran Térillos et qui combattirent dans la bataille d’Himère en 480 av. J.-C. :

Φοινίκων καὶ Λιβύων καὶ ̓Ιβήρων καὶ Λιγύων και ̓Ελισύκων καὶ Σαρδονίων καὶ Κυρνίων τριήκοντα μυριάδαϛ.
il engagea une armée de trois cents mille hommes, Phéniciens, Libyens, Ibères, Ligyens, Élisyques, Sardoniens et Kyrniens (Histoire, VII, 165).

64Le second les cite, d’après Hécatée, comme « un peuple des Ligyens » :

ἔθνοϛ Λιγύων (Ethnica, s.v.).

65Voici le texte d’Avienus. Le texte est celui de l’édition Villalaba i Varneda (1986) qui respecte le plus la leçon des manuscrits et s’éloigne en cela de l’édition d’A. Berthelot que reproduisent tous les commentateurs. En fait, l’édition de Berthelot est largement tributaire des lectures antérieures (particulièrement celle de Schulten), dont les restitutions ne nous apparaissent aujourd’hui pas toujours justifiées. Ainsi, au v. 579 on gardera eripit au lieu de la correction repit qui n’ajoute rien. De même, au v. 591, on conservera cassa (« vaine, sans fondement, inconsistante ») au lieu de la proposition casca (« ancienne ») qui ne s’impose pas non plus (mais qui change le sens du vers !).

<litus dehinc>

sinuatur alto et propria per dispendia

caespes cavatur, eripit unda largior

580

molesque multa gurgitis distenditur.

Tris namque in illo maximae stant insulae

saxisque duris pelagus interfunditur.

nec longe ab isto caespitis rupti sinus

alter dehiscit insulasque quattuor

585

(at priscus usus dixit has omnis Piplas)

ambit profundo. Gens Elesycum prius

loca haec tenebat atque Naro civitas

erat ferocis maximum regni caput.

Hic salsum in aequor amnis Attagus ruit

590

Heliceque rursus hic palus iuxta. Dehinc

Besaram stetisse fama cassa tradidit.

At nunc Heledus, nunc et Orobus flumina

vacuos per agros et ruinarum aggeres

amoenitatis indices priscae meant.

66« [à partir de là, le rivage] s’incurve vers la haute mer et la terre est creusée d’espaces ouverts durablement à la mer ; l’eau les occupe largement et le flot abondant s’étend en bouillonnant. Là se dressent trois très grandes îles et la mer coule entre les rochers durs. Non loin de celui-ci s’ouvre un deuxième golfe entaillé dans la terre : il entoure de flots quatre îles (qu’une habitude ancienne nommait toutes Piplae). La nation des Élisyques occupait avant ces lieux et Naro était l’immense capitale d’un royaume belliqueux. Voici le fleuve Attagus qui se déverse dans l’étendue salée et voici, juste en arrière, l’étang Hélice.

67Plus loin s’élevait Besara, comme le rapportait une tradition peu sûre. Mais maintenant l’Heledus, mais maintenant l’Orobus, ces fleuves coulent parmi les champs déserts et les monceaux de ruines, vestiges de la beauté du temps passé. »

68Le passage commence par une lacune qui le sépare de la description précédente concernant les Sordes, d’où la restitution proposée depuis <litus dehinc>, mais qui n’est qu’une restitution. Quelle qu’elle soit, cette lacune n’est pas un obstacle à la compréhension des vers qui suivent. Les vers 578-586 sont la description du littoral au nord d’un point qui marque l’inflexion du rivage vers l’ouest (sinuatur alto) et qu’on identifie sans peine au cap Leucate : on y reconnaît la région de Narbonne. Avienus mentionne deux vastes étangs ou, plus exactement, des golfes s’enfonçant dans la terre (caespes cavatur … caespitis rupti sinus) proches l’un de l’autre (nec longe ab isto) dont l’un abrite trois îles et l’autre quatre. L’identification des deux golfes et des îles a suscité depuis longtemps des débats dont M. Gayraud a fait la synthèse la plus claire (Gayraud 1981, p. 49-67). On hésite entre deux hypothèses, en admettant dans les deux cas qu’à l’époque envisagée par la description d’Avienus, le cordon littoral n’était pas encore formé et que les étangs n’étaient pas encore constitués en tant que tels (fig. 24). Pour les uns, le premier golfe serait la zone de l’actuel étang de Leucate et de Lapalme et le second les étangs de Narbonne, Bages et Sigean : c’est la position de M. Gayraud (Gayraud 1981, p. 55, fig. 3) (fig. 25). L’objection la plus sérieuse est que cette solution va à l’encontre de l’identification de l’étang de Leucate avec celui des Sordes décrit un peu plus haut par Avienus (stagnum hic palusque quippe diffuse patet / et incolae istam Sordicem cognominant : v. 569-570). A. Berthelot conclut alors à une confusion du poète qui décrirait Leucate d’abord comme un étang et, quelques vers plus loin, comme un golfe (Berthelot 1934, p. 121-122).

Fig. 24. Narbonne, les étangs actuels et les installations portuaires antiques

Fig. 24. Narbonne, les étangs actuels et les installations portuaires antiques

(Dellong et al. 2002, p. 101, fig. 2)

Fig. 25. La restitution du littoral Narbonnais

Fig. 25. La restitution du littoral Narbonnais

(M. Gayraud 1968, p. 55, fig. 3)

69Pour les autres, les deux golfes correspondraient aux seuls étangs de Narbonne, dédoublés, en quelque sorte, mais cela ne correspond guère à la logique du texte et suppose que le poète mentionne le golfe le plus à l’est avant celui le plus à l’ouest, contrairement à l’ordre normal de la description. En fait, les deux passages sont rarement rapprochés, les commentateurs s’occupant soit des Élisyques (Gayraud 1981 ; Barruol 1973) soit des Sordes (Barruol 1980) indépendamment les uns des autres. Il faut admettre que le problème n’est pas encore résolu, les travaux les plus récents dans ce domaine n’apportant pas de réponse définitive (Rescanières 2002) (fig. 26). Quels que soient les problèmes d’identification, on retiendra l’idée que dans ce passage la description d’Avienus concerne une zone comprise, grosso modo, entre l’Agly, à l’ouest, et l’Aude (dans son cours actuel), à l’est, et pas au-delà.

Fig. 26. Le cadre géographique et géologique de Narbonne

Fig. 26. Le cadre géographique et géologique de Narbonne

(Rescanières 2002, p. 45, fig. 1)

70La mention du peuple des Élisyques ne vient qu’à la fin du vers 586. C’est pourquoi, la plupart des commentateurs font débuter le passage qui les concerne à partir de ce vers (en omettant ceux qui précèdent) et leur attribuent comme territoire la partie décrite dans les vers 589-594 (Barruol 1973, p. 50 ; Clavel-Lévêque 1970, p. 56-58 ; Ugolini, Olive 1987 ; Janin 2003, p. 251). Mais l’expression haec loca tenebat du vers 587 renvoie bien évidemment à la description qui a été faite auparavant, c’est-à-dire dans les vers 578-586. Le territoire des Élysiques est donc décrit à partir du vers 578. Jusqu’où ?

71Regardons de plus près les vers suivants 589-594. Les deux premiers vers mentionnent le fleuve Attagus et le palus Helice. L’identification du premier ne pose pas de problème : c’est un autre nom de l’Atax-l’Aude. Pour le second, on a proposé l’étang de Vendres (Benoit 1965, p. 118), mais la précision rursus… juxta oriente plus vraisemblablement vers celui de Capestang (Berthelot 1934, p. 115 ; Gayraud 1981, p. 59) dont l’étendue à l’époque des sources d’Avienus était bien plus conséquente (Rescanières 2002, p. 47). Quoi qu’il en soit, on se trouve bien ici sur le territoire des Élisyques comme le souligne la répétition des hic écho de haec du vers 587.

72Les vers suivants (591-594) mentionnent la ville de Besara (Béziers), les fleuves Orobus (l’Orb) et Heledus (non identifié avec certitude) qu’on considère toujours comme faisant partie du territoire élysique. En fait, cette interprétation repose sur une lecture fautive d’A. Berthelot qui relie le vers 591 aux précédents et comprend (v. 589-591) : « Là se jette dans la mer le fleuve Attagus ; auprès, est, en arrière, le marais Hélicé. Une antique tradition veut que Besara s’ « y » soit trouvée. » (Berthelot 1934, p. 110). Ce qu’A. Berthelot traduit par « y » c’est le dehinc de la fin du vers 590. Mais l’adverbe, qui a chez Avienus un sens local (à une exception près, au vers 382, où il a un sens temporel), signifie toujours « au-delà, après » et introduit toujours une nouvelle description (neuf occurrences, sans compter la restitution du v. 577 : v. 128, 168, 294, 304, 449, 470, 664 et 668). Sa place en fin de vers ne doit pas tromper. Il faut donc restituer, à la place des deux points que met A. Berthelot, une ponctuation forte avant dehinc, comme le font, du reste, les éditeurs modernes (Villalba i Varneda, p. 103-104 ; Antonelli 1998, p. 74 et 145, mais qui traduit pourtant à tort : « Un tradizione inconsistente vuole che in questo punto sorgesse Besara »).

73Conclusion : la description du territoire des Élisyques commence au v. 578 et s’arrête au vers 590. Après commence une autre région. L’extension du territoire des Élisyques jusqu’à l’Orb, le Libron et l’Hérault proposée par J. Jannoray et admise sans aucune hésitation depuis (Jannoray 1955, p. 294 ; Barruol 1973, p. 56 etc.) résulte d’une lecture erronée du texte d’Avienus. Il n’y a donc pas lieu de trouver ici une confirmation ou une illustration exemplaire du rôle de frontière que jouerait l’Hérault. Bien au contraire, c’est ce présupposé qui est la source de l’interprétation abusive du texte d’Avienus.

Le monnayage tectosage

74Le troisième élément qui est à la base de l’attribution aux Tectosages du territoire à l’ouest de l’Hérault est le monnayage qui leur est attribué : les monnaies dites « à la croix », qui forment un des ensembles les plus courants à l’ouest du Rhône, en particulier dans les vallées de l’Aude et la Garonne. Les trouvailles de Vieille-Toulouse ont joué un rôle important et sont à l’origine de nombre d’études sur ce type de monnaie (Labrousse 1968, p. 116, n. 262).

75Les monnaies à la croix sont, comme on sait, des monnaies « dérivées » de celles de Rhodè. Malgré la diversité des types, elles constituent cependant un groupe d’émissions monétaires cohérent, caractéristique du sud-ouest de la Gaule (Depeyrot 2002, p. 3) et débordant sur le Centre-Ouest (Gruel, Haselgrove 2005, p. 125-126). Toute la question est de savoir quelle part en revient réellement aux Tectosages et, par voie de conséquence, celle qui pourrait revenir aux Arécomiques.

76Les attributions ont été faites à partir de critères typologiques, d’abord en fonction du traitement du droit. Ainsi, la présence massive des séries dites à la tête « cubiste » (Savès 1976, p. 114-120) à Vieille-Toulouse les a fait considérer comme des émissions des Toulousains tandis qu’on proposait une origine plus orientale pour les séries dites à la tête « négroïde » (Savès 1976, p. 133). On s’est vite aperçu cependant que le revers jouait une importance aussi grande sinon plus que le droit. M. Labrousse en a fait la remarque à propos de la collection Azéma du musée de Toulouse dans laquelle les monnaies qui présentent le même revers avec une hache (au troisième quadrant), et des « olives » aux trois autres ont au droit une tête encore assez réaliste pour les monnaies les plus lourdes (autour de 3,5 g) et une tête « cubiste » pour une série plus légère (autour de 2, 5g) (Labrousse 1960 ; 1968, p. 116-118). Les études les plus récentes sur ce monnayage ont adopté ce principe de classification (Depeyrot 2002, p. 4-5 ; Py 2006, p. 499). La première conséquence en est la multiplication des types (plus de 200). À quoi il faut ajouter les différentes classes de poids qui ne correspondent pas forcément à des types différents. On a reconnu plusieurs séries de frappes au poids divers qu’on a fini par regrouper en trois puis quatre groupes principaux : autour de 3,5 g /3, 3 g ; de 2,5 g ; de 2 g et de 1,5 g. avec quelques variations pour les moyennes selon les auteurs (Depeyrot 2002, p. 5 ; Py 2006, p. 502), ce qui ne remet pas en cause la distribution générale en quatre classes. Cependant, on hésite toujours sur les étalons de référence entre Rome (Gruel 1989, p. 50-52 ; Gruel, Haselgrove 2005, p. 125), Marseille (Depeyrot 2002, p. 5), voire l’Espagne (Py 2006) mais sans argument véritablement décisif, les différents poids pouvant trouver des correspondances dans un système ou un autre, d’autant plus si on adopte la thèse de l’alignement des monnaies massaliètes sur le denier romain à partir du II e s. av. J.-C. (Brenot ) (ce que conteste M. Py 2006, p. 1166-1167). Du même coup, on aboutit à une sorte d’émiettement des émissions qui rend plus délicates les attributions. Cette impression avait déjà conduit M. Labrousse à la conclusion que l’attribution de toutes les monnaies à la croix aux Tectosages serait abusive et « que seules méritent de leur être attribués les types qui se rencontrent en nombre sur un site sûrement tectosage comme Vieille-Toulouse » (Labrousse 1968, p. 116).

77C’est le point de vue qui prévaut aujourd’hui : parler des monnaies à la croix dans leur ensemble comme du monnayage des Volques Tectosages relève plus d’une habitude de langage que d’une réalité (Kellner 1997, p. 476). La carte de répartition la plus récente, publiée par M. Py, montre une diffusion très large qui occupe toute la zone à l’ouest du Rhône (Py 2006, p. 567, fig. 148) (p. 170, fig. 27). Et cette carte est incomplète puisque la zone d’étude retenue s’arrête, au nord, à une ligne passant par les Cévennes (Py 2006, p. 7) et exclut donc une grande partie de l’Aquitaine et du Centre Ouest, régions qui sont concernées par les frappes à la croix (Depeyrot 2002, p. 32, 45, 48).

Fig. 27. Carte de répartition générale des monnaies à la croix : A : en quantité absolue ; B : en pourcentage par rapport aux autres monnaies

Fig. 27. Carte de répartition générale des monnaies à la croix : A : en quantité absolue ; B : en pourcentage par rapport aux autres monnaies

(D’après Py 2006, p. 567, fig. 148 - DAO P. Thollard)

78On comprend donc qu’on ait recherché, dans ce vaste ensemble, à préciser des zones d’attribution à partir de la diffusion de types spécifiques. On a ainsi proposé, outre les Tectosages, les Nitiobroges, les Pétrocores, les Cadurques, les Rutènes, les Arécomiques et les Tolosates (Depeyrot 2002). Remarquons, en passant, que la séparation entre Tectosages et Tolosates n’existe que pour rendre compte de groupes d’émissions distincts : aux Tectosages les monnaies à la croix, à la hache et aux « olives » et aux Tolosates les potins au « T », ces derniers ayant été presque exclusivement retrouvés à Vieille-Toulouse (Depeyrot 2002, p. 89-91 ; Py 2006, p. 438-439). D’une manière générale, on admet que les attributions à tel ou tel peuple sont la plupart du temps approximatives toujours susceptibles d’être remises en question en fonction des avancées de la recherche. Le critère retenu pour définir une attribution est d’abord la zone de diffusion. Mais celle-ci peut être faussée par la prise en compte des dépôts ou trésors qui peuvent avoir été enfouis loin du lieu d’émission d’origine. Un très bon exemple est donné par les monnaies dites au type de Goutrens (du nom d’un trésor de plus de 20 000 monnaies associées à des lingots d’argent trouvé dans l’Aveyron) et qu’on a l’habitude d’attribuer aux Rutènes alors que la majorité des exemplaires provient de la basse vallée de l’Hérault (Py 2006, p. 532-534). En outre, on sait maintenant qu’à côté de séries correspondant à une entité ethnique particulière on rencontre des émissions supra régionales ou, à l’inverse, micro régionales, ce qui a évidemment des répercussions sur la distribution (Gruel, Haselgrove 2006, p. 120-121). Compliquons encore un peu les choses : quel critère doit-on privilégier pour l’identification d’une émission ? Si c’est uniquement la typologie, on attribuera toutes les frappes à la « tête négroïde » et au revers à « l’annelet » au Languedoc oriental, c’est-à-dire, pour G. Depeyrot aux Volques Arécomiques (Depeyrot 2002, p. 174-177). Mais, dès qu’on entre dans le détail, il y a un grand nombre d’exceptions qui rendent le système fragile comme on l’a souligné récemment à propos des monnaies de la vallée de l’Hérault (Mauné 2003, p. 293, n. 55). Si, au contraire, on fait intervenir la métrologie, on fera la différence pour la même série entre les émissions lourdes à 3, 25 g et celles, plus récentes, autour de 2,25 g : la carte de répartition fait attribuer les premières aux Tectosages et les secondes aux Arécomiques (Py 2006, p. 547-560 ; 1062-1065). Mais pourquoi les Arécomiques auraient-ils emprunté aux Tectosages le même type monétaire (dont témoigne le coin de revers découvert à Villevieille, Gard) ? Peut-on invoquer simplement le déplacement d’un artisan (Py 2006, p. 1179-1180) ? Devant de telles difficultés, certains restent très dubitatifs quant à l’attribution des séries à telle ou telle entité ethnique (Py 2006, p. 568).

79En fait, l’essentiel n’est pas là. L’attribution d’une émission à une entité ethnique repose sur deux choses : un, la carte des découvertes ; deux, la connaissance des limites du territoire des peuples en question. Or, ce dernier point n’est jamais discuté ni remis en cause. Pour les Tectosages, tous les auteurs depuis M. Labrousse, sont partis du principe selon lequel leur territoire s’étendait jusqu’à l’Hérault donc que la région de Narbonne et Béziers en faisait partie (Clavel-Lévêque 1970 ; Colbert de Beaulieu 1973 ; Boudet, Depeyrot 1997 ; Depeyrot 2002, p. 3-4 ; Py 2006, p. 541 ; 1167). On est donc en face d’un raisonnement circulaire : on se fonde pour délimiter le territoire des Tectosages de la carte de diffusion des monnaies mais celle-ci définit a priori les limites du territoire en question !

80Voyons donc ce que cela donne si nous adoptons le point de vue de Strabon et rendons toute la zone jusqu’au-delà de Narbonne aux Volques Arécomiques. Dans ce cas, par exemple, on ne sera plus obligé de trouver des explications compliquées pour justifier les monnaies des Neronken ou des Longostalètes en les considérant comme des émissions « frappées dans le territoire du peuple des Tectosages par des tribus locales situées dans la partie orientale des terres » (Depeyrot 2002, p. 3-4). D’une manière plus générale, le problème de la chronologie et de la diffusion des monnaies à la croix peut apparaître à la fois plus simple et plus cohérent. On sait, en effet, que les imitations des drachmes de Rhodè ainsi que les émissions les plus anciennes des monnaies à la croix apparaissent dans la basse vallée de l’Aude et la région de Narbonne vers la fin du III e s. av. J.-C. (Py 2006, p. 500-505). Que G. Depeyrot fait la distinction pour les monnaies attribuées aux Tectosages (donc à la hache au 3e quadrant), entre des frappes précoces relevant d’ateliers à situer dans la partie orientale du territoire et celles classiques, pourrait-on dire, à la tête « cubiste » et au revers à « olives » ou « lunules » qui sont principalement représentées à Vieille-Toulouse, donc occidentales (Depeyrot 2002, p. 44). Que parmi les frappes anciennes figure le groupe dit « languedocien » avec les séries à « l’œil » ou à « l’oreille » (dans laquelle on verrait davantage un torque, du reste) et celles au « globule » que leur diffusion nettement orientale a fait attribuer aux Arécomiques par G. Depeyrot (Depeyrot 2002, p. 173) ce que conteste M. Py en partant du principe que cette région n’appartient pas aux Arécomiques (Py 2006, p. 539-546 et fig. 141) (fig. 28). Que les premières émissions de bronze, comme par hasard, se retrouvent dans le secteur Béziers Narbonne (bronzes à la légende grecque BHTARRATIC) (p. 174, fig. 29). Elles seront suivies par la série des « chefs gaulois », les bronzes des Longostalètes et ceux à légende ibérique NERONKEN (Py 2006, p. 581-602 ; 1166). On n’en finirait pas.

Fig. 28. Carte de répartition des monnaies à la croix dite « à l’oreille ou à l’œil »

Fig. 28. Carte de répartition des monnaies à la croix dite « à l’oreille ou à l’œil »

(D’après Py 2006, p. 543, fig. 141- DAO P. Thollard)

Fig. 29. Carte de répartition des monnaies à la légende BHTAPPATIC

Fig. 29. Carte de répartition des monnaies à la légende BHTAPPATIC

(D’après Py 2006, p. 583, fig. 157- DAO P. Thollard)

81Le point d’origine est bien dans le secteur de la basse vallée de l’Aude. À partir de là, les émissions diffuseront dans deux directions principales : l’axe Aude-Garonne, d’un côté (par ex. les monnaies à la hache, au croissant et aux olives ») et vers la cote méditerranéenne, de l’autre (par ex. la série à la « tête négroïde » et à « l’annelet »). Même les monnaies considérées comme les plus tectosages (à la hache, croissant et « olives ») montrent une répartition selon ces deux directions, d’un côté, vers l’Aude et la Garonne et, de l’autre, vers le littoral méditerranéen (Py 2006, p. 509-510 et 511 fig. 119) (o. 174, fig. 30).

Fig. 30. Carte de répartition des monnaies à la croix à la hache aux « olives » et croissants

Fig. 30. Carte de répartition des monnaies à la croix à la hache aux « olives » et croissants

(D’après Py 2006, p. 511 fig. 119 - DAO P. Thollard)

82Revenons à la question initiale. Que reste-t-il aux Tectosages ? Il semble bien qu’il faille renverser la conception traditionnelle et leur enlever la paternité du développement des monnaies à l’ouest du Rhône. L’origine et le centre de gravité sont à chercher, non autour de Toulouse mais dans la région de Narbonne, c’est-à-dire chez les Arécomiques. S’en étonnera-t-on ?

Géographie antique

83Donc tout concourt à faire accepter l’idée selon laquelle les Arécomiques occupent la partie occidentale de la Narbonnaise et la région de Narbonne. Un dernier élément viendra en apporter la confirmation. Une des raisons pour laquelle on rejette le plus souvent la description de Strabon est qu’elle apparaît en contradiction avec la géographie (Mauné 2003, p. 293-294 ; Ugolini, Olive 2003, p. 297). Mais il s’agit de géographie moderne et non antique. Dans nos représentations actuelles, les Tectosages (ou, du moins, une partie d’entre eux) se situent à l’ouest des Arécomiques (quelle que soit la frontière occidentale que l’on attribue à ces derniers). Ils bordent les Pyrénées. Or ce massif, comme on sait, pour les géographes antiques, au moins jusqu’à l’époque de Strabon, est représenté nord-sud et est perpendiculaire au Cemmène qui est, lui, est-ouest et forme la limite nord de la Narbonnaise. Par voie de conséquence, il faut basculer également les Tectosages de 90° : au lieu d’être à l’ouest des Arécomiques, ils se retrouvent au nord. C’est bien ainsi, du reste, qu’ils sont placés par Strabon, en IV, 1, 12 et IV, 1, 13, comme on l’a vu plus haut.

84La description des Tectosages vient après celle des Arécomiques selon l’ordre classique suivi par Strabon qui énumère régions et peuples par bandes successives en remontant de la côte vers l’intérieur du pays. Ainsi, on trouve d’abord l’analyse du littoral de Marseille aux Pyrénées (IV, 1, 6) puis l’immédiat l’arrière pays entre Rhône et Pyrénées, occupé par les Arécomiques et « les petits peuples obscurs » (IV, 1, 12) et, enfin, l’arrière-pays plus reculé, entre Pyrénées et Cévennes, occupé par les Tectosages (fin de IV, 1, 12 et 13-14).

85Nous avons replacé les peuples et villes cités par Strabon à l’ouest du Rhône sur la carte « antique » (p. 175, fig. 31). Dans une telle représentation, la description une cohérence parfaite. Il est normal que Strabon ne mentionne, à l’ouest des Arécomiques et jusqu’aux Pyrénées, que de petits peuples obscurs. De la même manière, Narbonne se trouvant en contact avec les Arécomiques mais non avec les Tectosages, est naturellement attribuée aux premiers. Dans cette perspective, la plupart des cartes actuelles, même si elle laissent entendre que les Arécomiques peuvent aller au moins au-delà de l’Hérault, sont inexactes dans la mesure où elles représentent les Tectosages s’étendant jusqu’aux Corbières et au Têt, là où il faut situer justement les « petits peuples qui avoisinent les Pyrénées » (par ex. Barruol 2000, p. 9, fig. 1).

Fig. 31. Carte des peuples à l’ouest du Rhône, selon Strabon

Fig. 31. Carte des peuples à l’ouest du Rhône, selon Strabon

(P. Thollard)

86Il n’y a donc aucune raison de ne pas accepter les conclusions de Strabon. Pour lui, les Volques Arécomiques sont le peuple le plus important à l’ouest du Rhône. À l’est, ils touchent le Rhône et remontent au nord jusqu’aux Cévennes et au monts de l’Ardèche, sans qu’on puisse préciser davantage. À l’ouest, ils englobent le territoire de la future colonie de Narbonne et ne laissent, jusqu’aux Pyrénées, qu’une faible place pour quelques petits peuples, trop peu importants pour être cités. Au nord des Arécomiques, les Tectosages occupent un territoire beaucoup plus restreint et se retrouvent presque coincés entre le piémont Pyrénéen et la Montagne noire (la partie occidentale du Cemmène) avec comme limite orientale, la Garonne. De toute évidence, la situation renvoie à la période de l’Indépendance ou, tout au moins, aux alentours de la conquête. Elle ne sera pas sans conséquence sur l’organisation que connaîtra cette partie de la province plus tard. En témoigne la notice sur Nîmes.

Nîmes

87La notice sur Nîmes occupe la deuxième partie du passage consacré aux Arécomiques en IV, 1, 12. Pour Nîmes, la forme utilisée est Νέμαυσοϛ. Ptolémée écrit Νέμαυσον au neutre (II, 10, 3). Même hésitation dans la forme latine qui balance entre Nemausus (Pomponius Mela : Chorographia, II, 68) et Nemausum (Pline : N. H., 3, 37), dans les textes comme dans l’épigraphie. D’ailleurs, à partir de l’accusatif, on ne peut plus faire la différence. La notice est exclusivement consacrée au statut de l’établissement et ne comporte aucun renseignement d’ordre topographique.

88Le développement sur Nîmes qui fait suite représente une de ces actualisations typiques de Strabon. Le passage se greffe sur une simple expression qui devait, à l’origine, conclure la notice sur les Arécomiques : Μητρόπολιϛ δὲ τῶν ̓Αρηκομικῶν ἐστι Νέμαυσοϛ, comme l’indique l’emploi du terme μητρόπολιϛ qui renvoie presque toujours chez Strabon à une situation pré-romaine.

89Ce passage est sans doute l’un de ceux qui ont le plus fait l’objet de commentaires. Cela tient à sa nature. C’est une des rares notices qui évoquent les problèmes institutionnels et qui renseignent directement sur les mesures prises par Rome après la conquête. Comme dans ce domaine Strabon, ainsi qu’il le rappelle à la fin de l’introduction (IV, 1ig. 29, 1), considère qu’il est inutile d’entrer dans le détail parce que les mesures prises par les gouvernants (οἱ ἡγεμόνεϛ διατάττουσι) dépendent trop souvent des circonstances (πρὸϛ τοὺϛ καιροὺϛ πολιτευόμενοι), la notice sur le statut particulier de Nîmes n’en a que plus d’importance. De fait, elle excite particulièrement les commentateurs qui, au-delà du cas de Nîmes, y font sans cesse référence quand il s’agit d’évoquer la « romanisation » institutionnelle de la Transalpine à l’époque césaro-triumvirale.

L’établissement du texte

90Le passage a d’abord posé des problèmes de cohérence interne que l’édition de Fr. Lasserre n’a pas contribué à dissiper. D’une part, l’éditeur traduit : κατὰ μὲ̀ν τὸν ἀλλότριον ὄχλον καὶ̀ τὸν ἐμπορικὸ̀ν πολὺ̀ Νάρβωνοϛ λειπόμενη, κατὰ̀ δὲ̀ τὸ̀ν πολιτικὸ̀ν ὑπερβάλλουσα par « Elle est bien inférieure à Narbonne sous le rapport de sa population étrangère et de son mouvement commercial mais elle l’emporte sur elle sur le plan politique » (comme s’il y avait deux neutres) alors qu’il faut comprendre « sa population commerçante » et « son corps de citoyen », ὄχλον étant sous-entendu dans les deux cas (Goudineau 1976a, p. 105-106). L’expression est, du reste, un écho à la remarque faite quelques lignes plus haut à propos du port de Narbonne dont Strabon dit qu’il vaudrait mieux le considérer comme celui du reste de la Gaule, τοσοῦτον ὑπερβέβληται τῷ πλήθει τῶν χρωμένων τῷ ἐμπορείῳ « tant il l’emporte par le nombre de ceux qui fréquentent cette place de commerce » (et que Fr. Lasserre traduit, toujours à tort, par « tant il surpasse les autres par le nombre des entreprises auxquelles il sert de place de commerce »).

91D’autre part, Fr. Lasserre, à la suite de beaucoup d’autres éditeurs depuis Coray, lit, à la phrase suivante : ὑπηκόουϛ γὰ̀ρ ἔχει κώμαϛ τέτταραϛ καὶ̀ εἴκοσι τῶν ὁμοεθνῶν εὐανδρίᾳ διαφερούσαϛ, συντελούσαϛ εἰϛ αὐτὴ̀ν, ἔχουσα καὶ̀ τὸ̀ καλούμενον Λάτιον, ὥστε τοὺ̀ϛ ἀξιωθένταϛ ἀγορανομίαϛ καὶ̀ ταμιείαϛ ἐν Νεμαύσῳ ̔Ρωμαίουϛ ὑπάρχειν· διὰ̀ δὲ̀ τοῦτο οὐδʹ ὑπὸ̀ τοῖϛ πρ(οστ)άγμασι τῶν ἐκ τῆϛ ̔Ρώμηϛ στρατηγῶν ἐστι τὸ̀ ἔθνοϛ τοῦτο. Il fait d’ ἔχουσα une apposition au sujet de ἔχει, c’est-à-dire Nîmes (qualifiée de μητρόπολιϛ au début du passage) et traduit : « En outre, Nemausus jouit de ce qu’on appelle le jus Latii, droit qui assure la citoyenneté romaine à qui a revêtu l’édilité ou la questure. De ce fait, cette population n’est pas soumise aux édits des gouverneurs envoyés par Rome. »

92Mais les manuscrits portent pour la plupart ἔχουσαϛ à l’accusatif pluriel, en apposition à κώμαϛ. Chr. Goudineau a donc proposé de garder la leçon des manuscrits et de comprendre que le droit latin est accordé non seulement à Nîmes mais également aux vingt quatre bourgs qui dépendent d’elle. Cette solution a le mérite de rendre au texte sa cohérence et sa logique. En particulier, la précision ἐν Νεμαύσῳ (omise dans la traduction de Fr. Lasserre !) ne se comprend que s’il s’agit de citoyens des vingt quatre κῶμαι et serait inutile pour Nîmes. De la même manière, l’autonomie du peuple est rappelée en IV, 6, 4, à propos des Voconces : καθάπερ τοὺ̀ϛ Οὐόλκαϛ ἔφαμεν τοὺ̀ϛ περὶ̀ Νέμαυσον, la formule τοὺ̀ϛ περὶ̀ Νέμαυσον indiquant qu’il ne s’agit pas de Nîmes seule mais de l’ensemble des Volques groupés autour d’elle (Goudineau 1976a, p. 106).

93Cependant ces rectifications n’ont pas été unanimement acceptées. Ainsi l’édition la plus récente, celle de St. Radt, qui est sans doute influencée par celle de Fr. Lasserre, marque-t-elle un recul certain. L’éditeur transforme au début (et sans raison évidente) Νάρβωνοϛ en τῆϛ Νάρβωνοϛ ; propose ensuite de lire τὸ̀ πολιτικὸ̀ν ὑπερβάλλουσα à la place du τὸ̀ν πολιτικόν donné par tous les manuscrits ; enfin, conserve la leçon ἔχουσα et attribue à Nîmes seule l’avantage de disposer du droit latin (Radt 2002, p. 484-485). Passons.

94Or, il n’y a pas de raison de ne pas rester fidèle au texte le plus proche des manuscrits.

Les problèmes institutionnels

95Même ainsi établi (ou rétabli), le texte ne laisse pas d’être discuté. Au cœur du débat, les conditions et les circonstances de l’attribution du droit latin aux Volques Arécomiques et, plus largement, l’évolution des institutions en Transalpine.

96Le rapprochement du passage de Strabon avec la fin de la « liste administrative » de Pline déjà évoquée (cf. De la valeur comparée...) a été fait depuis longtemps mais interprété différemment. L’énumération de Pline, comme on sait, se termine par la mention de quarante trois établissements non cités nommément : oppida vero ignobilia XVIII, sicut XXIIII Nemausiensibus adtributa (HN, III, 37). La lecture erronée du texte de Strabon a fait croire pendant longtemps que le terme ignobilia désignait des établissements qui ne disposaient pas du droit latin, à la différence de ceux dont Pline donnait le nom, comme Nîmes (Barruol 1969, p. 24). La relecture du texte de Strabon (Goudineau 1976a) a permis de proposer une équivalence entre les formules employées par les deux auteurs. Les κῶμαι de Strabon sont les oppida de Pline, même si le sens précis de ces deux termes est différent dans chacune des deux langues, comme on sait : oppidum renvoie à un statut juridique (oppidum latinum s’oppose à colonia) tandis que κώμη désigne une agglomération de taille modeste (qui s’oppose à πόλιϛ) et qu’on traduit le plus souvent par bourg ou village mais qu’il vaut mieux ici traduire par établissement. En filigrane, les deux textes racontent la même chose. Existaient autour de Nîmes vingt quatre communautés de droit latin naguère autonomes et qui ont été rattachées à Nîmes (adtributa) : elles sont dès lors sous la dépendance de cette dernière (ὑπήκοοι) à qui elle paient tribut (συντελούσαϛ εἰϛ αὐτὴ̀ν) et n’ont plus la possibilité de faire accéder directement à la citoyenneté leurs magistrats, ceux-ci devant aller exercer la questure ou l’édilité au chef-lieu (ἀξιωθένταϛ ἀγορανομίαϛ καὶ̀ ταμιείαϛ ἐν Νεμαύσῳ) (Goudineau 1976a, p. 107-108). Il s’agit d’un véritable déclassement qui explique pourquoi Pline ne donne plus leur nom se contentant de les désigner globalement sous le terme ignobilia : elles ne méritent plus d’être citées individuellement (Christol, Goudineau 1987-1988, p. 97-98 ; Christol 1994, p. 60-61 ; 1999, p. 20). Chronologiquement, c’est le texte de Pline qui fournit un terminus post quem pour la mesure rapportée par Strabon, à partir du moment où on admet que l’état de la formula sur lequel a travaillé Pline remonte en 27 av. J.-C. (Christol, Goudineau 1987-1988, p. 90 ; 97, n. 45 ; Christol 1994, p. 55 ; 1999, p. 10). La mesure serait à placer vers 20 av. J.-C. (Christol 1999, p. 21) ou vers 16-13 av. J.-C. (Christol, Goudineau 1987-1988, p. 98).

97Cette vision historique qui fait passer Nîmes d’établissement (certes prééminent) au sein d’un système confédéral à celui de chef-lieu au sein d’un système centralisé, entre les années 49 av. J.-C. et les années 15 av. J.-C., a été largement acceptée (Fiches, Garmy 1982, p. 46-48 ; Leveau 1993, p. 295-296 ; Fiches 1996, p. 178-180 ; Rapsaet-Charlier 1998, p. 146-148 ; Monteil 1999). Mais il y a eu récemment quelques contestations qu’il faut examiner.

A. Roth-Congès : déclassement ou « droit latin subordonné » ?

98Reprenant, dans une étude récente, la question du statut de certaines agglomérations secondaires en Languedoc oriental (notamment Ambrussum et Murviel-lès-Montpellier, dans l’Hérault, et Saint-Vincent-de Gaujac et Laudun, dans le Gard), Anne Roth-Congès a été amenée à reprendre le texte de Strabon sur Nîmes (Roth-Congès 2003). La traduction qu’elle en donne s’écarte assez nettement de celle que nous proposons ici. Ainsi, elle traduit l’expression τῶν ὁμοεθνῶν εὐανδρίᾳ διαφερούσαϛ par « distincts de ceux du même peuple par leur corps de citoyens romains » faisant du génitif un complément indirect du verbe διαφέρω compris au sens de « l’emporter sur quelqu’un (τινοϛ) en quelque chose (τινι) ». Si un tel sens et une telle construction sont admis pour ce verbe, ce n’est pas le sens le plus courant et, dans ce cas, le génitif est toujours placé après. Quelle que soit la construction, Strabon écrit toujours τι διαφέρειν τινόϛ, κατά τι διαφέρειν τινόϛ ou τινι διαφέρειν τινόϛ (1, 2, 15, ; 1, 2, 21 ; I, 3, 1 ; II, 1, 14 ; III, 1, 8 etc...) et il faut allonger la liste d’occurrences donnée par M. Bats (Bats 2007, p. 52, n. 4). Les autres exemples de l’emploi du verbe διαφέρειν au livre IV sont tout à fait significatifs à cet égard :

IV, 2, 1 : οἱ ̓Ακουιτανοὶ διαφέρουσι τοῦ Γαλατικοῦ φύλου κατά τε τὰϛ τῶν σωμάτων κατασκευὰϛ καὶ κατὰ τὴν γλῶτταν.
les Aquitains diffèrent de la race galatique aussi bien par leur constitution physique que par leur langue.

IV, 2, 3 : Λουέριοϛ τοσοῦτον πλούτῳ λέγεται καὶ τρυφῇ διενεγκεῖν...
Louérios, dont on dit qu’il se distinguait tellement par sa richesse et sa folie des grandeurs…

IV, 3, 4 : οἱ Σόηβοι προσαγορευόμενοι Γερμανοὶ καὶ δυνάμει καὶ πλήθει διαφέροντεϛ τῶν ἄλλων.
les Suèves qualifiés de Germains les premiers entre tous en puissance et en nombre.

IV, 4, 3 : Αἱ δʹ ὕεϛ καὶ ἀγραυλοῦσιν, ὕψει τε καὶ ἀλκῇ καὶ τάχει διαφέρουσαι...
leurs porcs, même la nuit, sont en liberté ; par la taille comme la vigueur et la rapidité, ils sont exceptionnels…

99Il faut donc garder le sens imposé par la logique et prendre le génitif pour un génitif partitif dépendant de κώμαϛ τέτταραϛ καὶ̀ εἴκοσι. De toute manière, si le sens avait été celui auquel veut croire A. Roth-Congès, Strabon n’aurait pas écrit τῶν ὁμοεθνῶν mais quelque chose comme τῶν ἄλλων ὁμοεθνῶν, pour éviter toute confusion.

100Quant à εὐανδρία, la traduction par « leur corps de citoyens romains » est abusive. En effet, si, comme nous l’avons montré dans une autre occasion, il faut bien distinguer εὐανδρία de πολυανθρωπία, le premier soulignant la qualité de la population et le second son importance numérique. Si, très souvent on trouve εὐανδρία quand il s’agit de citoyens romains (Thollard 1984, p. 115-116), l’expression peut s’appliquer à d’autres (voir l’exemple des Tectosages en IV, 1, 13 dont on parlera plus tard : cf. infra, p. 191) et ce n’est pas une raison pour le traduire par « leur corps de citoyens romains » (ce qui revient à confondre dénotation et connotation). On y est d’autant moins autorisé que Strabon utilise juste avant l’expression τὸ̀ν πολιτικὸ̀ν (ὄχλον) pour désigner le corps des citoyens de la ville ! Dernier point, cette traduction aboutit à une incohérence puisque elle oblige à admettre que l’expression τὸ̀ ἔθνοϛ τοῦτο à la fin du passage désigne Nîmes et non le peuple des Arécomiques dans son ensemble.

101A. Roth-Congès conclut que la particularité sur laquelle Strabon insiste est le bénéfice du droit latin dont jouissent les 24 établissements dépendant de Nîmes. Mais le mouvement du texte amène à la conclusion inverse : ce qui est mis en avant par Strabon est justement la dépendance de ces 24 établissements par rapport à Nîmes (ὑπηκόουϛ est placé en tête de phrase !). La mesure paraît exceptionnelle parce qu’ils jouissent eux-aussi du droit latin (il faut, bien sûr, traduire καὶ par « aussi » et non par « mais ») et qu’on s’attendrait à ce qu’ils soient indépendants. L’obligation d’exercer l’édilité et la questure à Nîmes pour obtenir la citoyenneté romaine n’est pas, comme le pense A. Roth-Congès, la manifestation d’une forme particulière du droit latin, qui serait un « droit latin subordonné » selon la thèse défendue par A. Chastagnol (Chastagnol 1995, p. 107-108 et 113-129 ; Roth-Congès 2003, p. 550), mais bien la conséquence du statut de dépendance de ces agglomérations vis-à-vis de la métropole. L’idée même qu’il puisse exister plusieurs formes de droit latin est sérieusement mise en doute (Bats 2007).

M. Bats : adtributio ? contributio ?

102Le deuxième point de contestation est d’ordre juridique. Dans un article récent, M. Bats, reprend la question de l’adtributio (Bats 2007). Comme on sait, cette notion a été utilisée, principalement à la suite d’U. Laffi, pour comprendre le mécanisme par lequel Nîmes s’est retrouvée à la tête des 24 κῶμαι-oppida. Le terme est défini comme une mesure juridique par laquelle Rome agrège une ou plusieurs communautés dépourvues de structure stable à un centre urbain proche (Laffi 1966 ; Goudineau 1976a, p. 107-113). Cependant, après les travaux d’U. Laffi, certains ont contesté que l’adtributio ait pu avoir dans le droit romain un sens technique aussi précis que celui que donne U. Laffi (Bertrand 1987 ; 1991 ; Galsterer 1988).

103M. Bats, s’inscrit dans cette lignée et, s’appuyant sur une suggestion de M. Corbier (qui souligne que le terme συντελεία peut avoir les deux sens, de « communauté territoriale » et de « contribution financière » – Corbier 1991, p. 641), il propose de traduire, à la suite de Lasserre, συντελούσαϛ εἰϛ αὐτὴ̀ν par « forment avec elle une confédération » (Bats 2007, p. 58). On s’étonne d’abord de l’emploi du présent : s’il s’était agi d’indiquer que les 24 établissements avaient été rattachés à Nîmes pour former avec elle une confédération, on aurait attendu plutôt un participe aoriste voire parfait. L’aspect du présent va beaucoup mieux avec l’idée d’un paiement régulier et répété d’un tribut. En second lieu, il faut faire la différence entre le substantif συντελεία et la forme verbale συντελεῖν. Συντελεῖν (à l’actif) a deux sens principaux soit participer à une cérémonie, célébrer une fête (ou des jeux) soit payer un tribut ou verser une contribution quelconque.

104Chez Strabon, les deux cas se rencontrent à peu près à égalité. Le premier est surtout représenté dans les livres consacrés à l’Italie ou la Grèce comme en V, 1, 11 ; V, 2, 9 ; V, 4, 7 ; VI, 3, 4 etc. (8 occurrences pour le seul livre VIII et aucune pour le livre VII qui concerne la partie septentrionale de l’Europe). Pour le second sens, la répartition des occurrences est plus large : ainsi, en VIII, 3, 13, où il est question de l’entretien du sanctuaire par les Triphyliens (construction avec εἰϛ et l’accusatif : συντελοῦσι δʹεἰϛ τὸ ἱερὸν πάντεϛ Τριφύλιοι) ; en II, 5, 8, à propos du tribut « inutile » des Bretons ; en VIII, 5, 4 pour le tribut des Périèques etc. Le passage concernant les Spartiates en VIII, 5, 5, est tout à fait significatif à cet égard puisqu’il associe le statut de communauté libre à l’exemption du tribut :

(...) ἔμειναν ἐλεύθεροι πλὴν τῶν φιλικῶν λειτουργιῶν ἄλλο συντελοῦντεϛ οὐδέν.
(...) ils [les Spartiates] demeurèrent libres sans avoir à payer d’autre tribut que ceux imposés par les services d’amitié.

105Les deux exemples cités par M. Bats évoquent également (et contrairement à ce qu’il avance) une contribution financière. Au livre VIII, il s’agit de la dépendance de Mycènes à l’égard d’Argos après la fin de la guerre de Troie et le retour des Héraclides. Quoique délicate à traduire, la phrase ne laisse pas de place au doute :

Κατασχόντεϛ γὰρ οὗτοι τὴν Πελοπόννησον ἐξέβαλον τοὺϛ πρότερον κρατοῦνταϛ, ὥσθʹ οἱ τὸ Ἄργοϛ ἔχοντεϛ εἶχον καὶ τὰϛ Μυκήναϛ συντελούσαϛ εἰϛ ἕν
Quand ces derniers [les Héraclides] occupèrent le Péloponnèse, ils chassèrent les anciens maîtres, si bien que ceux qui tenaient Argos tenaient également Mycènes qui dépendait d’une seule autorité [m. à m. qui versait tribut à une seule autorité]. (VIII, 6, 10)

106En IX, 5, 14, cela concerne la Thessaliotide dont Strabon énumère les lieux ou villes qui en dépendent (ταῦτα δʹ ἐστὶ τῆϛ Θετταλιωτίδηϛ) auxquels il ajoute la ville de Kieros : Καὶ Κίεροϛ δʹεἰϛ αὐτὴν συντελεῖ où il est impossible de donner à συντελεῖν le sens de former une confédération. À ces deux exemples de construction avec εἰϛ, il faut en ajouter un autre, au livre XVI, où Strabon évoque les ressources que l’usurpateur Diodote Tryphon avait pu retirer des villes de Larisa, de Casiana et de Mégara, d’Apollonie et d’autres :

(...) qui étaient toutes tributaires d’Apamée.
(...) αἳ συνετέλουν εἰϛ τὴν ̓Απαμείαν ἅπασαι. (XVI, 2, 10).

107Nulle part, συντελεῖν n’a de sens véritablement et proprement territorial. Cet aspect n’apparaît qu’indirectement, par la dépendance qu’entraîne le paiement du tribut. En tout état de cause, il s’agit bien de dépendance et non de communauté ou de confédération. Dans le cas de Nîmes, du reste, M. Corbier optait naturellement pour le sens financier en hésitant simplement sur l’interprétation entre le paiement par les 24 établissements d’un tribut au seul profit de Nîmes ou le paiement des charges dues à Rome par l’intermédiaire du chef-lieu dont ils dépendent (Corbier 1991, p. 642).

108Au livre IV, la seule autre occurrence se rencontre à propos des Bituriges Vivisques. Strabon décrit l’Aquitaine « césarienne », celle d’avant la réforme augustéenne, et mentionne les Bituriges Vivisques  installés sur la rive gauche de la Garonne :

(...) μόνον γὰρ δὴ τὸ τῶν βιτουρίγων τούτων ἔθνοϛ ἐν τοῖϛ ̓Ακουιτανοῖϛ ἀλλόφυλλον ἵδρυται καὶ οὐ συντελεῖ αὐτοῖϛ.
(...) remarquons en effet que ce peuple des Bituriges (Vivisques) est le seul peuple allogène établi chez les Aquitains. Il ne leur paie pas tribut. (IV, 2, 1)

109La construction avec le datif a parfois entraîné certains commentateurs à traduire par « ils ne paient pas d’impôts avec eux ou en même temps qu’eux » (Hiernard 1981, p. 89, suivant l’exemple de C. Jullian et E. Desjardins). En réalité, elle a le même sens que celle avec εἰϛ : en VIII, 5, 14, Strabon rapporte comment, d’après Éphore, Agis le roi légendaire de Sparte priva les Périèques de l’égalité des droits et les contraignit à verser le tribut à Sparte : καὶ συντελεῖν προστάξαι τῇ Σπάρτῃ. Du reste, quand Strabon veut préciser que certains payent le tribut avec d’autres, il emploie συντελεῖν avec μετά et le génitif (XI, 9, 1) ou la périphrase συντελὴϛ εἶναι avec le datif (XI, 10, 1). Donc, quelles que soient les hésitations de traduction (Bost et al. 2005, p. 25), il est toujours question de tribut. Ce qui est confirmé par Pline qui mentionne, dans sa description des peuples de l’Aquitaine, les Bituriges liberi cognomine Vivisci (N. H., IV, 19) évoquant le statut de liberi et immunes (libres et exemptes du tribut) dont bénéficient certaines communautés. Ici encore, la cohérence entre Pline et Strabon est parfaite. La traduction proposée par M. Bats « il ne leur est pas confédéré » (Bats 2005, p. 15-16) n’est pas possible (on aurait attendu un passif) et s’appuie sur une interprétation erronée de l’introduction du Livre IV.

110Par ailleurs, la lecture proposée par M. Bats pour Nîmes, conduit à des contradictions qu’on a bien du mal à résoudre. En premier lieu, comment expliquer l’emploi de ὑπηκόουϛ qui souligne le statut inférieur des 24 établissements par rapport à Nîmes ? M. Bats voudrait voir un terme « beaucoup plus ambigu que celui de simple sujets » (Bats 2007, p. 57) mais les autres emplois de ce terme chez Strabon (plus de 35 occurrences) ne l’autorisent pas. Citons, à titre d’exemple, le cas de Marseille à qui les Romains ont laissé son autonomie :

(...) de sorte que n’ont à obéir aux gouverneurs dépêchés dans la province ni elle-même ni ceux qui lui sont assujettis.
(...) ὥστε μὴ ὑπακούειν τῶν εἰϛ τὴν ἐπαρχίαν πεμπομένων στρατηγῶν μήτε αὐτὴν μήτε τοὺϛ ὑπηκόουϛ. (IV, 1, 5)

111On trouvera des emplois similaires tout au long des livres V et VI (VI, 1, 13 : Sybaris tient sous sa dépendance 25 villes ; VI, 2, 10 : Lipara tenait sous sa dépendance les îles Lipari). En VI, 4, 2, à la fin du chapitre sur l’Italie lors de l’évocation des conquêtes de Rome, le terme se rencontre quatre fois et sans la moindre ambiguïté.

112En second lieu, la traduction a pour effet de transformer l’adtributio (qui désigne l’agrégation d’une communauté à un centre proche) en une contributio (qui désigne la fusion d’une ou plusieurs communautés dans une communauté unique au sens où on le trouve, par exemple, chez Pline à propos des Convènes d’Aquitaine : in oppidum contributi Convenae - N. H., IV, 109). M. Bats propose de faire de l’expression συντελεῖν εἰϛ αὐτήν le pendant du latin contribuere et imagine que Strabon a transcrit une source latine qui portait oppida in Nemausum contributa. Mais, alors, pourquoi Pline écrit-il oppida Nemausiensibus adtributa (et non pas « oppida in Nemausienses contributa », comme il le fait à propos des Convènes) ? M. Bats l’explique en reprenant l’idée que l’adtributio et la contributio se recoupent dans la mesure où l’usage des mots dépendrait du point de vue où on se place (du point de vue de Rome c’est une adtributio, de celui des communautés, c’est une contributio) : dans le cas de Nîmes, l’adtributio prendrait la forme d’une contributio puisque les communautés agrégées, disposant du droit latin, ont le même statut que le chef-lieu auquel elles sont rattachées. On a du mal à croire que les deux notions sont à ce point interchangeables qu’on peut écrire l’une à la place de l’autre. Et, surtout, c’est mettre de l’obscurité là où il n’y en a pas.

113Historiquement, la reconstitution proposée pour l’évolution du statut de Nîmes et des Volques Arécomiques « écrase » les événements dans une chronologie extrêmement resserrée. M. Bats, en effet, place toutes les mesures autour de 49 av. J.-C., date de l’attribution du droit latin aux Volques Arécomiques par César. La confédération autour de Nîmes est organisée « d’emblée » sous cette forme : en témoigneraient l’existence de magistratures comme celle du praetor Volcarum (inscription d’Avignon) ou d’édiles (inscription de Murviel-lès-Montpellier) ainsi que les émissions monétaires du type AR/VOLC et VOLC/AREC. Et, ajoute-t-il, « peu après –le plus vraisemblable serait de la part de Lépide–, le rôle prééminent de Nîmes (.…) est reconnu par le titre de colonie » (en témoigneraient les monnaies à la légende NEM/COL qui se retrouvent dans les mêmes contextes archéologiques que les précédentes). Cela s’accompagne de la rédaction d’une lex coloniae destinée à réorganiser les différentes magistratures et leurs dénominations pour les rendre plus conformes au système général romain. Ces mesures, comme les avantages successifs que connaîtra Nîmes ensuite (don de l’enceinte, titre d’Augusta, l’ouverture d’un atelier monétaire) ne changeront rien au statut de la confédération qui reste tel qu’il a été instauré par César (Bats 2007, p. 60-61).

114Une telle perspective passe sous silence la situation antérieure à l’octroi du droit latin (en particulier les années suivant la révolte de Sertorius), gomme totalement les avantages statutaires de Nîmes et ne tient pas compte de la (ou des deux) déductions coloniales (la première en 45 av. J.-C. et la seconde aux alentours de 25 av. J.-C. : Goudineau 1986 ; Christol, Goudineau 1987-1988, p. 90 et 100-101), dont on imagine qu’elles n’ont pas été sans conséquences sur le territoire contrôlé par Nîmes. La question du monnayage, même si elle est loin d’être résolue aujourd’hui, est également plus complexe que ne l’envisage M. Bats. On ne peut ignorer qu’il est possible d’envisager la frappe des monnaies à la légende AR/ VOLC et VOL/AREC à date haute (vers 70 av. J.-C. : Christol, Goudineau 1987-1988, p. 58-59 ; Christol 1996, p. 58 ; Py 2006, p. 474-481 ; 1181) ; que, même dans l’hypothèse d’une chronologie basse (soit à partir de 49 av. J.-C) les monnaies à légende NEM/COL sont forcément postérieures à celles-là (elles ne peuvent pas être antérieures à 45 av. J.-C.) et sont à mettre au compte d’un changement de statut important du chef-lieu des Arécomiques. Il paraît tout aussi difficile d’évacuer du débat l’apparition des monnaies au crocodile, en niant tout lien de ces frappes avec Nîmes (Bats 2007, p. 61, n. 38).

115Enfin, cette interprétation est en contradiction avec l’organisation même de la liste de Pline. Si Pline a pu ne pas nommer les 24 oppida attribués à Nîmes (comme les 19 autres dans la province) c’est que le document qu’il utilisait le lui permettait et que, comme on a l’a suggéré, en face de chacun de ces noms figurait une annotation du genre Nem. Adtrib. (ou x adtrib.) lui permettant de les éliminer. On ne peut échapper « à la nécessité de postuler la mention explicite des oppida dans leur intégralité » sur le document consulté par Pline (Christol 1994, p. 61). Or, comme on a vu plus haut que la mise en forme de la formula consultée par Pline date très vraisemblablement de 27 av. J.-C., il faut en déduire que les indications d’attribution des oppida à Nîmes sont forcément postérieures à cette date, sinon, leur nom n’aurait pas figuré sur la liste. Il est donc impossible de faire remonter l’organisation « fédérale » telle que la propose M. Bats à l’époque de l’octroi du droit latin.

116On écartera donc ces tentatives et on s’en tiendra à la lecture initiale parce que c’est la plus fidèle au texte grec, celle qui offre le plus de cohérence entre les textes de Strabon et de Pline et celle qui « colle » le mieux, pour l’instant, aux réalités archéologiques.

Oppida ignobilia, établissements autonomes

117On attendra sans doute assez longtemps avant de pouvoir établir la liste des 24 oppida rattachés à Nîmes et pour lesquels les hypothèses n’ont pas manqué depuis le XIX e siècle. Les candidats sont plus nombreux que les postes à pourvoir, à voir la liste établie dans la récente synthèse sur les agglomérations secondaires en Languedoc Roussillon (Barruol 2002, p. 28-30). D’où l’impossibilité de restituer avec précision le territoire originel placé sous l’autorité de Nîmes (fig. 32). Le problème se complique avec les établissements de la liste de Pline qui ne sont pas encore localisés avec certitude et dont on peut penser que certains appartenaient au territoire des Arécomiques. Mais lesquels et où ? De toute manière, s’ils sont cités par Pline, ils ne sont donc pas assimilables aux oppida ignobilia. Mais comme on ne les retrouve pas non plus au nombre des cités au Haut-Empire, on en déduit qu’ils ont été progressivement absorbés par les autres cités connues à partir de la fin du I er s. ap. J.‑C. (Leveau 1993, p. 281-282 ; 298-299) ; Fiches 2003, p. 122-123). Cependant, la révision récente du cas de Glanum reconnu désormais comme une cité de droit latin existant jusqu’au III e s. ap. J.-C. (Roth-Congès 1992, p. 39-46 ; Christol, Janon 2000) incite à la prudence : rien n’interdit, a priori, que d’autres établissements se soient maintenus jusqu’à la fin de l’Antiquité (Christol 1999, p. 24).

Fig. 32. Le territoire de la cité de Nîmes au Haut-Empire

Fig. 32. Le territoire de la cité de Nîmes au Haut-Empire

(D’après Fiches 2002b, p. 121 Fig. 2 - DAO P. Thollard)

Fig. 33. Le centre monumental de Murviel-lès-Montpellier

Fig. 33. Le centre monumental de Murviel-lès-Montpellier

(G. Marchand, P. Thollard)

118Partant de ce principe, A. Roth-Congès a tenté de faire correspondre des sites connus (comme Ambrussum, Le Castellas de Murviel-lès-Montpellier, le Camp de César à Laudun ou Saint-Vincent de Gaujac) avec les noms de la liste de Pline et, considérant qu’il s’agissait d’établissements de droit latin demeurés autonomes, de rétablir leur territoire aux marges de la cité de Nîmes (p. 184, fig. 34). Elle a ainsi proposé de placer les Samnagenses autour de Saint-Vincent de Gaujac (Roth-Congès, Charmasson 1992), puis les Umbranici entre Forum Domitii et Ambrussum (Roth-Congès 2003). Mais, dans un cas comme dans l’autre, les arguments épigraphiques ou monétaires sont fragiles (Py 2006, p. 404-405) et ceux fondés sur l’architecture ou l’urbanisme ne sont pas décisifs. Mais, surtout, elle se heurte à l’existence de plusieurs centres. Dans le cas des Samnagenses, à côté de Saint-Vincent, se trouve le Camp de César, à Laudun, doté d’un centre monumental dès le début de l’Empire (Goury 1997 ; 2002) et qui pourrait donc être lui-aussi le centre de ce peuple (Fiches 2002a, p. 122-123). A. Roth-Congès a d’abord avancé l’hypothèse d’une capitale double sur le modèle Vaison-Luc (Roth-Congès, Charmasson 1992, p. 63) avant de revenir à l’idée de l’existence de deux oppida latina séparés dont l’un seulement (elle ne dit pas lequel) serait celui des Samnagenses (Roth-Congès 2003, p. 554). Pour les Umbranici, elle définit leur territoire à partir des limites de l’évêché de Maguelone (dont elle pense qu’il reprend les limites d’une circonscription plus ancienne) et des réseaux centuriés. Celui-ci irait de Forum Domitii jusqu’à Ambrussum, en passant par Murviel-lès-Montpellier et Sextantio. Mais elle en exclut la bande littorale parce qu’on sait que l’étang de l’Or et Lattes appartiennent à la cité de Nîmes (ce qui revient à exclure Maguelone !). Par ailleurs, Forum Domitii, est assurément un des oppida adtributa de Nîmes puisque son nom n’apparaît pas dans la liste de Pline alors que sa dénomination même atteste une création ancienne, comme on le sait. Enfin, cela ne résout pas la question de savoir quel est le chef-lieu des Umbranici et complique sérieusement le problème par la multiplicité des établissements.

Fig. 34. La région de Nîmes

Fig. 34. La région de Nîmes

(Roth-Congès 2003, p. 554, Fig. 1)

Le cas de Murviel-lès-Montpellier

119Le site du Castellas, à Murviel-lès-Montpellier, est une parfaite illustration des implications entre le texte de Strabon et la réalité archéologique. L’établissement, assez vaste (il couvre plus de vingt hectares), est installé sur une des collines à l’orée des garrigues montpelliéraines, à l’arrière de la plaine littorale et un peu en retrait de l’axe majeur de la voie Domitienne. Il est entouré d’une fortification construite selon les techniques habituelles en Gaule méridionale à l’époque pré-romaine. Le cadre d’implantation et le site restent dans la tradition celtique méditerranéenne, raison pour laquelle on l’a considéré (et on le considère encore) comme un « oppidum » stricto sensu. Au XIX e s., sa naissance était mise au compte de l’expansion celtique (Montgravier, Ricard 1863). Dans les années 1970, il comptait parmi les oppida caractéristiques de la région montpelliéraine (Richard 1973, p. 21-48), idée à laquelle certains restent encore attachés (Py 2007, p. 1185). Or, ce que les travaux ont mis au jour depuis plus de 30 ans, c’est une agglomération que la chronologie et les vestiges tirent systématiquement vers la période (et la culture) romaines. Les recherches en cours semblent indiquer que le site est de création récente (il ne remonte pas au-delà du II e s. av. J.-C.) et connaît un véritable « boom » au I er s. av. J.-C. qui touche tous les domaines (artisanat, habitat privé et centre monumental) et tous les points du site (la ville « haute » comme la ville « basse » – Raux, Thollard 2003 ; Rapport 2006).

120On se retrouve donc au cœur du problème posé par Strabon. Voici un établissement situé dans le territoire des Arécomiques et qui connaît un fort développement dans cette période charnière du I er s. av. J.-C. Une inscription célèbre trouvée au XIX e s. mentionne deux édiles, Sextus VETTO et Caius PEDO, chargés, par décret des décurions, des travaux de réfection d’une voie et d’un bassin : Sex(tus) Vetto, C(aius) Pedo, aed(iles), viam lacum ex d(ecreto) d(ecurionum) ref(icienda) coer(averunt) (CIL, XII, 4190). Elle est de date haute, sans doute d’époque césarienne ou triumvirale, au plus tard des tout débuts de l’époque augustéenne (Christol 2002a, p. 85 ; 2002d). Voilà qui assure que l’agglomération a bénéficié, au moins un temps, du droit latin. Comme le nom antique n’est pas (encore) connu, on peut hésiter entre un des oppida ignobilia ou bien un des oppida de la liste de Pline non encore identifié. L’inscription elle-même ne permet pas de trancher, les édiles pouvant être des édiles nîmois agissant sur décision de l’ordo de la capitale ou des édiles propres de Murviel, auquel cas ils peuvent avoir appartenu à un oppidum ignobile, avant son changement de statut, comme à un oppidum resté autonome, d’où l’attitude prudente de M. Christol (Christol 2002d, p. 431 ; Raux, Thollard 2003, p. 89). Dans l’attente de la découverte de nouveaux documents épigraphiques, on interroge les vestiges archéologiques. L’élément le plus important (ici comme ailleurs) est le centre monumental au travers duquel on essaie de lire l’évolution du statut de l’agglomération (p. 183, fig. 33). De toute évidence, sa mise en place intervient à date haute : le premier état de l’esplanade et du portique doivent être placés vers le milieu du I er s. av. J.-C. (ce qui va dans le sens de l’utilisation de colonnes stuquées sans base) et se greffe (on le sait depuis les dernières campagnes de fouilles) sur un monument antérieur de tradition qu’on pourrait qualifier de « tardo-hellénistique » dans la mesure où il utilise le grand appareil de calcaire coquillier mis en œuvre selon les techniques bien connues à Marseille ou Glanum, par exemple (p. 186, fig. 35). Le monument corinthien (un temple ?) dégagé dans les années 1980 appartient à un état postérieur : il est accolé au mur de soutènement au sud de l’esplanade centrale (Gassend et al. 1994-1995, p. 108 ; Raux, Thollard 2003, p. 80). Les données stratigraphiques des premières fouilles, confirmées par des sondages récents, indiquent une construction à l’époque augustéenne et, plus précisément vers le changement d’ère. On ne connaît pas pour l’instant de programme ultérieur conséquent, datant, par exemple, de l’époque flavienne. L’abandon de l’ensemble est relativement précoce. Le centre monumental, en tant que tel, n’est plus utilisé sans doute dès le début du II e s. ap. J.-C. : les niveaux de destruction des salles adossées au portique nord, qui comprennent fragments de statues et inscriptions officielles (p. 187, fig. 36), sont scellées par des couches datées du milieu du II e s. ap. J.-C. L’abandon général de l’ensemble est effectif, au plus tard, au milieu du III e s. ap. J.-C., époque où l’on voit des constructions en bordure du centre monumental édifiées à partir de remplois et utilisant systématiquement des éléments arrachés à l’ancien complexe monumental (p. 187, fig. 37). On voit combien la lecture reste ambiguë et peut être interprétée aussi bien dans le sens d’un développement précoce suivi d’un abandon tout aussi rapide (Gassend et al. 1994-1995, p. 81 ; Fiches 1996, p. 183) que dans celui d’une installation plus durable (Favory 2002, p. 441 ; Roth-congès 2003, p. 555-558 ; Raux, Thollard 2003, p. 81).

121On attendra la suite des travaux sur ce site.

Fig. 35. Le monument en grand appareil de calcaire coquillier antérieur au centre monumental d’époque augustéenne

Fig. 35. Le monument en grand appareil de calcaire coquillier antérieur au centre monumental d’époque augustéenne

(P. Thollard)

Fig. 36. Niveaux de destruction du centre monumental dans une des salles adossées au portique nord : on reconnaît un bras appartenant à une statue en marbre blanc d’un personnage féminin et reposant sur des fragments d’inscription en marbre de Chemtou

Fig. 36. Niveaux de destruction du centre monumental dans une des salles adossées au portique nord : on reconnaît un bras appartenant à une statue en marbre blanc d’un personnage féminin et reposant sur des fragments d’inscription en marbre de Chemtou

(P. Thollard)

Fig. 37. Réoccupation aux abords sud-est du centre monumental. Les constructions sont édifiées à partir de remplois provenant de l’ancien complexe abandonné (deuxième moitié du IIIe s. ap. J.-C.)

Fig. 37. Réoccupation aux abords sud-est du centre monumental. Les constructions sont édifiées à partir de remplois provenant de l’ancien complexe abandonné (deuxième moitié du IIIe s. ap. J.-C.)

(P. Thollard)

Le temps chez Strabon

122La notice de Strabon passe d’une époque à l’autre sans transition. Le début, qui concerne la situation des Volques Arécomiques se réfère à la période antérieure à la conquête. Il n’y a aucune allusion à la fondation de la colonie de Narbonne ni aux « concessions » pompéiennes. Mais juste après la mention de la métropole, Nîmes, on passe brusquement à l’époque augustéenne et le changement se fait à l’intérieur même de la phrase. La comparaison avec le texte de Pline permet de donner un terminus après les années 20-15 av. J.-C. Enfin, avec l’évocation de la voie Domitienne qui termine le chapitre, on revient à une période « ancienne » empruntant sans doute une partie de la matière à Poseidonios. L’indication des distances en stades, à la fin, est particulièrement révélatrice (cf. La mesure de l’espace...), mais on sera également sensible à des dénominations topographiques un peu « archaïsantes » comme διὰ τῆϛ παραλίαϛ τῆϛ Μασσαλιωτικῆϛ καὶ τῆϛ Λιγυστικῆϛ. L’embarras devant le texte de Strabon tient à ces changements brusques de perspective historique qu’on n’identifie pas toujours facilement (Clavel-Lévêque 1970, p. 134). À la fin de la notice sur Nîmes, τὸ̀ ἔθνοϛ τοῦτο désigne bien le peuple des Arécomiques. Mais la réalité en est bien différente de celle évoquée juste avant : presque un siècle sépare les deux situations ! Si on veut garder au texte sa cohérence, il faut donc (ici comme ailleurs) se garder de toute lecture « globale » et analyser les informations de chaque paragraphe en les reportant dans le contexte historique qui est le leur, faute de quoi, la logique échappe.

123De cette manière, on n’a aucune raison de mettre en doute l’extension du territoire des Volques Arécomiques à la veille de la conquête (début du passage) : ils occupent la majeure partie de la région située à l’est du Rhône (sans le dépasser), jusqu’au pied des Cévennes, au nord, et jusqu’au-delà de Narbonne à l’ouest. Sur ce très vaste territoire, deux pôles principaux apparaissent : Narbonne, centre commercial, dont le rôle dépasse très largement le cadre des Arécomiques, et Nîmes comme centre politique. Mais on peut ajouter d’autres établissements, comme Béziers et la fondation massaliote d’Agde.

124On fait ensuite un bond jusqu’à la période augustéenne. Le territoire des Volques Arécomiques soumis à Nîmes est sans doute encore très vaste, mais beaucoup moins qu’auparavant. La situation décrite alors préfigure celle de la cité de Nîmes telle qu’on la restitue au Haut-Empire, avec les incertitudes que l’on connaît : fig. 32 (Fiches 2002a, p. 119-121). De toute évidence, c’est du côté occidental que la réduction s’est opérée.

125Comment et à quel rythme ? La confrontation avec les autres sources, au premier rang desquelles Pline, permet d’appréhender un peu l’évolution entre les deux époques pour restituer les étapes manquantes dans le texte de Strabon.

126Il faut d’abord envisager, juste après la conquête, en 118 av. J.-C., l’implantation de la première colonie de Narbonne avec un territoire qui est difficile à estimer à cause des transformations ultérieures (la deuxième déduction coloniale en 45 av. J.-C., puis, dix ans plus tard, la création de la colonie de Béziers) mais qui pourrait, s’étendre de l’Agly à l’Orb avec des limites septentrionales plus délicates à restituer (Gayraud 1981, p. 322-330), en particulier à cause de la question des Rutènes « Provinciaux » (Christol 1998, p. 213-216).

127On ne sait rien de précis des « concessions » pompéiennes. Il faut exclure d’emblée l’hypothèse qu’il s’agisse de la totalité des 24 établissements soumis à Nîmes comme on l’a soutenu récemment (Roth-Congès, Charmasson 1992, 52, n. 7 ; Roth-Congès 2003, p. 551). Cela équivaudrait pratiquement à la plus grande partie du territoire des Arécomiques et placerait, de fait, l’ensemble de ce peuple sous le contrôle de Marseille, ce qu’on n’a aucune raison d’imaginer (Christol, Goudineau 1988, p. 89). D’ailleurs, l’expression agros Volcarum Arecomicorum et Helviiorum doit être comprise comme désignant des terres et non l’ensemble du territoire. La position traditionnelle consiste à les voir du côté du Rhône à cause, entre autres, de la mention des Helviens, mais aussi à cause de la proximité des villes « marseillaises », Avignon et Cavaillon (Goudineau 1989b, p. 693 ; Mauné 2000, p. 237 etc.). Cependant, pourquoi ne pas les imaginer plus à l’ouest, dans une zone contrôlée par Marseille et protégée par Rome, c’est-à-dire entre Agde et Narbonne, sur tout ou partie des terres de la future colonie de Béziers ? Ainsi s’expliquerait le cadastre Béziers B considéré comme pré-colonial mais dont la fonction est toujours discutée (Clavel-Lévêque 1995a ; 1995b ; Chouquer 1993, p. 93-94 ; Fiches 1993, p. 104 ; 1998, p. 309-310 ; Mauné 2003, p. 292-293). Ainsi s’expliquerait également la précocité de l’occupation rurale dans ce secteur de la Transalpine souligné récemment (Mauné 2001, p. 249-250). Mais comme ces terres ont été perdues par Marseille après 49, la situation pour les Volques Arécomiques est inchangée.

128Viennent ensuite les réformes césariennes : octroi du droit latin, implantations coloniales et créations urbaines. La date d’octroi du droit latin a été discutée : l’idée d’une date haute reste la plus vraisemblable (Christol 1999, p. 14-16) mais adopter l’autre solution (autour des années 42 av. J.-C.) ne changerait globalement pas grand chose, du point de vue où nous nous plaçons ici. Les créations de cette période sont dans la partie occidentale : Forum Neronis dans la vallée de l’Hérault et Forum Domitii sur la voie Domitienne. Pour ce dernier, la création à date haute avancée à cause du nom de Domitius depuis Jullian (Jullian 1920-1926 [1993], p. 1, 444 ; Fiches 1996, p. 179 ; Lugand 2002, p. 400) est peu probable : outre les faibles traces archéologiques, qui en elles-mêmes ne sauraient prouver l’existence d’un établissement de droit latin, on voit mal à quoi correspondrait pour une période aussi haute une telle création totalement isolée. En revanche, elle s’insère bien dans la série des fora établis en Transalpine après l’octroi du droit latin (Christol 1999, p. 12-13). Cette série de mesures instaure (ou consacre ?) une nouvelle structuration du territoire désormais organisé à partir de communautés groupées autour d’un centre de droit latin (sauf Narbonne, bien sûr). Chez les Volques Arécomiques, ce sont forcément plus de 25 établissements qui existent : il faut ajouter à Nîmes et aux 24 oppida qui lui seront ensuite attribués ceux qui sont nommément cités dans la liste de Pline et dont certains sont bien connus, comme Forum Neronis ou Cessero ou Agde (que la libération de la tutelle marseillaise a transformé de facto en établissement de droit latin : Christol 1998, p. 211) tandis que d’autres font l’objet d’âpres discussions sur leur localisation à l’intérieur de la Province. Au cas des Umbranici et des Samnagenses dont on a déjà parlé il faut ajouter celui de Piscinae, longtemps identifié à Pézenas mais plus par habitude que sur la foi de véritables arguments dont la localisation est aujourd’hui discutée, les uns tenant toujours pour la localisation traditionnelle (Mauné 2003, p. 282-283) quand d’autres la contestent avec des arguments tout à fait valables (Barruol 2002, p. 31). Passons. La nouvelle déduction coloniale de Narbonne et, très probablement, la première de Nîmes (mais de droit latin) confirment la prééminence de ces deux centres.

129L’étape suivante est la série de déductions coloniales de l’époque triumvirale qui voit, pour les Arécomiques, l’installation de Béziers (vers 36 av. J.-C.), considérée comme une extension de celle de Narbonne à laquelle elle se juxtapose (Christol 1998, p. 218-219). Si des oppida latina antérieurs ont été absorbés lors de cette déduction, ce ne sont ni Cessero ni Agde ni Piscinae puisque leur nom figure toujours sur la liste de Pline : l’argument de l’extension des traces repérées du réseau cadastral souvent avancé pour le cas d’Agde est forcément fragile (Clavel-Lévêque 1998, p. 15-18 ; Ugolini 2002, p. 362-363). Par principe, il faut admettre que tous les centre mentionnés par Pline sont demeurés indépendants jusqu’au début de l’époque flavienne (au moins).

130On se retrouve donc, à l’ouest du domaine des Arécomiques, avec une série de territoires indépendants qui sont d’abord des colonies de droit romain (Narbonne et Béziers) puis une série d’établissements de droit latin alignés sur la vallée de l’Hérault (du sud au nord : Agde, Cessero, Forum Neronis, en ne tenant pas compte du cas douteux de Piscinae). Faut-il interpréter cette situation comme une politique délibérée destinée à laisser entre la colonie latine de Nîmes et la ou les colonies romaines un cordon de cités latines, comme le suggère J.-L. Fiches (Fiches 2002, p. 124) ? On n’en voit guère l’intérêt. Mais la logique territoriale est certaine. C’est tout le territoire à l’est de l’Hérault qui passera sous le contrôle exclusif de Nîmes entre les années 20 et 15 av. J.-C., selon les informations données par Strabon dans la notice sur Nîmes (abstraction faite des communautés non localisées qui sont restées autonomes).

131L’analyse qu’on peut faire des passages qui concernent les Arécomiques et les Tectosages montre une parfaite cohérence. Le domaine des Arécomiques s’étend largement à l’ouest de l’Hérault pendant la période de l’indépendance. Après la conquête, à la suite de réorganisation césarienne et triumvirale, plusieurs entités administratives seront établies sur leur territoire dont la plus importante est la cité de Nîmes. L’importance du territoire placé sous le contrôle de Nîmes n’est que le prolongement, à l’époque romaine, de celle qu’avait le peuple des Arécomiques avant la conquête et confirme la hiérarchie qu’il faut établir entre Arécomiques et Tectosages. Dans cette nouvelle configuration, l’Hérault, souvent présenté comme une frontière ancienne et durable, résulte en fait d’une organisation récente qu’on ne pourra guère faire remonter avant le milieu du I er s. av. J.-C. D’où l’erreur de Ptolémée attribuant par défaut aux Tectosages toutes les villes à l’ouest de l’Hérault, simplement parce qu’elles n’étaient pas sur le territoire de la cité des Arécomiques !

Notes

1 Autres attestations chez Strabon : III, 3, 8 ; IV, 6, 8 ; V, 3, 2 ; V, 3, 4 ; VII, 1, 48 ; IX, I, 9 ; XVI, 2, 14 ; XVI, 4, 22.

2 Helvios qui fines Arvernorum contingunt (B.G., VII, 7).

3 Mons Cevenna, qui Arvernos ab Helviis discludit  (B. G., VII, 8).

4 Gabalos proximosque pagos Arvernorum in Helvios, item Rutenos Cadurcosque ad fines Volcarum Arecomicorum depopulandos mittit (B. G., VII, 64).

5 parem numerum Arvernis, adiunctis Eleutis, Cadurcis, Gaballis, Vellaviis, qui sub imperio Arvernorum esse consuerunt (B.G., VII, 75).

Table des illustrations

Titre Fig. 18. Les régions du sud-ouest de la Gaule
Crédits (CNRS-UMR 5140).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-1.png
Fichier image/png, 395k
Titre Fig. 19. La frontière entre les Helviens et les Arécomiques
Crédits (Dupraz 2003, p. 490, fig. 1)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-2.png
Fichier image/png, 195k
Titre Fig. 20. Le Narbonnais
Crédits (CNRS-UMR 5140)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-3.png
Fichier image/png, 150k
Titre Fig. 21. La situation des peuples du sud-ouest dans la représentation traditionnelle
Crédits (CNRS-UMR 5140)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-4.png
Fichier image/png, 113k
Titre Fig. 22. Les grands domaines culturels du Midi de la Gaule à la transition de l’âge du Fer I et de l’âge du Fer II selon M. Py
Crédits (D’après Py 1993, p. 39, fig. 3) DAO P. Thollard.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-5.png
Fichier image/png, 96k
Titre Fig. 23. L’extension de la culture du Grand Bassin I : carte de répartition des nécropoles et des habitats
Crédits (Janin 2002, p. 110, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 24. Narbonne, les étangs actuels et les installations portuaires antiques
Crédits (Dellong et al. 2002, p. 101, fig. 2)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 25. La restitution du littoral Narbonnais
Crédits (M. Gayraud 1968, p. 55, fig. 3)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-8.png
Fichier image/png, 218k
Titre Fig. 26. Le cadre géographique et géologique de Narbonne
Crédits (Rescanières 2002, p. 45, fig. 1)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Fig. 27. Carte de répartition générale des monnaies à la croix : A : en quantité absolue ; B : en pourcentage par rapport aux autres monnaies
Crédits (D’après Py 2006, p. 567, fig. 148 - DAO P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-10.png
Fichier image/png, 208k
Titre Fig. 28. Carte de répartition des monnaies à la croix dite « à l’oreille ou à l’œil »
Crédits (D’après Py 2006, p. 543, fig. 141- DAO P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-11.png
Fichier image/png, 105k
Titre Fig. 29. Carte de répartition des monnaies à la légende BHTAPPATIC
Crédits (D’après Py 2006, p. 583, fig. 157- DAO P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-12.png
Fichier image/png, 103k
Titre Fig. 30. Carte de répartition des monnaies à la croix à la hache aux « olives » et croissants
Crédits (D’après Py 2006, p. 511 fig. 119 - DAO P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-13.png
Fichier image/png, 100k
Titre Fig. 31. Carte des peuples à l’ouest du Rhône, selon Strabon
Crédits (P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-14.png
Fichier image/png, 147k
Titre Fig. 32. Le territoire de la cité de Nîmes au Haut-Empire
Crédits (D’après Fiches 2002b, p. 121 Fig. 2 - DAO P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-15.png
Fichier image/png, 587k
Titre Fig. 33. Le centre monumental de Murviel-lès-Montpellier
Crédits (G. Marchand, P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-16.png
Fichier image/png, 51k
Titre Fig. 34. La région de Nîmes
Crédits (Roth-Congès 2003, p. 554, Fig. 1)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-17.png
Fichier image/png, 356k
Titre Fig. 35. Le monument en grand appareil de calcaire coquillier antérieur au centre monumental d’époque augustéenne
Crédits (P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 36. Niveaux de destruction du centre monumental dans une des salles adossées au portique nord : on reconnaît un bras appartenant à une statue en marbre blanc d’un personnage féminin et reposant sur des fragments d’inscription en marbre de Chemtou
Crédits (P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 37. Réoccupation aux abords sud-est du centre monumental. Les constructions sont édifiées à partir de remplois provenant de l’ancien complexe abandonné (deuxième moitié du IIIe s. ap. J.-C.)
Crédits (P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/102/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search