Version classiqueVersion mobile

La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie

 | 
Patrick Thollard

Deuxième partie. Études :‎ Strabon et la Narbonnaise

Chapitre III. L’appréhension de l’espace et des hommes : Celtique et Gaule, Celtes et Gaulois

Texte intégral

1Le livre IV s’ouvre sur la phrase suivante : ̓Εφεξῆϛ δʹἐστὶν ἡ ὑπὲρ τῶν Ἄλπεων Κελτική : « À la suite [de l’Ibérie] vient la Keltikè Transalpine. » « La Keltikè Transalpine » est la traduction mot à mot de la périphrase ἡ ὑπὲρ Ἄλπεων Κελτική, elle-même calquée sur la formule latine Gallia Transalpina, à ceci près que Strabon parle de Celtique – Κελτική et non de Gaule – Γαλατία ou Γαλλία. Toute la question est donc de savoir quel sens il faut donner à cette dénomination particulière et, au-delà, au vocabulaire utilisé par Strabon pour parler de la Gaule et des Gaulois. Le problème rejoint ici des travaux récents concernant, d’une part, la perception et l’appréhension du monde des Gaulois dans l’Antiquité (Arnaud à paraître) et, d’autre part, l’emploi des termes Celtes et Gaulois chez les auteurs antiques (Goudineau 2004 ; 2005).

Strabon et la tradition grecque

  • 1 3 ex. : II, 5, 31 ; XII, 5, 1 ; XII, 5, 4.
  • 2 22 ex. : XII, 1, 1 ; XII, 2, 2 (2 ex.) ; XII, 3, 1 ; XII, 3, 6 ; XII, 3, 9 ; XII, 3, 12 ; XII, 3, 1 (...)
  • 3 17 ex. : II, 4, 4 (2 ex.) ; III, 2, 8 ; IV, 1, 1 ; IV, 1, 5 (2 ex.) ; IV, 1, 14 ; IV, 3, 2 ; IV, 5, (...)

2Le vocabulaire de Strabon concernant la Gaule et la Celtique est toujours précis et reste cohérent dans toute l’œuvre. D’une part, Strabon n’emploie jamais le terme de Γαλλία. D’autre part, le terme de Γαλατία, dans la Géographie, renvoie toujours à la Galatie, la « Gaule » d’Asie Mineure1. De la même manière l’ethnique Gaulois, sous la forme Γαλλοί, n’est pas utilisé par Strabon. En revanche, on trouve Γαλάται utilisé d’abord pour désigner les Galates d’Asie Mineure (essentiellement au L. XII)2 mais aussi d’une manière plus générale, pour caractériser certains peuples (comme les Scordisques – VII, 2, 2), ou pour opposer les Gaulois à d’autres (les Ibères ou les Germains, principalement au livre IV) ou, encore, comme simple équivalent de Celtes3.

  • 4 16 ex. : II, 4, 3 ; II, 5, 8 ; II, 5, 19 ; II, 5, 28 (2 ex.) ; III, 1, 3 ; III, 4, 19 ; IV, 1, 1 (3 (...)

3La forme courante de l’adjectif est Γαλατικόϛ4. Le terme est le plus souvent pris dans un sens géographique : il est alors toujours associé au mot golfe – κόλποϛ et désigne le ou les golfes « galatiques » dans une expression figée (10 ex.). Mais l’acception ethnique ou ethnographique se rencontre aussi : dans ce cas, l’adjectif est généralement associé à ἔθνη – peuples ou φῦλον – groupe humain (6 ex. : IV, 1, 1 ; IV, 2, 1 – 3 fois –  ; IV, 4, 2 ; IV, 7, 1). On n’a pas suffisamment insisté sur la présence insolite de la forme Γαλλικόϛ qui figure au début du chapitre ethnographique en IV, 4, 2, associé à Γαλατικόϛ :

Τὸ δὲ σύμπαν φῦλον, ὃ νῦν Γαλλικόν τε καὶ Γαλατικὸν καλοῦσιν
Dans son ensemble, la famille de peuple qu’on appelle aujourd’hui soit gallique soit galatique…

4Le passage est considéré, à juste titre, comme dérivant de Poseidonios (fr. 33). Mais, de toute évidence, le mot Γαλλικόν lui-même est inconnu de Poseidonios. Il n’existe pas chez Diodore de Sicile. Son emploi unique chez Strabon est la plus ancienne attestation dans la littérature grecque : il ne se rencontre pas avant Dion Cassius et Ptolémée. C’est donc un ajout (une actualisation) de Strabon, transcrivant le latin Gallicus, à destination d’un public sinon proprement romain du moins familier de la terminologie latine en usage à l’époque augustéenne.

5En dehors de cet exemple, le vocabulaire de Strabon est tout à fait en accord avec les usages des écrivains grecs de son temps. Ainsi, Γαλλία reste inusité chez les historiens et géographes « classiques » : Plutarque l’ignore encore ; on le trouve quatre fois chez Dion Cassius (et toujours au pluriel) ; il faut attendre Ptolémée pour le voir utilisé de manière plus habituelle (12 ex.). Même chose pour Γαλατία qui ne devient courant pour désigner la Gaule (ou les Gaules) qu’à l’époque impériale (Dion Cassius, Plutarque etc.) et donne le composé Κελτογαλατία qui se retrouve chez Ptolémée. Quant à Γαλλοί, inconnu de Strabon, il n’apparaît pas avant le II e s. ap. J.-C.

6L’évolution du vocabulaire dans ce domaine est significative. Nous avons réuni dans le tableau ci-après (à partir du TLG) les fréquences d’emploi des termes de la famille Γαλατ– et ceux de la famille Κελτ– chez cinq écrivains grecs s’étageant du II e s. av. J.-C. au III e s. ap. J.-C., choisis parmi les plus représentatifs (on a exclu Ptolémée, à cause de Κελτογαλατία qui appartient aux deux familles) (fig. 10 et 11). Le résultat est net. En dehors du cas de Polybe, que nous envisagerons dans un instant, on constate une lente évolution qui voit l’inversion de fréquence des mots de la famille Κελτ– (66/34, chez Strabon) au profit de ceux formés sur la racine Γαλατ– (74/26 chez Dion Cassius). Or, on sait que, dès la période républicaine, la littérature latine, elle, privilégie sans nuance « Gaulois » sur « Celtes ». Qu’on songe à la Guerre des Gaules dans laquelle le terme Celtae n’est employé qu’une fois (au tout début de l’ouvrage) alors que L.-A. Constans dénombre environ 110 emplois de Galli et plus de 160 de Gallia (toujours au singulier).

Fig. 10. Occurrences des mots de la famille Galat* et Kelt* chez quelques historiens et géographes grecs (relevé d’après le TLG).

Γαλάται

Γαλατία

Γαλατικός

Κελτοί

Κελτική

Κελτικός

Polybe

105

18

12

126

2

1

Strabon

40

4

16

43

52

23

Diodore de Sicile

43

18

3

39

11

3

Plutarque

77

74

21

47

11

16

Dion Cassius

100

128

14

55

14

14

Fig. 11. Pourcentage des mots de la famille Galat* et Kelt* chez quelques historiens et géographes grecs (relevé d’après le TLG).

Galat*

Kelt*

Polybe

51%

49%

Strabon

34%

66%

Diodore de Sicile

55%

45%

Plutarque

70%

30%

Dion Cassius

74%

26%

7La comparaison avec Polybe apporte un autre éclairage. Ce dernier utilise aussi bien le terme de Gaulois – Γαλάται (105 ex.) que celui de Celtes – Κελτοί (126 ex.). On pourrait croire que c’est d’abord parce qu’il épouse la perspective romaine dans sa relation des guerres puniques qui forme l’essentiel des livres conservés. Dans une étude récente sur Polybe et les Gaules, E. Foulon souligne que l’historien réserve le terme de Κελτοί aux Celtes d’Occident tandis que Γαλάται peut désigner à la fois les Celtes de l’Est et ceux de l’Ouest, avec cette réserve, cependant, que les Celtes d’Orient sont toujours désignés par Γαλάται (Foulon 1997, p. 104). Il faut ajouter, à notre avis, que l’emploi est déterminé également par le contexte : quand il mentionne les contingents mercenaires ou les corps expéditionnaires (l’évocation de la prise de Rome, du sac de Delphes, des mercenaires engagés à Carthage), il parle de Galates ; quand il évoque les peuples ou les régions qu’ils habitent, il revient à Celtes. Cette indifférence dans le choix des termes amène à suivre la conclusion formulée par Chr. Goudineau, selon qui il n’y a pas de différence fondamentale entre les termes Κελτοί et Γαλάται (Goudineau 2004, p. 694-695). Le traitement est identique chez Polybe et Strabon. Et on verra qu’il en est de même chez Diodore, à quelques nuances près.

8Il y a donc deux traditions, bien installées : l’une, la grecque, parle de Celtes, de Celtique et, parfois, quand le contexte le demande, de Galate ou de galatique. L’autre, la romaine, emploie systématiquement Gaulois et Gaule. Parler de Celtes et Gaulois ou de Celtique et de Gaule ne relève que d’habitudes culturelles et linguistiques et une stricte équivalence existe terme à terme.

César et la Gaule (et les Gaulois)

9Les choses se compliquent avec César. Revenons au passage bien connu de la présentation des peuples au début de la Guerre des Gaules. On lit ceci : à côté des Aquitains et des Belges, habitent « ceux qui dans leur langue s’appellent Celtes et dans la nôtre Gaulois » : qui ipsorum lingua Celtae, nostra Galli appellantur (BG, I, 1). Ce faisant, César affirme (ou réaffirme) sans ambiguïté l’équivalence entre les termes Galli et Κελτοί (à laquelle, par ailleurs, il tente de donner une explication simple). Mais, dans le même temps, comme on le sait, il introduit une rupture dans l’égalité entre les termes Gaule et Celtique. Toute la tradition antérieure à César, aussi bien grecque que romaine (et jusqu’à Cicéron) considérait que les Germains étaient des Gaulois et que leur territoire faisait partie de la Celtique (Goudineau 2004, p. 966-971). Cette tradition a, du reste, subsisté, dans certains cas, jusqu’à l’époque augustéenne : il n’y a qu’à voir, par exemple, la description de la Celtique chez Denys d’Halicarnasse, pourtant contemporain de Strabon (Antiquités Romaines, 14 A : Lafon 2002, p. 276-277). À l’inverse, César impose de nouvelles frontières qui excluent désormais Germains et Germanie du monde gaulois (Goudineau 2005, p. 675-677). Comme l’a montré Chr. Goudineau, il réalise une sorte de coup de force –ou une révolution– en « inventant » la Gaule, c’est-à-dire en isolant à l’intérieur de la Celtique un territoire, regroupant plusieurs peuples (Celtes/Gaulois, Aquitains et Belges) entre lesquels il ne fait plus de différence et qu’il dote de frontières « naturelles » (l’Océan, le Rhin, les Alpes) correspondant aux limites atteintes par sa propre conquête (Goudineau 2002 ; 2004). On sait que le premier effet est de séparer Gaulois et Germains, « l’invention » de la Gaule ayant comme corollaire celle de la Germanie (Goudineau 2005). Ainsi César fera tout pour montrer que les Germains sont à l’opposé des Gaulois et qu’on ne peut donc les confondre avec eux (Thollard 2006, p. 23-24). Conclusion : dans la Guerre des Gaules, Galli est bien la traduction de Κελτοί (ou plus exactement de Κέλται) mais Gallia n’est plus l’équivalent de Κελτική. On voit l’embarras où met le texte de César : si la Gaule n’est plus à proprement parler la Celtique qu’elle était auparavant, par voie de conséquence, les Gaulois ne sont plus exactement les Celtes d’antan. Que vaut alors, en réalité, l’équivalence Galli/Κελτοί ? Quelle que soit la réponse, on gardera à l’esprit que le problème posé ici concerne le référent mais non l’équivalence formelle entre les termes Galli/Κελτοί et Gallia/ Κελτική.

Les Gaulois du Midi sont-ils des Celtes ?

10Reste la question de la Gaule méridionale. Comme l’ont souligné tous les commentateurs depuis L.-A. Constans, les remarques de César ne concernent qu’une partie du territoire, celui sur lequel il est intervenu, la Gaule intérieure ou Gallia comata, à l’exclusion de la Province déjà conquise (Constans 1926 [1996], p. 2, n. 1). Que deviennent les Gaulois du Midi ? Sont-ils toujours des Celtes ou bien, dans l’esprit du conquérant, ce terme ne s’applique-t-il plus à eux, réservé désormais aux seuls habitants de la Comata (dans ses nouvelles limites) ? César exclut-il les méridionaux comme les Germains ? La question n’est pas innocente, dans la mesure, on le sait, où tout un courant de l’archéologie contemporaine voit dans la Gaule méridionale un territoire dont le peuplement serait bien différent de celui de la Gaule intérieure (ce dont on aura à reparler : cf. Ligyens et Salyens) et appuie cette thèse sur le texte de César (Py 2003, p. 301, n. 4).

11En fait, on ne trouvera rien chez César qui puisse aboutir à la conclusion que la Gaule méridionale n’est pas gauloise ou celte. C’est ce que montre l’emploi du mot Gallia dans la Guerre des Gaules. Sans qualificatif, toujours au singulier et renforcé très souvent par tota ou omnis, Gallia désigne toujours la Gaule intérieure dans son ensemble (Gallia comata ne se rencontre jamais). La Transalpine est désignée par Gallia ulterior, Gallia Transalpina ou Gallia Provincia ; la Cisalpine par Gallia citerior ou Gallia Cisalpina. La répétition incessante de Gallia –utilisée absolument– répond au dessein d’insinuer dans l’esprit des lecteurs la nouvelle dénomination que César est en train d’imposer. Mais l’usage de Gallia n’est en rien exclusif, il n’est pas réservé à la Gaule intérieure. Le changement de perspective opéré par César ne concerne que la géographie (le découpage à l’intérieur de l’espace de la Celtique) mais non l’équivalence ethnique entre les termes Gaulois et Celtes. Dans ces conditions, rien n’empêche que les Transalpins et les Cisalpins ne soient aussi des Celtes dans l’esprit de César.

12Le texte de Strabon permet de trancher définitivement le débat, par deux passages encadrant le chapitre consacré à la Narbonnaise : IV, 1, 1 et IV, 1, 14.

13IV, 1, 1. L’introduction du livre IV est essentiellement consacrée à la question de la définition de la Celtique et, plus exactement, à son organisation interne. Tout le passage est construit sur une opposition entre une conception traditionnelle ou ancienne, dirions-nous, des divisions internes de la Celtique et la conception amenée par la réorganisation administrative augustéenne. Strabon commence par le rappel de la conception ancienne qu’il attribue à « certains auteurs » (οἱ μέν) dont il ne donne pas la liste mais qu’on devine plus ou moins (Ératosthène, Polybe, Poseidonios…) et au nombre desquels il faut forcément compter César (puisque celui-ci est cité nommément à la fin du passage). Ce rappel des auteurs antérieurs est marqué par la répétition de ἔλεγον (« ils disaient que… ») qui scande régulièrement l’exposé.

14Si on fait abstraction des deux incises, l’une, brève, sur l’identité des genres de vie et du régime politique et l’autre, plus développée, sur les frontières de la Celtique (incises qui sont, comme on l’a dit, une des « marques de fabrique » de Strabon) le fil du raisonnement se restitue sans ambiguïté.

15Dans la conception traditionnelle, nous dit Strabon, on distinguait trois ensembles : les Aquitains, les Celtes et les Belges dont les limites sont bien connues (et déterminées en fonction de la cartographie antique : Goudineau 1990a, p. 165). Les Aquitains se situent au nord des Pyrénées, entre Océan et Garonne :

(...) τοὺϛ τὰ βόρεια τῆϛ Πυρήνηϛ μέρη κατέχονταϛ καὶ τῆϛ Κεμμένηϛ μέχρι πρὸϛ τὸν ὠκεανὸν τὰ ἐντὸϛ Γαρούνα ποταμοῦ.
(...) ceux qui occupaient les régions septentrionales des Pyrénées et du Cémmène jusqu’à l’Océan en deçà du fleuve Garonne.

16Les Celtes (Κέλται) ont pour limite à l’ouest, les Pyrénées, au nord le Cemmène, à l’est les Alpes et, au sud, la Méditerranée :

(...) τοὺϛ ἐπὶ θάτερα μέρη καθήκονταϛ καὶ τὴν κατὰ Μασσαλίαν καὶ Νάρβωνα θάλατταν, ἁπτομένουϛ δὲ καὶ τῶν ̓Αλπίων ὀρῶν ἐνίων.
(...) ceux qui s’étendaient vers les autres régions et vers la mer riveraine de Massalia et de Narbo et qui confinaient aussi à certaines montagnes des Alpes.

17Les Belges sont sur le reste de l’Océan jusqu’au Rhin :

(...) τοὺϛ λοιπούϛ τε τῶν παρωκεανιτῶν μέχρι τῶν ἐκβολῶν τοῦ ̔Ρήνου καί τιναϛ τῶν παροικούντων τὸν ̔Ρῆνον καὶ τὰϛ Ἄλπειϛ.
(...) le reste des peuples limitrophes de l’Océan jusqu’aux bouches du Rhin ainsi que certains de ceux qui habitent en bordure du Rhin et des Alpes.

18Cette disposition traditionnelle est celle qu’envisage également « le dieu César dans ses commentaires » (Οὕτω δὲ καὶ ὁ θεὸϛ Καῖσαρ ἐν τοῖϛ ̔Υπομνήμασιν). Elle est représentée sur la carte de la fig. 12.

Fig. 12. Division traditionnelle de la Celtique Transalpine, d’après Strabon IV, 1, 1

Fig. 12. Division traditionnelle de la Celtique Transalpine, d’après Strabon IV, 1, 1

(Chr. Goudineau, P. Thollard)

19À l’inverse, la réforme augustéenne introduit une division quadripartite dont Strabon donne les nouvelles limites :

̔Ο δὲ Σεβαστὸϛ Καῖσαρ τετραχῆ διελὼν τοὺϛ μὲν Κέλταϛ τῆϛ Ναρβωνίτιδοϛ ἐπαρχίαϛ ἀπέφηνεν, Ἀκυιτανοὺϛ δ' οὕσπερ κἀκεῖνοϛ, προσέθηκε δὲ τετταρεσκαίδεκα ἔθνη τῶν μεταξὺ τοῦ Γαρούνα καὶ τοῦ Λείγηροϛ ποταμοῦ νεμομένων· τὴν δὲ λοιπὴν διελὼν δίχα τὴν μὲν Λουγδούνῳ προσώρισε μέχρι τῶν ἄνω μερῶν τοῦ Ῥήνου, τὴν δὲ τοῖϛ Βέλγαιϛ.
En revanche, César Auguste, opérant une quadruple division, a individualisé les Keltai de la province Narbonnaise ; aux Aquitains, il a conservé l’acception césarienne mais il leur a ajouté quatorze des peuples qui habitent entre la Garonne et la Loire. Pour le reste, l’ayant partagé en deux, il a rattaché à Lyon la partie qui s’étend jusqu’au cours supérieur du Rhin et l’autre aux Belges.

20Cette nouvelle organisation est représentée fig. 13.

Fig. 13. Division de la Celtique Transalpine après la réforme augustéenne, d’après Strabon IV, 1, 1

Fig. 13. Division de la Celtique Transalpine après la réforme augustéenne, d’après Strabon IV, 1, 1

(Chr. Goudineau, P. Thollard)

21Les commentateurs du texte ont souvent été gênés par la mention de César parmi les tenants de la répartition traditionnelle. En effet, la division rappelée par Strabon ne pouvait être celle de César puisque ce dernier n’envisageait que la Gaule intérieure. Pour expliquer la difficulté, on a invoqué, d’une part, un ou plusieurs intermédiaires entre Strabon et César (Timagène, Asinius Pollion etc.) et, d’autre part, une erreur d’interprétation du géographe qui aurait rendu à César ce qui appartenait en fait à Poseidonios (Lasserre 1966, p. 122, n. 4). Laissons de côté la difficile question des intermédiaires éventuels entre César et Strabon. Mais quels qu’ils soient, l’erreur imputée à Strabon n’existe pas.

22En effet, il s’agit, pour le géographe, de montrer en quoi la réforme augustéenne représente un véritable changement de perspective. À une Celtique (ou une Gaule) dont les trois parties correspondaient aux zones de peuplement des trois grandes composantes, Celtes/Gaulois, Aquitains, Belges, Auguste substitue une organisation en quatre ensembles déconnectés des aires de peuplement originelles. Les Celtes sont éclatés sur les quatre nouveaux territoires : ceux du Midi sont « distingués » (c’est le sens de ἀπέφηνεν) dans la province de Narbonnaise, les autres sont répartis dans trois autres ensembles qui formeront les provinces d’Aquitaine, de Lyonnaise et de Belgique (Strabon n’emploie pas le terme de province mais garde l’appellation ethnique). Les Aquitains (nouveaux) sont augmentés de quatorze peuples Celtes situés entre Garonne et Loire. Le reste du territoire est divisé en deux parties, attribuée l’une à Lyon, l’autre aux Belges, et dont les limites sont précisées plus loin (IV, 3, 1). Comme cela a été montré il y a quelques années (Goudineau 1990a), les frontières des peuples rattachés à Lyon et aux Belges, attribuées par Strabon à la réforme augustéenne, ne correspondent pas à l’organisation des provinces telle qu’on la connaît plus tard sous l’Empire (probablement à partir de Tibère) : le territoire entre Loire et Rhin est divisé par une ligne est-ouest (« qui passe par le milieu des plaines ») séparant la Belgique, au nord, de la Lyonnaise, au sud (fig. 13). Du coup, l’ancienne Belgique se voit attribuer un certain nombre de peuples Celtes (Strabon ne dit pas lesquels). Chr. Goudineau voit dans cette modification un rééquilibrage du même ordre que celui de l’Aquitaine.

23On comprend l’insistance de Strabon. Il y a un changement véritable entre la division tripartite de la Celtique, fondée sur les ensembles ethniques et la réorganisation augustéenne dans laquelle les limites des nouvelles provinces obéissent à des considérations géopolitiques (et c’est véritablement une rupture et non une « confirmation  » comme le pense M. Bats qui donne, à tort, à ἀπέφηνεν le sens de déclarer, proclamer, affirmer : Bats 2005, p. 13). De ce point de vue, donc, la division traditionnelle tripartite est bien celle que l’on trouve chez César. Que ce dernier ne décrive que la Gaule intérieure (le théâtre des opérations) ne remet pas en cause l’analyse générale. Que, par ailleurs, cette division « traditionnelle » soit principalement celle de César (puisque Strabon intègre la Celtique dans ses nouvelles limites, définies par César), n’est pas non plus une difficulté.

24IV, 1, 14. En conclusion du chapitre consacré à la Narbonnaise, Strabon essaie d’expliquer pourquoi les Grecs ont étendu le nom de Celtes autrefois réservé aux seuls habitants de la Narbonnaise (sous la forme Κέλται), à l’ensemble des Gaulois (en utilisant la forme Κελτοί), invoquant soit la célébrité des Celtes du Midi soit la médiation de Marseille qui aurait contribué à populariser leur nom. On a rapproché tout naturellement cette conclusion d’un passage célèbre de Diodore de Sicile et dont la source commune est attribuable à Poseidonios. Diodore souligne qu’il convient de distinguer Celtes et Gaulois (ce qu’on ne sait pas toujours, d’après lui) :

Χρήσιμον δ' ἐστὶ διορίσαι τὸ παρὰ πολλοῖϛ ἀγνοούμενον. Τοὺϛ γὰρ ὑπὲρ Μασσαλίαϛ κατοικοῦνταϛ ἐν τῷ μεσογείῳ καὶ τοὺϛ παρὰ τὰϛ Ἄλπειϛ, ἔτι δὲ τοὺϛ ἐπὶ τάδε τῶν Πυρηναίων ὀρῶν Κελτοὺϛ ὀνομάζουσι, τοὺϛ δ' ὑπὲρ ταύτηϛ τῆϛ Κελτικῆϛ εἰϛ τὰ πρὸϛ ἄρκτον νεύοντα μέρη παρά τε τὸν ὠκεανὸν καὶ τὸ Ἑρκύνιον ὄροϛ καθιδρυμένουϛ καὶ πάνταϛ τοὺϛ ἑξῆϛ μέχρι τῆϛ Σκυθίαϛ Γαλάταϛ προσαγορεύουσιν· οἱ δὲ Ῥωμαῖοι πάλιν πάντα ταῦτα τὰ ἔθνη συλλήβδην μιᾷ προσηγορίᾳ περιλαμβάνουσιν, ὀνομάζοντεϛ Γαλάταϛ ἅπανταϛ.
Il est utile de faire une distinction que beaucoup ignorent. On appelle Keltoi ceux qui habitent dans l’arrière pays de Marseille et en bordure des Alpes ainsi que vers les Pyrénées. En revanche, on appelle Galatai ceux qui sont installés, au-dessus de cette même Celtique, dans les régions qui sont tournées vers le nord, le long de l’océan et de la forêt hercynienne, ainsi que tous ceux qui vivent au-delà jusqu’en Scythie. Mais les Romains, de leur côté, rangeant globalement tous les peuples sous une unique appellation, les appellent tous Galatai. (Histoires, V, 32)

25Donc, pour lui, les Celtes véritables sont ceux qui habitent au sud, en Narbonnaise (les limites qu’il donne correspondent exactement à celles de la Province) tandis que les Gaulois habitent plus au nord, dans la Gaule continentale et en Germanie. Et ce sont les Romains qui ont confondu les deux en leur donnant le même nom.

26On pourrait ajouter le témoignage de Pausanias, certes plus tardif, à propos des Gaulois venus envahir la Grèce :

Οἱ δὲ Γαλάται οὑτοι νέμονται τῆϛ Εὐρώπηϛ τὰ ἔσχατα (...) ὀψὲ δέ ποτε αὐτοὺϛ καλεῖσθαι Γαλάταϛ ἐξενίκησεν · Κελτοὶ γὰρ κατά τε σφᾶϛ τὸ ἀρχαῖον καὶ παρὰ τοῖϛ ἄλλοιϛ.
Ces Galatai habitent les confins de l’Europe (...) Le nom de Galatai qu’on leur donne n’a prévalu que bien plus tard : autrefois on les appelait Keltoi, aussi bien chez eux qu’auprès des autres peuples. (Pausanias, Périégèse, I, 4)

27La remarque de Strabon confirme deux choses. D’abord, les Gaulois du Midi sont bien des Celtes (ils le sont même avant ceux du nord) : donc, les habitants de la Gallia Transalpina de l’époque de César étaient des Κελτοί (ou Κέλται) comme ceux de la Gallia comata. En second lieu, à l’instar des Romains à qui Diodore reprochait d’avoir confondu sous un même nom des peuples différents, les Grecs ont fait la même chose, en généralisant l’emploi de Celtes pour désigner tous les Gaulois.

28Résumons.

29Deux noms différents existent à l’origine, en grec, pour désigner les Celtes, Γαλάται et Κέλται, mais on ne fait pas pratiquement de différence entre eux (même si on garde l’habitude de désigner les Gaulois d’Orient par Galates). Les Romains ont utilisé pour tous le terme de Gaulois / Galli. Antérieurement à César, les termes Κελτική / Gallia d’une part et Κελτοί / Galli d’autre part, étaient donc strictement équivalents. À partir de César, le terme Gallia désigne un nouvel espace, celui conquis entre 58 et 52 av. J.-C. Pour autant, l’équivalence Κελτική / Gallia n’est pas fondamentalement remise en cause, pas plus que celle entre Κελτοί et Galli, malgré les risques de confusion (puisqu’en utilisant le terme de Celtique on ne saura pas toujours si on parle de l’ancienne Celtique ou de la nouvelle Gaule).

30Strabon, qui écrit sous Auguste et Tibère reste fidèle à la tradition grecque, antérieure à César et dans la lignée directe de Poseidonios. La seule concession à la modernité est la présence de Γαλλικόϛ en IV, 4, 2. Il appelle donc les Gaulois Celtes, mais sans que cela représente une différence par rapport aux auteurs latins qui écrivent à son époque. De la même façon, ἡ ὑπὲρ λπεων Κελτική désigne la partie de la Celtique qui se situe au-delà des Alpes, à savoir un ensemble constitué par la nouvelle Gaule « césarienne » et la province de Transalpine Narbonnaise (la Bretagne et les îles sont à part). Cependant, il intègre le nouveau découpage introduit par César : la Germanie ne fait plus partie de la Celtique. Cette région est décrite à part, même si ses habitants sont très proches des Celtes, comme le rappelle le début du livre qui lui est consacré (VII, 1, 2).

31Il n’y a donc aucun archaïsme ni aucune ambiguïté dans le vocabulaire de Strabon qui se conforme aux usages de son temps. Quand il parle de Celtique et de Celte, il se réfère à la même réalité que celle d’un écrivain latin qui, à la même époque que lui, parle de Gaule ou de Gaulois. Que ces dénominations ne soient pas en accord avec celles que nous faisons aujourd’hui où nos yeux de modernes, habitués à l’archéologie du « monde celtique » ou à la « culture celtique », nous incitent sans hésitation à faire une nette distinction entre les deux familles lexicales est, bien entendu, une autre affaire. Et ce décalage n’est sans doute pas étranger à la difficulté que nous avons à comprendre la perspective des écrivains antiques et plus particulièrement de Strabon.

Notes

1 3 ex. : II, 5, 31 ; XII, 5, 1 ; XII, 5, 4.

2 22 ex. : XII, 1, 1 ; XII, 2, 2 (2 ex.) ; XII, 3, 1 ; XII, 3, 6 ; XII, 3, 9 ; XII, 3, 12 ; XII, 3, 13 ; XII, 3, 37 ; XII, 3, 38 ; XII, 4, 10 ; XII, 5, 1 (2 ex.) ; XII, 5, 2 ; XII, 8, 1 ; XII, 8, 7 ; XIII, 1, 27 ; XIII, 4 , 2 ; XIII, 4, 3 ; XIV, 5, 23 ; XIV, 5, 26 ; XVII, 3, 25.

3 17 ex. : II, 4, 4 (2 ex.) ; III, 2, 8 ; IV, 1, 1 ; IV, 1, 5 (2 ex.) ; IV, 1, 14 ; IV, 3, 2 ; IV, 5, 1 ; IV, 5, 2 ; VII, 1, 2 ; VII, 2, 2 (2 ex.) ; VII, 5, 2 ; VII, 5, 6 ; VIII, 7, 3 ; XVI, 2, 2.

4 16 ex. : II, 4, 3 ; II, 5, 8 ; II, 5, 19 ; II, 5, 28 (2 ex.) ; III, 1, 3 ; III, 4, 19 ; IV, 1, 1 (3 ex.) ; IV, 2, 1 (4 ex.) ; IV, 4, 2 ; VII, 1, 1.

Table des illustrations

Titre Fig. 12. Division traditionnelle de la Celtique Transalpine, d’après Strabon IV, 1, 1
Crédits (Chr. Goudineau, P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/100/img-1.png
Fichier image/png, 74k
Titre Fig. 13. Division de la Celtique Transalpine après la réforme augustéenne, d’après Strabon IV, 1, 1
Crédits (Chr. Goudineau, P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/100/img-2.png
Fichier image/png, 78k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search