Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Problèmes généraux et multiplicité des sources

La question des sources dans les études anthroponymiques contemporaines

Yolanda Guillermina López Franco

Résumé

Quelles sont les sources employées dans les études anthroponymiques contemporaines ? Dans cette communication, vingt-et-un articles récents (2014) de ce domaine de l’onomastique sont passés en revue afin d’établir une typologie. Dans un premier temps, ces articles sont classés en sous-domaines (prénoms, noms de famille, surnoms et sobriquets) ; les sources des données exploitées se trouvent ensuite analysées, ainsi que les traitements – statistiques ou autres – mis en oeuvre. Ces articles, rédigés en français, en espagnol, en catalan ou en anglais, portent sur l’anthroponymie des xxe et xxie siècles. Outre les tendances que l’on peut y déceler, on discute de leur pertinence et de leur adéquation au type d’étude entrepris. Le corpus bibliographique a pour base les actes du XXIVe congrès international de l’ICOS 2011 (Barcelone), publiés en ligne en 2014.

Texte intégral

1Lorsque l’on réfléchit à la question des sources en onomastique – sujet de notre colloque –, on pense souvent aux documents du passé : cartulaires, rôles de taille, compoix, etc. Mais qu’en est-il si l’on s’intéresse aux anthroponymes contemporains, à ceux qui ont été et sont portés aux xxe et xxie siècles ?

2Étant de ceux-là, je voulais me pencher sur la bibliographie spécialisée en anthroponymie afin de connaître un peu mieux où les chercheurs puisent leurs données. Les publications en onomastique sont nombreuses ; mis à part les ouvrages monographiques, les revues et les actes de congrès sont les moyens les plus à même de nous fournir une ample gamme de textes. Des revues telles que Names, Onoma, Rivista italiana di onomastica, Nouvelle revue d’onomastique, Cahiers de la Société française d’onomastique, Onomastica canadiana, pour n’en citer que quelques-unes, pouvaient me procurer une série d’articles à « étudier ». Quant aux actes de congrès, j’ai pensé aux recueils édités par la Société française d’onomastique, par le Centre d’onomastique de l’Université technique de Cluj-Napoca, à Baia Mare en Roumanie, et par l’International Council of Onomastic Sciences [ICOS].

3Ayant participé aux congrès généraux de ce dernier en 2005, 2008, 2011 et 2014, et ayant pu observer la grande diversité des études qui s’y présentent, j’ai finalement décidé de puiser dans les actes du congrès ICOS de Barcelone, qui venaient d’être publiés en ligne lors du premier appel à communications du colloque qui s’ouvre aujourd’hui1.

Méthode

4Grâce au moteur de recherche du site, j’ai rassemblé trente-six articles qui abordaient l’anthroponymie contemporaine. J’ai été obligée de réduire leur nombre à vingt et un en raison des langues que j’étais capable de lire – j’ai dû notamment écarter ceux qui étaient en allemand, à mon plus grand regret – et du temps disponible pour préparer cette communication. Le corpus d’articles ainsi rassemblé ne prétend donc être ni particulièrement représentatif ni – moins encore – exhaustif. Les observations qui suivent montrent pourtant un éventail riche et varié d’études récentes faites dans la sous-discipline. Elles illustrent la diversité des sources choisies, des approches méthodologiques et des types de traitement des données mis en œuvre.

5Pour aborder ces vingt et un articles, dont les références figurent en fin d’article, j’ai établi un classement en six rubriques : 1) la langue de l’article ; 2) la langue ou les langues des anthroponymes faisant l’objet de l’étude ; 3) les catégories nominales concernées ; 4) les sources déclarées et non déclarées explicitement par les auteurs ; 5) les traitements donnés aux anthroponymes ; et 6) la ou les disciplines à partir desquelles le chercheur travaille.

6Voyons maintenant ce que j’ai obtenu de mes lectures.

Enseignements tirés

  • 2 Ainiala & Sjöblom ; Albaigès ; Aldrin ; Aleksiejuk ; Azhniuk & Azhniuk ; Bergien ; Bloothoft & Mand (...)

7La première constatation que l’on peut faire est que sur ces vingt et un articles, quatorze (66,7 %) ont été écrits en anglais2. Cette langue n’est pourtant que l’une des langues officielles des congrès et des publications de l’ICOS, à côté du français et de l’allemand. Le congrès de 2011 s’étant déroulé à Barcelone, ont été également acceptées des communications en catalan, en espagnol et en occitan. Dans l’échantillon considéré, trois articles ont été publiés en français (Bianco ; D. Felecan ; Martin), deux en espagnol (Castiglione ; Milia) et deux en catalan (Abril Español ; Corredor Plaja).

8Si les langues de publication auxquelles j’ai eu accès sont au nombre de quatre seulement, les anthroponymes analysés dans chaque article appartiennent à une grande quantité de langues du monde, vingt-quatre au total, distribuées en plusieurs groupes : cinq langues romanes (catalan, italien, français, espagnol et roumain), quatre germaniques (allemand, anglais, néerlandais et suédois), trois slaves (russe, polonais, ukrainien), deux baltiques (lituanien et letton), une celtique (gaélique écossais), deux finno-ougriennes (finnois et hongrois), une autre indoeuropéenne (romani), ainsi que plusieurs langues plus éloignées (asiatiques : japonais, chinois et langues d’Asie centrale ; punjabi et urdu ; arabe et zoulou). Sans compter celles qui sont seulement évoquées, comme celles des demandeurs d’asile déplacés de Londres à Glasgow, au Royaume-Uni.

9Les systèmes anthroponymiques abordés dans ces vingt et un articles sont donc très divers, du point de vue de la typologie linguistique comme des cultures véhiculées.

  • 3 On emploie les termes nom propre et nom commun par commodité, mais faut-il rappeler qu’il n’y a qu’ (...)

10Les catégories nominales analysées dans ces mêmes articles sont au nombre de six : prénoms, noms de famille, surnoms, noms propres en général, et par opposition, toponymes et noms communs3.

11Le groupe le plus étudié est celui des prénoms, avec treize articles, dont trois traitent également des noms de famille (Abril Español ; Azhniuk & Azhniuk ; Bloothoft & Mandemakers). Les sujets abordés sont : 1) les différentes études possibles à partir des données en ligne de l’état civil de la Catalogne (Abril Español) et des Pays-Bas (Bloothooft & Mandemakers), 2) la mesure statistique de la variabilité anthroponymique pour comparer deux populations de dimensions différentes, l’une catalane et l’autre espagnole (Albaigès), 3) le choix parental du prénom en tant que choix identitaire en Suède (Aldrin), 4) les cybernoms comparés à d’autres catégories nominales, dont les prénoms, chez des internautes de différents pays (Aleksiejuk), 5) les perspectives sociolinguistiques et interculturelles dans la traduction des anthroponymes dans les ex-pays soviétiques (Azhniuk & Azhniuk), 6) la corrélation possible entre les pratiques de prénomination et les classes sociales aux Pays-Bas (Bloothoft & Schraagen), 7) la comparaison des systèmes anthroponymiques de sociétés très différentes coexistant sur le territoire de l’Écosse (Bramwell), 8) les prénoms des Roma (Gitans), qui témoignent d’un conflit entre identité et assimilation à la société roumaine et globale (O. Felecan), 9) l’attribution de noms personnels masculins à des filles et féminins à des garçons en Chine (Kałużyńska), 10) le conflit d’identité chez les transsexuels finlandais qui débouche sur un changement de prénom (Leino), 11) certaines croyances zouloues concernant l’attribution du nom personnel et le caractère du porteur (Mabuza), et 12) les différences phonologiques et sémantiques marquant le genre du porteur dans les prénoms japonais et anglais (Mutzukawa).

12Les articles qui abordent les différentes sortes de surnoms sont nombreux. Cette catégorie nominale peut être divisée en cybernoms (deux articles), pseudonymes (un article), sobriquets individuels (cinq articles), sobriquets collectifs (deux articles) et hypocoristiques (un article). Comme on vient de le voir dans le cas de l’article de Katarzyna Aleksiejuk, un même texte peut aborder plusieurs catégories : le cas échéant, cette auteure compare les fonctionnements onomastiques des cybernoms avec ceux des pseudonymes, des prénoms, des hypocoristiques et des sobriquets, pour en venir à proposer que les « noms d’Internet » soient considérés comme une catégorie spécifique à part entière. Les autres sujets concernant les surnoms sont : 2) les différentes dimensions qui concourent aux cybernoms sur les sites francophones (Martin), 3) les sobriquets des footballeurs italiens (Bianco), 4) les sobriquets individuels et communautaires siciliens liés au domaine de l’alimentation (Castiglione) et de la religion (Milia), 5) la traduction en catalan des surnoms littéraires français (Corredor Plaja), et 6) les sobriquets des personnages publics dans les médias roumains (D. Felecan).

13À côté de l’anthroponymie, deux articles traitent aussi de toponymie : 1) la négociation des noms propres dans les conversations finnoises – où il est également question des noms propres en général et des noms communs (Ainiala & Sjöblom), et 2) la dimension culturelle des noms propres métaphoriques, spécialement en anglais, mais aussi dans d’autres langues (Bergien).

14Après ce passage en revue des catégories nominales étudiées, venons-en à ce qui nous intéresse le plus : les sources d’information anthroponymique employées dans ces vingt et une études. Il nous semble important de signaler que certains articles indiquent de façon explicite la provenance de leurs données – ce qui semble normal du point de vue méthodologique –, tandis que d’autres entrent directement dans le vif de la discussion sans le préciser.

15Dans notre échantillon de textes, les sources directes ou primaires sont l’enquête de terrain et les cas particuliers connus du chercheur. Les enquêtes peuvent être d’ordre sociolinguistique, comme celle menée par Emilia Aldrin en Suède, ou dialectales-ethnolinguistiques, comme celle d’Ellen Bramwell dans plusieurs localités d’Écosse ou celles de Marina Castiglione et d’Erika Milia dans différentes villes et villages de Sicile.

16Mais ces enquêtes répondent également à des modalités diverses, selon les informations recherchées, comme les entretiens semi-structurés au sein de petits groupes, enregistrés puis transcrits (Aldrin), les conversations « libres » (Ainiala & Sjöblom), les questionnaires à remplir en ligne (Martin) ou à adresser par courrier postal (Aldrin ; Mabuza) ou électronique (Leino ; Mabuza). On observe que deux autres auteurs évoquent leurs enquêtes, mais sans fournir de précisions par rapport à la méthodologie suivie (Bergien ; O. Felecan). Ce manque n’est pas forcément intentionnel, mais l’on peut supposer que l’espace alloué dans les normes de publication d’une communication dans des actes de congrès ne permet pas toujours de s’attarder sur certains aspects : le chercheur doit faire le tri entre ce qu’il devrait dire et ce qu’il peut vraiment dire.

17Comme indiqué ci-dessus, la deuxième source directe est celle de l’étude de cas : parfois le chercheur illustre ses propos par l’analyse de certains cas connus de lui. C’est ce que l’on observe dans une partie de la discussion du texte d’Antti Leino sur les changements de prénom des transsexuels, ou bien dans l’article de Bohdan et Lesia Azhniuk : ces auteurs évoquent le cas d’individus disposant de passeports soviétiques dans lesquels les noms et prénoms avaient été traduits de l’ukrainien – ainsi que d’autres langues slaves, baltiques ou d’Asie centrale – en russe, puis translittérés en caractères latins, et le devenir de ces anthroponymes après la chute de l’URSS en 1991.

18Par ailleurs, l’étude des noms de personnes contemporains repose également sur l’exploitation de sources secondaires, documentaires ou indirectes. Celles qui ont été détaillées par les chercheurs peuvent être classées en trois sous-rubriques : l’Internet, la bibliographie et les listes nominatives.

19Pour ce qui est de l’Internet, on peut distinguer différentes sortes de sites web. En premier lieu figurent ceux des institutions gouvernementales et/ou académiques, qui mettent à la disposition des internautes des banques de données importantes par le volume comme par la qualité de l’information. Deux des articles offrent précisément une présentation de tels sites – déjà mentionnés ci-dessus –, dédiés à la consultation des données de l’état civil : l’un en Catalogne, l’Idescat (Abril Español), et deux autres aux Pays-Bas, portant l’un sur les prénoms, l’autre sur les noms de famille (Bloothooft & Mandemakers). L’article de Bloothooft & Schraagen exploite ces données pour étudier les pratiques concrètes de prénomination néerlandaises.

20Parmi les autres sites de ce genre, on peut citer ceux des organismes chargés des statistiques nationales, offrant les données des recensements de population. Antti Leino s’en sert partiellement dans son article.

21Lorsqu’il s’agit de collecter et d’analyser d’autres types de noms de personnes, c’est dans les sites liés aux médias – principalement journaux et magazines – que l’on puise. C’est là que Bergien a constitué une partie de son corpus de noms propres métaphoriques, et Azhniuk & Azhniuk la liste des personnages publics dont la russification des noms a posé problème. Bianco a puisé ses données dans la presse sportive, Daiana et Oliviu Felecan dans la presse humoristique, politique ou de spectacles ; ces deux auteurs ont également relevé des prénoms non conventionnels et des sobriquets à la télévision. Les commentaires que font les internautes en réaction à des articles publiés en ligne ont permis à Martienne Martin de collecter certains cybernoms. Et Erika Milia a découvert sur Internet des textes traditionnels siciliens comportant des blasons populaires (c’est-à-dire des surnoms collectifs liés au territoire). Les forums, les blogs et les réseaux sociaux ont également permis de repérer des données pertinentes ; ils sont mentionnés par Martin et Leino.

22Les sources bibliographiques – que ce soit sur support papier ou électronique – sont également mises à profit dans la constitution et l’étude de corpus anthroponymiques. Des dictionnaires spécialisés ont été exploités par Katarzyna Aleksiejuk (dictionnaires terminologiques d’informatique en ligne) et par Irena Kałużyńska (dictionnaires biographiques de femmes chinoises), un dictionnaire étymologique des prénoms en usage aux Pays-Bas a été incorporé au site présenté par Gerrit Bloothooft et Kees Mandemakers, et des dictionnaires dialectaux de sobriquets collectifs élaborés au xixe et au xxe siècle ont constitué une partie des corpus étudiés par Marina Castiglione et Erika Milia. D’autres publications spécialisées ont fourni des exemples et des noms de personnes permettant des comparaisons avec ceux que les auteurs analysaient. Anna-Maria Corredor Plaja a consulté les normes éditoriales de trois universités catalanes, d’un site web, d’une maison d’édition et de la Corporation catalane des médias audiovisuels afin d’étudier les consignes et les exemples de traduction des noms de personnes, et a tiré son propre corpus de surnoms littéraires d’ouvrages de Charles Nodier, d’Émile Zola, de Laurent Binet et de Velibor Čolić. Enfin, Masahiko Mutsukawa a tiré tous ses exemples de prénoms en langue anglaise de cinq articles qui les étudiaient du point de vue phonétique et sémantique.

23Des listes nominatives de différentes sortes ont été également à l’origine de certains corpus ou exemples. Josep M. Albaigès a utilisé la liste de prénoms portés par les marins qui accompagnaient Christophe Colomb dans sa première expédition pour la comparer à celle des cent premiers prénoms donnés aux garçons nés à Barcelone en 2010 – il ne précise toutefois pas si cette seconde liste provient d’un site « sérieux » comme l’Idescat, par exemple. Mutsukawa fait référence à la liste des prénoms japonais les plus populaires qu’une compagnie d’assurances publie chaque année dans son pays. Et Kałużyńska complète ses données par la liste des prénoms – en réalité des « post-noms » – portés par les étudiants de Pékin pendant l’année 2003-2004.

24Le principal enseignement que l’on peut tirer de cet examen des sources utilisées par les auteurs de ces vingt et un articles est que les objectifs visés sont propres à chaque auteur, et que les sources qui sont pertinentes pour les uns ne le sont pas forcément pour les autres.

25Passons maintenant en revue très rapidement les traitements des données anthroponymiques que proposent ces différentes études. Il va sans dire que ceux-ci dépendent nécessairement des approches disciplinaires voire pluridisciplinaires à partir desquelles les chercheurs effectuent leurs analyses. Et l’on fait souvent converger plusieurs procédures méthodologiques à différents moments de la recherche pour enrichir les résultats que l’on souhaite atteindre.

26On peut établir un premier partage entre les études à méthodologie quantitative et celles qui procèdent d’une approche qualitative. Relèvent de la première catégorie les traitements statistiques. L’article de Josep M. Albaigès est, ainsi, purement et simplement statistique. Les auteurs qui se fondent sur de grands corpus en ligne (Abril Español ; Bloothooft & Mandemakers ; Bloothoft & Schraagen) recourent aussi, nécessairement, à des traitements de ce genre. Les chercheurs néerlandais exploitent également les possibilités offertes par l’outil cartographique disponible sur les sites web utilisés. D’autres articles contiennent des résultats statistiques, comme ceux d’Aldrin (covariation et associations), Milia, Leino et Kałużyńska.

27Les analyses qualitatives sont variées. L’approche comparative est fréquemment adoptée, par exemple entre catégories nominales (Aleksiejuk ; Martin ; Milia) ou à l’intérieur de systèmes et de langues différents (Bergien ; Azhniuk & Azhniuk ; Mutzukawa ; Mabuza et Bramwell). Aleksiejuk procède également à une comparaison terminologique au sujet des cybernoms. Azhniuk & Azhniuk et Leino comparent des cas spécifiques.

28Certains articles reposent sur l’analyse du discours et s’efforcent de rechercher les motivations, notamment dans l’attribution des prénoms (O. Felecan ; Bramwell ; Aldrin ; Aleksiejuk) ou la création des surnoms (Martin ; Milia ; Castiglione ; Mabuza ; Leino ; Kałużyńska ; D. Felecan ; Corredor Plaja). L’approche sémantique est très fréquemment liée à ce genre de recherche ; elle est associée aux observations phonologiques chez Mutzukawa. L’étude de Bergien emploie la technique de la commutation pour faire subir des tests aux syntagmes comportant des noms propres métaphoriques.

29La morphologie lexicale fournit enfin des outils d’analyse, notamment dans les études de Bianco, Castiglione, Milia, D. Felecan, Kałużyńska et Martin.

30Avant de passer aux conclusions, je voudrais mettre en évidence le fait que, dans les études d’anthroponymie contemporaine, bien des domaines de recherche se trouvent convoqués, ce qui montre une fois de plus le caractère pluridisciplinaire voire transdisciplinaire de l’onomastique. Je ne ferai ici que les nommer. Dans les textes dont il est question, les sous-disciplines linguistiques depuis lesquelles les chercheurs travaillent sont l’anthroponymie générale (Abril Español ; Albaigès ; Bloothooft & Mandemakers), la socioanthroponymie / sociolinguistique (Aldrin ; Bloothoft & Schraagen ; Bramwell ; Castiglione ; O. Felecan ; Kałużyńska ; Leino ; Mabuza ; Martin ; Milia), l’anthropologie linguistique (Mabuza ; Milia), la psycholinguistique (O. Felecan ; Leino ; Mabuza), la pragmatique, y compris l’analyse conversationnelle (Ainiala & Sjöblom), la pragmasémantique et la pragmasyntaxe (D. Felecan ; Bergien), la phonologie (Mutzukawa), la lexicologie (Castiglione ; Bianco ; Kałużyńska ; Mutzukawa) y compris la lexico-sémantique (Martin), la terminologie (Aleksiejuk) et la traductologie (Azhniuk & Azhniuk ; Corredor Plaja).

31On relève également des approches sociologiques (Abril Español ; Bloothoft & Schraagen ; Kałużyńska), mais aussi des champs d’étude particulièrement pluridisciplinaires, comme les travaux sur l’identité (Azhniuk & Azhniuk ; Bramwell ; Castiglione ; O. Felecan ; Mabuza ; Martin ; Milia), dont l’identité de genre (Leino ; Kałużyńska ; Mutzukawa), ou les études culturelles (Bergien ; O. Felecan ; Kałużyńska ; Mabuza ; Milia).

32En guise de conclusion, il nous reste à souligner qu’en matière d’anthroponymie contemporaine, le mot d’ordre semble être la diversité : diversité des catégories nominales, des langues, des sources, des méthodes mises en œuvre, des traitements de données et des disciplines depuis lesquelles celles-ci sont abordées. Il va sans dire que toutes les sources ne se valent pas forcément. En ce qui concerne les anthroponymes « réels », les grands corpus d’actes de l’état civil sont une source capitale, vu la richesse d’informations qu’ils comportent. L’enquête de terrain, permettant de collecter des données directement chez les locuteurs, usagers de ces anthroponymes, fournit toutefois les renseignements indispensables à l’étude de l’influence des facteurs sociolinguistiques qui interviennent dans l’attribution des noms de personnes.

Bibliographie

Source des articles analysés

Tort Joan, Montagut Montserrat (dir.), 2014, Actes del XXIV Congrès International de l’ICOS sobre Ciències Onomastiques. Barcelona, 5-9 de setembre de 2011. Els noms en la vida quotidiana/Names in Daily Life, Barcelone, Generalitat de Catalunya (Biblioteca Tècnica de Política Lingüística, 11) [publication en ligne, consultable à l’adresse http://llengua.gencat.cat/ca/serveis/informacio_i_difusio/publicacions_en_linia/btpl_col/actes_icos ; consultée le 9 novembre 2015].

Articles analysés

Abril Español Joan, 2014, « L’onomàstica de l’Idescat : una font de recursos estadístics per a un ventall d’estudis acadèmics », p. 678-686, DOI : 10.2436/15.8040.01.71.

Ainiala Terhi & Sjöblom Paula, 2014, « Negotiating Names in Finnish Conversations », p. 385-391, DOI : 10.2436/15.8040.01.43.

Albaigès Josep M., 2014,« Anthroponymical Comparative Variability », p. 220-242, DOI : 10.2436/15.8040.01.28.

Aldrin Emilia, 2014, « Choosing a Name = Choosing Identity? Towards a Theoretical Framework », p. 392-401, DOI : 10.2436/15.8040.01.44.

Aleksiejuk Katarzyna, 2014, « Internet Names as an Anthroponomastic Category », p. 243-255, DOI : 10.2436/15.8040.01.29.

Azhniuk Bohdan & Azhniuk Lesia, 2014, « Translating personal names in the USSR successor states : cross-cultural and sociolinguistic perspectives », p. 256-260, DOI : 10.2436/15.8040.01.30.

Bergien Angelika, 2014, « Cultural Dimensions of Metaphorically Used Names », p. 413-418, DOI : 10.2436/15.8040.01.46.

Bianco Francesco, 2014, « Les surnoms des footballeurs en Italie », p. 687-696, DOI : 10.2436/15.8040.01.72.

Bloothooft Gerrit & Mandemakers Kees, 2014, « Exploring Co-variation in the (Historical) Dutch Civil Registration », p. 271-282, DOI : 10.2436/15.8040.01.32.

Bloothooft Gerrit & Schraagen Marijn, 2014, « Name Fashion Dynamics and Social Class », p. 419-426, DOI : 10.2436/15.8040.01.47.

Bramwell Ellen S., 2014, « Personal Naming and Society: A Comparative Study of Disparate Communities », p. 712-718, DOI : 10.2436/15.8040.01.74.

Castiglione Marina, 2014, « Antroponomástica y usos alimenticios : el caso de los sobrenombres individuales y comunitarios en Sicilia », p. 435-448, DOI : 10.2436/15.8040.01.49.

Corredor Plaja Anna-Maria, 2014, « Els sobrenoms en la literatura : criteris a l’hora de traduir », p. 2174-2183, DOI : 10.2436/15.8040.01.206.

Felecan Daiana, 2014, « Aspects de la dynamique des appellatifs non conventionnels dans l’espace public roumain actuel », p. 484-501, DOI : 10.2436/15.8040.01.54.

Felecan Oliviu, 2014, « Gypsy Names: Anthroponymic Identity vs. Assimilation », p. 502-514, DOI : 10.2436/15.8040.01.55.

Kałużyńska Irena, 2014, « Male Names of Women and Female Names of Men in the Chinese Society », p. 791-797, DOI : 10.2436/15.8040.01.81.

Leino Antti, 2014, « Man, Woman or Me? Conflicting Identities as evidenced by Cross-gender Name Changes », p. 803-811, DOI : 10.2436/15.8040.01.83.

Mabuza Mandinda Elias, 2014, « Individual Names and Personality: A Consideration of some Beliefs », p. 833-841, DOI : 10.2436/15.8040.01.86.

Martin Marcienne, 2014, « L’onomastique pseudonymique sur Internet analysée dans le cadre de sa dimension plurielle », p. 41-51, DOI : 10.2436/15.8040.01.7.

Milia Erika, 2014, « Etnoonomástica y espacios religiosos : la expresión de la identidad religiosa en los sobrenombres comunitarios en Sicilia », p. 1601-1615, DOI : 10.2436/15.8040.01.165.

Mutsukawa Masahiko, 2014, « Phonological and Semantic Gender Differences in English and Japanese Given Names », p. 370-377, DOI : 10.2436/15.8040.01.41.

Autres références

Fabre Paul, 1987, « Théorie du nom propre et recherche onomastique », Cahiers de praxématique : Théories et fonctionnements du nom propre, n° 8, p. 9-25.

Van Langendonck Willy, 2007, Theory and Typology of Proper Names, Berlin, Mouton de Gruyter (Trends in linguistics. Studies and monographs, 168).

Notes

1 Actes disponibles à l’adresse URL http://llengua.gencat.cat/ca/serveis/informacio_i_difusio/publicacions_en_linia/btpl_col/actes_icos (consultée le 9 novembre 2015).

2 Ainiala & Sjöblom ; Albaigès ; Aldrin ; Aleksiejuk ; Azhniuk & Azhniuk ; Bergien ; Bloothoft & Mandemakers ; Bloothoft & Schraagen ; Bramwell ; O. Felecan ; Kałużyńska ; Leino ; Mabuza ; Mutzukawa.

3 On emploie les termes nom propre et nom commun par commodité, mais faut-il rappeler qu’il n’y a qu’une seule catégorie nom et que c’est l’usage que les locuteurs en font qui les rend propres ou communs selon le côté du « seuil du nom » (Fabre 1987, p. 20) où ils le placent ? Dans le même ordre d’idées, Willy van Langendonck (2007, chap. 1, p. 7) parle des « lemmes nom propre » et de la « fonction nom propre ».

Auteur

Université nationale autonome du Mexique

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access