Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Problèmes généraux et multiplicité des sources

Les différentes sources au cœur du projet PatRom (patronymica romanica)

Jean Germain

Volltext

1Le projet PatRom, conçu initialement à l’université de Trèves en 1987 à l’initiative du Professeur Dieter Kremer, est sans conteste l’un des projets les plus ambitieux en matière d’onomastique personnelle de ces dernières décennies, non seulement pour le domaine gallo-roman ou français, mais aussi pour l’ensemble du domaine roman. Si, pour diverses raisons, il n’a pu tenir toutes ses promesses, il n’en a pas moins constitué un moteur et un catalyseur dans ce domaine de recherche trop souvent abandonné à une forme d’amateurisme linguistique. La connaissance de ce grand dictionnaire – coûteux il est vrai – dont quatre volumes ont paru à ce jour (outre le volume de présentation) est malheureusement très faible en France, ce qui nous a incité à en faire une nouvelle présentation axée sur les sources utilisées en amont du dictionnaire.

PatRom, un projet européen de lexicographie onomastique

2Pour mémoire, le projet PatRom vise à produire un « Dictionnaire historique de l’anthroponymie romane », c’est-à-dire à présenter, sous forme d’articles du type de ceux des grands dictionnaires étymologiques de langue (Französisches etymologisches Wörterbuch ou Lessico etimologico italiano), les noms de personne issus originellement d’un étymon lexical, selon une classification établie au sein du projet, à la fois onomastique, linguistique et géographique. La liste de base des étymons retenus a été constituée à partir du Romanisches etymologisches Wörterbuch.

3Pour ce faire, une équipe pluridisciplinaire (lexicographes, onomasticiens, médiévistes) a été réunie progressivement en s’appuyant sur divers centres régionaux disséminés dans l’ensemble de la Romania, avec des spécialistes reconnus dans les différents sous-domaines linguistiques. Le projet repose en effet sur la compétence linguistique et la connaissance rapprochée de ces acteurs de terrain, connaissant bien soit les sources historiques des noms, soit le parler régional, soit, idéalement, les deux.

4En aval des articles rédigés individuellement dans les différents domaines, une équipe de rédacteurs panromans, chargés d’organiser la matière au niveau de toute la Romania et d’arbitrer les contradictions apparentes le cas échéant, s’est constituée avec un petit noyau dur de rédacteurs.

Fig. 1. Les différents centres PatRom impliqués dans le projet et la liste des rédacteurs.

Fig. 1. Les différents centres PatRom impliqués dans le projet et la liste des rédacteurs.

Fig. 2. La Romania européenne.

Fig. 2. La Romania européenne.

Au-delà des États, des réalités géo-linguistiques : la Romania européenne (fig. 2) et la Galloromania (fig. 3), avec les principales zones géo-linguistiques correspondant aux parlers régionaux du monde roman et du domaine « français ».

Fig. 3. La Galloromania.

Fig. 3. La Galloromania.

5De nombreux colloques et réunions de travail ont été nécessaires pour fixer le cadre du travail, impliquer les centres régionaux, délimiter les étymons à traiter, définir la structure formelle des articles et s’accorder sur les sources à exploiter. Ces réunions se sont étalées de décembre 1987 à 2001, avec la publication d’un volume de présentation en 1997. Paradoxalement, le projet est venu peut-être un peu tôt…, car les possibilités offertes par l’informatique personnelle n’ont cessé d’évoluer depuis lors ; en outre, la mise à disposition des corpus de noms de famille s’est accrue considérablement. Il a donc fallu s’adapter au mieux en permanence tout en préservant la cohérence d’ensemble.

6D’aucuns ont remis en cause la légitimité d’un dictionnaire de noms de personne, chaque individu – et, partant, son nom – étant chaque fois distinct. Tous les Dubois n’habitaient pas à côté du même bois… Tout dictionnaire de noms propres nécessite bien entendu des conventions et un certain niveau d’abstraction. La structure et les normes de rédaction permettent de faire nettement la part entre les lexèmes, qui ont donné lieu à des surnoms [SN], et les noms de personne [NP] eux-mêmes, qu’il s’agisse de surnoms médiévaux ou de noms de famille [NF] contemporains.

Des choix de base

7Les noms de personne ‘délexicaux’, les surnoms issus du lexique, ont été retenus en priorité, notamment ceux en relation avec l’homme et avec les animaux. Les ‘déanthroponymiques’, issus de noms de personne déjà attestés en latin, ne sont traités que parallèlement aux délexicaux (ex. lupus vs Lupus NP). En revanche, les ‘détoponymiques’ ne sont pas pris en compte dans le cadre de PatRom, car ils sont trop particuliers à chaque domaine.

8Les étymons retenus sont des éléments du lexique qui sont productifs dans au moins deux des quatre superdomaines linguistiques (Ibéroromania, Galloromania, Italoromania, domaine roumain). Sont considérés comme étymons toutes les formes attestées en latin tardif jusqu’aux Etymologia d’Isidore de Séville.

9Deux volumes du dictionnaire proprement dit ont paru à ce jour, en 2004 et en 2015, l’un axé sur le thème du corps humain, l’autre relatif aux principaux mammifères, domestiques ou sauvages ; deux autres volumes sont à finaliser dans les années à venir.

Fig. 4. La signature des articles.

Fig. 4. La signature des articles.

La collectivité du projet est reflétée dans la signature collective des articles ; celle-ci détaille clairement les noms du ou des rédacteurs panromans, les noms des personnes ou des centres ayant fourni de la documentation, les collaborateurs chargés des synthèses régionales et, enfin, les réviseurs.

Les sources au cœur du projet

10Le volume I/1 (2007) sert de présentation générale et d’introduction, avec l’important cahier des normes rédactionnelles qui régit toute l’organisation du dictionnaire et avec les bibliographies onomastiques et de support linguistique (dictionnaires, études linguistiques, etc.). Plus important, dans la perspective de cette communication, le volume I/2 (2010) inventorie systématiquement les diverses sources historiques (cartulaires, rôles de taille, etc.) de NP utilisées dans les différents domaines linguistiques.

Fig. 5. Page de titre du volume I/2 consacré aux sources historiques.

Fig. 5. Page de titre du volume I/2 consacré aux sources historiques.

11Noms de famille ou noms de personne ? Tel a été le débat préalable : ne devait-on traiter que les noms de famille contemporains encore en usage, ou devait-on prendre en compte aussi les NP attestés dans les sources écrites, prioritairement du xe au xvie siècle, sans négliger les périodes postérieures ni les sources généalogiques à titre complémentaire, pour des cas précis ?

Sources utilisées pour les NF contemporains

12Dès le départ, il fallait disposer, comme matériaux d’étude, de listes démographiques actuelles, dans la mesure du possible complètes (recensement de la population), sinon au moins représentatives.

13Malheureusement, les listes de noms constituaient encore un sujet sensible (protection de la vie privée) et, malgré tous nos efforts, il n’a pas été possible de constituer une base de données de noms de famille contemporains unitaire pour toute la Romania. Il en résulte une documentation individuelle par État et, dès lors, une hétérogénéité (population totale, abonnés au téléphone, listes électorales, etc.) qui ne permet pas une confrontation directe entre les données de chaque pays ou région. Il a fallu s’en accommoder et considérer finalement que c’est au sein de chacun des pays que la comparaison est nécessaire.

14Pour la France, dans un premier temps, nous nous sommes fondés sur la liste des abonnés au téléphone sur CD-ROM (Infobel : France 2001, 22 millions d’abonnés). C’est cet inventaire qui, par défaut, est à la base des premiers articles, même si la consultation ponctuelle n’est pas toujours très commode en raison du nombre de variantes approximatives. Avec la parution de l’imposant inventaire de Laurent Fordant, Tous les noms de famille de France et leur localisation en 1900, la recherche sur les noms de famille contemporains (en fait sur cent ans, divisés en quatre périodes de 1891 à 1990) a trouvé une nouvelle base plus fiable, reposant sur les fichiers de l’Institut national de la statistique et des études économiques [I.N.S.E.E.]. Pour la première fois il a été possible de quantifier les noms de famille de France, qui se caractérisent par un nombre considérable de variantes graphiques. Le site Internet correspondant www.geopatronyme.com s’avère très commode pour une visualisation rapide de la dispersion géographique des noms de famille de France. Une attention particulière est portée aux NF français en voie de disparition.

15Pour la Belgique, on a disposé directement dès 1987 de la totalité des noms de famille actuels grâce à l’achèvement du Registre national des personnes physiques, à savoir un peu plus de 187.000 NF graphiquement différents, répartis par provinces (http://patrom.fltr.ucl.ac.be). Depuis lors, a été mis à la disposition du grand public le site www.familienaam.be, avec répartition par communes et cartographie automatique.

16Quant à la Suisse, elle possède avec le Répertoire des noms de famille suisses en trois volumes (1989) d’un instrument sans égal pour reconstituer l’histoire de ses habitants. Il est cependant difficile, pour un étranger, de manipuler cet inventaire qui tient compte des différentes sortes de droits de cité en Suisse et qui n’est pas informatisé.

Fig. 6. Exemple de mise en œuvre des NF contemporains dans le dictionnaire.

Fig. 6. Exemple de mise en œuvre des NF contemporains dans le dictionnaire.

Fig. 7. Le site geopatronyme.com.

Fig. 7. Le site geopatronyme.com.

Le site geopatronyme.com permet une cartographie immédiate, indicative certes, mais non suffisante pour expliquer des phénomènes phonétiques ou des aires lexicales complexes.

Fig. 8. Cartographie du NF Petitot.

Fig. 8. Cartographie du NF Petitot.

La cartographie du NF contemporain français Petitot permet dans ce cas de séparer le noyau des dérivés de petit avec le suffixe -ottu (à l’Ouest) du noyau avec le suffixe -ittu (carte établie par E. Buchi, Volume de présentation, 1997, p. 195).

Fig. 9. Cartographie du NF Dental.

Fig. 9. Cartographie du NF Dental.

La cartographie détaillée ci-dessus permet de préciser le noyau du NF Dental dans le Sud-Est et dans les Alpes-Maritimes, en relation avec la limite nord des représentants lexicaux de lat. dentāle (carte établie par J.-P. Chambon, vol. II/1, col. 417-418).

Sources historiques utilisées

17Parallèlement, il a fallu répertorier les sources historiques disponibles par domaine linguistique, en faire un choix pour l’enregistrement, avec une attention toute particulière aux documents démographiques (listes nominatives). Sauf quelques rares exceptions (dont les Rôles de la taille de Paris des années 1298 à 1300), nous nous sommes limités à la documentation imprimée pour ne pas dépasser les limites d’un travail contrôlable ; en outre, il n’a pas été possible de vérifier toutes ces éditions imprimées, dont parfois l’original a disparu. Le cas échéant, en cas de doute, le rédacteur est invité à faire des vérifications ponctuelles. Cette banque de données n’est disponible – sur demande – que pour les matériaux gallo-romans préparés principalement à Trèves (cf. http://patrom.fltr.ucl.be).

18Les sources ont été généralement encodées de façon exhaustive par les divers centres régionaux PatRom ou à Trèves, tandis que certaines ne sont utilisées que de façon sélective par les collaborateurs du dictionnaire.

19Dans la Bibliographie des sources, chaque référence bibliographique est suivie d’une mention de contenu (C:), éminemment variable, qui peut fournir des informations concernant les particularités de la source et de son édition, son intérêt, ses limites, ainsi que le nombre d’entrées ou d’items correspondant à des individus surnommés. Une autre ligne donne le sigle abrégé (S:) utilisé dans le dictionnaire pour cette source, ainsi que la fourchette de dates des documents et le sous-domaine linguistique qui est concerné. Les sigles retenus pour ces sources imprimées se veulent « parlants ». Le sigle contient toujours le toponyme-origine, ce qui rend la source spontanément localisable. Cela signifie que certains sigles classiques, non motivés, ont été modifiés dans cet esprit de transparence.

Fig. 10. Quelques exemples de notices de sources historiques, avec bref descriptif et sigles utilisés.

Fig. 10. Quelques exemples de notices de sources historiques, avec bref descriptif et sigles utilisés.

20Le nombre de sources anciennes utilisées pour le domaine gallo-roman (France, Belgique, Suisse, etc.) s’élève à 773 références bibliographiques, avec une prédominance des sources centrales et picardes. Cela équivaut à peu près au nombre de sources enregistrées pour les domaines ibéro-roman et italo-roman.

GR 00

GR-00

Gallo-roman (en général)

13

GR 10/14

GR-10

Domaine occitan (en général)

2

-

GR-11

Gascon

30

-

GR-12

Occitan central (Languedoc)

72

-

GR-13

Occitan oriental (Provençal)

40

-

GR-14

Occitan septentrional (Limousin, Auvergne)

49

-

Total

-

193

GR 20/29

GR-20

Domaine d’oïl (en général)

1

-

GR-21

Oïl du centre (Paris et Bourbonnais)

62

-

GR-22

Sud-ouest du domaine d’oïl

31

-

GR-23

Nord-ouest du domaine d’oïl

62

-

GR-24

Normandie

51

-

GR-25

Picardie

85

-

GR-26

Wallonie

66

-

GR-27

Lorraine

29

-

GR-28

Champagne

22

-

GR-29

Bourgogne, Franche-Comté

41

-

Total

-

450

GR 31/33

GR-31

Domaine franco-provençal : France

30

-

GR-32

Domaine franco-provençal : Suisse

60

-

GR-33

Domaine franco-provençal : Val d’Aoste

11

-

Total

-

101

GR 41/45

GR-41

Français hors Galloromania : Angleterre

4

-

GR-42

Français hors Galloromania : Flandre

8

-

GR-43

Français hors Galloromania : Québec

1

-

GR-45

Français hors Galloromania : divers

3

-

Total

-

16

Fig. 11. Un exemple idéal de liste nominative : le Nécrologe de la confrérie des jongleurs et des bourgeois d’Arras (1194-1361), édité par Roger Berger.

Fig. 11. Un exemple idéal de liste nominative : le Nécrologe de la confrérie des jongleurs et des bourgeois d’Arras (1194-1361), édité par Roger Berger.

Fig. 12. Un autre source nominative de premier plan pour l’Artois, L’impôt royal en Artois (1295-1302), publié par P. Bougard et M. Gysseling.

Fig. 12. Un autre source nominative de premier plan pour l’Artois, L’impôt royal en Artois (1295-1302), publié par P. Bougard et M. Gysseling.

Fig. 13. Résultats d’une recherche sur les aboutissements gallo-romans en domaine d’oïl de lat. gula (avec interférence d’autres étymons).

Fig. 13. Résultats d’une recherche sur les aboutissements gallo-romans en domaine d’oïl de lat. gula (avec interférence d’autres étymons).

Fig. 14. La thèse de Fexer (1978) : un complément bien utile pour le domaine occitan, avec des sources complémentaires.

Fig. 14. La thèse de Fexer (1978) : un complément bien utile pour le domaine occitan, avec des sources complémentaires.

Fig. 15. Un exemple de documentation historique mise en œuvre pour le domaine gallo-roman, celui de “vache” avec article (vol. III/1, col. 156).

Fig. 15. Un exemple de documentation historique mise en œuvre pour le domaine gallo-roman, celui de “vache” avec article (vol. III/1, col. 156).

Les sources de la motivation

21Le dictionnaire PatRom cherche aussi à éclaircir certains aspects de l’anthroponymie souvent trop peu explicités, tels que la motivation, grâce à l’importance accordée aux surnoms contemporains et grâce aussi à la comparaison avec les proverbes médiévaux.

22Nombre d’études consacrées aux surnoms modernes, souvent dialectaux, ont ainsi été mises à contribution. Pour la France, on peut citer des études comme celles de Bruneau (1939) ou de Debrie (1988), et pour la Catalogne celle de Moreu-Rey (1988). Ces sobriquets et surnoms, qui ont été récoltés auprès de témoins qui pouvaient en faire une analyse partielle, en indiquer la motivation explicite sinon réelle, peuvent permettre, par comparaison, d’éclairer la motivation des surnoms médiévaux ; ils sont classés sous la rubrique SN cont. à la suite des NF cont. Cette rubrique étant subordonnée aux autres, on n’ouvre jamais un paragraphe uniquement pour elle. Dans la mesure du possible, on introduit des indications sur la motivation des surnoms, qu’elles proviennent d’une source publiée ou non. Ces indications résultant de l’analyse par les témoins (sous réserves) précèdent le surnom.

Fig. 16. Un exemple de mise en notice des surnoms modernes (vol. III/1, col. 839).

Fig. 16. Un exemple de mise en notice des surnoms modernes (vol. III/1, col. 839).

Fig. 17. Une source plus surprenante : les notices nécrologiques dans lesquelles sont reprises les indications de surnoms usuels (quotidien Vers l’Avenir, Namur).

Fig. 17. Une source plus surprenante : les notices nécrologiques dans lesquelles sont reprises les indications de surnoms usuels (quotidien Vers l’Avenir, Namur).

Ici, un exemple de surnom métonymique utilisable pour la motivation de l’étymon cappellus.

23Il faut se garder toutefois de tout anachronisme, car les valeurs sémantiques ou métaphoriques attachées aux mots étaient sans doute différentes au Moyen Âge, particulièrement pour les noms d’animaux. Pour s’en approcher, les rédacteurs PatRom font appel à une ressource inattendue, les dictionnaires de proverbes médiévaux. Il en existe plusieurs, selon les différents domaines linguistiques : citons le plus précieux, le TPMA ou Thesaurus Proverbiorum Medii Aevi de Samuel Singer (1995-2002), ou bien le répertoire de Werner Ziltener (1972-1989). Le TPMA est une publication posthume, fondée sur le travail de Singer qui dépouilla les sources littéraires européennes les plus importantes pour la période allant de 500 à 1500, ainsi que quelques recueils et textes du xvie siècle. Les 90 000 proverbes ont été répartis en articles sous des mots-vedettes (2 000 environ) indiquant l’idée principale du proverbe. Les proverbes sont reproduits dans leur texte original, suivi d’une traduction en allemand.

Fig. 18. Un exemple de recherche de motivation plutôt métaphorique, celui de lepus (vol. III/1, col. 834).

Fig. 18. Un exemple de recherche de motivation plutôt métaphorique, celui de lepus (vol. III/1, col. 834).

Fig. 19. Les notes infrapaginales fournissent le détail des dictionnaires de proverbes médiévaux permettant d’étayer les possibilités de la motivation anthroponymique (vol. III/1, col. 834).

Fig. 19. Les notes infrapaginales fournissent le détail des dictionnaires de proverbes médiévaux permettant d’étayer les possibilités de la motivation anthroponymique (vol. III/1, col. 834).

Conclusion

24Comme on peut le constater, au terme de cette rapide présentation, les sources mises en œuvre pour étayer les articles du dictionnaire, leur donner plus de cohérence, sont nombreuses et variées. Elles ne permettent toutefois pas de résoudre tous les problèmes ; nous restons bien conscients des limites de notre démarche, qui se veut la plus objective possible, mais qui reste impuissante devant la complexité de la matière anthroponymique. Il reste bien sûr d’autres sources à utiliser, comme les sites de généalogie qui se sont fortement développés ces dernières années, mais aussi des sources particulières comme les listes de noms d’enfants trouvés. Il reste bien du travail pour nos successeurs.

Literaturverzeichnis

Bardet Jean-Pierre et Brunet Guy (éd.), 2007, Noms et destins des Sans Famille, Paris, PUPS.

Berger Roger, 1970, Le Nécrologe de la confrérie des jongleurs et des bourgeois d’Arras (1194-1361), Arras, Commission départementale des Monuments historiques du Pas-de-Calais, 2 vol.

Billy Pierre-Henri, 1996, « Méthodologie de l’anthroponymie », Nouvelle revue d’onomastique, n° 27-28, p. 3-12.

Bruneau Charles, 1939, « Les sobriquets modernes dans le village wallon de Chooz », Mélanges de linguistique romane offerts à Jean Haust, Liège, Vaillant-Carmanne, p. 55-69.

Buchi Eva, 2001, « La méthodologie de l’étymologie des noms de famille (domaine français et galloroman) », Rivista Italiana di Onomastica, n° 7, p. 105-127.

Cano Ana Maria, Germain Jean et Kremer Dieter (éd.), 2004-, Dictionnaire historique de l’anthroponymie romane (PatRom), Tübingen/Berlin, Niemeyer/De Gruyter, 4 vol. parus :

- Vol. I/1. Introductions – Cahier des normes – Bases morphologiques des suffixes romans – Bibliographies onomastique et de référence, 2007.

- Vol. I/2. Bibliographie des sources historiques, 2010.

- Vol. II/1. L’homme et les parties du corps humain (première partie), 2004.

- Vol. III/1. Les animaux. Première partie. Les mammifères, 2015.

Chambon Jean-Pierre, 1998, « Méthodes en anthroponymie historique : à propos du nom de famille occitan Dental et congénères et de l’article dentāle du Dictionnaire historique de l’anthroponymie romane », in : Cano González Ana María (éd.), Dictionnaire historique des noms de famille romans [IX]. Actas del IX Coloquio (Uviéu/Oviedo, 26-29 de octubre 1995), Tübingen, Niemeyer, p. 65-81.

Debrie René, 1988, Répertoire de surnoms picards dans la Somme au xixe siècle, Amiens, Centre d’études picardes.

Fexer Georg, 1978, Die ältesten okzitanischen und mittellateinischen Personenbeinamen nach südfranzösische Urkunden des xi., xii. und xiii. Jahrhunderts, Inaugural-Dissertation, Würzburg, Universität.

Fordant Laurent, 1999, Tous les noms de famille et leur localisation en 1900, Paris, Archives & Culture.

Germain Jean, 1989, « La fréquence des noms de famille contemporains en Belgique », Bulletin de la Commission royale de toponymie et dialectologie, t. 62, p. 139-162.

et Herbillon Jules, 2007, Dictionnaire des noms de famille en Wallonie et à Bruxelles, 2e éd., Bruxelles, Racine.

Gilles Peter, Kollmann Cristian et Muller Claire (éd.), 2014, Familiennamen zwischen Maas und Rhein, Francfort, Lang (Études luxembourgeoises, 6).

Grosclaude Michel, 2003, Dictionnaire étymologique des noms de famille gascons, suivi de Noms de baptême donnés au Moyen Âge en Béarn et Bigorre, nouv. éd., Orthez, Per Noste.

Hanton Catherine, 1995, « Structuration des articles du dictionnaire historique de l’anthroponymie romane », Bulletin de la Commission royale de Toponymie et Dialectologie, t. 67, p. 113-138.

Kremer Dieter, 1992, « Patronymica Romanica (PatRom). Bemerkungen zu einem europäischen Forschungsprojekt », Beiträge zur Namenforschung, N.F., n° 27, p. 251-263.

(coord.), 1997, Dictionnaire historique de l’anthroponymie romane (PatRom). Présentation d’un projet, Tübingen, Niemeyer.

, 2000, « Un nouveau dictionnaire onomastique : Dictionnaire historique de l’anthroponymie romane (PatRom). État de la publication », Rivista Italiana di Onomastica, n° 6, p. 51-86.

, 2002, « PatRom: Genese, Ziele und Methoden eines umfassenden romanischen Personennamenbuchs », in : Geuenich Dieter, Haubrichs Wolfgang et Jarnut Jörg (éd.), Person und Name. Methodische Probleme bei der Erstellung eines Personennamenbuchs des Frühmittelalters, Berlin/New York, De Gruyter, p. 30-59.

Michaëlsson Karl, 1927-1936, Études sur les noms de personne français d’après les rôles de taille parisiens (rôles de 1292, 1296-1300, 1313), Uppsala, Almquist und Wiksells boktryckeri, 2 vol.

Moreu-Rey Enric, 1981, Renoms, motius, malnoms i noms de casa, Barcelone, Millà.

Morlet Marie-Thérèse, 1967, Étude d’anthroponymie picarde. Les noms de personne en Haute-Picardie aux xiiie, xive, xve siècles, Amiens, Société de linguistique picarde.

, 1991, Dictionnaire étymologique des noms de famille, Paris, Perrin.

Meier Emile et al., 1989, Familiennamenbuch der Schweiz / Répertoire des noms de famille suisses / Repertorio dei nomi di famiglia svizzeri / Cudesch dals nums da famiglia da la Svizra, 3e éd., Zürich, Schulthess polygraphischer Verlag, 3 vol.

Schmid Béatrice, 1998, « Méthodes en anthroponymie historique: à propos des noms de famille Boucabe(i)lle, Boucabeil, Bocabeille », Rivista Italiana di Onomastica, n° 4, p. 371-387.

Singer Samuel et al. (éd.), 1995-2002, Thesaurus Proverbiorum Medii Aevi. Lexikon der Sprichwörter des romanisch-germanischen Mittelalters, Berlin/New York, De Gruyter, 13 vol.

Wirth Aude, 2003, Éléments d’anthroponymie lorraine. Application de la méthodologie PatRom à une sélection de noms de famille, Dijon, Association bourguignonne d’études linguistiques et littéraires.

Ziltener Werner, 1972-1989, Repertorium der Gleichnisse und der bildhaften Vergleiche der okzitanischen und der französischen Versliteratur des Mittelalters, Bern, Francke.

Abbildungsverzeichnis

Titel Fig. 1. Les différents centres PatRom impliqués dans le projet et la liste des rédacteurs.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 204k
Titel Fig. 2. La Romania européenne.
Bildunterschrift Au-delà des États, des réalités géo-linguistiques : la Romania européenne (fig. 2) et la Galloromania (fig. 3), avec les principales zones géo-linguistiques correspondant aux parlers régionaux du monde roman et du domaine « français ».
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 396k
Titel Fig. 3. La Galloromania.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 224k
Titel Fig. 4. La signature des articles.
Bildunterschrift La collectivité du projet est reflétée dans la signature collective des articles ; celle-ci détaille clairement les noms du ou des rédacteurs panromans, les noms des personnes ou des centres ayant fourni de la documentation, les collaborateurs chargés des synthèses régionales et, enfin, les réviseurs.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 268k
Titel Fig. 5. Page de titre du volume I/2 consacré aux sources historiques.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 132k
Titel Fig. 6. Exemple de mise en œuvre des NF contemporains dans le dictionnaire.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 88k
Titel Fig. 7. Le site geopatronyme.com.
Bildunterschrift Le site geopatronyme.com permet une cartographie immédiate, indicative certes, mais non suffisante pour expliquer des phénomènes phonétiques ou des aires lexicales complexes.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 184k
Titel Fig. 8. Cartographie du NF Petitot.
Bildunterschrift La cartographie du NF contemporain français Petitot permet dans ce cas de séparer le noyau des dérivés de petit avec le suffixe -ottu (à l’Ouest) du noyau avec le suffixe -ittu (carte établie par E. Buchi, Volume de présentation, 1997, p. 195).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 588k
Titel Fig. 9. Cartographie du NF Dental.
Bildunterschrift La cartographie détaillée ci-dessus permet de préciser le noyau du NF Dental dans le Sud-Est et dans les Alpes-Maritimes, en relation avec la limite nord des représentants lexicaux de lat. dentāle (carte établie par J.-P. Chambon, vol. II/1, col. 417-418).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 1020k
Titel Fig. 10. Quelques exemples de notices de sources historiques, avec bref descriptif et sigles utilisés.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 344k
Titel Fig. 11. Un exemple idéal de liste nominative : le Nécrologe de la confrérie des jongleurs et des bourgeois d’Arras (1194-1361), édité par Roger Berger.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 228k
Titel Fig. 12. Un autre source nominative de premier plan pour l’Artois, L’impôt royal en Artois (1295-1302), publié par P. Bougard et M. Gysseling.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Titel Fig. 13. Résultats d’une recherche sur les aboutissements gallo-romans en domaine d’oïl de lat. gula (avec interférence d’autres étymons).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M
Titel Fig. 14. La thèse de Fexer (1978) : un complément bien utile pour le domaine occitan, avec des sources complémentaires.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 260k
Titel Fig. 15. Un exemple de documentation historique mise en œuvre pour le domaine gallo-roman, celui de “vache” avec article (vol. III/1, col. 156).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 348k
Titel Fig. 16. Un exemple de mise en notice des surnoms modernes (vol. III/1, col. 839).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 88k
Titel Fig. 17. Une source plus surprenante : les notices nécrologiques dans lesquelles sont reprises les indications de surnoms usuels (quotidien Vers l’Avenir, Namur).
Bildunterschrift Ici, un exemple de surnom métonymique utilisable pour la motivation de l’étymon cappellus.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 20k
Titel Fig. 18. Un exemple de recherche de motivation plutôt métaphorique, celui de lepus (vol. III/1, col. 834).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 152k
Titel Fig. 19. Les notes infrapaginales fournissent le détail des dictionnaires de proverbes médiévaux permettant d’étayer les possibilités de la motivation anthroponymique (vol. III/1, col. 834).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/996/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 210k

Autor

Commission royale de toponymie et de dialectologie (Bruxelles)

© Publications des Archives nationales, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access