Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Problèmes généraux et multiplicité des sources

Variations onomastiques basques et romanes au Moyen Âge en fonction de la langue des sources

Patxi Salaberri

Texte intégral

1L’objectif de cette étude est de comparer les différents traitements subis au Moyen Âge par certains toponymes de Navarre en fonction de la langue de rédaction des documents et ce, bien que la langue ne constitue pas un facteur entièrement déterminant. L’administration de Navarre utilisa le latin pendant les premiers siècles d’existence du royaume (dit d’abord « de Pampelune », puis « de Navarre »). L’étendue de ce royaume ne cessa d’évoluer pendant les siècles précédant la conquête castillano-aragonaise du premier quart du xvie siècle (Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon).

2Le sujet de cette étude entretient, à l’évidence, des liens étroits avec l’histoire de l’ancien royaume. Notre propos sera toutefois exclusivement linguistique.

  • 1 González Ollé 1970, p. 47.

3Parmi les langues de rédaction des documents de Navarre figure tout d’abord le latin, qui fut utilisé jusqu’à l’extrême fin du xiie siècle ; à cette époque fut introduite la langue romane connue sous l’appellation de « roman navarrais », qui fut la langue de rédaction de la plus grande partie de la documentation jusqu’au xve siècle inclus. Il existe également une centaine de documents rédigés dans la langue romane apportée ou adaptée par ceux que l’on appelait alors Francos (les « Francs ») ; ce volume documentaire « est comparativement très modeste », d’après González Ollé1.

  • 2 Ciérbide 1988, p. 14.
  • 3 Múgica 1923.
  • 4 Gavel 1918 et 1940.
  • 5 Ostolaza 1978, p. 211.

4Après la conquête de Nájera (La Rioja) au xe siècle, la « langue de tradition romane de la Rioja2 » va faire partie des parlers romans du royaume. La ville de Donostia (en langue basque, San Sebastián en espagnol) fut fondée par le roi navarrais Sanche VI le Sage vers la fin du xiie siècle ; des populations parlant la langue gasconne et provenant peut-être de Bayonne s’y installèrent alors3. Il est bien connu que le gascon des petites villes de la zone de Fontarabie, du « passage » (Pasaia) et de la capitale du Guipuscoa (Donostia / San Sebastián) est resté très vivant jusqu’au début du xxe siècle, ainsi qu’en témoignent les traces qui en sont demeurées dans la toponymie de ces régions4. Il existe, par ailleurs, des documents écrits en français ; enfin, le mozarabe a dû être également présent au sud du royaume (cf. « los quales nos auem sobre aquellas casas del barrio de los moçaraues », Tudela, 12475).

5Le terme Francos désignait les populations commerçantes originaires du Sud de la France – c’est-à-dire d’une large zone géographique parlant l’occitan – qui s’étaient établies en Navarre à la faveur de la politique royale de développement du commerce. Ces populations s’étaient installées dans les villes et domaines du royaume, à Bastida en Basse-Navarre (La Bastide-Clairence), dans la capitale Pampelune/Iruñea, à Estella-Lizarra et dans d’autres petites villes que traversait le chemin de Saint-Jacques ou l’un de ses embranchements comme celui de Puente la Reina/Gares par exemple.

  • 6 En espagnol on prononce San Cerni(n) ; grâce aux travaux du jésuite de Pampelune J. Moret (xviie si (...)
  • 7 Il en était de même à Estella-Lizarra : Quod ullus navarrus vel presbiter de foras non possit popul (...)
  • 8 Ibid., p. 295.

6Pendant les trois derniers siècles du Moyen Âge, trois bourgs existèrent dans la capitale. Séparés par des murailles, ils eurent de nombreux litiges entre eux ; on en arriva même à la guerre entre les Francos de Saint-Saturnin (ou Saint-Cernin6) et de Saint-Nicolas, d’un côté, et les habitants du bourg de la Navarrería, de l’autre. Ces derniers ne pouvaient établir leur résidence dans les bourgs francs (tout au moins à Saint-Cernin)7 ni exercer entre autres la profession de changeur. Un siècle et demi après la guerre étudiée par Anelier dans son ouvrage La Guerre de la Navarrería (1277), le roi Charles III décréta en 1423, par le Privilège de l’Union, la fusion des trois bourgs ; les murailles intérieures furent détruites et « le régime juridique et administratif de la ville unifié en une seule municipalité8 ».

  • 9 Ibid., p. 286.
  • 10 Mitxelena 1971, p. 211.
  • 11 Ibid., p. 212.

7Les Francos de la capitale mais également ceux d’Estella-Lizarra et d’autres lieux provenaient le plus souvent, comme nous l’avons déjà précisé, d’une large zone où l’on parlait la langue d’oc. Il serait toutefois absurde de croire que tous utilisaient la même variété de langue. D’après González Ollé, ils parlaient l’occitan dans sa modalité gasconne9. Mitxelena considérait en revanche l’hypothèse d’un « bain gascon » de l’occitan comme « fort discutable10 ». Il ressort des travaux de cet auteur que ceux que l’on appelait Francos avaient élaboré une langue commune ou, mieux, qu’il s’agirait d’un phénomène de convergence vers une koiné issue de la combinaison d’éléments linguistiques d’origines diverses. À ses débuts, cette koiné était peu marquée par le gascon : c’était une « lingua franca qui ne pouvait être que le résultat de la combinaison de la minimisation des difficultés rencontrées par les uns et les autres11 ».

  • 12 Ciérbide 1988, p. 45.

8D’après Ciérbide, à qui l’on doit l’étude la plus approfondie de la documentation occitane de Navarre, les documents « sont rédigés en occitan languedocien, une sorte d’occitan standard originaire d’une région délimitée par certaines villes et leur zone d’influence comme Toulouse, Albi, le Quercy et le Rouergue ; un occitan différent du nord-occitan de Limoges, du Périgord, de l’Auvergne et de sud du Poitou ; différent également des parlers de Provence12 ».

  • 13 Lacarra 1957, p. 19 ; González Ollé 1969, p. 298-299 ; Mitxelena 1971, p. 213.
  • 14 González Ollé 1969, p. 296.

9Il nous semble plus difficile de mesurer l’influence qu’a pu avoir le contact avec les populations parlant l’euskara ; la bonne santé dont jouissait la langue basque serait toutefois ce qui protégea, pendant un certain temps, la survie de la langue occitane dans les villes et dans la capitale. Quand le castillan acquit de l’importance et que le basque amorça son déclin, le roman navarrais et l’occitan fondirent « comme neige au soleil13 ». Comme le précise González Ollé, le déclin de l’occitan est sûrement dû à l’arrêt des migrations ultra-pyrénéennes vers Saint-Jacques de Compostelle, car il rompait les liens des Francos avec leur région d’origine « en même temps qu’il fragilisait l’essor économique basé, en grande partie, sur les privilèges commerciaux14 ».

  • 15 González Ollé 1970, p. 50 et suiv. ; Saralegui 1977a, p. 23, et 1977b, p. 403.
  • 16 González Ollé 1970, p. 62 et suiv. Selon nous, l’argumentation relative à la diphtongaison des voye (...)
  • 17 Saralegui 1977a, p. 33.

10Le roman ou dialecte navarrais, rattaché auparavant à l’aragonais (navarro-aragonés ou navarroaragonés15), surgit principalement dans les monastères de la partie méridionale et orientale du royaume comme celui de Leire16 ; la cour et la chancellerie royales employaient également le roman navarrais comme moyen d’expression17. L’euskara était une langue presque uniquement orale. Nous rejetons toutefois l’affirmation selon laquelle le nouveau parler roman se serait étendu plus tard dans le bassin de Pampelune et à Tierra de Estella (Estella-Lizarra et ses alentours), étant donné que les deux zones parlaient, comme les nombreux travaux de Jimeno Jurío l’ont montré, une langue basque très fermée et ce jusqu’à une date avancée du xixe siècle. Nous devons signaler à cet effet que le bassin de Pampelune ou Iruñerria apparaît encore, sur la carte du prince Bonaparte publiée en 1863, comme entièrement bascophone. Notons par ailleurs que l’administration du royaume de Navarre, puis de l’Espagne, sut attirer un corps de fonctionnaires et de soldats étrangers à la capitale de Navarre ; toutefois, celle-ci demeura longtemps quasi monolingue bascophone.

  • 18 Voir González Ollé 1970, p. 61-62, et Saralegui 1977a, p. 33.
  • 19 Jordán 1998, p. 117 et 122.
  • 20 1970, p. 45.

11Nous ignorons l’usage populaire que put avoir le roman navarrais, mais l’on peut supposer qu’il fut l’héritier du latin. Celui-ci avait été imposé comme seule et unique langue dans la région du Sud-Est, la plus plate du royaume (Ribera, Sangosse et alentours18), avec pour conséquence la disparition, dans certaines régions, du basque et de la langue celtique, utilisée semble-t-il dans l’extrême Sud (à Cascante par exemple, appelé kaiskata dans les inscriptions19). L’arabe, l’hébreu et le mozarabe furent également en usage, mais, pratiqués sans doute par une fraction minoritaire de la population de la zone sud du territoire, ils n’ont pas non plus laissé beaucoup de traces dans la documentation du royaume. González Ollé20 considère que « ces groupes n’eurent pas le volume linguistique suffisant pour prétendre avoir une influence sur la situation générale ».

12L’onomastique médiévale révèle clairement la présence de noms de personne arabes et hébreux en Navarre ; nous ignorons toutefois jusqu’à quand perdura l’usage de ces langues. Des toponymes comme El Fosal de los judíos “le cimetière des Juifs” de Murillo el Fruto (1619) révèlent la présence ancienne (médiévale) d’une population de cette confession, et ce indépendamment de sa langue d’usage quotidien.

  • 21 1971, p. 208.

13Pour sa part, le basque était la langue la plus utilisée et la plus étendue du royaume, mais se trouvait exclue de la documentation. Comme l’indique Mitxelena, « si nous retournons au Moyen Âge, il est clair que le basque est une langue qui, en principe, ne s’écrit pas ; et si elle s’écrit, cela se fait plutôt dans un style ou un registre relâché21 ».

  • 22 Voir à ce sujet Pérez-Salazar 1995, p. 281.

14Il convient à présent de passer en revue les toponymes choisis pour cette étude. La liste suivante recense les différents noms analysés ainsi que leurs variantes, en insistant sur la langue de rédaction du document. Précisons toutefois avant toute chose que, comme cela était prévisible, il n’y a aucune difficulté à identifier le peu que nous avons en euskara, de part la grande différence existante par rapport aux langues romanes des alentours. En revanche, des difficultés se présentent à nous lorsque nous tenons à distinguer entre eux les documents écrits en roman navarrais et ceux écrits en espagnol, puisqu’il s’agit fréquemment de documents qui montrent une certaine continuité, avec plus ou moins de caractéristiques d’une langue ou de l’autre et des emprunts réciproques. Pour donner un exemple, nous pouvons avoir dans un même texte dito “dit” (< dictu) à côté de fecha “faite” (< facta) et dans un autre dito et feyta22.

15Les documents occitans sont plus faciles à identifier, quoique l’on puisse parfois rencontrer des difficultés. Les documents rédigés en français ne présentent de ce point de vue, eux non plus, aucun problème, de même que les textes rédigés en basque. Signalons enfin que des documents peuvent être rédigés en plusieurs langues.

Étude des toponymes sélectionnés

Garazi / Cize et Donibane Garazi / Saint-Jean-Pied-de-Port / San Juan de Pie de Puerto

Basque

  • 23 Etxepare 1545.
  • 24 Gavel 1933 ; Rostaing 1992, p. 99. Gavel (1955, p. 213) écrit à ce sujet que « les noms officiels d (...)

16Garaci (Blasco de Garaci, 1068), Garaci (Bernart Garaci, 1258), « Eta jaquiçu, Done Johanne Garaçicoec dute gracia erregue baytaric » “et vous devez savoir [que] les gens de Saint-Jean-Pied-de-Port ont la grâce du roy” (1416), Garazico herria “le peuple de Cize”23, Done Juane Garaci (xviie siècle), Donaioane (xviiie siècle), Doni Joane garaci (1793), Donibane, Donibane Garaci (xixe siècle), Doniane Garazi, Donibane Garazi (xxe-xxie siècles) “Saint-Jean-Pied-de-Port”, littéralement “Saint-Jean de Cize” (avec un premier élément done “saint” venant du latin dominus, comme le français Dom- de Dommartin, Dompierre, Domrémy, etc.24), Garazbizcay, Garazbizcaya (1284, 1297), Garaçbiçcaya (1300), Garazbizcar, Garazbortu (xviiie siècle) “le col de Cize” ; nous avons ici un composé de Garazi “Cize” et bizkai (bizkaia avec l’article -a), bizkar, bortu “col”.

Latin

17Cirsia (980), Cirsa (1072), Arnaut Sanz de Sirsa (1120), et alii fere omnes Cirse clerici (1120), Cisa (1208), apud Sanctum Iohanem de Cisa (1213), Cisa (1236), Cieysia (1253), Cisa (1254), Cisia (1272), Sancti Petri de Cisia (1272, 1273), Sancti Petri de Cisia (1274), Çisia (1283), tenente castellum Sancti Iohannis sub Pede Portus (1234), Sanctum Iohannem de Pede Portus (1234), Stephano de Sancto Johane de Pede Portus (1272), Guillelmo d’Arguaua de Sancto Johane de Pede Portus (1273), Sancto Iohane de Pe de Portus (1350, ablatif).

Roman navarrais

18Cieysa (1258), Cisa (1264), Sant Miguel de Cixa (1266), Cissa (1337), Cisa (1350-53, 1366), San Johan de Pie de Puerto (1258), Sant Johan (1258) Sant Johan del Pie del Puerto (1266), Sant Joan del Pie del Puerto (1271), Sent Iohan de pie del Puerto (1337), Sant Johan del Pie del Puerto, Sant Johan (1350-1353).

Occitan

19Cisa (1268), Sant Peire de Cisia (1273), Sant Per de Cisia, Sant Pere de Cisia (1273), port de Siza (1288), Arnaut de Cisa (1297), Cise (1366), Sant Johan del Pe del Port (1258), Sen Johan (1258), Sent Iohan de Pe do Port (1329), Sent Johan dou Pe dou Port (1361, 1367), Sent Johan do Pe do Port (1372), Sent Johan deu Pee deus Portz (1379), Sant Joan deu Pe deu Port (1406).

Castillan

20Cisa (1403), Cissa (1603), Sant Johan de Pie del Puerto (1329), Sant Iohan de Pie del Puerto (1355), Sant Joan del Pie del Puerto (1406), Sant Johan del Piet del Puerto, Sant Johan de Pie del Puerto, Sant Johan (1421).

21Le nom de la capitale de Basse-Navarre est aujourd’hui bien fixé en espagnol (San Juan de Pie de Puerto), mais il s’agit là de quelque chose de nouveau puisque, jusqu’à récemment, l’on trouvait encore dans les documents rédigés en cette langue des formes plus ou moins divergentes : Sanjoan (1555), San Joan tierra de Cissa (1603), San Juan del Pie del Puerto, San Joan (1619), SanJoan (1632), San Juan Pie del Puerto (1800, 1805, 1807...).

Français

22Saint Iohan du Pie de Pors (1340), Sant Iohan du Pie du Port (1352), Sant Iohan du Pie des Pors (1355), Sent Iohan (1358), Sant Iehan de Pie des Pors (1360).

Textes multilingues et hybrides

23Cieysa (1258, roman navarrais et occitan), Cisa (1366, roman navarrais et occitan), Sant Johan do Pe de Puertos (1249), Sant Johan del Pie de Puertos (1253), Senti Iohan de Pie del Puerto (1337), Sancto Iohane de Pe de Portus (1350), Sant Iohan del Pie del Puerto, Sant Iohan (castillan et roman navarrais, 1355), etc.

Baigorri / Saint-Étienne-de-Baïgorry

Basque

24Baygorri vizcaya (1302), Baygorritegui “la maison de monsieur Baigorri” (1366 ; à Sen Miguel lo Vieyl, i.e. Saint-Michel-le-Vieux, Basse-Navarre).

Latin

25Bigur (980, 1106, 1150-1170), Baigorri (1057), Beguer (1120), Beigur (1167), Baigur (1194), Baigorrie (1236), Bayguerr (1274).

Roman navarrais

26Baygorri (Sancho Baygorri, 1350-1353), Bayguerr (1350-1353), Baiguer, Bayguerr (1366).

Occitan

27Bayguerr (1268), Baiguerr (Aznar Andia de Bayguerr, Aznar Larrea de Baiguerr, 1302), Baygorri (S[ancho] Baygorri, 1313), Bayguerr, Sent Esteben de Baiguer (1366), Bayguer (1371).

Français

28Baygorri (1355).

Textes multilingues

29Baygor (1258, roman navarrais et occitan), Baigorry, Baygorri (1263-1264, roman navarrais et castillan), Baiguer (1264, roman navarrais et castillan), Bayguer (1351, castillan et roman navarrais), Baiguer, Bayguerr (1366, castillan et occitan).

Orreaga / Roncesvalles / Roncevaux

Basque

30Oriarriaga (1071), Orierriaga (1284), Orrierriaga, Orreriagua (xviie siècle), Oriarriaga, Orria (xixe siècle), Orreaga, Orria (xxe-xxie siècles).

Latin (le plus souvent au génitif)

31Roscideuallis, Roscidevallis, Roschidevallis, Rosçidevallis (xiie-xiiie siècles ; forme la plus fréquente), Ronzasuals (c. 1119), Roncesvallis, Ronçesuallis (1185, 1193, 1209), Ronzasuallis, Roncasualles, Ronzasvalles (1142-1150, 1197, 1217), Roncesvallibus, Roncesuallibus (1185, 1209), Rochideuallis, Rochidevallis, Rocidevallis (xiiie siècle), Roncideuallis (xiiie siècle), Ronciavalle (1215), Runciavalle (1220), Roscidevallis (1350).

Roman navarrais

32Ronçasuaylles, Ronçasuailles, Ronçasvailles, Roncasvailles, Roncasuaylles, Ronçasvalles, Ronçasualles (xiiie siècle ; forme la plus fréquente), Ronçasuales, Ronçasvales (xiiie siècle), Roncesualles, Roncesvalles, Roncesuailles, Ronçesvailles, Ronçesuaylles, Roncesuaylles, Ronzesvalles (xiiie siècle, 1252), Ronçasualls, Ronçesualls (1243), Ronceuailles (1259), Roncasvayll, Ronçasvaylles, Ronçasvaill (1350-1353), Roncasualles (1412).

Occitan

33Ronçauals, Ronçavals (xiiie siècle, 1300, 1305), Roncesuals (1254, 1258), Ronçasuals (1256, 1286, 1288), Ronçasvaus, Ronçasuaus (1296), Roncesvaus (1296), Ronçeuau (1366), Arronçesbaus (1412-1413).

Textes écrits en français

34Roncesueaux, Roncesvaus, Roncesuaus, Ronsesbeaux (1234, 1261, 1270).

Textes en castillan

35Roncesvalles (1279), Ronçasuales (1285), Ronçasualles, Ronçasvalles, Ronçasuailles (xiiie-xive siècles).

Textes écrits en portugais

36Roxasuales (1275), Roçasualles (1276), Roçauales (1295).

Iruñea / Pamplona / Pampelune

Basque25

  • 25 Sur l’évolution de ce toponyme, voir Jimeno Jurío et al., 2006, p. 75-84.

37Irunnia (1031), Irunga (1038), Irunia (1049, 1055-1063, 1057, 1058, 1063, 1066, 1067, 1069 1071, 1076, 1099, 1122, 1127), Urunia (1043, 1060), Iruna (1068), Irunie (1070), Yrunia (1071, 1075, 1122, 1141, 1192), Yruynna (1075), Ironia (1085), Yrunnia (1093), Erunia (1098-1099), Yronia (1105), Iruñe(a) ([E]/necones Yrunieco, 1120), Iruina (1127-1142, 1129, 1207), Yruyna (1135, 1138), Irvina (xiiie siècle), Irvyna (1366), Iruñea (1614), Iruña (1745), Iruñea, Iruña (1853, xxe-xxie siècles).

Latin (le plus souvent à l’ablatif)

38Pampilona (1031, 1045, 1054-1063, 1066, 1068-1069, 1071-1074, 1076, 1087, 1090, 1100-1115, 1117, 1129, 1136, 1139, 1148, 1150, 1167-1187, 1169, 1172, 1175-1180, 1185, 1192, 1193, 1195, 1198, 1201, 1203, 1204, 1212, 1216-1219, 1220, 1234, 1273, 1277, 1285), Pampilonia (1057, 1136-1137, 1141), Pampolonia (1060), Pamplona (1175), Pompilona (1290), Pompilone (1290, génitif).

Roman navarrais

39Pomplona, Ponplona (1237, 1243, 1261, 1265, 1267, 1271, 1272, 1279, 1290, 1294, 1300, 1307, 1313, 1323, 1342, 1347, 1349, 1358, 1379, 1383, 1393, 1396, 1412), Pompolona (1248, 1393), Pamplona (1244, 1250, 1274).

Castillan

40Pomplona, Ponplona (1135, 1138, 1176, 1237, 1253, 1256, 1280, 1362, 1498, 1508).

Occitan

41Pampalona (1222, 1232, 1235, 1236, 1252, 1254, 1258, 1259, 1266, 1273, 1277, 1291, 1296, 1297, 1299, 1300, 1306, 1309, 1310, 1314, 1318, 1319, 1321, 1324, 1325, 1328, 1332, 1340, 1342, 1346, 1375), Pamplona (1258, 1290, 1296, 1299, 1304, 1310, 1318), Pomplona, Ponplona (1255, 1288, 1324), Pampilona (1273).

Textes écrits en français

42Pampelune (1258, 1270, 1355).

Textes hybrides

43Panpalona, Panplona, Pamplona (1228, 1398, roman navarrais et castillan), Pampillona (1235, roman navarrais et occitan), Pomplona (1249, 1255, 1272, 1274, 1281, 1398, roman navarrais et castillan), Ponplona, Pomplona (1300, 1320, 1459, castillan avec des traits du roman navarrais), Ponplona, Pomplona (1238, 1239, 1243, 1314, 1318, 1350, roman navarrais avec des traits occitans), Pamplona, Pomplona (1314, 1362, castillan avec des traits du roman navarrais et de l’occitan), Pamplona (1322, roman navarrais et occitan), Pomplona (1350, castillan et roman navarrais).

Estella-Lizarra

Basque

44Liçarra (1024, 1254, 1269, 1274, 1286, 1290, 1310), Liçarrara (1024, 1058, 1063, 1064 ?, 1066, 1076, 1092), Liçarara (1040-1046), Lizarara (1064 ?), Lizarrara (1064 ?, 1072, 1080, 1092), Leyçarrara (1074), Licarraga (1079), Lizarraga (1079, 1174), Lizarra (1083), Liszarrara (1098), Leyçarra (1276).

Latin (le plus souvent à l’ablatif)

45Stella (1031, 1040, 1087, 1097-1099, 1101, 1119, 1127, 1139, 1142-1150, 1147, 1154, 1170-1172, 1174-1177, 1179, 1185, 1187, 1090, 1193, 1203, 1204, 1220, 1234, 1236, 1243), Sstella (1093), Estela (1138, 1148, 1234), Estella (1145, 1171), Steylla (1157), Stellam (1197, accusatif), Estellam (1198, accusatif), Stelle (1210, génitif), l’Estela (1238, ablatif).

Roman navarrais

46Estella (1243, 1271, 1274), Esteilla, Esteylla (1237, 1271, 1272, 1276, 1279, 1281, 1300, 1322, 1326, 1341, 1349, 1356, 1359, 1382, 1383, 1385, 1412), Stella (dans le syntagme de Stella, 1336).

Occitan

47Estela (1232, 1254, 1258, 1261, 1283, 1286, 1290, 1299, 1303, 1306, 1310, 1320, 1321, 1324), Estele (1237), Stela (1248), Estella (1237, 1254, 1290), Esteylla (1290).

Castillan

48Estella (1241, 1243, 1272, 1315), Esteilla, Esteylla (1274).

Textes hybrides

49Esteylla, Esteilla (1176, 1249, 1255, 1271, 1313, 1345, 1350, castillan et roman navarrais), Stella (1249, castillan et roman navarrais), Estella (1274, castillan et roman navarrais).

Zangoza / Sangüesa

Basque

50Cangoça[bidea] “[le chemin de] Sangosse” (1602), Cangoca[bidea] (1623), Zangoza[bidea] (1711), Zangoza[rena] “[la maison de celui qui s’appelle] Sangosse” (1723), Zangoca[videa] (1755), Zangoza[videa] (1823).

Latin (le plus souvent à l’ablatif)

51Sanguassa (1020-1030), Sangossa (1055, 1063, 1076-1093, 1093, 1098, 1113, c. 1121-1126, 1122-1142, 1124-1125, 1129, 1134-1150, 1135, 1137, 1139, 1148, 1154, 1164, 1171, 1174, 1176, 1189, 1193, 1198, 1203, 1218, 1220, 1225, 1234, 1236, 1237, 1260, 1270, 1271, 1350), Sanguessa (1056, 1063-1064, c. 1121-1126), Sancuessa (1057-1058), Sancuensa (1066), Sanguossa (1076-1093), Sangues (1079, 1198), Sangosse (1131, 1185, génitif), Sancossa (1134), Sangossam (1187, accusatif), Sangosa (1267), Sentgosse (1271).

Roman navarrais

52Sanguessa (1237, 1244, 1265, 1271, 1280, 1281, 1329, 1366, 1383), Sangossa (1350), Sanguesa (1366, 1412).

Occitan

53Sangossa (1252, 1254, 1293, 1317, 1293, 1300, 1302, 1324, 1352), Sanguossa (pour Sangossa ; 1297, 1299, 1300).

Castillan

54Sanguessa (1135, 1138).

Textes écrits en français

55Sangousse (1258, 1270), Sangosse (1270).

Textes hybrides (castillan et roman navarrais)

56Sanguessa (1237, 1252, 1264, 1271, 1355).

Conclusions

57Les principales conclusions que nous pouvons tirer de ce travail de recherche sont les suivantes :

1. Les textes basques médiévaux (et postérieurs) sont rares, c’est la raison pour laquelle nous devons avoir recours à l’onomastique si nous voulons obtenir des attestations anciennes des noms de lieux basques : Baygorri vizcaya “le col de Saint-Étienne-de-Baïgorry”, Baigorritegui “la maison de monsieur Baïgorry”.

2. Les toponymes employés dans les textes rédigés en latin sont souvent adaptés suivant les modèles morphologiques de cette langue, mais ce n’est pas systématique.

3. Il est souvent difficile de distinguer les textes rédigés en roman navarrais de ceux qui sont rédigés en castillan, étant donné que la différence entre les deux variétés se réduit à une série assez limitée de caractéristiques linguistiques divergentes.

4. À l’inverse, les textes et toponymes basques se distinguent clairement des autres.

5. Il en va de même des textes écrits en occitan, bien que la distance existante entre ceux-ci et les textes écrits en castillan, roman navarrais et français soit bien moindre.

6. Identifier les documents écrits en français, par ailleurs peu nombreux, ne pose guère de difficultés.

7. L’une des difficultés réside dans le fait que certains documents sont rédigés en plusieurs langues. Par exemple, il est fréquent qu’une partie du document soit rédigée en roman navarrais ou en castillan et l’autre en occitan.

8. En conséquence, plusieurs variantes d’un même toponyme peuvent apparaître dans le même document : par exemple Pomplona (roman navarrais et castillan) et Pampilona (latin).

9. Il faut également tenir compte du fait que les toponymes n’étaient pas aussi stables qu’actuellement. Il n’est donc pas étonnant de trouver deux variantes du même nom dans un document écrit en une seule langue.

10. Il existe, cependant, certaines variantes typiques de chaque nom de lieu dans une langue spécifique, à savoir que certaines variantes prédominent dans chacune des langues : Baigorri, Garazi, Irunia, Lizarrara, Zangoza (basque), Stella, Roscideuallis, Pampilona (latin), Estela, Pampalona, Sangossa (occitan), Pampelune (français), Ronçasvailles (roman navarrais), etc.

11. Il est tout naturel que les toponymes aient plus ou moins évolué au fil des siècles : Done Johane Garazi > Donibane Garazi, Orierriaga > Orreaga (basque) ; Sant Johan de(l) Pie del Puerto > San Juan de Pie de Puerto (castillan) ; Roncesueaux, Roncesuaus > Roncevaux (français) ; Saint Iohan du Pie de Pors > Saint-Jean-Pied-de-Port (français).

12. Certaines variantes toponymiques ont disparu en raison de l’extinction de la langue parlée in situ : Pomplona (roman navarrais), Pampalona (occitan).

13. Dans certains cas il y eut une spécialisation : Lizarra(ra) (nom de la ville) > Lizarra(ra) (nom du quartier). Au siècle dernier, cette dénomination fut remise en usage : de nos jours, le nom officiel de cette petite ville de Navarre est Estella-Lizarra.

14. Certaines variantes sont purement graphiques : Esteilla, Esteylla pour Estella (castillan).

Bibliographie

Bonaparte Louis-Lucien, 1863, Carte des sept provinces basques montrant la délimitation actuelle de l’euscara et sa division en dialectes, sous-dialectes et varietés, Londres, Stanford.

Carrasco Juan, 1973, La Población de Navarra en el siglo xiv, Pampelune, Universidad de Navarra.

Ciérbide Ricardo, 1972, Primeros documentos navarros en romance (1198-1230). Comentario lingüístico, Pampelune, Intitución Príncipe de Viana.

, 1988, Estudio lingüístico de la documentación medieval en lengua occitana de Navarra, Bilbao, Universidad del País Vasco.

, 1993, Censos de población de la Baja Navarra (1350-1353 y 1412), Tübingen, Niemeyer (Patronymica Romanica, 7).

Etxepare Bernard, 1980 [1545], Linguae vasconum primitiae, éd. Patxi Altuna, Bilbao, Mensajero.

García Larragueta Santos, 1976, Archivo Parroquial de San Cernin de Pamplona. Colección Diplomática hasta 1400, Pampelune, Diputación Foral de Navarra/Institución Príncipe de Viana.

, 1976-1977, Documentos navarros en lengua occitana (primera serie), Pampelune, Diputación Foral de Navarra/Consejo de Estudios de Derecho Navarro (Anuario de Derecho Foral, 2).

Gavel Henri, 1918, « Note sur d’anciennes colonies gasconnes en Pays Basque », Revista Internacional de Estudios Vascos nº 9, p. 75-79.

, 1932, « Done et ses équivalents devant les noms de saints en basque », Bulletin du Museé Basque, nº 4, p. 315-320.

, 1940, « Colonies gasconnes », Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, p. 55.

, 1955, « L’accent tonique dans les formes gasconnes des noms propres basques », Gure Herria, p. 213-219.

Goñi José, 1197, Colección Diplomática de la Catedral de Pamplona, t. I : 829-1243, Pampelune, Gobierno de Navarra.

Goyheneche Eugène, 2011 (1966), Onomastique du Nord du Pays Basque (xie-xve siècles), éd. Charles Videgain, Bilbao, Académie de la Langue Basque (Iker, 27).

González Ollé Fernando, 1969, « La lengua occitana en Navarra », Revista de dialectología y de tradiciones populares nº 25/3-4, p. 285-300.

, 1970, « El romance navarro », Revista Española de Filología, nº 53, p. 45-93.

Idoate Florencio, 1969, « Una carta del siglo xv en vascuence », Fontes Linguae Vasconum, nº 2, p. 287-290.

Jimeno Jurío José María et Salaberri Patxi, 2006, Toponimia navarra VIII. Cuenca de Pamplona. Pamplona/Iruña, Pampelune, Udalbide/Pamiela/Euskara Kultur Elkargoa (Obras completas de José Mª Jimeno Jurío, 47).

Jordán Carlos, 1998, Introducción al Celtibérico, Saragosse, Universidad de Zaragoza, (Monografías de Filología Griega, 10).

Lacarra José María, 1965, Colección Diplomática de Irache, vol. I : 958-1222, Saragosse, CSIC/Instituto de Estudios Pirenaicos.

et al., 1986, Colección Diplomática de Irache, vol. II : 1223-1397. Índices 958-1397, Pampelune, Gobierno de Navarra/Institución Príncipe de Viana.

Martín Duque Ángel, 1983, Documentación medieval de Leire (siglos ix a xii), Pampelune, Diputación Foral de Navarra/Institución Príncipe de Viana.

Menéndez Pidal Ramón, 1952, Toponimia Prerrománica Hispana, Madrid, Gredos.

Mitxelena Koldo, 1971, « Notas sobre las lenguas de la Navarra medieval », in : Homenaje a don José Esteban Uranga, Pampelune, Aranzadi, p. 201-214.

Múgica Serapio, 1928, « Los Gascones en Guipúzcoa », in : Homenaje a D. Carmelo Echegaray (Miscelánea de estudios referentes al País Vasco), Saint-Sébastien, Diputación de Guipúzcoa, p. 1-29.

Ostolaza Isabel, 1978, Colección Diplomática de Santa María de Roncesvalles (1127-1300), Pampelune, Diputación Foral de Navarra/Institución Príncipe de Viana.

Pérez-Salazar Carmela, 1995, El romance navarro en documentos reales del siglo xiv (1322-1349), Pampelune, Gobierno de Navarra.

Raymond Paul, 1873, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Jean de Sorde, Paris/Pau, Dumoulin.

Rohlfs Gerhard, 1966, « Toponymie de double tradition », Mélanges de linguistique et de philologie romanes offerts à Monseigneur Pierre Gardette, Strasbourg, Université de Strasbourg, p. 413-426.

Rostaing Charles, 1992 [1945], Les noms de lieux, Paris, Presses Universitaires de France, 11e éd.

Ruiz Teresa, 1997, Archivo General de Navarra (1349-1381). I. Documentación real de Carlos II (1349-1361), Saint-Sébastien, Sociedad de Estudios Vascos (Fuentes documentales medievales del País Vasco, 76).

Salaberri Patxi, 2004, Nafarroa Behereko herrien izenak. Lekukotasunak eta etimologia [Les noms des localités de Basse-Navarre. Témoignages et étymologie], Pampelune, Gobierno de Navarra.

Saralegui, Carmen, 1971, El Testamento de Carlos III de Navarra. Edición, estudio lingüístico y vocabulario, Pampelune, Diputación Foral de Navarra/Institución Príncipe de Viana.

, 1977a, El dialecto navarro en los documentos del monasterio de Irache (958-1397), Pampelune, Diputación Foral de Navarra/Institución Príncipe de Viana.

, 1977b, « Los estudios sobre el dialecto navarro desde 1970 », Fontes Linguae Vasconum nº 9, p. 403-417.

Notes

1 González Ollé 1970, p. 47.

2 Ciérbide 1988, p. 14.

3 Múgica 1923.

4 Gavel 1918 et 1940.

5 Ostolaza 1978, p. 211.

6 En espagnol on prononce San Cerni(n) ; grâce aux travaux du jésuite de Pampelune J. Moret (xviie siècle), nous savons qu’en basque l’on disait Done Satordi.

7 Il en était de même à Estella-Lizarra : Quod ullus navarrus vel presbiter de foras non possit populare in Stella sine voluntate regis et omnium Stellensium (for de 1090, dans González Ollé 1969, p. 294).

8 Ibid., p. 295.

9 Ibid., p. 286.

10 Mitxelena 1971, p. 211.

11 Ibid., p. 212.

12 Ciérbide 1988, p. 45.

13 Lacarra 1957, p. 19 ; González Ollé 1969, p. 298-299 ; Mitxelena 1971, p. 213.

14 González Ollé 1969, p. 296.

15 González Ollé 1970, p. 50 et suiv. ; Saralegui 1977a, p. 23, et 1977b, p. 403.

16 González Ollé 1970, p. 62 et suiv. Selon nous, l’argumentation relative à la diphtongaison des voyelles des toponymes basques dans la célèbre Toponimia Prerrománica Hispana de MenÉndez Pidal (1952), à laquelle se réfère González Ollé (voir aussi Saralegui 1977a, p. 33), doit être considérée cum mica salis, puisqu’il ne s’agit que de la forme romane de toponymes basques, qui, en langue basque, se sont maintenus dans la plupart des cas sans diphtongaison : Galoze / Gallués, Irunberri / Lumbier, Nabaskoze / Navascués, Nardoze / Nardués, Zangoza / Sangüesa, etc. Il s’agit tout simplement de ce que Rohlfs (1966) a appelé « toponymie de double tradition ». Il est certain, toutefois, qu’une situation de bilinguisme a dû se produire pour qu’existe une telle différenciation.

17 Saralegui 1977a, p. 33.

18 Voir González Ollé 1970, p. 61-62, et Saralegui 1977a, p. 33.

19 Jordán 1998, p. 117 et 122.

20 1970, p. 45.

21 1971, p. 208.

22 Voir à ce sujet Pérez-Salazar 1995, p. 281.

23 Etxepare 1545.

24 Gavel 1933 ; Rostaing 1992, p. 99. Gavel (1955, p. 213) écrit à ce sujet que « les noms officiels des localités du Labourd, de la Basse-Navarre et de la Soule sont quelquefois de forme vraiment française : tel est le cas, par exemple, pour Saint-Jean-Pied-de-Port. Parfois alors ils sont la traduction du nom basque ; il en est ainsi pour Saint-Jean-le-Vieux, qui nous amène à voir dans l'élément initial Dona- du nom basque actuel Donazaharre une contraction d'un plus ancien Doniban- ».

25 Sur l’évolution de ce toponyme, voir Jimeno Jurío et al., 2006, p. 75-84.

Auteur

Université publique de Navarre et Académie de la langue basque

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access