Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Problèmes généraux et multiplicité des sources

Abandonner, changer ou conserver son nom

Sources et enjeux sociaux d’une pratique monastique à Byzance (ixe-xiiie siècle)

Lucile Hermay

Texte intégral

  • 1 Cheynet 1996, p. 272.
  • 2 Patlagean 1984, p. 29-32 ; Cheynet 1996, p. 273-275.   
  • 3 Sur les noms comme « sentiment d’appartenance à une famille », voir ibid., p. 292. Il était courant (...)

1Dans le monde byzantin, du milieu du ixe jusqu’au xiiie siècle en particulier, mais également au-delà, le nom personnel était principalement composé de deux éléments : les tria nomina romains avaient depuis longtemps été abandonnés. Chaque Byzantin détenait un nom usuel individuel, attribué, selon les sources liturgiques, à l’église le jour du baptême, huit jours après la naissance. Ce nom, dit onoma en grec, était le plus souvent chrétien : citons notamment Jean, Michel, Constantin pour les hommes, Marie pour les femmes1. À ce nom s’ajoutait une seconde dénomination, épiklin ou épiklisis, dont la nature exacte reste parfois floue dans les sources. Il pouvait s’agir d’un surnom personnel, d’un surnom transmissible (le cognomen romain) ou d’un nom de famille. À l’époque médiévale, l’usage de cette seconde dénomination tendit à se développer. Plus précisément, l’emploi d’un patronyme crût à partir du viiie siècle, d’abord essentiellement au sein de la très haute aristocratie, pour se généraliser ensuite au ixe siècle2. L’octroi et la possession de ces noms étaient de véritables marqueurs sociaux3. Ils répondaient à des logiques de distinction sociale et de reproduction familiale. D’une part, les grandes familles utilisèrent de façon récurrente certains noms de baptême, qui devinrent de véritables attributs distinctifs familiaux. D’autre part, l’usage d’un patronyme révèle au sein des élites byzantines l’importance croissante du génos, c’est-à-dire de la « race » dans une traduction littérale, mais plus précisément du lignage.

  • 4 Déroche 2007, p. 417-418.
  • 5 Ibid., p. 418-419.
  • 6 Cheynet 1996, p. 288 ; Talbot et al. 2006, p. 99-100.
  • 7 Ibid., p. 93-95 ; voir aussi Kazhdan 1991, p. 1436.
  • 8 Ibid., p. 91.

2L’étude des noms des moines byzantins présente des spécificités par rapport à ces cadres généraux. Le moine devait abandonner son nom individuel et son patronyme laïcs. Parce qu’il s’agissait de faire preuve d’humilité, de marquer sa volonté de rupture avec le monde et surtout de signifier un nouveau baptême, les moines prenaient un nouvel onoma lors de leur tonsure. Alors que cette habitude était plutôt rare à l’époque protobyzantine4, la métonomasia se généralisa ensuite, la nécessité de contrôler les moines devenant moins stricte5. Les historiens soulignent généralement l’habitude qu’avaient les moines de conserver la première lettre de leur nom de baptême6, mais cette règle n’était pas absolue. L’exemple le plus fameux fut le choix du grand auteur Constantin Psellos, qui devint le moine Michel. Toutefois, le changement de nom n’était pas systématique7. Comme l’a souligné A.-M. Talbot, ce changement relevait plus du rite coutumier que d’une réelle prescription puisqu’aucun canon ni règle monastique ne le prescrivait8. Par ailleurs, l’onomastique monastique s’étudie à partir d’un corpus de sources bien particulier. Alors que les chroniques ou les histoires sont des sources essentielles pour l’étude de l’anthroponymie des laïcs, ces textes, d’une façon générale, renseignent peu sur les moines. Il faut donc aller chercher des informations dans d’autres types de sources, notamment dans les Vies de saint et dans les sources documentaires, essentiellement les archives monastiques et les sceaux de plomb personnels.

3C’est à partir de ces spécificités que l’on peut réfléchir sur les enjeux sociaux et historiques de l’anthroponymie monastique. Une analyse typologique des sources permet de mettre en évidence que l’énonciation du nom variait selon la nature du document, mais aussi de démontrer que si l’habitude de changement de nom constituait un idéal, elle faisait aussi l’objet de résistances, notamment chez les moines appartenant à l’élite sociale de l’Empire.

  • 9 Patlagean 1981, p. 88-102.

4Les Vies de saints sont des sources essentielles pour étudier le monachisme byzantin. À l’époque médiobyzantine, le monde monastique avait largement accaparé la sainteté puisque la majorité de ces textes avaient pour protagoniste et pour auteur un moine9. Ces écrits sont toutefois à utiliser avec précaution puisque leurs auteurs ne visaient pas à décrire la réalité du monde qui les entourait, mais cherchaient à construire un modèle de comportement édifiant. Pour cette étude, ils nous permettront d’analyser comment la rupture avec le monde marquée par le changement de nom individuel participait de la construction de la sainteté, et de déterminer si l’abandon du patronyme était présenté comme un idéal.

5Le tableau suivant répertorie les noms laïcs et monastiques des principaux saints-moines historiques de la période médiobyzantine.

Tableau 1 : les noms des principaux saints historiques de la période médiobyzantine

Nom monastique

Nom laïc

Sources

Athanase

Abraamios

Vie A d’Athanase de Lavra, BHG 187

Vie B d’Athanase de Lavra, BHG 188

Basile

Non mentionné dans la Vie

Vie de Basile le jeune, BHG 264

Blaise

Basile

Vie de Blaise d’Amorium, BHG 278

Christodoulos

Jean

Vie de Christodoulos, BHG 303

Constantin

Non mentionné dans la Vie

Vie de Constantin de Synada, BHG 370-370c

Cyrille

Constantin

F. Dvornik, Les légendes de Constantin et de Méthode, Prague, Orbis, 1933.

Cyrille

Kyriakos

Vie de Cyrille le Philéote, BHG 468

Euthyme

Non mentionné dans la Vie

Vie du patriarche Euthyme, BHG 651

Euthyme

Non mentionné dans la Vie

Vie d’Euthyme le jeune, BHG 655

Évariste

Serge

Vie d’Évariste de Kokorobion, BHG 2153

Ignace

Nicétas

Vie du patriarche Ignace, BHG 817

Irène

Non mentionné dans la Vie

Vie d’Irène de Chrysobalanton, BHG 952

Lazare

Léon

Vie de Lazare du Galésion, BHG 979

Léontios

Léon

Vie de Léontios, BHG 958

Luc

Non mentionné dans la Vie

Vie de Luc le jeune, BHG 994

Luc

Non mentionné dans la Vie

Vie de Luc le stylite, BHG 2239

Méthode

Non mentionné dans la Vie

Vie de Méthode, BHG 1278

Méthode

Michel

F. Dvornik, Les légendes de Constantin et de Méthode, Prague, Orbis, 1933.

Michel

Manuel

Vie de Michel Maléïnos, BHG 1295

Nicétas

Nikôn

Vie de Nikôn le Métanoeite, BHG 1366

Nicolas

Non mentionné dans la Vie

Vie de Nicolas le stoudite, BHG 1365

Paul

Non mentionné dans la Vie

Vie de Paul du Latros, BHG 1474-74h

Pierre

Non mentionné dans la Vie

Vie de Pierre d’Argos, ΒΗG 1504

Syméon

Serge

Vie de Syméon le Nouveau Théologien, BHG 1692

Théodora

Agapè

Vie de Théodora de Thessalonique, BHG 1737

  • 10 Hermay 2015a, p. 46-181.

6Ainsi, la majorité des saints avaient, selon leur hagiographe, abandonné leur nom de baptême. Sur les vingt-cinq moines recensés, au moins quinze avaient changé de nom. Nous remarquons aussi qu’ils prenaient souvent un nom monastique commençant par la même initiale. Ce tableau met en outre en évidence une certaine variété dans les noms choisis, alors même qu’une étude prosopographique des moines médiobyzantins laisse apparaître que les noms Jean et Michel étaient privilégiés lors de la prise d’habit10. L’abandon n’était toutefois pas automatique puisque neuf moines sur vingt-cinq semblent avoir conservé leur nom de baptême (même si dans certains cas nous pouvons supposer que l’hagiographe ignorait simplement le nom laïc de son protagoniste).

  • 11 The Life of Saint Nikon, 5, p. 40.
  • 12 Morris 2004, p. 431-558.

7Un cas en particulier a attiré notre attention : celui de Nikôn le Métanoeite. La Vie de ce saint, rédigée au xie siècle, laisse supposer que les noms monastiques pouvaient, sinon être rejetés, du moins être modérément usités. Ce saint serait né dans le premier tiers du xe siècle sur le Pont Polémoniaque et, après de nombreux périples, serait allé s’installer à Sparte. Il avait reçu lors de son baptême le nom Nikôn, “celui qui triomphe”. Selon son hagiographe, lorsqu’il fut tonsuré au monastère de Chrysè Pétra sur le Pont, il reçut le nom Nicétas, relativement rare pour un moine11, mais dont la signification est proche de celle de Nikôn. Or, ce nom monastique ne fut ensuite jamais repris dans la Vie de ce saint, ni dans le développement de son culte12, comme l’atteste la mosaïque le représentant au monastère Hosios Loukas en Phocide. Cette mosaïque, réalisée au xie siècle, porte en effet l’inscription « Ο A[ΓΙΟΣ] ΝΙΚΩΝ Ο ΜΕΤΑΝΟΕΙΤΑΙ ».

Fig. 1 : mosaïque de Nikôn le Métanoeite (église du monastère d’Hosios Loukas en Phocide, nef, lunette de la baie sud-ouest)

Fig. 1 : mosaïque de Nikôn le Métanoeite (église du monastère d’Hosios Loukas en Phocide, nef, lunette de la baie sud-ouest)

8Selon R. Morris, le culte de ce saint se serait certainement développé dès son vivant et aurait été prolongé après sa mort par la rédaction de sa Vie. Ainsi, Nikôn lui-même et son hagiographe auraient privilégié l’emploi du nom laïc, attribué au baptême. On peut supposer que ce dernier était un nom « familial », que le saint préféra conserver au détriment de son nom de moine.

  • 13 Vie et office de S. Michel Maléïnos, 7, p. 11.
  • 14 Pour la période postérieure, des listes de noms de moines ont même été conservées (Talbot 2007, p. (...)
  • 15 Vitae duae antiquae sancti Athanasii Athonitae, 23, p. 13 ; 9, p. 135.

9Certains hagiographes insistent dans leur œuvre sur la mise en scène du changement de l’onoma laïc. Ces récits sont précieux car ce sont les seuls documents de l’époque médiobyzantine à présenter ce rite : les sources liturgiques sont en effet muettes sur celui-ci jusqu’au xive siècle. Quelques tendances peuvent être mises en évidence. Le changement de nom avait lieu après un temps d’initiation, au moment où le moine recevait le schèma – l’habit monastique – et entrait au monastère. Ainsi, dans les années 920, Manuel Maleïnos pressa le vieillard auprès duquel il s’était réfugié et initié à l’ascèse, de le tonsurer ; « au quatrième jour, il fut revêtu du saint habit et appelé Michel au lieu de Manuel13 ». Ce changement d’état fut rapide puisqu’il craignait, nous dit son hagiographe, que son père ne découvrît le lieu de sa retraite et ne l’en arrachât de force. Le changement de nom accompagnait le changement d’habit. C’est le gérôn, un moine âgé, jouissant souvent d’une autorité charismatique, qui tonsurait le néophyte et choisissait son nom monastique14. Par exemple, selon les hagiographes d’Athanase, fondateur de la Grande Laure de l’Athos, c’est Michel Maleïnos, lui-même reconnu comme saint, qui tonsura Abraamios et lui choisit son nouveau nom15. Le charisme du moine Michel rejaillissait directement sur Abraamios. L’auteur de la Vie d’Athanase insiste d’ailleurs sur la signification prophétique du nom choisi par Michel. Ce choix annonçait plus précisément le caractère immortel (athanasios) de son œuvre et de sa renommée.

  • 16 « ὁ μέγας Εὐστράτιος [...], ἀποκείρει τοῦτον κατακοσμήσας τῷ ἀγγελικῷ σχήματι, Βλάσιον αὐτόν, ὡς κα (...)

10Le choix d’un nom à caractère prophétique relève d’un topos que l’on retrouve dans diverses hagiographies. Dans la Vie de Blaise d’Amorium, l’hagiographe dresse un parallèle entre l’octroi du nom Blaise et les vertus du saint : « le grand Eustrate [...] le tonsura et l’orna de l’habit angélique ; il le prénomma, en prophète, Blaise, tirant ce nom du bourgeon fertile, puisqu’il se trouvait être engendré pour la dissémination des vertus16 ». Le changement de nom était donc porteur de sens. En rapportant ce rite, l’hagiographe justifiait cette pratique, qui n’avait aucun fondement formel ou institutionnel.

  • 17 The Life of St Irene…, 3, p. 12.

11Pour les patronymes, la majorité des hagiographes semblent avoir prôné un idéal de rupture familiale. Seuls deux patronymes de saints-moines sont connus. Manuel/Michel appartenait à l’une des plus grandes familles de son temps, les Maléïnoi, et Irène, abbesse de Chrysobalanton, appartenait à la famille des Gouber17. Les mentions de ces patronymes s’inscrivent dans un contexte particulier puisque les cultes de ces saints eurent un caractère familial. Il s’agissait autant de démontrer la qualité du lignage du saint que de faire l’éloge de sa famille.

12La metonomasia et l’abandon du patronyme, prolongement de l’idéal de coupure avec la famille, furent ainsi des pratiques exaltées par l’hagiographie médiobyzantine. Les sources documentaires fournissent à ce sujet un éclairage plus nuancé. Si elles recèlent moins de détails sur les conditions d’imposition des noms monastiques, les archives offrent en effet un aperçu plus concret des pratiques sociales, qu’il s’agisse de celles des membres de l’élite de l’Empire – cités dans les obituaires, et disposant de sceaux – comme du commun des moines. Analyser et comparer ces différentes sources permet de mettre en perspective la dimension sociale du changement de nom. Enfin, bulles et signatures donnent la possibilité d’analyser la façon dont les moines se désignaient eux-mêmes.

  • 18 « + Κ(ύρι)ε Βοήθει τῷ σῷ δ(ού)λῳ | Ἰγνωτίῳ (μον)αχ(ῷ) τῷ Καίσαρι » (Laurent 1963-19 (...)
  • 19 Nicephori Bryennii historiarum libri quattuorII, 18, p. 181 ; Cheynet 1990, p. 79-80, n° 99.
  • 20 « [...]ου σφράγισ[μα] τοῦ μονοτρ[ό]που | Κατακαλῶν πρίν, νῦν δὲ Χαριτωνύμου » (Laurent 1963-1972, v (...)
  • 21 V. Laurent traduit ce nom par “Jean”. Néanmoins, il apparaît bien sous cette forme dans l’une des l (...)
  • 22 Kouroupou et al. 2005, p. 46, n° 19, com. p. 65.
  • 23 Cheynet 2008, p. 438-447.

13Quelques exemples montrent que le changement de nom fut pratiqué par des membres de la plus haute aristocratie. Le moine Ignace fit ainsi figurer sur son sceau l’inscription suivante : « Seigneur, aide ton serviteur | le moine Ignace, césar18 ». Grâce à la mention de sa dignité de césar, nous pouvons identifier ce personnage avec le césar Jean Doukas, éminent homme d’État, tonsuré de force à la suite d’une révolte politique dans les années 107019. Or, le prénom Ignace était uniquement porté par les moines. L’adoption de celui-ci marquait donc une volonté de manifester sans ambiguïté un changement d’état ; son usage s’inscrivait dans la continuité de l’idéal hagiographique. Nous pouvons toutefois nuancer ce constat. Le sceau d’un moine daté du milieu du xiie siècle montre que la règle de la métonomasia pouvait induire une certaine confusion chez un correspondant : il pouvait être bon pour un aristocrate de rappeler son ancien nom de baptême. En témoigne l’exemple de ce Byzantin qui fit inscrire sur sa bulle : « [...] sceau du moine [...] | [K]atakalôn avant, et maintenant Charitônumos20 ». Si, selon Vitalien Laurent, Katakalôn peut ressortir à la catégorie des noms de famille aussi bien qu’à celle des noms de baptême, le parallélisme de la syntaxe invite plutôt à se rallier à cette dernière hypothèse21. Nous aurions là un aristocrate soucieux de préciser son ancienne identité à son correspondant. L’abandon du nom laïc n’était donc pas systématique. D’ailleurs, certains membres éminents de la haute aristocratie conservaient celui-ci après avoir pris l’habit. Ainsi, Jean Comnène, père de l’empereur Alexis Ier Comnène, ne changea pas de nom22. De même, sa femme, Anne Dalassène, conserva son nom de baptême et son patronyme, comme l’attestent ses sceaux23. Ce maintien marquait certainement le refus de renoncer à son identité, et au marqueur social qu’était le nom individuel.

  • 24 Kouroupou et al. 2005, p. 45, n° 17, com. p. 56.
  • 25 Ibid., p. 45, n° 14, com. p. 53-54 ; D. Polemis attribue, certainement par mégarde, le nom monastiq (...)
  • 26 Ibid., p. 45, n° 16, com. p. 55-56.
  • 27 Ibid., p. 45, n° 24, com. p. 61-62.
  • 28 Ibid., p. 46, n° 29, com. p. 65.
  • 29 Barzos 1984, vol. 1, p. 286. 
  • 30 Grégoire 1909, p. 153-157.  

14À partir du xie siècle, la répétition de noms monastiques au sein de grandes familles aristocratiques devint notable, notamment au sein des familles impériales Comnène et Doukai. La liste des commémoraisons du monastère constantinopolitain dédié au Christ-Philanthrope, fondé au début du xiie siècle par Irène Doukas, femme de l’empereur Alexis Ier Comnène, nous renseigne directement sur ces reprises. Par cette liste, comprenant essentiellement des membres de la famille impériale, nous apprenons que Théodora Doukas prit le nom monastique que portaient sa sœur – l’impératrice – et sa grand-mère24. Le frère de Théodora et de l’impératrice, Michel Doukas, prit le même nom que son père Andronic, c’est-à-dire Antoine25. Dans la famille des Comnènes, apparentée aux Doukai, les frères Isaac26 et Adrien27 Comnène choisirent comme nom de moine le nom de baptême de leur père Jean28. Ce même nom fut d’ailleurs repris au xiie siècle par le petit-fils d’Isaac, lui-même appelé Isaac29. Enfin, dans la seconde moitié du xiiie siècle, trois membres de la famille des Kontostéphanoi, Alexis, Jean et Alexis prirent le nom monastique Antoine30. L’usage de l’identité de la lettre initiale n’étant pas suivi par tous, ce choix témoigne de la volonté d’adopter un nom monastique familial. Ainsi, à partir du xie siècle, des moines appartenant à l’élite aristocratique semblent avoir élaboré leur propre stratégie pour continuer, tout en étant moines, à se distinguer par un nom appartenant au répertoire familial. Qu’en était-il du nom patronymique ?

  • 31 Cheynet 1996, p. 275. Comme le rappelle J. Lefort, alors que le « nom de famille » devient systémat (...)
  • 32 Pour des détails sur ce recensement, voir Hermay 2015b, p. 106-132.
  • 33 Cheynet 1990, p. 208.
  • 34 Actes de Lavra…, 60, p. 313.
  • 35 Nicéphore Képhalas avait reçu sous le règne de Nicéphore III Botaniatès des terres klasmatiques don (...)

15Nous avons déjà souligné que la moniale Anne Dalassène, membre d’une prestigieuse famille, faisait systématiquement figurer son patronyme sur ses sceaux. Toutefois, les sources documentaires confirment que l’humilité monastique et la volonté de rupture familiale limitèrent, aux xie et xiie siècles, la diffusion de l’usage d’un nom de famille ou d’un surnom transmissible31. Le recensement et l’étude systématique des souscriptions et des suscriptions des actes athonites permettent d’étudier cet usage et son évolution32. Au xe siècle, sur l’ensemble des actes conservés, seuls douze moines signèrent ou furent désignés au moyen d’un nom de famille ou d’un « surnom familial ». Dans une grande majorité, ces moines étaient des abbés et fondateurs de monastère, c’est-à-dire des membres de l’élite institutionnelle, économique et très certainement sociale de la Sainte Montagne. Cependant, parmi ces anthroponymes, nous ne trouvons pas de nom de la grande aristocratie constantinopolitaine. Il s’agissait très probablement de moines issus de la société locale, qui cherchaient, dans la seconde moitié du xe siècle, à se distinguer par un patronyme33. À partir du xie siècle, l’emploi des noms de famille se développe dans la société laïque, mais les archives athonites ne dénotent pas d’accroissement de leur usage, sauf pour les moines issus des grandes familles. Même si beaucoup moins d’actes ont été conservés pour le xiie siècle, on observe que l’usage du patronyme, qui reste largement minoritaire, concerne au final toujours l’élite sociale et institutionnelle de la Sainte Montagne. Dans un acte de donation de 1115 par lequel il s’engageait à faire don de ses biens à la Grande Laure, Nicéphore Képhalas, grand dignitaire proche de l’empereur, cite ainsi, par la main d’un scribe, treize moines de ce monastère : l’higoumène Théodore Képhalas, l’économe Euthyme, l’ecclésiarque Néophyte, l’économe du métoque de Hiérissos, Dorothéos, un ancien économe, Neilos, un ancien ecclésiarque, Georges, le cellerier, Joannice, l’économe du métoque tou Gomatou, Georges, et cinq simples moines, Timothée, Antoine, Barlaam, Néophyte et Thomas34. L’élite du monastère se trouvait citée dans le corps du document. Parmi ces moines détenteurs de diaconies stratégiques, un seul était désigné par son patronyme : Théodore Képhalas. Celui-ci portait le même patronyme que le donateur et était certainement son parent. Surtout, il appartenait à une très grande famille aristocratique, les Képhalai, introduite à la cour impériale35. Pour ces deux raisons, ce personnage avait certainement demandé au scribe d’ajouter son nom de famille à son nom de moine. Ainsi, dans les milieux monastiques du xiie siècle, relever son patronyme était essentiellement le fait de l’élite sociale.

  • 36 Nous préférons ici donner un ordre de grandeur plutôt qu’un chiffre précis.
  • 37 Stephenson 1994, p. 209.
  • 38 Laurent 1963-1972, vol. 2, p. 299-300, n° 1473.
  • 39 Patlagean 1984, p. 31.
  • 40 Voir notamment les sceaux d’Anne Dalassène, moniale (Cheynet 1986, p. 445-447 ; Laurent 1963-1972, (...)
  • 41 Voir les sceaux de Xénè Comnène, moniale (ibid., vol. 2, p. 300-301, n° 1475 et 1476), et d’Anne Co (...)
  • 42 Il s’agit du sceau d’Ignace Sklèros (ibid., vol. 2, p. 260-261, n° 1389).
  • 43 Il s’agit du sceau de la moniale Xénè Nestongissa (ibid., vol. 3, p. 283, n° 2014).
  • 44 Il s’agit du sceau de Maxime Kratéros (Stavrakos 2000, p. 227 ; Cheynet et al. 2012, p. 610-611, n° (...)
  • 45 Laurent 1963-1972, vol. 1, p. 127, n° 165.
  • 46 « Γραφὰς σραγίζω μοναχοῦ Μακαρίου σίρμ(α) γένους ἕλκοντ(ος) Μαχηταρίων » (ibid., vol. 2, p (...)
  • 47 « Δουκ(αί)να μ(ο)ναχῇ τῇ Κουρτικίνα » (Laurent 1963-1972, vol. 2, p. 295, n° 1464). Comme le (...)
  • 48 Cheynet 1996, p. 288.

16Ces conclusions sont confirmées par l’étude des sceaux de moines. Nous avons recensé dans les principales publications une soixantaine de moines ayant fait préciser sur leur sceau leur patronyme36. Tous ces sceaux ont été datés par les éditeurs du xie ou du xiie siècle. La très grande majorité a été émise à partir de la seconde moitié du xie siècle – alors que les noms de famille apparaissent dès le deuxième tiers du xe siècle sur les sceaux des laïcs37. L’un des sceaux patronymiques les plus anciens (fin du xe-début du xie siècle) est celui de la nonne Marie Choirosphakteria38. Cette moniale appartenait à l’une des plus grandes familles de l’Empire, qui était aussi parmi les premières à s’être distinguées par un patronyme39. En étudiant cette soixantaine de patronymes, ou plus exactement de familles, on peut conclure que tous les possesseurs de ces sceaux appartenaient à la haute aristocratie. La très grande majorité des patronymes gravés sur les sceaux de moines sont en effet des patronymes connus par d’autres détenteurs prestigieux. Nous retrouvons ainsi des membres de la famille des Comnènes40 et des Dalassènes41, notamment des femmes, mais aussi de la famille des Sklèroi42, des Nestongoi43 ou encore des Krateroi44. Si quelques patronymes gravés restent relativement rares, les dignités ou fonctions des moines attestent néanmoins de leur haute extraction sociale. Par exemple, Basile porte un patronyme rare, Gournos, mais sa dignité de kouboukleisios et sa fonction d’higoumène45 confirment son extraction aristocratique. L’emploi de son patronyme visait à souligner son prestige familial. Sur son sceau, Macaire Machétarios fit graver à la fin du xie siècle cette inscription : « je scelle les écrits du moine Macaire, qui tire sa souche de la famille des Machétarios46 ». La revendication de l’origine familiale apparaît ici évidente. Enfin, à la fin du xie siècle, une moniale fit même graver sur son sceau deux noms de famille – « Doukaina, moniale, la Kourtikina47 ». Faire apparaître son nom de famille sur un sceau serait donc avant tout la pratique de moines de la très haute aristocratie qui continueraient à utiliser leur patronyme comme signe de distinction sociale, notamment à partir du milieu du xie siècle et pendant tout le xiie siècle. Cet usage s’expliquerait notamment par l’habitude qu’avaient les grands aristocrates de se retirer à la fin de leur vie dans un monastère48.

17L’étude de l’anthroponymie monastique permet de démontrer que, malgré l’idéal prôné par les Vies de saints, certains moines issus de grandes familles cherchaient à se distinguer de la masse des moines en conservant et donc en revendiquant certains éléments du patrimoine onomastique familial. Ainsi, la confrontation entre sources hagiographiques et sources documentaires révèle tout un jeu de négociations autour du nom des moines. Parce qu’elle permet de mettre en évidence la construction symbolique d’une nouvelle identité ou la réticence à abandonner son ancienne identité, l’étude de l’anthroponymie monastique constitue un terrain propice à une meilleure compréhension des pratiques et des enjeux de l’onomastique byzantine.

Bibliographie

Actes de Lavra, t. 1 : Des origines à 1204, éd. André Guillou, Paul Lemerle et Nicolas Svoronos, Paris, Lethielleux, 1970.

Barzos Konstantinos, 1984, Η γενεαλογία τῶν Κομνηνῶν, Thessalonique, Κέντρον Βυζαντινῶν Ἐρευνῶν, 2 vol.

Cheynet Jean-Claude, 1986, « Les Dalassènoi », Études prosopographiques, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 75-115 ; repris dans id., 2008, La société byzantine. L’apport des sceaux, II, Paris, Association des amis du Centre d’histoire et de civilisation de Byzance, p. 413-472.

, 1990, Pouvoir et contestations à Byzance, Paris, Publications de la Sorbonne.

, 1996, « L’anthroponymie aristocratique à Byzance », in : Bourin Monique, Martin Jean-Marie et Menant François (éd.), L’anthroponymie, document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, Rome, École française de Rome, p. 267-294 ; repris en anglais dans id., The Byzantine Aristocracy and its Military Function, Aldershot/Burlington, Ashgate, 2006.

Gökyildirim Turan et Bulgurlu Vera, 2012, Les sceaux byzantins du Musée archéologique d’Istanbul, Istanbul, Ege Yayinlari.

Déroche Vincent, 2007, « L’entrée en religion à l’époque protobyzantine : changement de nom, contrôle de l’identité », in : Moatti Claude et Kaiser Wolfgang (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et identification, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 415-426.

Grégoire Henri, 1909, « Notes épigraphiques XII. La famille Contostéphanes et le monastère des Élegmi », Revue de l’instruction publique en Belgique, t. 52, p. 152-161.

Hermay Lucile, 2015a, Moines, aristocratie et pouvoirs (843-1204). Étude sur le rôle social et politique de l’élite des moines à Byzance, thèse, université Paris IV-Sorbonne.

, 2015b, « Matériaux pour une étude prosopographique des moines de l’Athos (ixe-xie siècle) », Porphyra, t. 24, p. 106-132.

Kazhdan Alexander P., 1991, « Names, Personal », in : Kazhdan Alexander P., Talbot Alice-Mary, Cutler Anthony, Gregory Timothy E. et Ševčenko Nancy P., The Oxford Dictionary of Byzantium, vol. 2, Oxford, University Press, p. 1435-1436.

Kouroupou Matoula et Vannier Jean-François, 2005, « Commémoraisons des Comnènes dans le typikon liturgique du monastère du Christ Philanthrope (ms. Panaghia Kamariotissa 29) », Revue des études byzantines, t. 63, p. 41-69. 

Laurent Vitalien, 1963-1972, Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, t. V, 3 vol., Paris, CNRS.

Lefort Jacques, 1991, « Anthroponymie et société villageoise (xe-xive siècle) », in : Kravari Vassiliki, Lefort Jacques et Morrisson Cécile (éd.), Hommes et richesses dans l'Empire byzantin, viiie-xve siècle, t. II, Paris, Lethielleux, p. 225-238 ; repris dans id., Société rurale et histoire du paysage à Byzance, Paris, Association des amis du Centre d’histoire et de civilisation de Byzance, 2006, p. 249-264.

Morris Rosemary, 2004, « The Spread of the Cult of St Nikôn “metanoeite” », in : Kountoura-Galakê Eleonora (éd.), Οι ήρωες της Ορθόδοξης Εκκλησίας, Οι νέοι άγιοι, 8ος-16ος αιώνας, Athènes, Εθνικό Ίδρυμα Ερευνών, p. 431-558.

Nicephori Bryennii historiarum libri quattuor, éd. Paul Gautier, Bruxelles, Byzantion, 1975.

Patlagean Évelyne, 1984, « Les débuts d’une aristocratie byzantine et le témoignage de l’historiographie : système des noms et liens de parenté aux ixe-xe siècles », in : Angold Michael (éd.), The Byzantine Aristocracy, Oxford, BAR International Series, p. 23-43 ; repris dans ead., Figures du pouvoir à Byzance, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 2001, p. 131-157.

, 1988, « Sainteté et pouvoir », in : Hackel Sergei (éd.), The Byzantine Saint, Londres, 1981, p. 88-105 ; repris dans ead., Figures du pouvoir à Byzance, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 2001, p. 173-195.

Polemis Dimitrios I., 1968, The Doukai. A Contribution to Byzantine Prosopography, Londres, Athlone P.

Rouillard Germaine, 1929-1930, « Un grand bénéficiaire sous Alexis Ier », Byzantinische Zeitschrift, t. 30, p. 444-450.

Stavrakos Christos, 2000, Die byzantinischen Bleisiegel mit Familiennamen aus der Sammlung des numismatischen Museums Athen, Wiesbaden, Harrassowitz.

Stephenson Paul, 1994, « A Development in Nomenclature on the Seals of the Byzantine Provincial Aristocraty in the Late Tenth Century », Revue des études byzantines, t. 52, p. 187-211.

Talbot Alice-Mary, 2007, « A Late Byzantine List of Monastic Names », in : Belke Klaus, Kislinger Ewald, Külzer Andreas et Stassinopoulos Maria A. (éd.), Byzantina Mediterranea. Festschrift für Johannes Koder zum 65. Geburtstag, Vienne, Böhlau, p. 641-645.

, McGrath Stamatina, 2006, « Monastic Onomastics », in : Kaplan Michel (éd.), Monastères, images, pouvoirs et société à Byzance, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 89-118.

The Life of Saint Nikon. Text, Translation and Commentary, éd. Denis F. Sullivan, Brookline, Hellenic College Press, 1987.

The Life of St Irene, abbess of Chrysobalanton, éd. Jan Olof Rosenqvist, Stockholm, Almqvist & Wiksell International, 1986.

Vie de Blaise d’Amorium, éd. Acta sanctorum Novembris, t. IV, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1925, p. 657-660.

Vie et office de S. Michel Maléïnos, éd. Louis Petit, Paris, Picard, 1903.

Vitae duae antiquae sancti Athanasii Athonitae, éd. Jacques Noret, Turnhout, Brepols, 1982.

Notes

1 Cheynet 1996, p. 272.

2 Patlagean 1984, p. 29-32 ; Cheynet 1996, p. 273-275.   

3 Sur les noms comme « sentiment d’appartenance à une famille », voir ibid., p. 292. Il était courant de donner à l’enfant premier né le nom du grand-père paternel ou de la grand-mère paternelle, puis au deuxième né celui des grands-parents maternels.

4 Déroche 2007, p. 417-418.

5 Ibid., p. 418-419.

6 Cheynet 1996, p. 288 ; Talbot et al. 2006, p. 99-100.

7 Ibid., p. 93-95 ; voir aussi Kazhdan 1991, p. 1436.

8 Ibid., p. 91.

9 Patlagean 1981, p. 88-102.

10 Hermay 2015a, p. 46-181.

11 The Life of Saint Nikon, 5, p. 40.

12 Morris 2004, p. 431-558.

13 Vie et office de S. Michel Maléïnos, 7, p. 11.

14 Pour la période postérieure, des listes de noms de moines ont même été conservées (Talbot 2007, p. 643-645).

15 Vitae duae antiquae sancti Athanasii Athonitae, 23, p. 13 ; 9, p. 135.

16 « ὁ μέγας Εὐστράτιος [...], ἀποκείρει τοῦτον κατακοσμήσας τῷ ἀγγελικῷ σχήματι, Βλάσιον αὐτόν, ὡς κατάκαρπον βλαστὸν χρηματίζοντα, προφητικῶς ὀνομάσας, ἅτε παρὰ τὰς τῶν ἀρετῶν ἐξόδους πεφυτευμένον ὑπάρχοντα. » (Vie de Blaise d’Amorium, 11, col. 663A).

17 The Life of St Irene…, 3, p. 12.

18 « + Κ(ύρι)ε Βοήθει τῷ σῷ δ(ού)λῳ | Ἰγνωτίῳ (μον)αχ(ῷ) τῷ Καίσαρι » (Laurent 1963-1972, vol. 2, p. 259-260, n° 1387). 

19 Nicephori Bryennii historiarum libri quattuorII, 18, p. 181 ; Cheynet 1990, p. 79-80, n° 99.

20 « [...]ου σφράγισ[μα] τοῦ μονοτρ[ό]που | Κατακαλῶν πρίν, νῦν δὲ Χαριτωνύμου » (Laurent 1963-1972, vol. 2, p. 266, n° 1400).

21 V. Laurent traduit ce nom par “Jean”. Néanmoins, il apparaît bien sous cette forme dans l’une des listes de noms monastiques d’époque paléologue éditées par A.-M. Talbot (Talbot 2007, p. 642).

22 Kouroupou et al. 2005, p. 46, n° 19, com. p. 65.

23 Cheynet 2008, p. 438-447.

24 Kouroupou et al. 2005, p. 45, n° 17, com. p. 56.

25 Ibid., p. 45, n° 14, com. p. 53-54 ; D. Polemis attribue, certainement par mégarde, le nom monastique Antoine à Jean Doukas, frère de Michel (Polemis 1968, p. 79). Sur Andronikos Doukas, voir Kouroupou et al. 2005, p. 43, n° 6, com. p. 49-50.

26 Ibid., p. 45, n° 16, com. p. 55-56.

27 Ibid., p. 45, n° 24, com. p. 61-62.

28 Ibid., p. 46, n° 29, com. p. 65.

29 Barzos 1984, vol. 1, p. 286. 

30 Grégoire 1909, p. 153-157.  

31 Cheynet 1996, p. 275. Comme le rappelle J. Lefort, alors que le « nom de famille » devient systématique pour l’aristocratie au xiie siècle, à la même époque, il n’est pas adopté dans la paysannerie, qui utilise des « surnoms familiaux », c’est-à-dire des surnoms transmis, mais non de façon systématique ou générale (Lefort 1991, p. 257).

32 Pour des détails sur ce recensement, voir Hermay 2015b, p. 106-132.

33 Cheynet 1990, p. 208.

34 Actes de Lavra…, 60, p. 313.

35 Nicéphore Képhalas avait reçu sous le règne de Nicéphore III Botaniatès des terres klasmatiques dont la possession lui avait été confirmée par Alexis Ier Comnène (Rouillard 1929-1930, p. 444-450 ; Actes de Lavra I 1970, 44, p. 243-244). En 1086, devenu proèdre et catépan d’Abydos et ayant défendu Larissa face à Bohémond, Alexis Ier Comnène lui remit un nouveau chôrion, qu’il avait confisqué à des conspirateurs, avec une complète exemption fiscale (ibid., 48, p. 258-259).

36 Nous préférons ici donner un ordre de grandeur plutôt qu’un chiffre précis.

37 Stephenson 1994, p. 209.

38 Laurent 1963-1972, vol. 2, p. 299-300, n° 1473.

39 Patlagean 1984, p. 31.

40 Voir notamment les sceaux d’Anne Dalassène, moniale (Cheynet 1986, p. 445-447 ; Laurent 1963-1972, vol. 3, p. 279, n° 2009 et 2010), et de Marie Dalassène, moniale (ibid., vol. 2, p. 299, n° 1472).

41 Voir les sceaux de Xénè Comnène, moniale (ibid., vol. 2, p. 300-301, n° 1475 et 1476), et d’Anne Comnène, moniale (ibid., vol. 3, p. 281, n° 2011bis).

42 Il s’agit du sceau d’Ignace Sklèros (ibid., vol. 2, p. 260-261, n° 1389).

43 Il s’agit du sceau de la moniale Xénè Nestongissa (ibid., vol. 3, p. 283, n° 2014).

44 Il s’agit du sceau de Maxime Kratéros (Stavrakos 2000, p. 227 ; Cheynet et al. 2012, p. 610-611, n° 6128).

45 Laurent 1963-1972, vol. 1, p. 127, n° 165.

46 « Γραφὰς σραγίζω μοναχοῦ Μακαρίου σίρμ(α) γένους ἕλκοντ(ος) Μαχηταρίων » (ibid., vol. 2, p. 249, n° 1360). Cette famille était d’origine arménienne et fournit plusieurs cadres de l’administration civile. Basile Machétarios, fonctionnaire civil, reçut un commandement militaire (Cheynet 1990, p. 195, n° 38bis).

47 « Δουκ(αί)να μ(ο)ναχῇ τῇ Κουρτικίνα » (Laurent 1963-1972, vol. 2, p. 295, n° 1464). Comme le souligne V. Laurent, il paraît relativement improbable que l’un de ces deux noms soit un nom de baptême.

48 Cheynet 1996, p. 288.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : mosaïque de Nikôn le Métanoeite (église du monastère d’Hosios Loukas en Phocide, nef, lunette de la baie sud-ouest)
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access