Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et communisme(s) : l’avant-guerre (1919-1943)

 | 
Sylvie Le Clec’h
, 
Christian Oppetit
, 
Serge Wolikow

Une édition régionale de L’Humanité : L’Humanité du Midi (décembre 1923-novembre 1925)

Alexandre Courban

Résumé

Une édition régionale de L’Humanité, L’Humanité du Midi, fut expérimentée, entre 1921 et 1925, afin de tenter de répondre au besoin, d’une part, d’augmenter la pénétration du journal, d’autre part, de proposer un contenu plus riche aux lecteurs de province, qui ne pouvaient disposer, à la différence de la clientèle parisienne, d’une édition du quotidien plus étoffée, le dimanche dans la matinée, ce à quoi les premier ne pouvaient prétendre, étant donné les difficultés de la distribution. L’expérience commença par le Gard ; une édition se mit en place à Nîmes, puis d’autres régions suivirent, couvrant toute la partie sud de la France. La question du contenu était au centre des préoccupations des responsables de cette édition du Midi. Les militants ressentaient fortement le besoin d’une expression politique, en réponse à la presse bourgeoise. Il s’agissait donc de combiner à la fois une information relativement généraliste et localiste et une information plus militante, pari en grande partie tenu. Cependant, les difficultés organisationnelles dans les relations avec la direction nationale de L’Humanité, ajoutées aux difficultés financières, amenèrent les responsables de L’Humanité à arrêter la publication de L’Humanité du Midi en novembre 1925. Désormais, et pour une longue période - jusqu’à l’après-guerre -, la presse régionale communiste ne fut plus qu’hebdomadaire.

Entrées d'index

Texte intégral

1Invité par les organisateurs de cette journée d’étude à exploiter un fonds récemment ouvert à la consultation, mon intention est de vous proposer de revisiter un objet d’histoire – à savoir le quotidien L’Humanité – à partir du fonds de Moscou conservé à Fontainebleau, et depuis 2013 sur le site de Pierrefitte-sur-Seine des Archives nationales. Les lecteurs de L’Humanité ne lisent pas tous le même quotidien tous les jours. Outre l’édition nationale, il existe, selon les époques et selon la localité d’achat du journal, d’autres éditions méritent toute l’attention. Notre intention est de nous intéresser ici à l’une de ces éditions régionales –  l’édition du Midi, des Alpes à l’Océan –, qui paraît pendant près de deux ans, entre le 1er décembre 1923 et le 30 novembre 1925.

2Ce travail s’appuie sur la consultation des différentes éditions dites de Nîmes (différente de l’édition de Paris, consultable en ligne via la bibliothèque numérique de la BNF, Gallica) ; sur les archives du journal déposées aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis ; sur les fonds conservés aux Archives nationales, et en particulier sur un article qui comprend plusieurs centaines de documents relatifs à L’Humanité du Midi : quelques exemplaires du journal, de la correspondance, en particulier des lettres du préfet du Gard ou de son homologue des Bouches-du-Rhône adressées au ministre de l’Intérieur ou bien encore des communications des renseignements généraux envoyées aux préfets et au directeur de la Sûreté générale), des circulaires du parti communiste, etc. Il sera montré pourquoi l’administration du journal L’Humanité décide de multiplier les éditions du quotidien, avant de présenter le processus de mise en place de l’édition de L’Humanité du Midi, l’organisation de la rédaction de Nîmes et le contenu proposé.

Pourquoi une édition régionale de L’Humanité ?

3Mettre en place une édition régionale est un investissement dans la perspective de toujours accroître le nombre de lecteurs, et par conséquent l’influence du journal communiste. C’est également une façon de contourner une autre difficulté : celle d’augmenter la pagination.

Augmenter la pagination est un moyen de diversifier le contenu du journal

4L’administration de L’Humanité se fixe comme objectif permanent de donner davantage de contenu aux lecteurs pour mieux répondre à leurs attentes réelles ou supposées. L’augmentation de la pagination du quotidien, y compris de façon ponctuelle, est l’un des moyens pour y parvenir.

5Il est souvent décidé d’insérer davantage de pages certains jours plutôt que d’autres afin d’asseoir l’audience du quotidien communiste parmi certaines catégories de lecteurs. Le choix de paraître tel ou tel jour à six pages au lieu de quatre n’est jamais anodin. Il répond à un a priori quant à d’éventuelles habitudes ou disponibilités de lecture.

6L’administration du journal tend à privilégier le dimanche pour éditer L’Humanité sur un nombre de pages supplémentaires : plus de neuf exemplaires sur dix datés du dimanche paraissent sur six ou huit pages (entre le 1er janvier 1921 et le 31 mars 1934). Ce choix permet d’offrir davantage d’informations, principalement à la clientèle parisienne quasiment, seule à pouvoir disposer du quotidien du dimanche dans la matinée jusqu’en octobre 1935.

7En dehors de la région parisienne, le quotidien n’est disponible dans certaines villes qu’en fin de matinée (par exemple, Nantes, Lille, Nancy, Belfort, Rennes), dans l’après-midi (par exemple, Dunkerque, Limoges, Lyon, Clermont-Ferrand, Bordeaux, Brest), dans la soirée (par exemple, Marseille, Montpellier, Hendaye, Toulouse, Nice), voire le lendemain (par exemple, Perpignan).

8Les difficultés de distribution du quotidien contribuent à expliquer pourquoi l’administration de L’Humanité envisage la mise en place d’une édition régionale, ce d’autant plus qu’il est difficile d’augmenter la pagination du journal.

Bref historique de la pagination de L’Humanité

9Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’administration de L’Humanité s’emploie à retrouver la pagination sur six pages qui était celle du quotidien avant le déclenchement des hostilités.

10Pendant cinq ans, de janvier 1921 à mars 1926, L’Humanité est d’abord un quotidien édité sur quatre pages (73 % des numéros) bien qu’il paraisse aussi sur six pages (27 % des numéros). En effet, l’administration du journal parvient peu à peu à éditer régulièrement le journal sur six pages : d’abord une fois par semaine (de février à juillet 1921, puis d’octobre 1921 à mars 1922), puis deux (avril 1922-janvier 1923) et enfin trois jours par semaine (avril 1925-mars 1926).

11Mettre en place une édition régionale est une façon de satisfaire les lecteurs en leur offrant un contenu différent de celui qui leur est jusqu’alors proposé et de contourner la difficulté d’augmenter la pagination de l’édition nationale. Tel est le point de vue théorique de l’administration du journal.

Projet de l’édition de L’Humanité du Midi

Quelques antécédents à la mise en place des éditions du Midi « des Alpes à l’Océan »

12Afin d’élargir l’audience du quotidien communiste, l’administration du journal envisage à plusieurs reprises de doter L’Humanité d’éditions régionales (malgré l’échec de la seule tentative du quotidien, alors socialiste, d’une édition pour le département du Nord en 1911, et malgré les critiques formulées par quelques dirigeants communistes). Il s’agit non seulement de répondre aux attentes exprimées régulièrement par les militants communistes dans différentes régions, mais aussi d’augmenter les ventes du journal jugées insuffisantes en province. L’augmentation de la faible part réservée jusqu’alors dans l’édition nationale aux informations locales doit aider tout à la fois au développement du journal et au renforcement du parti.

13Les premières discussions au sein du Conseil d’administration et de direction du journal (entre octobre 1921 et novembre 1922) portent sur la faisabilité d’une seconde édition, destinée à la province. Cette revendication est notamment portée devant le 2e congrès du parti (Paris, 15-19 octobre 1922) par des délégués de province, qui proposent de supprimer certains journaux dont la charge est supportée par L’Humanité pour permettre à l’organe central de se doter d’éditions régionales. Un projet d’une édition de province est discuté par le Conseil d’administration et de direction de la presse communiste peu de temps après le projet avorté d’une édition du Nord de L’Humanité.

À l’origine de l’édition de L’Humanité du Midi : une initiative du Gard

14En définitive, la première expérience d’une édition régionale de L’Humanité ne se situe pas dans le nord de la France mais au sud. L’initiative en revient, non pas à la direction nationale du parti ou bien au Conseil d’administration et de direction du journal, mais à la fédération du Gard, dont les adhérents décident, lors du congrès fédéral (Nîmes, 26 novembre 1921), de faire paraître un Supplément gratuit de L’Humanité. D’abord distribué dans le Gard (1er décembre 1921-28 février 1922), puis également en Ardèche (1er mars-31 octobre 1922), le Supplément se transforme le 1er novembre 1922, doublant quasiment de format, pour être aussi diffusé dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse.

15Le Conseil d’administration de la presse communiste envisage, après une année d’existence du supplément imprimé à Nîmes d’étendre cette initiative à d’autres départements, considérant cette expérience comme un succès difficile à vérifier en l’état actuel de nos recherches.

16À partir du 3 mai 1923, deux éditions sont diffusées : la première, à l’est du Rhône (Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes, Basses-Alpes, Hautes-Alpes) ; la seconde, à l’ouest (Gard, Hérault, Ardèche, Lozère, Vaucluse). Enfin, à l’automne 1923, fort de deux ans d’expérience, le Supplément édité à l’initiative des militants de la fédération du Gard est abandonné au profit des Éditions du Midi des Alpes à l’Océan, de l’organe central du Parti communiste, dont le premier numéro paraît le 1er décembre 1923.

Aperçu des éditions du Midi (1er décembre 1923-30 novembre 1925)

17Il s’agit d’ajouter au quotidien national un contenu régional fort. Chaque jour, les articles politiques, les informations nationales et les nouvelles internationales à paraître dans l’édition parisienne sont télégraphiés pour être publiés dans les éditions du Midi (en première et deuxième pages). Seule la « chronique régionale » est placée sous la responsabilité d’une rédaction installée à Nîmes. Destinée à remplacer les deux suppléments édités jusqu’alors, elle est publiée en troisième page. Le feuilleton et la publicité sont par ailleurs publiés en page quatre.

18Afin de desservir un maximum de départements méridionaux, le Conseil d’administration décide de laisser à Nîmes l’imprimerie des éditions du Midi de L’Humanité. L’administration de L’Humanité du Midi envisage d’abord quatre éditions, soit quatre pages, dont trois différentes. Finalement, L’Humanité du Midi paraît en six éditions à partir du 15 décembre 1923 :

  • l’édition de la « région provençale » (Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes, Basses-Alpes, Hautes-Alpes) ;

  • l’édition de la « région du Sud-Ouest » (Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne, Tarn, Aude, Pyrénées-Orientales, Ariège), qui devient l’édition de la « région toulousaine » ;

  • l’édition des « régions cévenole et dauphinoise » (Haute-Savoie, Savoie, Isère, Ardèche, Drôme, Vaucluse, Lozère, Haute-Loire, Puy-de-Dôme) ;

  • l’édition de la « région du Languedoc » (Gard, Hérault) ;

  • l’édition de la « région lyonnaise » (Rhône, Loire puis ultérieurement Saône-et-Loire) ;

  • et l’édition de la « région bordelaise » (Gironde, Lot-et-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées, Basses-Pyrénées, Landes).

Aperçu du contenu et de la rédaction de L’Humanité du Midi

19S’intéresser au contenu du journal implique de rappeler qu’il existe un débat qui divise les militants quant à la formule éditoriale à privilégier. S’agit-il d’éditer un journal communiste d’informations principalement en direction des sympathisants ou bien d’éditer un organe central plutôt destiné aux militants ?

Type de contenu

20Concernant les pages spécifiques à L’Humanité du Midi, il s’agit d’abord de publier des informations locales, c’est-à-dire, d’après la définition proposée par le Supplément quotidien et gratuit de L’Humanité du 2 novembre 1922, « l’état civil, accidents, foires, marchés, compte rendu des séances du conseil municipal, convocation des sociétés, sports, obsèques, communiqués de la mairie et des administrations publiques, etc. ».

21Mais aussi des « nouvelles locales », c’est-à-dire des « informations publiées par les journaux bourgeois, avec la différence que nos correspondants – des ouvriers et des paysans comme vous – sauront exprimer vos aspirations et vos souffrances et mener un ardent combat contre les profiteurs qui vivent de votre sueur et de votre sang ».

22Il ne fait aucun doute pour la rédaction de L’Humanité du Midi que le quotidien communiste offre également la possibilité de publier des articles politiques (et pas uniquement des annonces relatives à l’état civil ou aux foires) et d’en préciser les règles :

« La polémique doit être faite contre [en gras dans le texte original] les adversaires du Parti, elle sera dépersonnalisée autant que possible, mais nos correspondants doivent à l’occasion critiquer les administrateurs locaux et les élus bourgeois en donnant dans leur communication la note communiste. En aucun cas et sous aucun prétexte le Supplément n’insèrera des polémiques de tendances entre membres du Parti ni des articles doctrinaux. »

23Le lancement des éditions du Midi répond à une demande politique, formellement exprimée par les militants locaux, comme le souligne l’avis suivant : « À nos lecteurs. À la demande de la fédération de l’Ardèche, le journal L’Humanité, propriétaire du “supplément gratuit” a décidé d’ouvrir les colonnes du Supplément à nos camarades de ce département à partir du 1er mars [1922] ».

24Ces différentes éditions comprennent notamment des convocations à des réunions, des comptes rendus de conférences, des comptes rendus de meetings, des comptes rendus de fêtes organisées par les organisations du mouvement ouvrier, des articles politiques sur la situation locale, en particulier à l’occasion des élections. Autrement dit, L’Humanité du Midi contient des informations locales, particulièrement intéressantes pour celui qui étudie l’implantation du parti communiste ou la vie politique locale.

La rédaction de L’Humanité de Nîmes

25Comme la rédaction nationale de L’Humanité, la rédaction de L’Humanité de Nîmes comprend plusieurs types de journalistes.

26Elle compte des responsables politiques importants, spécialement détachés pour prendre en charge ce nouveau journal, tel Gabriel Péri, qui « a reçu du Bureau politique l’ordre de se mettre au service de L’Humanité jusqu’à fin décembre » de l’année 1923. Elle comprend également les différents secrétaires des fédérations départementales comme César Malbos, responsable du Gard en 1924.

27La rédaction de L’Humanité de Nîmes s’appuie également sur des responsables politiques locaux, comme les secrétaires des sections communistes.

28Enfin, elle s’appuie sur des correspondants, des militants qui contribuent bénévolement au journal, à l’image de Flandin et Nicoloni, deux ouvriers révoqués de l’arsenal de Toulon. Tout porte à croire que de nombreux militants locaux contribuent à informer le journal.

Conclusion

29Contrairement aux espérances de la direction du Parti et de l’administration du journal, le succès n’est pas au rendez-vous. En octobre 1924, l’avenir des éditions du Midi paraît incertain. À peine un an après son lancement, l’existence du journal est remise en cause.

30Finalement, les multiples besoins économiques de l’édition parisienne et les difficultés de réorganisation de l’organe central du parti ont raison de l’édition de Nîmes. Les éditions du Midi sont supprimées le 30 novembre 1925, à la suite de la réunion du Comité central des 17 et 18 novembre 1925, et remplacées par des hebdomadaires régionaux comme La Provence ouvrière et paysanne (Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse, Gard, Ardèche, Drôme, Alpes-Maritimes, Basses-Alpes et Hautes-Alpes). Ultérieurement, d’autres éditions régionales de L’Humanité verront le jour, avec plus ou moins de succès.

31Malgré tout, l’expérience de L’Humanité du Midi se prolonge indirectement. Quelques anciens de la rédaction de Nîmes rejoignent la rédaction de L’Humanité à Paris, tel Pierre Forestier, secrétaire général du quotidien jusqu’en août 1930, ou encore Gabriel Péri, responsable de la rubrique internationale de 1924 à 1939.

Auteur

Docteur en histoire, université de Bourgogne

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access