Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives et communisme(s) : l’avant-guerre (1919-1943)

 | 
Sylvie Le Clec’h
, 
Christian Oppetit
, 
Serge Wolikow

Les archives comme « arme de la classe ouvrière »

Utiliser et comprendre les fonds du Komintern (base Incomka) et les fonds rapatriés de Moscou à la lumière de l’histoire des archives en URSS

Sophie Cœuré

Résumé

Sophie Cœuré propose d’éclairer le fonctionnement des institutions qui ont produit les archives de l’Internationale, ainsi que la manière dont les archives du fonds dit de Moscou, archives spoliées par les autorités allemandes en France occupée entre 1940 et 1944, puis saisies et confisquées par les Soviétiques après 1945 en Allemagne, ont été gérées, et ainsi d’expliquer leur forme documentaire actuelle. Dès 1917 eurent lieu la création d’un réseau d’archives d’État et, parallèlement, la création d’un réseau des archives du Parti communiste d’URSS. Ces dernières furent rassemblées, au bout de quelques années, dans une structure unique, l’Institut Marx-Engels, intégrant les archives de l’Internationale communiste. Cette structure resta stable jusqu’en 1991. Les archives sont conservées aujourd’hui au Centre des Archives russes d’État pour l’histoire sociale et politique [RGASPI]. Par ailleurs, en 1945, fut décidée la création d’un centre spécial, secret, destiné à accueillir les « archives-trophées ». C’est là que furent conservées les archives françaises spoliées par les occupants allemands pendant l’occupation de la France de 1940 à 1944. Ces archives, dont l’existence resta secrète jusqu’en 1991, furent restituées à la France à la fin des années 1990 ; de là, l’appellation « fonds de Moscou ». Aussi bien pour les archives soviétiques que pour les archives spoliées, la constitution des instruments de recherche reflète à la fois la tradition archivistique russe et la conception « militante » d’archives conçues en partie comme une arme dans la lutte du pouvoir communiste entre ses ennemis.

Entrées d'index

Géographique :

Moscou

Texte intégral

1À la fois sources et objets d’histoire, les archives sont observées depuis quelques années avec d’autant plus d’attention critique que leur contenu concerne des moments du passé dont la mémoire n’est pas apaisée. L’histoire politique, administrative et culturelle des institutions d’archives fait ainsi désormais partie intégrante de la réflexion sur le communisme soviétique, tant à l’échelle de l’Union des républiques socialistes soviétiques [URSS] qu’à celle des démocraties populaires ou des partis communistes nationaux. Cette communication souhaite contribuer à montrer comment la connaissance d’une gestion documentaire liée à un projet politique permet de mieux comprendre, donc de mieux utiliser, trois grands types de fonds d’archives : les archives du parti communiste bolchevik et celles du Komintern, partiellement numérisées dans la base Incomka, et les fonds français « trophées de guerre » concernant le communisme français, traités en URSS entre 1946 et les années 1960 et restitués dans les années 1990-2000.

Un réseau institutionnel complexe

  • 1 Sur l’histoire institutionnelle et l’épistémologie de la notion d’archives, lire les ouvrages de ré (...)
  • 2 V. Sedelnikov, « Pages de l’histoire des archives dans la Russie soviétique », Matériaux pour l’his (...)

2Depuis l’oukase fondateur de Pierre le Grand en 1712, l’histoire longue des archives impériales1 avait été marquée en Russie par l’héritage d’une culture de l’écrit et de sa conservation bureaucratique. La tension entre la centralisation des actes à la Cour, signe de pouvoir, et leur dispersion entre les ministères, voire leur privatisation, s’était faite plus forte encore que celle qui marquait la France de la monarchie moderne. Vivace tout au long du XIXe siècle et au début du XXe siècle, la réflexion professionnelle des archivistes avait abouti à la création de l’Union des archivistes russes, dite « Sojuz RAD », en 1917. Sans surprise, le cycle de révolution et de guerre civile que connut la Russie à partir de février 1917 fut marqué par des destructions, qu’elles aient été involontaires au cours des combats, ou volontaires pour mieux signifier la mort de l’ancien régime. Mais les archivistes de l’empire ainsi que les intellectuels proches des nouveaux gouvernements se mobilisaient dans le même temps pour sauver les papiers et recueillir les documents produits par les révolutions2. Ainsi Trotski arrêta-t-il manu militari le pillage des archives anciennes du Kremlin.

3Une sensibilité nouvelle aux archives caractérisait les dirigeants bolcheviks. L’héritage contradictoire des luttes clandestines menées en Russie et dans l’émigration conduisait au culte du secret, au cloisonnement et à la destruction des traces, mais aussi au souci de conserver, pour assurer la continuité militante et pour témoigner, quand viendrait le moment inéluctable de l’avènement d’une société socialiste. L’histoire et les archives participaient de la construction des représentations du monde par le parti marxiste, porteur d’une vision de l’histoire tournée vers un avenir déterminé et appuyée sur une conception « scientifique » de l’analyse des sociétés. Dès le début du XXe siècle, à Genève ou à Berlin, les sociaux-démocrates russes collectèrent et préservèrent les archives et les publications de leur mouvement. Enfin, le souci d’une pédagogie de la pensée socialiste et de l’histoire destinée au plus grand nombre marqua profondément la réflexion bolchevique sur le rôle des archives. Après la révolution d’Octobre, le Soviet des commissaires du peuple confia à un petit groupe d’experts, bien informés des modèles archivistiques européens, le soin de réfléchir à une future législation. On peut souligner notamment le rôle d’Anatoli Lunatcharski, commissaire du peuple à l’Instruction publique, du militant et théoricien marxiste David Riazanov, des historiens Alexandre Lappo-Danilevski, président de l’Union des archivistes jusqu’à sa mort, de faim et de froid, à Petrograd en 1919, et Mikhaïl Pokrovski, médiéviste, marxiste convaincu, membre de longue date du parti bolchevik.

4Le décret « Sur la réorganisation et la centralisation des archives dans la République de Russie », signé par Lénine le 1er juin 1918, constituait un « Fonds unique d’archives d’État » [EGAF] et établissait les grands principes de conservation des archives, de centralisation et d’interdiction de destruction. Le réseau institutionnel bâti dans les années 1920, dont le premier directeur fut Pokrovski, allait être calqué sur la structure de la République socialiste fédérative soviétique de Russie [RSFSR], puis de l’URSS. Des fonds fédéraux étaient créés - Archives historiques avant 1917, Archives centrales « de la révolution d’Octobre » [TsGAOR] pour l’État soviétique, Archives littéraires, etc. -, tandis que certains ministères (Affaires étrangères, Armée, Intérieur, etc.) conservaient leur autonomie de gestion. La tutelle administrative du réseau fédéral varia significativement au gré des évolutions du régime, passant du commissariat du peuple à l’Éducation au comité exécutif du Congrès des Soviets [VTsIK] (1922-1938), puis au commissariat du peuple aux Affaires intérieures-ministère de l’Intérieur [NKVD-MVD] (1938-1960), enfin au Conseil des commissaires du peuple. Toutefois, la gestion des archives demeura toujours sous le contrôle vigilant du Comité central [CC] du Parti communiste bolchevik [PCUS].

  • 3 Voir E. A. Kuptcha, « Dokumenty KPSS o partijnykh arkhivakh » (Documents du PCUS sur les archives d (...)

5Si le décret du 1er juin concernait aussi les archives du parti, celles-ci ne furent pas confiées à la direction des Archives de l’URSS, dite « Glavarkhiv », puis TsAU, puis GAU, mais furent toujours gérées directement par lui-même, avec, au départ, la création d’un réseau de trois institutions, fusionnées en 19313.

6Par décret du 21 septembre 1920 était créée une commission pour l’histoire de la révolution d’Octobre et du Parti communiste russe, dite « Istpart », sous le contrôle du Comité central du Parti. Sa vocation était au départ de susciter et de coordonner la collecte uniquement. Les documents devaient être versés dans une section spéciale, nommée « Documents pour l’histoire du PCb », des Archives de la révolution d’Octobre [TsGAOR] et dans les Archives de chaque République de l’URSS. Puis l’Ispart organisa sa propre section d’archives, avec environ 60 000 documents à la fin des années 1920. Les sections de l’Istpart de Moscou, Leningrad, Kharkov et Tbilissi fonctionnaient aussi comme centres d’études, avec des « cadres du Parti-historiens ».

  • 4 RGASPI fonds 71, opis 50, dossiers 122, 128 (correspondances de Riazanov, notamment avec G. Bourgin (...)

7Par décret du Comité central du 8 décembre 1920 fut fondé le premier musée du Marxisme, transformé en janvier 1921 en Institut Karl-Marx-et-Friedrich-Engels. Administré conjointement par le VTsIK, le Comité central du Parti et le Comité exécutif de l’Internationale communiste [Komintern], il fut dirigé dans l’entre-deux-guerres par Mikhaïl Riazanov, jusqu’à la purge de 1931, qui conduisit à l’éviction et la première arrestation de ce dernier, puis par Viktor Adoradski. Outre le musée et la bibliothèque, l’Institut fut divisé en cinq « cabinets » (Marx et Engels ; histoire du socialisme et de l’anarchisme en Occident ; économie politique ; philosophie ; histoire de l’Angleterre, de la France et de l’Allemagne). Riazanov y mena une politique très active de recueil et de publication des archives et des œuvres des deux penseurs socialistes. Il développa parallèlement le projet de faire de Moscou le cœur documentaire du mouvement ouvrier et révolutionnaire mondial depuis la Révolution française. Sa politique d’achat (pour la France : les archives de Babeuf, des archives saint-simoniennes ou de la Commune de Paris, etc.) fut menée grâce à un réseau de libraires et de correspondants qui n’étaient pas nécessairement liés au Parti communiste français, tels Boris Souvarine, y compris après la rupture de ce dernier avec la ligne officielle, ou Georges Bourgin, historien et conservateur aux Archives nationales4.

8Enfin, le 31 mars 1923, deux mois après la mort du leader bolchevik, naissait l’Institut Lénine, géré par le comité de Moscou du parti communiste. La Pravda publia bientôt une instruction enjoignant à toutes les institutions et à tous les membres du parti d’y déposer les documents rédigés par Lénine ou le concernant. L’Institut Lénine et l’Ispart fusionnèrent en 1928 et leurs archives respectives formèrent l’année suivante les Archives centrales du Parti [TsPA]. Lors de la réorganisation administrative accompagnée d’une purge politique en 1931, le TsPA fut intégré à l’Institut Marx-Engels-Lénine [IMEL] du Comité central du Parti communiste. Après 1939 et la liquidation des Ispart locaux, la structure générale demeura stable jusqu’en 1991.

  • 5 « Histoire du RGASPI », op. cit., et Pascal Cauchy, « Les chemins du Komintern », Communisme, 47-48 (...)

9L’Institut Marx-Engels-Lénine, renommé un temps Marx-Engels-Lénine-Staline, poursuivait donc sa tâche de collecte et publication de la documentation socialiste et marxiste, tout en abritant les archives du Parti, ainsi que, en une dernière section créée plus tardivement, les archives de l’Internationale communiste. En effet, depuis sa création en 1919, le Komintern accumulait non seulement les dossiers concernant le fonctionnement de ses instances centrales et des diverses organisations internationales communistes « de masse » (Krestintern, Sportintern, Amis de l’URSS…), mais aussi les archives des sections nationales en Europe et dans le monde, dont bien évidemment le parti communiste français, qui devaient être obligatoirement versées régulièrement à Moscou. L’Internationale communiste centralisait enfin la documentation constituée sur ses théâtres d’action : les archives des Brigades internationales en Espagne furent ainsi évacuées en janvier 1939. À l’été 1941, devant l’avancée des troupes nazies après la rupture du pacte germano-soviétique, ces archives furent évacuées5 à Oufa, en Bachkirie, avec les dirigeants et l’administration de l’Internationale communiste. À leur retour à Moscou en 1943, alors que le Komintern avait été dissous en gage de la nouvelle alliance avec les États-Unis et la Grande-Bretagne, elles furent récupérées par l’IMEL et en partie traitées. Une nouvelle fois reprises directement par le Comité central du parti en 1949, elles ne furent définitivement versées qu’en 1959.

  • 6 Je me permets de renvoyer à mon ouvrage : La Mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de g (...)

10Le dernier élément institutionnel à prendre en compte est la création d’un nouveau centre, spécialisé dans la gestion des documents d’archives « trophées » arrivés à Moscou en 1945-19466. Il s’agissait de documents administratifs et d’archives historiques gouvernementaux ou privés (familles et organisations juives, franc-maçonnes, communistes ou socialistes surtout), saisis ou spoliés par les différents organismes allemands (parti, armée, affaires étrangères) pendant l’Occupation de l’Europe occidentale. L’Armée rouge les avait trouvés en Allemagne ou en Silésie dans son avancée vers l’Ouest et y avait ajouté des documents du régime allemand en faillite, collectés par les brigades spécialisées de l’Armée rouge, pour les envoyer vers Moscou sous la tutelle directe de Staline et Beria, commissaire du peuple à l’Intérieur. Centre secret, les Archives spéciales centrales d’État [TsGOA] fonctionnèrent à partir de 1946 à Moscou, sans être intégrées au réseau des Archives soviétiques, n’apparaissant même pas, contrairement à l’IMEL, dans les organigrammes que l’URSS publia régulièrement après 1956, avec son entrée dans les instances archivistiques internationales.

11Ainsi l’État-parti soviétique était-il loin posséder le réseau archivistique unifié et centralisé dont avaient rêvé les réformateurs de 1918. Pour autant, toutes ces institutions partageaient des pratiques administratives et professionnelles bien différentes de celles de la France, sous le contrôle direct et attentif du comité central du Parti communiste bolchevik.

Conception des archives et destin des documents. Une collecte « opérationnelle »

  • 7 Voir Mario Cerutti, Jean-François Fayet, Michel Porret « Penser l’archive », introduction à Penser (...)

12Avant la glaciation stalinienne, les années 1920 furent marquées par des discussions encore vives entre archivistes et historiens soviétiques. Alors que la relève entre les générations formées sous le tsarisme et celles qui n’avaient connu que l’URSS était accélérée par la répression, le milieu professionnel s’interrogeait sur la mission prioritaire des archives, en un débat dont les principaux termes allaient être partagés, à des degrés divers, par leurs homologues des démocraties et des régimes totalitaires au XXe siècle7. Les archives devaient-elles être d’abord un outil pour l’administration, un réservoir de sources patrimoniales au service de l’histoire et de la pédagogie culturelle, une arme politique des gouvernements ? Incontestablement, comme le montrent tant les « archives des archives » récemment déclassifiées, que les publications des contemporains, c’est cette dernière conception qui marqua le plus profondément l’histoire des archives soviétiques.

  • 8 M. Pokrovski, « Polititcheskoe Znatchenie arkhivov » (La Signification politique des archives), Sov (...)

13Le décret de 1918 soulignait déjà que l’utilisation des documents devait s’effectuer « dans l’intérêt de la construction socialiste ». En 1925, Mikhail Pokrovski publia dans la revue Arkhivnoe Delo, fondée en 1923, un article programmatique : « La signification politique des archives »8. L’archiviste, soulignait-il, ne devait plus « regarder la vie à la loupe », mais prendre conscience du lien entre son travail et le combat quotidien pour la révolution, dans la tension dialectique propre au marxisme entre la théorie et l’action. À la différence des bourgeois, qui, même quand ils décrivaient les souffrances du peuple, ne l’apercevaient que « par la fenêtre leur cabinet de travail », le prolétariat comme classe se faisait à la fois acteur et rédacteur de l’histoire. L’archivistique, devenue « science des archives » (nauka ob arhivakh), se voyait assigner des objectifs étroits : conserver et publier des documents illustrant des thèses politiques. « En sauvant les vieux documents d’archives, nous conservons l’arme avec laquelle la classe ouvrière a mené, mène et mènera son combat avec ses ennemis de classe », martelait l’auteur. Contre des points de vue prônant une table rase radicale, Pokrovski en profitait aussi pour souligner la nécessité de trier et conserver les documents pré-révolutionnaires, reclassés en périodes « féodale » et « capitaliste », même si la collecte et l’étude portaient en priorité sur la période soviétique, et notamment la révolution d’Octobre.

14Il faut bien entendu faire la part d’une périodisation plus fine, qui fit alterner périodes de détente et de pression idéologique. Pour synthétiser, une véritable militarisation des archives des années 1930 à 1956 fut suivie d’un moment de retour au débat critique sur la nécessité de meilleures pratiques, d’appels à l’expertise scientifique, à la publication érudite, à la collaboration internationale. Pour autant, il est possible de suivre le fil rouge de cette politisation des archives dans les grandes étapes du destin des documents produits par l’État et le parti soviétiques eux-mêmes, ou conservés à Moscou au XXe siècle : la collecte, le traitement et l’accès.

15Des années 1920 aux années 1950, les objectifs opérationnels ou « opérativo-tchékistes » de la collecte furent toujours prioritaires sur les buts administratifs, scientifiques ou pédagogiques de la conservation des archives. Les archivistes recevaient régulièrement des instructions pour rassembler d’abord les matériaux compromettants pour les ennemis du peuple. La tension entre conservation pointilleuse (tout document pouvant à un moment ou un autre prendre un sens politique) et destructions fut constante. Les papiers jugés sans intérêt opérationnel n’étaient pas versés (à la suite de la réforme administrative de 2004, on découvrit de nombreux dossiers des années 1930 dans les ministères) ou pilonnés, notamment lors des grands campagnes de makulatura, c’est-à-dire de récupération du papier. L’élimination des papiers des ennemis du régime ou de documents secrets fut également ordonnée à de nombreuses reprises.

  • 9 Voir la réflexion proposée par Claude Pennetier dans Claude Pennetier, Paul Boulland, Rossana Vacca (...)
  • 10 Voir notamment Maria Hunink, Le carte della rivoluzione. L’Instituto internazionale di Storia socia (...)

16C’est dans cette logique à la fois politique et stratégique que Staline et Beria ordonnèrent la collecte systématique d’archives « trophées » par l’Armée rouge. Logique d’ailleurs partagée en 1944-1946 par l’ensemble des Alliés, rivalisant sur le terrain pour la découverte de documents nazis. Mais seuls les Soviétiques recherchaient systématiquement dans le même temps les fonds constitués à l’étranger par l’émigration russe de diverses tendances ou les communistes devenus antistaliniens, en réponse explicite à cette politisation des archives. Car, de même que, par une sorte de « principe de précaution politique », des millions de pages furent conservées, parfois en double ou en triple, la conscience que les archives constituaient un enjeu politique essentiel avait conduit à la constitution de ce qu’on pourrait appeler des « contre-archives » par ceux qui s’opposaient au régime soviétique. De Trotski à Jules Humbert-Droz, de Boris Souvarine à André Marty, des libéraux « cadets » à Paris aux militants de l’Entente internationale anticommuniste à Lausanne ou aux dissidents ex-soviétiques des années 1980 en République fédérale allemande [RFA], la prise en compte de ce « patrimoine mémoriel »9 et documentaire est essentiel pour enrichir, et parfois infléchir, la lecture des documents conservés à Moscou. Le Gouvernement soviétique s’en préoccupa très tôt et tenta souvent de récupérer ces fonds par l’achat, le vol ou l’influence. C’est ainsi qu’il fit pression sur le Gouvernement tchécoslovaque en 1945 pour récupérer le RZIA, ou « Archives historiques de la Russie à l’étranger », organisées à Prague par l’émigration, et découvrit avec satisfaction dans les fonds spoliés par les Nazis en France et aux Pays-Bas les archives de l’homme politique « cadet » Paul Milioukov ou celles de l’historien social-démocrate Boris Nikolaïevski et de l’Institut d’histoire sociale de Paris et Amsterdam, déjà victime en 1936 du vol des archives de Trotski par le GPU, police d’État de l’Union sociétique (1922-1934), puis, en 1940, du pillage nazi10.

Un traitement politique et secret : la violence faite aux fonds d’archives

  • 11 Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée, op. cit., chap. 3, « Des documents au secret ».

17Cette conception du métier pesa sur le destin des personnels des archives. Havre de paix relatif pour les intellectuels dans les années 1920, l’institution fut néanmoins régulièrement « vérifiée », puis décimée par les purges des années 1930. Riazanov lui-même fut fusillé en 1938, de même que Ian Berzin, le successeur de Pokrovski (décédé en 1932) à la Direction des archives. Le recrutement baissa en qualité dans l’entre-deux-guerres, malgré sa professionnalisation avec la création de l’Institut d’histoire et des archives en 1931. De plus, les centres qui échappaient au contrôle de la Direction des archives de l’URSS restaient libres de choisir leurs collaborateurs. Ainsi les « archives spéciales », trophées de guerre, étaient traitées par des officiers du commissariat du peuple aux Affaires intérieures [NKVD] ou des spécialistes en langues étrangères assermentés au secret, mieux payés, mais aussi complètement isolés de leurs collègues11. De même, ce n’est que dans les années 1960 que l’Institut Marx-Engels entama officiellement une collaboration avec la Direction des archives pour le traitement des fonds du parti et du Komintern.

  • 12 Cfr. « Praviachtchaja Partiij ostavalas’ podpol’noj » (Le Parti dirigeant est resté clandestin), Is (...)

18Soumis aux pressions souvent contradictoires des impératifs politiques du moment, des plans régissant comme partout en URSS l’administration (avec par exemple la fixation d’un nombre précis de dossiers à traiter par mois) et des rivalités entre institutions d’archives, le travail de ces archivistes s’effectuait sous le double signe du secret et de la priorité donnée au contenu du document sur sa provenance. L’accent avait été placé en effet dès 1919 sur l’importance du secret. Puis les institutions, thèmes et documents concernés par la classification « secret » et « très secret » connurent une inflation croissante. Née dans la clandestinité, cette pratique perdura et allait être rappelée régulièrement. Elle concernait tant la diffusion des documents à l’extérieur des frontières – alors que la transparence de la politique extérieure prolétarienne avait été proclamée en 1918 par la publication spectaculaire de documents de l’ancien régime –, que leur circulation à l’intérieur de l’URSS. Le cloisonnement fut particulièrement fort entre administrations d’État, d’un côté, instances du Parti ou de l’Internationale communiste, de l’autre. Ces derniers dossiers allaient être protégés dans le cadre plus vaste du caractère conspiratif de l’organisation et de l’engagement militant communistes. Ceux-ci étaient exportés à tous les partis communistes étrangers, avec la troisième et la quatrième des « 21 conditions » d’adhésion à l’Internationale communiste. Dès le 9 septembre 1919, une décision signée de Staline insistait : « aucune décision du Comité central ne doit parvenir à nos ennemis »12.

  • 13 Ibid. et « Histoire du RGASPI », op. cit.

19L’exemple des archives du Comité central du Parti montre le lien étroit entre l’esprit avec lequel le document d’archives était envisagé et sa forme même, dès sa rédaction, puis sa conservation et sa communication. C’est ainsi que, par une résolution formalisée en 1923, les protocoles du Comité central devaient indiquer uniquement, et de manière très succincte, les sujets abordés et les décisions prises. Un « protocole secret » séparé mentionnait parfois les décisions les plus confidentielles. En parallèle étaient constitués des dossiers spéciaux complémentaires (osobye papki), contenant toutes les informations détaillées sur la genèse des décisions, les discussions et les conflits préliminaires, la réception de telle ou telle résolution, comme par exemple le pacte germano-soviétique, plus tard l’invasion de l’Afghanistan, etc. Ces dossiers n’étaient pas versés aux Archives du parti [TsPA], qui déjà, on s’en souvient, formaient un réseau indépendant de la Direction des archives de l’URSS et collectaient les documents trois ans après leur création. Ils alimentaient la cellule archives du Département (otdel’) secret du Bureau du secrétariat du Comité central créé en 1926. Cette cellule fut renommée de manière plus discrète, en 1929 et 1934, « 6e secteur du Département commun du Comité central », dit aussi « Secteur spécial ». Outre les osobye papki, celui-ci recueillit également les archives du Komintern jusqu’à leur versement en 1959, ou encore l’ensemble des protocoles du Bureau politique du Comité central du Parti communiste bolchevik (Politburo), versés en 1962 pour la période 1919-1939, en 1978 pour la période 1939-1952, ou les fonds personnels les plus importants13. Le 6e secteur conservait aussi des papiers de Staline et des archives provenant de l’État et non du Parti. Il reçut ainsi certains documents versés par le GPU/NKVD/MVD/KGB, qui gérait lui aussi ses dossiers indépendamment de la Direction des archives de l’URSS, notamment les dossiers concernant les militants soviétiques ou étrangers arrêtés pendant les purges, ou encore de nombreuses archives militaires et politiques de la Seconde Guerre mondiale.

  • 14 Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée, op. cit.

20La politisation des archives et l’obsession du secret eurent de profondes conséquences sur le classement même des documents. Rappelons tout d’abord le principe de référence de l’archivistique soviétique, qui classait par fonds (fond), puis par inventaire ou sous-fonds (opis), puis par dossier (delo), avec éventuellement le niveau de détail supplémentaire de l’enveloppe (papka). Les feuilles étaient toutes numérotées, parfois reliées pour les dossiers les plus importants. Les priorités politiques du moment influaient largement sur le choix des dossiers traités. Ainsi, à l’Institut Marx-Engels, le fonds Lénine fut bien entendu placé en tête de liste, avec un premier inventaire réalisé et un premier recueil de documents publié dès 1924 (40 tomes allaient suivre jusqu’en 1985). Le chantier parallèle des œuvres complètes lancé dans les années 1920 pour la première série fut complété dans les années 1958-1965 par une seconde série. Le dépouillement des « archives trophées » constitue un autre exemple de cette hiérarchisation politique14 ; il fut mené d’abord dans les fonds qui intéressaient directement les Soviétiques pour des raisons de renseignement ou de possibles pressions politiques : Sûreté générale, Préfecture de police, archives militaires, Ligue des droits de l’Homme, ou encore SFIO. À l’intérieur de ceux-ci, les demandes de « rapports spéciaux » en provenance du Kremlin évoluèrent. Aux questions d’espionnage et de renseignement sur les activités antisoviétiques succédèrent dans les années 1950 les questions coloniales et anticoloniales. Rédigées avec soin, les introductions aux inventaires (opis) étaient parfois complétées ou réécrites en fonction des changements de ligne politique faisant évoluer le jugement sur les personnes ou les événements concernés.

21La méthode de travail était aussi influencée par cette politisation, avec une attention toute particulière portée à la recherche d’informations nominatives sur la demande des divers « organes » soviétiques, à la confection soigneuse de dossiers biographiques et d’index des personnes et des lieux. Ces fichiers, kartoteka en russe, représentent encore actuellement un trésor rarement communiqué aux lecteurs. On imagine combien les Archives spéciales furent enchantées de découvrir les fichiers réalisés par l’administration policière et militaire française, ainsi les 480 000 fiches du Deuxième Bureau, avec plusieurs dizaines de milliers de noms d’agents de l’espionnage français ou étranger, ou le fichier alphabétique de 1,5 millions de noms de la Sûreté générale, renvoyant aux 600 000 dossiers de surveillance individuelle et aux 55 000 dossiers de demandes de cartes d’identités et de passeports par des étrangers.

  • 15 T. Khorkhordina, Rossiiskaja Nauka ob arkhivakh, op. cit.

22Surtout, l’archivistique soviétique abandonnait l’un des piliers de l’archivistique occidentale depuis le XIXe siècle. Le principe de provenance, c’est-à-dire le respect du contenu originel et de l’ordre des documents dans le fonds versé, étaient considérés comme « bourgeois ». Ces « dogmes fétichisés »15 furent abandonnés au profit d’une grande latitude laissée aux archivistes, dont on a rappelés qu’ils n’avaient pas tous été formés à la profession, pour démembrer les ensembles qu’ils recevaient et répartir les documents en fonction de leur contenu politique. Certes, la grande majorité des fonds classés respectaient en réalité la structure initiale et reflétaient l’histoire d’une institution, mais cela n’avait rien d’obligatoire. Il fallait toujours avoir à l’esprit que le classement s’effectuait en fonction de « l’intérêt de la construction du socialisme et de la science historique soviétique ». Il restait donc possible à tout moment, en le signalant en principe dans l’inventaire, de répartir tels ou tels documents dans d’autres fonds ou d’autres institutions.

  • 16 Arch. nat., Inventaires russes des archives spéciales restituées à la France, et « archives des arc (...)

23Ainsi, tout en restant massivement intacts, et même scrupuleusement préservés par des fonctionnaires craignant de détruire une information politiquement significative, les fonds des Archives spéciales firent-ils l’objet d’une certaine dispersion thématique. L’Institut Marx-Engels reçut par exemple, pour le fonds Lénine, des documents de la Sûreté française concernant le leader bolchevik pendant ses séjours en France, ou les membres de la Commune de Paris et de la Première Internationale ayant émigré à Londres. En provenance des cartons saisis par l’Armée rouge en Allemagne, il récupéra les archives du socialiste allemand Ferdinand Lassalle ou encore les fonds secrets des archives de Prusse sur Marx et Engels. Des dossiers sur l’écrivain communiste Henri Barbusse furent envoyés aux Archives littéraires [RGALI]. Le commissariat du peuple aux Affaires étrangères obtint les documents concernant des émigrants blancs ou son propre personnel, tel le ministre Litvinov, lui-même surveillé en émigration avant 1917. Le Comité central du Parti communiste bolchevik collecta directement les documents des polices européennes sur les dirigeants des partis communistes, tel qu’en 1969 le dossier Jacques Duclos du fonds de la préfecture de Police16. De même, les archives de l’émigration blanche en provenance de Prague furent-elles démembrées entre les services de renseignements, l’Institut Marx-Engels, le ministère des Affaires étrangères, les musées locaux, de telle sorte que moins d’un tiers des documents demeura dans les fonds secrets créés pour les conserver aux Archives d’État, le TsGAOR.

  • 17 Cfr. sur ce point L. Kotcheleva, L. Rogovaja, « Les fonds personnels des dirigeants soviétiques. Hi (...)
  • 18 T. Khorkhordina, Istorija otetchestva i arkhivy, op. cit.

24Parmi les conséquences de cet abandon du respect des fonds, qui distingua nettement le système d’archives soviétique de ses homologues occidentaux, il faut souligner la création de « collections » thématiques et celle de fonds personnels (à distinguer des dossiers personnels renseignant l’activité des cadres). Ceux-ci n’étaient pas naturels au communisme, qui valorisait l’action collective et non celle des individus17. Mais l’idée que les traces de l’action des grands acteurs des événements fondateurs de l’histoire du mouvement ouvrier devaient être concentrées à Moscou, capitale du socialisme contemporain, s’imposa rapidement. D’où la création des fonds personnels de l’Institut Marx-Engels : le fonds 1 (Marx et Engels), le fonds 2 (Lénine), puis un panthéon composé notamment de Français : Babeuf, Proudhon, Blanqui, Vaillant…, qui constitue plus de la moitié actuellement des fonds personnels du RGASPI. Les archives se révélèrent également comme des outils de gestion et des armes politiques redoutables dans un contexte de rivalités personnelles au sommet de l’État. Ainsi une lettre de Lénine du 18 octobre 1917, où il critiquait Kamenev et Zinoviev, fut publiée dans la Pravda du 1er novembre 192718, alors qu’à l’inverse le « testament de Lénine », hostile à Saline, ne circula qu’à l’étranger. Dans les années 1930, Staline interdit aux dirigeants de conserver par devers eux le moindre document. Ainsi, ces « fonds personnels », qui étaient en réalité des collections réalisées par les archivistes et non le dépôt de papiers résultant de l’activité d’un homme ou d’une femme, furent constitués dans un système où les archives privées n’existaient pas selon la loi, en mêlant papiers administratifs, politiques et privés. Ils apparurent pour la plupart sur décision du Comité central, à la mort des personnalités ou à la suite de leur destitution ou de leur arrestation (les documents étant dans ce cas transmis par le NKVD). Dans quelques cas rares (Staline et Molotov surtout), ils furent constitués du vivant des acteurs eux-mêmes. Loin d’être stables, ces fonds étaient eux-mêmes soumis aux aléas politiques : le fonds Nikolaï Ejov, commissaire du peuple aux Affaires intérieures destitué en 1938 et fusillé en 1940 fut ainsi reclassé en 1956-1958. À l’issue de ce travail, de nombreux documents concernant les victimes de la répression dirigée par Ejov, tels Trotski et Boukharine, furent redirigés vers les fonds créés au nom de ces derniers.

L’accès aux archives, passé et présent

  • 19 T. Khorkhordina, ibid., et Victoria Prozorova-Thomas, « L’accès aux archives soviétiques, difficult (...)
  • 20 B. A. Savin, Ja. Ju. Vinogradova, « Iz istorii sozdanija i funktsionirovanija Spetskhrana v arkhive (...)

25En lien avec cette conception des archives, l’accès aux documents resta pendant toute la période soviétique marqué par la prolifération des niveaux de secret administratif, le manque de règles claires de classification et l’absence frappante de toute mention de délai de communicabilité, dans la loi de 1918 comme dans les textes ultérieurs19. De facto, la consultation demeurait réservée à un public restreint : en priorité, les membres des administrations et du Parti, puis les historiens et archivistes travaillant à la publication des documents pour les revues spécialisées (comme les Archives rouges), les recueils thématiques ou commémoratifs, les expositions. Tous devaient remplir un formulaire précisant l’institution qui les envoyait, leurs origines, leur appartenance ou non au parti. Ils n’avaient pas accès aux inventaires et, avant la communication des documents sélectionnés par les archivistes, ceux-ci pouvaient extraire les documents « négatifs » sur les activités du parti ou des dirigeants, voire sceller une partie des papiers. Même pour ce public choisi, il existait, comme on l’a vu ci-dessus, des fonds non versés, tel le « 6e département » du Comité central, accessible sur autorisation du secrétaire du Comité central seulement, ainsi que des centres d’archives totalement fermés aux historiens, comme les Archives spéciales conservant les trophées de guerre [TsGOA]. Et à l’intérieur même du réseau des Archives d’État, des ministères ou des Archives du parti, on créa, à partir de la seconde moitié des années 1920, des spetskhrany, sections de conservation spéciale, isolées matériellement et administrativement des autres fonds, et dont l’existence fut étendue également aux bibliothèques20.

  • 21 Nicolas Werth, « Histoire d’un ‘pré-Rapport secret’. Audaces et silences de la commission Pospelov, (...)
  • 22 Cfr. Pascal Carreau, « Introduction archivistique », dans G. Nahon, S. Wolikow (dir.), Les Réunions (...)

26L’année 1956 fut un tournant, car elle marqua la première utilisation interne critique des archives. La commission dirigée par Piotr Pospelov accéda aux archives du NKVD-MVD pour faire la première histoire de la répression après 1934, document réservé aux dirigeants du parti et base du « rapport secret » du XXe congrès du PCUS21. Dans la dynamique de la déstalinisation, les centres d’archives furent mobilisés pour contribuer aux procédures de réhabilitation. L’ouverture aux historiens se fit plus large, même si la fenêtre se referma sensiblement dans les années 1970. Ainsi la publication du premier guide des Archives centrales du PCUS, préparé en 1957-1960, ne fut-elle pas autorisée. De même, l’autorisation d’accès à ces mêmes fonds aux non membres du parti, promulguée en 1966, fit long feu. Dans les années 1980, un nouveau temps de libéralisation des archives fut marqué à la fois par une réflexion interne sur le droit des archives et, à partir de 1986, par une ouverture aux lecteurs soviétiques, puis occidentaux. Auparavant, les documents n’avaient été que très partiellement montrés aux historiens des « partis communistes et ouvriers frères » et des « pays étrangers progressistes », rendant les spécialistes occidentaux de l’histoire de l’URSS et du communisme experts dans l’art du contournement et de l’usage de sources alternatives. Dans cette même période, le PCUS offrit au PCF, pour la structure de recherche animée par celui-ci : l’Institut Maurice Thorez (puis Institut de recherches marxistes), des microfilms représentant environ un tiers des documents envoyés par le PCF au Komintern entre 1921 et 1943 et conservés à l’Institut Marx-Engels22.

  • 23 Cfr. le guide en ligne en anglais, régulièrement actualisé et accompagné d’une riche bibliographie, (...)

27Après la disparition de l’URSS en 1991, les réformes qui ont suivi et notamment les lois sur les archives de 1993 et 2004 ont préservé pour l’essentiel le réseau des Archives d’État23, du moins en ce qui concerne la Fédération de Russie et sa nouvelle administration, le Rosarkhiv, puisque les ex-républiques soviétiques gèrent désormais les fonds qui se trouvaient sur leur territoire. On a assisté d’un côté à une certaine recentralisation, avec la nationalisation des Archives du Parti et le dépôt de leurs fonds dans deux nouvelles structures fédérales, qui portent actuellement les noms de RGASPI (Archives russes d’État d’histoire sociale et politique, héritier de l’Institut Marx-Engels, qui conserve donc les anciennes archives du Parti jusqu’en 1952 et celles du Komintern) et le RGANI (Archives russes d’État d’histoire contemporaine) pour la période 1952-1991. Dans le même sens, plusieurs centres secrets ont été ouverts et intégrés dans le réseau des Archives fédérales, comme les Archives spéciales, qui forment désormais une section des Archives de l’armée [RGVIA]. Certains fonds du FSB, administration héritière du NKVD-MVD-KGB, ont été déclassifiés et versés, suivant une promesse faite en 1991. Mais les principaux bastions de pouvoir gouvernementaux restent autonomes (Affaires étrangères, Défense, Sécurité), tandis que la pratique des centres secrets perdure avec la création par Mikhaïl Gorbatchev des « Archives présidentielles », héritières du « 6e secteur », conservant encore au Kremlin une bonne partie des osobye papki et ne les versant qu’au compte-gouttes au RGASPI.

  • 24 V. Prozorova, op. cit. ; Nikita Petrov, « Dix ans de réforme des archives en Russie », Communisme, (...)
  • 25 Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée, op. cit., chap. 4 « Un si long chemin, la résurrection des archiv (...)
  • 26 Serge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l’Intern (...)

28Les années 1995-2009 ont été marquées par de fortes tensions entre, d’un côté, la persistance d’une culture du secret et de l’instrumentalisation politique des archives, conduisant à leur gestion « opérationnelle », et, de l’autre, un mouvement civique et professionnel poussant à la déclassification, à l’ouverture aux citoyens et aux étrangers, à la coopération internationale24. C’est en ce sens qu’il faut incontestablement interpréter le retour quasi complet des « archives trophées » françaises, restituées non sans rebondissements par les Archives spéciales entre 1994 et 200225. De même, la constitution en 1992 du comité Incomka (International Committee for Computarization of Comintern Archives), sous l’égide du Conseil de l’Europe, aboutit en 2003 à la numérisation et à la mise en ligne de fonds considérables, tandis que des copies microfilmées d’inventaires ou d’archives soviétiques étaient acquises par de grandes bibliothèques américaines et européennes (en France, citons la BDIC à Nanterre et la Maison des sciences de l’homme de Dijon)26.

29Marquées par le secret, par la politisation, la collecte et le traitement « opérationnels », les rivalités bureaucratiques des administrations gestionnaires, les archives de l’État soviétique et du parti communiste, tout comme les archives françaises conservées en URSS après 1945, ont subi une violence parallèle à celle qui s’abattait sur les citoyens soviétiques et les communistes étrangers présents en URSS. Leur histoire en reste profondément marquée, même si l’on doit garder une juste mesure dans l’évaluation des destructions et des démembrements de fonds, miroir inversé de la sauvegarde d’une solide culture professionnelle des archivistes et d’un souci constant de la pédagogie, de la publication et de l’exposition des archives. La numérisation actuelle permet heureusement un usage plus large de ces documents, notamment des archives du PCUS et du Komintern. Leur lecture ne peut cependant faire l’économie d’une réflexion sur cette histoire institutionnelle complexe, la collecte sélective, les destructions, comme sur l’existence d’autres sources sur les mêmes personnages ou les mêmes événements : osobye papki, feuillets extraits pour alimenter d’autres fonds, mais aussi « contre-archives » militantes, dont l’esprit est perpétué dans la Russie contemporaine par l’association Mémorial et sa collecte de témoignages familiaux sur les répressions. Il en est de même des anciennes « archives spéciales ». Rentrées dans l’histoire scientifique, institutionnelle et politique des Archives en France plus de cinquante ans après les saisies nazies, elles gardent les traces de la part soviétique de leur destin.

Notes

1 Sur l’histoire institutionnelle et l’épistémologie de la notion d’archives, lire les ouvrages de référence de Tatiana Khorkhordina, Istorija otetchestva i arkhivy : 1917-1980-e gg. (Histoire de la nation et des archives, de 1917 aux années 1980), Moscou, RGGU, 1994, et Rossiiskaja nauka ob arkhivakh (L’Archivistique russe. Histoire, théorie, personnalités), Moscou, RGGU, 2003.

2 V. Sedelnikov, « Pages de l’histoire des archives dans la Russie soviétique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 19-1, 1990, p. 35-38 ; E. V. Starostin, T. I. Khorkhordina, Arkhivy i revoljutsija (Archives et révolution), Moscou, RGGU, 2007.

3 Voir E. A. Kuptcha, « Dokumenty KPSS o partijnykh arkhivakh » (Documents du PCUS sur les archives du parti d’après les matériaux des Archives centrales du parti du CC du KPSS), Sovetskie Arkhivy, 3-1988, numéro consacré à l’anniversaire du décret de 1918, p. 27-35 ; O. Khlevniouk, L. Kocheleva, J. Howlett, L. Rogovaja, « Les sources archivistiques des organes dirigeants du PC(b)R », Communisme, 42-43-44, 1995, p. 15-34. Voir aussi la présentation historique en russe sur le site des Archives d’État russes d’histoire politique et sociale (RGASPI), qui conservent actuellement les archives du PC et du Komintern (www.rgaspi.ru) et la précieuse chronologie détaillée (www.ragaspi.ru/xronica.htm).

4 RGASPI fonds 71, opis 50, dossiers 122, 128 (correspondances de Riazanov, notamment avec G. Bourgin). Jakov Rokitjanski, Reinhard Müller, Krasnyj dissident. Akademik Riazanov - opponent Lenina, zhertva Stalina (Le Dissident rouge. L’académicien Riazanov, opposant à Lénine, victime de Staline), Moscou, Akademia, 1996, et Jonathan Beecher, Valerii Fomichev, « French Socialism in Lenin’s and Stalin’s Moscow : David Riazanov and the French Archive of the Marx-Engels Institute », Journal of Modern History, 78-1, 2006, p. 119-143.

5 « Histoire du RGASPI », op. cit., et Pascal Cauchy, « Les chemins du Komintern », Communisme, 47-48, 1996, p. 199-209.

6 Je me permets de renvoyer à mon ouvrage : La Mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi et soviétique (1940 à nos jours), Paris, Payot, 2007. On y trouvera également les sources et la bibliographie utilisées dans cette recherche.

7 Voir Mario Cerutti, Jean-François Fayet, Michel Porret « Penser l’archive », introduction à Penser l’archive. Histoires d’archives, archives d’histoire, Lausanne, éditions Antipodes, 2006, p. 7-20. Pour le cas français, cfr. les synthèses de Vincent Duclert, notices « Les Archives nationales », dans V. Duclert, Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2002, p. 640-646, et « Archives », dans Sylvie Mesure et Patrick Savidan (dir.), Le Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, coll. « Quarto », 2006, p. 50-52. Pour la comparaison URSS/Allemagne, Tatiana Khorkhordina, « Arkhivy v ‘zazerkale’. Arkhivovedetchskaja kultura totalitarnykh rezhimov » (Les Archives de l’autre côté du miroir. La culture archivistique des régimes totalitaires), dans Juri Afanasiev (dir.), Sovetskaja Istoriografia, Moscou, RGGU, 1996, p. 191-214.

8 M. Pokrovski, « Polititcheskoe Znatchenie arkhivov » (La Signification politique des archives), Sovetskie Arkhivy, 3-1988, p. 11-15, suivi d’un commentaire critique par L. Panin. Voir aussi T. Khorkhordina, Rossiiskaja nauka ob arkhivakh, op. cit.

9 Voir la réflexion proposée par Claude Pennetier dans Claude Pennetier, Paul Boulland, Rossana Vaccaro, André Marty, l’homme, l’affaire, l’archive, Paris, Codhos éditions, 2005. Cfr. également Michel Caillat, « Les archives de l’Entente internationale anticommuniste », dans Penser l’archive. Histoires d’archives, archives d’histoire, op. cit., p. 194-207.

10 Voir notamment Maria Hunink, Le carte della rivoluzione. L’Instituto internazionale di Storia sociale di Amsterdam nascita e svilippo dal 1935 al 1947, Milano, Pantarei, 1998.

11 Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée, op. cit., chap. 3, « Des documents au secret ».

12 Cfr. « Praviachtchaja Partiij ostavalas’ podpol’noj » (Le Parti dirigeant est resté clandestin), Istotchnik, 1993-5/6, p. 88-95 ; V. Ju Afiani, « Dokumenty TsK Politburo KPSS. Arkhivovedtcheskie i istotchnikovedtcheskie problemy » (Documents du Politburo du CC du PCUS : problèmes archivistiques et historiques), Otkrytyj Tekst (publication électronique), 1999, www. opentextnn.ru/history

13 Ibid. et « Histoire du RGASPI », op. cit.

14 Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée, op. cit.

15 T. Khorkhordina, Rossiiskaja Nauka ob arkhivakh, op. cit.

16 Arch. nat., Inventaires russes des archives spéciales restituées à la France, et « archives des archives » (Glavarkhiv, fonds 5325), consultées pour mon livre La Mémoire spoliée. Les Allemands n’avaient guère eu le temps d’intervenir sur ces documents, qui parvinrent pour la plupart dans l’état de leur saisie à Paris.

17 Cfr. sur ce point L. Kotcheleva, L. Rogovaja, « Les fonds personnels des dirigeants soviétiques. Histoire de leur formation et état actuel », Cahiers du monde russe, 40/1-2, janvier-juin 1999, p. 92-99, et Jean-François Fayet, « De la source à l’objet d’histoire. Esquisse d’une histoire des fonds personnels des centres d’archives soviétiques », dans Sonia Combe (dir.), Archives et histoire dans les sociétés post-communistes, Paris, La Découverte, 2009, p. 93-109.

18 T. Khorkhordina, Istorija otetchestva i arkhivy, op. cit.

19 T. Khorkhordina, ibid., et Victoria Prozorova-Thomas, « L’accès aux archives soviétiques, difficultés du passé, contradiction du présent », dans Sonia Combe (dir.), Archives et histoire dans les sociétés post-communistes, op. cit., p. 33-63.

20 B. A. Savin, Ja. Ju. Vinogradova, « Iz istorii sozdanija i funktsionirovanija Spetskhrana v arkhive » (Sur l’histoire de la création et du fonctionnement des secteurs spéciaux dans les archives », Otetchesvtennye Arkhivy, 1994-1, p. 18-26.

21 Nicolas Werth, « Histoire d’un ‘pré-Rapport secret’. Audaces et silences de la commission Pospelov, janvier-février 1956 », dans La Terreur et le désarroi. Staline et son système, Paris, Perrin, 2007.

22 Cfr. Pascal Carreau, « Introduction archivistique », dans G. Nahon, S. Wolikow (dir.), Les Réunions du Comité central du PCF (1921-1977). État des sources et des instruments de recherche, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis/Fondation Gabriel-Péri, 2007, tome I.

23 Cfr. le guide en ligne en anglais, régulièrement actualisé et accompagné d’une riche bibliographie, réalisé par Patricia Kennedy Grimsted et le Centre d’histoire sociale d’Amsterdam en collaboration avec le Rosarkhiv : http://www.iisg.nl/abb/

24 V. Prozorova, op. cit. ; Nikita Petrov, « Dix ans de réforme des archives en Russie », Communisme, dossier « Nouvelles archives soviétiques et renouveau historiographique », 70/71, 2002, p. 9-31.

25 Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée, op. cit., chap. 4 « Un si long chemin, la résurrection des archives françaises depuis la fin du XXe siècle ».

26 Serge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l’Internationale communiste (1919-1943), Archives nationales/MSH Dijon, 2009.

Auteur

Maître de conférences, École normale supérieure, département d’histoire-CNRS-IHMC

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access