Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le consulat de France à Cadix

 | 
Anne Mézin
, 
Anne Pérotin-Dumon

L'importance de Cadix pour les places maritimes et financières françaises

Les toiles bretagnes dans le commerce franco-espagnol (1550-1789)

Jean Martin

Texte intégral

  • 1 Lespagnol (André), « Des toiles bretonnes aux toiles ‘bretagnes’. Conditions et (...)
  • 2 García Baquero Gonzáles (Antonio), La Carrera de Indias…, op. cit.

1Dès le xvie siècle, par l’intermédiaire des négociants hispano-nantais et malouino-vitréens, les toiles de la France de l’Ouest se sont peu à peu imposées sur les différents marchés espagnols et américains. Le couple malouino-vitréen étant sorti vainqueur de la compétition qui l’opposait à ses concurrents des bords de Loire, il a privilégié, au début du xviie siècle, l’exportation du produit-phare que représentaient les toiles de lin tissées entre Saint-Brieuc et Pontivy1. Alors qu’ils étaient à l’origine de simples compétiteurs sur les marchés de Séville puis de Cadix, les négociants des bords de Rance ont su, avec l’épisode du commerce interlope, détourner momentanément une partie des richesses de la Carrera de Indias2, avant de revenir aux circuits plus traditionnels.

La situation avant la paix des Pyrénées

  • 3 Tanguy (J.), « L’exportation des toiles de la France de l’Ouest en Espa (...)

2Deux synthèses permettent de se faire une idée du lien qui unissait Nantes et Bilbao dans la seconde moitié du xvie siècle3. Pour la période 1552-1561, J. Tanguy a identifié les toiles qui convergeaient chaque année vers les entrepôts nantais des Ruiz. Celles de chanvre l’emportaient, avec 2358 fardeaux pour 3230 fardeaux exportés. L’essentiel provenait du Maine, de l’Anjou, du Poitou. Les tissus de lin, de la zone des bretagnes, entraient pour moins d’un quart dans les chargements. J.- P. Priotti, lui, a dressé un panorama complet des exportations toilières nantaises. Avant 1568, elles étaient directement liées à la rivalité franco-habsbourgoise. Ultérieurement, il a relevé des facteurs négatifs propres à la France, se cumulant à la guerre des Flandres, à la lutte anglo-espagnole, aux problèmes financiers de Philippe II, facteurs qui ont réduit le commerce toilier depuis Nantes.

  • 4 À ce propos, Henri Lapeyre [Une famille de marchands : les Ruiz, Pa (...)
  • 5 Lespagnol (André), Messieurs de Saint-Malo…, op  cit., (...)
  • 6 García Baquero Gonzáles (Antonio), La Carrera de Indias…, (...)
  • 7 Lapeyre (Henri), Une famille de marchands…, op. cit., p. 524, signa (...)

3La fin du siècle et plus encore le premier quart du suivant semblent avoir été déterminants dans l’expansion malouine. À la différence des Nantais et des Bilbanais, qui affrétaient des navires de faible capacité4, les armateurs malouins utilisaient des vaisseaux d’un fort tonnage, qui disposaient d’équipages nombreux et qui naviguaient en convois5. Il importe aussi de signaler deux particularités de la stratégie commerciale malouine : une préférence affirmée pour les fines toiles de lin bretagnes et un nouveau mode de paiement. Alors que les importateurs bilbano-nantais proposaient des tissus aux couches sociales intermédiaires et urbaines de Castille, les Malouins destinaient les leurs aux marchés américains6. Enfin, tandis que les importateurs espagnols payaient les toiles à une échéance variant entre trois et sept mois, Malouins et Vitréens s’acquittaient de leurs achats le jour-même7.

La période d’affermissement (1660-1698)

  • 8 Girard (Albert), Le commerce français à Séville et Cadix au tem (...)
  • 9 Bibl. Arsenal, ms 4068.
  • 10 Lespagnol (André), Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 835.

4L’histoire économique américano-espagnole a été longtemps rythmée par les arrivées de la Carrera de las Indias del Mar Oceano8. L’essentiel des exportations était constitué d’étoffes : toiles de Rouen, de Bretagne, de Laval, draps de France et d’Angleterre, étamines et brocarts de Lyon ou d’Italie. En 16869, les importations de France étaient estimées à 17,043 millions de piastres. Le transfert partiel puis définitif à Cadix de la Casa de la Contratación a favorisé l’installation de négociants français, et parmi ceux-ci de nombreux Malouins10.

  • 11 Sée (Henri), « Documents sur le commerce (...)
  • 12 En 1686, le Malouin Du Val Le Fer pouvait écrire à Seignelay : « Tous l (...)
  • 13 García de León (A.), « Contrabando y comercio del rescate en (...)

5Tenter de prendre en compte cette pénétration étrangère conduit tout naturellement à évoquer les phénomènes de corruption affectant le commerce colonial11. La fraude commençait à l’arrivée des marchandises et l’essentiel de la cargaison avait été déchargé quand les douaniers montaient à bord. Le fret des flottes et des galions était aussi prétexte à contourner la loi. Enfin, les cargadores, négociateurs des seuls intérêts espagnols, se transformaient en intermédiaires des maisons étrangères12. La corruption existait aussi en Nouvelle-Espagne13 et sur la Terre-Ferme, tout comme elle se répétait avec le retour des navires chargés de métaux précieux. C’est pour réduire l’importance de ces fraudes qu’une série de taxes, les indults, furent imposées au commerce transatlantique.

  • 14 Sée (Henri), « Documents sur le commerce de Cadix », art. cité, p. 492  (...)
  • 15 Morineau (Michel), Incroyables gazettes…, op. cit., (...)

6Dans le grand maelström commercial que constituait la baie de Cadix, quel poids les toiles de lin importées de France avaient-elles14? Patoulet estimait la valeur des différentes productions à environ 13,07 millions de livres tournois. Deux productions dominaient ce secteur, les rouens et les bretagnes, chacune représentant 36,34 % de l’ensemble. Pour le reste, on trouvait les crées du Léon (18,51 %) et les lavals (8,81 %). Comme bretagnes et lavals transitaient par Saint-Malo, ce port exportait donc à Cadix un peu plus de 45 % des tissus de lin français. Quant à leur ventilation, un tiers était destiné au marché espagnol, le reste partant pour les colonies américaines. Alors que les marchés de Nouvelle-Espagne étaient souvent victimes d’un engorgement, la faveur des toiles bretagnes semble s’être maintenue plus régulièrement en Terre-Ferme15.

  • 16 Arch. nat., MAR/B/7/497, fol. 280.

7De la paix des Pyrénées aux débuts de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, les négociants malouins ont chargé en toute illégalité une bonne part des lingots d’argent que leurs ventes procuraient en Amérique. Leur situation s’est profondément modifiée à partir de 1689, avec la rupture des relations diplomatiques entre la France et l’Espagne, l’expulsion des Malouins et la confiscation de leurs marchandises16.

Le commerce interlope (1698-1720)

  • 17 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 9B/168. Sur le commerce interlope, voir Dahlgren (Erik Wilhelm), Les re (...)
  • 18 Arch. nat., MAR/B/3/132.
  • 19 Lespagnol (André), Messieurs de Saint-Malo..., op. cit., p. 531 et  (...)
  • 20 Ibid., p. 555.
  • 21 Malamud Rikles (Carlos D.), Cádiz y Saint-Malo en el comercio colonial peruano (1698-1725), (...)
  • 22 Malamud Rikles (Carlos D.), Cádiz y Saint-Malo..., op. cit., p. 304 (...)
  • 23 Arch. dép. Loire-Atlantique, C 660.
  • 24 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 9B/165.
  • 25 Les arraisonnements de contrebandiers français à Cobija et Arica ont co (...)

8La guerre de la Ligue d’Augsbourg a suscité chez les principaux armateurs le désir de s’approprier les marchés américains. Avec le Malouin Danycan, les plus dynamiques ont tenté une vente directe. De mars 1698 à décembre 1701, dix-sept navires bénéficiant de commissions de complaisance ont pratiqué le commerce interlope17. Mais, avec l’intronisation de Philippe V, le gouvernement français a modifié son attitude, exigé d’utiliser Cadix voire d’aider la Carrera. Ceci n’a guère affecté Danycan. En 1703, associé aux principaux négociants malouins, il a armé quatre frégates18 qui sont revenues avec 7 millions de livres tournois19. De 1698 à 1724, 131 navires français ont fréquenté les rivages américains du Pacifique20. Le trafic interlope aurait rapporté un peu plus de 54 millions de pesos aux négociants français entre 1701 et 172521. Mais quelle était la nature des cargaisons embarquées ? L’arraisonnement de six navires contrebandiers français sur les côtes du Pérou en 1717 répond à cette interrogation22. On découvre que la valeur des cargaisons était estimée à 2 463 585 piastres, dont 1 151 307 piastres concernant les différentes toiles embarquées. Estimées à 493 037 piastres, les toiles bretagnes représentaient 20 % du fret et 42,82 % des tissus chargés. Pendant les années d’interlope, la demande malouine s’est accompagnée d’une croissance du tissage - 3000 balles bretagnes en 1714, 4405 balles en 171923 -, ainsi que d’une augmentation du prix de l’aune étroite, celle-ci passant de 15 à 30 sols24. Toutefois, l’arraisonnement des navires contrebandiers français marque la fin des grandes tentatives provinciales de commercer directement avec le Pérou et le retour aux voies traditionnelles du commerce par Cadix25.

Trois décennies agitées (1720-1750)

  • 26 Arch. nat., F/12/1370 et 1417.
  • 27 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 11 J, fonds Magon.
  • 28 Arch. nat., F/12/72.
  • 29 Bibl. nat. France, fr. 21788, fol. 118 et 140.
  • 30 Arch. mun. Quintin, BB 22 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 10 Bb 378.

9Si les transactions en Andalousie pouvaient procurer de bons rapports, elles présentaient souvent un caractère aléatoire, quoique l’exportation de toiles bretagnes vers l’Espagne demeurât importante : 3562 balles en 1723 et 4226 en 172426. Cependant, entre 1715 et 1726, l’alliance franco-anglaise a nui aux intérêts de certains négociants, comme Magon de La Balue l’écrivait en 1726 : « Il serait à souhaiter que les Espagnols ne souffrissent plus d’interlope d’aucune nation »27. Il oubliait d’ajouter qu’à l’exemple de ses confrères malouins, il ne dédaignait pas de vendre directement aux Anglais28. En outre, certains marchands de la manufacture portaient une part de responsabilité dans le discrédit de leurs productions, mélangeant des toiles de qualités différentes29. Il importait de réagir : ce fut le règlement royal du 19 février 173630.

  • 31 Sur 1379 balles de toiles bretagnes exportées depuis Saint-Malo et Morl (...)
  • 32 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 3929.

10Cette surveillance semblait prédisposer le commerce breton à retrouver son lustre, mais les rapports se sont dégradés entre l’Angleterre et l’Espagne. Afin de réduire le commerce interlope anglais, le gouvernement de Madrid décida, en 1735, de mettre fin aux liaisons de la Carrera et de les remplacer par des navires de registres. Cette modification interdisant le vaisseau de permission accordé aux Anglais à chaque départ des flottes ou des galions a provoqué un conflit en 1739. En outre, la Bretagne a connu une suite de mauvaises récoltes de lin de 1740 à 1742 et, en 1744, la France a déclaré la guerre à l’Angleterre. Jusqu’en 1748, l’envoi de toiles à Cadix s’est donc avéré quasi impossible et les Malouins ont dû faire appel à des navires neutres31. Le faible nombre de ces embarcations palliait difficilement le handicap à l’exportation que rencontrait la manufacture où l’aune de toile large et de qualité supérieure ne valait plus que 2 livres 5 sous tournois32.

  • 33 À ce propos, le marchand quintinais, Baron du Taya, pouvait toujours éc (...)

11Le retour à la paix et la demande de toiles qui a suivi ont provoqué une forte augmentation des prix, l’aune précédemment citée passant de 2 livres 18 sous tournois en 1749, à 3 livres tournois en 1750 et 4 livres 6 sous tournois en 1751. Avec la fin du conflit, les exportateurs français ayant récupéré leurs capitaux américains ont repris leurs traditionnelles spéculations33. On peut ajouter que l’utilisation de navires de registre favorisait un trafic régulier et un retour rapide du produit des ventes, c’est ainsi que 5308 balles de toiles bretagnes ont été exportées en 1748 et 5782 en 1750.

L’ultime phase d’expansion (1751-1788)

  • 34 Tanguy (J.), « La production et le commerce des toiles bretagnes… », ar (...)

12À l’inverse des périodes précédentes, on dispose, grâce au travail des différents inspecteurs des manufactures, d’une véritable étude statistique concernant l’exportation de toiles bretagnes entre 1751 et 178834.

13Ce graphique fait apparaître de grandes fluctuations dans le nombre de balles contrôlées durant la seconde moitié du xviiie siècle. Elles correspondent aux besoins exprimés par le marché gaditan, aux embarquements prévus pour l’Amérique, à la conjoncture politique. On observe cependant que l’intérêt espagnol pour les productions bretonnes ne s’est pas démenti de 1751 à 1775. Au cours de cette période, 153 039 balles de bretagnes ont été acheminées vers Cadix, soit une moyenne annuelle de 6121 balles.

  • 35 Arch. privées, descendants Boschat, pour tout ce qui suit et concerne l (...)

14L’abondante correspondance commerciale de Mathurin Boschat, l’un des plus importants marchands de la manufacture, apporte des informations complémentaires concernant la zone de production des bretagnes35, où l’on découvre la montée en puissance de certains individus. En constituant des alliances temporaires, ces marchands ne sont plus apparus comme les intermédiaires obligés des Malouins. Ils ont à leur tour constitué des emplettes, qu’ils ont commercialisées dans les différents ports bretons, mais aussi à Cadix et en Amérique. À l’exemple de la stratégie des Malouins du siècle précédent, on a même vu les Le Deist et les Veillet ouvrir leur maison de commerce à Cadix.

15Deux guerres, celle de Sept Ans et celle d’Indépendance américaine, ont inégalement influé sur le volume des exportations bretonnes. Pour la première, comme au cours des affrontements précédents, la survie de la manufacture a été obtenue par une fréquentation des ports bretons par des navires neutres. Avec le second conflit, les possibilités d’exportation ont été réduites à 2653 balles de toiles en 1778, 2576 en 1779, 2299 en 1780. Il faudra attendre 1784 pour retrouver le niveau moyen d’exportation d’avant 1775.

16Quant à la phase qui suit et se prolonge jusqu’en 1830, elle se caractérise par l’agonie de la manufacture des bretagnes. L’augmentation des droits de douane en Espagne, les guerres révolutionnaires et impériales, la chouannerie de l’Ouest, la disparition des maisons malouines, l’indépendance de l’Amérique latine ont été autant de facteurs qui l’expliquent, sans oublier les causes propres à la zone de production laquelle n’a pas su ou pu s’industrialiser, favorisant la première émigration régionale.

Notes

1 Lespagnol (André), « Des toiles bretonnes aux toiles ‘bretagnes’. Conditions et facteurs d’émergence d’un produit ‘phare’ sur les marchés ibériques », Revue du Nord, n° 12, 1996, p. 179-192.

2 García Baquero Gonzáles (Antonio), La Carrera de Indias…, op. cit.

3 Tanguy (J.), « L’exportation des toiles de la France de l’Ouest en Espagne dans la seconde moitié du xvie siècle », sous la direction de Jean-Pierre Sanchez, Dans le sillage de Colomb, Rennes, 1992, p. 193-199, en particulier la carte p. 196, et Jean-Philippe Priotti, « Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au xvie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de Loire, 1993, n° 100, p. 265-281.

4 À ce propos, Henri Lapeyre [Une famille de marchands : les Ruiz, Paris, 1955, p. 424] signale que les navires marchands espagnols quittant Nantes disposaient, au mieux, d’un grand navire servant d’escorteur. Simon Ruiz préférait des départs individualisés en fonction de ses achats, ce qui présentait un moindre risque en cas d’attaque par des pirates.

5 Lespagnol (André), Messieurs de Saint-Malo…, op  cit., p. 412-419.

6 García Baquero Gonzáles (Antonio), La Carrera de Indias…, op. cit., p. 154. En 1584 et 1598, la part des textiles représentait 60 % dans les cargaisons destinées aux Indes occidentales.

7 Lapeyre (Henri), Une famille de marchands…, op. cit., p. 524, signale qu’en 1584 les Vitréens avaient ramené d’Espagne 200 000 écus. En 1591, « la descente des Anglais à Paimpol causa d’abord une grande alarme aux Malouins, dans la crainte qu’ils eurent que la flotte anglaise n’allât tomber sur leurs vaisseaux qui revenaient d’Espagne chargés de 500 000 écus. Cela les obligea d’envoïer au devant deux pataches qui les ayant heureusement rencontrés les firent relâcher à Blavet [Port-Louis] où ils reçurent toutes sortes de bons traitements des Espagnols. Nonobstant qu’ils sçussent que tout cet argent était tiré de leur païs contre les défenses expresses » [Arch. mun. Saint-Brieuc, Ms 23, p. 153r°].

8 Girard (Albert), Le commerce français à Séville et Cadix au temps des Habsbourgs, Paris, Boccard, 1932, p. 7-10 ; García Baquero Gonzáles (Antonio), La Carrera de Indias..., op. cit., p. 66-80.

9 Bibl. Arsenal, ms 4068.

10 Lespagnol (André), Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 835.

11 Sée (Henri), « Documents sur le commerce de Cadix », Revue d’histoire des Colonies françaises, 1926, p. 465-520.

12 En 1686, le Malouin Du Val Le Fer pouvait écrire à Seignelay : « Tous les effets qu’ils [les Malouins] ont sur les galions et autres navires que l’on attend des Indes y ont été chargés sous le nom des Espag ;nols » [Arch. nat., MAR/B/7/492]. Michel Morineau, Incroyables gazettes et fabuleux métaux, Paris, 1984, signale (p. 270) que les négociants français n’envoyaient en Amérique que les deux tiers de leurs marchandises. En écho, André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 466, souligne que les Malouins de Cadix agissaient de même, sauf pour les liaisons avec Buenos-Aires.

13 García de León (A.), « Contrabando y comercio del rescate en el Veracruz del siglo xviie », Comercio marítimo comercial colonial. Nuevas interpretaciones y ultimas fuentes, dir. C. Yuste, Mexico, 1997, p. 30.

14 Sée (Henri), « Documents sur le commerce de Cadix », art. cité, p. 492 ; rapport de Patoulet, Bibl. Arsenal, ms 4068.

15 Morineau (Michel), Incroyables gazettes…, op. cit., p. 294.

16 Arch. nat., MAR/B/7/497, fol. 280.

17 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 9B/168. Sur le commerce interlope, voir Dahlgren (Erik Wilhelm), Les relations commerciales et maritimes entre la France et les côtes de l’Océan pacifique au commencement du xviiie siècle, Paris, Henri Champion, 1909, 2 t.

18 Arch. nat., MAR/B/3/132.

19 Lespagnol (André), Messieurs de Saint-Malo..., op. cit., p. 531 et 637.

20 Ibid., p. 555.

21 Malamud Rikles (Carlos D.), Cádiz y Saint-Malo en el comercio colonial peruano (1698-1725), Cadix, Diputación Provincial de Cádiz, 1986. Les retours monétaires en France devaient s’effectuer aux hôtels des monnaies. Ceci était facilité par un cours supérieur à celui du marché libre [Arch. nat., G/7/1687]. Par la suite, les armateurs malouins ont pris le parti de sous-estimer au moins 50 % des retours [Arch. nat., G/7/193].

22 Malamud Rikles (Carlos D.), Cádiz y Saint-Malo..., op. cit., p. 304-343.

23 Arch. dép. Loire-Atlantique, C 660.

24 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 9B/165.

25 Les arraisonnements de contrebandiers français à Cobija et Arica ont concerné un navire rouennais et cinq frégates malouines [C. D. Malamud Rikles, Cádiz y Saint-Malo…, op. cit., p. 168].

26 Arch. nat., F/12/1370 et 1417.

27 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 11 J, fonds Magon.

28 Arch. nat., F/12/72.

29 Bibl. nat. France, fr. 21788, fol. 118 et 140.

30 Arch. mun. Quintin, BB 22 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 10 Bb 378.

31 Sur 1379 balles de toiles bretagnes exportées depuis Saint-Malo et Morlaix en 1746, 938 balles avaient été embarquées sur des navires hollandais, 29 sur des danois, 15 sur des hambourgeois [Tanguy (J.), « La production et le commerce des toiles bretagnes … », art. cit., p. 42-45].

32 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 3929.

33 À ce propos, le marchand quintinais, Baron du Taya, pouvait toujours écrire en 1774 : « Le commerce des toiles bretagnes a acquis depuis quelques années la fatale réputation de faire des fortunes rapides. Les étrangers, c’est-à-dire les capitalistes éloignés de la manufacture y ont déversé beaucoup de fonds pour faire des achats considérables. Ils ont établi de cette façon une concurrence d’achat qui a considérablement augmenté le prix de la toile » [Arch. privées, M. de Bagneux].

34 Tanguy (J.), « La production et le commerce des toiles bretagnes… », art. cité, p. 138-139.

35 Arch. privées, descendants Boschat, pour tout ce qui suit et concerne les affaires de ce marchand de toiles.

Table des illustrations

Titre Graphique 1
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Professeur d’histoire émérite

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access