Version classiqueVersion mobile

Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)

 | 
Jean-Charles Buttier
, 
Clothilde Roullier
, 
Agnès Sandras

III. L'émancipation par les arts, notamment le théâtre

Émancipation et cinéma : questionner l’expérience de l’association Autour du 1er mai

Sylvie Dreyfus-Alphandéry

Note de l’éditeur

Sylvie Dreyfus-Alphandéry a été chargée, jusqu’en 2018, de la politique des publics et pilote de la Mission de la diversification des publics de la Bibliothèque nationale de France. Elle est à l’origine du projet sur l’éducation populaire dont le présent ouvrage est l’une des nombreuses traces. Cet article reprend les réflexions développées au cours d’un atelier sur les médiations culturelles et sociales, organisé aux Archives nationales en 2019. L’autrice y présente les activités de l’association Autour du 1er mai.

Texte intégral

1Comment faire connaître à tous l’immense patrimoine culturel qu’est le cinéma ? Comment, grâce au cinéma, nourrir nos interrogations multiples face à la réalité complexe du monde aujourd’hui ? Comment sortir de l’entre-soi des cinéphiles pour construire une relation à un cinéma qui interroge le monde en impliquant un public possédant autant à dire sur les films que les spécialistes de cinéma ?

2C’est autour de ces questionnements que s’est constituée, en 2005, l’association Autour du 1er mai, pour partager le cinéma dans sa multiplicité et la diversité de ses formes, pour aider qui le souhaite à trouver des films, à les choisir, à bâtir une programmation, à animer un débat, dans la tradition des ciné-clubs et de l’éducation populaire.

3À l’image de ce que représente le 1er mai pour des millions de gens sur cette terre, grâce à la diffusion d’un cinéma qui questionne le monde, l’association rejoint tous ceux qui désirent « transformer le monde », « changer la vie », comme l’ont dit Karl Marx, puis Arthur Rimbaud, et beaucoup d’autres ensuite.

4Autour du 1er mai est en lien aussi bien avec des acteurs de la société civile qui œuvrent à la transformation de la société, qu’avec des associations, comme ATD Quart monde, qui agissent avec des personnes fragilisées socialement. Elle coopère avec les acteurs culturels que sont les cinémas et les bibliothèques publiques, tout comme avec des chercheurs et le monde des archives et de la conservation du patrimoine en faisant partie du CODHOS [Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale].

5L’association Autour du 1er mai est née en Corrèze, à Tulle, ville où elle organise un festival de cinéma depuis quinze ans, à l’origine avec l’association Peuple et culture. Elle intervient en Nouvelle-Aquitaine, à Paris et en banlieue parisienne, et travaille avec des acteurs aussi différents que des pensionnaires d’une maison de retraite, des jeunes apprentis de CFA [centres de formation d’apprentis], des paysans, des retraités de la manufacture de Tulle, des jeunes gens habitant en banlieue, des urbains d’un quartier de Paris.

6L’objet de ces quelques lignes n’est pas d’établir une genèse des relations entre éducation populaire et cinéma, encore moins d’écrire une histoire de l’évolution des ciné-clubs. Cette double filiation fait cependant partie de notre histoire. Nous reprenons à notre compte cette belle formule de Bertrand Tavernier : « Montrer le monde au monde ».

7Cette phrase nous parle car elle souligne ce qui nous tient particulièrement à cœur : le cinéma contribue à faire entendre « les bruits du monde » ; c’est un art du partage ensemble et du faire avec. Que veut dire « faire avec » ? Quinze ans après sa création en 2005, l’association Autour du 1er mai a souhaité intégrer dans sa réflexion et sa pratique la prise en compte de la question des droits culturels, qui nous semble en partie aborder cette interrogation.

8Les droits culturels désignent les droits et les libertés pour une personne, seule ou en commun, de choisir et d’exprimer son identité et d’accéder aux références culturelles, comme autant de ressources qui sont nécessaires à son processus de construction personnelle, de communication avec les autres. Chaque personne est égale en droit devant le savoir et est vouée à exprimer l’originalité de la perception de son rapport au monde. Les droits culturels impliquent que nous sommes tous des « sachant », à partir de nos expériences multiples, dans différents domaines, bien sûr. Sans savoir, nulle émancipation, mais il est urgent d’interroger ce qu’est le savoir.

9Ce faisant, par exemple, l’association remet en cause le cloisonnement entre cinéma populaire et cinéma d’auteur, se questionne sur la notion de « bon goût ». Il n’était pas de bon ton dans les années 1970 d’aimer De Funès lorsqu’on était cinéphile, alors que cinquante ans après la Cinémathèque française lui consacre une exposition qui l’encense. La méfiance envers le cinéma populaire se doit d’être examinée.

10En effet, c’est en faisant se croiser et dialoguer ensemble, à parts égales, des personnes qui ont des goûts différents, des relations différentes au cinéma, qui viennent de tous les milieux sociaux, qui appartiennent à des générations différentes, que peut se créer une culture partagée, faite de réflexions sur le monde, de divergences de goût et de perception mais aussi de construction d’un commun, l’expérience d’avoir regardé un film ensemble, d’avoir appris des autres, d’avoir élargi son champ de vision. Regarder un film ensemble est une expérience politique, au plein sens du terme car elle construit un commun partagé.

11C’est ainsi qu’à Autour du 1er mai, nous sommes des passeurs. Nous construisons avec les personnes qui participent aux projets de programmation des relations d’égaux, même si certains sont plus savants en cinéma que d’autres. Des personnes peuvent apporter, à travers leur expérience vécue, leurs questionnements, leur relation au monde, un regard qui nous permet de mieux percevoir le contenu d’un film et de faire du moment de la projection un plaisir partagé. Autrement dit, nous aimons nous laisser surprendre par les propos des spectateurs, qui par leurs interventions nous font réfléchir, de la même façon que nous leur apportons nos propres connaissances au sujet d’un film.

12Notre association, par ailleurs, propose de ne pas laisser la pratique de la programmation aux seuls programmateurs professionnels, mais de multiplier les échanges et les partenariats avec des acteurs de la société civile.

13Pour ce faire, Autour du 1er mai a créé un outil, la « Base cinéma et société », qui permet à qui le souhaite de devenir programmateur, en trouvant des films classés par 26 « chemins d’accès » qui balayent un très large spectre de questions qui interrogent la société :

  • Cette base de données est un catalogue raisonné qui offre une sélection de films identifiés et localisés qui témoignent de la société, de ses soubresauts, de ses combats, de ses utopies. Une fiche décrit chaque film, indique le contact avec son producteur et/ou son distributeur, présente, lorsqu’il existe, un dossier de presse. La base recense des films produits de façon classique, documentaires comme fictions, ainsi que des films produits parfois en marge de l’histoire officielle, parfois par des amateurs. Nous pourrions définir la base comme un regard subjectif et engagé sur le cinéma qui donne à voir les questionnements de la société.

  • La base s’adresse aux professionnels comme aux amateurs : aux médiathèques, aux associations, aux syndicalistes, mutualistes, membres de la société civile, aux chercheurs ; bref à tous ceux qui souhaitent trouver des films, les localiser, les visionner, les programmer.

  • Notre base est alimentée grâce à la veille active des membres d’Autour du 1er mai et elle s’enrichit des programmations organisées par l’association et de la coopération avec les festivals amis qui proposent des films témoignant d’une égale préoccupation du monde.

14Autour du 1er mai développe également des projets qui invitent des personnes à passer du statut de spectateur à celui de programmateur. Nous proposons de présenter l’un de ces projets, « Tous programmateurs », mené de concert avec la Scène nationale de l’Essonne Agora-Desnos, le conseil des jeunes de la ville d’Évry-Courcouronnes, et l’association Citoyens Agités de Ris-Orangis. Il consiste à proposer aux jeunes une carte blanche pour composer une soirée ciné-débat et se déroule en plusieurs étapes :

  • la recherche d’un thème fait l’objet de discussions animées qui sont menées avec tous les acteurs du projet. Le consensus autour du thème retenu se construit peu à peu ;

  • Autour du 1er mai propose alors une sélection de plusieurs films, balayant tous les genres cinématographiques, à l’occasion de projections collectives dont l’objet est de choisir le film qui sera montré au public. Les échanges sont féconds et stimulants, menés à parts égales par les jeunes, les membres d’Autour du 1er mai et de la Scène nationale ;

  • un moment de préparation du débat permet d’anticiper une séance d’échanges avec les spectateurs, animée par les jeunes (et qui s’est par exemple révélée lors de la dernière projection du film particulièrement riche en échanges féconds).

15Autour du 1er mai s’attache enfin à développer des projets de programmation et de recension de films, dans une perspective de transition écologique et citoyenne, et qui sont coconstruits avec des associations qui interviennent dans ce champ :

  • l’association accompagne les associations de la société civile qui travaillent à des alternatives de transitions sociales et écologiques et qui sont demandeuses de trouver des films présentent ces alternatives ;

  • les fiches signalétiques des films rejoignent la « Base cinéma et société » qui construit peu à peu, ainsi, une « mémoire longue » du cinéma, témoin de ces expériences de transition. On l’aura compris, Autour du 1er mai s’attache tout particulièrement à recenser les films qui témoignent du champ d’intervention de l’économie sociale et solidaire [ESS] ;

  • un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France permet de proposer aux producteurs de déposer les copies ou les fichiers des films au dépôt légal des vidéogrammes, afin qu’ils soient consultables par les chercheurs.

16Ainsi, en forme de conclusion interrogative, Autour du 1er mai se trouve à la confluence entre le monde de la cinéphilie et celui de la société en mouvement, situation stimulante mais complexe puisque l’association « navigue » grâce au cinéma entre le champ d’intervention sociale et le champ culturel.

17De quel monde faisons-nous alors partie ? Comment, à partir de cet entre-deux, développer de réels effets de synergie entre les deux mondes et surtout créer des échanges croisés entre les personnes venues du monde du cinéma et de larges pans de la société en mouvement ?

18Nous pensons la relation au cinéma comme le partage en commun d’un regard sur le monde. Autour du 1er mai intervient donc à la fois dans le champ culturel, social et citoyen, pour inviter les personnes à inventer un nouvel imaginaire et à se retrouver dans un monde commun où chacun aurait sa place. Il s’agit pour Autour du 1er mai de contribuer à développer des pratiques d’émancipation grâce au cinéma.

Figure 1. Rencontre « Cinéma et société » à Saint-Martin-la-Méanne, 2019.

Figure 1. Rencontre « Cinéma et société » à Saint-Martin-la-Méanne, 2019.

Figure 2. Séance « Ciné-droits » au Majestic-Bastille, 2019.

Figure 2. Séance « Ciné-droits » au Majestic-Bastille, 2019.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Rencontre « Cinéma et société » à Saint-Martin-la-Méanne, 2019.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 2. Séance « Ciné-droits » au Majestic-Bastille, 2019.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 302k

Auteur

Association Autour du 1er mai

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search