Version classiqueVersion mobile

Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)

 | 
Jean-Charles Buttier
, 
Clothilde Roullier
, 
Agnès Sandras

III. L'émancipation par les arts, notamment le théâtre

Théâtre et élèves de lycées professionnels

« Éducation & proximité », l’exemple d’un projet d’éducation artistique et culturelle porté par le théâtre national de La Colline

Marie-Julie Pagès

Note de l’éditeur

Le 19 septembre 2019 a eu lieu, aux Archives nationales, un atelier intitulé « Les médiations culturelles et sociales ». Marie-Julie Pagès, responsable du public scolaire au théâtre national de La Colline, y a présenté son expérience de travail dans son institution, mise en perspective dans le cadre d’une recherche menée pour son mémoire de master en sciences de l’éducation.

Texte intégral

Objectif : rajeunir et ouvrir le théâtre à un public plus large

1À la suite du constat, ces dernières décennies, d’une forme d’échec à élargir le cercle des connaisseurs en sortant des publics habituels du théâtre, les missions portées par le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de la Culture se sont attachées à vouloir former un nouveau public : le public scolaire. Spectateurs de demain, ces publics jeunes sont la cible de ces institutions qui souhaitent réduire, par la même occasion, les inégalités d’accès à l’art.

2Depuis le début des années 2000, les programmes d’éducation artistique et culturelle [EAC] relevant dorénavant de la notion de « droits culturels » se sont généralisés à l’ensemble du territoire français afin que chaque jeune puisse en bénéficier. L’action culturelle ainsi largement déployée a pour effet de remplir les salles de théâtre de nombreux groupes scolaires en axant, ces dernières années, sur les élèves les plus éloignés de la culture savante.

3Depuis sa création en 1988, le théâtre national de La Colline, dédié aux écritures contemporaines, développe un fort ancrage territorial dans l’Est parisien en instaurant notamment des actions culturelles auprès des publics jeunes et scolaires. Mon travail, au sein de cette institution nationale, consiste, entre autres choses, à créer et mettre en place des projets d’éducation artistique dans le but de familiariser les élèves au théâtre.

Création d’un programme d’éducation artistique : « Éducation & proximité »

4C’est dans ce contexte qu’en septembre 2013 « Éducation & proximité » voit le jour. « Renforcer son implication auprès des établissements scolaires de l’Est parisien et permettre aux jeunes de s’ouvrir au monde culturel qui les entoure1 », tel est l’objectif premier de ce programme. Lancé par La Colline, ce projet inclut les villes de Reims et de Strasbourg avec leurs théâtres partenaires : La Comédie de Reims et le Théâtre national de Strasbourg. Il est par ailleurs soutenu par plusieurs mécènes privés.

5« Éducation & proximité » poursuit l’idée de « faire travailler ensemble des élèves d’établissements et de sections différents » dans un souci de « mixité et d’ouverture sociale » : ainsi, des lycéens en cursus général sont amenés à travailler en binôme avec des lycéens de cursus professionnel pendant une année scolaire. Ce dispositif vise à mettre en suspens les hiérarchies scolaires et sociales ; il témoigne ainsi d’une nécessité stratégique : face à l’hétérogénéité des élèves liée aux politiques de massification scolaire depuis les années 1980, celui-ci souhaite proposer une nouvelle manière de gérer la mixité scolaire et sociale.

6Il poursuit trois objectifs :

  • « permettre l’ouverture aux autres » : faire se rencontrer des élèves aux origines sociales et à l’orientation scolaire et professionnelle différentes ;

  • « favoriser l’estime de soi, se connaître soi-même » : améliorer l’ouverture aux autres et la capacité d’écoute des élèves et favoriser leur épanouissement personnel par la pratique artistique ;

  • « favoriser l’accès à la culture » : faire découvrir aux élèves le théâtre contemporain et leur faire connaître un établissement culturel de leur quartier pour qu’ils y retournent par eux-mêmes dans l’avenir. Désenclaver la culture en démontrant qu’elle est accessible à tous.

7Chacune des douze classes qui participent au projet bénéficie de 30 heures d’ateliers, suivant ces mêmes étapes :

  • une visite du théâtre partenaire et la présentation des classes associées au projet afin de familiariser les élèves à l’espace théâtral, ses coulisses, ses métiers ;

  • la présentation d’un spectacle itinérant créé pour le projet (durée : 1 heure) suivie d’une rencontre « à chaud » avec les comédiens, joué dans les établissements scolaires des trois territoires. La thématique imposée par le projet est celle du « vivre ensemble » : une commande à un auteur et à un metteur en scène est réalisée chaque année ;

  • des ateliers d’écriture et de jeu en classe « mixée » : en prenant appui sur la pièce créée pour le projet, les élèves de cursus général et de cursus professionnel travaillent ensemble jusqu’à la fin des ateliers ;

  • un parcours de spectateur : en parallèle des ateliers, les élèves de chaque région vont venir découvrir trois spectacles programmés dans le théâtre partenaire ;

  • un temps de rassemblement : une journée finale rassemble l’ensemble des élèves du projet dans l’un des théâtres partenaires, pour expérimenter le passage au plateau et présenter le travail accompli.

Une expérience personnelle sur le terrain : observations et analyses du dispositif

8Les élèves participant à « Éducation & proximité » sont non volontaires et ont, au démarrage du projet, de nombreux préjugés sur le théâtre : « pour les vieux », « les riches », bref, « pas pour moi ». On observe que le public scolaire se scinde selon deux catégories distinctes : d’un côté, ceux qui ont accès au théâtre par leur milieu social et leurs prédispositions familiales, de l’autre, ceux qui s’en excluent de façon spontanée, issus majoritairement des milieux populaires.

9En 2017 et 2018, j’ai pu mener, en parallèle de mes activités de relations publiques à La Colline, un travail de terrain sur ce dispositif, lors d’une reprise d’étude en Master « Dynamiques éducatives des sujets et des institutions » [DESI] en sciences de l’éducation à l’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis. Dans ce cadre, j’ai réalisé une série d’entretiens avec les jeunes participant au projet. Ils sont cités dans cette contribution pour illustrer plus concrètement mes propos.

Extraits d’entretiens avec deux élèves du projet sur leur vision du théâtre

Je me rappelais un jour, je suis partie avec mon collège, on est parti au théâtre, ça veut dire nous du coup au bout de deux heures on s’ennuie donc on était là avec nos téléphones, on rigolait et tout et du coup c’est vrai qu’on respectait pas trop les gens qui étaient dedans parce que eux ils voulaient écouter, c’est-à-dire c’était que des vieux déjà, y’avait que des vieux et c’était un vieux théâtre là « La Révolution » je crois ça s’appelait et les gens ils étaient là « chuuuuut vous faites trop de bruit chuuuuut vous nous dérangez non mais c’est pas possible écoutez c’est très intéressant et tout », mais nous ça nous faisait rien en fait, je sais pas c’était pas moderne, c’était nul ouais nul ouais c’est ça nul… donc on a pas aimé. […] En plus je me rappelais ce jour-là quand je suis sortie de la salle de théâtre j’ai dit : « plus jamais j’irai dans ce vieux truc là de m… », après mon prof il a dit : « bah alors ? », mais j’ai dit : « bah c’est vrai c’est nul » ; on est resté pendant plus de deux heures comme ça assis en plus c’étaient même pas des chaises normales comme au cinéma, c’étaient des chaises en bois ! Ça veut dire on avait mal aux fesses, on était fatigué [rires dans la voix], ça veut dire après quand on est sorti j’en pouvais plus j’étais exténuée.
(Extrait de l’entretien mené avec Élisabeth, 17 ans, 2nde ASSP, suivant le dispositif « Éducation & proximité ».)

Je suis allée voir Le Médecin malgré moi, ouais un truc comme ça je connais pas trop, et Le Malade imaginaire, et je m’en rappelle pas parce que bah j’ai dormi. 
(Extrait de l’entretien mené avec Sylvie, 15 ans, 2nde générale, suivant le dispositif « Éducation & proximité ».)

Extraits d’un entretien avec un des enseignants suivant le programme avec ses élèves

10Ces entretiens avec les élèves ont également été élargis aux enseignants participant avec leur classe au programme, une façon de mieux appréhender leur implication dans ce type de dispositif.

C’est souvent très difficile d’être face à des élèves qui n’ont pas d’expérience de spectateur, ou qui ont une expérience de spectateur scolaire, ce qui est très différent. Moi j’ai arrêté depuis le début de ma carrière d’emmener des élèves à une matinée scolaire. […] Parce que c’est pas du théâtre. La matinée scolaire c’est quelques classes qu’on a traînées de force pour voir un spectacle. Et donc l’écoute, les conditions de représentation ne sont pas les mêmes que celles d’un spectacle le soir, quand les gens qui ont payé leur place, qu’ils sont volontaires, et ça leur montre pas du tout ce que c’est que d’être spectateur justement. Cette espèce de rituel du théâtre : d’arriver, de s’asseoir à sa place, d’éteindre son portable, de faire silence, de se comporter d’une certaine manière. Ça, ça marche pas du tout en scolaire, parce que ça s’agite. Si ce sont de bons élèves ils vont écouter, sans faire trop de bruit, poliment, mais c’est pas la même écoute que celle d’un spectateur qui réagit au spectacle qu’on lui propose.

(Entretien avec Laurent, enseignant de lettres du lycée Paul-Valéry suivant le programme « Éducation & proximité » avec ses élèves.)

Observation des premières sorties programmées au théâtre de La Colline

11Le travail d’enquête ainsi que le journal de terrain réalisé lors des sorties aux spectacles avec les élèves montrent la façon dont ces jeunes sont souvent perçus, et parfois fantasmés, de manières contradictoires par les différents « maillons » de la chaîne culturelle. En effet, ils permettent que les salles ne soient pas vides, mais ils font baisser la recette ; ils permettent de rajeunir le public, mais ils perturbent la concentration des spectateurs et des artistes : ils sont donc nécessaires à la survie du théâtre, mais ils posent problème. Qualifiés par leur manque d’adhésion à la culture savante, ces derniers ont tendance à cumuler tous les stigmates : ils sont majoritairement issus de l’immigration, ils viennent des milieux populaires et ne fréquentent peu ou pas les théâtres.

  • 2  Stanislas Morel, « Une classe de Zep à l’Opéra de Paris. Enjeux et effets de l’action culturelle » (...)
  • 3 Je reprends ici la terminologie « hors norme » utilisée par Stanislas Morel pour qualifier la récep (...)

12Dans cette optique et suivant les traces de Stanislas Morel2 qui s’est attaché à observer les réactions d’une classe de 4e ZEP lors d’un dispositif d’éducation artistique à l’Opéra de Paris, je me suis attachée à suivre les jeunes bénéficiaires d’« Éducation & proximité » dans les salles de représentation de La Colline afin d’observer leur réception à l’œuvre. Les comportements et les réactions « hors-norme3 » remarqués en salle et à l’entrée dans le hall du théâtre traduisaient de nouveaux codes de réception qu’il semblait important d’examiner.

13Je restitue ci-dessous un extrait du journal de terrain mené avec l’une des classes du dispositif :

Soirée à La Colline jeudi 30 novembre 2017, extrait du journal de terrain

Représentation du spectacle Tous des oiseaux avec les élèves de 2nde ASSP (Accompagnement soin et service à la personne) du lycée professionnel Étienne- Dolet

Rdv devant le théâtre avec les élèves. La plupart arrivent avec leurs ballons du Mac Do, situé en face du théâtre. On leur explique qu’ils ne peuvent pas rentrer dans la salle avec et ils les confient au gardien situé dans le hall d’entrée, qui a l’habitude de les garder dans sa guérite. Les élèves, et surtout les garçons, arrivent avec leurs plus beaux joggings. On sent qu’ils se sont apprêtés pour venir au théâtre.

Petit laïus de l’équipe des relations publiques sur la coupure complète des portables dans la salle. À la demande de Wajdi Mouawad qui a peur que la jeune comédienne jouant Wahida soit perturbée par les rires lorsqu’elle se fait fouiller nue à la douane, nous rappelons aux élèves ce passage dans le spectacle en leur demandant de réagir très discrètement pour ne pas la troubler.

Le spectacle de ce soir, Tous des oiseaux de Wajdi Mouawad, commence à 19 h 30, est en 4 langues, surtitré en français : anglais, arabe, hébreu et allemand, et dure 4 heures. Comme pour chaque représentation du projet, les relations publiques sont présentes pour les accueillir, veiller à ce que tout se passe bien, les placer dans la salle et recueillir à l’entracte et à la fin leurs retours.

Sur la classe, 4 élèves manquent car leurs parents n’ont pas souhaité qu’ils sortent tard le soir. Tous les autres sont présents suite à la journée de travail en commun avec l’autre classe et à l’atelier préparatoire avec Daniel, leur intervenant artistique, sur les personnages et le conflit israélo-palestinien. Les élèves sont à l’heure, les places sont réparties 3 par 3 ou 2 par 2 dans toute la salle pour éviter les phénomènes de groupe et leur faire prendre conscience qu’ils sont un public au même titre que les autres.

3 garçons quittent leurs places et se regroupent sur le côté. Je décide de m’installer auprès d’eux. Nous sommes quasi tous les trois, derrière d’autres spectateurs avertis. « Madame, pourquoi ils ont fait des fauteuils où on a pas la place de mettre nos jambes, c’est bizarre ? ». Ils sont tous très grands et leurs jambes, assises, touchent avec insistance le fauteuil de devant leur laissant aucune possibilité de bouger.

On répète la consigne des portables éteints pendant la représentation et tous nous assurent : « oui oui pas de problème madame ! ». Dernier Snapchat, photos dans la salle envoyées aux copains et on éteint (apparemment) le portable en même temps qu’une dizaine de spectateurs, dans le noir de la salle, seuls derniers faisceaux allumés avant l’arrêt complet des portables.

Au bout de deux minutes, les portables sont ressortis mais sous le pull, laissant juste deviner un faisceau lumineux sur le visage de mes voisins… Je décide de ne rien dire dans la mesure où ils restent plutôt discrets…

Au moment de la boîte de nuit où les deux jeunes comédiens dansent accompagnés par une musique intense, mon voisin dégaine son portable et l’application Shazam pour trouver la musique correspondante. Quelques minutes plus tard, juste avant que Wahida se mette nue, mon voisin dégaine encore son portable pour la photographier nue. Je mets tout de suite un holà, l’empêchant de mener à bien son entreprise. Soudainement, il paraît très intéressé par la pièce…

À l’entracte, je leur demande s’ils comprennent, si les langues ce n’est pas trop compliqué… Un « ça va » pas trop engageant mais je sens qu’ils comprennent le propos général et malgré un intérêt pas très expressif, on y trouve un petit contentement.

On retrouve Zaccaria à la pause, il se balade seul dans le théâtre au milieu des spectateurs alors que tous les autres sont aux toilettes ou partis au Mac Do (juste en face du théâtre). Zaccaria est emballé, il aime beaucoup la pièce et semble fier d’être là, si bien qu’il ne cherche pas à tout prix à rejoindre le reste du groupe. Il nous fait la remarque que le surtitrage n’est pas très bien traduit pour la langue arabe et je comprends donc qu’il le parle. Il nous dit aussi parler anglais. Connaissant son intérêt pour l’écriture, nous le questionnons avec Daniel sur ses écrits… Il part dans un monologue de 10 minutes sur son travail d’écriture et sa passion pour le médiéval, les mythes, notamment ceux du Nord. Il écrit souvent deux textes en même temps… Bref, d’un coup on remarque à quel point Zaccaria semble habiter par ses recherches et son langage, plutôt soutenu, ressemble peu à celui du reste de la classe.

Après la reprise de l’entracte, mon voisin, tout en regardant son film sur son portable avec une luminosité très basse, me pose régulièrement des questions sur le déroulement de l’action et l’énigme qui est en train de se dévoiler. Il vérifie s’il a bien tout compris tout en restant scotché à son écran. Enfin, les sentant à bout avec leurs jambes et leurs attentions relatives, je les avertis de la fin très proche du spectacle. Premier ouf de contentement en dépliant enfin leurs jambes après un tonnerre d’applaudissements dans la salle et des spectateurs debout. « Madame, ça fait mal aux mains. Pourquoi on doit applaudir autant ? »

Les retours, malgré la longueur du spectacle et l’intégralité des dialogues en surtitrage, ont plutôt rencontré l’engouement. Certains étant étonnés des réactions du public en salle, notamment des rires.

Un public scolaire « hors norme »

  • 4 Nathalie Heinich, La sociologie de l’art, Paris, La Découverte, 2001, p. 50.

14Cette sortie au théâtre permet de mettre en évidence un ensemble d’habitudes et de dispositions corporelles (ce que Bourdieu nommera « l’habitus ») qui vont former l’individu « par l’inculcation non consciente et l’intériorisation de façons d’être propres à un milieu ». C’est ce qui permet d’appréhender, comme l’explicite Nathalie Heinich, ce qui fait la « véritable barrière à l’entrée » dans les lieux de la haute culture « non tant un défaut de moyens financiers, ni de connaissances que le manque d’aisance et de familiarité, la conscience diffuse de ne pas être à sa place, manifestée par les postures de corps, l’apparence vestimentaire, la façon de parler ou de se déplacer4 ».

  • 5 Dominique Pasquier, « Spectateur de théâtre : l’apprentissage d’un rôle social », Sociologie de l’A (...)

15Mais si la réception du théâtre est souvent mal perçue chez ces jeunes, c’est parce que celui-ci opère à une « domestication5 » des publics, comme l’a montré Dominique Pasquier, à savoir une obligation à respecter un ensemble de règles : ne pas arriver en retard, s’asseoir à une place désignée, ne pas bouger, ne pas parler, applaudir à des moments précis… Ainsi, pour pouvoir accéder à la culture savante, une contrepartie se révèle dorénavant nécessaire : posséder le rituel comportemental. La quête de l’ordre gouverne dans les salles de spectacle et le public scolaire non initié au théâtre et issu des classes populaires pose souvent problème en ne respectant pas ces codes de bienséance.

Témoignages des élèves sur le dispositif

Une vidéo de quatre minutes a été réalisée lors de l’édition 2018. Elle donne la parole à des lycéens qui ont suivi le projet, le jour du rassemblement final avec l’ensemble des classes à La Comédie de Reims. Ces interviews ont été réalisées quelques heures avant que les élèves montent pour la première fois, sur le grand plateau de La Comédie, restituer devant les autres lycéens bénéficiaires, ce qu’ils avaient travaillé dans les ateliers. Le document, accessible en ligne (https://www.youtube.com/​watch?v=mWm7gi7YQf0) permet de résumer, de façon pragmatique, le dispositif vécu.

Une histoire à poursuivre…

16Si l’expérience esthétique correspond à éprouver du plaisir, on est encore loin d’un sentiment d’appartenance à une communauté. En observant les formes contemporaines de réception de ces lycéens, on peut mieux cerner ce qui se joue dans « l’expérience » du spectacle vivant, le rapport au théâtre, mais aussi peut-être davantage saisir la manière dont ce public se construit en rapport à ce que l’on attend de lui et sans perdre en considération ce que produisent en retour ces attentes sur lui.

17En septembre 2020, le dispositif « Éducation & proximité » s’est transformé en accueillant une quatrième structure culturelle, le Grand T à Nantes. Condensé sur une semaine de résidence dans chacun des théâtres, il se nomme à présent : Lycéens citoyens, sur les chemins du théâtre.

Notes

1  Voir le site de La Colline : http://www.colline.fr

2  Stanislas Morel, « Une classe de Zep à l’Opéra de Paris. Enjeux et effets de l’action culturelle », Réseaux, no 137, p. 173-205.

3 Je reprends ici la terminologie « hors norme » utilisée par Stanislas Morel pour qualifier la réception de l’Opéra par les collégiens de ZEP.

4 Nathalie Heinich, La sociologie de l’art, Paris, La Découverte, 2001, p. 50.

5 Dominique Pasquier, « Spectateur de théâtre : l’apprentissage d’un rôle social », Sociologie de l’Art, vol.  25, no 1, 2016, p. 177-192.

Auteur

Théâtre national de La Colline

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search