Version classiqueVersion mobile

Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)

 | 
Jean-Charles Buttier
, 
Clothilde Roullier
, 
Agnès Sandras

II. Les métiers de l'éducation populaire aujourd’hui

Populariser la culture, légitimer le peuple créateur ?

Engagements et réalisations de quelques instructeurs techniques nationaux spécialisés au prisme des archives (publiques, associatives, personnelles)

François Gasnault

Note de l’éditeur

Dans le cadre de l’atelier « Instructeurs/conseillers d’éducation populaire : une action de démocratisation culturelle méconnue », François Gasnault, conservateur général du patrimoine, revient sur l’histoire des instructeurs « Folklore » ou « Arts et traditions populaires », puis des conseillers d’éducation populaire, qui ont œuvré, à partir du Front Populaire, pour relégitimer la culture populaire, notamment paysanne. Cette histoire s’appréhende au travers d’archives des plus variées.

Texte intégral

1Au sein d’un atelier dédié à la contribution des conseillers d’éducation populaire à la cause de la démocratisation culturelle, la pertinence de ce papier pourrait être interrogée. Commençons donc par lever cette hypothèque.

  • 1 Françoise Tétard, « Les instructeurs spécialisés d’éducation populaire, un corps privé d’intérêt pu (...)

2En effet, l’action des personnes dont il va être question et qui ont pourtant fait partie de ce groupe de professionnels, à la fois créateurs, formateurs et animateurs1, s’est exercée en sens inverse. Ayant pour domaine de compétence spécifié le « folklore » ou les « arts et traditions populaires » (l’expression se rencontre plus rarement), elles se sont employées, non pas à rendre accessibles au plus grand nombre les créations des artistes les plus reconnus et autres chefs-d’œuvre de l’humanité, mais plutôt à donner aux personnes les moins instruites, académiquement s’entend, les moyens de se réapproprier ce qu’on appelle aujourd’hui le patrimoine culturel immatériel. Autrement dit, ce vaste répertoire de contes, de chants ou encore de danses dont la transmission, orale ou par imprégnation, s’effectuait auparavant sans solution de continuité dans les sociétés paysannes, jusqu’à ce que les bouleversements économiques et sociaux du siècle amenuisent et parfois anéantissent leur autonomie culturelle. On est donc bien à l’opposé de l’entreprise d’acculturation que serait substantiellement l’éducation populaire et qui pourrait faire songer, au risque d’analogies passablement anachroniques, à l’évangélisation des Barbares ou à la mission prétendument civilisatrice que les colonisateurs assuraient mener dans les terres lointaines, pour y acclimater les valeurs de la République.

3Il s’agissait de faire, à rebours, œuvre de réhabilitation, en aidant les nouvelles générations villageoises à se défaire du réflexe, acquis mais profondément inculqué, d’autodépréciation de la langue vernaculaire et de ce qui lui était attaché, pour se convaincre de l’égale dignité des œuvres qui leur avaient été léguées, comme de leur aptitude à les interpréter. Et accessoirement de réduire l’antagonisme entre ville et campagne, entre Paris et la province, en partageant la connaissance et la pratique de ces œuvres avec les jeunes urbains. C’est pourquoi la poignée d’hommes et de femmes – plus ou moins quinze – qui ont mené ce combat, sans nécessairement se concerter entre eux et cherchant moins encore à coordonner leurs initiatives, se sont de préférence adressés, comme les propagateurs de la démocratisation et en recourant comme eux aux dispositifs du stage court et du stage de réalisation, aux futurs enseignants du premier degré, souvent issus de familles paysannes et perçus dans les décennies médianes du siècle dernier comme des agents d’influence culturels particulièrement efficaces.

4La présente étude consistera d’abord à brosser un portrait de groupe, ou, si l’on préfère, le portrait collectif de ce groupe, avant de caractériser les sources archivistiques, publiques et privées, qui documentent l’action des uns et des autres.

Les protagonistes

5Les instructeurs – plus tard conseillers – qui ont fait de la relégitimation et/ou de la rénovation du folklore le moteur principal d’un investissement professionnel par ailleurs multidimensionnel semblent se prêter à une répartition en deux sous-groupes : le premier, qui est aussi le plus fourni, rassemble des personnalités actives dès les années 1940, voire dès le Front populaire ; le second, issu du baby-boom, appartiendrait plutôt à la « génération 68 ».

  • 2 Cette dernière, décédée en 1979, a fait de son année de naissance un mystère à ce jour inviolé. On (...)
  • 3 Nazet n’était ni instructeur ni conseiller mais inspecteur Jeunesse et sports, après avoir enseigné (...)

6Ils sont sept, plus deux, celles et ceux que la direction de la jeunesse et de l’éducation populaire recrute du temps de Jean Guéhenno ou de son successeur, entre l’automne 1944 et 1946. Par ordre de naissance, il s’agit de Pierre Goron (1907), William Lemit (1908), Pierre Panis (1911), Marinette Aristow-Journoud (1916), Bernard de Parades (1921), Richard Schneider et Thérèse Palau2, auxquels il convient d’adjoindre les deux spécialistes du « livre vivant », Jean Nazet (né en 1909) et Michel Philippe (né en 1927, ce qui en fait nettement le benjamin du groupe), parce que l’un et l’autre ont souvent œuvré avec certains des premiers nommés3.

7La cohésion – relative – tient donc d’abord à une homogénéité générationnelle, non moins relative. Mais on peut déceler d’autres similarités dans les parcours préliminaires de ces personnages :

  • la musique et/ou la danse tiennent dès les années 1930 une grande place dans leurs études comme dans leurs activités, même si aucun n’en fait alors ni ne semble envisager d’en faire sa profession, faute d’opportunité : en semaine, Lemit travaille comme commis de banque, Panis chez un décorateur ; seul Goron a déjà partie liée avec les métiers d’art puisqu’il est peintre-graveur ;

    • 4 Marcel Jousse (1886-1961), ecclésiastique et anthropologue du geste, délivre à partir de 1931 un en (...)
    • 5 Née à Londres en 1893 et morte à Paris en 1949, Maud Alick Pledge, gymnaste et danseuse, est une pé (...)

    les années d’apprentissage ont permis à beaucoup d’entre eux de se familiariser avec les pédagogies novatrices (Montessori, Nouvelle éducation), de s’affilier aux réseaux constitués pour en assurer la propagation, de devenir les auditeurs ou les disciples de leurs figures les plus en vue, tels l’abbé Jousse4 ou la gymnaste et professeur de danse Maud Pledge5 ;

  • l’autodidaxie n’en a pas moins tenu une grande place dans leur formation, notamment pour la maîtrise d’instruments de musique populaires comme la vielle à roue, celle de l’harmonie et des règles de la composition, et, a fortiori, pour l’enquête ethnographique de terrain ;

  • tous se sont impliqués dans les mouvements de jeunesse juste avant et/ou pendant le Front populaire, qu’il s’agisse des auberges de la jeunesse ou des branches, tant confessionnelles que laïques, du scoutisme, et certains ont pu y exercer des responsabilités d’encadrement.

8Si l’Occupation altère le parallélisme de trajectoires jusqu’alors si linéaires, c’est pour les soumettre à des pressions contraires, en les faisant d’abord converger puis diverger assez fortement.

  • 6 Olivier Hussenot a exercé une forte influence sur un autre affilié à Jeune France, Gaston Tachon, l (...)

9De l’automne 1940 au printemps 1942, quatre des futurs instructeurs techniques, Goron, Lemit, Aristow-Journoud et Panis, connaissent une première expérience professionnelle commune au sein de « Jeune France ». Cette association, d’abord très liée au secrétariat général à la Jeunesse institué par le gouvernement de Vichy, compte à sa tête plusieurs disciples d’Emmanuel Mounier qui se fourvoient temporairement dans les méandres de la « Révolution nationale ». Figurent parmi eux des artistes comme Pierre Schaeffer, futur inventeur de la musique concrète, des hommes de théâtre, notamment Jean Vilar, Jean-Marie Serreau et Olivier Hussenot6, mais aussi des intellectuels comme Jean-Marie Soutou, qui fera après la Libération une grande carrière diplomatique. À leur contact, leurs jeunes recrues étoffent leur bagage intellectuel et se perfectionnent dans la transmission des savoirs artistiques, en se familiarisant avec les techniques de formation de formateurs.

  • 7 Son dossier de carrière (Arch. nat., 19770308/2) donne les informations suivantes : employé à compt (...)

10Assez vite, les « maîtrises » régionales de Jeune France, notamment celles reliées à son siège lyonnais, sont regardées comme peu fiables idéologiquement par les hiérarques de l’État français, qui ont bien perçu que des animateurs adeptes du personnalisme seraient plus que réticents à l’idée de s’engager dans la voie de la collaboration. Au printemps 1942, Jeune France se saborde au moment où l’association allait être autoritairement dissoute et ses cadres se dispersent : beaucoup quittent la région, certains entrent dans la clandestinité et rejoignent des réseaux de résistance, une minorité, enfin, se rapproche des organisations vichyssoises de la jeunesse : c’est incontestablement le cas de Pierre Goron7 mais aussi, quoique de façon plus discrète, le parti arrêté par Aristow-Journoud. Tous ont cependant acquis, durant ces années noires, une visibilité les créditant d’une compétence technicienne qui les recommande pour les embauches auxquelles va procéder Jean Guéhenno, placé peu après la Libération à la tête de la direction des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire. Toutefois, les premières nominations, qui interviennent à l’automne 1944, ne se portent évidemment pas sur ceux qui se sont compromis, sans pour autant les disqualifier à jamais. Après un an de pénitence, ils rejoignent leurs anciens camarades de Jeune France. Comme eux, ils sont désormais à plein temps artistes et pédagogues.

11Dans la décennie ou les quinze années qui suivent, l’uniformité caractérise d’ailleurs l’exercice des fonctions d’instructeur technique national, même s’il ne faut pas exclure l’effet grossissant, voire déformant, que produit la consultation des archives publiques, elles-mêmes procédant d’une standardisation bureaucratique qui dissout ou au moins atténue les particularités de chacun dans des formulaires restreignant le choix des réponses possibles.

12Ce qui relève à certains égards du paradoxe car tous ont joui, usé (et très rarement abusé) d’une grande liberté dans l’organisation de leurs agendas, consentie par la tutelle sous la seule réserve d’en rendre compte a posteriori, à moins qu’il ne faille considérer que cette touche finale de formalisme était le prix à payer pour pondérer les clauses si avantageuses du contrat de confiance. De fait contractuels et non fonctionnaires, les instructeurs techniques nationaux rejoignaient dans l’hétérodoxie des emplois publics la prestigieuse phalange des architectes en chef des monuments historiques, même si ce rapprochement n’a été fait par quiconque à l’époque. La nomenclature de leurs activités, qu’on peut ventiler en cinq rubriques au moins (formation, création, recherche, performance, production), les inscrit en effet dans un régime d’économie mixte, leurs revenus provenant pour une part de traitements et pour une autre de cachets, les pourcentages respectifs des uns et des autres étant susceptibles de varier fortement d’une année ou d’une saison à l’autre, et dépendant aussi beaucoup du degré de notoriété atteint.

13L’administration à laquelle ils étaient rattachés les sollicitait principalement pour la délivrance de formations servant à transmettre les rudiments de leur art – le chant, la musique ou la danse dits alors « folkloriques » – et le répertoire associé à de grands élèves qui n’étaient pas destinés à en faire leur métier mais qui pourraient en tirer un parti avantageux dans leur futur exercice professionnel. Il s’agissait principalement d’instituteurs en formation initiale et continue, auxquels ils faisaient cours dans les écoles normales ou qu’ils accueillaient en stage, souvent dans les centres régionaux d’éducation physique et sportive. Mais ils avaient aussi licence de délivrer parallèlement, à titre bénévole ou contre rémunération, dans des locaux n’appartenant pas à l’administration, des leçons individuelles ou collectives à des enfants ou des adolescents.

  • 8 Publié en 1942 et maintes fois réédité ensuite.
  • 9 Lemit y publie notamment Ensemble, chansonnier pour les colonies de vacances (1946) et 96 chansons (...)

14Le talent de créateur était également reconnu aux instructeurs et autant que possible soutenu par leur employeur public, même s’il n’allait pas jusqu’à publier, par exemple, les compositions de William Lemit, des harmonisations à plusieurs voix ou des transcriptions de chants traditionnels avec accompagnement de guitare. Après les Éclaireurs de France pour leur Chansonnier8, ce sont les Éditions du Scarabée, une société commerciale créée par les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation [Ceméa] auprès desquels il avait été détaché, qui s’en sont chargées, employant sans doute à cette fin une part de la subvention versée par l’État9. Pour sa part, Pierre Panis a tiré parti de la sécurité de l’emploi procurée par son recrutement pour s’adonner en chorégraphe à l’invention de nouvelles bourrées ou de figures de bourrées, imaginées à partir de ce que son travail sur le terrain berrichon lui avait permis de découvrir, souvent à l’état de fragments.

Figure 1. Extrait du carnet d’enquête tenu par Roger Pearron avec des interpolations de Pierre Panis

Figure 1. Extrait du carnet d’enquête tenu par Roger Pearron avec des interpolations de Pierre Panis

Notes prises aux Grandes Poteries, commune de Neuvy-Deux-Clochers (Cher), avril 1949.

Collection particulière.

15Cette activité ethnographique ou plus globalement de recherche est encore un trait commun à la majorité des instructeurs techniques « folklore ». Si le banlieusard Pierre Goron, dépourvu d’attaches régionales, l’a déployée partout où il est passé ou peu s’en faut, d’autres, comme Panis mais aussi Marinette Aristow-Journoud, l’ont cantonnée à un territoire circonscrit auquel ils revenaient inlassablement : le Haut-Berry pour lui, les vallées occitanophones des Pyrénées pour elle, spécifiquement celles du Couserans (Ariège) et du Lavedan (Hautes-Pyrénées). L’un et l’autre ont enregistré et filmé avec les caméras et les magnétophones à bandes de l’administration, dont le prêt ne leur a pas été consenti sans batailler, puisqu’il allait de pair avec la mise à disposition de techniciens très demandés, qui préféraient peut-être filmer des compétitions sportives que partir dans les cantons les plus reculés du pays enregistrer de vieilles personnes parlant de mystérieux idiomes.

  • 10 À Paris, chez Picard.
  • 11 Quoiqu’il n’ait jamais été un chercheur « statutaire », Patrice Coirault (1875-1959) reste encore c (...)
  • 12 Sous-titrée « bulletin de liaison des instructeurs CEMEA Chant et danse », cette revue est un média (...)
  • 13 Publiée comme il se doit aux Éditions du Scarabée (1956).

16Lemit a eu aussi des accointances avec la recherche mais sous un régime assez différent : fortement impressionné, lors de sa parution en 194110, par le maître-livre de Patrice Coirault11, Notre chanson folklorique, il s’est rapproché de l’auteur, a gagné sa confiance et s’est fait, bien opportunément tant son écriture est tortueuse, l’inlassable vulgarisateur de sa pensée, avec des articles dans la revue Unisson12 sous-titrée « bulletin de liaison des instructeurs CEMEA Chant et danse », et des conférences dont il a réagencé les textes dans une brochure préfacée par Paul Delarue, Le Folklore et nous13.

  • 14 Certains ont été réédités par sa nièce, Michèle Célarié, qui les a mis en ligne sur le site qu’elle (...)

17Les instructeurs « folklore » sont aussi, et peut-être d’abord, des artistes qui saisissent toutes les occasions de se produire dans des configurations performantielles compatibles avec leur travail de transmission ou, mieux encore, qui en renforcent l’impact. La direction d’ensembles, qui supposent la participation de tous les jeunes gens en formation, s’y prête tout particulièrement. Lemit, décidément sur tous les fronts, était un chef de chœur hors pair et il existe des enregistrements de sa « Chanterie de Paris14 » qui rassemble ses anciens stagiaires.

Figure 2. William Lemit chante entouré par les membres de son ensemble vocal La Chanterie, 1945.

Figure 2. William Lemit chante entouré par les membres de son ensemble vocal La Chanterie, 1945.

Cliché : auteur inconnu, collection Michèle Célarié : http://www.michele-celarie.net/​images/​wl%20photos/​1945/​1945%2022.jpg.

  • 15 Cofondée en 1960 par Palau et son mari Jacques Douai, la compagnie a été accueillie pour sa premièr (...)

18Les danseurs ne sont pas en reste : Aristow-Journoud a son groupe chorégraphique de démonstration qu’elle emmène avec elle dans les Pyrénées, lors de ses enquêtes de terrain, aussi bien qu’en tournée à l’étranger. Quant à Palau, même si l’aventure du Ballet national populaire de danses françaises commence après qu’elle a quitté ses fonctions d’instructrice, elle y enrôle ses meilleurs anciens élèves de Jeunesse et Sports15.

  • 16 Arch. nat., fonds du ministère chargé de la Jeunesse, 19790593/5 (F/44bis/6459), courrier du 16 avr (...)

19À certains égards, Panis va plus loin encore qu’Aristow-Journoud. Il assigne en effet un rôle référentiel à son ensemble « Le Berry », ses prestations étant censées montrer la direction à prendre à tous ces groupes folkloriques dont il a à cœur de relever le niveau. Il affiche sans fard ce dessein à Jean Guéhenno, dans une lettre qu’il lui écrit en 1945, quelques semaines à peine après sa nomination16 :

J’ai constaté avec le plus grand regret, que de nombreuses manifestations folkloriques pèchent trop souvent par la médiocrité, l’inexactitude et l’insuffisance de connaissances en la matière, tant dans certains écoles ou mouvements de jeunesse qu’au cours de manifestations dites « folkloriques » publiques, où les organisateurs n’ont aucun souci du sens « loisir éducatif et culturel » que présentent les danses folkloriques et populaires.
Afin que le travail dont vous m’avez chargé soit effectivement productif et éducatif, il me semble tout à fait indispensable et urgent que vous puissiez me donner des pouvoirs afin que j’aie officiellement qualité pour inspecter, contrôler ou guider au besoin les « producteurs » de manifestations ayant un caractère berrichon en général.

20Il ne semble pas que Panis ait obtenu des prérogatives aussi étendues, mais ses propos témoignent de la conviction de détenir la compétence lui conférant pleine légitimité dans le domaine, ainsi que de l’ambition illimitée qu’elle l’autorisait, tout comme ses collègues, à nourrir en direction de publics qu’ils ne bornaient pas aux bénéficiaires usuels ou directs de leur enseignement.

21C’est ainsi qu’avec ou sans la mention « de réalisation », le long stage d’été est conçu par tous les instructeurs pour aboutir à la mise au point d’une performance scénique, qu’il s’agisse de la prestation d’une chorale, d’une démonstration chorégraphique, d’une représentation théâtrale ou d’un spectacle brassant tous ces éléments, et dont la mise au point est une entreprise à laquelle concourent souvent, aux côtés des instructeurs « folklore », ceux qui ont pour spécialité l’art dramatique ou « le livre vivant ». Or un spectacle qui entend soutenir la comparaison avec une production montée par des professionnels ne peut viser la seule gratification de ses participants. Il appelle un public, qui ne se confonde pas avec eux, et l’épreuve de son jugement. Aussi, pour donner corps à cette aspiration, les plus résolus des instructeurs et chefs de stage se font entrepreneurs et programmateurs d’événements dont l’appellation qui tend alors à s’imposer dans le langage commun est celle de « festival ».

22De fait, les instructeurs se trouvent impliqués, parfois au niveau des plus hautes responsabilités opérationnelles, dans le virage festivalier que négocie la France des congés payés, sous la IVe République. Mais pour ceux qui défendent la cause folklorique, un soutien quelque peu incitatif et qui n’est pas seulement moral leur est apporté par la Ligue de l’enseignement qui se dote alors d’une commission « Folklore » dont la présidence est successivement assurée par Paul Delarue puis par Pierre-Jakez Hélias. Celui-ci, au passage, est aussi le promoteur des Fêtes de Cornouaille qu’il organise à Quimper avec le concours de Bernard de Parades, lequel a rejoint le groupe des instructeurs « folklore » dans la seconde moitié des années 1950 et monte plusieurs « livres vivants » à partir de romans d’inspiration bretonne.

  • 17 Ils ont généralement été publiés dans Éducation et vie rurale, la revue – qu’il dirigeait – de l’Am (...)

23Toutefois, en matière de livre vivant, il convient de se référer à Jean Nazet – le créateur du concept comme de la formule –, le définissant comme « un pont jeté entre la bibliothèque et le théâtre », d’autant qu’il a laissé plusieurs textes qu’on peut qualifier de théoriques17. Ils aident à comprendre qu’un livre vivant, plutôt que l’adaptation théâtrale d’un roman, est un récit mené par un ou plusieurs narrateurs (formant en ce cas un « chœur »), qui transpose sur une scène de plein air les passages dialogués de l’œuvre à la fois les plus dramatiques et les plus représentatifs du style de l’auteur, afin – et c’est l’essentiel – de donner envie aux spectateurs de devenir des lecteurs.

Figure 3. À l’occasion du livre vivant « Les Maîtres sonneurs » donné à Nohant, Jean Nazet répond aux questions de Robert Barthès, instructeur national « techniques d’expression radiophonique », en présence de Michel Philippe, août 1954.

Figure 3. À l’occasion du livre vivant « Les Maîtres sonneurs » donné à Nohant, Jean Nazet répond aux questions de Robert Barthès, instructeur national « techniques d’expression radiophonique », en présence de Michel Philippe, août 1954.

Arch. nat., 20190314, fonds Michel Philippe, cliché : ministère de la Jeunesse et des Sports.

24En 1954, année du 150e anniversaire de la naissance de George Sand, Nazet, flanqué de son disciple Michel Philippe, agrégé lui aussi depuis 1951 au groupe des instructeurs, propose à Pierre Panis, dont l’excellente implantation en Berry n’est un mystère pour personne, de donner à Nohant, sur la place de l’église, toute proche de la maison de l’autrice, le livre vivant qu’il a élaboré à partir des Maîtres sonneurs, le plus accompli, peut-être, de ses romans dits champêtres. Il a en effet perçu les possibilités qu’offre l’œuvre de réaliser, uniquement avec des amateurs, un spectacle complet, incorporant des séquences où sera dansée la bourrée berrichonne, d’autres faisant entendre les chants traditionnels dont Sand a donné les titres et transcrit les paroles, et où encore retentiront cornemuses et vielles à roue jouant des airs de marche et de procession ou de simples ritournelles assurant les transitions d’une séquence à l’autre. On peut supposer que Nazet a saisi l’opportunité de la commémoration sandienne parce qu’elle permet de combiner la vulgarisation d’un chef-d’œuvre de la littérature romantique avec la cause qui lui tient à cœur autant qu’aux instructeurs « folklore », à savoir la relégitimation de la culture paysanne. Avec Panis et Philippe, il entend ainsi démontrer que les goûts peuvent être réunis au lieu de s’exclure, que la démocratisation culturelle ne consiste pas inévitablement à imposer les canons de la culture savante par l’éviction de la culture populaire, et enfin que ruraux et citadins, présents comme stagiaires ou venus en estivants, peuvent partager une émotion artistique, qu’ils la vivent en interprètes ou en spectateurs.

25Les deux représentations données en août 1954, dont une est honorée par l’apparition d’Aurore Lauth-Sand, la petite-fille de George, ont un tel retentissement que Les Maîtres sonneurs sont repris à plusieurs reprises en 1957 et 1958, dans le cadre d’un festival intitulé « Fêtes et jeux du Berry », fondé et animé par Michel Philippe, avec l’appui du diplomate et écrivain Pierre de Boisdeffre, un natif de La Châtre (Indre), et avec l’assistance de Jean-Pierre Pottier, animateur à l’université de Poitiers d’un groupe de théâtre amateur et bientôt conseiller technique et pédagogique Art dramatique.

Figure 4. Maquette de la brochure-programme de l’édition 1959 du festival Fêtes et Jeux du Berry.

Figure 4. Maquette de la brochure-programme de l’édition 1959 du festival Fêtes et Jeux du Berry.

Arch. nat., 20190314, fonds Michel Philippe.

26Entre 1956 et 1963, d’autres livres vivants sont montés et présentés dans diverses localités des Haut et Bas-Berry, sans toutefois la participation des instructeurs « folklore ». Pour eux, les années 1960 marquent un net reflux qui se manifeste par des activités moins foisonnantes et moins variées : il est largement dû à la concurrence de la culture de masse qui détourne les jeunes, y compris les normaliens, des formes classiques et plus encore des formes traditionnelles, au profit des importations anglo-américaines. Dans ce contexte un peu déprimant, le petit groupe subit des départs non compensés, dont celui, particulièrement traumatisant, de Lemit qui met fin à ses jours en 1966.

27Dans le sillage de Mai 68, l’essor du folk music revival amène un regain de faveur pour les musiques et les danses traditionnelles, qui touche le show-business autant que le monde associatif. Le ministère chargé de la Jeunesse et des Sports n’y est pas insensible puisqu’il procède à quelques recrutements de conseillers d’éducation populaire affectés dans les directions régionales ou départementales généralement issus d’associations impliquées dans ce mouvement, qu’ils ont souvent contribué à fonder et dont ils restent proches, structurant même leur action sur cette double appartenance. Il faut ici citer Rémi Guillaumeau (Union des groupes et ménétriers du Morvan, bien plus tard à l’origine de la Maison du patrimoine oral Bourgogne – 2006), Jean Roche (Bourrée gannatoise), Michel Valière et Maurice Pacher (Union Poitou-Charentes pour la culture populaire-UPCP), ou encore Bernard Trouvé et Christian Chenault qui, en région Centre, poursuivent à leur manière le travail lancé par Pierre Panis. En 1975, Pacher et son frère André font partie de l’équipe dirigée par Jean-Pierre Pottier qui monte près de Parthenay (Deux-Sèvres) un livre vivant intitulé La Geste Paysanne, dont les répétitions sont filmées par Pierre Gurgand, un autre cadre Jeunesse qui, dans les années suivantes, coopèrera sur plusieurs projets avec les militants de l’Animation rurale et culture populaire en Bocage [Arcup], une des principales composantes de l’UPCP, implantée dans le bocage bressuirais. Il est d’ailleurs rejoint par Michel Geslin, qui devient le metteur en scène attitré des spectacles dramatiques montés par l’Arcup.

Figure 5. Dossier de présentation de La Geste paysanne, livre vivant donné dans le cadre du Festival national d’animation rurale à Verruyes (Deux-Sèvres), 1974.

Figure 5. Dossier de présentation de La Geste paysanne, livre vivant donné dans le cadre du Festival national d’animation rurale à Verruyes (Deux-Sèvres), 1974.

Arch. nat., fonds du ministère chargé de la Jeunesse, 19860431/1.

  • 18 Si Michel Valière obtient et occupe jusqu’à sa retraite le poste d’ethnologue régional pour la régi (...)
  • 19 Association nationale du livre vivant. La veuve de Jean Guéhenno, natif de Fougères, en fut un temp (...)

28L’alternance de 1981 puis le double soutien affiché par le nouveau ministre de la Culture, Jack Lang, à la protection du patrimoine ethnologique et à la reconnaissance des musiques traditionnelles, ne font pas seulement renaître l’espoir d’une remise en cause de la hiérarchisation des pratiques culturelles. Beaucoup veulent aussi croire à un retour de l’éducation populaire et de l’action socio-culturelle dans le giron de la rue de Valois ou au moins à une cogestion du secteur avec le ministère chargé de la Jeunesse. Mais, faute de véritables espaces de dialogue avec une personnalité hors norme et pas davantage avec son administration, l’une et l’autre principalement soucieuses du profit politique qu’elles escomptent de la proximité affichée avec les créateurs, la décennie se charge de rendre perceptible le caractère chimérique de ces projections. À défaut de réformes structurelles, certains conseillers d’éducation populaire tentent alors d’obtenir leur détachement dans les administrations régionales qui s’étoffent avec les lois de décentralisation et où se créent des postes d’ethnologues. Les résultats sont trop inégaux18 pour enclencher un mouvement de fond, qui n’aurait de toute façon concerné qu’une poignée de personnes. À la fin du parcours, il ne reste plus que Michel Philippe qui ne se lasse pas de monter des livres vivants et de les programmer dans le festival qu’il a créé à Fougères (Ille-et-Vilaine) puis, la retraite venue, là où sont accueillies les propositions de l’Analiv19, l’association qu’il a fondée. En 1985, l’année du centenaire de la naissance de l’écrivain Ernest Pérochon, il apporte sa contribution aux manifestations que suscite la commémoration et auxquelles participe également l’Arcup. Il n’est pas interdit d’y voir l’indice de la persistance d’un réseau informel rassemblant dans le même élan militant et créatif conseillers d’éducation populaire et cadres associatifs, dont beaucoup sont par ailleurs d’anciens normaliens exerçant toujours le métier d’instituteur.

Une première approche archivistique

29Pour ces contractuels de droit public que furent les instructeurs techniques nationaux spécialité « Folklore » ou « Arts et traditions populaires », fonctionnarisés sous les statuts de conseillers techniques et pédagogiques puis de conseillers d’éducation populaire, il y a une évidente traçabilité dans les archives publiques constituées, à partir de la Libération, par les administrations centrale et déconcentrée du ministère chargé de la Jeunesse.

30Ces archives peuvent comporter des rapports occasionnels, qu’ils concernent des stages, des missions en France ou à l’étranger et même des enquêtes ethnographiques, plutôt qualifiées de folkloriques, mais elles consistent surtout en deux séries organiques :

    • 20 Qu’on se gardera de désigner, le seul dossier dont on peut présumer qu’il a de grandes chances de r (...)

    les dossiers individuels de carrière, qui ne deviennent toutefois librement communicables, sans passer par la procédure dérogatoire, que lorsque la date du document le plus récent qu’ils contiennent compte au moins cinquante ans d’âge à ce jour (2021), ce qui ne doit être déjà le cas que de très peu d’entre eux20 ;

    • 21 F. Tétard, D. Barriolade, V. Brousselle et J.-P. Égret, op. cit., p. 207.

    les comptes rendus mensuels d’activité, qui sont d’ores et déjà consultables et dont Françoise Tétard a ainsi caractérisé la présentation évolutive : « dans les tout premiers temps, [les instructeurs] rédigent leurs rapports à la main puis ils les dactylographient puis un modèle se met progressivement en place, un imprimé avec des rubriques à remplir ; ils y décrivent les manifestations auxquels ils ont participé, les cours qu’ils ont donnés, les stages qu’ils ont animés, les tâches administratives qu’ils ont assumées21 ».

  • 22 Ibid.

31Comme Tétard l’a noté, instructeurs puis conseillers « s’acquitteront de cette contrainte avec plus ou moins d’enthousiasme22 » : ainsi la désinvolture expéditive d’un Goron contraste-t-elle avec les comptages scrupuleux dressés par Lemit ou Aristow-Journoud, qui se montrent aussi soucieux de témoigner de l’inégale implication des stagiaires.

Figure 6. Première page d’un compte rendu mensuel d’activité dressé par Marinette Aristow-Journoud, mai 1951.

Figure 6. Première page d’un compte rendu mensuel d’activité dressé par Marinette Aristow-Journoud, mai 1951.

Arch. nat., 19790593/1.

32Si cette seconde série a été élaguée par des tris chronologiques (dont le chercheur déplore que l’archiviste ne s’en soit abstenu), les documents qui en ont réchappé apportent une très riche moisson d’éléments factuels mais ils livrent aussi, incidemment, parce que leurs rédacteurs échappent au conditionnement bureaucratique de l’administration, des propos sortant du cadre, tels que des considérations sur les politiques culturelles ou des échos du terrain.

  • 23 Arch. nat., fonds du ministère chargé de la Jeunesse, 19790593/5 (F/44bis/6459), journal du stage d (...)

33Ainsi, dans un rapport de 1947, Pierre Panis revient sur une « démonstration de danses de Saintonge par quelques membres du groupe folklorique d’Aunay-de-Saintonge23 » :

Elle a présenté un gros intérêt pour tous, les danseurs de ce groupe étant de véritables paysans. Deux danseurs en particulier, un homme et une femme âgés de 50 à 65 ans, ainsi que deux autres de 19 à 26 ans ont pu nous montrer les différents styles de deux générations ainsi que l’évolution normale que les danses ont subie en quarante ans.

  • 24 Arch. nat., fonds du ministère chargé de la Jeunesse, 19790593/1 (F/44bis/6455), lettre au directeu (...)

34Mêlant le prurit ethnographique à des préoccupations moralisatrices, Marinette Aristow-Journoud expose en 1946 un projet ambitieux de stage où il s’agirait de « rechercher et apprendre les danses avec les gens du pays » dans « le but essentiel, pour les jeunes de mon groupe de démonstration, [...] de leur donner le goût des recherches folkloriques24 ». Puis elle précise :

Je voudrais organiser à notre passage dans les villages des veillées avec les gens du pays. Nous leur danserions des danses populaires de différentes régions et des pays étrangers. Nous chanterions des chansons populaires, ceci dans le but de leur faire comprendre que des groupes de jeunes des villes aiment danser les danses folkloriques, désirent apprendre les danses de leur région et savent s’amuser de façon saine.

  • 25 Ibid., « compte rendu des deux journées passées à Sazos » (Hautes-Pyrénées, Lavedan, Pays Toy, sept (...)

35Quatre ans plus tard25, en 1950, le ton est moins enjoué mais l’ambition persiste :

L’esprit de communauté qui régnait dans ce village encore ces dernières années se perd, la civilisation fait son œuvre. Il faut se résigner à cette mauvaise influence de la ville et de l’usine. Ces garçons et ces filles n’ont aucune idée de ce que l’on peut faire pendant les loisirs, ils ne connaissent rien du théâtre, ils ont perdu le goût et le désir des travaux de sculpture sur bois que faisaient leurs pères. Je pense que l’Éducation populaire a le devoir de ne pas oublier les jeunes ruraux qui ne voient de la ville que le plus mauvais côté avec le cinéma et les cafés, la radio et le bal. Il y a autre chose à leur montrer qu’ils ignorent et que nous nous devons de leur apporter.

  • 26 L’expression est de Françoise Têtard.

36À côté des archives administratives, la contribution des archives personnelles, familiales et associatives est virtuellement des plus substantielles, et d’abord pour des raisons pratiques : instructeurs ou conseillers ne disposaient pas de bureau sinon à leur domicile, où, par nécessité, ces « itinérants sédentaires26 » rangeaient leurs dossiers. Mais il y a une explication en quelque sorte structurelle dès lors qu’on a affaire à des artistes dont les archives sont indissociables des actions et créations, et dont, par conséquent, ils ne sauraient se dessaisir quand bien même ils les entassent plus qu’ils ne les classent. Parmi ces archives très personnalisées, beaucoup peuvent être regardées comme des archives publiques privatisées mais elles sont si imbriquées avec celles qui ressortissent juridiquement des archives privées que le départage serait impossible s’il n’était pas surtout contre-productif au regard de l’intelligibilité des documents.

  • 27 Association nationale Culture et Traditions.
  • 28 Film dit « des Grandes Poteries » tourné en avril 1949 durant le stage de bourrée berrichonne que P (...)
  • 29 Association implantée à Toulouse dont le maire est statutairement président du conseil d’administra (...)

37Reste la question, tout sauf simple, du repérage de ces fonds d’archives qu’on pourrait qualifier de mixtes, qui amène celles de leur préservation et de leur accessibilité. C’est ainsi qu’on ignore ce qu’il a pu advenir des archives de Pierre Goron, dont il a été indiqué plus haut que la production administrative n’était guère éclairante. Concernant celles de Jean Roche, il reste à vérifier qu’elles restent mêlées à celles de l’association-relais qu’il avait fondée, en lien avec le festival Les Cultures du monde, et dont il était le délégué général27, même après la fermeture et la vente de la Maison du folklore qui les abritaient l’une et l’autre à Gannat (Allier). En matière archivistique, les noms de Panis et d’Aristow-Journoud sont principalement associés à des films dont des copies numériques sont respectivement conservées au service audiovisuel de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance28 et au Centre occitan des musiques et danses traditionnelles29 ; s’il est avéré que la famille du premier conserve ses dossiers et ses lettres, en pleine conscience de leur intérêt, on ne dispose pour l’heure d’aucune piste pour atteindre ceux de la seconde.

  • 30 Don effectué par Michèle Célarié, nièce de William Lemit. Cote générique du fonds : 587J. L’instrum (...)
  • 31 La cote générique 20190314 lui a été attribuée et la mise en ligne sur la salle des inventaires vir (...)
  • 32 UAR 3554, Université de Bretagne Occidentale et CNRS.
  • 33 EA 4451.
  • 34 Instrument de recherche consultable à l’url : https://www.univ-brest.fr/digitalAssets/36/36816_Inve (...)

38Pour deux autres, heureusement, l’action du Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d'éducation populaire a eu des effets bénéfiques puisque les archives du Val-de-Marne ont reçu en don un fonds William Lemit30, où les dossiers tiennent cependant beaucoup moins de place que sa bibliothèque de carnets de chant ; et tout récemment (2019), les Archives nationales ont accueilli l’ensemble à la fois plus volumineux et multimédia rassemblé par Michel Philippe31. Affinités bretonnes obligent, c’est la médiathèque Yves Le Gallo32, composante du Centre de recherche bretonne et celtique33, qui conserve à Brest les archives de Bernard de Parades34. Complémentairement à ces archivages menés à bien, il n’est pas déraisonnable de postuler que le don à un service d’archives public des papiers personnels de Jean Nazet pourrait se concrétiser à court ou moyen terme.

  • 35 Dont elle a publié les résultats dans l’ouvrage intitulé Un siècle de groupes folkloriques en Franc (...)
  • 36 Formant le fonds 43 AP, ils sont consultables au Centre de conservation et de recherche, l’annexe d (...)

39Enfin, il faut signaler, au titre des sources complémentaires, l’intérêt des dossiers de travail constitués par Marie-Thérèse Duflos-Priot, ingénieure d’étude au CNRS affectée au Centre d’ethnologie française, lors de son enquête sur les groupes folkloriques35, et qui sont aujourd’hui conservés au musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée36. Ils comprennent en effet les transcriptions des entretiens que la chercheuse a menés, notamment avec Pierre Panis (et son épouse), Marinette Aristow-Journoud et Christian Chenault.

Notes

1 Françoise Tétard, « Les instructeurs spécialisés d’éducation populaire, un corps privé d’intérêt public (1944-1971) », dans Cadres de jeunesse et d’éducation populaire 1918-1971, éd. par F. Tétard, D. Barriolade, V. Brousselle et J.-P. Égret, Paris, La Documentation française, 2010, p. 197-209.

2 Cette dernière, décédée en 1979, a fait de son année de naissance un mystère à ce jour inviolé. On peut simplement présumer qu’elle n’était pas plus âgée que son mari, Gaston Tachon (1920-2004) dit Jacques Douai, chanteur et cofondateur avec elle du Ballet national populaire de danses françaises. Par ailleurs, sa spécialité officielle était, comme pour Lemit, le chant choral.

3 Nazet n’était ni instructeur ni conseiller mais inspecteur Jeunesse et sports, après avoir enseigné la philosophie comme professeur agrégé, notamment au lycée de Niort, où il a eu pour élève Michel Philippe, dont il sera plusieurs fois question dans cette contribution.

4 Marcel Jousse (1886-1961), ecclésiastique et anthropologue du geste, délivre à partir de 1931 un enseignement à la Sorbonne (faculté des lettres et École pratique des hautes études) très suivi par un public à la fois estudiantin et mondain. Il a aussi mené des recherches de terrain sur le chant basque improvisé et les performances des bertsulari.

5 Née à Londres en 1893 et morte à Paris en 1949, Maud Alick Pledge, gymnaste et danseuse, est une pédagogue du mouvement proche des cercles de la Nouvelle éducation. Sa personnalité et son enseignement ont durablement influencé Jean-Michel et Hélène Guilcher, les fondateurs de l’ethnochoréologie de la France. Je me permets de renvoyer à ma contribution « Miss Pledge ou les danses populaires à la rescousse de l’éducation nouvelle (1926-1949) : les réseaux d’une Anglaise de Paris » dans Histoire de l’éducation populaire 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, éd. par C. Christen et L. Besse, Villeneuve d’Ascq, Les Presses universitaire du Septentrion, 2017, p. 397-408.

6 Olivier Hussenot a exercé une forte influence sur un autre affilié à Jeune France, Gaston Tachon, le futur Jacques Douai. Voir à ce propos Jean Dufour, Jacques Douai l’art et le partage, Lormont, Le bord de l’eau, 2008.

7 Son dossier de carrière (Arch. nat., 19770308/2) donne les informations suivantes : employé à compter du 1er octobre 1942 par la direction de la culture populaire et des mouvements de jeunesse, il est nommé le 2 décembre 1943 conseiller technique auprès du directeur de l’Éducation générale pour les activités folkloriques. Le 2 octobre 1944, le ministère de l’Éducation nationale l’informe qu’il est mis fin à ses fonctions. Un arrêté du 20 décembre 1945 le nomme instructeur spécialisé.

8 Publié en 1942 et maintes fois réédité ensuite.

9 Lemit y publie notamment Ensemble, chansonnier pour les colonies de vacances (1946) et 96 chansons folkloriques françaises avec accompagnement de guitare et commentaires techniques (1959).

10 À Paris, chez Picard.

11 Quoiqu’il n’ait jamais été un chercheur « statutaire », Patrice Coirault (1875-1959) reste encore considéré comme l’analyste insurpassé de la formation, de la diffusion et des thématiques de la chanson traditionnelle. La documentation qu’il avait inlassablement recueillie et mise en fiches est entrée juste après son décès, grâce à Simone Wallon et à William Lemit, qu’il avait désigné comme exécuteur testamentaire, dans les collections publiques, au département de la musique de la Bibliothèque nationale. Elle a nourri la publication, coordonnée par Georges Delarue, avec le renfort pour les derniers volumes de Marlène Belly, du Répertoire des chansons françaises de tradition orale (3 tomes, 1996, 2000, 2006) et de ses deux compléments (Chansons françaises de tradition orale, 1900 textes et mélodies collectés par Patrice Coirault, 2013 ; Mélodies en vogue au xviiie siècle, Le répertoire des timbres de Patrice Coirault, 2020).

12 Sous-titrée « bulletin de liaison des instructeurs CEMEA Chant et danse », cette revue est un média conçu pour prolonger l’enseignement oral de Lemit qui en est d’abord l’unique puis le principal rédacteur. Trente-six numéros paraissent de 1944 à 1965.

13 Publiée comme il se doit aux Éditions du Scarabée (1956).

14 Certains ont été réédités par sa nièce, Michèle Célarié, qui les a mis en ligne sur le site qu’elle a créé : http://www.michele-celarie.net/mc w chanterie.html, page consultée le 2 juillet 2021). D’autres enregistrements, réalisés au moment de la Libération par Claudie Marcel-Dubois et conservés parmi les documents sonores du fonds du musée national des Arts et Traditions populaires, sont accessibles aux Archives nationales sous la cote 20130007/1 (no de la collection à l’inventaire du musée : 1945.03).

15 Cofondée en 1960 par Palau et son mari Jacques Douai, la compagnie a été accueillie pour sa première saison par Jean Vilar, dans la grande salle du Théâtre national populaire au palais de Chaillot, après la première représentation qui a eu lieu au Théâtre des Champs-Élysées.

16 Arch. nat., fonds du ministère chargé de la Jeunesse, 19790593/5 (F/44bis/6459), courrier du 16 avril 1945.

17 Ils ont généralement été publiés dans Éducation et vie rurale, la revue – qu’il dirigeait – de l’Amicale, qu’il avait fondée, des participants aux stages d’animateurs ruraux. On peut en particulier signaler son étude « Le Théâtre au Village », qui occupe l’intégralité du no 9, publié en juin 1954, quelques semaines avant les manifestations sandiennes dont il est question ci-après. Devenue Le fil, la revue a publié en 1973, quelques mois après sa disparition, un numéro double titré Hommage à Jean Nazet.

18 Si Michel Valière obtient et occupe jusqu’à sa retraite le poste d’ethnologue régional pour la région Poitou-Charentes, Serge Moëlo, ancien permanent de Dastum, l’association de défense et de promotion des musiques traditionnelles de Bretagne, quitte rapidement le poste de chargé de mission pourtant créé sur mesure pour lui à la direction régionale des affaires culturelles [Drac] et la candidature de Christian Chenault au poste de conseiller pour l’ethnologie à la Drac Centre n’est pas retenue.

19 Association nationale du livre vivant. La veuve de Jean Guéhenno, natif de Fougères, en fut un temps la présidente.

20 Qu’on se gardera de désigner, le seul dossier dont on peut présumer qu’il a de grandes chances de remplir déjà cette condition étant celui de Lemit, disparu en 1966.

21 F. Tétard, D. Barriolade, V. Brousselle et J.-P. Égret, op. cit., p. 207.

22 Ibid.

23 Arch. nat., fonds du ministère chargé de la Jeunesse, 19790593/5 (F/44bis/6459), journal du stage de spécialisation « Folklore et danses folkloriques Berry Poitou (Vendée) Saintonge », qui s’est déroulé à Romagne (Vienne) du 4 au 24 août. Panis rend compte de l’enquête ethnographique faite par les stagiaires sous sa direction et qui a porté sur une multitude d’objets (patrimoine monumental, immobilier et mobilier, tant civil que religieux, costumes, traditions culinaires).

24 Arch. nat., fonds du ministère chargé de la Jeunesse, 19790593/1 (F/44bis/6455), lettre au directeur des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire en date du 12 avril 1946.

25 Ibid., « compte rendu des deux journées passées à Sazos » (Hautes-Pyrénées, Lavedan, Pays Toy, septembre 1950).

26 L’expression est de Françoise Têtard.

27 Association nationale Culture et Traditions.

28 Film dit « des Grandes Poteries » tourné en avril 1949 durant le stage de bourrée berrichonne que Panis a animé plusieurs années durant, dans le hameau éponyme de la commune de Neuvy-Deux-Clochers (Cher), près de Sancerre. Sur la préparation et le tournage de ce film, voir Yves Guilcher, Solange Panis et Naïk Raviart, Le Berry et ses bourrées, La Crèche, Geste éditions, 2016, p. 286-290.

29 Association implantée à Toulouse dont le maire est statutairement président du conseil d’administration. Le fonds Marinette Aristow-Journoud, qu’elle-même avait initialement confié au musée des Arts et Traditions populaires, est un ensemble imposant d’archives sonores, filmiques et audiovisuelles, enregistrés, filmés ou rassemblés par l’instructrice entre 1956 et 1970, soit dans le cadre de stages, soit à la faveur d’enquêtes ethnographiques dans le sud et le sud-ouest de la France (Roussillon, Couserans, Bigorre, Pays basque, Gévaudan, Rouergue).

30 Don effectué par Michèle Célarié, nièce de William Lemit. Cote générique du fonds : 587J. L’instrument de recherche est accessible à l’url :
http://archives.valdemarne.fr/arkotheque/inventaires/ead_ir_consult2.php?ref=FRAD094_000864 (consultée le 5 juillet 2021).

31 La cote générique 20190314 lui a été attribuée et la mise en ligne sur la salle des inventaires virtuelle est annoncée, en juillet 2021, comme imminente.

32 UAR 3554, Université de Bretagne Occidentale et CNRS.

33 EA 4451.

34 Instrument de recherche consultable à l’url : https://www.univ-brest.fr/digitalAssets/36/36816_Inventaire_dossiers_-BdeP_au_CRBC.pdf (consultée le 5 juillet 2021).

35 Dont elle a publié les résultats dans l’ouvrage intitulé Un siècle de groupes folkloriques en France, Paris, L’Harmattan, coll. « Minorités & Sociétés », 1995.

36 Formant le fonds 43 AP, ils sont consultables au Centre de conservation et de recherche, l’annexe du musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Extrait du carnet d’enquête tenu par Roger Pearron avec des interpolations de Pierre Panis
Légende Notes prises aux Grandes Poteries, commune de Neuvy-Deux-Clochers (Cher), avril 1949.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 2. William Lemit chante entouré par les membres de son ensemble vocal La Chanterie, 1945.
Crédits Cliché : auteur inconnu, collection Michèle Célarié : http://www.michele-celarie.net/​images/​wl%20photos/​1945/​1945%2022.jpg.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre Figure 3. À l’occasion du livre vivant « Les Maîtres sonneurs » donné à Nohant, Jean Nazet répond aux questions de Robert Barthès, instructeur national « techniques d’expression radiophonique », en présence de Michel Philippe, août 1954.
Crédits Arch. nat., 20190314, fonds Michel Philippe, cliché : ministère de la Jeunesse et des Sports.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 4. Maquette de la brochure-programme de l’édition 1959 du festival Fêtes et Jeux du Berry.
Crédits Arch. nat., 20190314, fonds Michel Philippe.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 5. Dossier de présentation de La Geste paysanne, livre vivant donné dans le cadre du Festival national d’animation rurale à Verruyes (Deux-Sèvres), 1974.
Crédits Arch. nat., fonds du ministère chargé de la Jeunesse, 19860431/1.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 6. Première page d’un compte rendu mensuel d’activité dressé par Marinette Aristow-Journoud, mai 1951.
Crédits Arch. nat., 19790593/1.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search