Version classiqueVersion mobile

Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)

 | 
Jean-Charles Buttier
, 
Clothilde Roullier
, 
Agnès Sandras

II. Les métiers de l'éducation populaire aujourd’hui

Militant professionnel, professionnel militant : un parcours sans frontière dans l’éducation populaire

Témoignage

Alain Roch

Note de l’éditeur

Dans le cadre de l’atelier « Animer les quartiers et les villages, une longue histoire », qui s’est tenu aux Archives nationales le 19 septembre 2019, Alain Roch a raconté de quelle façon, à l’instar de nombreux animateurs et directeurs de Maisons des jeunes et de la culture, sa vie militante et son parcours professionnel ont été intimement liés, des années 1970 à aujourd’hui, guidés par la transmission de l’émancipation populaire.

Texte intégral

1Mon autobiographie entrelace formation, activité professionnelle et engagement militant.Il n’y avait pas de prédestination familiale pour augurer de ce que je suis devenu : mon père était artisan mécanicien, ma mère s’occupait de son foyer, ils n’avaient pas d’engagements politiques et de préoccupations sociales particulières, ils se reconnaissaient catholiques mais ne pratiquaient pas. Dernier enfant d’une fratrie de trois, je fus le seul de ma génération, dans notre famille (y compris du côté de mes oncles et tantes), à faire des études au lycée, à obtenir le grade de bachelier et à pouvoir réaliser des études supérieures en faculté.

2Durant la période du 1er cycle du lycée Henri IV de Béziers, j’ai commencé par m’engager au club Unesco du lycée. Ensuite, en 3e, j’ai intégré l’équipe Jeunesse étudiante chrétienne [JEC] de l’établissement. Mes motivations étaient de rompre un certain isolement : des frères plus âgés, des amis d’enfance scolarisés dans d’autres établissements de la ville – collèges, établissements techniques –, le besoin de trouver du « collectif »…

3En classe de première (année scolaire 1967-1968), j’étais toujours militant de la JEC, mais également du Comité de coordination de la jeunesse biterroise. Dans cette structure assez informelle, impulsée par quelques lycéens et jeunes travailleurs et animée par un jeune professeur de philosophie du lycée par ailleurs président d’une Maison des jeunes et de la culture [MJC] dans les Corbières (Paziols), nous avions un objectif principal : la création d’une MJC à Béziers.

4Lors des événements de mai-juin 68, la période a été marquée par trois semaines d’occupation du lycée, des manifestations, des débats sur la réforme de l’enseignement, la vie lycéenne, la situation des jeunes dans la société. J’étais l’un des trois leaders du mouvement dans le lycée et j’ai activement participé à la création d’un Comité d’action lycéen [CAL]. De 1969 à 1972, j’occupais les fonctions de secrétaire fédéral de la JEC (responsable au niveau du département de l’Hérault) et de secrétaire régional (responsable au niveau de la région Languedoc). En 1969 nous avons abouti à la création de la MJC de Béziers dans les locaux de la Vigilante (une salle municipale attenante au lycée, occupée en 1968 et jamais restituée) : je suis devenu successivement président du Conseil de maison, puis vice-président du Conseil administratif et président en février 1873. Cette MJC naissante était animée uniquement par des bénévoles. J’étais par ailleurs membre du CA de la Fédération départementale des MJC de l’Hérault.

5Au niveau des études supérieures, d’octobre 1969 à octobre 1973, j’étais inscrit à l’université Paul-Valéry de Montpellier où j’ai obtenu la licence et la maîtrise de lettres modernes (le titre de mon mémoire de maîtrise était « Orientation de la réflexion politique de Georges Bernanos depuis Les Grands Cimetières sous la lune »).

6En 1973-1974, j’ai effectué des remplacements d’enseignants en tant que maître auxiliaire itinérant remplaçant. Je préparais en même temps le CAPES. J’ai subi un échec au concours de juin 1974, sanction d’une préparation trop légère en raison de mes divers engagements syndicaux, politiques et associatifs.

7Durant mes études universitaires, j’ai milité à l’Union nationale des étudiants de France [Unef] et me suis engagé dans les nombreuses luttes de l’époque au sein de l’université, de la ville et de la région (solidarité avec les luttes viticoles, les revendications régionalistes et la défense de l’Occitan, actions contre la guerre du Viêt Nam, pour la libération des prisonniers basques, etc.). En 1974, j’ai pris la carte du Parti socialiste unifié [PSU], section de Béziers.

8De décembre 1974 à août 1976, j’ai travaillé comme animateur socio-culturel en étant salarié de l’Association de gestion de l’animation socio-culturelle de Béziers [AGASCB]. Il s’agissait des trois premiers postes d’animateur socio-culturel de la ville et l’association était paramunicipale. Je faisais office de directeur de la MJC : j’en étais le seul salarié et ne fonctionnais qu’avec des bénévoles au départ ; puis, par la suite, quelques animateurs d’activités vacataires.

9J’ai bénéficié d’une formation professionnelle en cours d’emploi à l’université de Provence (Aix). J’ai été rattaché à la formation modulaire des directeurs en postes dans les MJC de la région. En juin 1976, j’ai obtenu le diplôme de l’université « Expression contemporaine, animation culturelle ». En juin 1977, j’ai passé les épreuves du jury de recrutement de la Fédération française des maisons des jeunes et de la culture [FFMJC]. Ma candidature a été validée et j’ai été dispensé de formation, en raison de mon itinéraire militant et professionnel. Afin d’appuyer ma candidature au concours de recrutement national des directeurs de MJC, j’avais ainsi fait part de mon parcours engagé dans ma lettre de motivation :

C’est cette lutte pour la création de la MJC de Béziers et son affirmation face à des pouvoirs publics indifférents ou franchement hostiles qui a rendu assez naturelle mon orientation professionnelle actuelle. […] Nous devions à quelques-uns pallier l’absence d’un directeur. Cela m’a permis de manière bien empirique et incomplète de connaître ses attributions.

10De septembre 1977 à août 1985, j’ai assuré la direction de la MJC d’Orly, ayant choisi la région parisienne pour raisons personnelles, à l’issue de 12 mois de service militaire en tant que sursitaire. Le Rapport de titularisation par le délégué de la FFMJC en septembre 1978 note : « Les motivations plus militantes du départ se sont transformées pour devenir plus professionnelles et c’est un bien. » En décembre 1983, j’ai obtenu le diplôme d’État de conseiller en éducation populaire [DECEP]. À partir de septembre 1985 et jusqu’à octobre 2009, j’ai dirigé la MJC du Mont-Mesly, ainsi que le centre culturel et social Madeleine Rébérioux (à partir de sa création en 2007). Je suis resté en poste 24 ans à Créteil. D’octobre 2009 à octobre 2013, j’ai assuré ce qui fut le dernier poste de ma carrière professionnelle : directeur de la FRMJC d’Île-de-France.

11Parallèlement à mes fonctions professionnelles et en forte connexion avec elle, j’ai pris des responsabilités syndicales. À la fin des années 1970 et au début des années 1980, j’ai ainsi été délégué du personnel, puis secrétaire syndical de la Fédération de l’éducation de la recherche et de la culture CGT [FERC-CGT] au sein de la FRMJC d’Île-de-France. J’ai également exercé des mandats politiques : de 1983 à 2005 en tant qu’adjoint au maire de Juvisy ; de 2005 à 2014 en tant que premier adjoint ; enfin, de 2000 à 2014 en tant que vice-président de l’agglomération des Portes de l’Essonne. Après la dissolution du PSU en 1989, j’ai adhéré à l’Alternative rouge et verte, pour intégrer ensuite le parti des Verts. Je suis d’ailleurs toujours militant du groupe local Europe Écologie-Les Verts [EELV].

12Depuis 2014 et étant à la retraite, je suis secrétaire du CA de la MJC de Juvisy, comme un retour à l’origine. Depuis juin 2019, je suis président de l’Union départementale des MJC de l’Essonne et suis élu au CA de la FRMJC. J’ai une délégation sur la question des archives et suis à ce titre membre du CA de l’Association des déposants des archives de l’éducation populaire [ADAJEP].

13Je suis également président de l’association de coopération décentralisée Juvisy/Tillabéri (une ville du Niger) et membre ou administrateur de plusieurs autres associations locales dont l’Association juvisienne unis pour la ville [AJUV] et l’Association juvisienne pour l’accueil des réfugiés [AJAR].

14Dans un courrier envoyé au milieu des années 1970 au délégué régional, j’avais ainsi écrit : « Être directeur de MJC, c’est pour moi continuer et développer une action engagée depuis pas mal de temps et à travers mon métier pouvoir pleinement vivre un engagement social et politique basé sur la participation et le contrôle de la population dans les divers domaines de son cadre de vie. » Je posais déjà clairement mon intention de faire coïncider du mieux possible mon activité professionnelle au sein des MJC et les valeurs qui fondaient mon engagement politique. Mon parcours témoigne, dans la continuité, de cette volonté de complémentarité : l’action politique et l’action professionnelle, se nourrissant l’une de l’autre.

Auteur

Ancien animateur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search