Version classiqueVersion mobile

Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)

 | 
Jean-Charles Buttier
, 
Clothilde Roullier
, 
Agnès Sandras

I. La transmission des savoirs d’hier à aujourd’hui

Le choix des ouvrages dans les premières bibliothèques populaires : instruction et/ou délassement ? (1861-1870)

Un atelier « matériaux historiques »

Agnès Sandras

Note de l’éditeur

Cet article d’Agnès Sandras est une reprise de sa contribution au colloque L’éducation populaire. Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire à l’actualité qui s’est tenu le 13 novembre 2018 à la Bibliothèque nationale de France. L’autrice est historienne, spécialiste de l’histoire de l’éducation populaire en général et des bibliothèques populaires en particulier. Elle a notamment coordonné en 2014 la parution de l’ouvrage Des bibliothèques à la lecture publique aux Presses de l’ENSSIB.

Texte intégral

1L’atelier proposé débutait par une présentation de la naissance des bibliothèques populaires sous le Second Empire. Avant de travailler sur les matériaux historiques, il importait en effet de comprendre que ces structures pionnières ont éclos parce qu’elles étaient constituées par des associations de bénévoles qui ont accepté – du moins en apparence – de composer avec le pouvoir. Ce caractère associatif a pourtant été une des raisons du déclin des bibliothèques populaires soixante-dix ans plus tard, lorsque la lecture publique en plein essor s’est montrée critique face à des bénévoles sans formation spécifique et des locaux exigus souvent dépourvus de salle de lecture.

2L’atelier s’articulait ensuite autour d’un des objectifs qui a fait débat lors de la constitution des bibliothèques populaires : leur but devait-il être le délassement et/ou l’instruction des lectrices et lecteurs ? Les matériaux historiques, notamment des extraits de statuts, de catalogues et de comptes rendus des assemblées générales de bibliothèques populaires, datant des années 1860-1880, ont permis un débat très riche en enseignements sur l’éducation populaire aujourd’hui. Nous développons ici plus amplement les éléments de contextualisation autour des notions de délassement et d’instruction afin de nourrir et prolonger la réflexion entamée lors de l’atelier.

Éléments de contexte : les bibliothèques populaires en leur temps

  • 1 Agnès Sandras, « 1838 : une bibliothèque “icarienne” fondée à Lyon ? (1), » dans Bibliothèques popu (...)
  • 2 Voir Discours sur la lecture : 1880-1980, sous la direction d’Anne-Marie Chartier et Jean HÉbrard, (...)
  • 3 Gustave Rouland, « Circulaire relative à l’établissement de bibliothèques scolaires près des écoles (...)
  • 4 Sur le réseau initial entourant la BAI-III, voir les recherches en cours de Geneviève Deblock, Loui (...)

3Dans le premier xixe siècle, les bibliothèques publiques ne prêtent pas encore de livres au peuple et les horaires des salles de lecture sont incompatibles avec ceux des travailleurs urbains. Les livres étant hors de portée des bourses modestes, ouvriers et artisans n’ont guère d’autre choix que les ouvrages proposés par les cabinets de lecture, souvent des romans à succès, ou les livres édifiants des bibliothèques catholiques ou protestantes. Les rares tentatives de fondation de bibliothèques populaires sont réprimées au prétexte qu’elles constituent des associations non autorisées1. Églises et État s’inquiètent toutefois devant l’augmentation du nombre des personnes alphabétisées et la floraison de lectures considérées comme séditieuses et/ou immorales provenant du colportage et des feuilletons d’une presse à bon marché2. Sous le Second Empire, les premières expositions universelles et les récits des voyageurs revenant de pays européens ou des États-Unis font prendre conscience aux responsables français et aux élites que l’instruction est insuffisante en France et qu’il faudrait, notamment pour les classes laborieuses, un accès aux livres après l’école primaire. Les philanthropes sont persuadés que la lecture peut éloigner le peuple du cabaret et permettre aux paysans comme aux ouvriers de progresser dans leurs métiers grâce à des ouvrages à portée pratique soigneusement choisis. La circulaire Rouland encourage en 1860 la création de bibliothèques scolaires destinées aux enfants comme aux adultes : des artisans et des ouvriers s’engouffrent dans cette brèche pour demander l’autorisation de constituer des bibliothèques populaires par association (fig. 1)3. L’urgence met tout le monde d’accord. On trouve au pied du berceau des premières bibliothèques populaires des fouriéristes, des saint-simoniens, des francs-maçons, des socialistes, quelques futurs fondateurs de l’Association internationale des travailleurs, des élèves et des professeurs des associations polytechnique et philotechnique, etc.4. Leurs pensées et leurs arrière-pensées, parfois très divergentes, compliquent l’analyse des premières réalisations des bibliothèques populaires : certains fondateurs visent la moralisation quand d’autres attendent de la lecture une émancipation politique.

Figure 1. Gravure de V. Stablo (d’après un dessin de Claverie)

Figure 1. Gravure de V. Stablo (d’après un dessin de Claverie)

Les nouvelles Bibliothèques populaires – La bibliothèque de La Chapelle, publiée le 2 juillet 1876 dans Le Journal illustré (no 27, p. 216)

[collection de l’auteur, © cliché Agnès Sandras].

  • 5 Sur Jean-Baptiste Girard, voir Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900), fondateur des biblio (...)
  • 6 Voir Noé Richter, Les Bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978 ; Lectures et l (...)
  • 7 Voir Arlette Boulogne, Des livres pour éduquer les citoyens, Jean Macé et les bibliothèques populai (...)
  • 8 Voir Claire Aude, Marie-Danielle Schaeffer et Bénédicte Térouanne, Les bibliothèques populaires en (...)
  • 9 Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles  (...)

4La Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement parisien (BAI-III) naît en 1861. Une véritable expérience bibliothéconomique se développe : Jean-Baptiste Girard et ses amis fondent aussi des bibliothèques populaires dans un petit village (Hortes, en Haute-Marne) et dans une ville de garnison (Vernon, Eure)5. Plusieurs arrondissements parisiens et des villes de banlieue créent des structures proches de la BAI-III. Ces premières bibliothèques populaires6 constituent un modèle de fonctionnement pour toute la France, connu grâce à la presse généraliste. La Société des bibliothèques populaires (Société Franklin, 1862) rapporte bientôt les expériences fructueuses, comme celles de Jean Macé dans l’Est7, et propose par l’intermédiaire de son Bulletin des exemples de statuts, de règlements, de catalogues, etc.8. Les premières bibliothèques populaires doivent en effet innover : système d’acquisitions tenant compte des desiderata des lecteurs, prêt de livres à domicile pour tous, hommes et femmes, quelle que soit leur origine sociale. Les débats sont nombreux autour d’un système de cotisations payantes qui permettrait d’acheter les livres, entretenir les reliures et responsabiliser ainsi les membres de la bibliothèque : la BAI-III décide par exemple de demander moitié moins aux lectrices lors des inscriptions, leur situation socio-professionnelle étant loin d’égaler celle des hommes. Chaque adhérent(e) reçoit un livret de sociétaire et, lorsque les bibliothèques le peuvent financièrement, un catalogue destiné à mûrir ses choix et gagner ainsi en autonomie. Les bibliothèques mettent parfois en place de petites salles de lecture, mais le plus souvent le local est simplement garni de quelques rayons dans une pièce prêtée par un animateur. Des bénévoles ouvrent les bibliothèques le dimanche matin et quelques soirs de semaine afin de permettre aux artisans, aux ouvriers ou aux paysans, d’emprunter en dehors de leurs nombreuses heures de travail. Réunis annuellement en assemblée générale, les sociétaires doivent désigner les membres du conseil (président, trésorier, bibliothécaire, etc.) et décider des grandes orientations à venir. Ce fonctionnement s’appuie sur des statuts qui sont examinés, ainsi que le catalogue, par la préfecture qui peut refuser l’ouverture de la bibliothèque ou demander des modifications importantes des textes ou du fonds de livres9. Le ministère de l’Intérieur surveille les premières demandes et exige des renseignements sur les fondateurs. Quelques bibliothèques connaissent des suspensions ou des fermetures sous le Second Empire et encore sous l’Ordre moral (période de politique conservatrice au début de la IIIe République), notamment au prétexte d’avoir proposé des ouvrages socialistes et/ou des romans amoraux (voir plus bas).

  • 10 Voir Agnès Sandras, « Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une parti (...)

5L’exposition universelle de 1867 consacre les bibliothèques populaires en les incluant dans la classe 90 du groupe X qui « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Plusieurs bibliothèques et fondateurs sont récompensés10. Par cette reconnaissance, le pouvoir impérial tente d’encourager celles des bibliothèques populaires qui semblent se conformer à ses exigences, pensant canaliser de la sorte le mouvement de lecture populaire. L’essaimage des bibliothèques populaires est désormais soutenu et l’on estime qu’il y a environ 10 000 associations de ce type en 1900 en France. Toutefois la ville de Paris développe rapidement le prêt dans les bibliothèques municipales. Dans les années 1920, la lecture publique se fonde sur une opposition violente aux bibliothèques populaires. La professionnalisation des bibliothécaires, la création de salles de lecture vastes et lumineuses ont progressivement raison des bibliothèques populaires qui disparaissent en grande majorité vers 1970-1980.

Instruction et délassement sont prévus par les statuts des premières bibliothèques populaires

6À la BAI-III, comme à Hortes et Vernon, l’article 4 des statuts initiaux stipule que : « Cette association a pour but de procurer à ses adhérents tous les livres nécessaires à leur instruction ou à leur délassement. »

7Les bibliothèques communales populaires que Jean Macé contribue à installer en Alsace sont présentées comme source de délassement après le labeur :

  • 11 A. Le François, « Bibliothèques communales du Haut-Rhin », Le Temps, 9 novembre 1864 [disponible su (...)

Dans les plus modestes hameaux de nos vallées, aussi bien que dans nos villes les plus populeuses, au sein de nos populations agricoles, comme dans le tourbillon de nos centres industriels, le livre s’est frayé son chemin, et, avec le livre non seulement le charme de la lecture et la récréation, le délassement des labeurs de chaque jour, mais encore et surtout l’instruction, la moralisation, en un mot, le progrès11.

  • 12 Voir Les écoles du peuple à l’ère des révolutions du xixe siècle (1815-1880), dossier de la Revue d (...)

8Il s’agit donc de délasser le corps par la lecture, après la fatigue du travail physique. La pensée contemporaine distingue en effet soigneusement le corps du cerveau : à l’inverse, les élites intellectuelles se voient proposer des activités manuelles après les heures d’étude livresque. Nombre d’ascensions socio-professionnelles, liées aux cours d’adultes12 et aux bibliothèques populaires qui permettent de prolonger les leçons, attestent de la motivation des ouvriers et artisans les fréquentant. La capacité des ouvriers à se concentrer après le travail louée par les récits paternalistes est aussi un topos du courage méritoire dans les milieux ouvriers et artisans :

  • 13 Alexandre d’Englehem, Les Enfants du travail, Paris, Pagnerre, 1864, p. 11 [disponible sur Gallica] (...)

De ses modestes épargnes, Agricol achète des livres ; ses loisirs, il les emploie à étudier. Etudier ! c’était un bonheur, un délassement délicieux pour le jeune ouvrier, après un travail quotidien de douze, de quinze heures ! Jugez, jeunes enfants qui vous trouvez si malheureux, qui mouillez de pleurs vos cahiers et vos livres, combien il lui fallait de courage ! Aussi dit-il quelque part, lui, qui sait ce que coûte l’étude au travailleur : « si nous voulons nous autres artisans, approfondir un métier, développer notre entendement, acquérir quelques connaissances, savoir ce que c’est que la vie humaine, être hommes enfin dans toute l’étendue du mot, nous sommes forcés de prendre sur notre nourriture et sur notre sommeil. Nous ne pouvons faire la conquête d’un peu de savoir qu’à cette unique et seule condition, souvent mortelle, car les forces physiques ont des bornes »13.

  • 14 Alexis Gouverne, Lettre à S. M. Napoléon III,... sur la création d’une bibliothèque dans chaque com (...)
  • 15 Circulaire au sujet de la fondation de la Bibliothèque [signé : Auguste Doumerc], Paris, impr. de H (...)

9Les autodidactes qui narrent leur expérience déplorent la perte de temps rencontrée lorsqu’il leur faut repérer les ouvrages indispensables à leur progression. Ils deviennent donc les artisans et/ou les soutiens de bibliothèques aux contenus diversifiés et organisés. Les notions d’instruction comme de délassement font alors débat, tout comme l’encyclopédisme mis à portée de tous. Histoire, éducation politique, hygiène sont par exemple des disciplines redoutées par les autorités et le courant conservateur, car ouvrant des horizons de contradiction voire de sédition au peuple… Si le loisir est considéré avec méfiance par les élites, la lecture est désormais présentée comme « le délassement de leurs fatigues journalières », car « en bannissant l’oisiveté de leur repos, elle contribuerait puissamment à éteindre les habitudes du jeu et de l’ivrognerie, qui sont généralement la cause ou l’occasion de tous les vices et de tous les crimes14 ». Différents penseurs imaginent des bibliothèques aux contenus soigneusement délimités, qui permettraient à l’homme du peuple de devenir un honnête homme, sans l’émanciper totalement. Certains prônent même la rédaction de livres spécifiques ou préconisent de simplifier le contenu des grandes œuvres. En inscrivant instruction et délassement au programme, tout en proposant des choix ouverts de livres, les fondateurs de la BAI-III éveillent donc la méfiance des autorités et de l’opinion. La contiguïté des notions de délassement et d’instruction permet aux conseils des bibliothèques de piocher dans un large éventail d’auteurs et de disciplines dont les ouvrages sont achetés ou arrivent par dons. C’est précisément ce dont rêvent les sociétaires les plus modestes, appâtés par la perspective de pouvoir lire les mêmes ouvrages que les élites, de connaître les débats socio-politiques ou les romans controversés. Quelques fondateurs de bibliothèques populaires parviennent aussi à instaurer la diversité des fonds tout en affirmant éviter les ouvrages réputés dangereux. C’est le cas d’Auguste Doumerc qui indique, lorsqu’il met en place la bibliothèque populaire du Marais [Jouy-sur Morin, Seine-et-Marne] (fig. 2) : « Quant au choix des ouvrages, vous verrez en parcourant le catalogue que j’ai admis à peu près indifféremment tous les genres de littérature, Histoire, Voyages, Morale, Chefs-d’œuvre de notre langue en prose ou en vers. Je n’ai exclu d’une façon formelle que les livres immoraux et les ouvrages de controverse politique ou religieuse15. »

Figure 2. Auguste Doumerc, Circulaire au sujet de la fondation de la Bibliothèque populaire du Marais, Paris, H. Plon, 1863, p. 1.

Figure 2. Auguste Doumerc, Circulaire au sujet de la fondation de la Bibliothèque populaire du Marais, Paris, H. Plon, 1863, p. 1.

Bibliothèque nationale de France, département Littérature et arts, Q-6585

[Gallica : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k97650971.texteImage].

  • 16 Voir Agnès Sandras, « La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Mo (...)

10En réalité, le directeur des papeteries du Marais offre aux ouvriers et aux paysans du village un choix ouvert d’ouvrages instructifs, de romans et même de journaux dont Le Magasin pittoresque16, en puisant dans sa propre bibliothèque et en sollicitant les dons de son réseau local et parisien.

  • 17 Voir Jean-Charles Geslot et Agnès Sandras, « Rendre intelligible l’organisation des savoirs ? Les c (...)

11Les fonds de Vernon sont tout aussi variés. Le catalogue de Vernon (1864) est proche dans ses intentions de celui de la BAI-III : il contient des ouvrages d’histoire, de géographie, de connaissances de base (arithmétique...), mais aussi des romans, français (Dumas, Sand...) ou traduits de l’anglais. La place donnée aux sciences et à l’agriculture est en revanche plus grande qu’à Paris. La médecine, absente des rubriques de la BAI-III et de la Société Franklin, obtient une section sans doute sous l’influence de deux médecins vernonnais membres de la bibliothèque. L’organisation des séries des catalogues reflète les objectifs des fondateurs17, même s’ils sont pondérés par la crainte de déplaire aux autorités. Les bibliothèques paroissiales, lorsqu’elles effectuent un classement, placent la religion en premier, dans la série A. Les bibliothèques populaires les plus ouvertement opposées aux cléricaux relèguent la rubrique religion (quand elles ne la suppriment pas) : à Vernon, la religion est placée en M avec la morale alors que la série A regroupe l’Histoire et la Mythologie. Lorsque les bibliothèques paroissiales proposent en tête de leur catalogue la Bible ou des ouvrages pieux, le premier livre du catalogue de la BAI-III est L’Iliade

  • 18 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, septembre 18 (...)
  • 19 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, novembre 186 (...)

12Ces classements relèvent de conceptions très différentes de la manière de s’instruire et de se délasser via la lecture, même si les fondateurs des bibliothèques populaires restent très prudents. Par exemple, la bibliothèque vernonnaise respecte ostensiblement les limites prescrites par l’État et les Églises. Le tri opéré dans les dons s’en veut la preuve : « la commission d’examen en élimine quelques-uns, mais en petit nombre, ceux pouvant blesser la morale, et ceux qui renfermaient une polémique en matière de politique ou de religion [...] », et décide de proscrire les romans « susceptibles de développer ce que l’on appelle l’esprit romanesque18 ». La commission distingue soigneusement le délassement du corps et l’instruction de l’esprit et prétend « contribuer à l’amélioration morale en propageant les bonnes lectures » notamment « pour l’ouvrier qui, après son travail, veut délasser son corps en fortifiant son esprit19 ». Pour autant, ce discours destiné aux autorités est pondéré par une véritable action émancipatrice dans le choix des livres, lorsqu’il ne s’agit pas d’ouvrages à la réputation par trop sulfureuse. Ainsi, à Vernon, on essaie de fournir aux lecteurs deux ouvrages aux conceptions opposées sur un même événement.

  • 20 Voir Roger Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs p (...)

13Les déboires connus par la BAI-III accusée en 1863 par le maire d’arrondissement de favoriser des discussions politiques, puis le débat public et très médiatisé autour du contenu des bibliothèques de Saint-Étienne (1867) et d’Oullins (1868)20 conduisent ces associations à encore plus de prudence dans la rédaction de leurs statuts et dans leur fonctionnement pendant une vingtaine d’années. Le bilan des premières années de fréquentation des bibliothèques amène de surcroît les organisateurs à s’interroger sur les résultats obtenus.

Instruction ou délassement ? Quand les organisateurs des bibliothèques sont en proie à un doute stimulant

  • 21 Les bibliothèques municipales parisiennes rencontrent le même souci à la fin des années 1880. Voir (...)
  • 22 Voir Alan R.-H. Baker, « Les bibliothèques populaires et la promotion de la connaissance géographiq (...)
  • 23 Voir Jean-Charles Geslot, « Des savoirs historiques pour le peuple ? Diffusion et lecture des livre (...)
  • 24 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, novembre 186 (...)
  • 25 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, décembre 186 (...)

14Il est évident que les lecteurs des bibliothèques attendent aussi de temps à autre un délassement moral avec des ouvrages qui n’exigent pas d’assimiler de nouvelles notions21. Les bibliothécaires bénévoles sont vite confrontés à des demandes et des pratiques qui ne correspondent pas nécessairement aux buts affichés par leur association. Les premières bibliothèques populaires dressent des statistiques de fréquentation des lecteurs et de consultation des livres et les commentent lors de leurs assemblées générales. La Société Franklin relaie ces chiffres dans son Bulletin. L’optimisme de départ, lié à la curiosité voire à un véritable enthousiasme devant ces structures de prêt des livres, est rapidement tempéré par l’analyse des séries consultées. Si certains organisateurs se réjouissent des bons résultats des séries portant sur les voyages, la géographie22 et l’histoire23, d’autres s’inquiètent du succès croissant des romans. L’évolution est très nette à Vernon. Le premier bilan, établi en novembre 1863, fait état de 199 inscrits (la ville compte alors 7 400 habitants, les sociétaires représentent donc 3 % de la population). Environ 150 livres sortent par mois. Sur les 1 720 livres empruntés dans l’année, 497 relèvent de l’histoire-géographie, 806 de la littérature, 168 de la série sciences. Dès 1864, les romans constituent les 2/3 des emprunts. Le conseil de la bibliothèque est divisé quant à l’attitude à adopter. En novembre 1868, une passe d’armes se produit entre deux membres : le premier, en plein contexte des affaires touchant les catalogues des bibliothèques de Saint-Étienne et Oullins, demande que moins de romans entrent dans les collections de Vernon. Mais ses collègues pensent quant à eux que « le roman est tellement répandu que prétendre en supprimer la lecture serait une étrange illusion ; il faut bien satisfaire ce goût d’une certaine classe de lecteurs, faire arriver aux livres sérieux par les livres amusants24 ». Le sujet revient l’année suivante lorsque le conseil déplore qu’une partie de la population ouvrière, malgré la gratuité, ne cherche pas à lire et amène une nouvelle subtilité rhétorique : « il y a mieux à espérer, sans doute, mais ce n’est pas de notre part ; ce mieux doit venir de ceux à qui vous offrez des ressources abondantes d’instruction, de délassement moral et intelligent, et qui ne savent ou ne veulent pas encore en profiter25 ».

  • 26 Voir Agnès Sandras, « Défense et promotion de la littérature : le rôle clé des bibliothèques popula (...)

15Les membres fondateurs des bibliothèques populaires s’assignent donc officieusement la mission d’ouvrir les lecteurs, sans les brusquer, aux œuvres littéraires et de les éloigner progressivement des romans populaires26. En 1897, Octave Mirbeau place encore cette réplique dans la bouche d’un meneur de grève face au patron d’une usine :

  • 27 Octave Mirbeau, Les Mauvais Bergers, pièce en cinq actes représentée au théâtre de La Renaissance e (...)

Cinquièmement […] Ceci est la conséquence morale, naturelle et nécessaire de la journée de huit heures […] Fondation d’une bibliothèque ouvrière, avec tous les livres de philosophie, d’histoire, de science, de littérature, de poésie et d’art, dont je vous remettrai la liste […] Car, si pauvre qu’il soit, un homme ne vit pas que de pain… [Un temps.] Il a droit, comme les riches, à de la beauté !… [Silence glacial.]27.

  • 28 Henry Bauër, « Chronique », L’Écho de Paris, 7 mai 1898.

16Dans L’Écho de Paris, Henry Bauër note avec amertume que ce passage est « souligné par les rires ironiques des bourgeois » auxquels il oppose « les intellectuels d’élite qui vont au peuple, supprimant la distance et les barrières, s’attachant à le connaître, apprenant à l’aimer, ouvrant les trésors de l’intelligence, offrant à tous ceux de bonne volonté le réconfort de l’esprit28 ».

  • 29 Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay », dans Des bibliothèques (...)
  • 30 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, novembre 186 (...)
  • 31 « L’opinion de nos lecteurs – Les bibliothèques populaires », Manuel général de l’instruction prima (...)

17En effet, les animateurs des bibliothèques populaires expérimentent sans relâche des solutions pour amener les lecteurs à découvrir de beaux textes et des ouvrages instructifs. Les Bibliothèques des amis de l’instruction mettent en place de nombreuses conférences et des sorties thématiques pour faire découvrir aux auditeurs de nouveaux centres d’intérêt et les amener à lire des ouvrages sur les thématiques abordées. Les habitants d’Épernay inscrits à la bibliothèque populaire peuvent voir en 1879 la salle du théâtre s’éclairer grâce à une locomobile (la bibliothèque est hébergée par les ateliers des chemins de fer de l’Est) actionnant à l’extérieur une machine électrique, découvrent comment une « plume électrique » peut « stéréotyper l’écriture » et entendent au téléphone un air chanté la veille à Paris et enregistré sur un rouleau29. À Vernon, des conférences plus modestes amènent une fréquentation accrue des ouvriers qui ont le « désir de s’instruire, de consulter les auteurs techniques, ou de trouver des explications sur les matières traitées30 ». Très vite également, les responsables de certaines bibliothèques imposent aux emprunteurs d’emporter un livre instructif en plus d’un livre récréatif. La pratique perdure. En 1897, par exemple, un instituteur écrit au Manuel général de l’instruction primaire pour indiquer que, dans les bibliothèques populaires qu’il a fondées au gré de ses postes, « les ouvrages d’économie politique, de science, d’hygiène, etc. sont immaculés et les romans en lambeaux ». La faute en incombe explique-t-il aux concessions ministérielles de livres savants, mal choisies. Il propose donc aux lecteurs deux livres qu’il a sélectionnés, l’un pour le délassement, l’autre pour l’instruction. Avec beaucoup de sincérité, le maître termine sur un bilan en demi-teinte : « Il est vrai que le second n’est souvent que feuilleté, mais quelquefois aussi lu31. »

18Si le conseil de la bibliothèque et, notamment, le bibliothécaire guident les lecteurs par un choix de livres éclairé, il n’en reste pas moins que les bibliothèques populaires affichent la volonté sinon de satisfaire du moins d’examiner les demandes d’acquisition et de proposer des romans. Le choix ultime repose donc sur le lecteur que l’on tente de responsabiliser : se délasser et/ou s’instruire en lisant. L’injonction est complexe à suivre !

  • 32 Madame Raindre, « Le lecteur et son livre », Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts (...)

On peut très-bien, sans faillir au devoir, ne demander à la lecture qu’un simple délassement. Elle constitue alors une halte rafraîchissante qui permet d’oublier un instant les fatigues de la route ; et, grâce à son heureuse diversion, l’esprit peut jouir d’un repos devenu indispensable pour contrebalancer l’excessive tension que l’étude a nécessitée. Mais il est une règle absolue, hors de laquelle toute lecture devient une faute : il faut qu’elle soit profitable. Si elle a pour but le progrès moral, il faut que le cœur en soit amélioré. Si elle a l’instruction pour motif, il faut que l’esprit en recueille des fruits appréciables. Si elle a pour intention le délassement et le repos, si elle est appelée à calmer les agitations d’un esprit que les luttes de la vie ou celles de l’étude ont épuisé, la lecture doit être véritablement un baume, un souffle de paix capable d’apaiser les passions surexcitées32.

  • 33 Voir Jean-Charles Geslot, « Édouard Charton et les débuts de la bibliothèque populaire de Versaille (...)

19L’autre voie explorée est l’écriture d’ouvrages à la fois distrayants et instructifs. Il n’est pas innocent que Jean Macé publie au moment de l’éclosion des bibliothèques populaires L’Histoire d’une bouchée de pain (1861). L’ouvrage constitue une nouveauté éditoriale : il s’adresse à une petite fille et raconte sous forme de lettres illustrées le fonctionnement des organes digestifs. Jean Macé espère ainsi être lu également par les parents et, notamment, les mères de famille. Maintes fois réédité, le livre est amplement répandu dans les bibliothèques populaires et ouvre la voie à des publications mi-instructives mi-romanesques à grand succès comme celles de Jules Verne. Plusieurs bibliothèques populaires décident également d’acquérir des périodiques, à lire sur place, comme Le Magasin pittoresque d’Édouard Charton, par ailleurs fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles33. D’autres s’attellent à proposer des pièces de théâtre que les sociétaires peuvent jouer, ou des airs de musique, la proximité étant grande entre orphéons et bibliothèques populaires.

20Cette autonomie, même très relative, inquiète grandement les cléricaux et différentes affaires éclatent autour du contenu de bibliothèques populaires, en 1867 et 1868. Elles conduisent à la fermeture de la bibliothèque incriminée à Saint-Étienne, qui contenait notamment les ouvrages de George Sand, considérés par les conservateurs comme amoraux et socialistes (fig. 3) :

  • 34 « Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étie (...)

Le roman des Bibliothèques populaires de Saint-Étienne est philosophique ; il développe une thèse. Immoral, sceptique, sophistique, panthéiste, humanitaire, anti-religieux et anti-social, il semble n’avoir d’autre but que d’amener la confusion du bien et du mal. Il n’existe pas une manière plus commode de soumettre au public sa pensée, qu’en choisissant cette forme. Les gros livres et les traités spéciaux ennuient ; tout le monde lit le roman. Rousseau et trois des plus dangereux romanciers de notre époque, Mme Georges Sand, Eugène Sue et Balzac, qui ont quelques-uns de leurs ouvrages dans les Bibliothèques populaires, justifient amplement mon assertion34.

Figure 3. Appel à l'opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, Saint-Étienne, Les principaux libraires, 1867.

Figure 3. Appel à l'opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, Saint-Étienne, Les principaux libraires, 1867.

Bibliothèque nationale de France, collection numérique, Fonds régional Rhône-Alpes

[Gallica : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k5485816b].

21À la suite des affaires de Saint-Étienne et d’Oullins, les bibliothèques populaires, associations dépendant du bon vouloir des autorités, se doivent d’être prudentes aussi bien dans leur affichage d’ouvrages instructifs que de littérature délassante. Mais elles bénéficient désormais du soutien affiché des élites intellectuelles. Sainte-Beuve orchestre un véritable coup d’éclat au Sénat en s’insurgeant contre les contempteurs du catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Étienne (fig. 4) :

  • 35 À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Séna (...)

Encore un coup, messieurs, n’entrez point dans cette voie : ne sonnez point le tocsin pour si peu. On veut de nos jours que tout le monde sache lire. M. le ministre de l’Instruction publique y pousse de toutes ses forces, et je l’en loue. Mais est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple, ses lectures, lui mesurer ses bouchées, lui dire : Tu liras ceci et tu ne liras pas cela ? Mais une telle défense, de votre part, mettrait un attrait de plus et comme une prime à tous les livres que vous interdiriez35.

Figure 4. À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867, Paris, Michel-Lévy frères, 1867.

Figure 4. À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867, Paris, Michel-Lévy frères, 1867.

Bibliothèque nationale de France, département Collections numérisées, 2008-161787

[Gallica : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k5731443z/​f3.image].

22Le député républicain Eugène Pelletan ironise alors à son tour devant l’Assemblée, évoquant une autre bibliothèque populaire qui connaît des tracasseries administratives à Nérac (Lot-et-Garonne) :

  • 36 Le Siècle, 20 juillet 1867 [disponible sur Gallica]. Le 17 juillet 1867, Eugène Pelletan a demandé (...)

M. le préfet de Nérac signifiait à une société qui voulait fonder une bibliothèque que le président devait être agréé par la préfecture, que les romans pouvant causer une impression fâcheuse, que les livres de polémique sociale et religieuse de nature à propager certaines théories, devaient être écartés […] C’est-à-dire qu’il n’entrerait dans les bibliothèques populaires ni livres de religion, ni romans, ni livres d’économie politique, qui, suivant les économistes du ministère, de l’Intérieur ou de l’Instruction publique, pourraient contenir des erreurs. Mais à quoi réduirez-vous donc l’instruction du peuple, si toutes les questions qui touchent à ses intérêts sont exclues36 ?

  • 37 Agnès Sandras, « Que se cache-t-il derrière les statuts des bibliothèques populaires ? », Colloque (...)

23Sous leurs dehors consensuels, les notions de délassement et d’instruction (mots alors communément utilisés, y compris par les Églises) ont donc permis aux bibliothèques populaires, avec la garantie politique des statuts37 acceptés par les autorités, de faire bouger lentement mais sûrement les limites assignées aux lectures dites populaires. Emprunteuses et emprunteurs, tout en appréciant l’effort mené pour mettre à leur portée une instruction partagée, ont su par leurs demandes et leurs choix de lecture amener les animateurs des bibliothèques populaires à faire une place plus grande à la lecture de divertissement.

Conclusion

24Le public présent lors de l’atelier s’est volontiers emparé des matériaux historiques proposés pour les commenter et a souligné que les problématiques rencontrées cent cinquante ans plus tôt par ces bibliothèques pionnières font largement écho aux questions que se posent aujourd’hui nombre d’associations d’éducation populaire. Loin de se cantonner à un « nihil novi sub sole » (« rien de nouveau sous le soleil »), les auditeurs ont principalement débattu autour du rôle des associations d’éducation populaire, lesquelles serviraient cycliquement de déclencheurs pour des débats et des initiatives repris ensuite par les pouvoirs publics. Ils ont également établi un parallèle entre les réflexions des associations d’éducation populaire, hier comme aujourd’hui, pour rendre l’éducation populaire attrayante sans sombrer dans la démagogie. Certaines questions s’avèrent particulièrement stimulantes pour la recherche, posées à l’aune d’expériences et de ressentis que n’a pas nécessairement l’historien(ne).

Figure 5. Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon,  impr. de H. Storck, 1865, p. 4.

Figure 5. Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon,  impr. de H. Storck, 1865, p. 4.

Bibliothèque nationale de France, collection numérique, Fonds régional Rhône-Alpes

[Gallica : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k6248019c/​f5.item.texteImage].

Notes

1 Agnès Sandras, « 1838 : une bibliothèque “icarienne” fondée à Lyon ? (1), » dans Bibliothèques populaires, 05/09/2016, https://bai.hypotheses.org/1152.

2 Voir Discours sur la lecture : 1880-1980, sous la direction d’Anne-Marie Chartier et Jean HÉbrard, Paris, Bibliothèque publique d’information, centre Georges-Pompidou, 1989.

3 Gustave Rouland, « Circulaire relative à l’établissement de bibliothèques scolaires près des écoles communales », 31 mai 1860. La circulaire est complétée par une autre, datée du 1er juin 1862.

4 Sur le réseau initial entourant la BAI-III, voir les recherches en cours de Geneviève Deblock, Louise Oudin et Agnès Sandras, « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction sous le Second Empire », dans Bibliothèques populaires, 23/01/2021, https://bai.hypotheses.org/4623.

5 Sur Jean-Baptiste Girard, voir Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900), fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction (1861) », dans Lectures et lecteurs au xixe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction, Actes du colloque tenu en novembre 1984 sous la présidence de Madeleine Ribérious, réunis et présentés par M.-J. Beaud, J. Grigorieff et G.-G. Kerourédan, Paris, Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1985, http://bai.asso.fr/wordpress/colloques/les-actes-du-colloque-1984/ ; Agnès Sandras, « Patronymes répandus… chercheurs perdus ? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, fondateur de la Bibliothèque des amis de l’instruction ? », dans Bibliothèques populaires, 11/02/2013, https://bai.hypotheses.org/148 et billets suivants. Sur Hortes et Vernon, Agnès Sandras, « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement : Hortes et Vernon », dans Des bibliothèques populaires à la lecture publique, éd. par A. Sandras, Actes du colloque de la Bibliothèque des amis de l’instruction les 6 et 7 juin 2014, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014 ; « La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (II. Hortes-Haute-Amance) », dans Bibliothèques populaires, 22/10/2017, https://bai.hypotheses.org/1582 ; et « La Bibliothèque (populaire) communale de Vernon : une tentative originale de transmission des savoirs dans une petite ville de province sous le Second Empire libéral », 143e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, avril 2018.

6 Voir Noé Richter, Les Bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978 ; Lectures et lecteurs au xixe siècle…, op. cit. ; A. Sandras, Des Bibliothèques populaires…, op. cit. Depuis 2013, le carnet de recherche des bibliothèques populaires publie régulièrement des billets : voir https://bai.hypotheses.org/.

7 Voir Arlette Boulogne, Des livres pour éduquer les citoyens, Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), Paris, L’Harmattan, 2016. Cet ouvrage est une version remaniée d’une thèse de doctorat en histoire, soutenue à l’université Paris VII-Denis Diderot en 1984 sous la direction de Michelle Perrot.

8 Voir Claire Aude, Marie-Danielle Schaeffer et Bénédicte Térouanne, Les bibliothèques populaires en France à travers le bulletin de la Société Franklin (1868-1879), École nationale supérieure de bibliothécaires, 1977 ; Étienne Naddeo, « La Société Franklin, une rencontre “des deux mondes” ?, » dans Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019.

9 Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire », Romantisme, no 177, 2017.

10 Voir Agnès Sandras, « Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée) », dans Bibliothèques populaires, 14/07/2013, https://bai.hypotheses.org/526 et billets suivants.

11 A. Le François, « Bibliothèques communales du Haut-Rhin », Le Temps, 9 novembre 1864 [disponible sur Gallica].

12 Voir Les écoles du peuple à l’ère des révolutions du xixe siècle (1815-1880), dossier de la Revue d’Histoire du xixe siècle, no 55, 2017/2, sous la direction de Carole Christen et Caroline Fayolle.

13 Alexandre d’Englehem, Les Enfants du travail, Paris, Pagnerre, 1864, p. 11 [disponible sur Gallica]. Il s’agit d’Agricol Perdiguier.

14 Alexis Gouverne, Lettre à S. M. Napoléon III,... sur la création d’une bibliothèque dans chaque commune de l’Empire : projet soumis à S. M. Eugénie, impératrice des Français, impr. de A. Vingtrinier, Lyon, 1861 [disponible sur Gallica].

15 Circulaire au sujet de la fondation de la Bibliothèque [signé : Auguste Doumerc], Paris, impr. de H. Plon, 1863 [disponible sur Gallica].

16 Voir Agnès Sandras, « La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin », dans Bibliothèques populaires, 14/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3583.

17 Voir Jean-Charles Geslot et Agnès Sandras, « Rendre intelligible l’organisation des savoirs ? Les catalogues de bibliothèques populaires françaises dans la deuxième moitié du xixe siècle, Colloque Logiques de l’inventaire : classer des archives, des livres, des objets (Moyen Âge-xixe siècle), Global Studies Institute (Université de Genève) ; IHMC, octobre 2019.

18 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, septembre 1863. Médiathèque de Vernon [MV].

19 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, novembre 1864. MV.

20 Voir Roger Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1969 ; Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », dans Bibliothèques en utopie – Les socialistes et la lecture au xixe siècle, éd. par N. Brémand, Paris, Presses de l’Enssib, 2020.

21 Les bibliothèques municipales parisiennes rencontrent le même souci à la fin des années 1880. Voir par exemple le « RAPPORT présenté par M. CH. LONGUET, au nom de la 4E Sous-Commission du Budget et du Contrôle, sur le chapitre IV, art. 24 et 25 des dépenses-du projet de budget de 1892 (Bibliothèques municipales. Bibliothèque Forney) », Conseil municipal de Paris, Paris, 1891 [disponible sur Gallica].

22 Voir Alan R.-H. Baker, « Les bibliothèques populaires et la promotion de la connaissance géographique, 1860-1890 », dans Bibliothèques populaires, 19/10/2017, https://bai.hypotheses.org/1615.

23 Voir Jean-Charles Geslot, « Des savoirs historiques pour le peuple ? Diffusion et lecture des livres d’histoire dans les bibliothèques populaires (1860-1914) », 143e congrès du CTHS : La transmission des savoirs, avril 2018.

24 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, novembre 1868. MV.

25 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, décembre 1869. MV.

26 Voir Agnès Sandras, « Défense et promotion de la littérature : le rôle clé des bibliothèques populaires », dans Splendeurs et misères de la littérature. Ou la démocratisation des lettres, de Balzac à Houellebecq, éd. par O. Bessard-Banquy, Paris, Armand Colin, « Hors collection », 2022, p. 99-131.

27 Octave Mirbeau, Les Mauvais Bergers, pièce en cinq actes représentée au théâtre de La Renaissance en décembre 1897, Paris, Eugène Fasquelle, 1898.

28 Henry Bauër, « Chronique », L’Écho de Paris, 7 mai 1898.

29 Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay », dans Des bibliothèques populaires à la lecture publique, op. cit. [disponible sur : https://books.openedition.org/pressesenssib/12398].

30 Registre des délibérations de la bibliothèque communale de Vernon. Assemblée générale, novembre 1868. MV.

31 « L’opinion de nos lecteurs – Les bibliothèques populaires », Manuel général de l’instruction primaire, 10 avril 1897 [disponible sur Retronews].

32 Madame Raindre, « Le lecteur et son livre », Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de Poligny, janvier 1865 [disponible sur Gallica]. La publication de cet article par le Bulletin de Poligny (Jura) n’est pas un hasard. Le Jura a très tôt multiplié des bibliothèques populaires ouvertement républicaines. Voir Denis Saillard, « La Bibliothèque de Marianne. Les bibliothèques populaires du Jura (1860-1914) », dans Des Bibliothèque populaires à la lecture publique, op. cit. [disponible sur : https://books.openedition.org/pressesenssib/12433].

33 Voir Jean-Charles Geslot, « Édouard Charton et les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles (1864) », dans Bibliothèques populaires, 02/11/2016, https://bai.hypotheses.org/1195.

34 « Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne », Saint-Étienne, 1867 [disponible sur Gallica].

35 À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867, Paris, Michel Lévy frères, 1867 [disponible sur Gallica].

36 Le Siècle, 20 juillet 1867 [disponible sur Gallica]. Le 17 juillet 1867, Eugène Pelletan a demandé à l’Assemblée un amendement pour augmenter la subvention dévolue aux bibliothèques scolaires et populaires. Voir Agnès Sandras, « Quand Le Charivari défendait la liberté de lire pour les masses (1867-1868) », dans Bibliothèques populaires, 01/09/2020, https://bai.hypotheses.org/4562.

37 Agnès Sandras, « Que se cache-t-il derrière les statuts des bibliothèques populaires ? », Colloque international Ouvrir les bibliothèques au public, Orléans, 2014.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Gravure de V. Stablo (d’après un dessin de Claverie)
Légende Les nouvelles Bibliothèques populaires – La bibliothèque de La Chapelle, publiée le 2 juillet 1876 dans Le Journal illustré (no 27, p. 216)
Crédits [collection de l’auteur, © cliché Agnès Sandras].
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 2. Auguste Doumerc, Circulaire au sujet de la fondation de la Bibliothèque populaire du Marais, Paris, H. Plon, 1863, p. 1.
Légende Bibliothèque nationale de France, département Littérature et arts, Q-6585
Crédits [Gallica : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k97650971.texteImage].
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1010k
Titre Figure 3. Appel à l'opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, Saint-Étienne, Les principaux libraires, 1867.
Légende Bibliothèque nationale de France, collection numérique, Fonds régional Rhône-Alpes
Crédits [Gallica : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k5485816b].
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 4. À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867, Paris, Michel-Lévy frères, 1867.
Légende Bibliothèque nationale de France, département Collections numérisées, 2008-161787
Crédits [Gallica : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k5731443z/​f3.image].
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4631/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 5. Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon,  impr. de H. Storck, 1865, p. 4.
Légende Bibliothèque nationale de France, collection numérique, Fonds régional Rhône-Alpes
Crédits [Gallica : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k6248019c/​f5.item.texteImage].
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/4631/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 729k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search