Version classiqueVersion mobile

Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)

 | 
Jean-Charles Buttier
, 
Clothilde Roullier
, 
Agnès Sandras

Avant-propos

Jean-Charles Buttier, Clothilde Roullier et Agnès Sandras

Texte intégral

1Le présent ouvrage couronne cinq années d’expériences et de rencontres autour de l’éducation populaire qui ont vu se côtoyer depuis 2016 chercheurs, associatifs, curieux. Une aventure multiforme dont les différents interlocuteurs assignent à l’éducation populaire, à son histoire, à sa vocation aujourd’hui, des places très variées, voire dissonantes, ce qui fait toute sa richesse. Ce projet s’inscrit dans l’histoire mais aussi dans l’actualité de l’éducation populaire au sens le plus large. Ateliers, témoignages, expériences ont nourri la réflexion autour de l’éducation populaire et souligné la vitalité de ceux qui l’animent, leur volonté d’émanciper le « peuple » grâce au partage des connaissances et des loisirs culturels.

  • 1  Le Pajep, qui dépend du Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire [Fonjep], (...)

2En 2016, Sylvie Dreyfus-Alphandéry, chargée de la diversification des publics à la Bibliothèque nationale de France [BnF], proposait une rencontre à des responsables d’associations avec Agnès Sandras, conservatrice à la BnF et historienne des bibliothèques populaires. Le dialogue se nouait autour d’une thématique a priori assez aride : les premiers statuts des associations constituées en bibliothèques populaires dans la décennie 1860. Le succès inespéré de cet atelier conduisit Sylvie Dreyfus-Alphandéry à proposer à Agnès Sandras de poursuivre l’aventure avec Jean-Charles Buttier (ancien chercheur associé à la BnF) et de construire avec des associatifs un cycle d’ateliers. Elle souhaitait notamment faire dialoguer de grands témoins de l’éducation populaire autour de leur engagement pour celle-ci. Les questionnements des animateurs d’associations et du public, invités à débattre lors d’ateliers, devaient nourrir la manifestation à venir. Bientôt, Jonathan Barbier, alors chercheur associé au département « Philosophie, histoire, sciences de l’homme » (BnF), rejoignait ce groupe, lequel s’enrichissait ensuite d’un partenariat avec Clothilde Roullier (Archives nationales) et avec le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire – Pajep1. Durant le premier semestre 2018, six ateliers organisés par la BnF, en partenariat avec l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire [Adajep], ont proposé les témoignages de grands acteurs de l’éducation populaire, puis invité ces mêmes acteurs et leurs successeurs ainsi que le public à découvrir de quelle façon les générations du xixe siècle et du premier xxe siècle avaient œuvré et quels avaient été leurs « matériaux ».

3La mémoire de l’éducation populaire et des associations nées dans la période de bouillonnement politique et intellectuel de l’après-guerre s’est peu diffusée hors du monde des militants, alors que furent inventées des formes d’accès au savoir qui permettaient à ceux qui n’avaient pas bénéficié d’un mode savant d’accès à la culture de comprendre le monde et d’imaginer des modes de relations interrogeant de façon active la relation au savoir. Deux types d’ateliers ouverts ont été organisés pour aborder ces sujets : ceux offrant la parole aux grands témoins et ceux mobilisant des documents, matériaux historiques.

4Les ateliers du premier type invitaient au dialogue avec les participants trois associations d’éducation populaire. Celles-ci ont témoigné de leurs modes d’action et présenté les outils, toujours d’actualité, qu’elles ont inventés. On a ainsi pu entendre :

  • Serge Gerbaud, grand témoin, militant de l’association Mémoires vives, qui recueille la mémoire des militants et les archives des centres sociaux ;

  • Damien Lenouvel, militant et transmetteur des pratiques de coéducation inventées par l’association Peuple et culture ;

  • Christian Gautellier, directeur national chargé des publications des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active [Ceméa], responsable du pôle « Média, éducation et citoyenneté ».

5Un autre type d’atelier, intitulé « matériaux historiques », a également eu pour objectif de permettre un dialogue avec les participants. Les conférenciers ont présenté et commenté des documents témoignant des réflexions et des démarches des acteurs de l’éducation populaire entre 1850 et 1950, pour tenter de répondre aux questions suivantes avec l’aide du public : quelles ont été les voies de l’émancipation du peuple par le savoir ? Les projets et les expériences menés peuvent-ils éclairer les réflexions actuelles ? Trois ateliers « matériaux historiques » ont été organisés :

  • « Une expérimentation d’éducation populaire au xixe siècle : les cours du soir destinés aux adultes » (Carole Christen, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille) ;

  • « Le choix des ouvrages dans les premières bibliothèques populaires : instruction et/ou délassement ? (1861-1870) » (Agnès Sandras) ;

  • « La pédagogie sans le scolaire ? Les revues d’éducation populaire laïque des années 1930-1950 » (Laurent Besse, maître de conférences en histoire contemporaine, et Frédéric Chateigner, maître de conférences en science politique-Institut universitaire de technologie [IUT] de Tours, « Carrières sociales »).

  • 2 On trouvera le programme complet de ce colloque ici :
    https://histoirebnf.hypotheses.org/4955
  • 3 Voir Agnès Sandras (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne, Presse (...)
  • 4 Voir Carole Christen et Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire – 1815-1945 – Persp (...)
  • 5 Ibid.

6Puis, en novembre 2018, s’est tenu à la BnF le colloque Émanciper le peuple par le savoir2 ? Les thématiques ont repris, discuté et complété celles des six ateliers. Cette journée s’est également placée dans la lignée de deux précédents colloques dont l’objectif affirmé était de proposer un renouvellement historiographique : celui sur Les bibliothèques populaires d’hier à aujourd’hui, organisé par la Bibliothèque des amis de l’instruction et accueilli par la bibliothèque de l’Arsenal (BnF) en 20143 et celui sur l’Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, qui s’est tenu à l’université de Lille, en 20154. Les organisateurs de ce dernier pointaient un certain nombre d’absences et d’interrogations au moment de l’édition des actes, relevant notamment de l’articulation entre l’éducation et le politique, en questionnant la place du monde ouvrier dans une histoire longue de l’éducation populaire. L’objectif était donc de répondre à une double interrogation : quelles sont les voies de l’émancipation du peuple par le savoir depuis le xixe siècle et notamment dans les premières décennies du xxe siècle, Front populaire inclus (un autre manque souligné par Carole Christen dans le livre formant les actes du colloque de Lille5). L’autre question centrale de ce colloque reprenait la thématique globale du projet sur l’éducation populaire : les projets et les expériences menés peuvent-ils éclairer les expériences actuelles ? Une première session traitait ainsi des « matériaux » de l’éducation populaire, une seconde session traitait de la place du « peuple » dans l’éducation populaire (que ce soit par des communications sur le mouvement ouvrier ou bien par une présentation plus spécifiquement sur la période de l’entre-deux-guerres). Ce colloque n’a pas négligé une ouverture européenne en évoquant la Suisse ou l’Espagne, cela afin de mettre notamment en lumière les circulations.

  • 6 Depuis 2013, les Archives nationales sont membres du Pajep. Elles conservent à ce titre plusieurs f (...)
  • 7 La présentation du projet et ses résultats, y compris les captations vidéo des ateliers et du collo (...)

7Les Archives nationales, avec l’aide du Pajep6, ont alors pris le relais, construisant une seconde année de manifestations sur un modèle proche, en y adjoignant de nouveaux partenaires : l’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, l’université Paris Nanterre et l’IUT de Tours, et bénéficiant du soutien de la communauté d’universités et d’établissements [ComUE] Université Paris Lumières, pour un projet intitulé « Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (xixe-xixe siècles)7 ».

8Mêlant témoignages et matériaux historiques au sein d’une même séance, les six ateliers ouverts ont vu se succéder, autour de six thématiques différentes, un témoignage du temps présent, une analyse du sujet par un chercheur en sciences sociales ou humaines (histoire, sciences de l’éducation, ethnologie), un témoignage du passé et la présentation d’archives, à la fois audiovisuelles et papier, conservées par les Archives nationales et les archives départementales du Val-de-Marne (institution fondatrice du Pajep), mais également par d’autres services du réseau, comme les archives départementales de Seine-Saint-Denis et les Archives départementales de l’Hérault. Ainsi, au cours de l’année 2019, a-t-il été question des colonies de vacances, du métier de conseiller de jeunesse et d’éducation populaire, de l’engagement civique de la jeunesse, des médiations culturelles et sociales, de l’animation scientifique, ou encore de l’animation des quartiers et des villages, en tentant de mettre en perspective les pratiques du passé et celles du présent. Ces manifestations ont bénéficié d’un portail spécifiquement dédié à ce projet sur l’éducation populaire destiné à une diffusion libre et gratuite des ressources et échanges menés (via des captations vidéo notamment).

9En parallèle, une exposition sur panneaux, reprenant pour fil conducteur les thèmes des ateliers, a été réalisée et accrochée sur les grilles du site de Pierrefitte-sur-Seine des Archives nationales. Une version numérique, toujours disponible, a également été mise en œuvre8.

10Enfin, tout comme à la BnF, s’est tenu, en novembre 2019, un colloque intitulé L’émancipation populaire par l’art, d’hier à aujourd’hui9. Il s’est focalisé sur les relations entre éducation populaire et domaine artistique, en faisant la part belle au théâtre, aux beaux-arts, à la photographie et au cinéma, sans oublier l’éducation à l’image à l’heure du numérique. La performance artistique a également été mise à l’honneur avec une conférence gesticulée du collectif Daja10. Le théâtre est ainsi particulièrement interrogé, dans la continuité du constat fait à l’occasion de la parution des actes du colloque de Lille11 qu’il manquait des travaux sur le théâtre d’éducation populaire et sur la pédagogie à l’œuvre.

11Les cinq années d’échanges autour de l’éducation populaire ainsi restituées dans cet ouvrage constituent une synthèse, certes provisoire. Les chapitres s’organisent selon les thématiques suivantes : la transmission des savoirs d’hier à aujourd’hui qui interroge tout particulièrement l’histoire de l’éducation populaire, les métiers de l’éducation populaire et les acteurs contemporains qui la portent, l’émancipation par les arts et tout particulièrement par le théâtre et enfin l’émancipation par les activités sportives et de plein air.

12Nous voudrions ici proposer une liste, non exhaustive évidemment, des thématiques émergentes, qu’il serait intéressant de continuer à travailler dans le prolongement des chapitres de cette publication. Elles sont en effet apparues au cours des nombreux échanges entre chercheurs, témoins, professionnels et bénévoles de l’éducation populaire et sous-entendent profondément l’ensemble des textes qui suivent, faisant de leur disparité formelle un atout supplémentaire.

13L’éducation populaire repose sur une pédagogie politique, cette expression étant entendue comme l’articulation entre un projet politique et un mode d’énonciation des savoirs. D’hier à aujourd’hui, les acteurs de l’éducation populaire mobilisent des techniques de transmission qui façonnent en retour les savoirs transmis en fonction du projet politique sous-tendu. Alors que certaines associations d’éducation populaire ont développé des techniques pédagogiques particulières, il serait fructueux de les replacer dans une histoire longue de la vulgarisation politique.

14Le lien entre le mouvement ouvrier et l’éducation populaire et plus généralement l’histoire politique des associations d’éducation populaire et des acteurs de cette nébuleuse pourrait être encore explicité. Si la question de la concurrence entre une forme d’ouvriérisme et certaines voies de l’éducation populaire est connue, il nous semble stimulant de penser l’articulation entre les formes de mobilisation et l’outillage conceptuel de celle-ci. Cela invite d’ailleurs à poursuivre une approche prosopographique qui redonne aux protagonistes de cette histoire toute leur place. L’approche biographique permet ainsi de reconstituer des réseaux de sociabilités qui éclairent des trajectoires individuelles mais aussi collectives au sein des militants de l’éducation populaire12.

15Cela appelle également à poursuivre une réflexion plus générale sur les formes d’engagement, notamment de la jeunesse. Alors que l’histoire de l’éducation populaire se fait généralement sous l’angle des organisations qui la structurent, comment penser l’articulation entre celles-ci et des formes de mobilisations plus réticulaires et moins organisées ? De quelle façon une culture des luttes s’élabore-t-elle au fil des mobilisations ? Les structures chargées de l’éducation populaire permettent-elles l’élaboration d’un corpus théorique qui outille les mobilisations ou bien, au contraire, ces moments d’engagement conduisent-ils à générer des savoirs à transmettre ?

16Le temps des mobilisations populaires est souvent l’occasion d’une intense activité créatrice, ce qui engage à poursuivre l’étude des formes artistiques de l’éducation populaire. Le théâtre est particulièrement présent dans cet ouvrage, y compris dans sa forme la plus interventionniste, mais tous les arts peuvent être étudiés sous l’angle des liens avec la nébuleuse de l’éducation populaire. La dimension émancipatrice des formes d’interventions artistiques dans le débat public est particulièrement stimulante à travailler.

Notes

1  Le Pajep, qui dépend du Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire [Fonjep], a pour mission de sauvegarder, classer et valoriser les archives privées du secteur de la jeunesse et de l’éducation populaire, qu'elles proviennent d’associations nationales mais aussi franciliennes, ou de personnalités ayant joué un rôle dans ce domaine au niveau national et francilien. Au fil du projet, il a été représenté d’abord par Valère Milot, puis par Jonathan Landau.

2 On trouvera le programme complet de ce colloque ici :
https://histoirebnf.hypotheses.org/4955

3 Voir Agnès Sandras (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014. Ouvrage en ligne :
https://books.openedition.org/pressesenssib/12308?lang=fr

4 Voir Carole Christen et Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire – 1815-1945 – Perspectives françaises et internationales

5 Ibid.

6 Depuis 2013, les Archives nationales sont membres du Pajep. Elles conservent à ce titre plusieurs fonds de militants et d’associations nationales d’éducation populaire sur diverses thématiques (centres sociaux, auberges de jeunesse, chantiers de jeunes volontaires, etc.) entrant en résonance avec les fonds des administrations centrales.

7 La présentation du projet et ses résultats, y compris les captations vidéo des ateliers et du colloque, sont consultables en ligne https://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire

8 https://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/exposition-education-populaire. Précisons que les panneaux de l’exposition ont également vocation à circuler dans les institutions souhaitant les présenter.

9 On en trouvera le programme complet ici : https://www.cnahes.org/lemancipation-populaire-par-lart-dhier-a-aujourdhui-archives-nationales-pierrefitte-20-novembre-2019/

10 L’Association DAJA [Des Acteurs culturels Jusqu'aux chercheurs et aux Artistes], fondée en 2007, propose entre autres des conférences gesticulées. Ce collectif rassemble des enseignants, des artistes du spectacle vivant, des travailleurs sociaux et des chercheurs en sciences sociales dans le but de développer des projets communs et de réinvestir le chantier de la démocratisation de la culture. Voir : http://www.daja.fr/index.php?lang=fr

11 Voir Carole Christen et Laurent Besse (dir.)

12 Voir le travail considérable accompli par l’équipe du Maitron (https://maitron.fr/) et par exemple le travail en cours sur le réseau des premiers acteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction sous le Second Empire
(https://bai.hypotheses.org/4623).

© Publications des Archives nationales, 2022

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search