Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le consulat de France à Cadix

 | 
Anne Mézin
, 
Anne Pérotin-Dumon

Présence française en Espagne : les archives du consulat de Cadix sous l’Ancien Régime

Entente et concurrence : les commerçants étrangers de Cadix après le transfert des institutions commerciales de Séville à Cadix en 1717

Ana Crespo Solana

Note de l’éditeur

Ce chapitre est la version en français du chapitre précédent : « Cooperación y competencia : Los comerciantes extranjeros de Cádiz después de 1717 ».

Texte intégral

1On sait qu’une des restrictions imposées par la Couronne espagnole au commerce avec l’Amérique - réserver aux seuls sujets espagnols le droit de commercer et passer aux Indes - a été, dans les faits, inopérante et ce dès le xvie siècle. Cela tenait essentiellement au fait que le financement de l’empire espagnol s’appuyait, comme l’a indiqué Henry Kamen, sur un réseau international qui a rapidement englobé tout le négoce européen.

2À mon sens, cette situation met en jeu deux questions parallèles.

3La première concerne les réseaux familiaux de commerçants étrangers qui, depuis la péninsule, participaient à la Carrera de Indias dans des proportions dépendant de leur nationalité et de la conjoncture politique. Ceux-ci ont développé en affaires des formes d’entente et de partenariat allant parfois à l’encontre de leur identité religieuse et affinités idéologiques, ce qui a par ailleurs favorisé leur intégration dans la société espagnole ou leur a permis d’établir des relations avec d’autres communautés d’étrangers. La question des réseaux marchands à l’époque moderne relève d’une analyse en termes de social networks. Sur ces réseaux, les historiens ont réuni une grande quantité de données mais reste à élaborer un cadre d’intelligence socio-historique qui leur donne sens, comme Eric Young l’a signalé fort justement dans un travail récent.

4Les termes de réseaux sociaux conviennent bien pour décrire l’association qui regroupe des personnes de manière informelle et est fondée sur des relations de confiance ainsi que l’échange continu de services et bonnes manières dans une relation systématique de réciprocité. On parlera aussi du social environment où ces relations se nouent et qui est propice à établir la confiance et la réciprocité. Ajoutons la relative absence de credito real (argent comptant) qui poussait à conduire les affaires davantage en fonction des besoins propres à ces réseaux et aux demandes du marché que des intérêts politiques des états.

5Cette question politique et diplomatique, en revanche, conditionnait le comportement des marchands en ce sens que leurs réseaux et clans se faisaient la concurrence entre eux. Elle est capitale pour la période qui va du traité de Westphalie (1648) au traité de Séville (1729), qui voit la reconfiguration de certaines entités politiques et des flux entre les diverses aires marchandes européennes.

  • 1 Rédacteurs de mémoires proposant des mesures pour enrayer le déclin économique de l’Espagne. Appart (...)
  • 2 Littéralement janissaires, ce qui désigne les fils d’étrangers nés en Espagne et jouant le rôle d’i (...)

6L’accroissement considérable de la présence étrangère à Cadix sur plus de deux siècles est bien connu. Ces étrangers ont parfois été en but à la xénophobie, comme celle venant des arbitristas du xvie siècle1. Ou bien ils ont souffert de la méfiance envers certains groupes sociaux, comme celle que révèle le procès intenté par le Consulado aux jenízaros2. Les étrangers n’en demeuraient pas moins, avec leurs familles, un élément indispensable de l’échiquier social dont les activités étaient un facteur de dynamisme pour l’économie espagnole. Soulignons le fait que le commerce à la commission, très pratiqué dans le grand commerce international, incitait les marchands à s’adapter et à s’insérer dans une société où beaucoup ont vécu plus de vingt ans comme de simples hôtes de passage. La recherche du succès commercial commandait donc terrains et formes d’entente.

7La situation des négociants flamands et hollandais de Cadix relève de la description qu’on vient de brosser à grands traits. Dans la seconde moitié du xviie siècle, ceux-ci ont été victimes, à plusieurs reprises, de représailles économiques (dont avait déjà beaucoup souffert leur colonie de Séville). Beaucoup ont eu à subir la visite de leurs magasins et même la confiscation de leurs marchandises et la saisie de leurs bateaux. On n’avait pas besoin d’être hollandais ou flamand pour souffrir de telles mésaventures ; la navigation de cabotage vous y exposait du fait que les bateaux pouvaient charger dans les différents ports des cargaisons appartenant à diverses compagnies. D’un autre côté, les maisons de commerce d’Amsterdam et les états-Généraux eux-mêmes étaient intéressés dans des entreprises militaires de la monarchie espagnole.

  • 3 Organisme qui contrôle toutes les relations de l’état ou des particuliers avec les colonies américa (...)
  • 4 Bâtiments ayant obtenu de la Casa de la Contratación, à titre individuel, l’autorisation de commerc (...)

8À l’issue de la guerre de Succession d’Espagne a été complété un ensemble de réformes destinées à affirmer la politique portuaire et fiscale de la monarchie espagnole. Ces réformes ont conduit à poser au même moment deux choses. D’une part, sous la houlette de José Patiño y Morales, président de la Casa de la Contratación3 et intendant de marine, un ample débat a eu lieu à la Cour sur la ville qui devait être le siège des tribunaux, Séville ou Cadix. La réforme a aussi suscité indirectement une campagne contre les étrangers sous la forme, entre autres, du procès contre les jenízaros déjà évoqué. Par ailleurs, l’activité diplomatique déployée par Patiño et par le secrétaire d’état des Affaires étrangères, Juan Bautista Oredain, marquis de La Paz, ainsi que quelques autres, a permis d’améliorer les relations de l’Espagne avec les Provinces-Unies, l’Angleterre et la France par le traité de Séville (1729). Par ailleurs, si beaucoup de services de la Casa de la Contratación sont devenus pratiquement obsolètes une fois son transfert officiel à Cadix, une chose a bel et bien fonctionné : les préparatifs des flottes dans les premières décennies du xviiie siècle et, dans les années 1740, la mise sur pied des navíos de registros4 par l’intendance de marine de création récente.

  • 5 L’émotion causée par l’invasion des Provinces-Unies par les troupes de Louis XIV fait que Guillaume (...)

9Quel a été, dans ce nouveau contexte et désormais à Cadix, le rôle des commerçants flamands et hollandais ? Il est indéniable que les Provinces-Unies perdent leur position hégémonique dans le commerce atlantique, où elles ne jouent plus qu’un rôle secondaire dans la seconde moitié du xviie siècle, surtout après le changement de régime survenu en 16725. Mais les marchands hollandais se maintiennent en bonne position comme intermédiaires commerciaux et brasseurs de capitaux ; c’est notamment le cas des maisons de commerce d’Amsterdam sur la place de Cadix. Un autre atout des Hollandais et des Flamands est qu’ils fournissent du matériel de construction pour les flottes espagnoles et, à l’occasion, obtiennent directement ou en qualité d’intermédiaires les contrats de fourniture de l’intendance de marine n’hésitant pas à offrir leurs services à José Patiño lui-même pour la construction de bateaux sur les chantiers navals de Cantabrique.

  • 6 Où un très petit nombre de grandes entreprises ont le monopole de l’offre.
  • 7 Où un grand nombre de vendeurs sont face à un petit nombre d’acheteurs.

10Le transfert officiel à Cadix des tribunaux et des activités proprement navales et marchandes a mis en relief sa fonction de port d’entrepôt et de ré-export en même temps qu’était renforcé son rôle de place financière dans l’orbite d’Amsterdam, en dépit de la concurrence assez vive que lui faisaient d’autres places « émergentes » comme Londres ou Paris. Cadix demeurait le principal centre d’organisation des flottes pour l’Amérique et des navíos de registro ; en même temps, le port affirmait sa fonction de gateway ou porte d’entrée. Selon des recherches récentes, cette double fonction, en apparence contradictoire, pourrait expliquer que marché et flux de métaux précieux soient de structure à la fois oligopole6 et oligopsone7.

  • 8 Côte des actuels Venezuela et Colombie.

11Les marchands flamands et hollandais étaient à la fois financiers de la Couronne espagnole et spécialisés dans le commerce d’entrepôt et ré-export. Les Provinces-Unies pratiquaient la navigation directe jusqu’aux colonies espagnoles des Antilles et aux principaux points d’occupation sur la Terre-Ferme8. En même temps, leurs maisons de commerce, surtout celles de Hollande, avaient des consignataires et commissionnaires sur la place de Cadix qui étaient des membres de la « Vénérable Nation flamande », donc des coreligionnaires parlant la même langue que les Hollandais. Précisions enfin que ces marchands flamands et hollandais de Cadix étaient bien plus nombreux que ce que la documentation officielle veut bien nous en dire.

12Le commerce hollandais et flamand avec l’Amérique pratiqué depuis Cadix était un mélange subtil de pratiques légales et de contrebande. Certaines bénéficiaient d’une tolérance classique - comme le fait de passer des marchandises à la barbe des douaniers ou bien de réussir à ce que des bateaux de la Société de commerce du Levant d’Amsterdam et Middelbourg (Zélande), dont on avait changé les noms, fassent partie de la flotte pour la Nouvelle-Espagne (Mexique) et des navíos de registro. Un autre procédé concernait les chargements pour l’Amérique et consistait à frauder sur le tonnage déclaré pour en solliciter l’autorisation (les licencias de toneladas), en s’assurant la complicité des fonctionnaires espagnols. D’autres marchands tiraient parti de leur rôle de petit banquier local et des liquidités qu’ils détenaient toujours sur eux pour prendre des intérêts dans telle affaire ou payer des fournisseurs, etc.

13C’est donc le dépouillement de ces données, assorti de la traduction cartographique de l’espace marchand flamand et hollandais, qui permet de mesurer la place qu’y ont tenue leurs réseaux d’entente commerciale.

Notes

1 Rédacteurs de mémoires proposant des mesures pour enrayer le déclin économique de l’Espagne. Appartenant souvent à l’université de Salamanque, ils constituaient une école de pensée.

2 Littéralement janissaires, ce qui désigne les fils d’étrangers nés en Espagne et jouant le rôle d’intermédiaires dans le commerce. 

3 Organisme qui contrôle toutes les relations de l’état ou des particuliers avec les colonies américaines et dont dépendent les douanes.

4 Bâtiments ayant obtenu de la Casa de la Contratación, à titre individuel, l’autorisation de commercer avec l’Amérique.

5 L’émotion causée par l’invasion des Provinces-Unies par les troupes de Louis XIV fait que Guillaume de Nassau-Orange fut élu stathouder la même année.

6 Où un très petit nombre de grandes entreprises ont le monopole de l’offre.

7 Où un grand nombre de vendeurs sont face à un petit nombre d’acheteurs.

8 Côte des actuels Venezuela et Colombie.

Auteur

Directrice de recherche au Consejo Superior de Investigaciones Científicas (Madrid)

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access