Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

Conclusions

Serge Berstein

Entrées d'index

Texte intégral

1La publication de l’inventaire des archives présidentielles du général de Gaulle, dont Agnès Magnien et Nicole Even ont évoqué la formation, la structure et les contenus, était impatiemment attendue par les historiens contemporanéistes spécialistes de la Ve République, impatience qui peut paraître paradoxale, dans la mesure où le développement spectaculaire de l’histoire du temps présent a donné lieu depuis plusieurs décennies à de nombreuses et fort utiles recherches sur l’histoire du gaullisme. On ne compte plus en effet les mémoires, analyses, essais, tentatives de synthèse, travaux universitaires consacrés à la décennie gaullienne, sans compter les nombreux et remarquables colloques organisés par la Fondation Charles-de-Gaulle afin d’explorer les divers aspects de l’action et de la personnalité du général de Gaulle.

2Quelle est donc la valeur ajoutée apportée par les archives au corpus de connaissances historiques d’ores et déjà acquis par ces travaux ? Elle apparaît irremplaçable pour les historiens, précisément parce que les documents qu’elles contiennent n’ont pas été faits pour eux, mais représentent les traces de l’activité quotidienne du sommet de l’État dans sa gestion des affaires de tous ordres qui relèvent de ses attributions et dont la plupart n’ont pas été portés, au moment de leur rédaction, à la connaissance du public. C’est en s’appuyant sur des documents inédits qu’Olivier Beaud a pu, par exemple, évaluer l’intervention du Président ou de son proche entourage dans les procédures intentées contre certains publicistes pour offenses au chef de l’État.

3Or, la lecture de l’inventaire révèle l’immensité du territoire qu’il couvre durant les dix années qui ont changé la France, celles de l’époque des Trente Glorieuses et de l’effort d’adaptation du pays à un univers bouleversé par le phénomène de la grande croissance dans son économie, ses structures sociales, ses modes de vie, sa culture, ses mentalités. Et c’est un éclairage remarquable sur cette évolution dans tous les domaines que fournissent les archives ainsi mises à la disposition du public

4D’abord sur l’homme qui préside à cette mutation, ce personnage fascinant, complexe, presque impossible à cerner qu’est le général de Gaulle, tel que le décrivent les ambassadeurs britanniques à Paris évoqués dans la contribution de Julian Jackson et qui se trouve au cœur même de l’ensemble puisque, comme l’ont répété tous les intervenants, dans le système de la Ve République, « tout remonte à l’Élysée ». Et l’essai de Didier Maus sur l’écriture de la Constitution révèle sa méthode de direction : inspirer, écouter, contrôler et trancher.

5Ensuite, sur l’entourage proche du général de Gaulle, ce cercle étroit de familiers, conseillers, hauts fonctionnaires, experts qui fournissent en toute discrétion au chef de l’État informations, avis, analyses. En mettant à part le cas d’Yvonne de Gaulle, traité par Frédérique Neau-Dufour à partir d’archives complémentaires, des communications ont campé certains de ces proches, le groupe des conseillers de l’Élysée (Éric Chiaradia), les gaullistes (Bernard Lachaise), René Brouillet, directeur du cabinet (Jean-Yves Perrot).

6Au-delà de ce cercle, les archives éclairent le fonctionnement de l’appareil gouvernemental. Depuis l’élaboration d’une politique au niveau de l’Élysée jusqu’à la décision prise en Conseil des ministres, c’est le processus décisionnel, ce Graal de la recherche historique, qui permet de toucher du doigt la réalité de l’exercice du pouvoir, qui se trouve ainsi mis en lumière.

7Enfin, l’inventaire permet de connaître, à travers les différents domaines de l’action gouvernementale, les multiples secteurs dans lesquels s’exerce l’action publique du général de Gaulle. On a là un immense continent de possibles recherches, d’une incroyable richesse, dont Maurice Vaïsse a donné aux participants au colloque un rapide aperçu en montrant ce que les archives apportent de connaissances nouvelles sur le sujet, cependant déjà très labouré, du « domaine réservé » (Défense, Affaires étrangères, Algérie).

8En dépit de leur extraordinaire richesse, les archives de la Présidence du général de Gaulle ne suffisent cependant pas à dire le dernier mot de l’histoire de cette féconde période de l’histoire nationale. Et les rédacteurs de l’inventaire ont utilement rappelé, dès le début de celui-ci, l’existence de multiples autres sources qu’il est indispensable de croiser avec celles qu’ils ont inventoriées pour se faire une idée plus juste de la réalité historique qu’évoquent les unes et les autres, insistant ainsi sur la méthodologie fondamentale (mais parfois oubliée) de cette discipline critique qu’est l’histoire.

9À l’issue de ce bref mais riche aperçu sur le contenu de l’inventaire, les historiens ne peuvent que témoigner leur reconnaissance aux archivistes des Archives nationales pour avoir mené à bien le travail colossal de mise à la disposition des chercheurs de cet ensemble incomparable que constituent les archives du général de Gaulle, président de la République.

Auteur

Professeur émérite des universités à la Fondation nationale des sciences politiques

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access