Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

Charles de Gaulle parmi les siens

Yvonne de Gaulle

Frédérique Neau-Dufour

Texte intégral

1La place d’Yvonne de Gaulle au sein d’une journée d’étude consacrée à Charles de Gaulle ne se dessine pas aisément. Au-delà de sa fonction d’épouse, son rôle aux côtés du Général semble bien contingent, à tel point qu’il serait aisé de conclure qu’avec ou sans elle, le destin de Charles de Gaulle eût sensiblement été le même. Pourtant, l’image de Charles de Gaulle reste paradoxalement liée à celle d’Yvonne de Gaulle, comme si ce couple, que caractérisent sa fidélité et sa longévité, participait de l’épopée gaullienne, en révélait les valeurs et annonçait la face apparente d’une histoire intime très protégée. C’est dans cette perspective qu’une approche biographique d’Yvonne de Gaulle prend son intérêt.

2Le principal écueil, lorsque l’on souhaite évoquer la femme du fondateur de la Ve République, est l’étroitesse du chemin. Soit l’on cantonne Yvonne à ses fonctions de première dame, et l’exercice devient rapidement fastidieux. Son influence est certes indéniable, mais ne suffit pas à en faire un personnage politique à part entière. Quant aux autres facettes de sa vie, peu accessibles au chercheur, elles restent finalement assez banales. Soit l’on inscrit Yvonne de Gaulle dans le sillage de son mari, en s’appuyant sur la chronologie gaullienne et en observant point par point l’attitude de sa femme en telle ou telle circonstance. Tout aussi lassant, l’exercice présente l’inconvénient de noyer Yvonne de Gaulle dans l’ombre de son époux et de la priver de son existence propre.

3Pour éviter ces deux travers, il paraît nécessaire d’autonomiser Yvonne de Gaulle, c’est-à-dire d’insister sur les traits propres de sa personnalité, pour considérer ensuite comment elle participe à l’œuvre de son mari, ou au contraire s’extraie parfois de celle-ci.

4Bien que rarement mentionnée, une évidence s’impose : Yvonne de Gaulle est une gaulliste de la première heure et même la première de tous les gaullistes. Le « Ce sera lui ou personne », qu’elle prononce après sa rencontre initiale avec le jeune capitaine de Gaulle en 1920, inaugure ce que sera plus tard le gaullisme politique : un lien inconditionnel à un homme plutôt qu’à un parti, avec ce que cela suppose de fidélité, de foi, de sacrifice et parfois d’intransigeance.

  • 1 Marguerite Vendroux à son fils Jacques-Philippe Vendroux, 19 octobre 1918 [Jacques-Philippe Vendrou (...)

5En dépit de son antériorité et de son intensité, le gaullisme d’Yvonne de Gaulle est rarement pris en considération par les collaborateurs du Général et par les chercheurs. Il est vrai que cette femme, discrète et réputée conservatrice, semble à mille lieues de l’élan, de l’audace et de la modernité constitutifs du gaullisme politique. Au contraire, elle incarne avant tout, pour la majeure partie de l’opinion, la « femme de » par excellence, vouée à son mari et n’ayant d’autre mission que de le servir. La jeune Yvonne Vendroux a du reste été éduquée dans ce seul objectif par sa famille de la haute société calaisienne : « Je me demande à quoi va s’employer Yvonne toute la journée », écrit sa mère en 1918, alors que sa fille âgée de 18 ans est sortie de l’école depuis longtemps. « Je renoue pour elle des relations que la guerre a distendues »1. L’intention est claire : trouver un bon parti pour sa ravissante fille, qui ne manque pas de prétendants mais se montre exigeante sur le choix.

  • 2 Yvonne de Gaulle à la sœur supérieure de la Fondation Anne-de-Gaulle, 6 octobre 1969 [Fonds de la F (...)

6À une époque où les femmes sont encore des mineures sur le plan civique, civil et financier, le mariage d’Yvonne de Gaulle en 1921 la place logiquement sous l’autorité de son mari. Le fait qu’il soit un officier renforce sa dépendance, car l’astreinte sociale est particulièrement forte dans le milieu militaire. Au régiment et bien souvent dans le civil, la fonction supplante l’individu et les épouses s’effacent derrière le grade de l’homme : Yvonne de Gaulle devient successivement Madame le capitaine de Gaulle, Madame le commandant de Gaulle, avant de devenir plus tard Madame le général, puis Madame la présidente… La démission de Charles de Gaulle de ses fonctions de chef de l’État en avril 1969 marque finalement l’accès de son épouse à une certaine autonomie, ou, du moins, lui restitue l’intégralité de sa vie privée. Une lettre qu’elle écrit le 6 octobre 1969 en témoigne : « Puisque la mode est aux simplifications, adressez vos lettres s’il vous plaît à Madame Charles de Gaulle »2.

  • 3 Colonel Jean d’Escrienne, entretien avec l’auteur, 4 juin 2009.

7Le gaullisme se présente comme une alliance spécifique du verbe et de l’action. Pour De Gaulle, le verbe n’est autre chose que l’annonce du geste ; le geste n’est autre chose que la mise en œuvre du verbe et l’écriture des Mémoires permet de boucler par l’écriture ce cycle vertueux. Autant dire que le gaullisme d’Yvonne de Gaulle demeure sans exception étranger à cette démarche. Si son mari présente et commente son action dans de nombreux discours, messages, notes, Yvonne de Gaulle reste radicalement muette sur tout ce qui concerne le domaine public. Elle est certes une épistolière assidue qui entretient des dizaines de correspondances, mais elle ne semble pas avoir laissé de notes, ni de journal, ni rien qui puisse nous renseigner sur sa vision du monde. La plupart de ses lettres se résument à des commentaires sur ses thématiques préférées, résumées de la sorte par le colonel Jean d’Escrienne, qui fut un des aides de camp de son époux : « Il y avait pour Madame de Gaulle trois sujets […] inépuisables. Il s’agissait, sans ordre de préférence, des enfants, des fleurs et des voyages »3.

8Maladivement discrète, elle érige dès le départ un mur opaque et infranchissable entre sa vie privée et sa vie publique. Vis-à-vis des journalistes qu’elle considère comme des fouineurs prêts à tout pour récolter des informations, elle développe une méfiance qui tourne à la paranoïa. Ses prises de parole publiques ne sont pas rares ; elles sont inexistantes. Alors que son mari fut le « général Micro » de la Seconde Guerre mondiale, puis se distingua par sa maîtrise de la langue française tant à l’oral que dans ses écrits, il n’existe aucune interview d’Yvonne de Gaulle, aucun enregistrement de sa voix. Quant à ses apparitions télévisuelles ou photographiques, elles sont systématiquement liées à celles de son époux, dont elle apparaît comme la compagne, l’ombre portée, presque caricaturale à force d’être protocolaire. Même Jackie Kennedy, en un seul cliché resté célèbre, dégage plus d’intimité avec le Président de Gaulle qu’Yvonne de Gaulle, en des milliers de supports iconographiques officiels…

9Une telle description est certes décevante, mais elle appelle un questionnement. Comment se fait-il qu’Yvonne de Gaulle soit restée pendant des décennies résumée à l’image qu’elle a cherché à donner d’elle-même, celle d’une femme simple et sans intérêt, un brin revêche ? Pourquoi les collaborateurs du général de Gaulle furent-ils si rares à prendre sa défense (le colonel d’Escrienne fait partie de ceux-là, de même que Pierre-Louis Blanc et, sur le tard, André Malraux) et si prompts à l’accabler (Claude Guy étant l’un des plus tranchants) ? Pourquoi, derrière la femme en apparence indifférente au monde, nul ou presque n’a voulu voir une gaulliste originale ? Le dédain que l’entourage du général de Gaulle montre à l’égard d’Yvonne de Gaulle n’empêche pourtant pas cette dernière de bénéficier d’une réelle sympathie au sein de l’opinion, ni d’avoir été aimée de son grand homme de mari toute une vie durant. Dès lors, il faut se détacher des apparences et s’intéresser de plus près à cette femme venue au gaullisme par des voies détournées, qui n’a cessé de soutenir le fondateur du mouvement et de jouer tour à tour pour lui un rôle de vigie et de référence. La connivence qui règne entre elle et lui explique la solidité du couple de Gaulle autant que son amour si réservé en public et si chrétien dans son enracinement.

10Bien qu’Yvonne de Gaulle ait laissé peu d’écrits, plusieurs sources de première main permettent de travailler sur son parcours. Un certain nombre de témoignages oraux restaient à recueillir, notamment ceux des épouses des collaborateurs du général de Gaulle. Martine de Courcel, épouse du secrétaire général de l’Élysée Geoffroy de Courcel, Solange Galichon, épouse de Georges Galichon, directeur de cabinet du président de la République, et Éliane Dromer, épouse du conseiller technique pour l’économie, les finances et le social au secrétariat général de la Présidence, ont notamment accepté de répondre à mes questions et de me dévoiler les lettres échangées avec Yvonne de Gaulle. Le seul et immense regret qui me reste est de n’avoir pu obtenir les confidences d’Élisabeth de Boissieu, détentrice de tout un pan de l’histoire gaullienne, mais fidèle comme sa mère à un vœu de silence absolu sur sa vie. Les sources écrites sont heureusement généreuses. La Fondation Charles-de-Gaulle détient une partie des archives du protocole de l’Élysée ainsi que deux dizaines de cartons de lettres de condoléances reçues par Yvonne de Gaulle après la mort de son mari. Le principal fonds se trouve cependant à la Fondation Anne-de-Gaulle, créée en 1946 par Yvonne de Gaulle pour accueillir des jeunes filles handicapées mentales. La fondation est son œuvre. Elle en est la présidente et veille avec un soin sourcilleux à son existence, ce qui l’amène à écrire plusieurs fois par semaine, de 1946 à sa mort, aux sœurs qui tiennent l’établissement et qui lui sont très proches. Ses lettres fourmillent de détails et de commentaires privés et politiques – mais celles qui concernent la période 1958-1969 ont hélas disparu, sans doute par la volonté d’Yvonne de Gaulle en personne.

11À partir des éléments ainsi rassemblés, un premier constat s’impose : de tous les intimes, de tous les proches du général de Gaulle, de tous les gaullistes, Yvonne de Gaulle est celle qui a connu le personnage sur la plus longue durée, de 1920 à 1970. Pour autant, sa chronologie ne se confond pas avec celle de Charles de Gaulle. Sa jeunesse calaisienne relève d’un autre univers, et ses années de veuvage également. L’année 1946, qui marque la fin d’une époque pour son mari, constitue le début d’une nouvelle aventure pour Yvonne de Gaulle, qui crée cette année-là de toutes pièces la fondation dont elle devient présidente. À l’inverse, certaines dates-clés de l’épopée gaullienne lui échappent en totalité : c’est ainsi qu’Yvonne de Gaulle n’entend pas l’appel du 18 Juin et ignore jusqu’au lieu où se trouve alors son mari. De même, elle est encore en Algérie au moment de la fameuse descente des Champs-Élysées, qui marque le triomphe du libérateur de la France le 26 août 1944.

  • 4 Marcel Jullian, Dimanche magazine, 17 janvier 1982.

12Sur un plan moins anecdotique, il faut souligner qu’Yvonne de Gaulle est un témoin de premier plan de la période antérieure au 18 juin 1940, fondatrice à tous les égards : de 1920 à 1940, à une époque où le cercle qui entoure de Gaulle est encore étroit et les témoignages rares, Yvonne de Gaulle assiste à la maturation de l’homme, à la naissance de sa pensée, à son affirmation. Elle a épousé un officier, mais découvre rapidement une personnalité exceptionnelle. Comme le souligne Marcel Jullian, elle « voit tout de suite sa singularité. De Gaulle est un chef avant d’exister. Sa réalité de chef de guerre ou de chef d’État existe au moment du mariage. C’est certain. Comme dit Philippe de Gaulle : « Dès 14 ans, j’ai su que j’avais un monument historique à la maison. »4 Dans l’entre-deux-guerres, Charles de Gaulle partage avec son épouse la teneur de ses réflexions et lui confie la relecture de ses articles. Le couple inaugure ainsi un mode d’échange plus profond que l’on ne pense. Bien qu’Yvonne de Gaulle ne soit ni de près ni de loin une intellectuelle, son mari sollicite son jugement et l’associe à sa réflexion pendant les cinquante années qui suivent. Elle reçoit à sa table les bâtisseurs du gaullisme et les écrivains, les élus et les hommes influents, les intimes et assiste ainsi à l’élaboration d’un courant de pensée unique en son genre.

  • 5 Cité par Jérôme Pozzi, « Le gaullisme de Jacques Vendroux : entre fidélité et intransigeance », Rev (...)
  • 6 Yvonne de Gaulle à Georges Galichon, 15 novembre 1972 [Arch. privées Galichon].

13À l’autre extrêmité de la chronologie, il n’est pas anodin qu’Yvonne de Gaulle survive de neuf ans à son mari. Quoique repliée dans une grande solitude à La Boisserie puis, la dernière année de sa vie, dans une institution religieuse à Paris, elle a le temps d’observer et de commenter ce qu’il advient du gaullisme sans De Gaulle. Son attitude peut être rapprochée de celle de son frère Jacques-Philippe Vendroux, élu gaulliste de Calais, que la mort du Général laisse politiquement orphelin : « Aujourd’hui, déclare-t-il en 1971, aucune formation politique ne me paraît qualifiée pour se dire héritière du gaullisme »5. La veuve de De Gaulle exprime une même sévérité. Dans ses courriers, elle distingue ainsi les « vrais », c’est-à-dire ceux qui n’ont pas failli à la fidélité gaulliste, des autres, qui ont trahi en rejoignant le camp de Valéry Giscard d’Estaing. Parmi les premiers, elle range sans doute Michel Debré et certainement Jacques Chaban-Delmas. Parmi les seconds, beaucoup d’autres, comme le montre sa réaction lors des législatives de mars 1973. Tandis que l’UDR se rapproche à cette occasion des républicains indépendants menés par Giscard d’Estaing, Yvonne de Gaulle commente : « Je n’admets pas qu’il y ait des arrangements avec ceux qui ont combattu le Général. On manque de fermeté. »6

  • 7 Yvonne de Gaulle à Georges Galichon, 14 janvier 1973 [Arch. privées Galichon].
  • 8 Il s’agit du Mémorial Charles-de-Gaulle, croix de Lorraine de près de 45 m, érigée sur la colline d (...)
  • 9 Yvonne de Gaulle aux époux Galichon, 30 mai 1974 [Arch. privées Galichon].

14Dans ce contexte, elle se conçoit comme une référence en matière gaulliste et juge la réaction de l’opinion au travers des innombrables lettres qu’elle reçoit à Colombey. C’est du reste le seul signe d’importance qu’elle accepte de s’accorder après la mort de son mari : « Les gens semblent inquiets et, bien qu’il ne puisse plus rien pour eux, se tournent vers le Général à travers moi. »7 Son attitude atteint une sorte de paroxysme lors des présidentielles de 1974. Au premier tour, elle vote logiquement en faveur de Jacques Chaban-Delmas. Mais les résultats l’ébranlent : avec seulement 15,11 % des voix, son favori doit laisser la place au second tour à un duel entre Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, qu’Yvonne de Gaulle surnomme « le diable » dans ses lettres, sous prétexte que l’expression est une trouvaille de sa femme de chambre. Que faire ? À l’âge de 74 ans, son esprit de rébellion reste entier : « Je pensais rester chez moi, mais apprenant que le village en faisait autant - sauf les mauvais -, je me suis décidée, et en mettant une photo du Mémorial8 dans l’enveloppe, ce qui n’a trompé personne au dépouillement mais a fait voter quelque 170 contre le diable, comme dit ma dévouée soubrette. »9

  • 10 Philippe de Gaulle, Mémoires accessoires, t. 1, Paris, Plon, 1997, p. 125.

15Au-delà de la chronologie, qui inscrit Yvonne de Gaulle dans la longue durée de l’épopée gaullienne, une même vision du monde l’unit à son mari. Leur communauté de vues résulte d’un certain nombre de facteurs, et tout d’abord de leurs origines socialement proches. Le fait que le mariage des deux jeunes gens ait été arrangé favorise sans conteste l’existence d’un terreau de valeurs communes et d’un ancrage régional similaire. Même si les puristes insistent à juste titre sur ce qui distingue le Pas-de-Calais du Nord, Yvonne de Gaulle est une femme du « Nord », autant que son mari. Le goût des paysages rudes, une certaine austérité de mise, une fibre sociale et catholique la caractérisent. Philippe de Gaulle confirme que « par éducation et par réflexe, elle partage les mêmes convictions et les mêmes façons de vivre que son mari ». Il évoque également « les coutumes de leur milieu »10.

  • 11 Yvonne de Gaulle au ministre de l’Intérieur, 15 mai 1945 [Fonds de la Fondation Anne-de-Gaulle, car (...)
  • 12 Yvonne de Gaulle à la sœur Madeleine du Calvaire, 19 octobre 1955 [Fondation Anne-de-Gaulle, carton (...)
  • 13 Selon Marcel Jullian, Yvonne de Gaulle, Paris, Stock, 1982, p. 167.
  • 14 Témoignage de Claude Legrand, nièce d’Yvonne de Gaulle, recueilli par l’auteur le 8 février 2006.

16L’humain est au cœur de l’éducation et des préoccupations de la jeune fille, élevée par sa mère selon les préceptes de la charité chrétienne. Dans le Calais de sa jeunesse, elle visite les malades et les démunis. Plus tard, femme d’officier, elle vient en aide aux familles de soldats dans la peine. Devenue Première dame, elle inscrit son action dans cette filiation et cherche à apporter son soutien aux cas les plus désespérés. Les Français lui écrivent beaucoup : en 1965, elle reçoit par exemple 645 lettres en moyenne par mois, dont la plupart émanent de laissés-pour-compte et sont rédigées dans un français approximatif. C’est à eux que la femme du Président accorde le plus d’attention, allant jusqu’à leur répondre personnellement et leur accordant les subsides qu’ils réclament. Le lien qu’Yvonne de Gaulle entretient avec ceux qu’elle appelle « les plus humbles » est constitutif de sa personnalité. Ce trait est fondamental pour comprendre sa philosophie et son rôle auprès du Général. Élevée dans le luxe et l’insouciance, Yvonne de Gaulle conçoit sa vie d’adulte dans une logique de dépouillement progressif. Son mariage avec un militaire la prive d’emblée des conditions de vie auxquelles elle était habituée. L’hôtel particulier de Calais est remplacé par un petit appartement parisien et la nuée de domestiques par une unique bonne à tout faire. Cela ne dérange nullement la jeune mère que la simplicité ravit. La naissance d’Anne en 1928 renforce considérablement ce trait : handicapée mentale, la petite fille incarne la cohorte des faibles parmi les faibles, des simples d’esprit et des innocents, dont Yvonne devient le défenseur acharné. C’est en ce sens qu’elle crée en 1946 une fondation destinée à recueillir les jeunes filles handicapées mentales, à la condition expresse que cela soit « exclusivement des jeunes filles indigentes bénéficiant des secours de l’Assistance publique »11, condition qu’elle résume plus abruptement dans une autre lettre : « La Fondation n’est pas faite pour les gens à millions »12. Le passage par le palais présidentiel n’y change rien. Yvonne de Gaulle est consciente du caractère temporaire des gloires terrestres – « Nous voilà donc en meublé ! »13, dit-elle de l’Élysée - et refuse de se laisser emporter dans le courant d’une notoriété qui ne lui revient pas. Pour retrouver l’humilité de la vraie vie et « avoir l’air d’une femme normale », il lui arrive même de laver de temps en temps les chaussettes de son mari dans le lavabo des appartements privés14 !

  • 15 Cité par Philippe de Gaulle, De Gaulle mon père, t. 1, Paris, Plon, 2003, p. 509.

17Cette modestie est intimement liée au catholicisme et sans doute au mysticisme qui habitent les De Gaulle. Elle peut être mise en relation avec la confidence que le Général fait en 1940 au père Lenoir, aumônier de la France libre, au sujet de sa fille Anne : « pour un père, Monsieur l’aumônier, c’est une bien grande épreuve. Mais pour moi, cette enfant est aussi une grâce ; elle est ma joie, elle m’aide à dépasser tous les échecs et tous les honneurs et à voir toujours plus haut »15.

18Un autre trait commun aux époux De Gaulle est leur rapport à la modernité. La cause est entendue en ce qui concerne le général de Gaulle qui, pour être né au xixe siècle, n’en a pas moins porté la France sur le chemin de la modernisation. Son épouse conserve en revanche une image plus rétrograde, notamment en ce qui concerne les mœurs, et incarne la tradition plutôt que l’avant-garde. Un relatif pessimisme l’anime indéniablement, qui la retient d’approuver tous les changements rapides qui marquent la société française des années soixante. De sa correspondance ressort le sentiment que son monde est menacé. Elle regrette l’ingratitude des Algériens qui combattent pour leur indépendance, se plaint de la baisse des vocations ecclésiastiques, est effrayée par une crise de Mai 1968 qu’elle ne comprend pas.

  • 16 Marcel Jullian, Madame de Gaulle, p. 100.
  • 17 Pierre-Louis Blanc, De Gaulle au soir de sa vie, Paris, Fayard, 1990, p. 183.

19Pour autant, elle ne reste nullement enfermée dans une conception datée des choses. Son expérience de la vie, notamment la naissance de son enfant trisomique, mais aussi la prodigieuse ouverture que lui procure sa vie de Première dame, avec ses innombrables rencontres et voyages - « je me demande combien de présidentes battront mes records »16 - l’amènent à prendre des positions inattendues. Cela est particulièrement vrai dans le domaine social et familial, au sujet duquel de Gaulle la consulte par principe. L’exemple le plus saisissant est à cet égard le rôle déterminant qu’elle joue en faveur de l’adoption de la loi sur la pilule contraceptive. Le groupe de personnes, qui, autour de Lucien Neuwirth, portent le projet, ne sait comment procéder pour évoquer auprès du général de Gaulle un sujet aussi délicat. À l’étonnement de tous, Alexandre Sanguinetti suggère de passer par Yvonne de Gaulle. Il faut dire que la Première dame est un rouage décisif lorsqu’il s’agit de toucher le général de Gaulle sur des thèmes particuliers. Pierre-Louis Blanc l’a bien compris : « quand je souhaitais entretenir le général de Gaulle de sujets de son ressort exclusif, j’avais recours au moyen utilisé par la famille : j’écrivais à Madame de Gaulle et lui demandais de transmettre mon message à son mari »17. Dans le cas de la loi Neuwirth, Yvonne de Gaulle se montre un soutien sans faille et appuie auprès de son époux la pertinence d’une loi visant à aider les femmes à mieux gérer leur procréation. Elle-même, après la naissance d’Anne en 1928, avait été confrontée à la question de mettre ou non au monde d’autres enfants. Âgée alors de 28 ans et bien que profondément croyante, elle est finalement restée sans autre descendance que ses trois enfants (Philippe en 1921, Élisabeth en 1924, Anne en 1928).

20Moderne sous certains angles, profondément attachée pour le reste aux valeurs traditionnelles de la France dans laquelle elle a grandi, Yvonne de Gaulle reste viscéralement attachée au 18 Juin, événement à ses yeux fondateur, inimitable mais aussi indépassable - c’est son côté pessimiste. Bien qu’elle n’ait pas entendu l’appel lancé sur les ondes de la BBC, elle saisit immédiatement la portée du geste et sa signification historique. Elle pourrait désapprouver pareille folie, qui place sa famille dans une situation pour le moins chaotique ; elle soutient son mari sans hésiter.

  • 18 Claude Guy, En écoutant de Gaulle, Paris, Grasset, 1996, p. 117.
  • 19 Claude Guy, op. cit., p. 146.

21C’est à l’aune du 18 Juin qu’il faut comprendre le refus par Yvonne de Gaulle du RPF, ce mouvement politique lancé par Charles de Gaulle en 1947. Pour la plupart des collaborateurs de Charles de Gaulle, l’opposition d'Yvonne de Gaulle à voir son mari se lancer dans l’aventure politique est un signe d’égoïsme et de petitesse de vue. Selon Claude Guy, son souhait est avant tout de garder son mari pour elle, bien à l’abri à La Boisserie. Il s’agit d’une méprise sur les motivations d’Yvonne de Gaulle, qui est avant tout préoccupée par la préservation de l’aura acquise par son mari au cours de la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs dialogues rapportés par le même Claude Guy l'attestent. En septembre 1946, dans le salon de La Boisserie, Charles de Gaulle confie à son aide de camp : « Il faut refaire le 18 Juin ». Il s’attire la réplique suivante de son épouse : « Peuh ! Le 18 Juin ! Mon pauvre ami, personne ne vous suivra ». Charles, piqué au vif, est furieux : « Mais fichez-moi la paix, Yvonne. Je suis assez grand pour savoir ce que j’ai à faire »18. Le projet d’un mouvement politique inquiète Yvonne de Gaulle dans la mesure où il risque de pervertir la légitimité historique de Charles de Gaulle et de « le faire descendre dans cette boue »19 des manœuvres politiciennes, lui qui justement condamne les divisions provoquées par les partis… L’analyse est pertinente et se trouve corroborée par les faits quelques années plus tard.

  • 20 Yvonne de Gaulle à Martine de Courcel, 7 janvier 1972.

22Après la mort de son mari, Yvonne de Gaulle reste la vigie du gaullisme historique. Durant les neuf dernières années de sa vie, elle ne sort plus guère de La Boisserie, mais ne manque pas de se rendre très régulièrement durant l’hiver 1971-1972 sur le chantier de la Croix de Lorraine en cours de construction à Colombey-les-Deux-Églises. À cet égard, elle s’affirme peu à peu comme la gardienne de la mémoire gaullienne. Ainsi, elle a une idée très claire de la façon dont doivent s’organiser les diverses cérémonies d’hommage : « Je souhaite que [l’inauguration de la Croix de Lorraine] ait lieu un 18 juin matin et que ce soit une cérémonie patriotique uniquement, le 9 novembre étant réservé au souvenir religieux »20.

  • 21 Entretien avec Michel Droit, 15 décembre 1965.

23Il est finalement impossible de se contenter de l’image convenue qu’Yvonne de Gaulle a cultivée d’elle-même toute sa vie. Personnalité secrète, assurément, mais nullement fade, elle ressemble à la femme que Charles de Gaulle décrit dans un entretien avec Michel Droit, resté fameux : « la ménagère veut le progrès, mais elle ne veut pas la pagaille »21.

24Gaulliste intransigeante sur certains chapitres, puriste du 18 Juin, elle apporte aussi à son mari un véritable ancrage dans le terrain. Cette femme pragmatique qui fait ses courses elle-même, connaît les prix et parle avec les gens, incarne à la perfection le bon sens populaire. Les petites gens ne lui sont nullement étrangers, ni leurs aspirations. Aux côtés du grand Charles, de son domaine réservé et de sa capacité à façonner une France présente dans le monde, Yvonne reste plus facile d’accès. Sa figure attachante contribue à humaniser le grand homme. Les dizaines de milliers de lettres qu’elle reçoit après le 9 novembre 1970 témoignent des sentiments que les Français lui portent. Beaucoup s’adressent à « Chère madame », « Madame la Présidente », « Madame la Générale » et même « Mon Général » ( !), mais les plus nombreuses sont simplement intitulées : « Chère tante Yvonne »… L’auteur d’un de ces courriers résume avec une grande simplicité le rôle joué par Yvonne auprès de son mari : « Pendant que les hommes s’occupent des affaires du monde, nous, les femmes, sont [sic] occupées à façonner les hommes et les femmes de demain ». Un rôle apparemment cantonné à la sphère intime, mais dont les ramifications portent beaucoup plus loin, jusque dans la vie de la société.

Notes

1 Marguerite Vendroux à son fils Jacques-Philippe Vendroux, 19 octobre 1918 [Jacques-Philippe Vendroux, Yvonne ma soeur, Paris, Plon, 1980, p. 65].

2 Yvonne de Gaulle à la sœur supérieure de la Fondation Anne-de-Gaulle, 6 octobre 1969 [Fonds de la Fondation Anne-de-Gaulle, 2, 1].

3 Colonel Jean d’Escrienne, entretien avec l’auteur, 4 juin 2009.

4 Marcel Jullian, Dimanche magazine, 17 janvier 1982.

5 Cité par Jérôme Pozzi, « Le gaullisme de Jacques Vendroux : entre fidélité et intransigeance », Revue du Nord, Villeneuve-d'Ascq, 2012.

6 Yvonne de Gaulle à Georges Galichon, 15 novembre 1972 [Arch. privées Galichon].

7 Yvonne de Gaulle à Georges Galichon, 14 janvier 1973 [Arch. privées Galichon].

8 Il s’agit du Mémorial Charles-de-Gaulle, croix de Lorraine de près de 45 m, érigée sur la colline de Colombey-les-Deux-Églises et inaugurée le 18 juin 1972 en hommage au Général. Yvonne de Gaulle montre un profond attachement à ce monument.

9 Yvonne de Gaulle aux époux Galichon, 30 mai 1974 [Arch. privées Galichon].

10 Philippe de Gaulle, Mémoires accessoires, t. 1, Paris, Plon, 1997, p. 125.

11 Yvonne de Gaulle au ministre de l’Intérieur, 15 mai 1945 [Fonds de la Fondation Anne-de-Gaulle, carton 1, dossier 6, 11 ter].

12 Yvonne de Gaulle à la sœur Madeleine du Calvaire, 19 octobre 1955 [Fondation Anne-de-Gaulle, carton 3/1].

13 Selon Marcel Jullian, Yvonne de Gaulle, Paris, Stock, 1982, p. 167.

14 Témoignage de Claude Legrand, nièce d’Yvonne de Gaulle, recueilli par l’auteur le 8 février 2006.

15 Cité par Philippe de Gaulle, De Gaulle mon père, t. 1, Paris, Plon, 2003, p. 509.

16 Marcel Jullian, Madame de Gaulle, p. 100.

17 Pierre-Louis Blanc, De Gaulle au soir de sa vie, Paris, Fayard, 1990, p. 183.

18 Claude Guy, En écoutant de Gaulle, Paris, Grasset, 1996, p. 117.

19 Claude Guy, op. cit., p. 146.

20 Yvonne de Gaulle à Martine de Courcel, 7 janvier 1972.

21 Entretien avec Michel Droit, 15 décembre 1965.

Auteur

Agrégée et docteur en histoire, directrice du Centre européen du résistant déporté, Schirmeck

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access