Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

Charles de Gaulle et le monde

De Gaulle à la lumière des archives britanniques

Julian Jackson

Texte intégral

  • 1 Arch. nat., 98AJ.

1Même si la publication de l’inventaire des archives de la présidence du général de Gaulle est un événement majeur pour les historiens du gaullisme, pour écrire sur De Gaulle, il ne faut pas se limiter aux archives gaulliennes. Il y a bien entendu les archives de ses ministres et collaborateurs - celles de Michel Debré1, par exemple, sont d’une richesse inestimable -, mais il y a également les archives étrangères. De Gaulle est un personnage qui agit à l’échelle mondiale et les perceptions de ses interlocuteurs étrangers peuvent ajouter à notre connaissance du personnage et de sa politique.

  • 2 Gladwyn Jebb, The Memoirs of Lord Gladwyn, Londres, 1972, p. 100. Sur la carrière de Jebb, voir Sea (...)
  • 3 Piers Dixon, Double Diploma. The Life of Sir Pierson Dixon Don and Diplomat, Londres, 1968. Sur Dix (...)
  • 4 Oxford, Bodleian Library, MS. Eng.c.6925 Sir Patrick Reilly Memoirs, 1964-1966, p. 66-67.

2Pour la période de la guerre et de la France libre, les archives britanniques - en particulier les archives du Foreign Office (série FO 371) et du Premier ministre (série PREM) - sont presque aussi importantes que celles de la France libre (3 AG 1) et elles ont été utilisées par de nombreux historiens, dont François Kersaudy, Jean-Louis Crémieux-Brilhac et Éric Roussel. Pour la période de la Ve République, la situation est un peu différente, puisque De Gaulle ne dépend plus de la bonne volonté du gouvernement britannique. Mais les souvenirs de la France libre – qui est née à Londres – lèguent aux relations entre les Britanniques et De Gaulle un côté plus passionnel qu’avec n’importe quel autre pays. On peut presque dire que c’est une affaire de famille, dans le sens où plusieurs des hauts fonctionnaires du Foreign Office pendant les années 1960 ont des souvenirs du Général qui remontent à la guerre. Galdwyn Jebb, ambassadeur britannique à Paris au moment de l’arrivée de De Gaulle au pouvoir, est un grand admirateur du Général, qu’il a rencontré déjà en 1940. Dans ses mémoires, il se souvient que, jeune fonctionnaire de service le 26 juin 1940, c’est à lui qu’est soumis le texte du discours que le Général devait prononcer ce soir-là. Avec quelque crainte, il se sent obligé de suggérer au Général quelques « légères modifications », car le Foreign Office trouvait le discours trop dur contre Pétain. Il subit la colère du Général qui, tout en étant obligé d’accepter les « modifications », les trouve « ridicules, parfaitement ri-di-cu-les »2. Quant à Pierson Dixon, successeur de Jebb à Paris, il a croisé le Général pour la première fois comme jeune diplomate dans l’entourage de Macmillan à Alger en 1943, vingt ans avant d’arriver à Paris comme ambassadeur3. Pour son successeur, Patrick Reilly, De Gaulle était « le seul grand homme que j’aie jamais connu ».4

3Pour ce colloque, une petite enquête a été menée dans les archives britanniques - en l’occurrence les rapports de Pierson Dixon. Il y a eu quatre ambassadeurs britanniques à Paris pendant la présidence du général de Gaulle – Gladwyn Jebb jusqu’en octobre 1960, Dixon d’octobre 1960 à février 1965, Patrick Reilly de février 1965 à octobre 1968, Christopher Soames à partir d’octobre 1968 -, mais c’est Dixon qui a été en poste pour la période la plus longue et c’est lui qui a dû gérer l’épineux dossier de la candidature britannique au Marché commun et puis les retombées de l’échec de cette candidature après la fameuse conférence de presse gaullienne de janvier 1963. La situation de Dixon est compliquée par le fait qu’il est également le chef de la délégation britannique à Bruxelles pendant les négociations pour l’entrée britannique au Marché commun.

4Quel est l’intérêt de ces rapports pour l’historien ou le biographe du général de Gaulle ? Les ambassadeurs doivent être à l’affût de tout ce qui se passe ; ils voient beaucoup de monde et quelquefois leurs interlocuteurs leur parlent avec une grande franchise. Je prendrais un petit exemple qui ne vient pas de Dixon mais de son successeur, Reilly, rapportant une conversation avec Louis Joxe en mars 1968. Joxe lui dit :

  • 5 Oxford, Bodleian Library, MS. Eng.c.6926 Sir Patrick Reilly Memoirs, 1967-1968, p. 165-166.

« Le Général est en bonne forme, mais il vieillit. Il devient de plus en plus indifférent à beaucoup de choses et il devient de plus en plus difficile de lui parler. Sa présence étouffante et écrasante empêche des communications normales du haut en bas de l’État français. Ce n’est pas que De Gaulle aspire à être un dictateur tout puissant. C’est simplement qu’il est là - et que sa présence est écrasante. Les hommes des générations suivantes sont sacrifiés. Nous ne sommes que des exécutants […]. Nous faisons notre travail, mais nous n’avons pas la possibilité de penser d’une façon indépendante sur les sujets importants ».5

  • 6 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/153916/WF1052/35G, Dixon à Home, 18 novembre (...)
  • 7 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/161098/WF1052/2, Dixon à Home, 17 décembre 1 (...)
  • 8 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811, Dixon à Home, 16 octobre 1963.
  • 9 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177875/RF1051/31, Dixon au Foreign Office, 2 (...)

5Ce n’est bien entendu pas la vérité sur de Gaulle en mars 1968, mais de telles impressions sont précieuses pour le biographe qui essaie de reconstituer le climat autour de De Gaulle et de dresser un portrait du personnage. Les ambassadeurs britanniques ont également le privilège de rencontrer le chef de l’État assez souvent et Dixon livre ses impressions sur le Général après chaque entretien. En novembre 1960, il le trouve « vieux et fatigué » ; il donne l’impression « d’être un homme qui doit faire un effort de reporter son esprit de la question algérienne ».6 Un mois plus tard, après la dernière visite du Général en Algérie, Dixon le voit dans « un état remarquable, plus animé et en meilleure forme physique et mentale que je l’ai vu jusqu’à présent ».7 En octobre 1963, pendant une partie de chasse à Rambouillet, il rencontre un De Gaulle un brin mélancolique à cause des nouvelles de la maladie de Macmillan : « Il réfléchit au fait que tous ceux qui ont été au pouvoir pendant sa carrière politique sont partis : « Si on laisse à part Hitler et Mussolini, FDR, Staline et Pétain sont morts ; Churchill et Adenauer ne sont plus actifs. Heureusement que la vie est courte et bientôt terminée »8. Un an plus tard, après le voyage épuisant du Général en Amérique latine, il rapporte : « Je l’ai rarement vu en meilleure forme physique et intellectuelle »9.

6Il ne faut pas, bien entendu, toujours prendre de telles impressions comme la parole de l’Évangile - le ton élégiaque de ses remarques sur la maladie de Macmillan fait partie du répertoire habituel du Général -, mais elles sont des éléments à verser au dossier pour approfondir notre connaissance de De Gaulle, pourvu qu’on les recoupe avec d’autres témoignages. Par exemple, le changement que Dixon perçoit entre ses deux entretiens en automne 1960 correspond exactement à ce que nous savons à travers les archives de Michel Debré : De Gaulle traverse une période de grande incertitude et de dépression au début de l’automne 1960, – une crise morale, qui est surmontée après son dernière voyage en Algérie en décembre 1960.

  • 10 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/169107/CF1011/1, Dixon au Foreign Office, 3  (...)
  • 11 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811, Dixon à Butler, 12 mars 1964.

7Pour sortir de ces impressions un peu fragmentaires, portons notre regard maintenant sur l’analyse globale que fait Dixon de la France pendant sa période de présence à Paris. Il est très sensible à l’énergie et au dynamisme économique de la France pendant ces années. Sans grande originalité, il fait souvent une comparaison entre le gaullisme et le bonapartisme du Second Empire. Il pense que De Gaulle sera suivi d’une nouvelle génération de Thiers et de Gambetta : « Espérons qu’il n’y aura pas de Sedan »10. Même si, depuis le début, il est convaincu que le Général surestime la puissance de la France, il reconnaît que « son prestige et son sang-froid confèrent à la France un poids et une influence sans proportion avec la puissance militaire et économique du pays »11. En revanche, il perçoit très tôt la contradiction entre la politique de réconciliation avec l’Allemagne et la volonté du Général de prendre ses distances avec les États-Unis.

  • 12 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/3337, Dixon à Home, 13 juillet 1961.
  • 13 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/160441/CF1022/10, Dixon à Hoyer Millar, 16 n (...)
  • 14 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/3775, Dixon à Home, 22 mai 1962.
  • 15 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/163491/CF1015/83, Dixon à Home, 28 novembre (...)

8Cependant, toute la réflexion de Dixon à partir de juillet 1961 est dominée par une question : que va faire le Général quant à la candidature britannique au Marché commun ? Sur ce sujet, son opinion est fluctuante. En juillet 1961, il rapporte que De Gaulle lui aurait dit que « ça prendrait du temps » et que rien ne serait possible « au moment présent »12. En novembre 1961, il est plus optimiste : « Vraisemblablement, il n’a pas encore décidé s’il nous veut à l’intérieur. Il n’est certainement pas vrai qu’il est décidé à nous exclure… Il pense que notre entrée serait un risque que l’on pourrait prendre si nous entrons dans des conditions qui rendent impossible pour nous de s’opposer à la direction générale qu’il veut donner à l’Europe »13. En mai 1962, il est revenu au pessimisme : « Il craint qu’il soit rop tôt pour nous d’entrer dans le Marché commun à cause du Commonwealth, etc. J’ai dit que l’on pourrait trouver des solutions, mais il est évident qu’il n’était pas convaincu [...] Mais que ce ne sont pas nos relations avec les États-Unis qui causent problème : il n’a jamais fait ce lien dans sa tête. Il ne veut pas être blâmé pour l’échec et il espère que l’on va renoncer »14. Deux mois plus tard, après la rencontre de Champs, il pense que la partie est gagnable : « Il préférerait que nous ne devenions pas une partie de l’Europe. Mais l’opposition frontale à Bruxelles risquerait de s’aliéner les Allemands […] Alors il va essayer d’obtenir les meilleurs termes possibles à Bruxelles : soit cela rend notre adhésion impossible (à cause de nous), soit au moins la France en tirerait profit sur le plan économique »15.

  • 16 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/77865/RF1022/44, Dixon à Butler, 22 avril 19 (...)
  • 17 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/1777864/RF1022/21 Dixon à Caccia, 14 évrier (...)

9Après coup, il livre une très longue analyse des raisons du veto et essaie de comprendre si la conférence de Nassau et les questions de défense ont été primordiales ou ont constitué un prétexte. En fin de compte et avec le recul, il est convaincu que la décision était inévitable. Il est profondément blessé par cet échec et, après janvier 1963, il devient de plus en plus difficile pour lui de voir en De Gaulle un allié, même si, en cas d’invasion soviétique, il serait « vraisemblablement avec nous »16. Selon Dixon, « il y a peu de questions sur lesquelles il y a un accord avec les Français […]. Ses positions sur Chypre, le Yémen, le Vietnam, etc., montrent qu’il ne se voit plus comme un membre de l’Alliance […]. Le seul constat d’une politique qui bouge, c’est une méfiance des Anglo-Saxons »17.

10Pour réagir à cette situation, Dixon combat la ligne préférée du Foreign Office, qui est de faire de l’attentisme, minimisant les contacts avec De Gaulle en attendant le départ éventuel du Général. En revanche, la préférence de Dixon est pour une politique plus active : jouer sur les alliés, leur faire comprendre les méfaits de de Gaulle pour les rassembler pour contrer ses desseins. C’est cette politique qui est adoptée par ses supérieurs.

11Trois grands thèmes ressortent de cette montagne de rapports.

12En premier lieu, il faut noter que Dixon se trompe très souvent dans ses prévisions. En janvier 1962, il écrit :

  • 18 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/163494/CF1022/1 Dixon à Home, 9 janvier 1962

« Des historiens de l’avenir vont, à mon sens, identifier 1961 comme l’année où la fortune et l’autorité du Général ont commencé à décliner. En Algérie, sa ferme volonté n’est pas égalée par la nécessaire adresse diplomatique […]. Seul son insuccès en Algérie prolonge son pouvoir, parce que peu de gens veulent qu’il parte avant d’avoir résolu le problème […]. Après, le régime pourrait disparaître rapidement ou on se débarrassera de lui sans gratitude »18.

  • 19 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/169107/CF1011/1 Dixon au Foreign Office, 3 j (...)
  • 20 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177859/RF1011/1. Dixon à Butler, 13 janvier (...)

13Une année plus tard, il n’est guère plus prescient malgré le succès des élections de novembre 1962, qui ont laissé De Gaulle, selon lui, « tout puissant ». Il voit le Général sur une « courbe descendante » et dit qu’il ne faut pas « se laisser envoûter par lui » : « À part son grand succès en Algérie, il n’a pas de succès dans le champ de la politique étrangère. La France n’est pas assez forte pour « libérer » l’Europe des États-Unis et, grâce à De Gaulle, elle commence à révulser ses voisins plutôt qu’à les séduire »19. En revanche, un an plus tard, en janvier 1964, dans son rapport annuel, l’ambassadeur énumère toutes les raisons pour lesquelles le Général a raison d’être « serein » sur sa situation politique, ce qui suscite un commentaire ironique de Londres : « Il est intéressant de comparer ce rapport avec tous les malheurs que Dixon avait prévus pour De Gaulle il y a un an. Il semble maintenant partager notre opinion que De Gaulle peut poursuivre ses aventures étrangères sans obstacle et qu’il a eu une année très réussie »20. Les erreurs d’analyse de Dixon sur l’avenir politique sont très répandues et on devrait les voir comme un reflet des milieux journalistiques et politiques qu’il fréquente à Paris autant que comme un aveuglement personnel.

  • 21 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811, Dixon à Home, 19 décembre 1962.

14Par ailleurs, le grand problème, pour Dixon, est de décrypter le fonctionnement décisionnel d’un nouveau système français, très différent de ce que les Anglais ont connu dans le passé. Il commente en décembre 1962 : « Comme tout le monde, fonctionnaires, journalistes, ministres, nous sommes obligés d’utiliser notre intuition pour déchiffrer ce qu’il pense. Il est le sujet d’innombrables conversations et histoires. C’est ça qu’il aime. Il croit au mystère. Même les citations et des mots qui circulent sont peut-être apocryphes. Il exerce une fascination extraordinaire et a du charme quand il veut l’utiliser »21.

15Pour percer ces mystères, Dixon compte beaucoup sur « nos amis au Quai » (la phrase revient souvent). Mais cela ne mène pas très loin :

  • 22 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811 : General de Gaulle’s Method of Gove (...)

« Nos amis au Quai eux-mêmes ne savent pas grand-chose : des gens dans l’entourage du Général essaient souvent d’interpréter sa politique à la lumière d’un propos ou d’une remarque qu’il aurait fait. Il est difficile de savoir si une idée a été soumise ou non au Général […]. On prépare pour lui chaque jour des résumés de tous les télégrammes. De temps en temps, il saisit sa plume pour annoter, mais c’est difficile à déchiffrer, parce qu’il n’a pas la plume facile et il y a souvent des ratures successives. Ces annotations deviennent la base de la politique, même quand, en fait, ils sont dépassés par les événements […]. Des membres indiscrets du Quai nous montrent de temps en temps ces documents, parce qu’ils ne peuvent s’empêcher d’attirer l’attention sur le style inimitable du Général […]. Personne n’est dans sa confidence, même s’il voit le secrétaire général de l’Élysée chaque jour […]. Ses méthodes sont souvent contre-productives : Wormser nous a dit qu’il aurait pu gagner la partie à Bruxelles d’une façon plus subtile que la conférence de presse […]. Depuis deux années, les intelligents et capables fonctionnaires du Quai sont devenus de plus en plus critiques […]. Mais le système marche, parce que les fonctionnaires agissent pour amortir les chocs. Il sont moins loyaux qu’il y a deux ans et, par conséquent, nous apprenons plus vite qu’avant ce que le Général est en train de fabriquer »22.

  • 23 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177864/RF1022/30. Dixon à Caccia, 12 mars 19 (...)
  • 24 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811 : Franco-German Relations, 10 août 1 (...)

16Une année plus tard, il devient plus pessimiste sur ces contacts : « Le Quai est profondément mécontent, mais pourtant il commence à s’y habituer ». Cela crée une situation « kafkaïenne », où « même nos bons amis nous mentent »23. Bref, « l’élyséeologie n’est pas une science exacte »24.

  • 25 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177864/RF1022/30. Dixon à Caccia, 12 mars 19 (...)
  • 26 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811. Dixon à Caccia, 16 juillet 1963.
  • 27 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/163494/CF1022/1. Dixon à Home, 9 janvier 196 (...)

17Enfin, il ne s’agit pas que de décrypter un système, mais également de comprendre un homme. Dixon est tour à tour envoûté et irrité, fasciné et agacé, admiratif et rancunier envers le Général. Son obsession pour la personnalité de De Gaulle devient telle qu’un jour il s’excuse auprès de ses supérieurs à Londres : « Cela doit être fatiguant pour vous d’avoir consacré tant de temps à la France, quand elle ne devrait pas nous imposer ces maux de tête »25. Un rapport, envoyé dans l’été 1963, où il voit la politique du Général comme celle d’un homme de plus en plus fou, est annoté par le Premier ministre lui-même : « Je me demande si l’ambassadeur ne devient pas fou lui aussi »26. Une autre fois, un fonctionnaire à Londres commente : « Dixon démontre l’irritation avec le Général, qu’il nous conseille d’éviter »27.

18Malgré son exaspération et ses sautes d’humeur, Dixon fait un effort soutenu pour percer la pensée et comprendre le comportement du Général. Il relit tous ses ouvrages et beaucoup de biographies qui lui sont consacrées. Après l’élection du nouveau gouvernement travailliste en octobre 1964, il rédige un long rapport qui résume pour ses nouveaux maîtres londoniens tout ce qu’il a appris depuis son arrivée à Paris :

« Le Général est en partie visionnaire, en partie calculateur. Les gens ne voient souvent qu’une partie et non pas l’autre. Les deux sont importantes. Le fait qu’il a une vision un peu irréaliste du rôle de la France ne veut pas dire qu’il est impossible de négocier avec lui, même si la coopération alliée, dont il parle souvent, veut dire pour lui que l’on soit d’accord avec lui. Il a souvent réussi grâce à un exercice de la volonté sans compromis. Il n’aime pas concéder quelque chose sous pression et il se voit (sans beaucoup de justification) comme un superbe négociateur. J’ai souvent pensé qu’un des problèmes, c’est que les gens ne lui parlent pas assez franchement. Mais, par contre, il faut l’approcher avec précaution, en sachant qu’il essaie toujours d’exploiter tous les autres à son avantage […]. Il a une opinion assez médiocre de l’humanité et sa vision du monde ne ressemble à celle de personne d’autre, sauf peut-être de Mao. Il est impossible de le persuader de faire quelque chose qu’il ne veut pas faire. Il est important d’essayer de comprendre ce qu’il est en train de penser, mais c’est compliqué par le fait que, souvent, il ne dit pas ce qu’il pense, mais ce qu’il veut que son interlocuteur pense qu’il pense ou qu’il souhaite qu’il répète à d’autres. Il croit que tout ce qu’il dit aux autres va être répété. Ses pensées profondes, il les garde pour lui-même […]. Pour être franc, souvent, il ne dit pas la vérité. Mais, en sa présence, il est presque impossible de se rappeler qu’il est en train de vous tromper, parce que son charme, un peu vieillot et d’une autre époque, est très grand. Toute conversation avec lui est très agréable […]. Souvent, il mélange une franchise déconcertante avec une duplicité calculée. Pour lui, les relations internationales sont un jeu sur une grande échelle et il le joue avec génie.

  • 28 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177875/RF1051/34. Dixon à Gordon Walker, 19  (...)

Trois choses dont il faut se méfier : 1°) Souvent, il lance une idée dans l’attente de la voir rejeter, pour lui donner le prétexte d’agir d’une façon déplaisante envers ses alliés (le mémorandum de septembre 1958) ; 2°) Il aime mener une conversation pour que son interlocuteur soit amené à dire quelque chose qui peut être utilisé contre lui. Il n’hésite jamais à rapporter une remarque d’un allié à un autre, tout en les déformant (par exemple ce qu’il a dit aux Allemands sur la position de Macmillan sur Berlin en décembre 1961) ; 3°) Il incite ses ministres à donner des interprétations ambiguës et différentes de sa politique. Couve et Peyrefitte donnent souvent des interprétations radicalement différentes de ses idées, Couve étant d’habitude le moins fiable. En somme, je n’ai jamais rencontré un personnage plus difficile à manœuvrer »28.

  • 29 Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets. Juin 1958-novembre 1970, Paris, Plon, 2010, p. 676.

19Dixon prend sa retraite début 1965. Quelques mois auparavant, il publie un ouvrage sur Pauline Bonaparte, dont l’ambassade de Grande-Bretagne avait été la résidence. Ayant lu le livre, en novembre 1964, De Gaulle lui envoie une lettre de remerciements et de félicitations : « L’ouvrage est excellent, d’abord au point de vue de l’Histoire, ensuite en raison du sentiment – car à vous non plus, cette pauvre Pauline n’est pas indifférente -, enfin, parce que votre style est clair et précis »29. Dixon part. Il meurt brusquement après avoir pris sa retraite (22 avril 1965) et n’a jamais pu rédiger des mémoires sur son expérience parisienne. Dans un des ses derniers rapports, il réfléchit sur l’avenir de son propre pays :

  • 30 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811 : European and Atlantic relations, 1 (...)

« La leçon de l’histoire, il me semble, est que, pour survivre, les nations doivent faire un effort conscient de s’adapter et qu’il n’est pas assez de s’appuyer sur un grand passé avec des préjugés traditionnels […]. Maintenant que les États-Unis et la Russie sont de grandes puissances et que la Chine s’éveille, nous n’aurons pas la puissance d’empêcher le monde de s’organiser d’une manière qui pourrait nous réduire éventuellement au niveau du Portugal, mais pas, on espère bien, à l’extinction, qui était le sort de la République vénitienne, – sauf à nous rapprocher d’un autre bloc territorial. Nous pourrions nous joindre aux États-Unis, mais sans espoir de les diriger. Nous pourrions espérer de conduire et de diriger l’Europe et nous devons tenter de le rejoindre »30.

20En lisant ces mots, on peut se demander si la vision du monde du Général n’avait pas un peu déteint sur lui.

Notes

1 Arch. nat., 98AJ.

2 Gladwyn Jebb, The Memoirs of Lord Gladwyn, Londres, 1972, p. 100. Sur la carrière de Jebb, voir Sean Greenwood, Titan at the Foreign Office. Glardwyn Jebb and the Shaping of the Modern World, Leyde, 2008, 472 p.

3 Piers Dixon, Double Diploma. The Life of Sir Pierson Dixon Don and Diplomat, Londres, 1968. Sur Dixon, ambassadeur, voir James Ellison, « Sir Pierson Dixon, 1960-1965 », dans Rogelia Pastro-Castro and John Young (éd.), The Paris Embassy. British Ambassadors to France (1944-1979), Basingstoke, 2013. Je tiens à remercier James Ellison qui m’a procuré la documentation pour la rédaction de cette communication.

4 Oxford, Bodleian Library, MS. Eng.c.6925 Sir Patrick Reilly Memoirs, 1964-1966, p. 66-67.

5 Oxford, Bodleian Library, MS. Eng.c.6926 Sir Patrick Reilly Memoirs, 1967-1968, p. 165-166.

6 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/153916/WF1052/35G, Dixon à Home, 18 novembre 1960.

7 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/161098/WF1052/2, Dixon à Home, 17 décembre 1960.

8 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811, Dixon à Home, 16 octobre 1963.

9 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177875/RF1051/31, Dixon au Foreign Office, 23 octobre 1964.

10 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/169107/CF1011/1, Dixon au Foreign Office, 3 janvier 1963.

11 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811, Dixon à Butler, 12 mars 1964.

12 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/3337, Dixon à Home, 13 juillet 1961.

13 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/160441/CF1022/10, Dixon à Hoyer Millar, 16 novembre 1961.

14 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/3775, Dixon à Home, 22 mai 1962.

15 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/163491/CF1015/83, Dixon à Home, 28 novembre 1962.

16 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/77865/RF1022/44, Dixon à Butler, 22 avril 1964.

17 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/1777864/RF1022/21 Dixon à Caccia, 14 évrier 1964.

18 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/163494/CF1022/1 Dixon à Home, 9 janvier 1962.

19 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/169107/CF1011/1 Dixon au Foreign Office, 3 janvier 1963.

20 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177859/RF1011/1. Dixon à Butler, 13 janvier 1964.

21 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811, Dixon à Home, 19 décembre 1962.

22 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811 : General de Gaulle’s Method of Government, 8 avril 1963.

23 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177864/RF1022/30. Dixon à Caccia, 12 mars 1964.

24 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811 : Franco-German Relations, 10 août 1964.

25 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177864/RF1022/30. Dixon à Caccia, 12 mars 1964.

26 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811. Dixon à Caccia, 16 juillet 1963.

27 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/163494/CF1022/1. Dixon à Home, 9 janvier 1962.

28 Kew, National Archives, Arch. du Foreign Office, FO371/177875/RF1051/34. Dixon à Gordon Walker, 19 octobre 1964.

29 Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets. Juin 1958-novembre 1970, Paris, Plon, 2010, p. 676.

30 Kew, National Archives, Arch. du Premier ministre, PREM11/4811 : European and Atlantic relations, 16 juillet 1964.

Auteur

Professeur d’histoire de la France à l’époque contemporaine à la Queen Mary University, Londres

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access