Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

Charles de Gaulle et le monde

Le domaine réservé

L’apport des archives présidentielles de Charles de Gaulle

Maurice Vaïsse

Texte intégral

  • 1 Arch. nat., 98AJ.
  • 2 Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets (1905-1970), éd. Philippe de Gaulle, Paris, Plon, 1980 (...)
  • 3 Pierre Racine, « Les rapports entre le président de la République et le Premier ministre (janvier 1 (...)
  • 4 Et non le 8, comme indiqué faussement dans les Lettres, notes et carnets [Tome 8 : juillet 1958-déc (...)
  • 5 Arch. nat., 5 AG 1/1712.

1La règle du jeu de cette réunion consistant à mettre en valeur le fonds De Gaulle conservé aux Archives nationales, il convient de rappeler que l’histoire suppose la juxtaposition des informations et la confrontation des archives et que l’apport de beaucoup d’autres fonds, comme les papiers de Michel Debré1, est absolument nécessaire pour rendre compte de l’action du Général. Par ailleurs, la mise en valeur de ces fonds est compliquée par le fait que beaucoup de ces archives - pas toutes - ont été publiées dans les Lettres, notes et carnets2, mais le recours aux archives demeure indispensable. Enfin, la présente contribution évoquera le « domaine réservé », c’est-à-dire la défense, la politique étrangère et l’Algérie, malgré ce que Pierre Racine a dit de ce qu’il appelle le « prétendu domaine réservé »3. Outre la Communauté, ces trois secteurs sont toutefois ceux dont le Général déclare, le 6 février 19604, au Premier ministre que « ces affaires doivent être traitées directement auprès de moi », même si, de fait, le Premier ministre a son mot à dire et n’hésite pas à le faire savoir5.

Le domaine de la Défense

  • 6 Aurélie Filipetti, dans Le Monde, mardi 11 septembre 2012, p. 22.
  • 7 Arch. nat., 5 AG 1/511 et 859.

2Il importe de noter d’emblée que tout ce qui concerne l’arme nucléaire - l’instrument par excellence de l’indépendance nationale pour De Gaulle -, malgré les demandes de dérogation soumises, n’a pu être consulté, occasion pour moi d’élever une protestation vigoureuse contre cette disposition de la loi de 2008, si libérale par ailleurs, et d’approuver la déclaration du ministre de la Culture, qui a pris position « contre cette catégorie d’archives incommunicables, concernant notamment les armes nucléaires [...] C’est contraire à la notion même d’archives »6. Cela étant, il reste pas mal de documents intéressants sur l’organisation de la Défense nationale, du ministère des Armées, du Haut Commandement7, où le rôle de De Gaulle est omniprésent. Sa vocation militaire lui donne autorité et compétence dans ce domaine, où il exprime souvent son impatience devant les retards ou interprétations qu’il n’approuve pas, comme dans les affaires de l’Organisation du traité de l’Atlantique-Nord. L’essentiel concerne les dossiers personnels d’officiers supérieurs, et en particulier leur correspondance, où s’expriment le drame que vit l’armée et le désaccord de plusieurs chefs militaires avec de Gaulle, auprès duquel intercèdent discrètement Michel Debré et Pierre Messmer.

  • 8 Arch. nat., 5 AG 1/514.

3Prenons deux exemples : celui du général Maurice Challe et celui du général Massu. Dans la chemise Challe8, il existe une très longue lettre de Challe adressée au général Ély, datée du 12 janvier 1959, transmise à De Gaulle. Ce document est très complet et très objectif sur la situation militaire en Algérie, dressé par celui qui vient tout juste de prendre le commandement et l’expression du fossé qui existe entre sa conception de la guerre et de celle du chef de l’État. Il exprime alors la stratégie qui va si bien réussir, en expliquant son intention de faire une guerre totale, dans l’espace (commandos de chasse), dans le temps (de nuit comme de jour), dans l’épaisseur (il s’agit de contrôler la population). C’est pourquoi il demande de pouvoir « doubler les effectifs de vrais combattants [...] et d’un nombre convenable de harkis instruits ». On sait que, sur ce point, De Gaulle a exprimé un net refus, contourné d’ailleurs par Challe. À cette lettre, s’ajoute une annexe moins objective, où Challe exprime son inquiétude « que la situation militaire, assez bonne [...] soit compromise par Paris », en particulier par des rumeurs de négociations et il souhaite entendre De Gaulle dire : « Moi, De Gaulle, je suis installé à l’Élysée pour sept ans... ; aucune négociation ne sera possible en dehors des négociations locales de cessez-le-feu avec dépôt des armes ». Puis, en un codicille extrêmement émouvant, Challe se reprend : « Je voudrais que l’on m’écoute, mais c’est peut-être beaucoup demander. Cependant, vous savez que je suis sincère et que je dis toujours ce que j’ai à dire. Après, j’obéis ». C’était donc en janvier 1959. Deux ans plus tard exactement, Challe, qui, entre-temps, avait perdu son commandement en Algérie, venait annoncer son départ de l’armée à Michel Debré, en lui assurant qu’il resterait un soldat fidèle. Trois mois plus tard, sa révolte entraînait celle de beaucoup d’officiers et faisait de lui un soldat perdu.

4Les échanges entre le Général et ses grands subordonnés, comme Olié, chef d’état-major de la Défense nationale, et Crépin, compagnon de la Libération, commandant en chef en Algérie, puis des FFA, sont particulièrement rudes. À la suite du putsch, le général Olié se plaint à Michel Debré, dans une lettre du 22 mai 1961, de ne plus être consulté, d’être dans l’impossibilité d’accomplir sa mission. Il regrette la crise profonde qui ébranle les armées (26 mai 1961). Il prétexte des raisons de santé, qui ne sont pas feintes, pour demander le 11 août à De Gaulle d’être admis dans la 2e section et il fait savoir à Dodelier qu’il souhaite que cela se fasse rapidement, mais De Gaulle ne l’entend pas ainsi : la démission du patron de l’armée française dans le contexte de l’été 1961 serait catastrophique. De Gaulle lui répond une lettre affectueuse, où il se dit « navré et ému ». Il parle d’une « épreuve sérieuse pour moi-même et d’une perte sérieuse », mais il lui demande de surseoir à son intention de quitter l’armée, dans l’intérêt du service.

  • 9 Arch. nat., 5 AG 1/514.

5L’affrontement le plus rude intervient entre De Gaulle et Massu, rallié à la France libre dès juin 1940. Commandant du corps d’armée d’Alger, de décembre 1958 à janvier 1960, il est limogé le 20 janvier 1960 à la suite d’une interview imprudente, où il se laissait aller à critiquer la politique algérienne du Général. Dans une lettre à Michel Debré, le Général est très sévère à l’égard d’« une manifestation publique d’un état d’esprit notoire. Depuis longtemps, le général Massu [...], qui [...] a perdu son libre arbitre et dépouillé son loyalisme, aurait dû, comme je l’ai dit et répété, être envoyé ailleurs qu’à Alger ». On raconte que l’Élysée résonne des fracas de l’entrevue entre les deux hommes, le 23 janvier 1960. À la suite de quoi, Massu ne retourne pas à Alger et reste sans affectation. En octobre 1960, De Gaulle pose des conditions à l’attribution à Massu du commandement d’une région militaire : il exige l’engagement écrit de s’abstenir de toute action politique et de « suivre le général » et cet engagement doit être rendu public. Quelques jours plus tard, Pierre Messmer s’adresse au Général en lui remettant la lettre de Massu - qui ne se trouve pas dans les archives présidentielles - et ajoute : « Je reste défavorable à une publication dans la presse pour les raisons que je vous ai dites ». Le Général se range à l’opinion de Pierre Messmer, mais il refuse de signer le décret de nomination de Massu avant la fin du procès Audin. Il faudra attendre quasiment un an : septembre 1961. Entre-temps, Massu a refusé de prendre part au putsch, sauf si Soustelle en prenait la tête. Mais une fois le putsch avorté, il accepte une invitation à l’Élysée le 17 juin 1961, il est nommé gouverneur militaire de Metz. Ce qu’on ne savait pas et qui est révélé par les archives, est le nouvel incident provoqué par un discours de Massu, le 16 septembre 1962 à Lunéville, où il évoque « le moral en berne » des militaires et appelle de ses vœux l’amnistie au profit des officiers condamnés et internés. La réaction de l’Élysée et de Pierre Messmer est d’autant plus vive que le 22 août a eu lieu l’attentat du Petit-Clamart. Massu est condamné à trente jours d’arrêt et Pierre Messmer lui demande de ne plus prononcer d’allocutions ou de donner d’interviews à la presse sans avoir obtenu l’approbation préalable du chef d’état-major de l’armée de Terre9. On perçoit l’intransigeance de De Gaulle, qui s’emporte contre ses généraux, mais qui n’est ni insensible, ni dépourvu d’attentions.

Le domaine des Affaires étrangères

6Sur ce plan, les archives de Gaulle du fonds 5 AG 1 n’apportent rien d’essentiel pour deux raisons : d’abord parce que - les instructions du Général sont formelles - tout doit être communiqué au Quai d’Orsay, en particulier les verbatims d’entretiens entre le Général et ses interlocuteurs, ensuite parce que les Lettres, notes et carnets comportent un grand nombre de ces documents. Ce que l’on ne trouve pas ailleurs représente peu de choses, en dehors des « notes hebdomadaires de synthèse de la situation diplomatique » (avril 1964-janvier 1969), tenues par le troisième conseiller diplomatique du Général, René de Saint-Légier ; mais, à vrai dire, ces notes n’apportent aucune révélation. En revanche, et sans avoir une vue exhaustive sur ces papiers, on constate combien le Général était attentif à tout. Il vivait la plume à la main et annotait les pièces qu’on lui présentait : « Vu », « Intéressant », « M’en parler » ou, à propos d’une lettre du colonel Ojukwu, « Répondre avec prudence », ou bien encore, de façon plus courroucée : « Pourquoi est-ce seulement aujourd’hui que j’ai cette note ? ».

7Quelques documents, non reproduits dans les Lettres, notes et carnets, méritent l’attention, ainsi sur l’Amérique latine, en 1967, autour de l’affaire Régis Debray, arrêté et condamné à mort par le régime bolivien : à la suite d’une intervention du Général auprès du président bolivien Barrientos, plaidant l’erreur de jeunesse de ce « jeune et brillant universitaire », De Gaulle reçoit une lettre manuscrite de Régis Debray, qui remercie le Général pour son intervention, et il lui confie : « Dans les montagnes, quand on écoute le soir, autour du feu, les radios étrangères, on est heureux de capter la voix de la France qui, lointaine, inintelligible pour beaucoup, discordante parfois, alimente néanmoins l’espoir ».

  • 10 Note du 8 janvier 1960.
  • 11 Lettre de Michel Debré du 27 mai 1960 et lettre de De Gaulle à Michel Debré du 2 juin 1960.

8L’essentiel porte sur les questions européennes, où l’hostilité de De Gaulle à toute supranationalité éclate. De Gaulle y manifeste sa défiance a l’égard de Jean Monnet à propos de la transformation de l’Organisation européenne de coopération économique (OECE), où il semble discerner un plan américain tendant à prendre barre sur la Communauté économique européenne (CEE) et à réintroduire Jean Monnet dans la direction économique mondiale comme un sage, alors que de Gaulle le considère comme irresponsable10. Sur l’Euratom, De Gaulle partage la méfiance de son Premier ministre. Il annote ainsi une de ses lettres : « Il faut en finir avec l’Euratom » et, dans une lettre, il confirme son point de vue : « Le moment me paraît venu [...] d’étudier la façon de nous dégager de toute obligation vis-à-vis de cette institution »11.

  • 12 Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets. Tome 8 : juillet 1958-décembre 1960, Paris, Plon, 198 (...)
  • 13 Note du 27 février 1961 [éditée dans Lettres, notes et carnets. Tome 9 : janvier 1961-décembre 1963(...)

9À propos du plan Fouchet, De Gaulle commente ainsi une note de Michel Debré : « Voici une note tout à fait intéressante. Je dois dire qu’elle exprime, pour l’essentiel, mon propre avis ». Cette note est très connue, car elle a été publiée dans les Lettres, notes et carnets12, mais avec une erreur de transcription. La question à l’ordre du jour est celle de la coopération politique entre les Six États fondateurs de la communauté européenne. Pour De Gaulle, celle-ci doit être d’abord une coopération franco-allemande, mais « rien n’empêche d’imaginer que la coopération politique européenne [...] s’étende en outre à l’Angleterre. Pour cela, ajoute-t-il, il faut que les trois grands Européens prennent un jour la résolution de s’organiser en dehors des États-Unis »13, et non des Nations unies, comme c’est transcrit par erreur dans le volume des Lettres, notes et carnets. Comme quoi, il faut toujours aller à la source !

10Enfin, l’essentiel concerne les relations avec la Grande-Bretagne et ses candidatures au Marché commun. Au cours du conseil restreint du 31 juillet 1962, les experts (Clappier, Wormser) insistent sur la nécessaire solidarité des Six et plaident pour des concessions de forme pour éviter une rupture brutale, que Valéry Giscard d’Estaing considère peu souhaitable. À la différence du Général, qui observe que s’il n’y avait pas de Politique agricole commune, « nous n’aurions plus guère d’intérêt national au Marché commun », le Premier ministre constate que si le Marché commun éclatait, « nous serions [...] les plus gros perdants », mais il suggère « de faire se perdre la négociation dans les sables ». Comme Georges Pompidou, De Gaulle estime que « si l’on doit aboutir à une rupture, il vaudrait mieux que nous n’en soyons pas les seuls auteurs ». Maurice Couve de Murville soulève alors l’hypothèse que les Britanniques acceptent les conditions posées par les Six, De Gaulle observe que « si les Britanniques acceptaient [...], nous en serions bien contrariés » et il clôt la discussion en disant qu’il fait confiance à Maurice Couve de Murville pour négocier dans le sens qui a été défini au cours de la réunion.

11Nouvelle candidature en 1967, nouveau conseil restreint, encore plus embarrassé de répondre à la question posée. L’idée de la diplomatie française consistant à ne pas entrer dans la négociation, De Gaulle se laisse aller à des confidences et il confie que « tout le monde souhaite que la Grande-Bretagne fasse un jour partie de la même organisation que le continent. Chacun à sa manière, moi aussi », mais il considère que l’Angleterre n’est pas en état d’entrer dans le Marché commun, ou alors on fera sauter la Communauté, et il répète : « Ce n’est pas possible ». Il évoque l’hypothèse où les Anglais entreraient : « Une fois dedans, ils dirigeront tout ». Il suggère de leur dire « qu’on reverra tout cela en 1970 », mais Georges Pompidou et Maurice Couve de Murville sont prudents et veulent éviter de fixer une date.

12Rien que nous ne sachions déjà, mais des précisions, des confirmations intéressantes : par exemple, les débats entre les membres du Gouvernement. De Gaulle ne décide pas tout seul ; il a des contradicteurs.

L’apport du fonds de Gaulle pour la question de l’Algérie

  • 14 Plusieurs des informations qui suivent sont dues au travail de dépouillement de Georgette Elgey, d’ (...)

13À mon avis, ce sont les archives relatives à l’Algérie qui recèlent le plus d’informations neuves et inédites14. Ces archives reflètent le travail intense auquel René Brouillet et Bernard Tricot se sont livrés de 1958 à 1962. On y trouve pêle-mêle des notes pour le Général, des projets, des lettres personnelles qui leur sont adressées, des notes d’inspecteurs des Finances, comme André Postel-Vinay ou Gilles de Wailly, bref une documentation extrêmement riche et variée.

  • 15 Arch. nat., 5 AG 1/1700-1702.

14René Brouillet et Bernard Tricot ont chacun une connaissance des problèmes d’Afrique du Nord : c’est bien sûr le cas du second, qui vient de passer plusieurs années en Tunisie comme conseiller juridique du gouvernement tunisien. Quant à René Brouillet, il a participé à un voyage d’étude organisé en avril-mai 1958 par le ministère des Affaires étrangères pour des hauts fonctionnaires (P. Baudet, C. de Margerie, J. Tiné, J. Leprette). C’est dire que lorsqu’il entre au cabinet du Général, il a une connaissance directe des dossiers, dont deux d’entre eux le frappent : des dénonciations de sévices et d’exécutions sommaires provenant d’officiers et des notes sur l’attitude de la hiérarchie catholique, dont il ressort un profond désaccord entre le peuple catholique et les évêques qui sont hostiles aux solutions du problème algérien reposant uniquement sur la force et la violence. René Brouillet rédige force fiches géographiques et historiques, où tout est chiffré et daté. En tant que secrétaire du comité des Affaires algériennes, il est l’homme de confiance du Général, qui l’envoie à Alger pour faire le point avec le général Salan : « Il vous précisera de ma part où on en est à tous points de vue »15.

15Les archives apportent aussi des révélations sur la guerre larvée qui oppose, dans le second semestre de 1958, le président du Conseil au délégué général en Algérie, qui, rappelons-le, cumule les pouvoirs civils et militaires. Le général Salan ne recherche pas alors le pouvoir ; il est prêt à obéir au gouvernement de la République, à une condition toutefois : que celui-ci fasse sa politique ! Autrement dit, « qu’ils nous donnent le fric et qu’ils nous laissent faire ! ». On en a plusieurs illustrations : sur la censure que Salan entend maintenir en Algérie, sur les comités de Salut public qu’il soutient, en contradiction avec les rappels à l’ordre du Général, qui entend remettre en place les autorités civiles et refuser tout engagement en faveur de l’intégration. À la veille du référendum du 28 septembre, De Gaulle confie au général Ély la mission délicate de transmettre une lettre (datée du 18 septembre) à Salan, destinée à reitérer ses intentions : « Le oui ne saurait signifier le vote pour ou contre une solution déterminée du problème du statut politique de l’Algérie [...] Je vous invite à ne point tolérer que ceux qui sont sous vos ordres contreviennent à mes intentions formelles ». On ne peut pas être plus clair !

16Autre révélation apportée par les archives : le nombre, la fréquence des contacts entre De Gaulle et le Front de Libération nationale, et d’abord Ferhat Abbas. On retrouve dans le fonds 5 AG 1 les noms de ces intermédiaires : entre autres, Germaine Tillion, Jean Amrouche, Robert Barrat.

  • 16 Arch. nat., 5 AG 1/1701.

17Parmi les nombreuses notes qui évoquent tous les aspects du problème algérien, l’étude d’André Postel-Vinay, adressée à René Brouillet le 17 janvier 196116, c’est-à-dire juste au moment des premiers contacts secrets qui vont permettre le début des négociations, apparaît prémonitoire, quand on connaît la suite. L’auteur insiste sur le fait que la négociation se fasse avec le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) : « Mieux vaut régler dès maintenant, avec le GPRA, tous les aspects du problème algérien, plutôt que d’attendre, pour en discuter avec lui, qu’il ait pris le pouvoir à la suite d’un référendum ».

  • 17 Maurice Vaïsse, Comment De Gaulle a fait échouer le putsch, Waterloo, A. Versaille, 2011, 352 p.

18L’affaire du putsch est largement documentée dans le fonds 5 AG 1 ; j’y ai largement puisé pour mon livre publié en 201117. Pour mémoire, notons les différentes versions manuscrites du discours du 23 avril, où l’on peut voir comment De Gaulle rend plus tranchante sa proclamation qui va avoir tant d’effet. Ainsi substitue-t-il dans son appel, à la fin du discours, la formule très simple, mais pathétique : « Françaises, Français, aidez-moi ! », à la répétition qu’il avait d’abord utilisée : « Françaises, Français, j’ai besoin de vous ! Françaises, Français, aidez-moi ! ». Est également conservé un curieux document : le journal de marche tenu par les aides de camp du Général, le colonel de Bonneval, le commandant Flohic et le lieutenant-colonel Teisseire, qui ont décrit tour à tour sur un cahier d’écolier quadrillé ce qui s’est passé du 22 au 26 avril. On sait que, dans l’entourage du Général, ces officiers représentent le carré des fidèles, à la différence de certains membres de l’état-major particulier, très réservés à l’égard de la poltique algérienne.

  • 18 Arch. nat., 5 AG 1/1764, note de Bernard Tricot du 20 septembre 1961.

19Les papiers de Bernard Tricot, conseiller technique à l’Élysée, apportent aussi leur lot de révélations. C’est le cas de l’affaire Si Salah. On sait que celle-ci a été longtemps couverte par le secret. De fait, que des chefs de plusieurs wilayas aient été reçus le 10 juin 1960 à l’Élysée par le général de Gaulle constitue en soi-même un événement inimaginable ; que cette démarche ait lieu sans aboutir à un cessez-le feu avait de quoi interpeller sur la politique algérienne du Général : avait-il joué double jeu ? Comme d’habitude, des fuites se produisent dès l’automne 1960, au moment où un tournant décisif a eu lieu, avec la petite phrase du Général sur « la république algérienne qui existera un jour ». Bernard Tricot alerte le Général sur les fuites, mais en réalité c’est au printemps 1961 que cette affaire va éclater. En effet, le général Challe y fait allusion de façon voilée dans sa proclamation du 22 avril 1961, lors du déclenchement du putsch : « Il a même refusé de faire la paix », puis, lors de son procès, ce qui provoque d’ailleurs un incident. Dans les mois qui suivent et alors que les négociations ont commencé avec l’organisation extérieure de la rébellion, des articles de presse et des tracts de l’Organisation Armée secrète (OAS) la mentionnent ouvertement, pour fustiger la politique d’abandon du Général. Bernard Tricot lui suggère de saisir l’occasion offerte par une question orale du sénateur Jacques de Maupeou, demandant s’il est exact que des dirigeants algériens aient été reçus à l’Élysée et quelles suites ont eus ces contacts18. Une réponse est préparée minutieusement par Bernard Tricot et présentée par le ministre des Affaires algériennes, Louis Joxe, le 17 octobre 1961 au Sénat, qui apporte donc la révélation de l’affaire, mais qui ne satisfait pas le sénateur, qui insiste sur les responsabilités du gouvernement, coupable de n’avoir pas tiré profit des succès militaires, à l’origine de l’affaire.

  • 19 François Mauriac, De Gaulle. Trente années de la vie du monde, Paris, Grasset, 1964, 345 p.

20Sans être la seule source d’information disponible, les archives présentées dans ce formidable inventaire sont indispensables pour écrire l’histoire de la première présidence de la Ve République et tracer le portrait de celui dont François Mauriac dit « qu’il avait la tranquille certitude d’être l’État, et c’est trop peu dire, d’être la France »19.

Bibliographie

Outre les références bibliographiques signalées en notes, l’auteur renvoie aux ouvrages suivants : Georgette Elgey, De Gaulle à Matignon, Paris, Fayard, 2011, 380 p. et Maurice Vaïsse, La Grandeur, politique étrangère de la France, 1958-1969, Paris, Fayard, 1998, 726 p.

Notes

1 Arch. nat., 98AJ.

2 Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets (1905-1970), éd. Philippe de Gaulle, Paris, Plon, 1980-1997, 13 tomes.

3 Pierre Racine, « Les rapports entre le président de la République et le Premier ministre (janvier 1959-avril 1962) », dans De Gaulle et ses Premiers ministres (1959-1969) [actes de colloque], Paris, Plon/Fondation Charles-de-Gaulle, 1990, p. 41-43.

4 Et non le 8, comme indiqué faussement dans les Lettres, notes et carnets [Tome 8 : juillet 1958-décembre 1960, Paris, Plon, 1985].

5 Arch. nat., 5 AG 1/1712.

6 Aurélie Filipetti, dans Le Monde, mardi 11 septembre 2012, p. 22.

7 Arch. nat., 5 AG 1/511 et 859.

8 Arch. nat., 5 AG 1/514.

9 Arch. nat., 5 AG 1/514.

10 Note du 8 janvier 1960.

11 Lettre de Michel Debré du 27 mai 1960 et lettre de De Gaulle à Michel Debré du 2 juin 1960.

12 Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets. Tome 8 : juillet 1958-décembre 1960, Paris, Plon, 1985.

13 Note du 27 février 1961 [éditée dans Lettres, notes et carnets. Tome 9 : janvier 1961-décembre 1963, Paris, Plon, 1986].

14 Plusieurs des informations qui suivent sont dues au travail de dépouillement de Georgette Elgey, d’Odile Rudelle et de Chantal Morelle, qui ont servi dans le cadre du colloque De Gaulle et l’Algérie. Les actes ont été publiés sous le titre : De Gaulle et l’Algérie, 1943-1969, dir. Maurice Vaïsse, Paris, Armand Colin, 2012, 360 p.

15 Arch. nat., 5 AG 1/1700-1702.

16 Arch. nat., 5 AG 1/1701.

17 Maurice Vaïsse, Comment De Gaulle a fait échouer le putsch, Waterloo, A. Versaille, 2011, 352 p.

18 Arch. nat., 5 AG 1/1764, note de Bernard Tricot du 20 septembre 1961.

19 François Mauriac, De Gaulle. Trente années de la vie du monde, Paris, Grasset, 1964, 345 p.

Auteur

Professeur émérite à l’Institut d’études politiques de Paris

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access