Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles de Gaulle

 | 
Isabelle Chave
, 
Nicole Even

Introduction

Jacques Godfrain

Entrées d'index

Texte intégral

1Rien n’est moins innocent que le regard jeté par une génération d’hommes sur les archives de ceux et celles qui l’ont précédée. L’indifférence pour l’archive écrite caractérise parfois les mondes où la transmission s’opère par l’oralité ; au contraire, les civilisations les plus inquiètes sont souvent grandes consommatrices - et productrices – d’archives. Ces dernières années, le prestige de l’archive audiovisuelle est venu bousculer celui du papier. Pour autant, nos contemporains continuent d’investir beaucoup dans ces traces manuscrites ou imprimées du passé, comme si elles étaient seules à pouvoir, désormais, dire la vérité des choses.

2Or, le « goût de l’archive », pour reprendre l’expression d’une historienne fameuse, n’a jamais été aussi démocratique qu’aujourd’hui. Jamais non plus les archives n’ont été si nombreuses, ni si ouvertes. Ce mouvement vers le public, que vit aussi la Fondation Charles-de-Gaulle, doit être accompagné de guides critiques et d’appareils scientifiques, sous peine d’égarer le « lecteur », ou l’amateur d’archives, dans la masse documentaire. Car, si cette journée d’étude rassemble d’éminents universitaires, spécialistes de telle ou telle dimension de l’action du général de Gaulle, les archives classées et inventoriées par Nicole Even seront, demain, consultées par d’autres que par les professeurs de la Sorbonne, de Sciences-Po ou de Bordeaux. De jeunes et timides étudiants, des journalistes aguerris, des retraités érudits en demanderont l’accès et cotoieront dans les salles de lecture d’éminents enseignants… À tous, ce répertoire numérique détaillé établi par les Archives nationales servira donc désormais de guide dans l’action du plus grand des Français. C’est donc un plaisir, pour la Fondation Charles-de-Gaulle, que de saluer ce travail et d’ouvrir la journée d’étude destinée à l’accompagner.

3Du reste, De Gaulle avait, lui aussi, le « goût de l’archive ». Ceux qui ont lu sa correspondance ou consulté ses agendas savent le soin scrupuleux qu’il apporta à la rédaction de ses Mémoires de guerre, puis d’espoir, insistant auprès de tel de ses anciens compagnons pour obtenir une précision, sollicitant tel autre pour la copie d’une lettre ou d’une décision, se constituant pour lui-même, enfin, une masse d’archives impressionnante, matériau selon lui indispensable à l’écriture de mémoires.

4En ces temps troublés, où la mémoire est plus que jamais un enjeu, il est nécessaire de formuler le vœu que les chercheurs professionnels ou amateurs sauront comprendre l’horizon d’attente qui aimantait les décisions du Général, comme le champ d’expérience qui l’amenait à les prendre. Tant il est vrai que le plus premier des devoirs de l’historien est de « regarder alors avec les yeux d’alors », comme l’écrivait Aragon, avant d’ordonner ce regard pour le rendre intelligible à nos contemporains et successeurs.

Auteur

Président de la Fondation Charles-de-Gaulle

© Publications des Archives nationales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access